The Belgium flap -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Etudes concernant la vague Belge:

La source:

ParaNet.Information.Service@p0.f428.n104.z1.FIDONET.ORG (sm), Sujet:
Belgium Information, Date: 18 Avril 1991 01:13:00 GMT, Ce fichier provient du ParaNet (sm) Information Service et de ses associés sur le réseau. Vous pouvez librement distribuer ce fichier tant que l'entête est laissé intacte. Date de rédaction: 17 Avril 1991, Contribution de: Antonio Huneeus, pour plus d'informations sur ParaNet (sm), contactez: Michael Corbin, ParaNet Information Service, P.O. Box 172, Wheatridge, CO 80034-0172 or FidoNet 1:104/422, Internet mcorbin@scicom.alphacdc.com, l'article est tel qu'il paru dans UFO Universe, Juin/Juillet 1991.

L'article:

La tombée du mur du silence:

METTANT FIN A UNE PERIODE DE SIX MOIS DE SILENCE A PROPOS DES OVNIS, LA QUASI TOTALITE DU CONTINENT EUROPEEN A ETE VISITE PAR UNE VAGUE D'OBSERVATIONS D'OVNIS SANS PRECEDENT DANS L'HISTOIRE, LES PLUS IMPRESSIONNANTES PEUT ETRE SONT CELLES DE GIGANTESQUES "PLATES FORMES VOLANTES" PRES DE LA FRONTIERE ALLEMANDE EN BELGIQUE.

Par Antonio Huneeus

Dans un élan absolument sans précédent dans l'histoire de l'ufologie, l'Armée de l'Air et le gouvernement Belges ont non seulement soigneusement documenté la grande vague d'OVNIS au-dessus de la Wallonie, mais ont partagé leurs résultats avec les enquêteurs privés et le public, abattant littéralement le "mur du silence" qui dissimule toujours le phénomène ovni dans le monde occidental.

Au long de cette dernière année, les citoyens dans la région de langue française de Wallonie en Belgique ont été témoins d'une vague d'ovni extraordinaire. Des milliers de témoins, y compris des douzaines de gendarmes et d'officiers de l'Armée de l'Air belge, ont décrit des véhicules triangulaires volant lentement au-dessus des dessus de toit, émettant des pinceaux lumineux vers le sol et exécutant des manoeuvres incroyables. Les objets ont été l'objet de près de 25 vidéo et détectés par radar depuis le sol et depuis des radars de bord par les militaires.

Personne sans doute ne doutera que des OVNIS triangulaires ont été vus partout en Wallonie depuis Novembre 1989. Selon une histoire publiée en première page par le Wall Street Journal du 10 Octobre 1990 et titré "les scientifiques Belges poursuivent sérieusement un ovni triangulaire," "depuis la vague d'observation a débuté il y a presque une année, plus de 2,600 témoignages d'observations d'un objet triangulaire avec trois lumières énormes planant dans le ciel la nuit au-dessus de la Wallonie ont été recueillis." La question que certains posent est de savoir si ces objets pourraient être expliqués par l'essai d'un nouvel avion militaire secret supérieur. Les véhicules à distance pilotés (RPVs), les AWACS, le chasseur F-117 Stealth, et une version modifiée du bombardier de B-2 Stealth, sont certaines des options qui ont été suggérées.

Sans compter que la grande quantité de données bien documentées recueillies par la gendarmerie, l'Armée de l'Air et les scientifiques civils de la Société Belge pour l'Etude des Phénomènes de l'Espace (SOBEPS), la vague belge a battu un autre record. Pour la toute première fois dans l'histoire controversée des ovnis dans le monde, le ministre Belge de la défense, Guy Coeme, a autorisé l'Armée de l'Air à coopérer entièrement avec la SOBEPS, leur transmettant leurs rapports, et en mettant à leur disposition un avion Hawker Sideley équipé d'appareils photo infrarouges et de sondes électroniques sophistiquées.

Comme l'explique le physicien français bien connu Jean Pierre Petit au magazine Paris Match, "nous vivons une période qui débute une ère de franchise. D'abord nous avons la chute le mur de Berlin, puis maintenant le mur du silence au sujet des OVNIS s'écroule. En ce qui concerne les ovnis, nous commençons une nouvelle phase complètement différente de ce que nous avons vécu auparavant. C'est la fin de l'esprit commercial et des escroqueries. Des scientifiques véritables font finalement leur apparition." Le docteur Petit est un physicien et un directeur de recherche de du centre national pour la recherche scientifique Français le CNES. Iconoclaste et expert mondial en magnétohydrodynamique, le docteur Petit a également conduit des recherches plutôt intéressantes au sujet des ovnis, éditant récemment ses résultats dans son ouvrage "Enquêtes sur les ovnis".

A la différence de beaucoup d'autres groupes ufologues autour du monde, la SOBEPS est une équipe de scientifiques respectés, y compris Leon Brenig, un théoricien non-linéaire de dynamique à l'Université Libre à Bruxelles, et le professeur Auguste Meessen, un physicien de l'Université Catholique de Louvain. Parmi les nombreux témoins de ces ovnis, en fait, on trouve Lucien Clerebaut, secrétaire général de la SOBEPS, Patrick Ferryn, un producteur de film et un membre fondateur, et Jose Fernandez, un autre enquêteur de la SOBEPS. "Voici une occasion où nous pouvons appliquer la méthode scientifique," remarque Brenig.

Les dossiers de SOBEPS montrent que les premières observations ont eu lieu dans la nuit du 7 Novembre 1989, quand deux gendarmes d'Esneux ont observé un énorme engin silencieux "avec deux lumières blanches très puissantes dirigées en bas et ' une sorte de phare vert et rouge." La vague d'ovnis, cependant, a gagné en notoriété dans la soirée du 29 Novembre lorsque 41 témoins, y compris six gendarmes, ont observé un triangle énorme - parfois décrit comme "une plate-forme stationnaire" - à Eupen, Verviers, et plusieurs autres endroits en Wallonie près de la frontière avec l'Allemagne. Comme la presse a imaginé que celà pouvait être un AWACS ou un avion Stealth, dans les jours suivants, Guy Coeme du ministère de la défense a écarté ces rumeurs, déclarant que "toutes les hypothèses impliquant la présence d'avion militaires dans notre espace aérien doivent certainement être abandonnées."

C'est peut-être parce que ces objets sont jusqu'ici non identifiés, que l'Armée de l'Air Belge a entrepris la tâche de chasser et d'étudier les intrus. Comme le déclare le Colonel Wilfried De Brouwer, le chef des opérations de l'Armée de l'Air Belge qui coordonne la recherche de ces OVNIS dans le Wall Street Journal, "nous considérons qu'il est de notre devoir de savoir ce qui se passe." En effet, la vague d'ovni a culminé la nuit du 30 au 31 Mars 1990, lorsque des cibles inconnues ont été dépistées par deux installations de radar. Celui chez Glons, situé au Sud-Est de Bruxelles, appartient au groupe de la défense de l'OTAN - les sièges sociaux de l'OTAN sont à Bruxelles - tandis que celui de Semmerzake, à l'Ouest de Bruxelles, est responsable du contrôle de tout le trafic militaire et civil au dessus du territoire Belge tout entier. A ce moment, le contrôleur principal du radar de Glons a demandé à c que l'on dépêche deux intercepteurs F-16, qui ont également verrouillé l'ovnis sur leur radars de bord.

Nous avons obtenu, grâce au chercheur français Jean-Luc Rivera, une copie du rapport complet de cet incident, qui a été préparé par le Major de l'Armée de l'Air P. Lambrechts, des quartiers généraux de l'Armée de l'Air Belge à Bruxelles, et qui a été expédié au SOBEPS selon les instructions de totale coopération avec ce groupe. Le Rapport concernant l'observation d'ovnis pendant la nuit mars de 30 à 31, 1990 inclut une chronologie complète des événements, aussi bien qu'un dossier épais des témoignages des oculaires de plusieurs gendarmes et des cartes des lieux d'observation.

Le Major P. Lambrechts explique d'abord que, "les observations visuelles et par le radar étaient d'une telle nature que l'on l'a décidé que de faire décoller deux chasseurs F-16 avec mission d'identifier ces ovnis." Le rapport indique également que "la présence ou l'essai de B2 ou F117 (bombardier Stealth), de RPV (véhicules à distance pilotés), d'ULM (ultra légers motorisé) et d'AWACS au moment de ces événements dans l'espace aérien Belge peut être exclu".

Selon la chronologie, la séquence des opérations a débuté à 22:50 heures, quand "le contrôleur principal du radar de Glons a reçu un appel téléphonique du gendarme Renquin, qui lui a rapporté qu'il voyait de sa maison dans Ramillies trois lumières peu communes... formant un triangle équilatéral, et de couleurs changeantes rouge, vert et jaune." A 23:05, la gendarmerie de Wavre a envoyé une patrouille, qui a confirmé l'observation. A 23:15, Renquin a appelé encore pour informer qu'il voyait un nouvel ensemble de trois lumières, alors que les écrans de radar chez Glons détectaient "un contact non identifié se déplacer à une vitesse d'environ 25 noeuds." (le noeud de est équivalent à un mille marin - 6.080 pieds - par heure.)

Dans les deux heures et demie qui suivirent, un nombre croissant de gendarmes et d'autres témoins ont continué à observer les manoeuvres étranges de jusqu'à trois ensembles de lumières triangulaires dans les environs de Bruxelles. A 23:49, les écrans de radar de Semmerzake ont confirmé les cibles et l'ordre de décollage des deux F16 a donc été donné à 23:56 heures, qui décollèrent à 00:05 le 31 Mars. Selon le rapport, "les avions ont eu de brefs contacts de radar à plusieurs reprises." Cependant, chaque fois que "les pilotes parvenaient à verrouiller leur radars sur l'objectif cela ne durait que quelques seconde car à chaque fois le verrouillage a eu pour conséquence un changement de cap énergique de l'ovni."

Lors du premier verrouillage à 00:13, indique le rapport, "la vitesse de la cible changée en un temps record de 150 à 970 noeuds et de 9.000 à 5.000 pieds, retournant alors à 11.000 pieds, afin de changer encore pour passer près du niveau du sol; ceci a eu comme conséquence une 'perte du verouillage' en quelques secondes et les pilotes ont perdu le contact radar. " Lors d'un verrouillage suivant vers 00:30 heures, la "perte de verrou" a été réalisée par ce que le rapport qualifie d'"un brouillage du signal sur l'écran."

Le Colonel de Brouwer a expliqué au journaliste Marie-Thérèse de Brosses, de Paris Match, que le changement de la vitesse de 280 KPM à 1.800 km/h tout en descendant de 3.000 mètres à 1.000 mètres en une seconde, était une accélération fantastique équivalente à 40 G. Ceci exclurait n'importe quel pilote humain à bord de l'ovnis, puisque les humains ne peuvent pas résister à plus de 8 G. (Le G est une unité de l'accélération équivalente à la gravitation de la terre, 9,81 m/sec/sec.) Quand l'ovni a approché le niveau du sol, poursuit le Colonel de Brouwer, " il était impensable que le F-16 puisse rattraper son retard par rapport à l'objet à cette basse altitude, où la densité d'air limite la vitesse à 1.300 Kmh. Au-dessus de cette vitesse, la température dans les compresseurs des turbines de réacteurs ferait éclater les moteurs. Il y avait une logique derrière les mouvements de l'objet," a ajouté le Colonel.

De toute façon, ce jeu de chat et de souris a continué jusqu'à ce que peu de temps après 01:00, lorsque les F-16 ont reçu l'ordre de rentrer à leur base. Sur terre, cependant, le capitaine Pinson et d'autres gendarmes continuèrent à observer "quatre taches lumineuses blanches formant un carré "jusqu'à environ à 1:30, lorsque les quatre OVNIS ont perdu leur luminosité et ont semblé disparaître dans quatre directions différentes." De manière significative, les conditions atmosphériques cette nuit étaient très claires, permettant aux témoins au sol d'observer les objets en détail, aussi bien que la poursuite par le F-16s. Les pilotes, cependant, n'ont pas observé les objets visuellement.

Le Major Lambrechts exclut finalement un certain nombre d'hypothèses alternatives pour expliquer l'ovni, telles que "illusions optiques, confusion avec des planètes ou autres ballons météorologiques de ou phénomènes et inversions météorologiques, projections, hologrammes etc." plus significatif encore, il écrit que "les vitesses mesurées moment du changement d'altitude excluent l'hypothèse que l'ovni observé pourrait être un avion: "bien que l'on ait mesuré des vitesse largement supersoniques, aucun 'bang' du au passage du mur du son n'a pu être enregistré. Ici, aucune explication ne peut être donnée." Le physicien français Jean Pierre Petit a renchérit en expliquant dans Paris Match: "en réalité, il n'y a aucune machine faite par l'homme, avion ou un missile, qui soit capable de cela. Particulièrement de voler à vitesse supersonique à basse altitude sans faire entendre de 'bang'."

Bien que les autorités militaires belges aient insisté sur le fait que les OVNIS vus en Wallonie ne sont en aucun cas des avions secret, les similitudes entre les engins triangulaires vus en Belgique avec les engins en forme de boomerang observés tout au long de la dernière décennie dans la vallée de l'Hudson à New York dans l'Ouest du Connecticut occidental, comme d'autres OVNIS triangulaires observé à Wytheville, Virginie, Fyffe, en Alabama, et au Porto Rico, entre autres endroits, ont mené quelques chercheurs à suggérer que la technologie derrière toutes ces observations soit terrestre et non extraterrestre.

La similitude entre les vagues d'ovnis Belge et celles de la vallée de l'Hudson a été notée par l'enquêteur Patrick Ferryn de la SOBEPS. Présentant ses observations sur le livre "Siège de Nuit" par le défunt Dr. Allen Hynek, l'enquêteur Philip Imbrogno et le journaliste Bob Pratt, qui ont documenté les cas de la vallée de Hudson, Ferryn a écrit qu' "en changeant seulement quelques mots, exactement les mêmes phrases pourraient être écrites pour rédiger un exposé sur le cas Belge! Il en va de même pour beaucoup de pages et extraits entiers du livre."

Tandis que personne ne doute que les gens avaient vu quelque chose dans le Nord de l'état de New York et en Wallonie Belge, la grande question est de savoir si ces observations sont provoquées par des OVNIS véritables ou par un certain type de nouvel avion militaire secret révolutionnaire. Le premier parmi les partisans de la théorie de l'arme secrète, Tony Gonsalves, est un chercheur de Providence, Rhode Island, qui a servi de capitaine de mécanicien en aviation à réaction dans la marine américaine sur trois porte-avions entre 1959 et 1963.

Dans de nombreux articles de journaux écrit pendant les deux dernières années, Gonsalves a développé sa théorie "l'ovni made in USA" que les boomerangs des comtés de Westchester et de Duchess, aussi bien que l'ovni triangulaire Belge, de la Virginie et du Porto Rico, sont réellement une version secrète modifiée du bombardier de B-2 Stealth. Gonsalves croit que cet engin est totalement opérationnel depuis les années 80, et que le bombardier présenté au public en 1988 est un "leurre" pour tromper les citoyens américains, les medias et le congrès. En outre, Tony Gonsalves et quelques autres ufologues spéculent que cet avion secret peut même incorporer une certaine technologie étrangère obtenue à partir des accidents d'ovnis il y a des décennies.

La théorie de Gonsalves a semblé gagner de la crédibilité quand Aviation Weekly et Space technoloy ont rapporté dans leur N. d'Octobre 1990 que le "grand ovni triangulaire en forme d'aile volante" a été observé sur la base de l'US Air Force de Nellis, au Nevada, et dans les montagnes de Tehachapi près d'Edwards AFB en Californie. Le magazine aérospatial bien connu a mentionné plusieurs observations par des ingénieurs "d'un avion de forme triangulaire," probablement des prototypes de l'A-12, le nouvel avion d'attaque invisible de la marine, et une ou plusieurs versions de l'avion de reconnaissance qui se cache sous le code top secret d'Aurora, pour remplacer l'ancien Lockheed SR-71 "Blackhawk" qui a été récemment mis en retraite. Aviation Weekly, parfois surnommé "Aviation Leak" - "fuites sur l'aviation" a également cité les sources de US Air Force qui "auraient reconnu que ce type de forme triangulaire sont d'actualité" aussi bien que des rapports non confirmés que certains de ces avions "ont été conçus pour se déplacer à des vitesses de Mach 10 ou plus."

Puisqu'il a travaillé pendant plus de 30 années en tant que rédacteur en chef d'Aviation Weekly, où il est toujours un collaborateur actif, nous avons cherché à connaître l'opinion du debunker bien connu Philip Klass pour savoir s'il pense qu'il pourrait y avoir quelque raison que ce soit d'expliquer la vague Belge par un avion militaire secret, invisible ou autre. "A mon avis la réponse absolument négative," répondit Klass ajoutant que seules les observations "à proximité de la base aérienne de Nellis" au Nevada pourraient être provoqués par des essais d'avion militaires. "S'il y avait un avion secret," poursuit Klass, "de toute évidence, le dernier endroit dans le monde ou vous voudriez le piloter est Duchess County, où les gens sont maintenant tous alertés et cherchent à observer ces objets."

Bien qu'ils soient en désaccord certainement sur l'explication finale des observations, Klass et Philip Imbrogno semblent être totalement d'accord dans leur rejet de la théorie de l'avion secret Stealth de Tony Gonsalves. "Il est impensable que le gouvernement laisse examiner un avion secret dans de telles zones" a dit Imbrogno. "Premièrement, que se passerait-il s'ils ont un problème, ou s'ils se crashent?" Imbrogno a indiqué qu'il avait considéré cette possibilité quand il a étudié pour la première fois les observations de boomerang: "je suis maintenant convaincu que les OVNIS de la vallée de l'Hudson n'est pas un avion, Stealth ou autre. Deuxièmement, je ne suis pas totalement convaincu qu'il est d'outre espace. Troisièmement, je ne sais fichtre pas ce que c'est."

En attendant, les observations continuent à s'accumuler en Europe. Le dernier cas avant la fin de la vague a été rapporté en début Novembre, quand le "Une mystérieuse forme dans le ciel, différemment décrite comme des sphères, des triangles et des points lumineux oranges," ont été rapportés en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse et en Italie, selon une dépêche de l'agence de nouvelles Reuters. Les lignes téléphoniques de police ont été encombrées à travers le continent par des appels au sujet du vol d'objets non identifiés. Des experts à Munich ont imaginé que les observations pourraient avoir été déclenchés par l'explosion d'une météorite. Cependant, cette explication ne peut pas expliquer les observations en Belgique, où des "douzaines de personnes ont rapporté un objet triangulaire avec trois lumières volant lentement et silencieusement vers le sud-ouest," selon le rapport de l'agence Reuters.

L'Armée de l'Air Belge étudia de nouveau le cas, ainsi que le service Français pour la recherche sur les phénomènes de ré-entrée (SEPRA), qui est rattachée à l'agence nationale française de l'espace (CNES) à Toulouse et a été autrefois connue sous le nom de GEPAN. Un pilote d'Air France a déclaré à un interviewer de la radio: "nous étions sur un vol vers Barcelone (Espagne) à environ 33.000 pieds à environ 7 P.M. quand nous avons vu la première fois la forme. Ca ne pouvait pas être un satellite parce qu'il était là pendant trois ou quatre minutes."

Si les observations Belges s'avèrent être celles d'un avion secret, le mystère sera public tôt ou tard, mais si elles sont effectivement provoquées par de véritables ovnis, alors nous pouvons les discuter longtemps. Il semble que le bilan de cette affaire et de sa signification a été très bien exprimé par le scientifique Auguste Meessen, de la SOBEPS, professeur de physique à l'Université Catholique de Louvain. Il a déclaré dans Paris Match: "Il y a trop de rapports indépendants de témoins oculaires pour qu'on puisse les ignorer. Un trop grand nombre de rapports décrivent des effets physiques cohérents, et il y a un accord parmi ces rapports au sujet de ce qui a été observé. Si tous ces témoins mentent, alors c'est une maladie mentale de telle nouveauté et proportions qu'elle doit être étudié."

"Mais naturellement," poursuit le Professeur Messeen, "il y a également des effets physiques. Le rapport de l'Armée de l'Air nous permet d'approcher le problème d'une manière raisonnable et scientifique. L'hypothèse la plus simple est que les observations sont provoqués par des visiteurs extraterrestres, mais que l'hypothèse porte en elle d'autres problèmes. Nous ne sommes pas dans l'urgence de devoir conclure, mais continuons à étudier le mystère." Le dernier mot au sujet de la vague d'ovnis qui a abattu "le mur du silence" sur les OVNIS doit encore être écrit.

A PROPOS DE L'AUTEUR:

Le journaliste Chilien Américain Antonio Huneeus est né à New York en 1950, fils d'un diplomate et d'un fonctionnaire Chiliens aux Etats-Unis. Après avoir étudié le français à l'université de la Sorbonne à Paris en 1970 et le journalisme à l'université du Chili, il a travaillé comme rédacteur scientifique pour un magazine hebdomadaire à Santiago et a collaboré à un nombre de journaux. Ses recherches sur les OVNIS ont débuté en 1977 par l'incident temporel bizarre du caporal Armando Valdes de l'armée Chilienne. Depuis lors, il a écrit des centaines d'articles sur les OVNIS et des sujets apparentés pour des publications telles qu'Omni, UFO Reports, et le Journal du MUFON aux États-Unis, aussi bien que pour des magazines dans l'ensemble de l'Amérique du Sud et de l'Europe. Il a gagné l'année dernière le titre d'Ufologue de l'Année décernée la Conférence Nationale sur les OVNIS. Les lecteurs peuvent atteindre l'auteur directement à la BP 1989, New York, NY 10159.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 23 décembre 2002