France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

9 janvier 1954, Neuvelle-lès-Champlitte, Haute-Saône:

Référence pour ce cas: 9-jan-54-Neuvelle-lès-Champlitte. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal La République du 12 janvier 1954 indiquait parmi d'autres observations dans la région au 9 janvier 1954, que plusieurs habitant de Neuvelle-lès-Champlitte, tous gens sérieux, avaient "remarqué dans le ciel une sorte d'engin fantastique du genre de celui vu dans la région du nord ces jours derniers."

Charles Garreau, alors journaliste de La Bourgogne Républicaine et déjà passionné par la question des soucoupes volantes, avait mis les observations de ce jour sur une carte pour montrer que puisque la chose avait zigzaguée, elle n'était pas un météore. Il avait naïvement pris pour argent comptant les heures citées, 07:20 du matin pour cette observation, alors qu'elles n'étaient pour la plupart, évidemment, que des heures approximatives. C'est à cause de cela que certains parlent encore d'un "brusque changement de cap" du phénomène, alors qu'il n'en était rien.

Garreau parlait, sans citer sa source, d'une lueur rouge qui "jette un reflet de sang sur la campagne enneigée." Très haut, un objet assez long, suivi d'une traînée incandescente, "décrit un immense arc de cercle, et file vers le Nord" alors que par coïncidence, au même moment, la région a été privée de courant électrique.

Cet évident météore a été expliqué comme tel par les ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jacques Brucker dans leur livre de 1979, mais certains ont continué à citer l'observation comme si elle était "inexpliquée".

Rapports:

[Ref. lre1:] JOURNAL "LA REPUBLIQUE":

[...]

Neuvelle-les-Champlitte. -- Plusieurs habitants de la localité, tous gens sérieux, ont remarqué dans le ciel une sorte d'engin fantastique du genre de celui vu dans la région du nord ces jours derniers.

[...]

[Ref. cgu1:] CHARLES GARREAU:

Le journaliste, auteur et ufologue pionnier indiquait que samedi le 9 janvier 1954 à l'aube, il y a eu une "incursion fulgurante" sur l'est de la France, qui selon lui "semble devoir faire date dans le volumineux dossier des 'soucoupes volantes'".

Garreau indiquait que de "tous les points" de la région, les renseignements ont afflué à sa rédaction, sur un objet qui "évolua pendant près de deux heures au-dessus de l'Est."

Il disait que les premiers rapports laissaient la porte ouverte à toutes les hypothèses, météore, ballon, avion à réaction, "ou soucoupe!", mais que les rapports qui lui sont parvenus par la suite élimineraient toutes les hypothèses sauf celle de la soucoupe volante.

Il rappelait que les météores ont toujours une trajectoire parfaitement rectiligne, une vitesse constante relativement élevée de 30 à 40000 km/h, et que les ballons, ont une vitesse apparente qui ne peut dépasser celle des courants stratosphériques les plus violents, de 3 à 400 km/h.

Parmi les cas qu'il évoquait, il y avait celui de 7:20 du matin à Neuville-les-Champlitte [sic] en Haute-Saône, d'une lueur rouge qui "jette un reflet de sang sur la campagne enneigée." Très haut, un objet assez long, suivi d'une traînée incandescente, "décrit un immense arc de cercle, et file vers le Nord" alors que par coïncidence, au même moment, la région a été privée de courant électrique.

Il assurait qu'entre le lieu de l'observation précédente de Lunéville à celle-ci, il y a 130 kilomètres à vol d'oiseau, que le "Mystérieux Objet Céleste" a parcouru en une heure.

Il expliquait qu'aucun météore ou ballon n'aurait pu se livrer au "zigzag" montré selon lui par les observations de ce matin, et qu'aucun avion du moment n'aurait été capable "de s'immobiliser puis de foncer à plus de 3 000 à l'heure", performances qu'il déduit de certaine des observations et des distances entre points d'observations en se basant sur les heures d'observations rapportée.

Garreau ajoutait que "pour ne laisser subsister aucun doute", il avait interrogé les différentes stations de météo régionales, et qu'on lui avait dit qu'aucun ballon n'avait lâché.

A la base américaine de Semoutiers, près de Chaumont, on lui avait dit "Ce n'était ni un ballon, ni un avion, de chez nous."

Il ajoutait que l'observatoire de Besançon n'avait rien vu, et que les radars de Contrexéville et de Dijon ainsi que le goniomètre de Perrogney en Haute-Saône n'avaient rien vu, puisque leurs spécialistes ne prenaient leur service qu'à huit heures.

Il ajoutait que le "Bureau scientifique" avait hésité à prendre position, disant que la seule explication "naturelle" possible serait celle d'un météore, mais "le périple décrit par l'objet est tel qu'il ne pourrait s'agir d'un seul météore. Il faudrait donc admettre que c'est un essaim de météorites qui a traversé "(sous les nuages!!!)" le ciel de l'Est de la France en suivant des trajectoires différentes."

[Ref. cgu2:] CHARLES GARREAU:

Le journaliste et pionnier de l'ufologie française Charles Garreau a dessiné la carte ci-dessous pour tracer des observations qui se sont toutes produites le 9 janvier 1954, entre 06:15 du matin et 7:50 du matin dans l'Est de la France.

Bien qu'aucune narration ne soit jointe, il est évident par la carte que selon Garreau une observation d'une certaine sorte s'est produite le 9 janvier 1954, à 07:20 du matin, de Neuvelle-les-Champlitte ou près de Neuvelle-les-Champlitte.

[Ref. bbr1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les auteurs indiquent que la Dépêche du Berry du 11 janvier 1954 a dit du cas de Gémeaux à 7:21:

"Plusieurs personnes ont vu dans le ciel, pendant quelques secondes, une boule rouge, surmontée d'un triangle. L'objet, qui venait de la région de l'Is-sur-Tille, est passé sans laisser de trace et s'est immobilisé sur le village avant de repartir comme un éclair en direction de Til Chatel, pour disparaître à l'horizon. A peu près à la même heure, le même phénomène a été observé à Neuvelle-les-Champlites et Langres."

Les auteurs donnent deux schémas, celui de gauche est le trajet de la soucoupe volante selon Charles Garreau, celui de droite est la trajectoire du météore selon eux:

Les auteurs fustigent [à juste titre] les ufologues qui comme Charles Garreau ont pris littéralement les heures d'observations données dans les journaux [comme si les gens étaient alors munis de chronomètres! Ces heures ne sont généralement qu'approximations faites a postériori] et ont alors cru à un trajet compliqué de soucoupe volante là où un météore était passé.

Barthel et Brucker précisent que la trajectoire Nord-Ouest - Sud-Est du météore de 7:50 est confirmée par des témoignages venant de l'étranger.

[Ref. via2:] BULLETIN D'UFOLOGIE "VIMANA 21":

LES METEORES

[...Autres cas...]

9 JANVIER 1954

L'objet aérien qui a survolé la Côte d'Or a laissé la porte ouverte à diverses hypothèses: météore, ballon, avion à réaction ou soucoupe, d'après les journaux! Les témoins le décrivent comme un objet à la vitesse d'un escargot (de Bourgogne), puis comme un bolide décrivant un extraordinaire périple: Nancy, Neuvelle les Champlittes, Chaumont, Langres, Gemeaux, Besançon. Il aurait aussi été vu à Dijon, Oisilly et Auxonne. Il fut décrit aussi comme une traînée rougeâtre ou disque jaune, suivant sa vitesse et l'angle d'observation (réf. 21)

[...Autres cas...]

La source "réf. 21" est indiquée plus loin, comme "21 - Bourgogne Républicaine du 13/1/54, Mystérieux objets célestes d'Aimée [sic] Michel, page 96 à 99 -"

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

[... Autre cas...]

"Phénomène Céleste."

Nous n'avons aucune date et heure au sujet du cas, mais il y avait une histoire curieuse dans un journal suisse daté 10 janvier, 1954. La C.I.A a collecté la coupure suivante et l'a traduite en anglais. Elle disait:

"Pendant quelques secondes, des habitants de Gemeaux, département de Cote d'Or, ont récemment observé dans le ciel une boule rouge surmontée par un triangle. Le phénomène a passé sans laisser de traînée. La même observation a été rapportée par plusieurs témoins de Nouvelles-les-Champlitte [sic] et de Langras. [sic]" 46.

[... Autre cas...]

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 9 janvier en France, à "Neuville les Champlitte", "A 7 h 30 : une lueur rouge jette un reflet de sang sur la campagne enneigée. Très haut un objet assez long, suivi d’une traînée incandescente, décrit un immense arc de cercle, il file vers le nord. Coïncidence : au même moment la région est privée de courant électrique. (Charles GARREAU : « Alerte dans le ciel : le dossier des enlèvements » éd. Alain Lefeuvre 1981, p.101"

[Note 1: cette ufologue "sceptique" Belge se trompe de référence: ce n'est pas le livre de 1981 "Alerte dans le ciel: le dossier des enlèvements" de Garreau, mais celui de 1956, "Alerte dans le ciel" tout court.]

[Note 2: le résumé n'est pas celui de l'observation à Neuvelle-lès-Champlitte mais celui de l'observation à Besançon!]

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique qu'en Haute Saône à Neuvelle les Champlitte le 9 janvier 1954 à 07:20 il y a eu "Observation d'un objet discoïdal d'une luminosité aveuglante rouge, jetant des reflets de sang sur la campagne enneigée et laissant une longue trainée rouge. Venant du Nord est [sic] il part vers le Nord. Alors que l'objet survole cette zone, une panne générale d'électricité survint. Le courant se rétabli dés [sic] sa disparition."

Les sources sont indiquées comme "Les soucoupes volantes viennent d'un autre monde par Guieu Jimmy ** Fleuve Noir 1954" et Alerte dans le ciel par Garreau Charles ** Alain Lefeuvre 1981".

Explications:

Le météore du 9 janvier 1954 à 07:48.

Charles Garreau assurait qu'entre le lieu de l'observation précédente de Lunéville à celle-ci, il y a 130 kilomètres à vol d'oiseau, et calcule que "l'engin" l'avait parcouru en une heure.

Mais l'heure de l'observation de Lunéville était donnée comme "vers 06h00" par Nice-Matin, comme "un peu" avant "07h55" par L'Est Républicain, et "06:15" par Garreau. Comment peut-on croire qu'il y avait là une heure fiable?

Quant à la "coupure de courant" invoquée, Guieu et Garreau ne nous expliquent pas pourquoi, si elle était provoquée par une "soucoupe volante", elle n'aurait eu lieu que pour cette observation, et pour aucune des 35 autres que j'ai pu documenter pour ce matin-là à ces heures-là et dans cette région-là.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Neuvelle-lès-Champlitte, Haute-Saône, ciel, lueur, rouge, reflet, haut, objet, engin, long, traînée, incandescent, arc de cercle, coupure de courant

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 25 septembre 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 10 janvier 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [goe1], [lcn1].
1.1 Patrick Gross 2 novembre 2016 Addition [lgs1].
1.2 Patrick Gross 26 janvier 2019 Additions [via2], Résumé.
1.3 Patrick Gross 2 février 2020 Additions [cgu1]. Dans le Résumé, addition du paragraphe "Garreau parlait..." Explications changées, étaient "Le météore du 9 janvier 1954 à 07:48."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 2 février 2020.