France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

22 octobre 1954, Wittenheim, Haut-Rhin:

Référence pour ce cas: 22-oct-54-Wittenheim. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional L'Alsace du 24 octobre 1954 avait rapporté en page 7 qu'une soucoupe volante avait fait une extraordinaire démonstration dans le ciel de Wittenheim le 22 octobre 1954 à partir de 23h10.

De nombreux spectateurs venaient de quitter le cinéma "Palace", et certains étaient allés au café Zimmermann-Thomas pour y converser et consommer avant de regagner leur domicile. Soudain un homme avait fait irruption dans la salle, très ému, lançant à ['assemblée stupéfaite: "vous qui n'y croyez pas, sortez donc! Venez voir!"

Il y eut une ruée générale, et les consommateurs, mais aussi d'innombrables cyclistes et piétons qui se trouvaient sur la route ou à Wittenheim même, ou au quartier Jeune Bois, on vu ce spectacle "à la fois bouleversant et convaincant."

L'homme qui avait attiré l'attention des consommateurs était Eugène Stattner, habitant Wittenheim - Jeune Bois et travaillant au service de l'administration municipale de Mulhouse. Il avait été lui aussi au cinéma.

A l'issue du spectacle il est monté dans sa voiture et, tous phares allumés, s'est dirigé vers la cité Jeune Bois. A 23:10, il a soudain vu ce qu'il a appelé une soucoupe volante. C'est alors qu'il s'est précipité dans le café pour en ressortir aussitôt avec l'espoir qu'entre-temps le phénomène ne s'était pas évanoui.

Non seulement la soucoupe n'avait pas disparu, mais elle s'est livrée à "une démonstration pour le moins extraordinaire."

L'engin venant de la direction de la mine Anna, se dirigeait vers la cité Jeune Bois, lentement. La soucoupe était en rotation rapide sur elle-même, dans un mouvement de rotation double, et, dans ciel très clair, elle était parfaitement visible.

La soucoupe tournoyait, tel un carrousel, sur ses bords autour d'un noyau central parfaitement immobile, et en plus elle effectuait une rotation sur elle-même par renversements successifs et rapprochés, toujours autour d'un noyau central.

Ce qui fait que dans le premier cas de rotation, l'engin avait l'apparence d'une grande assiette et, dans le second cas, d'un fuseau allongé ou cigare.

Le journal indique que la soucoupe "mesurait apparemment 1 m de diamètre" et que selon Mr. Stattner elle évoluait à environ 500 mètres d'altitude. Le journal dit que si ces chiffres sont exacts, "les dimensions réelles de l'engin seraient considérables".

Mr. Stattner avait dit que l'engin semblait "folâtrer dans le ciel", et avait mis une dizaine de minutes à aller du puits Anna au puits Théodore en passant par Jeune Bois.

Le silence était absolu. Le bord extérieur de la soucoupe est passé du rouge au brun, puis au rouge vif, tandis que le noyau central était incandescent, entouré d'une gerbe d'étincelles. Un reflet d'incendie illuminait le paysage.

Alors que la soucoupe était au-dessus de la mine Théodore, et toujours dans le silence le plus absolu, elle a fait une forte accélération et à une "vitesse incroyable," elle a "disparu en plein ciel."

Le journal n'avait aucune explication triviale et, cette fois, ne se moquait pas de l'observation, en raison du grand nombre de témoins et des observations nombreuses dans la région ces jours-là.

En 2004, Christian Valentin, ancien journaliste et passionné par l'histoire des OVNIS en Alsace, a expliqué qu'il interviewé Jean-Marie Stattner, fils d'Eugène Stattner, en 2004.

Il a appris que son père, sa mère et lui-même étaient en voiture, revenant du cinéma, ce 22 octobre 1954. Son père avait arrêté la voiture, était sorti, suivi de son fils, pour mieux voir un objet ovale lumineux immobile dans le ciel, situé en direction de la cité Théodore.

Son père s'est ensuite précipité dans un restaurant proche, le café Zimmermann, pour alerter les gens et plus d'une dizaine de personnes avaient alors observé l'objet, pendant plus de temps que le père et le fils précédemment, tandis que la mère observait le phénomène depuis l'intérieur de la voiture. L'objet a ensuite filé dans la direction de la cité Théodore.

Le lendemain ou le surlendemain, le père s'était présenté à la gendarmerie pour y faire une déposition sur l'observation; le fils pense maintenant qu'il a pu être convoqué par les gendarmes. Dans ses souvenirs, les gendarmes parlaient de ballon sonde en se demandant comment un ballon sonde aurait pu émettre autant de lumière.

C'est à la suite de cette affaire qu'à Wittenheim, un autre des témoins avait sculpté un "martien" dans une betterave, qui avait été exposé au café Zimmermann et photographié par la presse, menant des décennies plus tard les debunkers Barthel et Brucker à prétendre avoir "expliqué le cas" comme étant un canular. Le fils se souvient de l'atmosphère de dérision injuste qui a beaucoup affecté son père, et lui-même se demande encore ce qu'était ce qu'ils ont vu.

Rapports:

[Ref. la1:] JOURNAL "L'ALSACE":

Une soucoupe volante fait une extraordinaire démonstration dans le ciel de Wittenheim

Nous avons signalé dans notre dernière édition d'une part la triple apparition d'un globe rouge, jeudi soir, à 18h40, 19h30 et après 20h00 et, d'autre part, le double passage, la veille, d'une boule de la même couleur au dessus de Wittenheim, à 23h20 et 0h50.

Or, dans la nuit de vendredi à samedi, un phénomène s'est produit, qui constitue un témoignage absolument irréfutable tant par la netteté de l'apparition que par le nombre de personnes qui y ont assisté.

Il était 23h10. De nombreux spectateurs venaient de quitter le cinéma "Palace". Certains d'entre eux se rendaient au café Zimmermann-Thomas pour y converser et consommer avant de regagner leur domicile. Soudain un homme fit irruption dans la salle. Très ému, il lança à ['assemblée stupéfaite: «vous qui n'y croyez pas, sortez donc! Venez voir ! Ce fut une ruée générale. Et le spectacle qui s'offrit à la vue non seulement des consommateurs mais encore des innombrables cyclistes et piétons qui, à ce moment-là se trouvaient sur la route soit à Wittenheim même, soit à Jeune Bois, était à la fois bouleversant et convaincant. L'homme qui avait ainsi attiré l'attention des consommateurs était M. Eugène Stattner, habitant Wittenheim-Jeune Bois et travaillant au service de l'administration municipale de Mulhouse. Il avait été lui aussi au cinéma. A l'issue du spectacle il monta dans sa voiture et, tous phares allumés, se dirigea vers la cité Jeune Bois. Il était 23h10, lorsqu'il aperçut soudain ce qu'il appelle lui-même une soucoupe volante. C'est alors qu'il se précipite dans le café pour en ressortir aussitôt avec l'espoir qu'entre-temps le phénomène ne s'était pas évanoui. Or, non seulement la soucoupe n'avait pas disparu, mais elle se livra à une démonstration pour le moins extraordinaire.

L'engin venant de la direction de la mine Anna, se dirigeait vers la cité Jeune Bois. Si la course était lente, par contre la soucoupe tournait à vive allure sur elle-même, dans un mouvement de rotation double, et, -le ciel étant très clair- parfaitement visible: d'une part la soucoupe tournoyait, tel un carrousel, sur ses bords autour d'un noyau central parfaitement immobile, d'autre part, l'engin effectuait une rotation sur lui-même par renversements successifs et rapprochés, toujours autour d'un noyau central.

Ce qui fait - et l'importance de cette constatation est considérable - que dans le premier cas de rotation, l'engin avait l'apparence d'une grande assiette et, dans le second cas, d'un fuseau allongé, ou si l'on préfère, d'un cigare. Ce serait là une explication fort simple et parfaitement valable quant à la forme des engins aériens désignés sous les noms de soucoupe volante et cigare volant.

La soucoupe mesurait apparemment 1 m de diamètre. Or selon M. Stattner, elle évoluait à environ 500 m d'altitude. Si ces chiffres sont exacts, les dimensions réelles de l'engin seraient considérables.

L'engin qui, selon l'expression de M. Stattner, semblait folâtrer dans le ciel, mit une dizaine de minutes à aller du puits Anna au puits Théodore en passant par Jeune Bois. L'observation en fut donc particulièrement aisée. Le silence était absolu. Le bord extérieur de la soucoupe passa du rouge au brun, puis au rouge vif, tandis que le noyau central était incandescent, entouré d'une gerbe d'étincelles. Un reflet d'incendie illuminait le paysage.

Et soudain, alors que la soucoupe était au dessus de la mine Théodore, et toujours dans le silence le plus absolu, une formidable détente se produisit et, à une vitesse incroyable, l'engin disparut en plein ciel. Tels sont les faits. Il ne nous appartient pas de les commenter mais leur constatation ne manque pas de laisser rêveur. Il s'agit là, de toute façon, d'un des témoignages les plus précis que nous ayons eu, à ce jour, à rapporter ici.

Comme tout ce qui, a priori, suscite l'incrédulité, le thème "soucoupe" peut prêter le flanc à l'ironie, voire à la plaisanterie. Nous n'avons pas dédaigné sacrifier à cet aspect de la question. Il faut reconnaître qu'une appréciable dose de courage est aujourd'hui nécessaire à une personne isolée que le hasard a rendu témoin d'une de ces étranges apparitions qui se produisent depuis quelques temps dans le ciel, pour narrer publiquement son aventure. Ce courage, récemment, des lecteurs de l'Alsace l'ont eu. La bonne foi du cheminot de Jettingen-Berentzwiller était hors de doute pour tous ceux qui le connaissaient, comme pour nous. Celle du fermier de Dornach l'était tout autant. Leur témoignage, marqué de bon sens et de l'honnêteté la plus scrupuleuse trouvent dans ce qu'ont a vu à présent plusieurs centaines de personnes à la fois une éclatante confirmation.

[Ref. cv1:] CHRISTIAN VALENTIN:

Christian Valentin a interviewé Jean-Marie Stattner en 2004. Celui-ci est le fils d'un témoin d'une lumière dans le ciel à Wittenheim le 22 octobre 1954.

Son père, sa mère et lui étaient en voiture, revenant du cinéma, et son père arrêté la voiture et est sorti, suivi de son fils, pour mieux voir un objet ovale lumineux immobile dans le ciel, situé en direction de la cité Théodore.

Son père s'est ensuite précipité dans un restaurant proche, le café Zimmermann, pour alerter les gens et plus d'une dizaine de personne ont alors observé l'objet, pendant plus de temps que le père et le fils précédemment, tandis que la mère observait le phénomène depuis l'intérieur de la voiture. L'objet a ensuite filé dans la direction de la cité Théodore.

Le lendemain ou le surlendemain, le père s'est présenté à la gendarmerie pour y faire une déposition sur l'observation, le fils pense maintenant qu'il a pu être convoqué par les gendarmes. Dans ses souvenirs, les gendarmes parlaient de ballon sonde en se demandant comment un ballon sonde aurait pu émettre autant de lumière.

C'est à la suite de cette affaire qu'à Wittenheim, un autre des témoins avait sculpté un "martien" dans une betterave, qui avait été exposé au café Zimmermann et photographié par la presse, menant des décennies plus tard les debunkers Barthel et Brucker à prétendre avoir "expliqué le cas" comme étant un canular. Le fils se souvient de l'atmosphère de dérision injuste qui a beaucoup affecté son père, et lui-même se demande encore ce qu'était ce qu'ils ont vu.

[Ref. cv2:] CHRISTIAN VALENTIN:

L'ancien journaliste Christian Valentin a publié en 2012 un très intéressant livre retraçant l'histoire des observations d'OVNIS et autres soucoupes volantes en Alsace, des origines jusqu'en 1980.

Dans ce livre, il relate que le cas du vendredi 24 octobre 1954 à 68 Wittenheim dans le Haut-Rhin a été rapporté dans le journal L'Alsace du dimanche 24 octobre 1954 en page 7 de l'édition française:

Une soucoupe volante fait une extraordinaire démonstration dans le ciel de WITTENHEIM

Nous avons signalé dans notre dernière édition d'une part la triple apparition d'un globe rouge, jeudi soir, à 18h40, 19h30 et après 20h00 et, d'autre part, le double passage, la veille, d'une boule de la même couleur au dessus de Wittenheim, à 23h20 et 0h50.

Or, dans la nuit de vendredi à samedi, un phénomène s'est produit, qui constitue un témoignage absolument irréfutable tant par la netteté de l'apparition que par le nombre de personnes qui y ont assisté.

Il était 23h10. De nombreux spectateurs venaient de quitter le cinéma "Palace". Certains d'entre eux se rendaient au café Zimmermann-Thomas pour y converser et consommer avant de regagner leur domicile. Soudain un homme fit irruption dans la salle. Très ému, il lança à ['assemblée stupéfaite: «vous qui n'y croyez pas, sortez donc! Venez voir ! Ce fut une ruée générale. Et le spectacle qui s'offrit à la vue non seulement des consommateurs mais encore des innombrables cyclistes et piétons qui, à ce moment-là se trouvaient sur la route soit à Wittenheim même, soit à Jeune Bois, était à la fois bouleversant et convaincant. L'homme qui avait ainsi attiré l'attention des consommateurs était M. Eugène Stattner, habitant Wittenheim-Jeune Bois et travaillant au service de l'administration municipale de Mulhouse. Il avait été lui aussi au cinéma. A l'issue du spectacle il monta dans sa voiture et, tous phares allumés, se dirigea vers la cité Jeune Bois. Il était 23h10, lorsqu'il aperçut soudain ce qu'il appelle lui-même une soucoupe volante. C'est alors qu'il se précipite dans le café pour en ressortir aussitôt avec l'espoir qu'entre-temps le phénomène ne s'était pas évanoui. Or, non seulement la soucoupe n'avait pas disparu, mais elle se livra à une démonstration pour le moins extraordinaire.

L'engin venant de la direction de la mine Anna, se dirigeait vers la cité Jeune Bois. Si la course était lente, par contre la soucoupe tournait à vive allure sur elle-même, dans un mouvement de rotation double, et, -le ciel étant très clair- parfaitement visible: d'une part la soucoupe tournoyait, tel un carrousel, sur ses bords autour d'un noyau central parfaitement immobile, d'autre part, l'engin effectuait une rotation sur lui-même par renversements successifs et rapprochés, toujours autour d'un noyau central.

Ce qui fait - et l'importance de cette constatation est considérable - que dans le premier cas de rotation, l'engin avait l'apparence d'une grande assiette et, dans le second cas, d'un fuseau allongé, ou si l'on préfère, d'un cigare. Ce serait là une explication fort simple et parfaitement valable quant à la forme des engins aériens désignés sous les noms de soucoupe volante et cigare volant.

La soucoupe mesurait apparemment 1 m de diamètre. Or selon M. Stattner, elle évoluait à environ 500 m d'altitude. Si ces chiffres sont exacts, les dimensions réelles de l'engin seraient considérables.

L'engin qui, selon l'expression de M. Stattner, semblait folâtrer dans le ciel, mit une dizaine de minutes à aller du puits Anna au puits Théodore en passant par Jeune Bois. L'observation en fut donc particulièrement aisée. Le silence était absolu. Le bord extérieur de la soucoupe passa du rouge au brun, puis au rouge vif, tandis que le noyau central était incandescent, entouré d'une gerbe d'étincelles. Un reflet d'incendie illuminait le paysage.

Et soudain, alors que la soucoupe était au dessus de la mine Théodore, et toujours dans le silence le plus absolu, une formidable détente se produisit et, à une vitesse incroyable, l'engin disparut en plein ciel. Tels sont les faits. Il ne nous appartient pas de les commenter mais leur constatation ne manque pas de laisser rêveur. Il s'agit là, de toute façon, d'un des témoignages les plus précis que nous ayons eu, à ce jour, à rapporter ici.

Comme tout ce qui, a priori, suscite l'incrédulité, le thème "soucoupe" peut prêter le flanc à l'ironie, voire à la plaisanterie. Nous n'avons pas dédaigné sacrifier à cet aspect de la question. Il faut reconnaître qu'une appréciable dose de courage est aujourd'hui nécessaire à une personne isolée que le hasard a rendu témoin d'une de ces étranges apparitions qui se produisent depuis quelques temps dans le ciel, pour narrer publiquement son aventure. Ce courage, récemment, des lecteurs de l'Alsace l'ont eu. La bonne foi du cheminot de Jettingen-Berentzwiller était hors de doute pour tous ceux qui le connaissaient, comme pour nous. Celle du fermier de Dornach l'était tout autant. Leur témoignage, marqué de bon sens et de l'honnêteté la plus scrupuleuse trouvent dans ce qu'ont a vu à présent plusieurs centaines de personnes à la fois une éclatante confirmation.

Explications:

Il est tout à fait remarquable que pour cette observation, certainement l'une des plus intrigantes à la fois de la vague de 1954 en France, et généralement en Alsace, il n'y a eu strictement aucune mention dans la littérature ufologique. Seul Christian Valentin a publié et enquêté sur cette affaire.

Comme je sais que des centaines d'observations de banals météore appelés "soucoupes" ou "cigares" ont été reproduites de "catalogue Vallée" en "catalogue machin" en France et aux USA puis sur le web de "RR0" en "Base OVNI France" en trente-six copies plus ou moins erronées, je me dis que dans chaque région de France, il doit bien rester des affaires de la fameuse vague de 1954 qui ont sombré dans l'oubli...

J'avais publié les données disponibles avant 2005, soit [cv1], dans mon catalogue de la vague française de 1954, mais personne n'a jugé utile entre 2005 et 2014 de les copier, alors que tant d'autres cas de mon catalogue l'ont été - généralement de manière tronquée en retirant mes éventuelles explications par des causes triviales.

Comme l'a signalé le fils du témoin à Christian Valentin, le "martien" sculpté dans une betterave le lendemain, lui, a été largement mentionné comme "rencontre rapprochée du 3ème type" d'une "créature extraterrestre en forme de radis" qui aurait hanté Wittenheim.

Tentons de localiser les événements.

Wittenheim se trouve à 6 kilomètres au nord de Mulhouse dans le Haut-Rhin. C'est une zone peuplée, même en 1954, et en plaine. Il est fort douteux qu'un météore qui serait passé n'aurait été vu et rapporté que de là.

Le cinéma le Palace n'existe plus, on s'en doute, ni le café Zimmermann-Thomas, qui était évidemment à proximité. reste à son ancien emplacement le bar "Le New Palace", 35 rue de Kingersheim, 68270 Wittenheim. Nous avons les emplacements des anciennes mines Fernand Anna et Théodore, et le quartier Jeune Bois:

La soucoupe était allée de la mine Fernand Anna à la mine Théodore en passant par Jeune Bois, vue depuis les environs du "Palace", donc allant sud-ouest vers nord-est approximativement, et vue depuis le Palace à un angle allant de 245° à 47°, soit du sud-ouest à presque au nord. Ceci exclut les explications "astronomiques" du type Lune, Vénus, étoile...

Il y a bien d'autres observations dans le Haut-Rhin ce jour-là, mais aucune n'est à cette heure ni proche de cette heure.

Sans même parler de la description, la durée d'une dizaine de minutes exclut un météore.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Wittenheim, Haut-Rhin, lumière, ovale, oval, immobile, mouvement, betterave, radis, police, gendarmes

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 23 avril 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 14 janvier 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée.
3.1 Patrick Gross 6 février 2015 Additions [la1], [cv2], Explications.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 6 février 2015