France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

21 octobre 1954, Didenheim, Haut-Rhin:

Référence pour ce cas: 21-oct-54-Didenheim. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Cette observation près de Didenheim le 21 octobre 1954 a été racontée par le journal régional L'Alsace dans édition française de Mulhouse en page 5, le 23 octobre 1954.

Le ou les journalistes se sont rendus sur les lieux, décrits ainsi: il s'agit du haut de la colline donnant à gauche sur le clocher de Didenheim à quelques kilomètres dans son vallon, donnant aussi devant eux sur le vallon menant à Hochstatt, et à leur droite approximativement vers l'Ouest, se trouvent les terres de Morschwiller-le-Bas. Près d'eux se trouve le bois nommé "forêt de Didenheim."

Le lieu est un chemin courant alors à travers les terres fraîchement labourées, boueux par endroits, creusé par les charrettes ramenant leurs charges de betteraves vers les fermes qui entourent Dornach.

Ils indiquent que c'est là qu'a été vu un "mystérieux engin "dans la nuit de jeudi à vendredi". Ils expliquent qu'ils ont eux-mêmes recueilli les témoignages qu'ils garantissent absolument dignes de foi, et qu'ils ont "mené l'enquête avec tout le sérieux et l'objectivité que l'on est en droit d'attendre en pareille occurrence."

La famille Hiroltzer possède une ferme, rue des Trois-Epis à Dornach, aux abords immédiats de la route de Belfort, en face du calvaire qui marque les limites de la commune de Mulhouse et de celle de Morschwiller-le-Bas. On y effectuait à ce moment l'arrachage des betteraves dans les champs de la ferme entre Morschwiller-le-Bas et Didenheim, à gauche de la route de Belfort.

Le jeudi soir peu après 18h30, c'est à dire à une heure où la nuit est tombée, des membres de la famille Hiroltzer étaient juchés sur une voiture tirée par un tracteur et revenaient suivant un chemin de terre entre les champs pour se diriger vers leer ferme. A l'arrière de la voiture chargée de betteraves, un adolescent de 14 ans avait pris place.

Il a soudain poussé une exclamation. On l'interrogea et il prétendit avoir vu une boule rouge traverser le ciel. Le réflexe de ceux qui l'accompagnaient a été de se moquer de lui. Il était alors 18h40.

Le jeune homme, une fois rentré à la ferme, a raconté ce qu'il avait vu au fils du fermier, Mr. Henri Hiroltzer, jeune paysan "à qui l'on en conte pas, car il a les deux pieds bien sur terre et le bon sens ne lui fait pas défaut", selon l'impression que le ou les journalistes avaient eu en l'interrogeant le lendemain soir dans le champ qu'il retournait aux commandes de son tracteur.

Mr. Hiroltzer avait été frappé par l'accent de sincérité de l'adolescent, et il a décidé de retourner avec ce dernier sur les lieux en bicyclettes.

Ils y furent bientôt, et Mr. Hiroltzer a mis pied à terre et attendait, un peu sceptique. Soudain, un globe est apparu dans le ciel, exactement à l'endroit que les journalistes décrivent plus haut. Ils disent que malgré la distance relativement grande qui séparait les deux témoins de l'engin, celui-ci semblait mesurer "quelque 50 cm de diamètre", ce qui leur "laisse supposer que les dimensions réelles de l'engin étaient considérables."

"L'engin" a évolué lentement au dessus du bois de Didenheim. Il était de couleur rouge vif comme la forte lueur qui en émanait. Soudain, une violente clarté "fit reculer la nuit, un éclair environna le globe qui disparût." Il était alors 19:30.

Mr. Hiroltzer et l'adolescent ont pris le chemin du retour. Mais arrivé à la ferme, Mr. Hiroltzer est allé chercher un de ses amis, Mr. Jean-Paul Reck, qui travaillait dans une boucherie de Mulhouse. Tous deux, montés sur une moto, sont alors retournés sur les lieux. Le ou les journalistes précisent qu'ils ont eux-mêmes recueilli le témoignage de Mr. Reck, et que celui-ci est en tous points identique aux descriptions de Mr. Hiroltzer

Henri Hiroltzer et Jean-Paul Reck ont alors assisté à une troisième apparition, alors qu'ils s'attendaient à ce que rien ne se passe.

La nuit était à ce moment totale, faiblement trouée seulement par endroits par les fermes disséminées à travers la campagne. Une fois arrivés, toujours au même endroit, Mr. Hiroltzer a laissé allumé le phare de sa moto, pour, a-t-dit, attirer l'engin, et c'est bien ce qui se produisit: le globe est soudain réapparu, encore au-dessus du bois de Didenheim. Il avançait lentement, à faible altitude, en direction des hommes. Sa couleur est passée du rouge ou vert, un "éclair balafra la nuit. Le globe devint violet, puis rouge à nouveau."

A ce moment-là, Mr. Hiroltzer a éteint le phare de sa moto, saisi de frayeur. Peu après, "l'engin disparut" et les deux hommes, convaincus cette fois et quelque peu angoissés, sont rentrés.

Rapports:

[Ref. la1:] JOURNAL "L'ALSACE":

JEUDI SOIR

Un jeune fermier de Dornach et son compagnon ont vu un mystérieux engin
évoluer au-dessus de la forêt de Didenheim

Le chemin court à travers les terres fraîchement labourées. Un chemin boueux par endroits, creusé par les lourds charrois qui, au soir, ramènent des terres du proche Sundgau leur charge de betteraves vers les fermes qui entourent Dornach.

Ce chemin, nous le suivons depuis près d'une demi-heure. L'air est froid, le paysage désolé à cette heure crépusculaire qui efface au loin le bleuissement des Vosges et traîne ses brumes laiteuses au flanc d'un mamelon que nous gravissons à présent.

Au haut de la colline on découvre un vaste horizon et l'on situe exactement les lieux: à gauche le clocher de Didenheim, à quelques kilomètres, émerge d'un creux; droit devant nous, un vallon s'ouvre en direction Hochstatt ; à droite enfin, c'est à dire approximativement vers l'Ouest, s'étend le ban de la commune de Morschwiller-le-Bas. Le bois que l'on distingue, à une courte distance est appelé forêt de Didenheim quoique le village soit assez éloigné.

C'est à l'endroit où nous nous trouvons qu'un mystérieux engin a évolué à faible hauteur, au début de la nuit de jeudi à vendredi.

Nous voudrions persuader le lecteur que les témoignages que nous avons recueilli sont absolument dignes de foi et que nous avons mené l'enquête avec tout le sérieux et l'objectivité que "on est en droit d'attendre en pareille occurrence.

Ces témoignages les voici:

Une boule rouge et lumineuse

La famille Hiroltzer possède une ferme, rue des Trois-Epis à Dornach, aux abords immédiats de la route de Belfort, en face du calvaire qui marque les limites de la commune de Mulhouse et de celle de Morschwiller-le-Bas. Actuellement, elle est occupée à l'arrachage des betteraves dans les champs qu'elle possède entre Morschwiller et Didenheim, à gauche de la route de Belfort. Jeudi soir peu après 18h30, c'est à dire à une heure où la nuit est tombée, des membres de la famille Hiroltzer juchés sur une voiture tirée par un tracteur revenaient suivant un chemin de terre, des champs, pour se diriger vers la ferme. A l'arrière de la voiture chargée de betteraves un adolescent de 14 ans avait pris place. Soudain, il poussa une exclamation. On l'interrogea. Il prétendit avoir vu une boule rouge traverser le ciel. Le réflexe de ceux qui l'accompagnaient fut de se moquer de lui. Il était 18h40. Le jeune homme, une fois rentré à la ferme, conta ce qu'il avait vu au fils du fermier; M. Hiroltzer, jeune paysan à qui l'on en conte pas, car il a les deux pieds bien sur terre et le bon sens ne lui fait pas défaut. C'est du moins l'impression que nous avons eue en l'interrogeant hier soir dans le champ qu'il retournait aux commandes de son tracteur. Henri Hiroltzer fut frappé par l'accent de sincérité de l'adolescent et il décida de retourner avec ce dernier sur les lieux en bicyclettes.

Ils y furent bientôt; Henri Hiroltzer mit pied à terre et attendit, un peu sceptique. Et soudain, l'incroyable se produisit. Un globe apparut dans le ciel, exactement à l'endroit que nous avons décrit plus haut. Malgré la distance relativement grande qui séparait les hommes de l'engin, celui-ci parût mesurer quelque 50 cm de diamètre, ce qui laisse supposer que les dimensions réelles de l'engin étaient considérables. L'engin évolua lentement au dessus du bois de Didenheim. Sa couleur était rouge vif comme la forte lueur qui en émanait. Soudain une violente clarté fit reculer la nuit, un éclair environna le globe qui disparût. Il était 19h30.

Henri Hiroltzer et son compagnon prirent le chemin du retour. Mais arrivé à la ferme, le jeune fermier décida de ne pas s'en tenir là. Il alla chercher un de ses amis, M. Jean-Paul Reck, qui travaille dans une boucherie Mulhousienne. Tous deux, montés sur une moto, retournèrent alors dans les champs. Ouvrons ici une parenthèse pour préciser que nous avons également recueilli le témoignage de M. R., et que celui-ci est en tous points identique aux descriptions de M. Hiroltzer. Car une troisième apparition eut lieu. Les deux hommes en quittant Dornach pensaient bien que cette fois-ci rien ne se produirait. Ce en quoi ils se trompaient...

La nuit était totale, faiblement trouée seulement par endroits par les fermes disséminées à travers la campagne. Une fois arrivés, toujours au même endroit, Henri Hiroltzer laissa allumé le phare de sa moto, pour, dit-il, attirer l'engin. Et c'est bien ce qui se produisit. Tout à coup le globe réapparût au-dessus du bois de Didenheim. Il avançait lentement, à faible altitude, en direction des hommes. La couleur; du rouge passa au vert. Un éclair balafra la nuit. Le globe devint violet, puis rouge à nouveau. A ce moment-là, Henri Hiroltzer éteignit son phare, saisi de frayeur. Peu après l'engin disparut et les deux hommes, convaincus cette fois et quelque peu angoissés, s'en retournèrent vers les lumières rassurantes des demeures humaines.

[Ref. cv1:] CHRISTIAN VALENTIN:

Christian Valentin a réalisé un dossier concernant la vague de 1954 en Alsace, le dossier étant paru en 2004 dans le magazine "Les Saisons d'Alsace" édité par le grand quotidien régional les Dernières Nouvelles d'Alsace. Parmi les observations qu'il expose, se trouve celle-ci.

Le 21 octobre 1954, se sont déroulés entre Morschwiller et Didenheim dans le Haut-Rhin, les événements suivants:

A 18:40, un jeune homme est rentré dans la ferme familiale et a raconté qu'il a vu une boule lumineuse traverser le ciel. Mr. H, le fils du fermier, a été frappé par l'accent de sincérité de ce jeune homme, et est allé sur les lieux avec lui.

A 19:30, le globe est réapparu en évoluant au-dessus de la forêt de Didenheim. Il était de couleur rouge vif et une forte lueur rouge vive émanait de lui.

Soudainement, un éclair a environné ce globe qui a alors disparu.

Mr. H. a alors raccompagné le jeune homme et a raconté ceci à un de ses amis de Dornach, avec lequel il revient à moto sur les mêmes lieux à 20:00. L'ami était persuadé d'être venu là pour rien.

Mr. H. lui a dit qu'il laissait le phare de la moto allumé, pour attirer l'engin.

Tout à coup, le globe est réapparu au-dessus du bois, avançant lentement en direction des deux hommes, à faible altitude.

Sa couleur est passé du rouge au vert. Un éclair a zébré la nuit, le globe est devenu violet, puis de nouveau au rouge.

Mr. H a été saisi de frayeur et a éteint le phare de la moto.

Peu après, l'engin a disparu.

[Ref. sp6:] ASSOCIATION D'UFOLOGIE "SPICA":

Il y a cinquante ans
"Les Ovnis en Alsace"

[... Autres cas...]

Jeudi 21 octobre, un globe lumineux séme la terreur pendant plusieurs heures entre Morschwiller et Didenheim, plusieurs témoins dont un brigadier de Police.

[... Autres cas...]

[Ref. cv2:] CHRISTIAN VALENTIN:

Christian Valentin indique qu'il y a eu une observation le jeudi 21 octobre 1954 à Didenheim dans le Haut-Rhin, narrée ainsi dans le journal L'Alsace du samedi 23 octobre 1954, en page 5 de l'édition française:

Un jeune fermier de DORNACH et son compagnon ont vu un mystérieux engin évoluer au-dessus de la forêt de DIDENHEIM

Le chemin court à travers les terres fraîchement labourées. Un chemin boueux par endroits, creusé par les lourds charrois qui, au soir, ramènent des terres du proche Sundgau leur charge de betteraves vers les fermes qui entourent Dornach.

Ce chemin, nous le suivons depuis près d'une demi-heure. L'air est froid, le paysage désolé à cette heure crépusculaire qui efface au loin le bleuissement des Vosges et traîne ses brumes laiteuses au flanc d'un mamelon que nous gravissons à présent.

Au haut de la colline on découvre un vaste horizon et l'on situe exactement les lieux: à gauche le clocher de Didenheim, à quelques kilomètres, émerge d'un creux; droit devant nous, un vallon s'ouvre en direction Hochstatt ; à droite enfin, c'est à dire approximativement vers l'Ouest, s'étend le ban de la commune de Morschwiller-le-Bas. Le bois que l'on distingue, à une courte distance est appelé forêt de Didenheim quoique le village soit assez éloigné.

C'est à l'endroit où nous nous trouvons qu'un mystérieux engin a évolué à faible hauteur, au début de la nuit de jeudi à vendredi.

Nous voudrions persuader le lecteur que les témoignages que nous avons recueilli sont absolument dignes de foi et que nous avons mené l'enquête avec tout le sérieux et l'objectivité que "on est en droit d'attendre en pareille occurrence.

Ces témoignages les voici:

UNE BOULE ROUGE ET LUMINEUSE.

La famille H. possède une ferme, rue des Trois-Epis à Dornach, aux abords immédiats de la route de Belfort, en face du calvaire qui marque les limites de la commune de Mulhouse et de celle de Morschwiller-le-Bas. Actuellement, elle est occupée à l'arrachage des betteraves dans les champs qu'elle possède entre Morschwiller et Didenheim, à gauche de la route de Belfort. Jeudi soir peu après 18h30, c'est à dire à une heure où la nuit est tombée, des membres de la famille H. juchés sur une voiture tirée par un tracteur revenaient suivant un chemin de terre, des champs, pour se diriger vers la ferme. A l'arrière de la voiture chargée de betteraves un adolescent de 14 ans avait pris place. Soudain, il poussa une exclamation. On l'interrogea. Il prétendit avoir vu une boule rouge traverser le ciel. Le réflexe de ceux qui l'accompagnaient fut de se moquer de lui. Il était 18h40. Le jeune homme, une fois rentré à la ferme, conta ce qu'il avait vu au fils du fermier; M. H., jeune paysan à qui l'on en conte pas, car il a les deux pieds bien sur terre et le bon sens ne lui fait pas défaut. C'est du moins l'impression que nous avons eue en l'interrogeant hier soir dans le champ qu'il retournait aux commandes de son tracteur. H. H. fut frappé par l'accent de sincérité de l'adolescent et il décida de retourner avec ce dernier sur les lieux en bicyclettes.

Ils y furent bientôt; H. H. mit pied à terre et attendit, un peu sceptique. Et soudain, l'incroyable se produisit. Un globe apparut dans le ciel, exactement à l'endroit que nous avons décrit plus haut. Malgré la distance relativement grande qui séparait les hommes de l'engin, celui-ci parût mesurer quelque 50 cm de diamètre, ce qui laisse supposer que les dimensions réelles de l'engin étaient considérables. L'engin évolua lentement au dessus du bois de Didenheim. Sa couleur était rouge vif comme la forte lueur qui en émanait. Soudain une violente clarté fit reculer la nuit, un éclair environna le globe qui disparût. Il était 19h30.

H. H. et son compagnon prirent le chemin du retour. Mais arrivé à la ferme, le jeune fermier décida de ne pas s'en tenir là. Il alla chercher un de ses amis, M. R., qui travaille dans une boucherie Mulhousienne. Tous deux, montés sur une moto, retournèrent alors dans les champs. Ouvrons ici une parenthèse pour préciser que nous avons également recueilli le témoignage de M. R., et que celui-ci est en tous points identique aux descriptions de M. H. Car une troisième apparition eut lieu. Les deux hommes en quittant Dornach pensaient bien que cette fois-ci rien ne se produirait. Ce en quoi ils se trompaient...

La nuit était totale, faiblement trouée seulement par endroits par les fermes disséminées à travers la campagne. Une fois arrivés, toujours au même endroit, H. H. laissa allumés le phare de sa moto, pour, dit-il, attirer l'engin. Et c'est bien ce qui se produisit. Tout à coup le globe réapparût au-dessus du bois de Didenheim. Il avançait lentement, à faible altitude, en direction des hommes. La couleur; du rouge passa au vert. Un éclair balafra la nuit. Le globe devint violet, puis rouge à nouveau. A ce moment-là, H. H. éteignit son phare, saisi de frayeur. Peu après l'engin disparut et les deux hommes, convaincus cette fois et quelque peu angoissés, s'en retournèrent vers les lumières rassurantes des demeures humaines.

Explications:

A propos des sources:

C'est l'excellent Chrsitian Valentin [cv1] [cv2] qui a le premier exhumé l'article de l'Alsace [la1]. Le SPICA [sp6] peut parler d'un témoin "brigadier de Police", mais il s'agit d'une observation faite d'ailleurs.

Le résumé [sp6] parlant du globe lumineux comme semant "la terreur pendant plusieurs heures entre Morschwiller et Didenheim" ne reflète vraiment pas bien les événements. Il faut également préciser "Morschwiller-le-Bas", car Morschwiller tout court est trèS loin de là, dans le Bas-Rhin au lieu du Haut-Rhin.

A propos de taille:

Le ou les journalistes disent:

"Malgré la distance relativement grande qui séparait les hommes de l'engin, celui-ci parût mesurer quelque 50 cm de diamètre, ce qui laisse supposer que les dimensions réelles de l'engin étaient considérables."

Les journalistes sont rarement versés en ufologie - encore moins en 1954 - et il n'est donc guère étonnant qu'ils ne sachent pas relever une taille par taille angulaire. Il se peut qu'il s'agisse ici de "50 cm à bout de bras", mais rien ne permet de l'affirmer. Nous n'avons donc rien de fiable concernant la taille de la "boule rouge" ou "engin".

A propos du lieu:

Je les connais fort bien; ayant habité Brunstatt presque 20 ans, je m'y suis souvent promené, et ai été sur le lieu de l'observation avant même de prendre connaissance du rapport. Les lieux ont bien changé, les larges voies d'une rocade y passent maintenant. Certains bâtiments des fermes de Dornach sont toujours là, mais la culture de la betterave a fait place à celle du maïs et de céréales en grandes exploitations.

Le rapport par L'Alsace ne donne pas la direction dans laquelle la "boule rouge" est observée; cependant, elle est vue au-dessus de "F" depuis "E", donc elle peut être entre le Sud et l'Ouest, mais pas au Nord, par exemple.

Vue actuelle de jour aux lieux approximatifs, avec les restes de la
"Forêt de Didenheim."

A propos de la lune:

Depuis "l'autre côté" de Didenheim, depuis Brunstatt, j'ai pu voir au-dessus d'une proche forêt la "lune rouge" plusieurs fois. En une occasion, c'était une pleine lune d'un bel orange dont la plus grande partie basse était masquée par des nuages, ceux-ci n'étant pas visibles dans le noir de la nuit. Autant dire que la Lune ressemblait cette fois-là à une sorte de soucoupe volante orangée! Etant ufologue, je savais que c'était la lune, mais de telles circonstances particulières peuvent tromper.

Le récit lui-même ne me convainc pas vraiment que la "boule rouge" aurait pu être la lune, car elle change de couleur, passant au vert, au violet. Cela, la lune ne sait pas le faire. Mais il n'est de toute façon jamais inutile de vérifier si au moins la lune était visible au moment et au lieu de l'observation. Evidemment, Mars est également à considérer.

Pour ce qui est de la Lune, c'est exclu: elle n'est pas visible durant l'observation, elle se lèvera seulement à 01:26 du matin du 22 octobre 1954.

Pour Mars, à 18:30, elle est à l'azimut de 169° (vers le Sud) et l'élévation de 19°. Si l'on considère l'observation initiale de l'adolescent, cela pourrait correspondre... Si ce n'est que le jeune a dit voir "passer" la "boule rouge", ce qui serait, d'une part, un terme for étrange pour une planète immobile, et, d'autre part, il aurait signaler que la "boule rouge" est toujours là lorsque ses compagnons ont ri, et ceux-ci auraient alors pu la voir. Ce ne fut pas le cas.

Pour la deuxième observation à 19:30, Mars est toujours là, mais enfin, on nous dit ""L'engin" a évolué lentement au dessus du bois de Didenheim. Il était de couleur rouge vif comme la forte lueur qui en émanait. Soudain, une violente clarté "fit reculer la nuit, un éclair environna le globe qui disparût." Drôle de planète! Drôle de chose, de toute façon.

A la troisième observation, de "nuit totale", Mars était sans doute là - Mars sera couchée à 22:59 - droit au Sud, mais là encore, le récit nous en ferait une très étrange planète.

Météore:

Je trouve cette série d'observations tout à fait intéressante. Je ne vois pas la moindre explication ordinaire globale satisfaisante à cette série de trois observations discontinues depuis un même lieu, avec ses éclairs, apparitions, disparitions. A noter également que d'autres cas se sont présentés, dans lesquels on fait des "signaux", lumineux en général, avec une lampe torche ou de phares de véhicule, pour "attirer" quelque OVNI, et que cela fonctionne, à la grande frayeur des témoins.

Je tiens à souligner que le "signal lumineux pour attirer" un OVNI ou une soucoupe est en 1954 totalement absent des autres récits dans la presse que les témoins auraient pu avoir lu. Je pense qu'il n'y a quasiment aucune chance qu'ils aient pu trouver une inspiration dans la moindre publication à leur portée à cette époque. Pour l'Alsace, en tout cas, c'est une première - mais pas une dernière.

Seulement, il y a un poblème avec une thèse "extraterrestre" pour ces événements:

Il se trouve que ce même jour avait eu lieu une observation par un brigadier de police de Colmar qui circulait sur sa bicyclette à 19:30 de Fortschwihr vers Bischwihr, quand il a soudain vu à sa gauche, vers le sud, une boule rouge avec une traînée en forme de queue d'aronde, de couleur un peu moins lumineuse, tirant plutôt vers l'orange.

Cette boule s'était déplacée très rapidement de l'Ouest vers l'Est, à une assez grande hauteur. Il a estimé qu'elle allait de la trouée de Belfort vers le Rhin. Il a pu la voir deux fois de suite sortant de deux gros nuages, puis elle a disparu. L'observation n'avait duré qu'un instant.

Et cette observation est pour moi, probablement celle d'un météore.

Sur la forêt de Didenheim, la deuxième occurence est:

"L'engin a évolué lentement au dessus du bois de Didenheim. Il était de couleur rouge vif comme la forte lueur qui en émanait. Soudain, une violente clarté "fit reculer la nuit, un éclair environna le globe qui disparût." Il était alors 19:30."

Il s'agissait peut-être bien là, cette fois au moins, d'un météore.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Didenheim, Haut-Rhin, multiple, globe, sphère, forêt, nuit, rouge, vert, lumineux, éclair, violet, bas, moto, phare

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 12 mars 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 12 janvier 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée.
1.1 Patrick Gross 25 octobre 2016 Addition [sp6].
1.2 Patrick Gross 30 avril 2018 Additions [la1], [cv2], Résumé, Explications changées, étaient "Non encore recherché".

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 30 mai 2018.