France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

14 octobre 1954, Domart-en-Ponthieu, Somme:

Référence pour ce cas: 14-oct-54-Domart-en-Ponthieu. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

En 1979, Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon indique que selon le journal Le Courier Picard, d'Amiens, du 16 octobre 1954, page 3, il y a eu une observation le 14 octobre 1954 vers 21 heures sur la route D216 au lieu-dit "La Folie" entre Domart-en-Ponthieu et Condé-Folie, dans la Somme.

Mr. et Mme Dumeige, marchands de bestiaux, et Mr. Lourdel, courtier en bestiaux, circulaient en camionnette, et ont vu non loin des fermes de "La Folie" une lueur très brillante qui semblait atterrir dans un pré à peu de distance de la route.

Mr. Dumeige a arrêté le véhicule et les trois personnes sont descendues, et ont alors vu très nettement, près de la lueur, six ou sept êtres de petite taille qui avançaient en file indienne.

Effrayés, les témoins ont rapidement repris la route.

Une autre version largement citée, mais incomplète, proviendrait de l'ufologue Claude Perrier. Elle situe le cas au 15 octobre 1954 au lieu du 14, indique que c'est "Mme S." qui conduisait, et elle et M. Lourdel qui ont couru dans le champ pour voir de quoi il s'agissait. Ce ne serait pas 6 ou 7, mais 4 ou 5 petits personnages ne dépassant pas un mètre de haut, en tenues de plongées ou scaphandres, marchant en file indienne, juste devant les buissons, à une distance maximale de 25 mètres. La police aurait été informée de l'observation, aurait inspecté les lieux plusieurs jours plus tard mais n'avait pas pu trouver la moindre trace.

En 2020, j'ai eu la version d'époque, parue dans Le Courrier Picard du 16 octobre 1954 en page 2:

Mr. et Mme. Dumeige, marchands de bestiaux, à Domart-en-Ponthieu, et Mr. Lourdel, courtier en bestiaux, à Condé-Folie, le 14 octobre 1954 vers 21 heures, circulaient en camion automobile sur la route de Domart à Condé-Folie. Les trois personnes ont aperçu non loin des fermes de La Folie, une lueur très brillante qui a paru se poser dans un pré à peu de distance de la route.

Mr. Dumeige, qui conduisait, a stoppé son véhicule et tous les trois en sont sortis, et c'est alors qu'ils avaient nettement vu, près de la lueur, six ou sept êtres de petite taille qui avançaient à la file. Ils ont été tellement effrayés qu'ils avaient rapidement repris la route.

Rapports:

[Ref. cpd1:] JOURNAL "LE COURRIER PICARD":

Scan

Le Courrier de la Somme

Un engin mystérieux évolue
pendant une dizaine de minutes
dans le ciel du Doullenais

Il semble que nous n'ayons pas encore fini de parler des "soucoupes" et autres engins mystérieux qui, journellement, sillonnent le ciel en maints endroits.

Certes, il y eut chez beaucoup de personnes, un excès d'imagination qui laisse sceptiques nombre d'esprits. Pourtant, il paraît évident, maintenant, qu'il existe réellement des engins étranges.

Laissons donc de côté les déclarations plus ou moins fantaisistes et attachons notre attention aux témoignages sérieux. Un de ceux-ci est particulièrement digne d'intérêt. C'est celui de M. Maurice Niquet, cultivateur à Hardinval, annexe de la commune de Hem, près de Doullens. M. Niquet, âgé de 17 ans, était jeudi après-midi, occupé à battre de l'orge dans un champ au lieu-dit "Derrière les haies", non loin des maisons d'habitation et à environ deux cent mètres de la route nationale n° 25.

Il était environ 17 heures, lorsqu'il fut hélé par M. Percheval, ouvrier agricole, qui arrachait des betteraves dans un champ voisin, et dont le fils, âgé de 8 ans, venait d'apercevoir une sorte de disque vert qui évoluait à très haute altitude. A son tour, M. Niquet vit très nettement l'objet, cependant que M. Percheval, qui ne tenait pas à être pris pour un "farceur", s'élançait sur la route afin d'arrêter un éventuel automobiliste qui pourrait servir de témoin.

Le jeune cultivateur, lui, resta sur place, pour tenir ses chevaux, lesquels regardaient également l'engin et paraissaient assez effrayés. Un étrange spectacle s'offrit alors à sa vue. Le disque, qui tournait sur un plan vertical, commença à descendre lentement. durant cette descente, la giration s'était arrêtée. Elle ne reprit doucement que lorsque l'objet s'immobilisa à une trentaine de mètres du sol, juste au-dessus d'arbres à proximité de la localité et à deux cent mètres environ de M. Niquet.

"C'était, nous dira celui-ci, une boule qui, du vert, était passée au blanc, sans être excessivement brillante. Mais le plus étrange, c'est que de tous côtés, il sortait comme des jets de vapeur de toutes couleurs, qui éclairaient le sol, mes chevaux et moi-même. Tantôt nous étions roses, tantôt violets, ou encore rouges, jaunes, etc... Le spectacle était magnifique, mais j'étais quand même assez effrayé de cette vision".

La boule resta ainsi une dizaine de minutes tout à fait immobile. Puis, elle se remit à tourner très rapidement, toujours sur un plan vertical et elle partit tout d'abord en oblique, puis tout droit dans le ciel.

M. Percheval, qui attendait sur la route, ne put voir l'engin qui lui était caché par les arbres.

On se doute que M. Niquet narra son aventure à ses parents. Son père se renseigna chez les voisins. C'est ainsi que M. et Mme Oncle, qui se trouvaient beaucoup plus loin de l'endroit indiqué, constatèrent, à l'heure dite, des changements de couleurs au-dessus des arbres, ce qui laisse à penser que l'apparition ne fut pas le fruit de l'imagination du jeune cultivateur.

Mais un autre témoignage nous est également parvenu de personnes tout aussi dignes de foi. C'est celui de M. et Mme. Dumeige, marchands de bestiaux, à Domart-en-Ponthieu, et de M. Lourdel, courtier en bestiaux, à Condé-Folie, qui, jeudi, vers 21 heures, circulaient en camion automobile sur la route de Domart à Condé-Folie. Ces trois personnes, en effet, aperçurent non loin des fermes de La Folie, une lueur très brillante qui parut atterrir dans un pré à peu de distance de la route.

M. Dumeige, qui conduisait, stoppa son véhicule et descendit avec son épouse et M. Lourdel. C'est alors qu'ils virent nettement, près de la lueur, six ou sept êtres de petite taille qui avançaient à la fille. Ils furent tellement effrayés qu'ils reprirent rapidement la route, laissant là l'engin et ses occupants.

[Ref. nnm1:] JOURNAL "LE NOUVEAU NORD MARITIME":

Scan

Soucoupes volantes...
...dans le ciel de France

Paris, 18. -- Des engins mystérieux continuent à fréquenter avec assiduité le ciel de France. Les témoignages s'accumulent, venant chaque jour apporter quelques détails nouveaux, soit sur les soucoupes, soit sur les cigares volants.

Alors que samedi soir, plusieurs personnes dignes de foi, dont M. Béranger, maire de St-Laurent-du-Var, conseiller général, avaient aperçu au-dessus de Nice, un disque de couleur orange, hier soir, cette fois au-dessus de Cannes, plusieurs personnes ont observé un engin lumineux de couleur jaune avec une queue verte, mais le témoignage plus intéressant devait être apporté par un employé de la recette municipale d'Antibes.

M. Casella, habitant à Bio [sic], rentrant dans la soirée chez lui, se trouva "nez à nez avec un énorme engin mécanique mesurant 7 à 8 mètres de diamètre posé au milieu de la route." Le témoin qui était à bicyclette s'approcha de l'engin jusqu'à presque le toucher mais alors celui-ci s'éleva à la verticale et, avec un léger sifflement, disparut dans le ciel.

Dans le ciel provençal, à Venergues, plusieurs vendangeurs ont aperçu, vendredi après-midi, un engin de forme allongée tel un cigare, a déclaré l'un deux, et de couleur blanche et bleue, a précisé un second. Un troisième vendangeur a indiqué que la fusée paraissait émettre des rayons lumineux.

Au Puy, un objet brillant a été observé entre 17 h. 50 et 18 h. 35, par la station météorologique du Puy Chadrac. L'engin apparaissait comme une olive droite avec au sommet une sorte d'antenne noire. Le chef de la station précisa qu'il croit être en présence de la planète Jupiter. M. Casella, habitant à Bio qui piter, mais la disparition subite de l'objet démontra qu'il avait fait erreur.

Le même phénomène a été aperçu par le centre de météorologie de Ruyères (Cantal). On peut rapprocher ces témoignages de celui de milliers d'habitants de Tulle qui, vers 15 h. 35, aperçurent dans le ciel, en direction sud-sud-est, un gros point brillant et immobile. Il semblait transparent et affectait la forme d'un cylindre dont les deux extrémités étaient coniques.

A Murat (Cantal), un objet également brillant et de forme ovoïde, put être observée pendant une heure. Il semble que dans ce cas qu'il s'agisse d'un ballon-sonde fortement éclairé.

Dans deux villages de Haute-Marne, Vignory et Brottes, des objets de couleur orangée ont été aperçus jeudi soir. Ces objets s'élevaient à des allures vertigineuses mais sans bruit.

Enfin, dans le Finistère, M. René le Viol, transporteur à Fouesnant, a vu surgir jeudi soir, derrière un rideau d'arbres, un engin de forme plate à l'aspect d'une assiette renversée et entouré d'une lueur rougeâtre, ce premier disque fut ensuite suivi d'un second et disparurent tous deux vers la mer.

LES "SOUCOUPES" EXPLORENT L'ITALIE

Rome, 15. -- De nombreux engins mystérieux ont été aperçus hier dans le ciel d'Italie. L'un de ces engins a atterri près de Rovigo dans la zone dite Po Di Gnocca, où plusieurs personnes l'ont observé. L'appareil de forme circulaire, après avoir lentement plané, s'est posé au sol sans bruit. Après quelques minutes d'immobilité, il a repris à la verticale son vol silencieux, mais à l'endroit d'où il a décollé, il y a maintenant un assez profond cratère de six mètres de diamètre. Six peupliers qui se dressaient aux alentours ont en outre été carbonisés. Les autorités se rendront sur les lieux pour vérifier l'authenticité du récit des témoins.

Dans la région de Modène, un commerçant a vu un "cigare volant" incandescent survolant la campagne à deux cent mètres d'altitude environ. Après un bref arrêt, l'engin se serait dirigé vers le Nord-Ouest. Cette observation a été confirmée par d'autres témoins.

Enfin une soucoupe volante aux reflets d'argent aurait survolé la zone de Loino à 5.000 mètres. Les témoins de cette observation ont affirmé que la soucoupe n'émettait aucun bruit et ne laissait échapper aucune fumée. Elle a disparu en direction de la Suisse.

Des martiens en file indienne

Amiens, 16. -- M. et Mme Dumeige, marchands de bestiaux à Domart-en-Ponthieu, et M. Lourdel, courtier en bestiaux à Condé-Folie, qui, jeudi, vers 21 h, 00, circulaient en camion automobile sur la route de Domart à Condé-Folie, ont déclaré avoir aperçu non loin des fermes de La Folie, une lueur très brillante qui parut atterrir dans un pré à peu de distance de la route.

M. Dumeige, qui conduisait, stoppa son véhicule et descendit avec son épouse et M. Lourdel. C'est alors qu'ils virent nettement, près de la lueur, six ou sept êtres de petite taille qui avançaient à la file. Ils furent tellement effrayé qu'ils reprirent immédiatement leur route, laissant là l'engin et ses occupants.

[Ref. jpc1:] JOURNAL "LE JOURNAL DU PAS-DE-CALAIS ET DE LA SOMME":

Scan

Ayant pris son voisin pour un
Martien, un cultivateur tire
sur lui deux coups de fusil

Lille, 17. -- M. Maurice Ruant, cultivateur à Sinceny, près de Chauny (Aisne), a bien failli être victime de la panique que provoque chez certains l'apparition des soucoupes ou autres objets volants.

Hier soir, il était occupé à dépanner sa voiture dans un pré proche de chez lui, quand deux coups de fusil furent tirés dans sa direction. Les plombs s'écrasèrent sur la carrosserie du véhicule, non loin de sa tête. M. Maurice Ruant porta plainte et l'enquête, aussitôt ouverte, permit de retrouver rapidement l'auteur des deux coups de feu: un voisin de M. Ruant, M. Faisan.

Ce dernier a déclaré à la police:

"J'ai cru, en voyant une silhouette évoluant dans la lumière de deux phares, être en présence d'un Martien en train de réparer sa soucoupe volante. Je suis allé chercher mon fusil et j'ai tiré".

DANS LA SOMME

M. Percheval, ouvrier agricole employé à l'arrachage des betteraves, près d'Amiens, a nettement vu un disque qui tournait sur un plan vertical et qui commençait à descendre lentement. Lorsque l'appareil se trouva à 30 mètres du sol, c'est-à-dire à moins de 200 mètres de l'endroit où se trouvait un autre agriculteur, M. Nicket, l'appareil, qui avait la forme d'une boule, s'immobilisa. Il sortait de tous côtés des jets de vapeur de toutes couleurs qui éclairaient le ciel tantôt violet et même rouge et jaune. Le spectacle était, paraît-il, magnifique. La boule resta une dizaine de minutes immobile puis se remit à tourner rapidement, s'éleva à toute allure, et disparut.

Toujours dans le département de la Somme, des courtiers en bestiaux, M. et Mme Dumeige, et M. Lourdel, circulaient en camion automobile lorsqu'ils aperçurent une lueur très brillante qui semblait atterrir dans un pré, à peu de distance de la route. M. Dumeige, qui conduisait le camion, stoppa son véhicule et descendit sur la route, avec son épouse et M. Lourdel. Le trio vit alors très nettement près de l'engin six ou sept êtres de petite taille qui avançait à la file. Le spectacle effraya tellement les courtiers en bestiaux que ceux-ci remontèrent immédiatement dans leur voiture et continuèrent leur route à toute vitesse.

[Ref. jds1:] JOURNAL "LE JOURNAL DE DOULLENS":

Scan

TOUJOURS LES SOUCOUPES

La semaine dernière, jeudi, vers 17 heures, MM. Maurice Niquet, 17 ans, cultivateur; Georges Percheval, 33 ans, ouvrier agricole; et Emile Oncle, 55 ans, cultivateur, se trouvaient dans les champs, à Hardinval, près de Doullens.

Ils étaient occupés à l'arrachage des betteraves, lorsque leur attention fut attirée par un engin brillant, se trouvant dans le ciel à une grande hauteur, à la verticale du hameau de Hardinval, vers le sud de la route nationale Abbeville-Doullens.

L'engin de forme sphérique et d'un diamètre de 10 mètres environ, émettait des lueurs de toutes les couleurs qui se reflétaient vers le sol et sur les deux chevaux conduits par M. Niquet; les chevaux, prirent peur, il fallut les détacher en hâte et les tenir par la bride.

L'engin descendit doucement; dans la descente, la giration de l'appareil cessa. La soucoupe s'immobilisa à quelques 30 mètres du sol, et à 200 mètres de l'endroit où se trouvait M. Percheval. Des jets de vapeur de couleur sortaient de l'appareil et éclairaient le sol. La boule resta dix minutes immobile, puis tourna sur place et fila tout droit dans le ciel.

Spectacle plus hallucinant encore que celui remarqué par M. et Mme Dumeige, courtiers en bestiaux, à Domart-en-Ponthieu, et M. Lourdel, également courtier en bestiaux, à Condé-Folie. Ces personnes ont aperçu une soucoupe brillante qui atterrissait dans unc hamp, à peu de distance de la route où ils se trouvaient.

M. et Mme Dumeige et M. Lourdel descendirent de leurs véhicules et virent, près de la lueur six ou sept petits être qui avançaient à la file. Les trois terriens furent tellement effrayés qu'ils remontèrent en voiture et quittèrent au plus vite les lieux.

Une cultivatrice de Fienvillers nous a également affirmé avoir vu, alors qu'elle se trouvait dans les champs, un engin de forme allongée, fort brillant, qui descendait et remontait verticalement.

Elle non plus n'y croyait pas et pourtant quand on a vu ces mystérieux engins il faut bien se rendre à l'évidence, a ajouté cette cultivatrice.

***

Ainsi journellement, on entend parler que de soucoupes.

Parviendra-t-on enfin à découvrir le secrets de ces mystérieux engins?

[Ref. abt1:] JOURNAL "L'ABEILLE DE LA TERNOISE":

Scan

Soucoupes Volantes...

Qu'on le veuille ou non, il y a un problème des soucoupes volantes, est l'affaire semble devenir sérieuse.

Si, au début, bien des journaux ironisaient (et L'Abeille, comme les autres), il est devenu évident, même au plus sceptiques "qu'il y a quelque chose".

Pour ne prendre que des exemples près de chez nous et constatés officiellement par les gendarmeries et les services de sécurité du territoire, comment admettre qu'à Hem-Hardinval, l'engin mystérieux qui intrigua plusieurs cultivateurs, réputés pour leur sérieux, et qui effraya leurs chevaux, soit un produit de l'imagination? A 100 mètres de distance, les gens n'ont tout de même pas pu rêver... Comme n'ont pas pu rêver les habitants de Domart-en-Ponthieu qui virent atterrir une soucoupe près de leur voiture, et en sortir des êtres étranges.

Dans le Ternois, les gens sont plus discrets, et si l'on sait que certains ont vu des engins bizarres (un mineur de Linzeux, une cultivatrice de Buneville, etc) ils se sont bien gardés de faire, à ce qu'ils ont vu, une trop grande publicité.

D'autres habitants du Ternois ont également vu dans le ciel des choses étrangers [sic]: un industriel de Saint-Pol revenant le soir en voiture, des ouvriers agricoles rentrant de leur travail. Lundi soir une dizaine de Saint-Polois voyait vers 20 h. 30 un objet lumineux, suivi d'une queue éblouissante qui prenait la direction de Ramecourt. L'objet fut nettement vu par un conseiller municipal, un médecin et diverses autres personnalités.

On parla également d'objets étranges vu à Frévent, à Auxi, à Wavrans, etc...

Que faut-il en conclure? Il serait évidemment bien difficile de le dire.

Quoi qu'il en soit, nous nous trouvons en présence de deux phénomènes bien distincts: des objets lumineux dans le ciel et des objets d'apparence métallique posé dans les campagnes, où s'y posant.

Certaines objections viennent immédiatement à l'esprit. Pourquoi les occupants de ces objets viendraient-ils se poser dans des chemins creux, dans les plaines désertes, etc. S'ils viennent réellement d'autres planètes et sont en mission d'observation, il serait plus logique pour eux de venir près des usines, des grandes villes, des ports. Etant donné leur puissance et l'influence de leur rayon que l'on dit paralysant, que risqueraient-ils?

L'Abeille n'a évidemment pas la prétention d'apporter à ses lecteurs la solution de ce problème qui pour tout dire semble réellement angoissant. Cependant il nous a semblé intéressant de publier les extraits d'une lettre que vient d'adresser au journal L'Express une éminente personnalité suisse, M. Alfred Nahon, professeur de philosophie et de psychologie à Lausanne.

Voici ce qu'il écrit:

"J'ai été étonné l'autre jour, de constater que vous semblez traiter la question dite des "soucoupes volantes" à la légère.

Etudiant les questions et informations relatives aux "soucoupes volantes", je suis parfaitement au courant depuis sept ans, de tout ce qui s'est dit ou écrit à ce sujet. Je suis membre et correspondant général pour la Suisse de la Commission Internationale d'Enquête "Ouranos".

Il résulte de mes renseignements, recouper par la tournure de certains faits diplomatiques importants, que ces engins viennent de plusieurs planètes et que leurs occupants ont avisé les principaux gouvernement d'avoir à cesser leurs politiques atomiques et militaires en général.

Il y a longtemps que la population aurait dû être informé loyalement de la vérité : nature extraterrestre ces appareils, mission Pacifique de ses autres humanité, éventualité de plusieurs atterrissage dans un avenir immédiat, précisions sur les aides atterrissage passé 1948 et 1952 aux Etats-Unis, 1952 et 1954 en France, etc.

Ces jours derniers, des phénomènes identiques se multiplient, en France notamment, et le public, qui se moquait naguère, semble s'inquiéter aujourd'hui.

Cette inquiétude n'est pas justifié. Elle est due à l'ignorance dans laquelle on a tenu la population sur toutes les phases et particularité de ces prodigieuses préfaces à l'aire interplanétaires.

Par conséquent, je pense qu'il faut, sans tarder, formé le public à l'idée de cette réalité, l'informer de tout l'historique de la question, de nos propres préparatifs en vue d'aller dans les planètes voisines et lui fournir des directives en cas de contact ou de simples atterrissage sans suite.

Alfred Nahon
Professeur de Philosophie
et de Psychologie

Lausanne

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Ces deux auteurs indiquent que le 14 octobre 1954 vers 21 heures sur la D216 au lieu-dit "La Folie" entre Domart-en-Ponthieu et Conde-Folie [sic], M. et Mme Dumeige, marchands de bestiaux, et M. Lourdel, coursier en bestiaux, circulent en camionnette et aperçoivent non loin des fermes de "La Folie" une lueur très brillante qui semble atterrir dans un pré à peu de distance de la route.

Mr. Dumeige arrête le véhicule et les trois personnes descendent. Ils voient alors très nettement près de la lueur six ou sept êtres de petite taille qui avancent à la file. Ils sont effrayés et reprennent rapidement la route.

Les auteurs indiquent que la source est Le Courier Picard du 16 octobre 1954, page 3.

[Ref. agd1:] ALAIN GAMARD:

14 octobre 1954: 21.00 heures. Entre Domart & Condé-Folie (Somme).

Témoins: Mr. et Mme. Dumeige, et Mr. Lourdel.

Ref: Le Courrier Picard l6.10.1954.

[Ref. mft3:] MICHEL FIGUET:

N° de la liste de J. C. Fumoux N° du listing Francat Localisation Date Classe Crédibilité Sources Nombre de T
088 209 entre Domart-en-Ponthieu et Condé Folie 14/10 CE3 NI P 2-p. 169 3 T

[Ref. mft1:] MICHEL FIGUET:

CAS Nr CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
209 CE3 14 10 1954 21 h e Domart-en-Ponthieu et Condé-Folie 82620 B3
80890 C3
NI, voir 20.10) 203

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

L'auteur donne les indications qui suivent à propos d'une observation du 14 octobre 1954 vers 21:00 à Domart-en-Ponthieu - Condé-Folie, qu'il a trouvé dans le journal d'Amiens "Le Courrier Picard" du 16 octobre 1954 en page 3:

Mr. Lourdel et les époux Dumeige roulaient dans une camionnette sur la route départementale D21, quand soudain ils ont vu un objet brillant se poser dans un pré. Mr. Dumeige a arrêté la camionnette et les tous les passagers sont descendus pour mieux observer. Ils ont vu six ou sept être de petites tailles qui avançaient près de la chose lumineuse, l'un derrière l'autre.

Les témoins ont été effrayés et ont repris la route sans chercher à en apprendre davantage.

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

15 octobre. Près de Vauchelles-les-Domart (Somme, France. (pas d'heure)

Cinq petits personnages.

Selon un rapport obtenu par l'ufologue enquêteur Claude Perrier:

"Mme S., son mari et un autre homme, M. Lourdel, conduisaient un camion sur la route 216, juste à l'extérieur de Vauchelles-les-Domart, quand derrière un petit bosquet de l'autre côté d'un champ qui venait d'être labouré. Mme S., qui conduisait, a arrêté le camion et elle et M. Lourdel ont couru dans le champ pour voir de quoi il s'agissait. Soudainement, ils ont vu quatre ou cinq petits personnages ne dépassant pas un mètre de haut, marchant en un "dossier indien" [file indienne mal traduit]. De droite à gauche, juste devant les buissons, à une distance maximale de 25 mètres. Effrayés, les deux ont tourné talon et ont couru au camion, roulant pour partir à toute vitesse. La police, informée de l'observation, a inspecté les lieux plusieurs jours plus tard mais n'est pas parvenue à trouver la moindre trace. Les personnages paraissaient habillés de tenues de plongée ("les scaphandriers"). " (xx.)

(xx.) HumCat # 1892. Mesnard et Bigorne, "Les Humanoides en France," p.l42, Citant enquête de première main.

Coupure de journal non traduite: 15 octobre 54. (Voir page 50 [coupure de journal sans rapport avec ce cas]) (Crédit: Jean Sider)

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4129: 1954/10/14 21:00 3 2:07:20 E 50:04:00 N 3333 WEU FRN SMM 9:8

pr DOMART-en-PONTHIEU,FR:3 OBS:GROS LUISANT/FLD:6-7 OIDES MARCHENT EN FILE INDIENNE:/r30p167

RefN°217 Jean SIDER: Le DOSSIER 1954 (2 vol.) Page No. 203 : ROUTE+RAILS

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

Godelieve van Overmeire indique qu'en 1954, le 14 octobre, en France, à "Domart en Ponthieu/Conde-Folie [sic], M. et Mme Dumeige et M. Lourdel en camionnette sur la D 216 arrivent vers 21 heures au lieu-dit "La Folie". Ils aperçoivent une lueur très brillante qui paraît atterrir dans un pré à peu de distance de la route. M. Dumeige s'arrête et tout le monde descend. C'est alors qu'ils voient très nettement près de la lueur, six ou sept êtres de petite taille qui avancent à la file. Effrayés, ils reprennent rapidement la route, laissant là l'engin et ses occupants."

La source est notée "M. FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 160".

[Ref. ars1] ALBERT ROSALES:

169.

Lieu. Près de Vauchelles-les-Domart Somme France

Date: 15 octobre 1954

Heure: 1930

Mme. S, son mari, et un homme différent, M. Lourdel, conduisaient un camion sur la route 216, juste à l'extérieur de Vauchelles-les-Domart, quand une lumière brillante, qui est passée au-dessus de la route et a atterri au-delà d'un petit fourré de l'autre côté d'un champ fraîchement labouré, les a ébloui. Mme. S, qui conduisait, a arrêté le camion et elle et M. Lourdel ont couru dans le champ pour voir ce que c'était. Soudainement ils ont vu quatre ou cinq petites figures, pas plus d'un mètre de haut, marchant en "file indienne" de droite à gauche directement devant les buissons, à pas plus de 25 mètres de distance. Effrayés, les deux ont pris leurs jambes à leur cou, et ont couru de nouveau au camion, conduisant rapidement au loin. La police, avisée de l'observation, a inspecté le secteur plusieurs jours plus tard mais n'a pas pu trouver la moindre les traces. Les personnages ont semblé être habillés de scaphandres [tenues de plongeurs].

Humcat 1954-29

Source: Claude Perrier

Type: C

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique dans sa base de données que dans la Somme à Mouflers le 14 octobre 1954 à 21:00 heures "Trois personnes circulent en camionnette sur la D216, elles aperçoivent non loin des fermes de ' La Folie ', une lueur très brillante qui paraît atterrir dans un pré, à peu de distance de la route. Le conducteur arrête son véhicule et descend avec son épouse et le troisième témoin. C'est alors qu'ils voient nettement, près de la lueur, six ou sept êtres de petite taille qui avancent à la file. Effrayés, ils reprennent rapidement la route, laissant là l'engin et ses occupants."

La source est notée: "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 15 octobre 1954 à 19:30 à Vauchelles-les-Domart, Somme, en France, "Mme. S, son mari, et un autre homme, Mr. Lourdel, conduisaient un camion sur la route 216, juste à l'extérieur de Vauchelles-les-Domart, quand une lumière brillante qui a passé au-dessus de la route et a atterri au-delà d'un petit bosquet de l'autre côté d'un champ fraîchement labouré les a aveuglé. Mme. S, qui conduisait, a arrêté le camion et elle et Mr. Lourdel ont couru dans le champ pour voir ce que c'était. Soudain ils ont vu quatre ou cinq petits personnages, de pas plus d'un mètre de haut, marcher en 'dossier indien' [sic, mauvaise traduction de "file indienne"] de droite à gauche directement devant les buissons, à pas plus de 25 mètres de distance. Effrayés, les deux ont tourné talons, et ont couru de nouveau au camion, conduisant rapidement au loin. La police, avisée de l'observation, a inspecté le secteur plusieurs jours plus tard mais n'a pas pu trouver la moindre trace. Les personnages ont semblé être habillées de tenues de plongeur."

La source est un lien vers une page web manquante.

[Ref. uda2:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 19 octobre 1954 à 21:00 à Vauchelles, France "Un objet non identifié a été aperçu, mais avec un aspect et un comportement qui très probablement auraient une explication conventionnelle. Un objet, de la taille de la lune, a été observé par cinq témoins pendant plus de quatre minutes."

Les sources sont indiquées comme "Poher, Claude, Etudes Statistiques Portant sur 1000 Temoignag, l'Auteur, non daté"; "Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073)".

[Ref. prn1:] PETER ROGERSON:

Octobre 14 1954. 2100hrs.

DOMART (S0ME : FRANCE)

Tout en conduisant leur camion entre Domart et Condé-Folie, les vendeurs de bétail Mr et Mme Dumeige et le courtier en bétail Mr Lourdel aperçurent, près de la ferme "La Folie", une lumière atterrissant apparemment dans un champ près de la route. Ils ont arrêté le camion et sont allés enquêter. Ils ont alors vu, près de la lumière, six ou sept petits êtres marchant l'un après l'autre. Les témoins ont eu tellement peur qu'ils ont roulé au loin sans enquêter plus avant.

Alain Gamard citant Courrier Picard 16 oct 1954.

[Ref. tai1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Lieu: Mouflers, Somme, France

Date: 14 octobre 1954

Heure: 2100

Trois personnes circulant dans une camionnette sur la route départementale D216 ont vu non loin de la ferme 'La Folie" un faisceau très brillant de lumière qui semblait atterrir sur une prairie, à un peu de distance de la route. Le conducteur a arrêté son véhicule et est descendu avec sa femme et un troisième témoin. A ce stade, ils ont bien vu, près de la lumière six ou sept êtres de petite taille qui ont progressé vers eux l'un derrière l'autre. Les témoins ont pris peur et ont repris leur Voyage, laissant l'engin et ses occupants derrière.

Source: http://ufologie.net [Ce qui est l'ancienne adresse de la page d'accueil de mon site web.]

Le site a entré ce cas une deuxième fois par erreur:

Lieu: Près de Vauchelles-les-Domart Somme France

Date: octobre 15 1954

Heure: 1930

Mme S. son mari, et un autre homme, M. Lourdel, conduisaient un camion sur la route 216, juste à l'extérieur de Vauchelles-les-Domart, quand une lumière brillante qui passait au-dessus de la route et a atterri au-delà d'un petit bosquet de l'autre côté de un champ fraîchement labouré les a éblouit. Mme S, qui était au volant, a arrêté le camion et elle et M. Lourdel ont couru dans le champ pour voir ce que c'était. Soudain, ils ont vu quatre ou cinq petits personnages, de pas plus d'un mètre de haut, marchant en "file indienne" de droite à gauche devant les buissons, à pas plus de 25 mètres. Effrayés, tous deux ont tourné talons, et couru vers le camion, conduisant vite loin de là. La police, informée de l'observation, a inspecté la zone quelques jours plus tard mais a été incapables de trouver des traces. Les personnages semblaient être habillés de tenues de plongée.

Source: Claude Perrier

[Ref. jgz1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur dit qu'entre Domart-en-Ponthieu et Conde-Folie [sic], lieu-dit "La Folie", dans la Somme, le 14 octobre 1954, vers 21:00, Mr. et Mme Dumeige, marchands de bestiaux, M. Lourdel, courtier en bestiau, circulaient en camionnette sur la D2l6, et ont aperçu non loin des fermes de "La Folie", une lueur très brillante qui paraissait atterrir dans un pré à peu de distance de la route. Mr. Dumeige qui conduisait a arrêté son véhicule et est descendu avec son épouse et Mr. Lourdel. Ils ont alors nettement vu, près de la lueur, six ou sept êtres de petite taille qui avancent à la file. Effrayés, ils ont repris rapidement la route, laissant là l'engin et ses occupants.

L'auteur indique que ses sources sont Le Courrier Picard (Amiens) du 16 octobre 1954; Jean Sider, Le dossier 1954 et l'imposture rationaliste, page 203.

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas deux fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541015 15.10.1954 Vauchelles France 19.30 RR III

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

14 octobre 1954. 2100hrs.

DOMART (S0MME : FRANCE)

Pendant qu'ils conduisaient leur camion entre Domart et Conde-Folie, les vendeurs de bétail Mr et Mrs Dumeige et le négociant en bétail Mr Lourdel ont pu voir, près de la ferme "La Folie", une lumière brillante atterrir apparemment dans un champ près de la route. Ils ont arrêté le camion et sont sortis pour enquêter. Ils ont ensuite vu, près de la lumière, six ou sept petits êtres marchant l'un après l'autre. Les témoins ont été tellement effrayés qu'ils ont repris la route sans chercher à en voir plus.

Evaluation - objet qui atterri est le météore et les personnages un groupe d'enfants?

Explications:

Peter Rogerson ([prn2]) suggère que "l'objet qui atterri est le météore et les personnages un groupe d'enfants?".

Par "le météore", il faut comprendre que Rogerson a vu sur mon site qu'il y avait eu un météore largement vu ce jour-là. Mais d'une part, il n'a pas été vu dans la Somme, d'autre part, c'était autour de 18:10 - 18:15, ce cas étant donné à 21 heures, trois heures plus tard.

Rogerson a pu voir également sur mon site le probable météore rapporté le 14 en Haute-Saône à 20:50, mais là encore, cela me semble bien loin de la Somme.

Il n'est par contre évidemment pas exclu que les "petits êtres" aient été des enfants; il n'y a rien dans le rapport pour le contredire. De fait le rapport est très pauvre, et il n'y a eu aucune enquête à ma connaissance, ce qui laisse la porte ouverte à une possible explication par une méprise, telle que, par exemple, un hélicoptère et son équipage en manoeuvre. Même avec la source primaire, je ne puis rien dire de certain.

Les lieux ont été désignés de bien des manières. Le bon est clairement le lieu-dit "La Folie"; c'est pourquoi Luc Chastan [lcn1] a rebaptisé le cas "Mouflers", village juste à côté de La Folie:

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Domart-en-Ponthieu, Vauchelles-les-Domart, Somme, Lourdel, Dumeige, Condée-Folie, camionnette, route, nuit, objet, atterrissage, objet, brillant, pré, occupants, petits, peur, champ, police, ébloui

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 8 octobre 2005 Première publication.
1.0 Patrick Gross 8 avril 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [fru1], [goe1], [lcn1].
1.1 Patrick Gross 27 février 2010 Addition [uda1].
1.2 Patrick Gross 16 mars 2010 Addition [uda2].
1.3 Patrick Gross 14 août 2013 Addition [prn1].
1.4 Patrick Gross 9 octobre 2014 Addition [ni1].
1.5 Patrick Gross 27 février 2017 Addition [ubk1].
1.6 Patrick Gross 8 juillet 2019 Additions [lhh1], [mft3], [mft1], [lgs1], [jgz1], [prn2], Résumé. Explications changées, étaient "Non encore recherchée."
1.7 Patrick Gross 31 juillet 2019 Addition [agd1].
1.8 Patrick Gross 9 janvier 2020 Addition [cpd1]. Dans le Résumé, addition de "En 2020, j'ai eu la version d'époque..." et de ce qui suit. Dans les Explications, "Comme les sources les plus primaires me manquent" changé en "Même avec la source primaire".
1.9 Patrick Gross 31 mars 2020 Addition [jds1].
2.0 Patrick Gross 17 mai 2020 Addition [nnm1].
2.1 Patrick Gross 22 juin 2020 Addition [abt1].
2.2 Patrick Gross 28 juin 2020 Addition [jpc1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 juin 2020.