AccueilAcceuil
This page in english

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

LES PHOTOGRAPHIES D'OVNI DE MCMINNVILLE, OREGON, PAR PAUL TRENT, 1950:

J'ai recueilli un certain nombre d'articles de quotidiens qui discutent de ce cas photographique célèbre. Ces articles donnent des indications précieuses, par des nouvelles, des avis, des revue, des interviews, des opinions, au sujet de la manière dont les journaux, locaux ou nationaux ou étrangers, présentent le cas ou le discutent depuis plus d'un demi siècle.

Les informations sur le cas de McMinnville lui même se trouvent ici.

LISTE D'AUTRES ARTICLES DE CETTE COLLECTION:

SOURCE:

Cet article a été publié dans le quotidien News-Register, de McMinnville, Orégon, USA, le 9 Mai 2001.

NEWS-REGISTER, 9 MAI 2001:

Les photographies de l'OVNI de McMinnville font le tour du monde

Par PAT FORGEY du News-Register

Il y a cinquante ans, l'événement le plus important dans l'histoire humaine s'est produit à McMinnville quand un couple de fermiers de la régions a capturé la preuve de visiteurs interplanétaires en photographie.

Ou alors ils ont simplement pris une paire d'image d'un engin militaire encore top secret. Ou peut-être que c'était une illusion d'optique, ou un canular.

Même après 50 ans pourtant, personne ne sait quoi faire des deux photographies prises par Paul et Evelyn Trent un peu après dîner le 11 Mai 1950. Beaucoup a été réalisé au niveau des photographies, néanmoins.

Ce qui met les photographies des Trent à part n'était pas le timing. Elles n'étaient pas les premières photos prétendant montrer des objets volants non identifiés, et elles ne sont vraiment pas les dernières.

"Il a y eu beaucoup de tels événements, mais celui ci était d'intérêt particulier en raison de la clarté des photos," a dit Bruce Maccabee, un chercheur qui a exécuté une analyse approfondie. "Sans les photos, cela aurait été juste une autre observation par des gens, mais le cas des Trent se distingue parce que ces photos sont si claires que c'est soit la chose vraie, soit un canular."

Improbables falsificateurs

Au delà de la clarté relative des photos, cependant, c'était les Trent eux-mêmes qui ont vraiment placé les photos à part.

Paul et Evelyn Trent sont tous deux décédés vers la fin des années 90. La maison où les photographies ont été prises a depuis longtemps été démolie.

Mais les Trent étaient, de par tous les avis, des gens de ferme simples. Ils n'étaient pas la sorte de personnes qui pourrait imaginer ou inventer une histoire de soucoupe volante, a dit Maccabee, qui a passé des heures à les interviewé sur plusieurs années tandis qu'il étudiait les photographies.

"J'ai fondamentalement conclu qu'ils n'étaient pas le type de personnes qui tenteraient un canular d'OVNI, sans même mentionner qu'ils puissent le réussir," a-t-il dit.

Cette conclusion a reçu l'écho de Bill Powell, le journaliste qui a montré les photographies de Trent au monde et a créé un cirque médiatique des décennies avant que l'expression cirque médiatique soit devenue d'usage courant.

Travaillant pour le Telephone-Register, le prédécesseur du News-Register, Powell a entendu parler des photos en Juin 1950. Elles avaient été prises un mois plus tôt.

Il y en avait deux. Retrouvant les négatifs de Paul Trent, Powell les a publiées à travers la première page du Telephone-Register et a raconté l'histoire de Trents.

Evelyn Trent avait nourri les lapins dans l'arrière-cour de leur ferme du secteur de Ballston quand elle a vu un disque volant dans le ciel au nord-ouest. Elle a appelé son mari, Paul, qui pris une photographie avec son appareil photo de Kodak, a rembobiné aussi rapidement que possible le film, et a pris un deuxième cliché trente secondes plus tard.

Les deux photos semblent montrer un disque filant dans le ciel.

Paul Trent a pu avoir réussi les photos du plus grand article d'information de l'histoire de McMinnville, mais tout qu'il a fait sur le moment fut de ranger l'appareil photo. Plus tard, après avoir fini le film le jour de la fête des mères, il l'a apporté à une druguerie de la Troisième Rue de McMinnville pour le faire développer.

"La raison pour laquelle j'ai pensé qu'ils étaient authentiques étaient que les négatifs étaient au milieu du film," a dit Powell de sa maison de retraite à Idaho Falls dans l'Idaho. "Il a pris encore d'autres photos de sorte qu'il s'assure d'avoir utilisé le film quand il a développé la chose."

Maccabee a indiqué que l'histoire est une des raisons pour lesquelles les photographies ont pris une telle importance dans le mouvement OVNI. Si les Trent avait essayé de truquer une photographie, ils auraient probablement pris plusieurs clichés de test et auraient montré au monde seulement le meilleur de ce qu'ils auraient obtenu.

L'autre chose qui rend les photos crédibles est que les Trent n'ont pas semblé essayer d'en tirer profit.

Le jour où Paul Trent a fait développer le film, il en a parlé au banquier Ralph Wortman à son sujet. Wortman l'a mentionné au rédacteur Phil Bladine du Telephone-Register, qui a envoyé Powell pour enquêter.

Les photos font le tour du pays

Une fois que les photos ont été publiées, cependant, elles ont touché un nerf nerf sensible du pays.

Plusieurs observations supposées d'OVNIS, habituellement appelés soucoupes volantes à cette époque, avaient récemment fait les nouvelles. Les photos ont été diffusées par les newswires et ont été réimprimées à travers le pays.

Life, alors le magazine le plus diffusé dans le pays, les a publié en juillet.

La personnalité de radio Frank Edwards de Mutual Broadcasting System a obtenu une copie du Telephone-Register et a appelé Bladine.

"Votre papier coûte 10 cents," a dit Edwards à Bladine. "Puis-je dire aux gens que s'ils vous envoient dix cents un dixième de dollar, vous leur enverrez un exemplaire?"

"J'ai dit, 'bien sûr,' m'imaginant que nous pourrions avoir trois ou quatre demandes d'exemplaires," s'est rappelé Bladine.

Au lieu de cela, les demandes ont affluées. Les dixièmes de dollar sont arrivés scotchés à des cartes ou enveloppés de papier.

Parfois le paiement était effectué en timbres. Parfois des billets de un dollar ont été envoyés et des copies multiples ont été demandées.

Le Telephone-Register a publié la semaine suivante en première page, "Les demandes de notre récit de soucoupe volante inondent notre Bureau."

A cette époque la diffusion du journal était de moins de 4.000 exemplaires, estime Bladine. Mais vers la fin de la semaine, les demandes de copies avaient abouti à 2.000 exemplaires de plus.

Cela a mené à une réimpression spéciale de la page avant sur papier de haute qualité. D'ici la fin de l'été, la majeure partie d'un tirage spécial de 10.000 copies avait été envoyée par la poste à des gens des 48 états, de D.C et au Canada.

Bladine dit que beaucoup des gens qui ont contacté le journal avaient leur propre témoignage à raconter. "Les gens ont disaient qu'ils ont vu une soucoupe volante, mais n'avaient voulu le dire à personne parce qu'ils avaient peur de se retrouvés classés parmi les dingues."

Les Trent ont été par la suite invités à New York pour un interview à la radio.

Les photos ont été réimprimées de nombreuses fois depuis depuis. Elles ont été incluses dans le rapport Condon, une étude de l'Université du Colorado sur des observations d'OVNI commanditée par l'Armée de l'Air des États-Unis.

Avant que Life ne publie les photographies, elles ont été recadrées par quelqu'un. Rien d'autre que les versions recadrées n'a été édité depuis, a dit Tim Hills, un historien de McMenamins qui a recherché les photos en tant qu'élément de l'histoire de la région quand la chaîne de brasseries a rouvert l'Hôtel Oregon à McMinnville.

"Le Telephone-Register est la seule source des photos plein cadre," a-t-il dit. "Elles ne furent plus jamais publiées plein cadre."

Les sceptiques se bousculent

Les sceptiques des OVNIS ont défié l'authenticité des photos, disant que l'histoire que les Trent ont racontée sur la façon dont les photos ont été prises était contradictoire. Maccabee, qui a interviewé les Trent à de nombreuses reprises, a indiqué qu'il n'a pas trouvé les contradictions significatives.

"S'ils avaient dit exactement la même chose chaque fois, ils (les sceptiques) auraient dit que c'était un canular parce qu'ils l'ont appris par coeur," a-t-il dit. "Vous ne pouvez pas gagner à ce jeu là."

D'autres critiques ont dit les ombres dans les images indiquent que les photos ont été prises le matin, plutôt que dans la soirée comme les Trent ont indiqué, mais personne n'a proposé une explication de la raison pour laquelle ils mentiraient au sujet d'un élément aussi insignifiant que celui là.

Hills trouve les Trent et leur histoire crédible, même après les variations de récits répétés.

"Leurs histoires n'ont vraiment pas changé de manière significative," a-t-il dit. "C'est à leur crédit à elles, et renforce leur crédibilité."

Cela ne signifie pas que ce n'est pas un canular de quelque sorte, a-t-il dit.

Mais il résiste depuis cinq décennies. "Si c'est un coup monté, c'est un chef-d'oeuvre," a-t-il dit.

Maccabee a indiqué qu'il est convaincu de l'authenticité des photos. Ce qu'il ne sait pas, c'est ce que Paul Trent pris en photo ce jour de 1950.

Trent lui-même a pensé que c'était une certaine sorte d'avion militaire secret, dit Maccabee.

Il était peu disposé au début à même laisser le journal publier les photos. Il a été cité dans le récit initial comme disant, "j'ai peur que j'aurai des ennuis avec le gouvernement."

Hills est parmi ceux qui ne pensent pas que c'était un projet top secret de l'Armée de l'Air.

"Si nous avions les possibilités en 1947 de réaliser une soucoupe volante, nous devrions pouvoir faire cela aujourd'hui, et nous ne pouvons pas. C'est un grand point d'interrogation pour moi," a-t-il dit.

Powell ne sait toujours pas quoi faire de cela. L'histoire qu'il a publiée avait comme titre, "Enfin - des photographies authentiques de soucoupe volante [?]"

Powell a indiqué qu'il devait être lu prudemment.

"Vous noterez que sur mon gros titre, je mets un point d'interrogation," a-t-il dit. "Je protégeais mes fesses un petit peu."

Hills a indiqué qu'il ne pourrait pas l'expliquer, mais il sait une chose. "C'est une grande histoire."


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 10 Mai 2002