Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

Martiens, soucoupes et cigares en France, 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Paris-Presse, Paris, France, page 5, le 12 octobre 1954.

Scan

Disques, boules, cigares, fusée

UN MARTIEN MOUSTACHU A PASSÉ SON WEEK-END DANS LA VIENNE

TROIS Martiens seulement se sont montrés au cours du week-end. Des Martiens très réservés. Ils se sont abstenus des démonstrations affectueuses auxquelles ils se livrent d'ordinaire: caresses ou accolades. Sans doute réservent-ils ces manifestations de sympathie aux populations rurales: seuls des campagnards en sont bénéficiaires jusqu'ici.

Un manoeuvre de Lavoux (Vienne), M. Roger Barrault, a raconté que circulant à bicyclette samedi vers 9 heures, il y brusquement été arrêté par un double faisceau lumineux que dirigeait sur lui un "scaphandrier" haut à peine de 1 m. 50 avec des bottes sans talon des yeux très brillants et une forte moustache.

- Le scaphandrier se promena environ une minute sur la route, affirme M. Barrault, puis disparut brusquement vers la forêt toute proche.

Un mécanicien de Carcassonne, M. Bertrand, a vu, samedi soir également, sur la route, alors qu'il circulait en voiture, un engin sphérique de métal brillant dont la partie supérieure semblait être en matière plastique. Il a pu, dit-il, facilement distinguer deux formes humaines dans cet appareil, qui a disparu à une grande vitesse dans la direction est.

M. Bertrand n'a pu préciser si les deux occupants de l'engin étaient moustachus comme le Martien de la Vienne.

Un Lyonnais, M. Morguin, assure qu'il a photographié une soucoupe au-dessus du Rhône.

- C'était, dit-il, un disque rouge entouré de lueurs blanches.

Plusieurs personnes ont aperçu à Mâcon, au-dessus de la Saône, une disque non pas brillant, cette fois, mais sombre.

De Montluçon aux étangs landais...

Un ouvrier, M. Magnier, et des camionneurs ont aperçu à Montluçon une boule lumineuse qui traversait le ciel à grande vitesse.

A Tourriers, à 17 kilomètres d'Angoulême, une trentaine de personnes ont vu dans la nuit du 8 au 9 une "sorte de cigare" qui est resté immobile à une quarantaine de mètres au-dessus de la route nationale numéro 10 pendant une vingtaine de minutes. L'engin qui était doté de deux ailettes, est ensuite parti à une vitesse d'environ 250 à 300 kilomètres-heure.

Mme Lebert, gardienne du château de Pont-Chapelle à La Ferté-Macé (Orne), a observé en plein après-midi un engin mystérieux qui ressemblait à une fusée et s'élevait silencieusement à la verticale en laissant derrière lui une légère traînée blanche.

D'autre part, M. Christian Couette, fils d'un plombier de Tesse-la-Madeleine, roulait à bicyclette en direction de Ranes lorsque, près de l'étang de Lande-Forêt, sur la commune de Beauvain, il fut dépassé par un étrange engin lumineux qui, à une grande vitesse, rasait la cime des arbres. L'engin, d'environ 4 m mètres de diamètre, avait la forme d'une boule de feu bombée.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 12 janvier 2020.