Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague française de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Nord-Eclair, Roubaix, Nord, France, page 10, le 7 octobre 1954.

Scan

LA RONDE DES SOUCOUPES
CONTINUE A FAVORISER
DES CENTAINES DE TEMOINS

LA RONDE DES SOUCOUPES continue à décrire de gracieux entrelacs, de Mantoue, en Italie, jusque Peros-Guirec [sic], et de Clermont à Dunkerque. Peut-on mettre tous ces témoignages sur le compte de l'hallucination? Ou les plaisantins se répandent-ils dans tous les azimuts?

A Mantoue, le trafic a été interrompu pendant plus d'une heure au centre par des groupes de personnes rassemblées pour observer un étrange "objet blanc" qui, à une forte hauteur, se détachait nettement sur le fond du ciel bleu.

Après avoir effectué des évolutions extrêmement rapides, l'engin, de forme sphérique, est resté pendant quelque temps immobile dans le ciel, avant de disparaître à l'horizon.

UNE ODEUR DE NITRO-BENZINE...

Deux soucoupes ont été aperçues, hier, dans le ciel clermontois. La première se déplaçait en direction Ouest-Est. Les témoins ont déclaré que l'engin se rapprocha d'eux et devint de moins en moins brillant. Quand il ne fut plus qu'à 150 mètres, il ressentirent une "curieuse sensation" et furent comme cloués sur place. A ce moment, une odeur de nitro-benzine se dégagea et l'engin s'éloigna. Le malaise cessa et la soucoupe disparut.

L'autre soucoupe évoluait à la verticale au-dessus des côtes de Chantorgues [sic] et était d'un blanc brillant.

Des fermiers de La Rochelle ont également constaté après le départ d'une soucoupe sphérique, de 2 à 3 mètres de hauteur et un diamètre de 5 mètres, des traces d'origine huileuses sur l'herbe, non loin de leur ferme.

Dans la même région, plusieurs personnes ont aperçu une escadrille d'objets lumineux allongés passant à très grande vitesse et haute altitude.

Deux habitants de Lézignan qui roulaient en camion ont affirmé avoir aperçu un engin en forme de disque se poser dans un champ entre le village de Lagrasse et le hameau de Villemagne (Aude).

L'appareil, ont-ils déclaré, mesurait environ dix mètres de diamètre. Mais avant qu'ils aient pu s'en approcher, il les enveloppa d'une lueur éclatante et disparut.

DE LA TAILLE D'UN ENFANT

Plus heureux, un jeune cultivateur de Mégrit (Côtes du Nord) a affirmé avoir vu dans la cour de sa ferme un appareil d'un diamètre d'un mètre environ à l'intérieur duquel se tapissaient deux formes humaines, immobiles, de la taille d'un enfant. Néanmoins il n'a pas eu la chance de vivre l'aventure d'un autre Breton.

M. Pierre Lucas, ouvrier boulanger à Loctudy (Finistère) aperçut soudain, dans la nuit, un engin de la forme d'une soucoupe de 2 mètres 50 à 3 mètres de diamètre. Il en vit sortir un individu mesurant environ 1 m. 20 qui s'approcha de lui et lui tapa sur l'épaule en articulant des paroles inintelligibles. L'ouvrier boulanger réussi à garder son sang-froid et rentra au fournil où l'inconnu le suivi.

A la lumière, M. Lucas pu dévisager son visiteur. Celui-ci avait le visage ovale, tout couvert de poils et des yeux de la grosseur d'un oeuf de corbeau. Le jeune homme appela son patron mais, avant que celui –ci ait eu le temps de descendre, l'inconnu avait disparu ainsi que sa soucoupe dont on ne retrouva aucune trace.

LA RECOLTE QUOTIDIENNE

Et les autres témoignages s'accumulent. A Bergerac, un pompier affirme avoir vu un disque lumineux soutenu par trois béquilles se poser dans son jardin.

A Paris, une soucoupe laissant dans son sillage un panache de fumée, tout comme une fusée, a été aperçue près de la Porte Dorée, dans le Faubourg Saint-Antoine, rue de la Pompe.

Au Bourget, l'on explique qu'il est impossible, étant donné l'intensité de la circulation aérienne, de confirmer par radar le passage de l'engin.

Enfin, soucoupes, disques, cigares, sphères de tout diamètres et autres objets volants ont été aperçus à Quend, Grandvillars (Belfort), à Forges (Corrèze) et Perros-Guirec (Côtes du Nord).

LE TEMOIGNAGE D'UN INGENIEUR

Le journal de Coulommiers, "Le Pays Briard", publie une lettre adressée par l'un de ses lecteurs, M. E. Farnier, membre de la Société des ingénieurs civils de France, au sujet d'une soucoupe volante.

M. Farnier précise qu'il a vu au-dessus de sa propriété, à Jouy-sur-Morin, un gros disque de 8 à 10 mètres de diamètre, "tournant sur place en laissant échapper des lueurs rouges-violettes, avec un sifflement rappelant un peu l'arrivée d'un avion à réaction. L'engin était à environ 400 mètre de hauteur et plana plus de vingt minutes au-dessus de moi. J'ai donc, dit M. Farnier, eu le loisir de bien l'examiner. L'engin disparurent ensuite en direction de Coulommiers".

Dans sa lettre, M. Farnier ajoute:

"Ancien commissaire auprès de l'Aéro-Club de France, ayant servi dans l'aviation, je n'ai pas été victime d'une hallucination et cet engin était pas un ballon sonde, mais une aile épaisse circulaire planant sur place et se déplaçant à très grande vitesse en prenant progressivement de la hauteur."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 1 juin 2020.