Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Croix du Nord, édition locale de Lille, Pas-de-Calais, France, page 7, 3 octobre 1954.

Scan

Comme à Quarouble

Une soucoupe sur béquilles
(avec "rayon paralysant")
en promenade près de Melun

Un qui doit être content, c'est M. Marius Dewilde de Quarouble, près de Valenciennes. On avait souri - un peu trop à son gré - de son histoire de soucoupe volante et de martiens de 0, 95 mètres. Et voilà que son histoire vient de se renouveler - près de Melun cette fois.

Des cantonniers des Ponts-et-Chaussées disent en avoir été les témoins. Comme sur les traverses de la voie ferrée de Marius Dewilde, des "traces de béquilles" ont été relevées.

Plusieurs cantonniers qui travaillaient sous la pluie en bordure de la route de Coulommiers-Meaux, non loin du terrain d'aviation de Quincy-Voisin, ont déclaré avoir aperçu une soucoupe volante, vendredi 1er octobre.

L'un d'eux M. Bernard Goujon, 30 ans, a affirmé avoir vu dans un champ, à gauche de la route, à environ 200 mètres de lui, au pied d'un boqueteau de peupliers, un étrange appareil mesurant environ 3 mètres de diamètre, et d'une hauteur de 2 m. 50. Il était posé sur le sol à l'aide de trois béquilles assez hautes. Sa partie supérieure comportait une petite coupole translucide semblant faite de matière plastique. L'ensemble de l'engin était d'un métal brillant comme l'aluminium.

M. Goujon a raconté qu'il avait voulu s'approcher de l'engin, mais qu'arrivé à environ 150 mètres, il fut pris de panique comme si un rayon électrique invisible était dardé sur lui.

"Je me sentais paralysé, et ma vue se brouillait légèrement. J'aperçus alors la soucoupe s'élever très lentement, sans bruit, à la manière d'une feuille morte, jusqu'à 15 mètres du sol. Elle d'immobilisa un instant puis, toujours sans bruit et sans aucune traînée lumineuse, disparut à vive allure."

On a relevé sur le sol des traces profondes d'environ 10 centimètres.

Mais il n'y a pas qu'à Melun...

Dans la seule journée de vendredi, faisant suite à la "toupie" éblouissante aperçu jeudi dans le Cambrésis par un menuisier de Saint-Hilaire et un maçon de Quiévy, des engins les plus divers ont hanté notre ciel, un "cigare" près de Montceau-les-Mines, un "disque" verdâtre près de Brest, une "boule" brillante dans l'Ariège...

Qui n'a pas encore sa soucoupe?

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 10 mai 2020.