France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

11 octobre 1954, Doncourt-Village, Meurthe-et-Moselle:

Référence pour ce cas: 11-oct-54-Doncourt. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le 12 octobre 1954, les journaux régionaux L'Est Républicain et Le Républicain Lorrain publiaient un article identique sur une observation alléguée le 11 octobre 1954, à "Doncourt-Village", en Meurthe-et-Moselle.

Ce dimanche-là, vers 01:30 du matin, alors que tout était calme dans la campagne environnant Doncourt-Village, un bruit de grésillement et un sifflement anormal avait éveillé les habitants d'une ferme située à quelques centaines de mètres du pays. Les volets ouverts ont laissé voir dans la campagne un objet plat, projetant une lueur aveuglante, "trois fois gros comme un soleil couchant", qui était posé sur le coteau, en bordure du bois de Doncourt.

Après quelques instants, la "soucoupe" s'est élevée verticalement et a disparu.

Dans l'après-midi du 12 octobre 1954, des recherches aux environs du lieu où s'était posé l'engin, avaient permis de découvrir au milieu d'un chemin de terre, à quelques mètres de la lisière de la forêt, une trace de calcination récente, d'une circonférence de 1.50 mètres environ. Les pierres du chemin, particulièrement boueux à cet endroit, calcinées sur une épaisseur de plus de deux centimètres, étaient devenues rouges comme de la brique. La terre était réduite en cendres sur une profondeur de trois centimètres. Aucune trace d'herbe, ni de brindilles ne subsistait à cet endroit. Des prélèvements de pierres avaient été effectués et "seront livrés à un laboratoire pour tenter de connaître le degré de chaleur atteint à cet endroit."

Ces journaux assuraient que la personne ayant vu l'engin, et qui a désiré garder l'anonymat, "ne peut être taxée ni de plaisantin, ni de visionnaire."

Une version plus courte, par l'AFP, paraîtra dans la presse nationale. Plusieurs journaux écriront "Moncourt" au lieu de "Doncourt". Ni moi ni personne n'a trouvé la moindre publication de résultats d'analyse des prélèvements du sol.

Jacques Vallée cataloguera le cas, écrivant parfois "Doncourt-Village" et parfois "Montcourt" pour le lieu. Il écrit que les prélèvements ont été réalisés par des "fonctionnaires" (ce que des catalogues du Web traduiront plus tard par des "policiers".) Garreau et Lavier indiquaient en 1974 qu'il s'agissait de Gendarmes.

En 1979, les ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jacques Brucker noteront l'erreur de lieu dans Le Figaro, recopiée par Jacques Vallée, et indiqueront qu'ils ont contacté les témoins de ce phénomène et que "dans les grandes lignes, leur récit correspondait à celui de la presse l'époque."

En 1997, Jean Sider ajoutait que les témoins étaient Mme Jacques, fermière à Doncourt, et Mr. Félix André, que l'objet ou phénomène lumineux était posé sur le coteau en bordure du bois de Doncourt, émettant des bruits de grésillement et de sifflement tout en diffusant une lueur aveuglante.

Il indique qu'il y a eu une enquête de LDLN, et que la contre-enquête de Barthel et Brucker sur le cas est "imaginaire."

En 1979, Michel Figuet était le premier à donner le nom du village comme "Doncourt-lès-Longuyons". Dans ce dossier, j'explique pourquoi le bon village était sans doute: Doncourt-lès-Longuyon.

Rapports:

[Ref. ler1:] JOURNAL "L'EST REPUBLICAIN":

Un grésillement et un sifflement: une "soucoupe" se posait

Longwy (de notre rédaction). -- Voici une nouvelle histoire à inscrire au chapitre des soucoupes, histoire d'autant plus troublante que la personne ayant vu l'engin (et qui désire garder l'anonymat), ne peut être taxée ni de plaisantin, ni de visionnaire.

Dimanche, vers 1h30 du matin, alors que tout était calme dans la campagne environnant Doncourt-Village (M. et M.), un bruit de grésillement et un sifflement anormal éveillait les habitants d'une ferme située à quelques centaines de mètres du pays. Les volets ouverts laissaient voir dans la campagne un objet plat, projetant une lueur aveuglante, "trois fois gros comme un soleil couchant", qui était posé sur le coteau, en bordure du bois de Doncourt.

Après quelques instants, "la soucoupe" s'élevait verticalement et disparaissait. Des recherches effectuées hier après-midi, aux environs du lieu où s'était posé l'engin, ont permis de découvrir au milieu d'un chemin de terre, à quelques mètres de la lisière de la forêt, une trace de calcination récente, d'une circonférence de 1m50 environ. Les pierres du chemin, particulièrement boueux à cet endroit, calcinées sur une épaisseur de plus de deux centimètres, étaient devenues rouges comme de la brique. Quant à la terre, elle est réduite en cendres sur une profondeur de trois centimètres. Aucune trace d'herbe, ni de brindilles ne subsiste à cet endroit. Des prélèvements de pierres ont été effectués et seront livrés à un laboratoire pour tenter de connaître le degré de chaleur atteint à cet endroit.

[Ref. rln1:] JOURNAL "LE REPUBLICAIN LORRAIN:"

Un grésillement et un sifflement:
Une "soucoupe" se posait

LONGWY (de notre rédaction). -- Voici une nouvelle histoire à inscrire au chapitre des soucoupes, histoire d'autant plus troublante que la personne ayant vu l'engin (et qui désire garder l'anonymat), ne peut être taxé ni de plaisantin, ni de visionnaire.

Dimanche, vers 1 h 30 du matin, alors que tout était calme dans la campagne environnant Doncourt Village, un bruit de grésillement et un sifflement anormal éveillait les habitants d'une ferme située à quelques centaines de mètres du pays. Les volets ouverts laissaient voir dans la campagne un objet plat, projetant une lueur aveuglante, "trois fois grosse comme un soleil couchant", qui était posée sur le coteau, en bordure du bois de Doncourt. Après quelques instants, la "soucoupe" s'élevait verticalement et disparaissait. Des recherches effectuées hier après-midi aux environs du lieu où s'était posé l'engin, ont permis de découvrir, au milieu d'un chemin de terre, à quelques mètres de la lisière de la forêt, une trace de calcination récente, d'une circonférence de 1 m 50 environ. Les pierres du chemin, particulièrement boueux à cet endroit, calcinées sur une épaisseur de plus de deux centimètres, étaient devenues rouges comme de la brique. Quant à la terre, elle est réduite en cendres sur une profondeur de trois centimètres. Aucune traces d'herbe ni de brindilles ne subsiste à cet endroit. Des prélèvements de pierres ont été effectués et seront livrés à un laboratoire pour tenter de connaître le degrés de chaleur atteint à cet endroit.

[Ref. fs1:] JOURNAL "FRANCE-SOIR":

Scan

Pierre calcinée, herbe brûlée sous la soucoupe de Doncourt-Village

NANCY, 13 octobre (dép. "France-soir"). -- Vers 1 h. 30, hier matin, alors que tout dormait à Doncourt-Village (Meurthe-et-Moselle), un sifflement anormal éveillait les habitants d'une ferme, à l'écart du pays. Inquiets, les fermiers se mirent à la fenêtre et virent un objet plat, "rois fois gros comme un soleil couchant", disent-ils, posé en bordure des bois tout proches. Bientôt l'objet s'élevait à grande allure à la verticale et disparaissait. A l'endroit indiqué par les fermiers, les gendarmes constatèrent que les pierres avaient été calcinées et avaient pris une teinte rouge brique, sur une circonférence de 1 m. 50. La terre, partout ailleurs détrempée par la pluie, était, à l'intérieur de cette circonférence, réduite en cendre sur une profondeur de trois centimètres.

Un engin lumineux observé au Cameroun par des témoins dignes de foi

YAOUNDE (Cameroun), 12 oct. (dép. "France-soir"). -- Un énorme disque illuminé a été observé dimanche à Yaoundé par un groupe de personnes dignes de foi: le colonel Cauvin, directeur des services d'hygiène et de prophylaxie du Cameroun; le Dr. Menn, médecin-chef de l'hôpital; MM. Dumont, directeur des services de sécurité Poileux, conseiller de l'Assemblée territoriale; Moreau, administrateur et maire adjoint de Yaoundé. C'est le chien de la maison qui, en aboyant, attira au dehors les occupants. Sous le disque pendait une sorte de cylindre oscillant. L'engin, après quelques secondes, disparut rapidement vers l'est.

UN DISQUE ORANGE émettant de vives lueurs a été observé à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne) par M. T..., saisonnier à Machault, qui a pris des photos. Un boucher de Seine-Port a vu, à Savigny-le-Temple, un engin semblable ainsi que, à Meaux, M. Lefranc, employé de banque à Paris.

UN TONNEAU INCANDESCENT, de deux mètres de haut, a été aperçu dans un pâturage par deux jeunes filles de Heimersdorf (Haut-Rhin). L'engin s'éleva et disparut rapidement.

[Ref. lhe1:] JOURNAL "LE HAVRE":

Scan

SOUCOUPES VOLANTES

(4) Suite de la première page

au-dessus de Machault un engin de forme circulaire émettant une lueur assez vive, de couleur orange. Le disque, qui était à peu près du diamètre d'une pleine lune, évoluait à allure assez lente, traversant le ciel à l'horizontale.

MELUN. -- M. Demarchy, boucher à Seine-Port, et un de ses amis, qui circulaient en auto à Nandy, ont déclaré avoir vu un disque lumineux évoluant à 800 mètres environ d'altitude. Les deux bouchers sont descendus de leur voiture et on suivi l'évolution de l'engin pendant à peu près une minute.

QUIMPER. -- M. Correntin Couarch, 58 ans, domicilié au bourg d'Elliant (Finistère), ouvrier agricole, a aperçu dans le ciel, à 200 mètres d'altitude, un engin lumineux dont il ne peut préciser ni la forme ni la grandeur. Il a déclaré qu'effrayé il avait éteint la lanterne de sa bicyclette pour ne pas attirer l'attention et s'était éloigné rapidement. A un kilomètre, dit-il, il se retourna et vit la lumière arrêtée au ras du sol.

TOULOUSE. -- Dans la nuit de samedi à dimanche, un boulanger de Bompas (Pyrénées-Orientales), M. Sebelli a aperçu, posé dans une rue de ce village un objet en forme de cigare d'environ deux mètres de longueur, entouré de lueurs irisées.

M. Sebelli réveilla des voisins qui assistèrent au départ rapide de l'engin.

D'autre part, trois jeunes chasseurs ont vu évoluer hier au-dessus de Gaillac (Aveyron), à une altitude élevée, un objet en forme de cigare qui décrivait dans le ciel une série de grands "S". Chaque évolution était accompagnée d'un bruit comparable à un jet de vapeur sous pression. L'engin disparût brusquement en direction du Nord.

Enfin, à Pont-de-Salars (Aveyron), une personne a aperçu dans le ciel, vers le Couhant, un disque entouré d'un large cercle lumineux à l'éclat insoutenable. Descendu lentement vers l'horizon, le disque a disparu à une vitesse vertigineuse.

RIOM. -- Au cours de la nuit dernière, les gardiens de la paix Roger Thévenin et Albert Daury, du corps urbain de Riom, qui effectuaient une ronde ont aperçu dans le ciel un engin en forme de cigare qui se dirigeait du Sud au Nord. Trois boules de feu rouges s'en sont détachés et ont illuminé pendant quelques instants une partie du ciel. Le cigare était d'aspect métallique, semblable à du duralumin.

NANCY. -- Dans la nuit de dimanche à lundi, les habitants d'une ferme située à quelques centaines de mètres du village de Moncourt (Meurthe-et-Moselle), ont été mis en émoi par un sifflement extérieur anormal. A travers les persiennes, ils distinguèrent une lueur aveuglante qui paraissait fixée à flanc de coteau et qui disparut peu après en s'élevant verticalement. Cet après-midi, les recherches entreprises en direction du lieu indiqué par les témoins ont fait découvrir, sur un chemin de terre, des traces de calcination intense. Des prélèvements de pierres et de terre ont été opérés pour être soumis à des experts.

LA ROCHELLE. -- Un instituteur colonial actuellement en congé dans l'Ile d'Oléron, M. Martin, affirme avoir rencontré deux jolies Martiennes, mesurant environ 1 m. 70, bottées, gantées et casquées de cuir. Les deux Martiennes se saisirent du stylo de M. Martin et tracèrent des signes incompréhensibles sur son carnet tout en essayant de se faire comprendre. M. Martin aurait conservé précieusement ce manuscrit.

[Ref. lfo1:] JOURNAL "LE FIGARO":

Dans la nuit de dimanche à lundi, les habitants d'une ferme, située à quelques centaines de mètres du village de Moncourt (Meurthe-et-Moselle), ont été mis en émoi par un sifflement extérieur anormal. A travers les persiennes, ils distinguèrent une lueur aveuglante qui paraissait fixée à flanc de coteau et qui disparut peu après en s'élevant verticalement. Cet après-midi, les recherches entreprises en direction du lieu indiqué par les témoins ont fait découvrir, sur un chemin de terre, des traces de calcination intense. Des prélèvements de pierres et de terre ont été opérés pour être soumis à des experts.

[Ref. nnm1:] JOURNAL "LE NOUVEAU NORD MARITIME":

Scan

DISQUES, BOULES et CIGARES VOLANTS

... et même des Martiens et Martiennes

Trois boules de feu rouges

Riom, 12. -- Au cours de la nuit de dimanche à lundi, les gardiens de la paix Roger Thévenin et Albert Daury, du corps urbain de Riom, qui effectuaient une ronde, ont aperçu dans le ciel un engin en forme de cigare qui se dirigeait du Sud au Nord. Trois boules de feu rouge s'en sont détachées et ont illuminé pendant quelques instants une partie du ciel. Le cigare était d'aspect métallique, semblable à du duralumin.

Un ballon brillamment éclairé

Melun, 12. -- M. Jules Lefranc, employé de banque habitant Paris, a aperçu dans le ciel, à proximité du stade François de Tessart, à Meaux, pendant trois minutes environ, un objet brillamment éclairé de l'intérieur qui, a-t-il déclaré, avait la forme d'un petit ballon de football. Cet engin disparut en laissant derrière lui, a déclaré le témoin, une traînée lumineuse de la dimension d'un tuyau de poêle.

Des habitants de Trilport auraient aperçu un engin identique immobile.

Un atterrissage

Limoges, 12. -- A Saillat-sur-Vienne, dimanche soir à la tombée de la nuit, M. Roger Gayout, transporteur à Limoges, son épouse et des parents ont aperçu dans le ciel un engin mystérieux très brillant qui, après avoir évolué pendant quelques minutes, a paru atterrir quelques kilomètres plus loin.

Une lueur aveuglante

Nancy, 12. -- Dans la nuit de dimanche à lundi, des habitants d'une ferme située à quelques centaines de mètres du village de Moncours (Meurthe-et-Moselle), ont été mis en émoi par un sifflement extérieur anormal, à travers les persiennes ils distinguèrent une lueur aveuglante qui paraissait fixée à flanc de colline et qui disparut peu après en s'élevant verticalement. Dans l'après-midi, les recherches entreprises en direction du lieu indiqué par les témoins ont fait découvrir, sur un chemin de terre, des traces de calcination intense. Des prélèvements de pierres et de terres ont été opérés pour être soumis à des experts.

Un disque lumineux

Melun, 12. -- M. Demarcy, boucher à Seine-Port, et un de ses amis, qui circulaient en auto à Nandy, ont déclaré avoir vu un disque lumineux évoluant à 800 mètres environ d'altitude. Les deux bouchers sont descendus de leur voiture et ont suivi l'évolution de l'engin pendant à peu près une minute.

Un engin flamboyant

Mulhouse, 12. -- Ayant aperçu dimanche soir une lumière dans un pâturage, deux jeunes filles de Heimersdorf, Anny et Roselyne Pracht, âgées de 22 et 18 ans, s'approchèrent pensant qu'il s'agissait d'un feu allumé par un berger. Elles virent alors, affirment-elles, un engin d'une hauteur d'environ 2 mètres. A leur approche, l'engin en forme de tonneau, passa au rouge incandescent, s'éleva dans les airs et disparut à l'horizon. Le même phénomène a été constaté par deux autres personnes.

A 200 mètres d'altitude

Quimper, 12. -- M. Corentin Couarch, 38 ans, domicilié au bourg d'Elliant (Finistère), ouvrier agricole, a aperçu dans le ciel, à 200 mètres d'altitude, un engin lumineux dont il ne peut préciser ni la forme ni la grandeur. Il a déclaré qu'effrayé il avait éteint la lanterne de sa bicyclette pour ne pas attirer l'attention et s'était éloigné rapidement. A 1 km, dit-il, il se retourna et vit la lumière arrêtée au niveau du sol.

Des "cigares" dans le Midi

Toulouse, 12. -- Dans la nuit de samedi à dimanche, un boulanger de Bompas (Pyrénées-Orientales), M. Sebelli, a aperçu, posé dans une rue de ce village, un objet en forme de cigare d'environ deux mètres de longueur, entouré de lueurs irisées.

M. Sebelli réveilla des voisons qui assistèrent au départ rapide de l'engin.

D'autre part, trois jeunes chasseurs ont vu évoluer hier au-dessus de Gaillac (Aveyron), à une altitude élevée, un objet en forme de cigare qui décrivait dans le ciel une série de grands "S". chaque évolution était accompagnée d'un bruit comparable à un jet de vapeur sous pression. L'engin disparut brusquement en direction du Nord.

Enfin, à Pont de Salars (Aveyron), une personne a aperçu hier soir dans le ciel, vers le couchant, un disque entouré d'un large cercle lumineux à l'éclat insoutenable. Descendu lentement vers l'horizon, le disque a disparu à une vitesse vertigineuse.

Une lueur orangée

Melun, 12. -- Un habitant de Fontainebleau a déclaré voir aperçu au-dessus de Machault, un engin de forme circulaire émettant une lueur assez vive, de couleur orangée. Le disque, qui était à peu près du diamètre d'une pleine lune, évoluait à allure assez lente, traversant le ciel à l'horizontale.

Deux jolies Martiennes!

La Rochelle, 12. -- Un instituteur colonial, actuellement en congé dans l'île d'Oléron, M. Martin, affirme avoir rencontré dans l'île deux jolies Martiennes mesurant environ 1 m. 70, bottées, gantées et casquées de cuir. Les deux Martiennes se saisirent du style de M. Martin et tracèrent des signes incompréhensibles sur son carnet, tout en essayant de se faire comprendre. M. Martin aurait conservé précieusement ce manuscrit.

Une soucoupe fait un atterrissage forcé en Westphalie

Les "Martiens" (larges d'épaules) réparent sur place et reprennent l'air

Munster, 12. -- M. Hoge, opérateur de cinéma, se trouvait près de Münster (Westphalie) lorsqu'il aperçut dans un champ quatre "hommes" en combinaison de caoutchouc qui s'affairaient sous un objet en forme de cigare. M. Hoge les regarda travailler pendant dix minutes, sans s'approcher, et, finalement, les quatre hommes rentrèrent par une sorte d'échelle dans le cigare qui, après avoir décollé, prit la forme d'une soucoupe projetant une lumière éblouissante.

Les quatre "hommes" dont la taille était d'environ 1 m. 20 avaient, selon M. Hoge, un torse assez large, une tête proportionnellement trop grosse pour leur corps et des jambes fines.

Un "Martien" en soutane interpelle 3 enfants

Trois enfants de Pournoy-la-Chétive, près de Verny (Moselle) affirment qu'ils on vu une soucoupe et son passager. Ils ont raconté leur histoire à leurs parents, l'ont répétée devant l'instituteur, et confirmés devant M. le Maire. Tous trois faisaient du patin à roulettes, vendredi après-midi, à proximité du cimetière. Il y avait là Gilbert Calba, 12 ans; Daniel Hirsch, 9 ans, et son frère Jean-Pierre, 5 ans.

"Vers [?] h. 30, déclare Gilbert, nous avons vu se poser un engin lumineux et rond, de 2 m. 30 environ de diamètre. L'appareil a atterri tous près de nous. Il avait des rayures jaunes et blanches et s'est posé sur trois pieds.

"Bientôt un homme en est sorti, tenant à la main une lampe électrique.

"Il était tout petit (1 m. 20 environ), avait de gros yeux, un visage poilu et portait une sorte de soutane noire comme M. le curé. L'homme est venu nous parler dans un langage incompréhensible et nous nous sommes sauvés, pris de peur.

"Nous nous sommes retournés un peu plus loin. L'engin, très brillant, s'élevait très haut et très vite dans le ciel".

Ce récit est partiellement confirmé par un autre habitant de Pournoy-la-Chétive, Robert Maguin, 16 ans, qui a déclaré avoir aperçu, lui aussi, vers la même heure, un engin mystérieux, mais ils n'était pas assez près pour en distinguer les détails.

Un automobiliste rencontre deux "Martiens"

Albi, 12. -- Un automobiliste de Briatexte (Tarn), M. Jean-Pierre Mitto, agent technique dans une société exposant actuellement aux "Arts Ménagers" de Toulouse, affirme avoir rencontré, à la tombée de la nuit, sur la route Nationale N° 631, les passagers d'une soucoupe volante.

"Rentrant de Toulouse, en compagnie de deux parents, a-t-il dit, j'ai soudain distingué dans le faisceau de mes phares deux petits personnages qui ont traversé la route, à quelques mètres à peine de ma voiture. J'ai stoppé aussitôt et, à notre grand étonnement, nous vîmes alors s'envoler d'un pré voisin un grand disque rouge d'un diamètre de six mètres. Montant à la verticale, l'engin disparut dans le ciel en quelques secondes".

[Ref. ner1:] JOURNAL "NORD-ECLAIR":

Scan

PENDANT TROIS HEURES A METZ
des spécialistes militaires
observent un globe
de 50 mètres de diamètre

Pendant la foire-exposition de Metz, le stand de l'armée a installé, pour les visiteurs, un appareil radar et un puissant projecteur qui fonctionne sans arrêt dès la nuit tombée. Dimanche, vers 20 h. 10, le projecteur repéra, dans son faisceau, la présence d'un globe immobile en plein ciel: "On aurait dit une boule d'arbre de Noel", a déclaré le chef du poste radar, le commandant Cotel, qu'entourèrent bientôt une quinzaine de spécialistes militaires.

On crut d'abord à la présence d'un ballon-sonde, puis toutes sortes de suppositions furent émises. Les servants du projecteur, d'abord incrédules, nettoyèrent les glaces puis changèrent même les charbons de l'appareil. Mais aussitôt rallumé, le projecteur retrouva le globe lumineux dont l'altitude fut évaluée à plus de 10.000 mètres. Ce globe avait un diamètre de 50 mètres et resta visible pendant trois heures. Il fut impossible, au radar, de détecter l'engin mystérieux, celui-ci n'étant pas sensibles aux ondes métalliques. Enfin, à 23 h. 00, le globe étrange se déplaça vers l'est et disparut. Le général gouverneur de Metz a demandé un rapport complet au commandant Cottel.

DES "MARTIENNES"
SYMPATHIQUES

Près d'Albi, un agent technique d'une société exposant aux arts ménagers de Toulouse, M. Jean-Pierre Mitto, rentrait chez lui la journée terminée. Soudain, il aperçut dans le faisceau de ses phares, et les deux parents qui l'accompagnaient l'affirment également, de petits personnages qui traversaient la route. Il stoppa aussitôt et vit s'envoler d'un pré voisin un grand disque rouge d'un diamètre de six mètres environ montant à la verticale.

Un instituteur colonial en congé dans l'île d'Oléron n'hésite pas à associer son nom à une aventure invraisemblable. M. Martin se promenait dans l'île lorsqu'il rencontra de jolies "Martiennes", mesurant environ 1 m. 70, bottées, gantées et casqués de cuir. Les deux "Martiennes" se saisirirent du stylo de M. Martin et tracèrent des signes incompréhensible sur son carnet, en essayant de se faire comprendre.

L'instituteur conserve précieusement le manuscrit.

A Riom, des gardiens de la paix qui effectuaient une ronde aperçurent dans le ciel un cigare qui remontait vers le nord. Trois boules de feu se détachèrent et éclairèrent quelques instants une partie du ciel. Des phénomènes semblables ont été aperçus à Bompas, dans les Pyrénées-Orientales, à Quimper (Finistère), à Limoges, à Fontainebleau, à Melun et Mulhouse tandis qu'à Moncourt (Meurthe-et-Moselle) les habitants d'une ferme furent éblouis par une lumière aveuglante traversant leur persiennes. La lumière disparut verticalement.

[Ref. jpc1:] JOURNAL "LE JOURNAL DU PAS-DE-CALAIS ET DE LA SOMME":

Scan

Du nouveau du côté des 'soucoupes'
Les "Martiennes" sont grandes et jolies

La Rochelle, 12. -- Un instituteur colonial, actuellement en congé dans l'île d'Oléron, M. Martin, affirme avoir rencontré dans l'île deux jolies Martienne mesurant environ 1 m. 70, bottées, gantées et casquées de cuir.

Les deux Martiennes se saisirent du stylo de M. Martin et tracèrent des signes incompréhensibles sur son carnet, tout en essayant de se faire comprendre. M. Martin aurait conservé précieusement ce manuscrit.

Albi. -- Un automobiliste de Briatexte (Tarn), M. Jean-Pierre Mitto, agent technique dans une société exposants actuellement aux "Arts Ménagers" de Toulouse, a déclaré avoir rencontré à la tombée de la nuit, sur la route nationale 631, les passagers d'une soucoupe volante.

"Rentrant de Toulouse, en compagnie de deux parents, a-t-il dit, j'ai soudain distingué dans le faisceau de mes phares deux petits personnages qui ont traversé la route, à quelques mètres à peine de ma voiture. J'ai stoppé aussitôt et, à un notre grand étonnement, nous vîmes alors s'envoler d'un pré voisin un grand disque rouge d'un diamè-

LA SUITE EN PAGE 8

[Légende photo:] Ce photographe, installé sur le toit d'un immeuble parisien, armé d'un téléobjectif, d'une paire de longue-vue et de beaucoup de patience, espère-t-il photographier une soucoupe volante, un "cigare" ou tout simplement… la lune? Evidemment le dernier objectif c'est le plus facile, mais n'est-ce pas actuellement le rêve le plus ambitieux de tous les chasseurs d'images. Une photo authentique de la fameuse "soucoupe" ou d'un Martien, mais c'est là la gloire et la fortune. (Keystone)

Scan

tre de 4 mètres environ, montant à la verticale. L'engin disparu dans le ciel en quelques secondes".

Nancy. -- Les habitants d'une ferme située à quelques centaines de mètres du village de Moncourt (Meurthe-et-Moselle) ont été mis en émoi par un sifflement extérieur anormal. A travers les persiennes et il distinguèrent une lueur aveuglante qui paraissait fixée à flanc de coteau et qui disparut peu après en s'élevant verticalement.

Cet après-midi, les recherches entreprises en direction du lieu indiqué par les témoins, ont fait découvrir, sur un chemin de terre, des traces de calcination intense. Des prélèvements de pierres, et de terre ont été opérés pour être soumis à des experts.

Quimper. -- M. Corentin Couarch, 58 ans, domicilié au bourg d'Elliant (Finistère), ouvrier agricole, a aperçu dans le ciel, à 200 mètres d'altitude, un engin lumineux dont il ne peut préciser ni la forme ni la grandeur. Effrayée il a éteint la lanterne de sa bicyclette pour ne pas attirer l'attention et s'est éloigné rapidement. A 1 kilomètre, dit-il, il se retourna et vit la lumière arrêté au ras du sol.

Toulouse. -- Un boulanger de Bompas (Pyrénées-Orientales), M. Sebelli, a aperçu, posé dans une rue de ce village un objet en forme de cigare d'environ deux mètres de longueur, entouré de lueur irisée.

M. Sebelli réveilla des voisins qui assistèrent au départ rapide de l'engin.

D'autre part, trois jeunes chasseurs ont vu évoluer au-dessus de Gaillac (Aveyron), à une altitude élevée un objet en forme de cigare qui décrivait dans le ciel une série de grands "S".

Chaque évolution était accompagnée d'un bruit comparable à un jet de vapeur sous pression. L'engin a disparu brusquement en direction du nord.

Enfin, à Pont de Salars (Aveyron), une personne a aperçu dans le ciel, vers le couchant, un disque entouré d'un large cercle lumineux à l'éclat insoutenable. Descendu lentement vers l'horizon, le disque a disparu à une vitesse vertigineuse.

Mulhouse. -- Ayant aperçu une lumière dans un pâturage, deux jeunes filles de Heimersdorf, Anny et Roselyne Pracht, âgées de 22 et 18 ans, s'approchérent pensant qu'il s'agissait d'un feu allumé par un berger. Elles virent alors, affirment-elles, un engin d'une hauteur d'environ 2 mètres. A leur approche, l'engin, en forme de tonneau passa au rouge incandescent, s'éleva dans les airs et disparu à l'horizon. Le même phénomène a été observé par deux autres personnes.

[Ref. lqh1:] JOURNAL "LE QUOTIDIEN DE LA HAUTE-LOIRE":

[...]

Des traces de calcination intense

Dans la nuit de dimanche à lundi, les habitants d'une ferme située à quelques centaines de mètres du village de Montcourt (Meurthe et Moselle) ont été mis en émoi par un sifflement extérieur anormal. A travers les persiennes ils distinguèrent une lueur aveuglante qui paraissait fixée à flanc de coteau et qui disparut peu après en s'élevant verticalement. Les recherches entreprises en direction du lieu indiqué par les témoins ont fait découvrir, sur un chemin de terre, des traces de calcination intense. Des prélèvements de pierres et de terre ont été opérés pour être soumis à des experts.

[...]

Article complet ici.

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

289 006.17130 54.57000 10 10 1954 21 10 199 MONCOURT SSW DIEUZE F 001 22 I

[Ref. jve3:] JACQUES VALLEE:

11 octobre 1954, 01 h 30. Doncourt-Village (France):

Des fermiers furent réveillés par un sifflement, virent un objet plat atterrir près des bois. Bientôt il s'éleva très vite, verticalement, et s'envola. Le sol était calciné. Des échantillons furent pris par la police pour analyse. (Le Figaro, 13 oct. 1954).

[Ref. jve2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 11 octobre 1954, des fermiers près de Doncourt-Village en Meurthe-et-Moselle ont été éveillés par un étrange sifflement. Ils voient qu'un objet plat avait atterri près de la forêt. Il s'est bientôt élevé très vite, verticalement, et s'envole. Le sol a été trouvé calciné. Des échantillons ont été prélevés par des fonctionnaires pour analyse.

[Ref. gal1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux ufologues mentionnent une observation à Moncourt en Moselle dans la nuit du 10 au 11 octobre 1954, à partir d'une dépêche de l'Agence France Presse et des éléments de leur dossiers personnels:

Dans la nuit, les habitants d'une ferme isolée à quelques centaines de mètres du village ont été réveillés par un sifflement anormal. A travers les persiennes, ils distinguent une lueur aveuglante, qui semble être immobile sur un flanc de côteau. Quelques minutes plus tard, ils voient une boule lumineuse s'élever verticalement et disparaître rapidement.

Le lendemain après-midi, les gendarmes sont venus enquêter sur les lieux et ont découvert à l'endroit présumé de l'atterrissage des traces de calcination intenses sur le chemin de terre.

Les deux auteurs indiquent que des prélèvements de pierre et de terre ont été effectués, mais que le résultat des analyses n'a jamais été rendu public.

[Ref. ldl1:] MAGAZINE D'UFOLOGIE "LUMIERES DANS LA NUIT":

N.D.L.R. - Il y a eu un atterrissage à Doncourt-lès-Conflans, à 8 km au S-0, le 11-10-54, [...]

[Ref. rsd1:] RAY STANFORD:

En son livre concernant le célèbre atterrissage d'un OVNI à Socorro, Ray Stanford indique un certain nombre d'autres observations d'engins en forme d'oeuf qui peuvent être significatifs à cet égard.

Parmi ces cas, il indique que le 11 octobre 1954, près du village de Dancourt dans la Meurthe-et-Moselle, France, des fermiers ont été tirés du sommeil par un bruit de sifflement étrange, et ils ont alors remarqué qu'un objet plat avait atterri près des bois tout près.

L'objet a décollé verticalement à grande vitesse. Les officiels ont constaté que la terre au-dessous a été calcinée.

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

405 11 octobre 1954 0130 hrs

DONCOURT-VILLAGE (FRANCE) Des agriculteurs réveillés par un sifflement ont vu un objet plat atterrir près des bois. Il s'est vite élevé très rapidement, verticalement, et s'est envolé. Le sol a été trouvé calciné. Des échantillons ont été prélevés par des policiers pour analyse. (M230; Figaro, 13 Oct 54)

[Ref. bbr1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs disent que les journaux, parfois, ne déforment pas les récits, mais qu'ils sont déformés alors par les ufologues. Ils donnent ce cas en exemple, reproduisant le résumé de Jacques Vallée qui comporte des erreurs que l'on identifie en comparant avec le récit dans le journal "Le Figaro" du 13 octobre 1954, qu'ils reproduisent ainsi, avec des majuscules pour indiquer les erreurs alléguées:

"Dans la nuit de dimanche à lundi, les habitants d'une ferme, située à quelques centaines de mètres du village de MONCOURT (Meurthe-et-Moselle), ont été mis en émoi par un sifflement extérieur anormal. A travers les persiennes, ils distinguèrent une lueur aveuglante qui PARAISSAIT fixée à flanc de coteau et qui disparut peu après en s'élevant verticalement. Cet après-midi, les recherches entreprises en direction du lieu indiqué par les témoins ont fait découvrir, sur un chemin de terre, des traces de calcination intense. Des prélèvements de pierres et de terre ont été opérés pour être soumis à des experts."

Ils ajoutent qu'ils ont contacté "les témoins de ce phénomène" et que "dans les grandes lignes, leur récit correspond à celui de la presse l'époque."

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN LOUIS RUCHON:

Les auteurs indiquent qu'à Montcourt, le 11 octobre 1954 vers 1 h 30, des fermiers habitant une ferme isolée, à quelques centaines de mètres de Montcourt, ont été réveillés par un sifflement anormal.

A travers les persiennes, ils ont distingué une lueur aveuglante qui semblait fixée à flanc de coteau. L'objet s'est bientôt élevé verticalement et très rapidement et a disparu rapidement.

Les recherches dans l'après-midi sur le lieu indiqué par les témoins ont fait découvrir des traces de calcination intense sur un chemin de terre. Des prélèvement de pierres et de terres ont été prélevés pour analyse mais aucun résultat n'est parvenu à la connaissance des auteurs.

Les auteurs disent que Vallée avait cité Doncourt comme lieu mais que c'est une erreur et qu'il s'agit bien de Montcourt dans la Moselle.

Les sources sont indiquées comme le cas 230 du catalogue Vallée; C. Garreau et R. Lavier dans "Face aux ET" pages 215-216; et Le Figaro du 13/10/1954.

[Ref. mft3:] MICHEL FIGUET:

Cet ufologue a noté:

N° de la liste de J. C. Fumoux N° du listing Francat Localisation Date Classe Crédibilité Sources Nombre de T
065 171 Doncourt-lès-Longuyons 54 et non Moncourt 57 11/10 CE3 TD 2-9. 667 1 T inc

[Ref. mft1:] MICHEL FIGUET:

Cet ufologue a noté:

CAS Nr CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
171 CE3 11 10 1854 [sic] 01.30 Doncourt lès Longuyons 54620 B2 D B-B p. 125, OVNI: p.146

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

Jean Sider indique que dans la nuit du 10 au 11 octobre 1954, à Doncourt, Mme Jacques, fermière à Doncourt, et Mr. Félix André, ont vu un objet ou un phénomène lumineux posé sur le coteau en bordure du bois de Doncourt, émettant des bruits de grésillement et de sifflement tout en diffusant une lueur aveuglante.

On a retrouvé sur place des traces de calcination sur un diamètre de 1.50 mètres. Les pierres sont devenues rouge-brique et la terre est réduite en cendres sur une épaisseur de 3 centimètres.

Jean Sider indique que la source locale est le journal Le Lorrain, de Metz, du 12 octobre 1954, page 7, et une enquête de LDLN.

Jean Sider indique ailleurs dans son livre que la contre-enquête de Barthel et Brucker sur le cas est "imaginaire."

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4058: 1954/10/11 01:30 5 6:38:00 E 48:43:00 N 3333 WEU FRN MSL 7:8

MONCOURT,FR:SIFFLE!:SCP ^ pr FORET:SOL BRULE:/r8N°230+/r30p146+/r217p39

RefN°197 WEINSTEIN, D: Coupures de presse françaises 1954 Page No. 78 : FORET

[Ref. goe1:] GENEVIEVE VAN OVERMEIRE:

Dans sa chronologie, Geneviève van Overmeire indique que le 11 octobre 1954 en France, à Moncourt, et non pas à "Doncourt", en Moselle, dans la nuit les habitants d'une ferme isolée à quelques centaines de mètres du village ont été réveillés par un sifflement anormal. A travers les persiennes ils ont distingué une lueur aveuglante fixée à flanc de coteau. Quelques minutes plus tard ils ont vu une boule lumineuse s'élever verticalement et disparaître rapidement. Il y a eu un rapport de gendarmerie. A 01 h 30 des fermiers ont été réveillés par un sifflement à Doncourt-Village, et ont vu un objet plat atterrir près des bois. Bientôt il s'est élevé très vite verticalement et s'est envolé. Le sol était calciné. La police a pris des échantillons.

La source est notée "Jacques Vallée: "Chronique des apparitions ET" - DENOEL 1972 - COLL. J'AI LU - p. 275".

[Ref. mcn1:] BASE DE DONNES D'OBSERVATIONS DE MARK CASHMAN:

Doncourt Village (France).

10/11/1954 1:30

Des fermiers furent réveillés par un sifflement, virent un objet plat atterrir près des bois. Bientôt il s'éleva très vite, verticalement, et s'envola. Le sol était calciné. Des échantillons furent pris par la police pour analyse.

[Ref. djn1:] DONALD JOHNSON:

Donald Johnson indique que le 11 octobre 1954, des fermiers à Doncourt-Village, France, ont été réveillées par un bruit siffleur et ont vu un objet plat atterrir près des bois. Il s'est bientôt élevé vers le haut verticalement très rapidement, et a volé loin. La terre a été trouvée calcifiée. Des échantillons de sol ont été pris par la police pour analyse.

La source est indiquée comme "Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 224."

[Ref. ole1:] "LES OBSERVATIONS D'OVNIS EN LORRAINE":

Lieu : Moncourt (Metz 64 km,Nancy 43 km)

Dans la nuit du 10 au 11 octobre 1954, des habitants d'une ferme isolée, à quelques centaines de mètres de Moncourt, furent réveillés par un étrange sifflement. A travers les persiennes ils distinguèrent une lueur aveuglante qui semblait située à flanc de coteau. Quelques minutes plus tard, ils virent une sphère lumineuse s'élever verticalement et disparaître rapidement. Le lendemain, dans l'après-midi, les gendarmes conduits par le fermier à l'endroit ou l'étrange lumière semblait s'être posée, découvrirent des traces de calcination intense sur un chemin de terre. Des prélèvements de terre de pierres ont été effectués. Comme dans la plupart des cas similaires, les résultats des analyses n'ont jamais été connus. Il faut préciser qu'à cette époque les phénomènes aériens inexpliqués étaient classés "TOP SECRET" car on pensait qu'il s'agissait d'armes secrètes de puissances étrangères.

Est-ce le même "engin" qui fut observé pendant trois heures, la même nuit, au-dessus de Metz ?

Sources "Lumières dans la Nuit"

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique qu'en Meurthe et Moselle à Doncourt lès Longuyon, le 10 octobre 1954, un couple a observé un phénomène lumineux posé sur le coteau en bordure du bois de Doncourt au court de la nuit du 10 au 11. Il émettait des bruits de grésillement et de sifflement tout en diffusant une lumière aveuglante. Au matin des traces de calcination sont observées sur 1 m 50 de diamètre à l'endroit de l'incident. Des pierres sont devenues rouge-brique et la terre est calcinée sur une épaisseur de 3 centimètres. Cette trace est découverte par un troisième témoin.

La source est Lumières dans la Nuit numéro 374.

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Jérôme Beau indique que le lundi 11 octobre 1954, à 01:30 à Doncourt-Village en France, "des fermiers furent réveilés [sic] par un siflement [sic], virent un objet plat atterir [sic] prè [sic] des bois: bientôt il s'éleva très vite, verticalement, et s'envola. Le sol était calciné. Des échantillions [sic] furent pris par la police pour analyse."

La source est indiquée comme "Le Figaro, 13 octobre 1954".

[Ref. mps1:] MICHEL PADRINES:

L'auteur indique que le 10 octobre 1954, à Montcourt entre Metz et Nancy, des habitants d'une ferme isolée à quelques centaines de mètres de Montcourt ont été réveillé par un étrange sifflement. A travers les persiennes, ils ont distingué une lueur aveuglante qui semblait située à flanc de coteau, et quelques minutes plus tard ils ont vu une sphère lumineuse s'élever verticalement et disparaître rapidement. Le lendemain après-midi les gendarmes ont été conduits par le fermier sur le site d'atterrissage et ont découvert des traces de calcination intense sur un chemin de terre. Des prélèvements ont été faits, les résultats des analyses n'ont jamais été connus.

[Ref. mps2:] MICHEL PADRINES:

L'auteur indique que le 11 octobre 1954, à Doncourt-village en France, des fermiers ont été réveillés par un sifflement et ont vu un objet plat atterrir près des bois et s'élever bientôt à la verticale très vite. Le sol était calciné et la police a prélevé des échantillons pour analyse.

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 11 octobre 1954 à 01:30, à Doncourt-Village, France, des fermiers ont été réveillés par un bruit de sifflement et ont vu un objet plat atterrir près des bois. C'était un canular. Il s'est bientôt élevé très rapidement, verticalement, et a volé au loin. La terre a été trouvée calcinée. Des échantillons ont été pris par des fonctionnaires de police pour analyse. On a observé un objet. Des traces ont été trouvées. "Une boule a été observée par deux témoins dans une forêt pendant quelques secondes (Chaumeau)."

La source est notée comme "Vallee Magonia Database".

Note: le témoin Chaumeau n'a rien à voir avec ce cas.

[Ref. nip1:] "THE NICAP WEBSITE":

*11 oct. 1954 - à 1:30 du matin des agriculteurs à Doncourt-Village, Meurthe-et-Moselle, France ont été réveillés par un bruit de sifflement et ont vu un objet plat atterrir près des bois. Il s'éleva bientôt à la verticale très rapidement, et s'envola. Le sol a été trouvé calcifié. Des échantillons de sol ont été pris par la police pour analyse. (Sources: Figaro, 13 octobre 1954; Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 224, cas N°230).

[Ref. lrl2:] JOURNAL "LE REPUBLICAIN LORRAIN":

dans nos archives

Lorraine mystérieuse

Un ovni à la Foire de Metz

Nous sommes à la Foire de Metz, le dimanche 10 octobre 1954. Sur le stand de l'armée française, les visiteurs peuvent admirer un puissant projecteur et une station radar, appareils ultramodernes des FTA (Forces Terrestres Antiaériennes) de l'époque. Ils ont été installés et réglés par quelques techniciens militaires, sous l'autorité du commandant Cottel.

Lorsque, vers 20 h. le projecteur est allumé et dressé vers le ciel, son faisceau vient accrocher un globe immobile, en plein ciel, à la verticale de la foire. C'était un objet "scintillant comme une boule d'arbre de Noé!" dira plus tard le commandant Cottel.

Phénomène inexpliqué

Les techniciens incrédules décident d'éteindre l'engin et de nettoyer ses composants, mais rien ne change: une fois le projecteur rallumé, le globe mystérieux est toujours là, à une altitude que les militaires estiment à 12 000 m. Il est bien là, les spectateurs le voient, mais pourtant, le radar ne détecte pas sa présence!

L'engin, évalué à une cinquantaine de mètres de diamètre, stationne dans le ciel pendant les trois heures que dure la démonstration du projecteur.

Le phénomène est relayé par la presse: Le Républicain Lorrain, l'AFP, l'Alsace, le Provençal... La nouvelle inquiète les autorités militaires et le général Gouverneur de Metz exige un rapport du commandant Cottel.

Des recherches sont engagées, notamment sur la possibilité d'un phénomène météorologique. Pourtant, aucune communication de l'armée ne viendra jamais éclaircir le mystère...

[Légende photo:] Un ovni photographié aux USA en 1966. Photo rue des Archives

Vague d'ovnis?

Entre le 1er et le 21 octobre 1954. une vingtaine de témoignages d'observateurs d'ovni en Moselle ont été recensés: dans les communes de Vergaville, Bidestroff, Kerprich, Guébling, Morsbach, Moncourt, Saint-Avold, Saint-Quirin ou Jouy-aux-Arches. La plupart ont été rapportées dans nos colonnes.

Sphères, cônes ou cigares lumineux, batteries qui se déchargent, couleurs dansantes, les phénomènes s'enchaînent.

A Pournoy-la-Chétive, deux enfants voient même un extraterrestre au visage poilu descendre de sa soucoupe volante et leur parler dans une langue incompréhensible!

Folie collective ou rencontre du troisième type? Aucune réponse définitive ne sera jamais apportée.

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données enregistre ce même cas 9 fois au lieu d'une, avec des erreurs de dates et de lieu:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541010 10.10.1954 Longwy France
19541010 10.10.1954 Moncourt France 24.00 RR I
19541011 11.10.1954 Doncourt France RR II
19541011 11.10.1954 Doncourt Village France RR II
19541011 11.10.1954 Doncourt Village France
19541011 11.10.1954 Doncourt Village France
19541011 11.10.1954 Doncourt Village France RR II
19541010 10.10.1954 Moncourt France 24.00
19541010 10.10.1954 Moncourt France 24.00 RR I

[Ref. ble1:] SITE WEB "BLL ARCHIVES":

Vague d'OVNI à Metz et dans sa région

Commentaires » 0

Sphères, cônes ou cigares lumineux, batteries qui se déchargent, couleurs dansantes, etc., entre le 1er et le 21 octobre 1954, une vingtaine de témoignages et d'observations d'OVNI (Objets Volants Non Identifiés) furent collectés en Moselle, plus particulièrement dans les communes de Vergaville, Bidestroff, Kerprich, Guébling, Morsbach, Moncourt, Saint-Avold, Saint-Quirin et Jouy-aux-Arches. A Pournoy-la-Chétive, près de Metz, deux enfants déclarèrent avoir vu un extraterrestre au visage poilu descendre de sa soucoupe volante pour venir leur parler dans une langue incompréhensible.

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

11 octobre 1954. 0130hrs.

DONCOURT VILLAGE (MEURTHE ET MOSELLE : FRANCE)

Les membres d'une famille de fermiers ont été réveillés par un étrange son de sifflement, et en regardant par les volets ouverts ils ont vu un objet lumineux plat, trois fois grand comme la taille apparente du soleil, qui semblait atterrir sur le flanc d'une colline, puis décoller de nouveau quelques instants plus tard. Sur le site un cercle calciné de 1.5m diamètre a été trouvé. La terre avait été réduite en cendres sur une profondeur de 3cm.

Gross 1954. citant Le Lorraine [sic] 12 octobre 1954. p7

Explications:

Les témoins sont les habitants d'une ferme isolée à quelques centaines de mètres du village. Ils observent le phénomène à travers les persiennes sous forme d'une lueur aveuglante, fixée à flanc de coteau. Quelques minutes plus tard ils voient une boule lumineuse s'élever verticalement et disparaître rapidement. L'enquête et un rapport furent réalisés par la gendarmerie, comme d'usage, et non par la police.

Doncourt ou Moncourt?

La Lorraine est certainement la bonne région puisque le premier article de journal sur cette affaire paraît dans le Républicain Lorrain.

En Lorraine, région actuellement composée des départements de la Moselle, de la Meuse, de la Meurthe-et-Moselle et des Vosges, existent:

Dans le Républicain Lorrain et L'Est Républicain, le lieu est bel et bien indiqué comme "Doncourt-Village". C'est dans le Figaro, publication nationale, que le lieu devient "Moncourt (Meurthe-et-Moselle)". Comme l'ufologue Jean Sider le fait justement souvent remarquer, la presse locale a bien plus de chance d'orthographier les noms de lieux et de personnes de la région correctement que la presse nationale à Paris.

Doncourt-lès-Conflans ou Doncourt-lès-Longuyon?

On aurait pu penser que ces deux communes sont proches, mais non: elles sont éloignées de 36 kilomètres en ligne droite. Doncourt-lès-Longuyon et très proche de Longwy, ce qui en fait le lieu le plus probable puisque le correspondant des deux journaux signe depuis Longwy, et que Dontcourt-lès-Conflans est proche de Metz, bien loin d'un correspondant de presse de Longwy.

De plus, au moins en 2015, il n'y a pas de bois à Dontcourt-lès-Conflans, il y en a près de Dontcourt-lès-Longuyon.

Enfin, à Dontcourt-lès-Longuyon, on voit une colline boisée depuis la rue des Moissonneurs, une autre plus éloignée depuis un chemin de terre au Sud, et encore une depuis une route partant vers le Nord. Au contraire, Doncourt-lès-Conflans se trouve dans une zone qui semble parfaitement plate.

Ci-dessus: quatre lieux approximatifs possibles à Dontcourt-lès-Longuyon.

Celui au Sud est le seul à se trouver sur un chemin, les autres sont au bout de routes goudronnées - bien entendu ces routes étaient peut-être aussi des chemins en 1954, ou, les chemins ont changé entre-temps.

Cet endroit, nommé "A la Croix-Oury", a sa dernière ferme à 600 mètres de l'orée du bois, et la direction serait 1.67 degrés.

A noter que la Lune (pleine Lune) se trouvait à 224° et une hauteur peu propice à parler "d'atterrissage" ou de proximité au sol, de 36°.

Pour moi, cela semble être un "bon" cas, d'autant plus que les ufologues "sceptiques" Barthel et Brucker disent qu'ils ont enquêté, que les témoins ont confirmé ce qui était paru dans la presse et qu'ils ne donnaient aucune explication prosaïque; qu'ils auraient sûrement mentionné s'ils en avaient trouvé une.

Des visiteurs extraterrestres? Peut-être.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Moncourt-Village, Moncourt, Doncourt-Village, Moselle, objet, plat, atterrissage, rapide, traces, gendarmerie, Meurthe-et-Moselle, ferme, pierres, police, analyse, laboratoire, brûlure, chaud, chaleur, chemin, terre

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 17 novembre 2004 Première publication.
1.0 Patrick Gross 20 décembre 2008 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [fru1], [goe1], [jsr1], [djn1], [lcn1], [jbu1], [mps1], [mps2], [uda1].
1.1 Patrick Gross 28 juin 2010 Addition [jve5].
1.2 Patrick Gross 21 septembre 2014 Addition [lhe1], [nip1].
1.3 Patrick Gross 20 novembre 2016 Additions [rt1], [ubk1].
1.4 Patrick Gross 4 janvier 2017 Addition [fs1].
1.5 Patrick Gross 11 février 2017 Addition [ble1].
1.7 Patrick Gross 22 avril 2019 Additions [ldl1], [mft3], [mft1], [lhh1], [prn2], Résumé. Dans les Explications, ajout de la partie "Doncourt-lès-Conflans ou Doncourt-lès-Longuyon?"
1.8 Patrick Gross 2 mai 2019 Addition [prn1].
1.9 Patrick Gross 22 février 2020 Additions [nnm1], [lrl2].
2.0 Patrick Gross 16 juin 2020 Addition [ner1].
2.1 Patrick Gross 29 juin 2020 Addition [jpc1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 juin 2020.