Les témoins -> Roswell 1947 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Roswell 1947 - Documents concernant les témoins

Mr. and Mrs. Dan Wilmot

(Dan WILMOT, Mr. and Mrs Dan WILMOT, WILMOTS).

S'il vous plait, avant de poser des questions ou d'envoyer critiques ou commentaires, veuillez lire ceci.

Biographie:

Selon le journal Roswell Daily Record du 8 juillet 1947, Dan Wilmot et sa femme étaient alors résidents de Roswell habitant au 105 de l'avenue South Pennsylvania. On y dit que M. Wilmot est "l'un des citoyens les plus respectés et les plus fiables de la ville" et qu'il est quincailler.

Leur adresse se trouve dans le centre-ville de Roswell, près du centre exact de la ville.

Affidavits:

Il n'y a pas d'affidavit par les Wilmot.

Dans la presse de 1947:

L'article du Roswell Daily Record du 8 juillet 1947, comprenait ce rapport:

Mr. et Mrs. Dan Wilmot furent apparemment les seules personnes à Roswell qui ont vu ce qu'ils pensaient être une soucoupe volante. Ils étaient assis sur leur porche à 105 South Penn. la nuit de mercredi dernier vers 10:00 lorsqu'un grand objet brillant fit irruption dans le ciel depuis le Sud-Est, se dirigeant vers le Nord-Ouest à une vitesse très élevée. Wilmot attira l'attention de Mrs. Wilmot vers l'objet et tous deux coururent vers la cours pour le regarder. Il fut visible pendant moins d'une minute, peut-être 40 ou 50 secondes selon l'estimation de Wilmot. Il dit que l'objet était selon lui a une altitude de l'ordre de 1500 pieds et estima (que sa vitesse se situait) entre 400 et 500 miles par heure. En apparence il avait l'air ovale, comme deux soucoupes placées l'une sur l'autre face à face, ou comme deux bassines d'autrefois collées ensemble de la même façon. L'ensemble du corps de l'engin brillait comme si de la lumière provenait de l'intérieur, mais pas comme cela devrait le faire à l'intérieur, pas comme si l'objet était éclairé par en dessous. Depuis l'endroit où il se tenait, Wilmot dit que l'engin devait faire une taille visuelle de 5 pieds, et c'est en estimant la distance qu'il estima qu'il devait avoir de 15 à 20 pieds de diamètre, bien que cela ne soit qu'une estimation. Wilmot déclara qu'il n'avait entendu aucun son, mais Mrs. Wilmot dit qu'elle entendit un son de glissement pendant un court instant. L'objet paru à la vue au Sud-Est et disparu au dessus des arbres au voisinage de Six Miles Hill. Wilmot, qui est l'un des citoyens les plus estimables et les plus respectés de la ville, garda cette histoire pour lui en espérant que quelqu'un d'autre allait se présenter et dire l'avoir vu, mais finalement aujourd'hui il décida qu'il allait en parler lui-même.

L'annonce que le RAAF en avait une en sa possession fut faite seulement quelques minutes après qu'il ait décidé de raconter les détails de ce qu'il avait vu.

Voir l'article entier et le scan ici.

Notes et commentaires d'enquêteurs:

Note: Le rapport des Wilmot apparaît dans d'innombrables livres et sites Web d'ufologie. Je ne les reproduit pas tous, je mentionne les plus intéressants et les plus "sceptique". La seule source "réelle" pour leur rapport est l'article du journal ci-dessus.

Karl Pflock:

L'auteur dit que le 2 juillet 1947 avait été une journée très chaude à Roswell, et peu avant 22 heures, M. et Mme Dan Wilmot se détendaient sur le porche de leur maison près du centre de la ville d'environ 15 000 habitants, dans l'espoir d'avoir de l'air frais. Tout à coup, un gros objet "comme deux soucoupes inversées bouches face à face, apparaissait dans le ciel, rayonnant du sud-est, brillant "comme si la lumière traversait son intérieur". L'OVNI a accéléré rapidement et silencieusement vers le nord-ouest vers Corona, à environ 85 milles de là à vol d'oiseau.

Wilmot, un homme d'affaires local respecté, l'a rapporté au Roswell Daily Record environ une semaine plus tard, en disant que l'objet semblait avoir un diamètre de 15 à 20 pieds, a volé à grande vitesse "entre 400 à 500 miles par heure" et a traversé la ville à environ 1500 pieds de haut.

Pflock se demande comment la taille, la vitesse, la hauteur de l'OVNI ont été estimées, notant que cela n'a pas été enregistré, et que ce ne sont que des suppositions. Pflock écrit ensuite sur le rapport de William Woody, en disant que c'était "à peu près au même moment ce soir-là".

Plus loin, Pflock note que la direction de l'objet selon les Wilmots est exactement l'opposé de la direction donnée par William Woody.

Plus loin, Pflock dit que l'idée que le témoignage de Wilmots est d'une soucoupe volante n'est pas validée, et plus loin encore, il dit que le témoignage des Wilmot pourrait bien être le même objet rapporté par William Woody, c'est-à-dire un météore, que la date de l'observation de Woody est incertaine mais pourrait être le 2 juillet 1947.

Source:

Loren E. Gross:


Le rapport Wilmot.

Sans aucun doute, le meilleur candidat pour un "objet de Roswell" était l'observation du 2 juillet faite par M. et Mme Wilmot. Voici un compte-rendu détaillé publié dans le Roswell Daily Record:

"M. et Mme Dan Wilmot étaient apparemment les seules personnes à Roswell qui ont vu ce qu'ils pensaient être un disque volant." Ils étaient assis sur leur porche au 105 South Penn. mercredi soir dernier, environ dix minutes avant dix heures, lorsqu'un grand objet brillant a dépassé le ciel du sud-est, se dirigeant vers le nord-ouest à une allure élevée.

"Wilmot a appelé l'attention de Mme Wilmot et les deux ont couru dans la cour pour regarder. Il a été en vue moins d'une minute, peut-être 40 ou 50 secondes, estime Wilmot.

"Wilmot a déclaré qu'il lui semblait être à environ 1.500 pieds de haut et aller vite. Il l'a estimé entre 400 et 500 miles par heure.

"En apparence, il avait une forme ovale comme deux soucoupes inversées bouches face à face, ou comme deux vasques de style ancien placés ensemble de la même manière. Le corps entier brillait comme si la lumière traversait de l'intérieur, mais pas comme si ce serait si une lumière était juste en dessous.

"D'où il se trouvait, Wilmot a déclaré que l'objet avait environ 5 pieds de taille, et en tenant compte de la distance à laquelle il venait de la ville, il a pensé qu'il devait avoir 15 ou 20 pieds de diamètre, bien que ce ne soit qu'une supposition.

"Wilmot a dit qu'il n'entendait aucun bruit, mais que Mme Wilmot a dit avoir entendu un bruit de souffle pendant très peu de temps.

48

"L'objet est venu du sud-est et a disparu sur les cimes des arbres dans le voisinage général de la colline de six miles.

"Wilmot qui est l'un des citoyens les plus respectés et les plus fiables de la ville, a gardé l'histoire pou lui-même en espérant que quelqu'un d'autre se présenterait et raconterait en avoir vu une, mais a finalement décidé aujourd'hui qu'il allait le faire et raconter l'avoir vu. L'annonce que le RAAF était en possession de l'une d'elles ne vint que quelques minutes après qu'il avait décidé de publier les détails de ce qu'il avait vu."... (xx)

(Xx.) Roswell, Nouveau-Mexique. Roswell Daily Record. 8 juillet 47. p.1.

Source:

Philip J. Corso:

Cet auteur a donné une version plutôt romancée des événements:

Les anomalies du radar se sont poursuivies dans la nuit suivante, tandis que Dan Wilmot, propriétaire d'une quincaillerie à Roswell, a installé des chaises sur son porche avant le dîner pour regarder les rayons des éclairs dans le ciel au loin. Peu avant dix heures le soir, la foudre devenait plus intense et le sol tremblait sous les tonnerres d'une tempête d'été qui battait le chaparral au nord-ouest de la ville. Dan et sa femme regardaient le spectacle sous la sécurité sèche de leur toit de porche. C'était comme si chaque nouveau coup de foudre était une lance qui pliait les cieux eux-mêmes.

"Mieux que tous les feux d'artifice du quatrième juillet", ont dû se dire les Wilmots en observant avec stupeur qu'un objet ovale brillant filait sur leur maison et se dirigeait vers le nord-ouest, tombant sous une montée juste avant l'horizon où il a été englouti dans l'obscurité. Le ciel est de nouveau devenu noir. Au moment où la prochaine foudre s'est déclenchée, l'objet était parti. Une vue très inhabituelle, pensait Dan Wilmot, mais il était parti de sa vue et est parti de ses pensées, au moins jusqu'à la fin de la semaine.

Source:

Jérôme Beau:

Habitant de la localité de Roswell.

Wilmot aurait été témoin du crash de Roswell, le 1947-7-2 à 21:50, lorsque lui et sa femme aperçoivent un engin de forme ovale filant dans le ciel en direction du nord-ouest.

Le 7-8, le Roswell Daily Record publie la nouvelle en couverture, précédant de peu des dizaines de journaux du monde entier. On peut y lire, au-dessous d'une belle manchette sur 5 colonnes 1 , citant le témoignage des Wilmot.

En 1980, Paul Wilmot, le fils de Dan Wilmot, dit à Jesse A. Marcel que ses parents avaient en fait vu l'objet exploser.

Source:

Chris A. Rutkowski:

L'auteur dit que le 2 juillet 1947, le propriétaire d'entreprise Dan Wilmot et sa femme étaient assis à l'extérieur de leur porche, profitant de la soirée d'été, vers 21h50, quand ils ont vu un objet brillant et en forme de disque avec des lumières brillantes volant au nord-ouest très rapidement. Dans une interview accordée au "Roswell Daily Record", il a décrit l'objet sous la forme de "deux soucoupes inversées bouche à bouche", et d'environ six à huit mètres, soit 20 à 25 pieds de diamètre.

L'auteur dit que la poignée d'observations liées à l'incident de Roswell n'est guère remarquable, qu'elles ont des caractéristiques de météores et que même l'observation de Dan Wilmot présente certaines caractéristiques d'un bolide, même avec la description de deux soucoupes bord à bord.

Sources:

Tim Printy:

"Sceptique" sur les OVNIS, Tim Printy indique qu'au au début de juillet 1947, les résidents de Roswell ont signalé des objets étranges se déplaçant dans les cieux la nuit et les auteurs ont voulu faire croire à tout le monde qu'un ou plusieurs "disques" ont été vus à proximité de Roswell la nuit précédant de soi-disant crash. Il dit qu'il y a plusieurs témoins potentiels, mais ce qu'ils signalent n'est pas clair et pourrait très facilement être expliqué comme des météores.

Il dit que dans l'édition du Roswell Daily Record du 8 juillet 1947, il y a une observation signalée qui s'est produite dans la soirée du 2 juillet. Il donne la partie de l'article du journal à ce sujet.

Il dit que les estimations fournies par les Wilmots n'étaient probablement pas très précises et cite l'un des premiers astronomes à enquêter sur les ovnis, le Dr J. Allyn Hynek, qui a déclaré dans son rapport initial au Projet Grudge: "... il est évident qu'il serait généralement impossible pour les observateurs de faire des estimations fiables de la vitesse, de la distance ou de la taille de ces objets stimulus. Il n'est pas possible d'estimer précisément la distance de petits objets lumineux visibles contre un ciel clair, à moins que l'objet ne soit d'abord identifié... Il faut donc conclure que la plupart des énoncés de vitesse, de distance, d'altitude et de taille sont tout à fait peu fiables et ne doivent pas être pris en compte. Ceci est doublement vrai des observations faites la nuit (Steiger 228)".

Il cite ensuite l'astronome Francis Drake au sujet du décalage entre l'événement et les rapports. Drake a réalisé des études sur la façon dont les individus ont signalé des événements de météores et les ont racontés: "Le premier fait que nous avons appris était que le souvenir des événements exotiques se dégrade très rapidement ... après 5 jours, les gens en déclarent plus par l'imagination que de vérité» (Sagan et Page 248).

Il dit que les observations faites par l'astronome Dr. William K. Hartmann lors de l'étude Condon sur les ovnis étaient encore plus révélatrices. Le docteur Hartmann a décrit comment les témoins ont émis de nombreuses idées erronées en observant la rentrée de la fusée satellite / booster Zond IV en mars 1968. Une fraction importante des rapports soumis était extrêmement inexacte et faisait de graves erreurs de jugement sur la vitesse, la distance et la taille des objets. Beaucoup de ces rapports ont fourni des détails supplémentaires qui étaient très erronés, qui comprenaient des sons auditifs, des formes derrière les fragments illuminés et se référant à ces fragments comme des "fenêtres" sur l'engin. Hartmann a déclaré que c'était un "Effet de l'excitation": "... les observateurs enthousiastes qui pensaient avoir été témoins d'un phénomène très étrange ont produit les rapports les plus détaillés, les plus longs et les plus mal compris..." (Condon et al., 574).

Il dit qu'une grande quantité d'informations est disponible pour indiquer que des rapports tels que celui des Wilmots ne sont pas très précis du tout. L'expert en renseignement de la Seconde Guerre mondiale R.V. Jones a déclaré: "... les témoins avaient généralement raison quand ils ont dit que quelque chose s'était passé à un endroit particulier, même s'ils pouvaient être vraiment dans l'erreur quant à ce qui s'était passé". (Condon et al., 925).

Il dit que les Wilmots ont très probablement vu un météore, car la description est très semblable à la manière dont les observateurs inexpérimentés décrivent un météore brillant.

Il dit que "la seule raison possible de croire que l'objet n'était pas un météore est la durée de l'événement", en disant que certaines boules de feu brillantes ont été enregistrées comme durant plus d'une minute, mais que la durée normale ne dépasse pas 15 secondes. Mais comme les Wilmots ont rapporté 5 jours plus tard, et n'ont pas enregistré avec précision la durée pendant l'événement, les 40-50 secondes auraient facilement pu être de 10-20 secondes de temps réel, et Dan Wilmot a déclaré que la durée était seulement une "estimation."

Il dit qu'il existe des preuves indiquant que le météore pourrait provenir de plusieurs pluies de météorites actives au moment de l'observation, bien que les données ne soient pas très concluantes:

Les flux Sagittarides / Alpha Scorpiides (qui ont de nombreux sous-radiants / pluies secondaires associées) produisent souvent des météores brillants qui se déplacent de la même manière que les Wilmots le décrivent. Le Manuel international des observateurs de météorites fournit la description suivante: "La période d'activité se termine au début de juillet avec un rayonnement très diffus et complexe situé près de l'écliptique de Sagittaire. Malgré les taux très bas, les membres plus brillants de ces flux peuvent parfois se révéler spectaculaires" (Roggemans 119). Le coupable aurait pu aussi être les Ophiuchides, situées dans la même région du ciel, qui "... semble produire un grand nombre de météores brillants et de boules de feu" (Kronk 103). Alors que l'une de ces pluies météorologiques atteint le maximum le 2 juillet, ce sont des flux diffus qui durent plusieurs semaines, qui incluent le 2 juillet. Même si ce n'était pas le membre d'une de ces pluies, il y a aussi les météores aléatoires occasionnels entrant dans l'atmosphère terrestre. Beaucoup de météores brillants ne sont même pas associés à des pluies météorologiques et peuvent produire un affichage spectaculaire.

Source:

The NICAP Website:

Mercredi. 2 juillet 1947

A 9h50, M. et Mme Dan Wilmot voient un objet ovale, "comme deux soucoupes inversées bouches face à face", passant sur leur maison à Roswell, au Nouveau-Mexique. L'objet, qui se déplace à une vitesse élevée, se dirige vers le nord-ouest. (Réf. 1)

Réf. 1 - The Truth About Roswell - Randle, Schmitt

Source:

"Entre deux Mondes" website:

Une nuit chaude et lourde s'annonce sur le nouveau Mexique en ce 2 juillet 1947 .Alors qu'ils prennent l'air sur le perron de leur maison, dans la petite ville de roswell, le quincaillier wilmot et son épouse aperçoivent soudain un grand objet lumineux qui grossi en se dirigeant à grande vitesse vers le nord-ouest, avant de disparaître derrière une colline de forme ovale. Il ressembler à deux soucoupes renversées l'une sur l'autre. L'objet entier brillait commesi une lumière l'éclairait de l'intérieur. Peu de temps après, l'orage éclate, des témoins voient un disque traverser le ciel puis exploser en partie au-dessus d’un ranch près de Roswell, au Nouveau-Mexique.

Source:

Mon commentaire:

Le raisonnement de Pflock me semble un peu étrange: d'une part, il a déclaré que le témoignage des Wilmots est en contradiction avec le témoignage de William Woody car les directions sont opposées; d'autre part, il a dit que cela devait être la même chose, un météore, puisque le témoignage de Woody suggére fortement qu'il s'agissait d'un météore.

Je pense que l'explication par un météore ne peut pas être rejeté; cependant, l'observation de Wilmots manque d'une caractéristique qui est presque toujours associée à des observations de météores pris comme "soucoupes volantes" ou des OVNIS: aucune traînée n'est mentionnée. Ce n'est certainement pas suffisant pour affirmer qu'il ne s'agissait donc pas d'un météore, mais ce détail est important; les "sceptiques" comme Tim Printy, par exemple, ne se sont pas souciés de le noter.

Alors que toutes les remarques de Tim Printy concernant les estimations de la taille, de la distance, de la hauteur, par Dan Wilmot, sont très vraies et devraient être connues de tous les ufologues, son commentaire sur la durée est moins judicieux: de gros météores ont été observés pendant une minute ou même 1 minute 30. Il n'est donc pas nécessaire de penser que Dan Wilmot n'ait dû l'avoir vu seulement 15 secondes.

Bien entendu, il n'y a pas de "mesure scientifique" de la durée, et Dan Wilmot était conscient que ses chiffres n'étaient que des estimations; mais il est dit dans l'article du journal que "Wilmot a appelé l'attention de Mme Wilmot et les deux ont couru dans la cour pour regarder". Cela peut avoir nécessité plus de 10-20 secondes; au moins, cela signifie que l'observation a très probablement duré plus de 1 à 5 secondes.

Les remarques citées par Printy sur les personnes qui ajoutent des "détails" aux observations des météores sont trompeuses. Par exemple, dire que se référer à des fragments d'une réentrée de débris comme étant des "fenêtres" ne signifie pas que l'observation n'est pas bien rapportée, cela signifie seulement que l'interprétation est erronée. Tout ufologue doit connaître la différence entre une description erronée et une interprétation erronée. Les "sceptiques" taisent généralement cette différence, afin de convaincre le lecteur que les rapports ne sont pas fiables, alors que de tels exemples indiquent seulement que les interprétations ne sont pas fiables.

Le son mentionné seulement par Mme Wilmot est pour des "sceptiques", preuve que les témoins ajoutent des détails imaginés, et les "sceptiques" disent généralement que cela est causé par des défauts de la mémoire ou la volonté de croire aux soucoupes volantes. Ce n'est pas nécessairement vrai. Dans les cas de gros météores, un bruit est parfois signalé, et parfois, il est signalé par certains témoins mais pas par tous. Ce fut le sujet de débats. Beaucoup de gens considèrent que les météores sont nécessairement silencieux (à moins qu'ils n'explosent) et que l'audition d'un bruit doit donc être soit dû à l'imagination, soit à un réel bruit non lié au météore. Mais d'autres ont remarqué que l'effet électromagnétique important d'un météore qui frappe les molécules de l'atmosphère à vitesse supersonique peut exciter des objets métalliques, par exemple, près d'un témoin, produisant un faible bruit.

Je dois insister sur le fait que les sons des météores ne sont pas causés par la propagation acoustique dans l'air: la distance entre la source et l'auditeur, la courte durée de la série de météores par rapport à cette distance, entraînerait une propagation acoustique qui ferait arriver le son à l'auditeur plusieurs minutes après que le météore ne soit plus visible.

En 1719, l'astronome Edmund Halley a noté que des observateurs jusqu'à 300 km d'un grand météore ont signalé avoir entendu des sifflements; mais puisque le son prend environ cinq secondes pour couvrir un mille, Halley pensait qu'il était impossible que les témoins aient vraiment entendu des sons venant du météore au moment où il est passé, et il a alors il a rejeté ces témoignages comme étant "l'effet de la pure fantasie". Mais il avait tort.

Il existe de nombreuses études dans la littérature scientifique sur les sons de météores; permettez-moi de citer le résumé de l'un des plus récents:

Le son simultané associé à des météores très brillants se manifeste par des sons d'éclats, de sifflement et de légers bruissements qui se produisent simultanément avec l'arrivée de la lumière des météores. De nombreuses instances ont été documentées avec une luminosité de -11 à -13. Ces sons ne peuvent être attribués à la propagation acoustique directe de la haute atmosphère dont le temps de déplacement serait de plusieurs minutes. Les sons simultanés doivent être associés à une forme d'énergie électromagnétique générée par le météore, propagée au voisinage de l'observateur et transduite en ondes acoustiques. Auparavant, l'énergie propagée à partir de météores était supposée être des émissions de radiofréquences. Cela n'a pas été bien validé expérimentalement. Nous décrivons ici les résultats expérimentaux et les modèles numériques à l'appui du couplage photoacoustique comme mécanisme. Les mesures photométriques récentes des boules de feu révèlent de forts éclats en millisecondes et des oscillations de luminosité significatives à des fréquences de 40 Hz. La lumière fortement modulée à ces fréquences avec une intensité suffisante peut créer des sons simultanés à travers le chauffage radiatif de matériaux diélectriques communs comme les cheveux, les vêtements et les feuilles. Ce chauffage produit de petites oscillations de pression dans l'air en contact avec les absorbeurs. Les calculs montrent que des météorés de luminosité -12 peuvent générer du son audible à ~ 25 dB dB SPL. L'hypothèse photoacoustique fournit une explication alternative pour ce mystère de longue date à propos de la génération de sons simultanés par des boules de feu.

Source: "Photoacoustic Sounds from Meteors", Richard Spalding, John Tencer, William Sweatt, Benjamin Conley, Roy Hogan, Mark Boslough, GiGi Gonzales & Pavel Spurný, dans Scientific Reports 7, numéro d'article: 41251, 2017.

Ce que dit ce papier a été dit dans des documents antérieurs, avec une eeplicatio proche si on exactement identique, par exemple, en 1992, dans "Electrophonic sounds from large meteor fireballs" ("Les sons électrophoniques des grandes boules de feu des météorites"), par Keay, C. S. L., dans Meteoritics (ISSN 0026-1114), vol. 27, no. 2 juin 1992, pp 144-148 (disponible sur http://adsabs.harvard.edu/full/1992Metic..27..144K).

On a parlé de la question en 1966 dans l'article "Acoustic Effects of Meteors, par K. B. Hindley, dans The Astronomer, vol. 3, pp. F12-F13:


EFFETS ACOUSTIQUES DES METEORES

K B Hindley

J'ai trouvé les commentaires de P B York dans CA 25 sur les sons anormaux qui accompagnent les phénomènes de météorite brillant intéressants. Ce phénomène avait attiré l'attention de plusieurs personnes (y compris la mienne) depuis un certain temps. Un météore brillant pénétrant au-dessous de 50 kilomètres dans l'atmosphère produit une onde de choc (étant supersonique), et cela peut, dans des occasions favorables, être entendu comme un craquement suivi d'un grondement, au moins cinq minutes après l'apparition de la boule de feu. Il faut une onde de choc durant pendant au moins cette période de temps pour descendre de 50 km au niveau du sol et arriver à l'oreille de l'observateur.

Cependant, il existe de nombreux cas bien authentifiés de l'apparition d'un météore brillant ou d'une boule de feu accompagnée de sons anormaux. Ceux-ci ont été décrits de diverses manières comme des souffles, bruissements, des grésillements, des sifflements ou des bruits de craquemente. Beaucoup d'observateurs ont comparé ces sons à ceux obtenus en brûlant de l'herbe ou de l'ajonc. Pour explication de ces sons, nous avons un problème intéressant en physique. La distance séparant l'observateur et le météore est d'au moins 50 km, et généralement plutôt de 100, et le seul phénomène qui peut couvrir de telles distances pratiquement instantanément est le rayonnement électromagnétique, des rayons X, de la lumière, aux ondes radio. Ce fait a conduit à des écoles de pensée en essayant d'expliquer ce phénomène comme: (a) des effets subjectifs, ou (b) des ondes radio.

Je vois comme un fait que, en 2017, il y a des ufologues qui sont au courant des sons de météores, mais que d'autres croient encore que les météores doivent être silencieux durant leur passage et que le son donc être causé par l'imagination ou une mémoire défaillante.

Bien sûr, il n'y a pas de preuve "scientifique" que Mme Wilmot a entendu un son réel; cependant, j'estime qu'il n'y a pas non plus de preuve du contraire. Pour moi, je vois la possibilité que l'audition du son indique que ce que les Wilmot a vu était un grand météore, plutôt qu'un petit météore, si c'était bien un météore.

A propos de la date et de l'heure: le rapport initial dans le journal indique clairement que c'était mercredi selon Dan Wilmot, donc le 2 juillet 1947. William Woody ne donne pas cette date pour son observation, il a écrit dans son affidavit que son observation était "Une nuit chaude pendant l'été 1947, probablement au début du mois de juillet". J'ai constaté que presque toutes les sources discutant de l'observation des Wilmot donnent la bonne date du 2 juillet 1947, bien que certaines pages Web prétendent que la date était le 6 ou le 7 juillet 1947, ce qui est tout simplement et totalement non étayé. Mais l'heure n'est pas toujours donnée correctement. Wilmot a déclaré: "à environ dix heures". Dans le livre de Pflock, cela change "peu avant 10 heure". Pourquoi? Ensuite, probablement inspiré par Pflock, on obtient des "21:50."

A propos de la direction: la source originelle dit que "l'objet a traversé le ciel venant du sud-est, se dirigeant vers le nord-ouest" et "l'objet est venu du sud-est et a disparu dans les cimes des arbres dans le voisinage général de la colline de six milles." Corona est exactement à 137 milles des Wilmot, dans le nord-ouest à 314°. C'est la direction du Ranch Foster.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 24 avril 2017 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 24 avril 2017.