Enquêtes -> Roswell 1947 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Roswell 1947 - Recherches dans les années 1990

Témoignages sur les débris, par R. J. Durant, 1998:

Source de cet article:

Partie trois

Le témoignage des débris de Roswell

Par R.J. Durant

Note de l'éditeur: il s'agit du dernier segment de l'analyse de M. Durant sur le témoignage du Dr Jesse Marcell, Jr., concernant les débris récupérés par son père, le major Jesse Marcel, près de Roswell, en 1947. Cette série est, En partie, une réponse au long article de Kent Jeffrey dans le Journal de juillet 1997 intitulé "Roswell-Anatomy of a Myth".

Il y a des raisons de supposer que le docteur Marcel était exceptionnellement bien équipé pour juger de la nature anormale du matériel qu'il a manipulé: par exemple, la "tige" sur laquelle les sceptiques insistent que ce n'est qu'un bâton de bois de balsa. D'ailleurs, le docteur Marcel a parlé de son hobby d'enfance dans la construction de modèles réduits d'avions à partir du bois de balsa, et apparemment il en avait construit des dizaines.

Au cours de l'interrogatoire, il parle d'une maquette d'avion suspendue au plafond de sa chambre. En tant qu'amateur habitué à travailler régulièrement avec du bois de balsa sous plusieurs formes, l'opinion de Marcel sur la question de savoir si une certaine tige qu'il avait étudiée avec une attention éveillée était ou non en bois de balsa devrait être très respectée.

Pour la même raison, lorsque le docteur Marcel dit que la tige était en métal, nous devrions l'écouter avec attention. Le major Marcel était un amateur de radio, ce qui, à l'époque, signifiait les construire à partir de récepteurs et émetteurs à ondes courtes et toutes les pièces associées. L'obtention d'une licence pour exploiter ce matériel n'était pas facile non plus, car il fallait passer un examen écrit difficile et une maîtrise de l'envoi et de la réception du code Morse.

A plusieurs reprises, lors de l'interrogatoire, il mentionne l'indicatif de la radio de son père, W5CYI. Le fils avait participé à tout cela. C'est pourquoi, lors de l'interrogatoire, il parle avec émotion, comme si c'était hier, de la construction en tube d'aluminium de la bicyclette de son ami et du cabriolet Buick 42 de son père couleur coquille d'oeufs, et de l'odeur produite par le sciage de la bakélite.

Tous deux étaient des techniciens

Le père et le fils étaient des techniciens, des bricoleurs et des praticiens motivés. Le docteur Marcel a poursuivi cette tradition. C'est donc un skieur, un cycliste, un pilote d'hélicoptère, un officier de Réserve de l'armée, un enquêteur sur les accidents d'avion, etc., en plus de son travail professionnel exigeant en tant que chirurgien. Ni Jesse Marcel, ni Jesse Marcel Jr. n'étaient des témoins ou des rapporteurs "ordinaires". Au lieu de cela, ils étaient exceptionnellement bien équipés pour trier distinguer ce qui était de nature anormale.

Le caractère et la probité du père ont été attaqués. Todd conclut qu'il était un fabulateur chronique, et s'il fallait créditer l'histoire de Newton, le Maj. Marcel délirait.

Pour diverses raisons, le témoignage du fils n'a jamais reçu beaucoup d'attention. Maintenant qu'il a été démontré que le témoignage du Dr Marcel est crucial, on peut s'attendre à ce qu'il soit attaqué, probablement en tant que personne souffrant d'un trouble cognitif ou d'une maladie neurologique grave, et on nous dira que cela est dans le caractère de la famille.

La fraude de Ramey

La conférence de presse du général Ramey a été une tromperie délibérée. Le matériel qu'il a présenté à la presse, et donc au public américain, n'était ni le matériel recueilli par le Maj. Marcel au Ranch Foster, ni une présentation de ce matériel. De plus, ce ne sont pas les restes d'un ballon Mogul. Les débris du bureau de Ramey correspondent à aucun des témoignages enregistrés. Alors que le général était en train de mentir au public, il trompait également le service de renseignement de l'armée. En ce qui concerne l'identification de ces débris par Newton, C. B. Moore déclare: "En réalité, il semble que le général Ramey ait voulu une deuxième opinion après l'identification par l'adjudant Newton des débris de la cible radar".

Moore poursuit en disant que le matériel dans le bureau du général a été immédiatement envoyé par avion à Wright Field. Il n'a pas été envoyé à la Division des Technologies Etrangères ou à un bureau similaire, mais directement au colonel Marcellus Duffy, l'officier le plus gradé de Wright Field, qui aurait su tout de suite que le ballon était un ballon et que le réflecteur était un réflecteur standard. Ces réflecteurs ont été développés sous le commandement personnel de Duffy pendant la guerre.

Pour une ruse rapide et efficace afin d'assurer la tromperie rapide et efficace du Renseignement de l'Armée, il était nécessaire que Duffy soit celui qui reçoive ces "débris". Voici les mots de Duffy cités par Moore: "Quand j'étais affecté à la base aérienne de Wright en 1947, j'ai reçu un appel à la maison un soir en disant que ce qui était actuellement décrit par la presse comme une "soucoupe volante" était envoyé par avion à Wright Field et qu'on me chercherait chez moi ce soir-là pour l'identifier." (Je souligne).

En d'autres termes, le général voulait vraiment une deuxième opinion, mais pas dans le sens habituel. Il savait auparavant exactement ce que serait l'avis de Duffy, comme il savait à l'avance ce qui serait dit par le malheureux Newton. Et maintenant, il voulait que cet avis soit répandu dans le réseau du renseignement de Wright Field.

[Légende photo:] Le brigadier général Roger Ramey, commandant général de la huitième armée de l'armée de l'armée (agenouillé) et son chef d'état-major, le colonel Thomas DuBose, avec ce que le général Ramey a déclaré être le débris récupéré du site.

Le FBI a fait des enquêtes, et il a été également désinformé. Un message de télécopie du FBI envoyé le soir du 8 juillet 1947 déclarait: "(nom supprimé) au siège de la huitième Force aérienne, a informé par téléphone ce bureau qu'un objet prétendu être un disque volant a été récupéré près de Roswell, au Nouveau-Mexique, ce jour. Le disque a une forme hexagonale et a été suspendu à un ballon par câble, dont le ballon avait environ vingt pieds de diamètre, (nom supprimé) a indiqué que l'objet trouvé ressemble à un ballon météorologique à haute altitude avec un réflecteur radar..."

Ambiguïtés résolues

Le général DuBose est l'homme dans la photo ci-dessus posant avec le général Ramey. Les deux tiennent le réflecteur radar déformé. DuBose, alors colonel, était le chef d'état-major de Ramey, et aurait su si le réflecteur sur la photo était ce que le major Marcel avait apporté du Ranch Foster.

Selon tous sauf un de ceux qui ont interviewé DuBose, il a dit que le matériel avait été changé. M. Jeffrey a choisi le témoignage de ce seul enquêteur, Jaime Shandera. Cette ambiguïté, si elle existait déjà, est maintenant résolue en faveur de ceux qui prétendent que DuBose a dit que le matériel a été changé.

Les "lettres McCoy" sont décrites de manière adéquate par M. Jeffrey. Il souligne à juste titre que ces lettres ne mentionnent pas l'existence de "disques" ou de débris écrasés. Elles ne nient pas non plus l'existence d'un tel matériel, mais la forte implication est que McCoy a cru qu'il n'y avait pas de tel matériel. Cette ambiguïté est au moins partiellement résolue, en ce sens que la fraude perpétrée par le colonel Duffy aurait servi de base à ce que McCoy et le reste de ses collègues de la Division des Technologies Etrangères connaissaient ou pensaient avoir su de l'existence de matériaux en rapport avec les "disques volants".

Lorsque le Bureau Général de la Comptabilité [GAO] a découvert que le trafic des messages sortants et les enregistrements de l'unité de la police militaire à Roswell manquaient et avaient été apparemment détruits, contrairement à la réglementation, certains pensaient que c'était une dissimulation et d'autres pensaient qu'il s'agissait simplement d'une erreur administrative.

Une dissimulation est probable

Cette ambiguïté est résolue en faveur d'un "coverup", pour des raisons de cohérence avec le piège de base de Ramey. L'enlèvement de ces documents doit avoir été fait bien après 1947, mais rappelez-vous que plusieurs années après 1947, les officiers de l'armée ont visité Bill Brazel, le fils de Mac, et ont confisqué la boîte de cigares qu'il avait remplie de minuscules pièces de la "cible radar" accidentée sur le Ranch Foster.

D'où Ramey a-t-il pris les débris montrés aux journalistes puis envoyé à Wright Field? Presque certainement de White Sands, où le capitaine John R. Smith utilisait habituellement des ballons simples avec des réflecteurs radar individuels dans le cadre des tests de fusée V-2. Le souvenir de Smith est que ses cibles ont été renforcées par une bande adhésive "simple" plutôt que "fleurie".

Ambiguïtés non résolues

Quelle était l'origine et la nature du matériel que le Maj. Marcel a montré à son fils? Il est important de noter que le témoignage du docteur Marcel, sous l'hypnose, n'est pas unique. Un certain nombre d'autres de ceux qui ont manipulé le matériel ont laissé leurs souvenirs de ces étranges débris pour la postérité. Les fragments de témoignage suivants sont des transcriptions d'entretiens enregistrés sur bande avec quatre de ces témoins.

Bill Brazel, le fils du rancher Mac Brazel, qui a apparemment été le premier à trouver les débris, en parlant de son père et de sa propre expérience avec une partie du matériel: "Le lendemain, il était sur le ranch, et il a trouvé ces débris. Il a tout ramassé, dans son pick-up, et a parlé aux gens, et bien sûr, on a parlé d'OVNIS."

Le shérif appelle l'Air Force

"Il est allé à Roswell et, pour autant que je le sache, il est entré en contact avec le bureau du shérif. Ils ont alors appelé l'Armée de l'Air. Ensuite, la Force Aérienne est arrivée avec papa et lui a fait juré de garder le secret et ils sont sortis dans le ranch et ont ramassé ces débris. Ce bois, je l'appelle bois, mais je ne sais pas ce que c'était; c'était quelque chose comme du bois de balsa, mais il ne brûlait pas, et je ne pouvais pas le couper avec mon couteau."

Le Major Jesse Marcel, Sr., qui a été envoyé sur le site par le colonel Blanchard, en décrivant le matériel et ce qui lui a été rapporté à ce sujet par l'un de ses subordonnés: "... un morceau de métal, il ressemblait à du métal, de toute façon ce n'était pas flexible, et c'était aussi mince que le film sur un paquet de cigarettes. C'était mince. Un de mes gars m'a dit: il y a quelque chose d'inhabituel ici, a-t-il dit, j'ai essayé d'entamer le métal, mais, a-t-il dit, on ne pouvait pas le plier, on ne pouvait pas l'érafler. Il dit: "J'ai pris un marteau, et je l'ai frappé, je l'ai mis sur le sol et l'ai martelé. Et le marteau a rebondi dessus!"

Le docteur John Kromschroeder, dentiste et ami intime du capitaine Oliver "Pappy" Henderson, a raconté qu'en une occasion Henderson lui a montré un étrange morceau de "métal": "Il a dit, qu'est-ce que tu pense de ça? J'ai dit, eh bien, c'est différent, et je l'ai touché, et cela m'a beaucoup troublé. Et je l'ai étudié. Et j'ai pu déterminer que sa structure métallique était différente des alliages comme nous en avions dans notre avion, par exemple. Et bien sûr, il a avait prévenu cette question en disant que cela venait de cet engin. Apparemment, je pense que c'était un cas d'appropriation, qu'il a subtilisés cela, vous savez, pour une étude future, peut-être."

Un membre du CIC

Le MSgt. Lewis Rickett était affecté à Roswell en tant que membre du Corps de Contre-Espionnage [CIC] sous les ordres du capitaine Sheridan Cavitt. Il a accompagné Cavitt au champ de débris après que Cavitt et Marcel avaient fait au moins une visite précédente. Environ 30 policiers militaires armés étaient postés en un cercle de plusieurs centaines de mètres de diamètre pour protéger le champ des débris des intrus. En ramassant un morceau de débris, Rickett lui a demandé s'il pouvait essayer de le casser. Cavitt lui a dit d'essayer: "Il a dit, faites ce que nous n'avons par pu faire. Allez-y, touchez-le! J'ai dit, que diable!... Qu'est-ce que c'est que ce truc, ce n'est pas en plastique? Je l'ai dit, cela ne ressemble pas à du plastique. C'est plat, c'est comme du métal quand on le touche, mais je n'ai jamais vu un morceau de métal si mince que l'on ne povait pas plier ... plus je le regardais, moins j'arrivais à imginer ce que c'était."

Un expert

Avant son recrutement dans le CIC, Rickett était attaché au bureau de l'inspecteur de l'armée de l'air. Sa spécialité professionnelle militaire était Chef de Ligne et d'Inspecteur de l'Air. Cela signifiait qu'il était expert en réparation de systèmes et de composants d'aéronefs. Immédiatement après la fin de la guerre, Rickett a été affecté à une équipe de désarmement aérien inspectant des avions allemands en Europe afin de recueillir des données demandées par les spécialistes de la technologie étrangère à Wright Field. Telles sont les qualifications professionnelles de l'homme qui a dit des débris, "... plus je le regardais, moins je pouvais imaginer ce que c'était."

Sheridan Cavitt a pris sa retraite en tant que lieutenant-colonel après une carrière dans le contre-espionnage. Lorsque les chercheurs ont tenté de l'interroger sur les événements qui se sont déroulés à l'été 1947, Cavitt a insisté sur le fait qu'il ne savait pas de quoi ils parlaient et a vigoureusement nié qu'il avait seulement été stationné à Roswell.

Des restrictions de confidentialité ont-elles été levées?

En 1994, dans le cadre de l'enquête menée par la Force Aérienne sur l'incident de Roswell, le colonel Weaver a rendu visite à Cavitt, armé d'une lettre du secrétariat de l'armée de l'air qui a délivré Cavitt des restrictions de confidentialité afin qu'il puisse parler librement. Cavitt a dit à Weaver que lui et Marcel avaient trouvé un seul ballon météorologique en caoutchouc et un réflecteur radar, et qu'ils étaient dans une zone d'au plus 25 pieds de diamètre. Ensuite, il a signé un affidavit à cet effet, jurant officiellement que c'était la vérité.

Rien de tout cela ne répond à la question de la nature et de l'origine des débris traités par le docteur Marcel. Tout ce que l'on peut dire avec assurance est que le matériel et les circonstances de son apparition étaient tels que cela a déclenché une énorme opération de dissimulation, et que ni le passage de cinq décennies ni l'intervention de fonctionnaires d'un grade si élevé que le Secrétaire de l'Armée de l'Air n'ont pu démasquer la tromperie.

Note de fin:

Le docteur Marcel a reçu une copie de pré-publication de cet article. Dans une lettre à l'auteur, il a déclaré: "J'ai lu votre essai avec le plus grand intérêt et j'appuie sincèrement ce que vous avez à dire au sujet de l'interview menée à Washington par le Dr Neil Hibler".

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 20 mai 2017.