Presse -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Le phénomène OVNI dans la presse:

Le magazine américain bien connu "Popular Mechanics" a édité cet article avec le titre "Quand les OVNIS se posent" dans son numéro de Mai 2001. Il couvre la conférence de Pocantico sur le phénomène d'OVNI, et récapitule plusieurs des cas présentés à la communauté scientifique réunie à cette occasion.

Le rédacteur Jim Wilson du magazine de vulgarisation scientifique "Popular Mechanics" a écrit un autre grand article concernant les OVNIS. La page de couverture de ce magazine très connu est titrée: "Quand les OVNIS atterrissent." A la page 64, le titre est "Les preuves physiques fantastiques que l'on ne peut pas nier". Jim écrit, " enfin, les scientifiques ont en main les preuves qui selon les sceptiques n'existent pas." Dans le titre il est indiqué, "la plupart des scientifiques professionnels ne prennent jamais la peine de regarder les indices. Des rejets dogmatiques sont pris comme argent comptant." Jim a des données sur les atterrissages étudiés sous les auspices du gouvernement français et des échantillons des débris du crash d'Ubatuba. C'est un événement rare et très régénérateur que de voir un magazine important traiter du phénomène OVNI avec honnêteté.

Références complémentaires:

Pour compléter cet article, j'y ai ajouté des liens vers les parties de mon site qui sont en rapport, vous pouviez également vous référer aux pages d'informations suivantes de mon site:

L'article de "Popular Me3chanics" en mai 2001:

Les gens riches sont vraiment à part. Quand Laurance S. Rockefeller - oui, "ces" Rockefeller - a voulu en savoir plus au sujet des OVNIS, il n'a pas satisfait sa curiosité en parcouran le web ou les rayons "étrange - ésotérisme - paranormal" des librairies. Il a demandé à Peter A. Sturrock, ancien directeur du Centre pour la Science de l'Espace et de l'Astrophysique de la Stanford University de rassembler une réunion privée d'une douzaine de scientifiques de haut niveau au centre de conférence de Pocantico, proche de l'ancien domaine de famille de Rockefeller à 20 milles de nord de Manhattan. La liste des invités et l'ordre du jour d'invité de Sturrock étaient remarquables pour ses omissions. Bob Lazar, qui a prétendu avoir participé à des études de soucoupes volantes récupérées à l'Area 51 n'était pas invité. Ni non plus l'anti soucoupiste Philip J. Klass du Comité pour la Recherche Scientifique sur les Prétentions du Paranormal. Roswell, le "visage" sur Mars et d'autres observations familiers ont obtenu peu d'attention. Au lieu de cela, les chercheurs de l'université de Princeton, de Stanford, du Massachusetts Institute of Technology, et du Centre National pour l'Espace français se sont concentrés sur des cas ayant plus de susbtance concrète - des observations dans lesquels des preuves physiques ont été collectées. "Bien que leurs résultats ne permettent pas un conclusion, j'espère que cela élèvera le niveau du débat," dira ensuite Rockefeller.

 
Popular Mechanics

"Demandez à la plupart des scientifiques ce qu'ils pensent de l'énigme des OVNIS et vous obtiendrez presque certainement une toux gênée et un geste dédaigneux, complété par la phrase, "il n'y a pas la moindre preuve," dit Bernard Haisch, un astronome avec plus de 100 publications scientifiques à son crédit. "Cette réponse n'est simplement pas vraie. Le problème est que les preuves ne rentrent pas dans notre logique scientifique prévue, et les scientifiques écartent donc ce qui constitue en fait un nombre énorme de compte-rendus. Beaucoup de rapports d'observations, aussi absurdes qu'ils apparaissent parfois, sont probablement vrais. La plupart des scientifiques professionnels ne prennent jamais la peine de regarder les preuves. Au lieu de cela, les renvois dogmatiques par des debunkers professionnels, qui sont souvent totalement ridicules, sont simplement pris comme argent comptant."

Comme vous verrez pour vous-même, il est difficile même pour les sceptiques conservateurs d'ignorer certains des cas discutés à Pocantico.

Police Cruiser Blackout:

Luis Delgado était un policier de patrouille de 28 ans de la ville de Haines, Floride, département de police quand il est devenu partie prenante d'une des observations d'OVNI les plus convaincantes. Cela s'est produit à environ 03:50 du matin, le 19 Mars 1992. Delgado a noté une lumière verte descendant rapidement dans son rétroviseur pendant qu'il parcourait une route à côté d'une plantation de citron. La lumière a semblé suivre sa voiture de patrouille, jusqu'à ce qu'il ait ralenti. Puis l'objet silencieux et en forme de dôme passa au-dessus de lui, emplissant l'habitacle de sa voiture de police de sa lueur verte brillante. Il a freiné, et il n'y eut plus de courant électrique dans son véhicule. Pendant les minutes suivantes il s'est tenu en dehors de sa voiture observant l'engin de 15 pieds de large planer silencieusement devant lui. Il semblait flotter environ a environ 10 pieds au-dessus du sol, refroidissant l'air environnant au point qu'il s'est formé une brume. Puis, aussi rapidement qu'il est apparu, il a filé vers le loin. Delgado est retourné à sa voiture, et trouvé le système électrique de nouveau en état de marche.

"Le pannel scientifique a été très impressionné par les cas dans lesquels l'appareillage électrique a été perturbé," dit Michael D. Swords, de l'Université du Michigan Ouest à Kalamazoo. Participant de la conférence de Pocantico, Sword a dit à Popular Mechanics que ce type de rencontre est bien plus fréquente que la plupart des gens ne le réalisent. Mark Rodeghier, enquêteur privé pour le Centre d'Etudes des OVNIS à Chicago a indiqué lors de la conférence de Pocantico qu'au cours des 50 dernières années plus de 500 rapports semblables avaient été enregistrés. Ce qui distingue l'observation de Delgado est la crédibilité inhérente de l'observateur. Car, officier de police, Delgado n'a eu rien à gagner - et a perdu probablement beaucoup - en se mettant en avant avec ce récit.

Trans-En-Provence:

Pour les enquêteurs en ufologie, l'aspect le plus décevant du cas Delgado n'est pas l'absence de preuves, mais la manière dont les preuves ne sont pas collectées simplement par négligence. Des échantillons de la route et de la végétation voisine n'ont été jamais rassemblés. Aucune mesure de rayonnement du secteur n'a été faite.

Les chercheurs qui se consacrent aux OVNIS en France prennent les investigations scientifiques sur les phénomènes aériens non expliqués plus sérieusement que ceux des Etats-Unis. Le Centre National pour la recherche Spatiale, contrepartie française de la NASA, a même une équipe qui se jette dans l'action quand ces types d'événements se produisent. L'équipe s'appelle GEPAN, l'acronyme français Groupe d'Etude des Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés.

Le site de l'atterrissage de Trans-En-Provence a été soigneusement documenté par le gouvernement français.

 
Traces au sol, cas de Trans en Provence
Traces au sol, cas de Trans en Provence

L'enquêteur Jean-Jacques Velasco du GEPAN a fourni à la conférence de Pocantico les détails de ce qui est peut-être le cas le plus complètement et soigneusement documenté d'observation de tous les temps, l'incident de Trans-En-Provence. Renato Nicolai ne pense pas qu'il avait vu un OVNI, mais un avion militaire secret qui s'était éloigné de sa zone de test. Cet entrepreneur à la retraite depuis deux ans au moment où l'épisode s'est produit, le 8 Janvier 1981, Nicolai travaillait à sa terrasse vers la fin de l'après-midi quand il a entendu un faible chuintement. Dans la distance il a vu un objet couleur de plomb, d'environ 5 pieds de haut, un peu plus large en diamètre, et en forme de deux cuvettes inversées, tombant du ciel. Il est venu s'arrêter pour flotter à environ 6 pieds au-dessus du sol. Pendant la demi minute suivante, il a observé l'objet, qui s'est alors élevé dans le ciel, créant une petite traînée de poussière. "Quand mon épouse est rentrée à la maison dans la soirée, je lui ai dit que ce que j'avais vu," déclare-t-il dans son rapport officiel. "Mon épouse a pensé que je plaisantais." Le matin suivant, il lui a montré où l'engin avait plané et tous deux ont repéré des traces circulaires qu'il avait laissé dans le sol. Les voisins ont suggéré qu'ils préviennent la police. La police, à transmis l'information au GEPAN, qui vérifie par habitude pour voir si de telles observations sont liées à l'activité militaire ou à un avion. Quand tous les deux ont été éliminés, Nicolai a été interviewé par le GEPAN et a collecté des échantillons du sol au secteur où l'objet avait censément plané. Le mystère s'est alors approfondi. Il y avait un matériau noir mélangé au sol, mais l'analyse chimique a déterminé que ce n'était pas des résidus de pétrole ou de béton brûlé. Les analyses postérieures ont montré que le sol avait été souillé avec des traces de métal, et la végétation environnante a montré des dommages subtils. Quelque chose s'est produit à Trans-En-Provence, mais à ce jour personne n'est sûr de ce que c'était.

Pluie de métal:

Il n'y avait absolument aucun doute au sujet de ce qui s'est produite dans Council Buffs, dans l'Iowa, la nuit du 17 Décembre 1977. Un OVNI a éjecté environ 40 livres de métal fondu sur le sol. Tandis que la majeure partie de l'Amérique s'installait pour les sitcoms de soirée, Mike et Criss Moore, qui avaient alors tous deux 24 ans, conduisaient vers la maison de la mère de Mike à Council Buffs. A près d'un demi mile en avant, juste au-dessus des cimes des arbres, ils ont vu une boule rouge brillante tomber vers le grand parc du lac. "Il s'est écrasé sur la terre à proximité de l'étang de Gilberts en direction de Big Lake Park, au-delà du fleuve du Missouri près du terrain d'aviation d'Eppley. L'adresse exacte de la rue est 1900 de N. Eighth Street," dit Jacques Vallée - un scientifique informaticien qui a compilé une base de données de milliers d'observations - en détaillant les cas. Quand les spectateurs sont arrivés au point d'impact sur une petite butte, ils ont trouvé une masse 4 pouces de métal fondu rouge-orange couvrant la terre gelée, à environ 16 pieds de la route. La masse en métal était toujours rougeoyante 15 minutes plus tard quand le père de Mike Moore, feu le chef des auxiliaires des pompiers Jack Moore arriva sur les lieux.

Après que le métal se soit refroidi, Robert Allen, un astronome local, rassembla des échantillons rassemblés. Une partie de la galette d'environ 40-livres est allée à la Division de Technologie Etrangère de l'US Air des États-Unis à la base aérienne de Wright-Patterson dans l'Ohio. Une partie est également allée au laboratoire Ames à l'université de l'Etat de l'Iowa. L'Armée de l'Air n'a jamais rendu public son analyse, mais dans une lettre a assuré les autorités locales que "les débris de vaisseau spatial ne s'écrasent pas sur la terre dans cet état de fusion." Dans son rapport, Robert S. Hansen le directeur du laboratoire Ames a éliminé l'explication par un météore.

Déclassifiés récemment, des documents expliquent ce que cela pouvait avoir été. Pendant les années 50 et les années 60, l'Armée de l'Air des États-Unis a expérimenté des moteurs électrostatiques. Dans la théorie, l'ascension et la propulsion peuvent être créés en ionisant l'air avec une charge électrique qui repousse donc l'air environnant. Un tel avion exigerait d'énormes quantités d'énergie électrique, et l'Armée de l'Air a semblé savoir la créer. D'autres documents déclassifiés indiquent que l'Armée de l'Air avait construit des réacteurs nucléaires compacts assez petits pour voler sur un avion. Elle avait également expérimenté avec un dispositif connu sous le nom de générateur magnétohydrodynamique pour extraire de grandes quantités d'électricité à partir d'un jet rapide de métal fondu. Les ingénieurs au courant de tels systèmes disent que si les unités de magnétohydrodynamique étaient prises d'instabilité, une partie du métal circulant dans l'unité devait être éjectée.

Officiellement, l'épisode demeure un mystère non résolu, mais Vallée y voit en quelque chose de plus. L'épisode Council Buffs n'était pas unique. A la conférence de Pocantico, Vallée a indiqué que dans au moins neuf autres observations, des objets aériens dans la détresse ont été accompagnés de l'éjection de métal fondu. "Les rapports de rejets de résidu métallique inhabituels suivant l'observation d'un phénomène aérien non expliqué sont assez détaillés pour qu'une étude comparative soit entreprise."

UBATUBA:

Echantillon des débris d'Ubatuba

En 1957, un OVNI a censément explosé après avoir frappé l'eau près de la ville d'Ubatuba, au Brésil. Des débris métalliques rassemblés par un médecin, se sont avéré composés d'un magnésium de qualité extrêmement élevée.

Un échantillon des débris d'Ubatuba (à gauche) examiné au microscope (à droite) révéla une pureté très haute qui ne pouvait pas être naturelle.

Les ufologues ont envoyé une partie du matériel d'Ubatuba à l'Armée de l'Air pour l'analyse. Il a été "accidentellement" détruit avant que des tests puissent être accomplis.

 
Microphotographie d'un débris d'Ubatuba
Microphotographie d'un débris d'Ubatuba

Photos provenant de Walter Walker et du Dr. J. Allen Hynek du Center for OVNIS Studies.

On demande de vrais sceptiques:

Bernard Haisch, un ancien scientifique de Lockheed qui avait servi sur le Panel Rockefeller en 1997, croit qu'il est temps pour la communauté scientifique de devenir plus sceptique dans le sens le plus vrai du mot. "Nous devons être sceptiques par rapports aux convaincus, et sceptiques par rapport aux sceptiques," a-t-il déclaré à P.M. pendant une visite à l'institut de Californie pour la Physique et l'Astrophysique à Palo Alto dont il est actuellement le directeur. A cet effet, Haisch a récemment créé www.ufoskeptic.org. Le site web encourage les scientifiques traditionnels à reconsidérer le phénomène des OVNIS à la lumière des avances récentes dans la physique, telle que la théorie des cordes et la théories des membranes M, qui postulent l'existence d'un espace multidimensionnel." J'ai été un astronome professionnel actif depuis l'obtention de mon doctorat en 1975, j'ai appris à peu près tout au sujet du phénomène OVNI au cours des années, certainement davantage que ce que je pensai pouvoir apprendre. Les observations d'OVNI ne sont pas limitées aux fermiers dans des secteurs ruraux attardés. Il y a des astronomes, des pilotes et des ingénieurs de la NASA qui ont été témoin d'événements pour lesquels il n'existe aucune explication conventionnelle plausible."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 mai 2001