AccueilAcceuil

Un cas de Papouasie-Nouvelle Guinée, 1959:

Combien de fois ai-je entendu que les OVNIS n'apparaîtraient qu'en "Amérique?" Et bien il n'y a rien de plus faux. Voici un des très nombreux cas qui ne se sont pas produits en "Amérique."

C'est en outre un cas qui est constitué de bien plus que de "simples lumières vues dans le ciel la nuit."

Dessin

DANS CE DOSSIER:

RAPPORT DETAILLE DES EVENEMENTS:

Selon le scientifique renommé le Dr. J. Allen Hynek, spécialiste des OVNIS l'une des "rencontres rapprochées du troisième type" la mieux documentée s'est produite dans le village de la mission Anglicane de Boianai, Papouasie, Nouvelle-Guinée, qui était, à l'heure de l'incident, toujours un territoire Australien. L'église d'Anglicane Australienne était très impliquée dans le travail des missionnaires, et diligente à les envoyer vers les peuples natifs de d'île. Un de ces derniers était le Père William Booth Gill. Gill était très bien considéré par ses confrères, et tout ceux qui l'ont connu. En ce qui concerne l'occurrence de ces événements extraordinaires, Gill était sceptique, pour le moins, particulièrement en tant que membre dévoué de l'église.

La première manifestation des événements à venir, a eu lieu le 5 Avril 1959, quand Gill a vu une lumière sur le Mont Pudi, inhabité. Cette lumière, a indiqué Gill, se déplaçait plus rapidement que quoi que ce soit qu'il ait jamais vu. A peu près un mois plus tard, son aide, Stephen Moi, a vu "un objet en forme de soucoupe inversée" dans le ciel au-dessus de la mission. Gill a écarté ces observations comme une certaine sorte de phénomènes électrique ou atmosphériques. Il ne savait pas encore que ces phénomènes, quels qu'ils aient été, se sont intéressés au cieux au-dessus de lui, et bientôt William Gill serait un observateur d'OVNIS parmi les plus connus et mieux étudiées, et qui seront corroborées par un groupe entier de témoins additionnels.

Cet événement extraordinaire aura lieu à 18:45, le 26 Juin 1959. Le Père Gill a vu ce qu'il a décrit comme une lumière blanche brillante au Nord-Ouest. La nouvelle de l'observation circula rapidement, et en quelques instants, Gill a été rejoint par pas moins de 38 témoins additionnels, comprenant Steven Moi, Ananias Rarata, et Mme Nessle Moi. Selon leurs dépositions assermentés, eux et plus de trente personnes ont observé un objet à quatre pieds en forme de disque approximativement de la taille de l'extrémité alignée de 5 pleines lunes. Ce engin incroyable planait au-dessus de la mission! A leur totale surprise, ils ont vu quatre personnage d'aspect humain qui semblaient exécuter une sorte de travail. de temps en temps un des personnages semblait disparaître, seulement pour réapparaître un moment plus tard. Une lumière bleue brillait vers le haut de l'engin à des intervalles qui semblaient réguliers. Le témoin a observé l'engin et cette activité pendant 44 minutes, jusqu'à ce que le vaisseau brillant se soit élevé dans le ciel, et ait disparu à 19:30. fixes dans le ciel, les témoins verraient plusieurs plus petits objets apparaître à 20:30, et vingt minutes plus tard, le premier engin est réapparu. Ce phénomène durera quatre heures, jusqu'à ce que la couverture des nuages ait obscurci la vue à 22:50. Le Père Gill a préparé un rapport écrit complet de cet événement, et 25 autres observateurs ont signé le document.

Cette première observation sera suivie d'autres observations dès la nuit suivante. A 18:00, l'objet le plus grand est encore apparu, avec ses occupants. Deux des objets plus petits étaient au dessus de lui. Selon les propres mots de Gill: "sur le plus grand, deux des figures semblaient affairées près du centre de la plate-forme. Elles se penchaient de temps en temps et levaient leurs bras comme pour ajuster ou "installer" quelque chose. Une figure semblait se tenir debout, nous regardant vers le bas."

Dans un moment d'inspiration, Gill a levé ses bras et a fait signe à la personne.

"A notre surprise le personnage a fait la même chose. Ananias a agité ses deux bras au-dessus de sa tête; alors les deux personnages à l'extérieur ont fait la même chose. Ananias et moi-même avons commencé à agiter nos bras, et chacun des quatre a semblé nous faire signe en retour. Il ne faisait aucun doute que nos mouvements ont eu une réponse..."

Gill et Ananias ont continué à faire signe de temps en temps, et on répondait à leurs signes. Un autre témoin, Eric Kodawara, a ondulé une torche, et il y eut réponse sur l'engin. Gill est rentré diner à l'intérieur, mais quand il est revenu, l'engin était toujours là, seulement plus loin (plus petit). Après la messe, à 19:45, Gill est encore sorti pour rechercher l'engin, mais des nuages étaient apparus, et il n'y avait plus moyen de voir l'objet. La soirée suivante, l'engin brillant ferait encore une apparition. Gill a compté huit objets à 18:45. A 11:20, Gill a entendu un coup fort sur le toit de la mission. Allant dehors voir ce qui s'était produit, il a remarqué quatre OVNIS en cercle autour du bâtiment. Ces quatre engins étaient extrêmement haut dans le ciel. Le toit a été examiné pour déceler des dommages le matin suivant, mais aucun n'a été trouvé.

A la suite de ces événements des explications sans fondement furent élaborées. Le debunker bien connu des OVNIS, le Dr. Donald H. Menzel a offert son explication: il a affirmé que le Père Gill, qui était myope, avait "probablement" omis de mettre ses lunettes, et a mal interprété la planète Vénus, qui était visible dans le ciel nocturne pendant cette période. Ce n'était pas vrai; Gill portait ses lunettes, et de toute façon, il n'était de loin pas le seul témoin de l'événement. Menzel a également affirmé que les Papouans étaient des indigènes ignorants qui adoraient Gill, et croyaient chaque choses qu'il disait. C'était sa manière de rejeter plus de trente témoignages.

Quant au rapprochement avec Vénus, Gill savait où Vénus était pendant cette observation, et l'avait bel et bien signalée séparément de l'engin inconnu. Gill sera ensuite critiquée pour "abandonner une scène aussi extraordinaire pour aller dîner", mais sa réponse est qu'il n'a pas pensé que cet engin soit extraterrestre sur le moment. Il a cru que c'était un engin Américain ou Australien, et que s'ils débarquaient, ce seraient des êtres humains ordinaires. Gill devait rentrer en Australie dans les prochains temps, et cela lui a donné l'occasion de confier sa documentation du cas aux autorités compétentes. Tous les enquêteurs ont trouvé en Gill un individu intelligent et impressionnant. Un des groupes d'ufologie civils les plus respectés, la Victorian Flying Saucer Research Society a indiquée: les "rapports de Gill constituent le témoignage le plus remarquable d'une activité intensive d'OVNIS jamais rapportée à des enquêteurs civils. Ils étaient uniques parce que pour la première fois des témoins crédibles avaient rapporté la présence d'être humanoïdes associés à des OVNIS."

L'observation de Papouasie a provoqué une alliance inédite parmi des groupes de recherche ufologiques en Australie. Ces groupes ont distribué des copies du rapport du Révérend Gill à tous les membres de la chambre des représentants du Parlement fédéral Australien. Une lettre d'accompagnement a invité les chefs du gouvernement à presser le ministre de l'Air à émettre un avis sur le sujet, car ils n'étaient pas satisfait de la réaction initiale et négative. Cette lettre appelait à une réponse. Le 24 Novembre 1959, E.D. Cash, qui était un parlementaire libéral, a demandé au ministère de l'air, F.M. Osborne, s'ils avaient même étudié les observations de Papouasie. La réponse d'Osborne était qu'ils attendaient toujours plus de preuves avant de rédiger un rapport "officiel." Selon ses propres mots; "la plupart des observations d'OVNIS sont expliquées et seulement un très un petit pourcentage - quelque chose comme 3 pour cent - des observations rapportées d'objets volants ne peut pas être expliqués."

La réponse du ministre australien de l'air devait recevoir peu de considération, considérant le fait qu'ils n'avaient même pas interviewé Gill, jusqu'à ce que le ministre de la défense ait demandé une recherche sur le sujet. La RAAF a finalement interviewé Gill en Décembre 1959, environ six mois après les observations. Gill a raconté l'interview, réalisée par deux officiers qui sont venus lui parler d'étoiles et de planètes, et puis sont partis. Il n'a plus entendu parlé d'eux. La RAAF a finalement publiée une opinion sur le cas. Négative. Le Chef d'escadron F.A. Lang a dit: "bien que le Révérend Gill puisse être considéré comme un observateur digne de confiance, les incidents de Juin - Juillet pourraient n'avoir été rien de plus que des phénomènes normaux exagérés après les événements à cause de des influences subconscientes des adorateurs des OVNIS. Pendant cette période le temps était nuageux et troublé, avec des orages et du tonnerre. Bien qu'il ne soit pas possible de tirer des conclusions fermes, une analyse des nuages et des angles approximatifs au-dessus de l'horizon suggère qu'au moins certaines des lumières observées aient été les planètes Jupiter, Saturne et Mars. "

Depuis les événements peu communs de 1959, il y a eu beaucoup d' "explications" de l'événement, toutes par des individus qui n'avaient pas été témoin de l'événement. La plupart de ces dernières sont, comme vous pouvez le penser, des placebos pour généraliser les rapports d'observation. Parmi ces derniers on trouve le canular, les planètes, les étoiles, les identifications erronées de phénomènes astronomique, la myopie Gill, etc... Aucune de ces dernières ne correspond vraiment à l'événement tel qu'il s'est produit. Le Dr. J. Allen Hynek a étudié l'observation de manière approfondie, et a livré ses conclusions. Allen Hendry, investigateur respecté du "Center for UFO Studies" de J. Allen Hynek, s'est rendu sur place. Les conclusions étaient les suivantes:

"Bien que les OVNIS plus petits vus par Gill pourraient être attribués aux étoiles et aux planètes lumineuses, l'objet primaire NE LE PEUT PAS. Sa taille et l'absence de mouvement pendant plus de trois heures ont éliminé une explication astronomique."

L'inclusion du cas de Boianai dans le livre australien bien connu de la fiction, 1979 de l'arrimage de Randolph, "Visitants," deviendrait une épée à deux tranchants. Bien qu'elle ait apporté les détails du cas à une plus grande assistance, c'est inclusion dans la fiction pure a diminué l'appel des événements en tant qu'étant VRAI. L'arrimage était un patrouiller-officier de cadet en Papouasie, en Nouvelle-Guinée, et un aide à l'anthropologue de gouvernement. Son roman commence par cette phrase, "Le 26 Juin 1959, à Boianai en Papouasie, les Visitants sont apparus au Révérend William Booth Gill, lui-même un visitant de l'île depuis treize ans, et à 37 témoins d'une autre couleur."

Et le cas tomba alors dans l'oubli.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 10.09.2001