AccueilAcceuil

Un cas de Papouasie-Nouvelle Guinée, 1959:

Combien de fois ai-je entendu que les OVNIS n'apparaîtraient qu'en "Amérique?" Et bien il n'y a rien de plus faux. Voici un des très nombreux cas qui ne se sont pas produits en "Amérique."

C'est en outre un cas qui est constitué de bien plus que de "simples lumières vues dans le ciel la nuit."

Dessin

DANS CE DOSSIER:

INTRODUCTION:

Les lettres et les rapports suivants sont basés sur les propres rapports écrits du Révérend Gill écrits sur place en 1959 et les interviews de Gill entreprise, en particulier en 1978; Voir également "Papouasie/Le Père Gill revisité" et l' "International UFO Reporter" Novembre et Décembre 1977 (CUFOS) et Jérome Clark, "Rencontres rapprochées: Le Meilleur Cas De l'Histoire", magazine Fate, Février 1978.

LETTRE DU REVEREND GILL UN JOUR AVANT L'EVENEMENT PRINCIPAL:

Exactement le jour avant l'observation, le Père Gill avait rédigé, mais pas encore posté, cette lettre au Révérend David Durie, Principal En Charge de l'Université de Saint Aidan à Dogura, pour accompagner un rapport concernant l'observation d'OVNI faite par Stephen Moi, un enseignant auxiliaire à la mission de Gill:

Cher David,
Jetez un oeil sur ces données extraordinaires. Je suis presque convaincu au sujet de la théorie des "visiteurs". Il y a eu nombre significatifs de rapports au cours des mois, des témoins fiables. La particularité de ces rapports les plus récents est que les OVNIS semblent être stationnaires à Boianai ou voyager près de Boianai. La environs du Mont Pudi semblent être le secteur où ils planent. J'ai moi-même a vu une lumière blanche stationnaire deux fois la même nuit du 9 Avril, mais dans un endroit différent chaque fois. Je crois que vos étudiants en ont également aperçu un au-dessus de Boianai. L'officier du secteur, Bob Smith et M. Glover l'ont tous deux vus, ou leurs semblables à différentes occasions - encore, au-dessus de Boianai, bien que je pense que les gens de Baniara ont dit elles l'ont observé voyager à travers le ciel dans notre direction. Je dois penser que c'est la première fois que la "soucoupe" a été identifiée en tant que telle.

Je ne doute pas de l'existence de ces "choses" (en effet je ne le puis plus, maintenant que j'en ai vu une par moi-même) mais mon esprit simple exige toujours des preuves scientifiques avant que je puisse accepter la théorie de l'origine extra-terrestre. Je suis enclin à croire que beaucoup d'OVNIS sont probablement plus certainement une sorte de phénomènes électriques - ou peut-être quelque chose provoquée par les explosions de bombes atomiques, etc... Le fait que Stephen devait faire une soucoupe de son observation pourrait être le résultat d'un esprit sans connaissances car il est très probable qu'à un moment donné il ait vu des illustrations d'une certaine sorte dans un magazine, ou bien il est très possible que les soucoupes existent, mais c'est seulement une chance de 50/50 qu'elles ne soient pas de fabrication terrestre, et encore moins qu'elles devraient transporter des hommes (plus probablement radio-commandés), et il n'est pas encore prouvé qu'ils soient des objets solides.

Tout cela est trop difficile à comprendre pour moi; Je préfère attendre qu'un gars malin en capture un et l'expose sur la place Martin.

Veuillez renvoyer ce rapport car je n'en ai aucune copie et je veux que Nor (Le Révérend Norman Crutwell) puisse l'avoir.

    Bien le votre,
    William le sceptique
      Mission Anglicane,
      Boianai.
      27/6/59'

Les événements du jour suivant ont converti William le Sceptique, comme la prochaine lettre l'indique de façon saisissante.

Cher David,
La vie est étrange, n'est-ce pas? Hier je vous ai écrit une lettre, (que je prévois toujours de vous poster) exprimant des avis au sujet des OVNIS. Maintenant, moins de vingt-quatre heures plus tard j'ai quelque peu changé d'avis. La nuit passée à Boianai nous avons éprouvé environ quatre heures d'activité d'OVNIS, et il n'y a aucun doute quelque qu'il soit, ils sont manipulées par des êtres d'une certaine sorte. A certain moments c'était absolument stupéfiant. Voici le rapport. Veuillez le faire circuler, mais grand soin doit en être pris car je n'en ai aucun autre, et renvoyez-le, comme celui j'ai fait hier au sujet de Stephen. Je l'apprécierais si vous pourriez me le renvoyer dès que possible.

Cheers,
Bill le convaincu

Comme indiqué par ses notes, le Père Gill a vu une lumière blanche brillante dans le ciel du Nord Ouest. Elle a semblé approcher la mission et planer à environ 100 mètres de haut. Par la suite 38 personnes, y compris Gill, les enseignants Stephen Gill Moi, Ananias Rarata, Mrs Steven Moi, et Mrs Nessle Moi, se sont réunies pour observer l'OVNI principal, qui semblait être un grand objet en forme de disque. Il était apparemment massif et circulaire avec une base large et une plate-forme supérieure plus étroite. L'objet a semblé avoir quatre pieds sous lui. Il également a semblé y avoir environ quatre panneaux ou hublots du côté de l'objet, qui a semblé briller plus que le reste. A plusieurs reprises l'objet a produit un rayon de lumière bleue qui a brillé vers le haut dans le ciel à un angle d'environ 45 degrés.

Ce qui semblait être des "hommes" sont sortis de l'objet, sur ce qui a semblé être une plate-forme sur le dessus. Il y avait quatre hommes en tout, de temps en temps deux, puis un, puis trois, puis quatre. Le rayon de lumière bleue et les "hommes" ont disparu. L'objet s'est alors déplacé vers quelques nuages. Il y eut d'autres observations d'OVNIS au cours de la nuit. le Père Gill a décrit le temps comme un ciel variable - des nuages dispersés au début, qui ont couvert le ciel ensuite. Il a estimé la hauteur des nuages à environ 600 mètres. La première observation au-dessus de la mer, selon le Révérend Gill, a semblé être à environ 150 mètres au-dessus de l'eau tout le temps. L'OVNI principal était clairement visible et semblé la plupart du temps stationnaire pendant les vingt-cinq minutes de l'observation.

De façon étonnante, le visiteur aérien a refait son apparition la nuit suivante, le 27 Juin. le Père Gill a préparé un autre rapport:

Un grand OVNI a d'abord été aperçu par Annie Laurie à 18:00 apparemment à la même position que la nuit passée (26/6/59), il a seulement semblé plus petit, quand W.B.G. l'a vu à 18:02. J'ai appelé Ananias et plusieurs autres et nous sommes sortis pour l'observer. Bien que le soleil soit couché il faisait encore tout à fait clair pendant les quinze minutes suivantes. Nous avons observé des personnages semblant se tenir sur le dessus - quatre d'entre eux - aucun doute qu'ils sont humains. Probablement le même objet que j'ai pris pour être le "vaisseau mère" la nuit passée. Deux plus petits OVNIS ont été vus en même temps, stationnaire.

Un au-dessus des collines occidentales, un autre juste au dessus de nos têtes. Sur le grand un des deux personnage semblait faire quelque chose près du centre de la plate-forme - se penchaient de temps en temps et levaient leurs bras comme s'ils ajustaient ou "installaient" quelque chose (non visible). Une figure a semblé se pencher vers le bas pour regarder vers nous (un groupe d'une douzaine de personnes environ). J'ai levé mon bras au-dessus de ma tête et ai fais signe. A notre surprise le personnage a fait la même chose. Ananias a agité ses deux bras au-dessus de sa tête alors les deux personnages à l'extérieur ont fait la même chose. Ananias et moi avons commencé à agiter nos bras et chacun des quatre personnage semblaient maintenant avoir reculé en arrière. Il n'y avait aucun doute possible, nos gestes ont reçu une réponse. Tous les garçons de la mission ont poussé des halètements audibles (de joie ou de surprise, peut-être les deux).

Alors que l'obscurité commençait à tomber, j'ai envoyé Eric Kodawara chercher une torche et ai dirigé une série de longs traits de lumière vers l'OVNI. Après une minute ou deux de ceci, l'OVNI l'apparemment reconnu en faisant plusieurs mouvements d'inclinaison dans les deux sens. Nous avons répété nos gestes suivis de plus de flashes de la torche, alors l'OVNI a commencé lentement à devenir plus grand, apparemment venant dans notre direction. Il a cessé après peut-être une demie minute et il ne s'est pas approché plus près. Après deux ou trois minutes de plus les personnages ont apparemment perdu leur intérêt pour nous et ils ont disparu "au-dessous" de la plate-forme. A 18:25 deux des figures ont réapparu pour continuer ce qu'elles faisaient avant l'interruption. Le projecteur bleu a été utilisé pendant quelques secondes deux fois successivement.

Gill a décrit comment lui et les gens de la mission ont appelé ces hommes, et ont même crié vers eux, et leur ont fait signe de descendre, mais il n'y avait aucune réponse au delà de ce qui a été déjà noté. Deux OVNIS plus petits et plus haut vers le haut sont restés stationnaires. Vers 18:30 la scène était demeurée en grande partie sans changement, et le Père Gill enregistre qu'il est allé dîner. Plus tard les critiques allaient dénoncer ceci - "pourquoi est-ce que quelqu'un quitterait un spectacle si extraordinaire?" "On me pose toujours cette question," a indiqué le père Gill "avec étonnement ou en ricanant."

Après avoir eu environ quatre heures de ce spectacle dans la nuit du Vendredi, nous n'étions presque plus intéressés quand il est revenu la nuit de samedi, particulièrement après que nous n'avions pas pu les persuader de débarquer. Vous devez également garder à l'esprit qu'il n'y avait rien de bizarre ou de surnaturel dans tout ceci. Tout était si ordinaire, aussi ordinaire qu'une voiture de chez Ford. Il avait l'air d'un enfin parfaitement normal, un objet fait sur Terre. J'ai réalisé, naturellement, que certains pourraient penser à ceci en tant que soucoupe volante, mais moi je l'ai pris pour être un certain genre d'aéroglisseur que les Américains ou même les Australiens auraient construit.

Les figures à l'intérieur avaient l'air parfaitement humaines. En fait, j'ai pensé qu'elles étaient humaines, que si nous les pesuadions de débarquer, nous trouverions que les pilotes seraient des être ordinaires dans des uniformes militaires et nous dînerions avec eux.

A 19:00 "l'OVNI numéro 1" était encore présent, bien qu'il ait semblé légèrement plus petit. Le groupe d'observateurs est allé à l'église pour la messe du soir. Après la messe, la visibilité était très limitée avec un ciel couvert de nuage. Rien d'autre n'a été vu dans la soirée. A 22:40 une bruit d'explosion "à crever les tympans" a réveillé des gens de la mission. Cela semblait être venu de devant les fenêtres de la maison de la mission. le Père Gill a jugé que cela ne ressemblait pas à un coup de tonnerre. Rien n'avait été vu, mais le ciel entier était obscurci. D'autres activités moins spectaculaires se sont produite la nuit suivante. Alors il sembla que les "visitants" de Boianai aient disparu. Mais la polémique commençait.

Au moment de ces observations, il était déjà prévu que le Révérend Gill retourne en Australie. Cela permit aux groupes civils d'avoir une excellente occasion d'évaluer la crédibilité des rapports.

Tous les investigateurs ont trouvé le Père Gill crédible et très impressionnant. Ceci a mené un des principaux groupes civils, la Victorian Flying Saucer Research Society, à considérer les rapports de Gill comme constituant un témoignage des plus remarquables d'une des plus intensive activité d'OVNIS jamais rapportée à des enquêteurs civils. Ils étaient uniques parce que pour la première fois les témoins crédibles avaient rapporté la présence d'êtres humanoïdes associés aux OVNIS. Les groupes civils principaux de ce moment, dans un esprit de coopération nouveau inspirée par la signification des observations de Boianai, ont distribué des copies du rapport d'observation du Père Gill à tous les membres de la chambre des représentants du parlement fédéral Australien. Une lettre a accompagné le rapport, signé par les présidents des groupes civils d'ufologie participants, invitant des parlementaires à presser le ministre de l'air d'établir un rapport au sujet de l'attitude du renseignement de l'Armée de l'Air par rapport aux événements de la Nouvelle-Guinée.

Le 24 Novembre 1959 au parlement fédéral, E.D. Cash, un parlementaire libéral d'Australie occidentale, a demandé au ministre l'air, F.M. Osborne, si son département (spécifiquement le renseignement de l'Armée de l'Air) avait étudié les rapports. La réponse du ministre n'a pas répondu à la question, mais s'est à la place concentré sur la situation générale, indiquant que la plupart des observations d'OVNIS ont été expliqués et que "seulement un pourcentage très petit - quelque chose comme 3 pour cent - des observations rapportés d'objets volants ne peut pas être expliqué." Un représentant d'un groupe d'ufologie a appris par la direction du renseignement de l'Armée de l'Air que le département attendait la "des preuves solides" sur les observations de la Nouvelle-Guinée.

Cependant, le département du renseignement n'avait pas même interviewé Gill. Finalement le ministre de la défense a demandé un rapport et la RAAF a interviewé le Père Gill le 29 Décembre 1959, environ six mois après l'observation. Le souvenir du Père Gill de leur visite est que les deux officiers de Canberra ont évoqué des étoiles et des planètes et sont partis. Il n'a plus rien entendu de leur part.

Comme on pouvait s'y attendre, le compte rendu du Père Gill a été écarté par la RAAF en dépit de sa nature extraordinaire et du nombre de témoins. L'officier interviewant aîné, le chef d'escadron F.A. Lang, a conclu:

Bien que le Révérend Père Gill pourrait être considérée comme un observateur digne de confiance, il est estimé que les incidents de Juin / Juillet pourraient n'avoir été rien de plus que des phénomènes normaux enjolivés par la suite par des événements et les influences subconscientes des fervents des OVNIS. Pendant la période du rapport le temps était nuageux et peu calme, avec un orage léger et du tonnerre. Bien qu'il ne soit pas possible de tirer des conclusions fermes, une analyse des comportements et des angles approximatifs au-dessus de l'horizon suggère qu'au moins certaines des lumières observées aient été les planètes Jupiter, Saturne et Mars.

La réfraction de la lumière, la position changeante de la planète relativement au mouvement de l'observateur et des mouvements de nuages donneraient l'impression de la taille et du mouvement rapide. En outre les densités variables des nuages ont pu expliquer les formes humaines et leur apparitions et disparitions soudaines.

Au cours des années il y a eu un certain nombre "d'explications" proposées pour les observations de Boianai, y compris les erreurs d'identifications astronomiques, le canular, les effets de Cargo Cult, et une myopie et astigmatisme de Gill. (en fait il portait les lunettes correctement prescrites). Aucune de ces dernières explications ne répond d'une manière satisfaisante aux évidences. Le Dr. Allen Hynek, et du personnel de son centre pour des études OVNIS (CUFOS), se sont donnés beaucoup de peine pour étudier et enquêter sur l'affaire.

Hynek et Allen Hendry, l'enquêteur en chef du centre, ont conclu que les "moindres OVNIS" vus par Gill étaient attribuables aux étoiles et aux planètes lumineuses, mais ce ne pouvait pas être le cas de l'objet primaire. Sa taille et son absence du mouvement pendant plus de trois heures ont éliminé une explication astronomique.

Plus récemment il y eut une tentative d'expliquer l'affaire entière en suggérant que le Père Gill et les autres témoins aivaient été trompés par un faux horizon, et que tout qu'ils avaient observé était un bateau brillamment éclairé et l'équipage trop occupé pour faire plus que des signes des mains aux personnes sur le rivage. Cette idée n'est pas tenable quand on se rend compte que Gill était sûr que l'objet qu'il a vu était à une altitude de 30 degrés dans le ciel, et que l'OVNI s'était rapproché suite aux appels de torches. Une tentative plus radicale de se débarasser du cas Gill est venue du sceptique Daniel Cohen dans son ouvrage "Les Mythes de l'Age Spatial."

Les "visitations" de Boianai ont ensuite été enchâssées dans un morceau classique de fiction australienne. Le de fiction de Randolph Stow en 1979 "Les Visitants", qui a les visitations de Boianai comme contexte à une histoire saisissante de confrontation et de désintégration, provient de l'expérience de Stow en tant que cadet Patrouilleur, officier en Papouasie-Nouvelle Guinée. Il a été un assistant de l'anthropologue gouvernemental. Son roman s'ouvre avec cette phrase: "Le 26 juin 1959, à Boianai en Papouasie, les visitants sont apparus au Père William Booth Gill, lui même un visitant des lieux depuis treize ans, et à 37 témoins d'une autre couleur."

Le "visitants" de Boianai sont toujours une remarquable et impressionnante anomalie aérienne et sont toujours considérés comme un des meilleurs rapports d'entités en liaison avec le phénomène OVNI. Le Père Gill reste toujours embarrassé par ce qu'il a vu et était heureux qu'une autorité comme le Dr. Allen Hynek l'ait interviewé indépendamment, lui et certains des autres témoins et avait fait le voyage vers le site. Alors qu'il accepte que les observations restent non expliqués, il n'a pas considéré certaine des tentatives de les expliquer comme "idiotes." Il a estimé que ces "explications" étaient des tentatives sérieuses d'apporter une compréhension aux Cette attitude montre l'intégrité de Gill et de la réalité de l'affaire.

En 1973, J. Allen Hynek a visité l'Australie et la Papouasie-Nouvelle Guinée et a trouvé six des témoins des événements de Boianai. Ils ont tous soutenu la version du Père Gill sur ce qui s'était produit.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 3 Décembre 2002