Mes trouvailles -> Crop Circles -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Crop Circles:

Ce qui suit n'est pas la démonstration de quoi que ce soit d'autre que ce qui est indiqué en conclusion. Tout autre point d'étrangeté est ou sera abordé ailleurs, c'est à dire ici.

L'affirmation qu'il y a eu un crop circle dans le Hartfordshire en 1668:

Le Diable Faucheur:

Vers la fin de 1989, l'ufologue britannique Jenny Randles a reçu un courrier de Betty Puttick, une historienne locale qui venait de lire son livre co-écrit avec Paul Fuller, "The Controversy of the Circles". Betty Puttick l'informait qu'il existait une illustration par gravure sur bois accompagnée d'un texte, qui pourrait l'intéresser.

Voici l'illustration et l'introduction de l'histoire, du moins, telles que présentés généralement sur l'Internet:

Et voici le texte complet:

THE MOWING-DEVIL:

OR, STRANGE NEWS OUT OF HARTFORD-SHIRE

Being a True Relation of a Farmer, who Bargaining with a Poor Mower, about the Cutting down Three Half Acres of Oats: upon the Mower's asking too much, the Farmer swore That the Devil should Mow it rather than He. And so it fell out, that very Night, the Crop of Oat shew'd as if it had been all of a Flame: but next Morning appear'd so neatly mow'd by the Devil or some Infernal Spirit, that no Mortal Man was able to do the like. Also, How the said Oats ly now in the Field, and the Owner has not Power to fetch them away.

Licensed, August 22, 1678

Men may dally with Heaven, and criticize on Hell, as Wittily as they please, but that there are really such places, the wise dispensations of Almighty Providence does not cease continually to evince. For if by those accumulated circumstances which generally induce us to the belief of anything beyond our senses, we may reasonably gather that there are certainly such things as DEVILS, we must necessarily conclude that these Devils have a Hell: and as there is a Hell, there must be a Heaven, and consequently a GOD: and so all the Duties of Christian Religion as indispensable subsequents necessarily follow.

The first of which Propositions, this ensuing Narrative does not a little help to Confirm.

For no longer ago, than within the compass of the present Month of August, there hapned so unusual an Accident in Hartfordshire as is not only the general Discourse, and admiration of the whole County: but may for its Rarity challenge any other event, which has for these many years been Product in any other County whatsoever. The story thus.

In the said County lives a Rich industrious Farmer, who perceiving a small Crop of his (of about three Half-Acres of Land which he had sowed with Oats) to be Ripe and fit for Gathering, sent to a poor Neighbour whom he knew worked commonly in the Summer-time at Harvest Labour to agree with him about Mowing or Cutting the said Oats down. The poor man as it behoov'd Him endeavour'd to see the Sweat of his Brows and Marrow of his Bones at as dear a Rate as reasonably he might, and therefore askt a good round Price for his Labour, which the Farmer taking some exception at, bid him much more under the usual Rate than the poor Man askt for it: So that some sharp Words had past, when the Farmer told him he would Discourse with him no more about it. Whereupon the honest Mower recollecting with himself, that if he undertook not that little Spot of Work, he might thereby lose much more business which the Farmer had to imploy him in beside, ran after him, and told him, that, rather than displease him, he would do it at what rate in Reason he pleas'd: and as an instance of his willingness to serve him, proposed to him a lower price, than he had Mowed for any time this Year before. The irretated Farmer with a stem look, and hasty gesture, told the poor man That the Devil himself should Mow his Oats before he should have anything to do with them, and upon this went his way, and left the sorrowful Yeoman, not a little troubled that he had disoblig'd one in whose Power it lay to do him many kindnesses.

But, however, in the happy series of an interrupted prosperity, we may strut and plume our selves over the miserable Indingencies of our necessitated Neighbours, yet there is a just God above, who weighs us not by our Bags, nor measures us by our Coffers: but looks upon all men indifferently, as the common sons of Adam: so that he who carefully Officiates that rank or Station wherein the Almighty has plac't him, tho' but a mean one, is truly more worthy the Estimation of all men, then he who is prefer'd to superior dignities, and abuses them: And what greater abuse than the contempt of Men below him: the relief of whose 'common necessities is none of the least Conditions whereby he holds all his Good things: which when that Tenure is forfeited by his default, he may justly expect some judgement to ensue: or else that those riches whereby he prides himself so extravagantly may shortly be taken from him.

We will not attempt to fathom the cause, or reason of, Preternatural events: but certain we are, as the most Credible and General Relation can inform us, that same night this poor Mower and Farmer parted, his Field of Oats was publickly beheld by several Passengers to be all of a Flame, and so continued for some space, to the great consternation of those that beheld it. Which strange news being by several carried to the Farmer next morning, could not but give him a great curiosity to go and see what was become of his Crop of Oats, which he could not imagine, but what was totally devour'd by those ravenous Flames which were observed to be so long resident on his Acre and a half of Ground.

Certainly a reflection on his sudden and indiscreet expression (That the Devil should Mowe his Oats before the poor Man should have anything to do with them) could not but on this occasion come into his Memory. For if we will but allow our selves so much leisure, to consider how many hits of providence go to the production of one Crop of Corn, such as the aptitude of the Soyl, the Seasonableness of Showers, Nourishing Solstices and Salubreous Winds, etc., we should rather welcome Maturity with Devout Acknowledgements than prevent our gathering of it by profuse wishes.

But not to keep the curious Reader any longer in suspense, the inquisitive Farmer no sooner arriv'd at the place where his Oats grew, but to his admiration he found the Crop was cut down ready to his hands; and [as] if the Devil had a mind to shew his dexterity in the art of Husbandry, and scorn'd to mow them after the usual manner, he cut them in round circles, and plac't every straw with that exactness that it would have taken up above an Age for any Man to perform what he did that one night: And the man that owns them is as yet afraid to remove them.

FINIS

Et ma traduction probablement un peu maladroite en français un peu plus moderne:

LE DIABLE-FAUCHEUR:

OU: ETRANGE NOUVELLE VENU DU HARTFORDSHIRE

Etant un rapport vrai d'un fermier, qui Marchandant avec un Faucheur Pauvre, au sujet de Couper Trois Demi d'Acres d'Avoine: sur quoi le Faucheur demandant trop, le Fermier a juré que le Diable devrait le Faucher plutôt que Lui. Et c'est ainsi qu'il est advenu, cette même Nuit, la Récolte d'Avoine brilla comme si elle avait été toute d'une Flamme, mais le lendemain Matin apparu tellement joliment fauché par le Diable ou quelque Esprit Infernal, que nul Homme Mortel aurait pu en faire autant. En outre, Comment ladite Avoine est maintenant couchée dans le champ, et le Propriétaire n'a pas le Pouvoir de la chercher.

Sous licence, 22 août 1678

Les hommes peuvent douter du Ciel, et critiquer l'Enfer, avec autant d'esprit qu'ils le veulent, mais qu'il y ait réellement de tels endroits, les sages dispenses de la Providence Toute-Puissante ne cesse pas de le démontrer continuellement. Parce que si par ces circonstances accumulées qui nous incitent généralement à la croyance en des choses au-delà de nos sens, nous pouvons raisonnablement concevoir qu'il y a certainement des choses telles que des DIABLES, nous devons nécessairement conclure que ces Diables ont un Enfer: et puisqu'il il y a un Enfer, il doit y avoir un Ciel, et par conséquent un DIEU: et donc tous les Devoirs de la Religion Chrétienne en tant que conséquences s'ensuivent nécessairement.

Pour la première des telles Propositions, ce récit suivant n'est pas qu'une Confirmation négligeable.

Car il n'y a pas si longtemps, puisqu'encore dans les limite du Mois d'Août actuel, il est arrivé un Accident si peu commun dans le Hartfordshire, qu'il n'a pas juste été l'objet des Conversation courantes, et l'admiration du Comté entier: mais pourrait par sa Rareté surpasser n'importe quel autre événement, qui s'est produit pendant ces nombreuses années été Produit dans quelque autre Comté que ce soit. Voici donc le récit.

Dans ledit Comté vit un Fermier travailleur Riche, qui constatant qu'une petite récolte à lui (d'environ trois Demi-Acres de Terre qu'il avait semés d'Avoine) était Mûre et Prête à être Récoltée, a fait chercher un pauvre Voisin qu'il connaissait comme travaillant généralement dans l'été aux Moissons pour qu'il s'entende avec lui au sujet du Fauchage ou de la Coupe de ladite Avoine. Le pauvre homme qui vivait de la sueur de son front et la moelle de ses os proposa un prix aussi Cher qu'il le pouvait raisonnablement, et donc demanda un bon Prix bien rond pour son Travail, au sujet duquel le fermier avait quelque objection, lui offrant bien moins que le taux habituel que demandait le pauvre Homme: De sorte que certains Mots vifs avaient été échangés, quand le fermier lui dit qu'il ne voulait plus Discuter de cela avec lui. Sur quoi l'honnête Faucheur honnête, reprenant son calme, que s'il n'entreprenait pas ce Petit Travail, il pourrait perdre de ce fait beaucoup plus d'affaires que le fermier lui rait confiées par ailleurs, a couru après lui, et lui dit, que, plutôt que de le contrarier, il le ferait à n'importe quel prix Raisonnable qu'il lui plairait: et comme exemple de sa bonne volonté de le servir, lui a proposé un prix inférieur, à ceux qu'il avait demandé pour faucher n'importe quand auparavant cette année-là. Le fermier irrité avec un regard dur, et un geste vif, a dit au pauvre homme que le diable lui-même devrait faucher son avoine avant qu'il n'ait quoi que ce soit à faire avec lui, et sur ce il a passé son chemin, et laissé le Travailleur bien en peine, pas peu préoccupé de ce qu'il ait désobligé quelqu'un qui avait le Pouvoir de lui prodiguer bien des largesses.

Mais, bien que dans la continuité heureuse d'une prospérité interrompue, nous pouvons nous pavaner et nous gausser des misérables Indigences de nos voisins dans la nécessité, il y a pourtant un Dieu juste au-dessus de nous, qui ne nous juge pas nos biens, ni ne nous mesure par nos Coffres: mais considère tous les hommes également, comme étant les descendants d'Adam: de sorte que celui qui Officie soigneusement au rang ou à la place où le tout-puissant l'a mis, tous sauf les mauvais, sont vraiment les plus dignes de l'appréciation de tous les hommes, que celui qui a eu la faveur de privilèges supérieurs, et en abuse: Et quel plus grand abus que le mépris des Hommes au-dessous de lui: le soulagement de ceux dont les besoins commun n'est pas la moindre des Conditions par lesquelles il tienne toutes ses Bonnes choses: ce qui quand il manque à exercer cette attitude, il peut juste s'attendre à ce qu'un certain jugement s'ensuive: ou bien que ces richesses dont il se glorifie avec tant d'extravagance peuvent sous peu lui être retirées.

Nous n'essayerons pas de découvrir la cause, ou la raison, des événements Surnaturels: mais nous en sommes certains, car le plus Crédible et Général récit peut nous informer, que cette même nuit où le pauvre Faucheur et le Fermier se sont séparés, son Champ d'Avoine était publiquement déclaré par plusieurs passants avoir été tout en une Flamme, et que cela a continué pour un certain temps, à la grande consternation de ceux qui l'ont constaté. Lesquelles nouvelles étranges étant portés au fermier par plusieurs personnes le lendemain matin, ne pouvant pas lui donner une grande curiosité d'aller voir ce qui a était advenu de sa Récolte d'Avoine, ce qu'il ne pouvait s'imaginer, mais qu'elle avait été totalement dévorée par ces Flammes ardentes qui ont été observées être restées tellement longtemps sur son Acre et demi de Terre.

Certainement une réflexion sur son expression soudaine et peu discrète (celle que le Diable devrait Faucher son Avoine avant que le pauvre Homme ait quoi que ce soit à voir avec cela ne pourrait pas de pas revenir en mémoire à cette occasion. Parce que si nous nous permettons tant de loisir que de considérer combien de coups de la providence vont à la production d'une seule récolte de céréales, des Solstices Nourrissant et des Vents Salubres, etc., nous devrions faire plutôt bon accueil à sa Maturité avec les Reconnaissances Dévotes que d'empêcher notre récolte d'icelle par des souhaits prodigues.

Mais pour ne pas maintenir le Lecteur curieux plus long dans le suspense, le Fermier investigateur était à peine arrivé à l'endroit où son avoine poussait, qu'à son émerveillement il a trouvé que la récolte avait été fauchée et prête à être ramassée; et [comme] si le diable avait l'idée de montrer sa dextérité dans l'art de l'agriculture, et avait méprisé de les faucher selon la manière habituelle, il l'avait coupé en cercles ronds, et placé chaque paille avec cette précision qu'il aurait fallu un Age pour que n'importe quel Homme exécute ce qu'il a fait cette nuit-là: Et l'homme qui les possède a jusqu'ici peur de les enlever.

FIN

Jenny Randles a décidé de vérifier si le document était authentique, et a contacté des folkloristes, qui le lui ont confirmé.

Paul Fuller en avait parlé à Terence Meaden, et ce dernier voulait le publier dans son J. Met, son journal de météorologie.

Fuller et Randles lui ont demandé d'attendre au moins un mois, et dans l'intervalle Jenny Randles l'a fait publier dans un journal d'une société d'étude du folklore.

Au début d'octobre, Bob Skinner [rm1], correspondant du Fortean Times et fan de crop circles, examinait des livres anciens à un marché au puces dans le Surrey, et tombait sur un ouvrage intitulé Bygone Hertfordhslire, "la passé du Herdfordshire", qui reproduisait l'illustration, et l'introduction du texte.

Skinner a acheté le livre, et a tout de suite envoyé des photocopies de l'illustration et de l'article à Jenny Randles, mais aussi les "experts" en crop circles Colin Andrews, Pat Delgado, à Ralph Noyes, et bien évidemment à Bob Rickard, un rédacteur du Fortean Times.

La réaction initiale de Colin Andrews a été le contraire de sa manière de réagir habituelle. Il n'avait jamais eu la moindre réticence à publier des anecdotes non vérifiées, des rumeurs, des histoires douteuses de toutes sortes sur les crop circles, mais cette fois, il a au contraire déclaré que les plantes dans ce cas sont clairement décrites comme ayant été coupées, et non pas aplaties comme dans les crop circles, et que cette histoire pourrait donc ne pas avoir de réel rapport avec la question des crop circles. Il n'a pas manqué cependant de faire un commentaire ad hoc pour "sauver" l'affaire, expliquant que puisqu'il est convaincu que "le phénomène des crop circles évolue", c'en était peut-être tout de même un, d'une sorte plus ancienne.

Son collègue Pat Delgado, lui, n'a pas fait la moindre difficulté. Il s'agissait pour lui bel et bien d'un crop circle, commentant simplement que si l'on attribue les crop circles du temps présent à quelques "moyens technologiques", il n'y a pas à s'étonner qu'avant l'ère technologique, ont ait pu les attribuer au diable. Et d'ailleurs, notait-il, encore de nos jours, certains continuent à penser que c'est le diable, ou des "forces sataniques", qui créent les crop circles.

Delgado a donc "étudié" ce qu'il tenait pour un crop circle du passé. Il l'a étudié au moyen de ce qu'il appelait "a regressive historical information recovery", une "récupération régressive d'informations historiques". Expression bien alambiquée pour ce dont il s'agissait réellement: tenir un pendule au-dessus de la gravure, poser des questions mentalement, et si le pendule se met à tourner dans un sens inverse, cela signifie "Oui", s'il continue à tourner dans le même sens c'est un "Non"!

Par le biais de son pendule, la gravure l'a alors "informé" du "lieu exact" où ce crop circle serait "apparu", et informé de ce qu'il y en aurait eu d'autres par là dans l'été de 1678, y compris "un quintuplet de taille respectable".

L'un des éditeurs du Fortean Times, Bob Rickard, offrait un commentaire socio-politique de l'article empreinte de Marxisme [ft1]: il s'agissait pour lui d'une parabole assez classique dont le vrai sujet était la dispute éternelle entre le Travailleur brimé et le Capitaliste oppresseur. Il s'expliquait ensuite dans son Fortean Times: les auteurs des pamphlets de l'époque utilisait des contes fantastiques, ou fantaisistes, pour la diffusion d'un message qui était bien politique. En bon fortéen, Rickard ménageait la chèvre et le chou, ne voulant pas exclure qu'il y ait eu là du surnaturel authentique, et se demandait si les crop circles contemporains n'étaient pas une version moderne du surnaturel d'antan, ressurgies à plus grande échelle puisque l'agriculture intensive est maintenant d'une plus grande échelle: "est-ce que les dieux des céréales nous montrent leurs stigmates?" Depuis, il semble qu'il ait compris que le "mystère des crop circles" n'est qu'un gigantesque canular.

Ralph Noyes avait publié dans Country Life un article sur le "mystère des crop circles" et avait reçu des courriers de lecteurs assurant avoir souvenir de "crop circles" - dans le Hampshire dans les 40 dernières années. Il ne s'agissait évidemment pas de crop circles fait par des hommes pour faire croire à des atterrissages de soucoupes volantes, ni de land art, plutôt de vagues ronds causés par le vent - la fameuse "verse des blés" ou des animaux ou jeunes gens se roulant dans l'herbe, et ainsi de suite. Mais le petit monde des experts en crop circles était très désireux de croire que "le phénomène des crop circles" remontait bien loin dans le passé que n'importe quoi faisait leur affaire. Aussi, quand Noyes a reçu sa photocopie de l'histoire de "Diable Faucheur", cela l'a bien intéressé. Prudent, il a commencé par rechercher un exemplaire authentique complet d'époque de ce document, et l'a bien trouvé à la British Library, alors au British Museum de Londres. Au moins, il avait trouvé le moyen pour n'importe qui de constater sans trop de recherches que le document était authentique.

Comme Andrews, Noyes pensait que "le phénomène des crop circles évoluait", lui aussi pensait que les crop circles devaient exister dans le passé, mais il est resté prudent, notant que l'histoire du "Diable Faucheur" était du genre de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme, et qu'il convenait de la traiter avec la prudence qui convient en de tels cas.

Noyes n'avait apparemment pas été le seul à trouver conformation de l'existence du document à la British Library. Il semble que Bob Rickard du Fortean Times ait déclaré à "l'expert en crop circles" Andy Thomas l'avoir découvert lui-même à la British Library "à peu près" au moment où Jenny Randles en avait reçu copie. Mieux encore, son coéditeur au Fortean Times, Paul Seiveking, a assuré à Andy Thomas que c'est lui qui a découvert le document, toujours à la British Library, alors qu'il travaillait au service des enregistrements en 1990.

Le météorologiste Terence Meaden avait naturellement décidé avec quelques réserves d'usage que le crop circle du "Diable Faucheur" était d'origine météorologique [tm1]. Il ne s'est pas du tout soucié de ce que le récit parlait d'un champ fauché et/ou brûlé, et non pas ravagé par du vent. Comme Jenny Randles ne l'avait pas autorisé à publier le récit de suite, il a profité de ce que quelqu'un d'autre l'ait trouvé de son côté pour obtenir l'autorisation de le produire dans son J. Met puis son livre en suggérant que c'était un crop circle ancien créé par une mini-tornade. Terence Meaden écrivait que la découverte du récit venait d'un correspondant de Jenny Randles, et indépendamment, d'un certain "R. Skinner" (En fait Bob Skinner alias Robert M. Skinner [rs1]), suite à quoi il y aurait eu encore deux autres découvreurs indépendants (où plus probablement que quatre découvreurs indépendants dans la même période, à mon avis, beaucoup de gens se sont attribués la découverte).

Les sources du "Diable Faucheur"

L'authenticité de l'existence de la brochure ne fait plus aucun doute. Ce que Betty Puttick a envoyé à l'ufologue Jenny Randles n'est pas un document falsifié, il a été effectivement publié longtemps avant que "le phénomène des crop circles" soit réellement apparu.

L'original est intitulée "Le Diable Fauchant ", sur 8 feuilles pliées constituant 5 pages de contenu, une brochure de format "quarto", anonyme, censément imprimée dans le Hertfordshire, Angleterre, en 1678. Plusieurs chercheurs ont constaté qu'une copie existe réellement, dont une disponible au lecteur à la British Library à Londres.

Et ce n'est pas tout. J'ai trouvé d'autres éditions, plus tardives, la version dans un livre intitulé "Strange newes out of Hartfordshire and Kent: an account of a mowing-devil, etc" marquée "imprimé pour R.S.," avec un marquage de la bibliothèque de l'Université de Harvard, Etats-Unis, offert un par certain Edwyn S. Mullins, de New York, en 1914, daté de 1679. Cette version, de 1858, ne comprend pas le dessin, et juste l'introduction du texte, comme première d'une série d'histoires à dormir debout du même genre:

"The Mowing Devil, or Strange News out of Hartfordshire, 1678" a également a été republié par William Blyth Gerish, dans Hertfordshire Folklore, un bulletin folkloriste, édité par Bishop's Stortford, au R-U, dans son numéro 14 de 1905 ou de 1913, et repris dans un livre qui est une compilation de ce bulletin, par William Blyth Gerish, intitulé Hertfordshire Folklore, en 1913. Une édition inclut apparemment le croquis et l'autre pas, et Andy Thomas a découvert que le croquis est différent des autres, clairement redessiné avec moins de soin. Alors que j'écris ces lignes, le livre est en vente sur des sites de vente de livres rares sur l'Internet.

L' "expert" en crop circle Andy Thomas [at1] a trouvé une autre copie, intitulée "Bygone Hertfordshire ", écrit par le Révérend William Andrews et publié en 1898. En 2005, il a dit qu'il a obtenu une copie de ce livre d'un libraire vendant des livres anciens sur l'Internet, et il contenait une reproduction du texte intégral du Diable Faucheur, ainsi que l'illustration montrant le diable avec un petit oeil.

En fait, les réimpressions de l'histoire originale ne manquent pas. "The bibliographer's manual of English literature, Volume 3" de William Thomas Lowndes et Genry George Bohn, on trouve encore comme références d'éditions "Towneley", et "J. Sturt" dans les années 1810; et par ailleurs une édition en 1815 à l'Université d'OIxford, une autre par "J. Barker" en 1820, un fac-similé en 1860 par "J. H. Fennell", une citation de l'introduction dans "Handbook to the popular, poetical, and dramatic literature of Great Britain" de William Carew Hazlitt en 1867, dans "Bibliotheca Diabolica" de Welford et Armstrong en 1874, Dans le "Old Hertfordshire calendar" de Doris Jones-Baker en 1974 et dans son "The folklore of Hertfordshire, Volume 1977, Partie 2" de Doris Jones-Baker en 1977.

Le problème des 'dessins différents':

C'est Andy Thomas qui a découvert que dans les diverses publications et livres sur les crop circles, le dessin n'est pas toujours le même. D'autres "experts en crop circles" ne s'en étaient pas rendu compte.

Pour une part, il n'y a aucune mauvaise intention là-dedans: comme Andy Thomas l'a trouvée, il y a, avant l'ère du "phénomène crop circles", deux dessins différents, l'original dans la brochure de 1678, et un dessin refait dans la réédition par le Révérend William Andrews. Andy Thomas a suggéré que le dessin a certainement dû être refait par le Révérend car il n'y avait aucun scanner ou photocopieuse à l'époque, ce qui fait sens.

D'autres versions dans les livres sur les crop circles sont plus douteuses: Andy Thomas a découvert que celles-ci sont faites de l'original du champ d'avoine, mais avec le diable collé dedans à partir de l'autre version plus tardive! Clairement une manipulation d'image tout à fait insensée a été faite par quelqu'un dans la communauté crop circles, sans la moindre raison compréhensible de faire cela.

Dans son article de 2005, Andy Thomas expose qu'il y a eu quatre versions différentes. La différence dans les deux versions du champ d'avoine et les deux versions du diable ait clairement visible, et la version récente "hybride" aussi.

Cependant, comme aucune de ces versions tardives ou manipulées ne montre de différences significatives en termes de favoriser l'une ou l'autre opinion sur l'histoire, je pense qu'aucune fraude intentionnelle n'a été commise.

Le Diable Faucheur dans la littérature "crop circles":

Si les découvreurs du document avaient su montrer quelque prudence, s'ils n'allaient pas jusqu'à en faire une "preuve" de crop circle dans les siècles passés, la situation allait évoluer deux ans plus tard. Doug Bower et Dave Chorley avaient montré devant les caméras comment faire un crop circle, piégeant "l'expert" Pat Delgado qui l'avait déclaré "authentique". Bower et Chorley avaient expliqué qu'ils avaient commencé à faire ces cercles en 1978 comme un canular amusant: ils voulaient faire croire que des soucoupes volantes s'étaient posées. Ils avaient expliqué que d'autres s'y étaient mis, que les simple ronds censés être des céréales aplaties par la masse de soucoupes volantes étaient devenues une forme d'art. Les "experts" avaient évidemment d'abord été totalement désarçonnés, certains ont laissé tomber l'affaire, mais la plupart de ceux dont le "mystère des crop circles" constituait une source de revenus n'allaient pas baisser les bras. C'est donc avec ravissement qu'ils mettaient en avant l'histoire du Diable Faucheur: puisque ce crop circle remonte à des siècles, les crop circles ne sont pas tous faits par "Doug et Dave", il y a eu et il reste des "crop circles authentiques"...

C'est ainsi que le Diable Faucheur est devenu un "must" dans les livres sur les crop circles qui paraîtront encore.

Michael Hesemann affirme [mh1] que des textes anciens et des "assertions de vieux fermiers" montrent qu'il y a eu "un certain nombre" de crop circles avant "l'époque actuelle", mais en ce qui concerne le Diable Faucheur, il est très réservé: il est possible, écrit-il, qu'un récit datant de 1678 évoquant une oeuvre du diable de forme circulaire s'y rapporte, "mais ce n'est pas sûr". De profession de foi chrétienne, il considère que les crop circles sont un "message" qui nous invite à nous rapprocher "de notre Créateur".

John Michell, auteur et céréalogiste, avec Bob Rickard du Fortean Times, publient [mr1] le dessin et un bref résumé de l'histoire, commentant qu'on a voulu voir là un ancien crop circle mais précisant que l'avoine avait été fauchée et non aplatie.

Colin Andrews et Stephen J. Spignesi [as1] donnent une version résumée de l'histoire enrichie de leur pure invention de ce que "la population locale parlait d'un démon flamboyant qui sortait du ciel". Ils reproduisent la gravure originale, donnent "1678" comme date sans préciser août mais au moins sans inventer le jour du 22. Ils parlent d'un "événement que beaucoup d'entre nous pourraient décrire comme étant un récit de la formation d'un crop circle", admettent que des différences existent concernant certain détails de ce cas", mais ne précisent pas ces différences et décident qu'on ne peut pas le rejeter "totalement" parce qu'il y a trop de similarités avec "un témoignage classique". Colin Andrews défendait initialement que les crop circles étaient oeuvre des extraterrestres, et s'est ensuite orienté vers un thème plus "New Age" de "message" écologiste par une "intelligence" non humaine.

Le scientifique hollandais Eltjo Haselhoff, [eh1] qui rejette l'idée que les crop circles sont un canular devenu land art, assure que la "croyance générale" que les crop circles sont un phénomène récent est fausse, et assure que "nous disposons du célèbre témoignage du 22 août 1678 qui décrit sans doute un agroglyphe dans un champ d'avoine du Hertfordshire en Angleterre". Il pense que si l'explication de l'époque était celle du diable, ce n'est pas la bonne, et citant qu'il aurait "fallu un Age à n'importe quel Homme pour exécuter" ce que le diable a fait cette nuit-là, énonce que le diable sur le croquis brandit une faux mais que le croquis (il reproduit un croquis mais ce n'est pas l'original) montre que l'avoine a pu être aplatie plutôt que fauchée. Haselhoff n'a pas d'explication du phénomène des crop circles, donnant seulement comme conclusion que "quelque chose d'étrange est en train de se produire".

Werner Anderhub et Hanspeter Roth [ar1] donnent en citation un bref résumé de l'affaire, citant Thomas 1998 III comme source, et la bonne illustration. Il s'agit naturellement de défendre l'idée que les crop circles datent de plusieurs siècles. Les crop circles sont pour eux des "signes" d'un "changement d'époque" - ce qui s'accorde plutôt mal avec l'idée qu'ils existeraient depuis des siècles...

Umberto Molinaro [um1] parle du "tract de 1678 intitulé le Diable Tondeur", reproduit la petite portion du dessin comportant le diable, y voit un extraterrestre, et déclare que le document indique que les crop circles existent depuis plusieurs siècles. Les crop circles sont pour lui des "messages" par des "Etres de Lumière" qui voudraient "nous aider à comprendre qui nous sommes vraiment".

Lucy Pringle donne une version brève bien arrangée de l'histoire [lp1], ajoutant qu'il y avait eu des "visions" et des "sons étranges" dans la nuit de la création de ce crop circle, ne mentionnant ni le feu, ni le moindre fauchage, et décrivant un crop circle comme étant de l'"avoine couché en cercles". Son opinion sur les crop circles est du pur "New Age" avec fortes consonances déistes.

Le Diable Faucheur en ufologie:

Certains rares ufologues n'ont pas compris que le soi-disant "phénomène des crop circles" n'est qu'un gigantesque canular. Ils croient encore que les crop circles sont réellement créés par des OVNIS, OVNIS extraterrestres ou autrement non terrestres.

On trouve ainsi le Diable Faucheur mentionné dans des livres dont le sujet serait normalement la question OVNI, comme "Confirmation", de Whitley Strieber en 1998, "Sightings", de Susan Michaels en 1996, "Alien agenda" de Jim Marrs, etc.

On le trouve également dans des articles de magazines ufologiques, et des publications grand public sur les OVNIS comme le "UFO - The Continuing Enigma" du Reader's Digest en 1991.

Et surtout, on le retrouve sur le web, évidemment sur des sites consacrés aux crop circles, mais aussi sur des sites ufologiques.

Je ne vais pas consacrer trop de temps à cataloguer des publications ou sites web ayant promu le Mowing Devil en preuve d'ancienneté des crop circles ou ayant manqué de prudence. L'histoire était partout. On la retrouve dans un magazine publié par VSD hors-série N.5 sur le paranormal en octobre 2002, elle est dans le tabloïd sensationnaliste Weekly World News le 29 juillet 2003, et ainsi de suite.

En France par exemple, Jérôme Beau, auteur du site ufologique RR0, fournit la page de garde du pamphlet, et offre le texte intégral mais seulement partiellement traduit en français de ce dernier [jb1]. Il est référencé dans sa page concernant les crop circles [jb2], avec l'utile précision qu'il s'agit d'avoine fauché et non aplati, mais il affirme que si "Beaucoup de gens pensent que les cercles de cultures représentent un phénomène relativement récent, un produit du 20ème siècle" mais que "En fait, les crop circles "ont une 'ère moderne' qui commence au début des années 1980s, mais semblent également avoir été décrits bien auparavant." Il défend la thèse que le canular et le land art ne suffisent pas à expliquer les crop circles, et parle de travaux scientifiques de Levengood, d'OVNIS vus près de crop circles, et de "rayons lasers pilotés par ordinateur" comme autres "hypothèses".

"Comment" ce prétendu crop circle a-t-il été fait?

Les "partisans" des crop circles prétendent que les crop circles sont faits par des "rayons" venant d'OVNIS, ou venant d'engins militaires secrets voir invisibles, ou par des "boules de lumières", ou par des forces surnaturelles inconnues ou des "forces psychiques".

Dans la réalité, les premiers crop circles ont été faits à genoux en poussant une lourde barre de métal, puis, la planche à cordelette a été inventée, permettant un travail debout plus rapide et moins fatiguant. Par ailleurs, d'autres outils sont parfois utilisés, tels que des rouleaux de jardinier.

Si l'on veut considérer que les faits racontés dans l'histoire sont authentiques, et il le faut si l'on prétend que c'est un crop circle ancien, encore faut-il pour le prétendre, qu'il ait été fait par l'un de ces moyens, planche, rouleau de jardinier, OVNI, "boule de lumière", anges, forces psychiques ou surnaturelles et ainsi de suite. Il n'en est rien!

Ce que le pamphlet dit est qu'on a observé que le champ a été en feu pendant la nuit, et que le matin suivant, le champ était "totalement dévoré par ces flammes qui avaient été observées être tellement longtemps présente sur son acre et demi de terre."

Et sur la gravure, on voit clairement des flammes à l'intérieur du champ - non pas un OVNI ou des boules de lumières, mais bien des flammes, dans les plantes.

En somme, le champ a été détruit pendant le feu durant la nuit et est entièrement brûlé le lendemain, une cause qui peut difficilement passer pour celle des crop circles!

Seulement ce n'est pas assez. Il se trouve que le texte montre également le diable clairement en train de faucher l'avoine. Il tient la faux à la main, est penché en avant, fait le geste, et l'on voit devant lui de l'avoine debout restant à faucher tandis que l'avoine derrière lui l'est déjà.

Si l'on retient cette interprétation-là plutôt que celle du feu, il n'y a toutefois pas plus de sens à prétendre que c'est un crop circle, puisque personne ne prétend appeler crop circle un champ fauché, fusse par le diable en personne!

Si l'on se réfère au texte, des informations bien différentes s'ajoutent à ce qui se voit sur le dessin: le fermier, a trouvé que la récolte avait été fauchée et prête à être ramassée!

Serait-ce une technique de fabrication de crop circle, que de faucher les céréales pour être prêtes à être ramassée? Je ne pense pas!

Un crop circle, vraiment?

Qu'avons-nous là en réalité? Et bien, non seulement rien de tout cela ne ressemble de près ou de loin à une fabrication de crop circle, mais encore, c'est là une histoire invraisemblable car contradictoire: le champ est ravagé par les flammes, mais en même temps fauché comme pour une récolte tout à fait normale. C'est là rien moins un signe que cette histoire n'est que pure invention, une fable, une parabole, et non pas une donnée scientifique pouvant servir à l'affirmation de l'existence de crop circles anciens.

La brochure du Diable Fauchant était évidemment un conte religieux, et moral, une parabole, un des innombrables tels contes distribués aux masses très croyantes au 17ème siècle. Le folkloriste William Gerish l'a publié en 1913 explicitement en tant qu'exemple des histoires de "punitions de l'impiétés et des grossièretés". Il n'y a absolument aucune justification à choisir celui-ci en particulier parmi les autres, et aucune justification du tout à la croyance qu'il s'agit d'un récit de vrais événements.

Il y a en effet des milliers de telles histoires, fantastiques, absurdes, surnaturelles, dans le folklore et la religion, et c'est une erreur de corréler l'histoire du diable fauchant avec les crop circles:

Si l'histoire du Diable Fauchage du folklore ancien est prétendu être une certaine sorte de preuve, alors, sur quels critères rejetteriez-vous ces autres histoires, ou comment les expliqueriez-vous?

Des "experts" en crop circles ont dupé des fans de crop circles, des ufologues et des "New Ageux", dans leur besoin désespéré de prouver que les crop circles ont existé avant que Doug Bower et Dave Chorley ne les aient réellement inventés, parce qu'ils veulent arguer du fait que les deux hommes ne pourraient pas les avoir inventés s'il existaient depuis des siècles. Ainsi, ils s'accrochent à n'importe quel récit ancien quand bien même il n'y est pas vraiment question de "crop circle". Ils sont seulement parvenus à trouver des fables qu'aucune personne sensée ne pourrait prendre pour des rapports authentiques de crop circles "authentiques", et ces "anciens" crop circles ont seulement une ressemblance superficielle à ceux que Doug Bower et Dave Chorley suivis d'une génération de farceurs et d'artistes ont créé.

Références:

Historique des changements:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 20 avril 2010 Création et première publication.
1.1 Patrick Gross 24 mai 2012 Correction de l'année dans le titre de la page, écrite comme "17682 au lieu de "1668". Erreur signalée par un lecteur.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 24 mai 2012