Cas -> Cas de Falcon Lake 1967 -> AccueilAcceuil
This page in English

Rencontres rapprochées:

LA RENCONTRE TROP RAPPROCHEE DE STEVEN MICHALAK A FALCON LAKE, 1967:

Le 19 Mai 1967 à 12:15 P.M., Stefan Michalak, qui faisait de la prospection géologique amateur près du lac Falcon, sur la frontière du Manitoba et de l'Ontario au Canada, fut stupéfait de voir deux objets en forme de cigare avec des "bosses" sur eux, rouges incandescent et en train de descendre. Un des objets s'est arrêté en plein air, stationnaire, et est ensuite silencieusement monté et a disparu dans les nuages. L'autre objet, d'environ trente-cinq pieds de diamètre et douze pieds de haut, a atterri à environ 160 pieds de Michalak. Une porte s'est ouverte dans le côté de l'engin et Michalak a entendu des voix sifflantes. Il a appelé en anglais et russe, et d'autres langues, mais n'a obtenu aucune réponse. Il a pu marcher jusqu'à l'engin et le toucher réellement, mais il a décollé au moment où il se tenait près de lui, mettant sa chemise en feu et brûlant sa poitrine. Il s'est rendu chez un médecin, qui a trouvé un pattern de marques de brûlure en grille sur son thorax. Il a souffert de nausées, de vomissements, de diarrhées, de perte de poids etc... Une contamination radioactive sur les lieux a fait l'objet de nombreux débats et la véracité de son récit encore plus.

Steven Michalak Steven Michalak
Photographie de Stephen Michalak montrant les marques de brûlure géométriques sur son corps qu'il dit provenir d'une éjection de gaz brûlant d'un OVNI. Ses brûlures ont été soignées mais continuaient à réapparaître sur plusieurs années après son étrange aventure dans la nature canadienne.

DANS CETTE SECTION:

MISERES NON RESOLUES:

Un article par l'ufologue Canadien bien connu, Chris Rutkowski.

MISERES NON RESOLUES:

A ce jour, bon nombre d'entre vous auront vu mon apparition en temps que "chercheur d'OVNIS" lors de l'émissions "mystères non résolus" diffusée le 4 Novembre 1992. L'émission a traitée de l'histoire étrange de Stefan Michalak, qui a affirmé avoir été blessé par une rencontre avec un engin en forme de soucoupe en Mai 1967.

Longtemps ignoré par la plupart des ufologues, le cas pourrait très bien être un des meilleurs enregistrés. Selon son histoire, Michalak faisait de la prospection amateur près de la ville de loisirs de Falcon Lake dans le Manitoba, Canada, examinant les nombreuses saillie de roche pour y trouver des signes de quartz. Le secteur fait partie du bouclier canadien, tout à fait raboteux et couvert de plantes vertes. Des lacs et des marais nombreux se trouvent là, et les forêts sont protégées par des règlements fédéraux et provinciaux.

Autour de midi, Michalak a entendu les bruits des oies qui s'agitaient sur un étang au-dessous de sa position sur un plateau rocheux. Il a regardé en l'air et a vu deux objets rouges en forme de cigare voler lentement à travers le ciel. L'un est descendu vers lui, et a semblé atterrir à environ 150 pieds de lui dans une clairière. Après qu'il ait atterri, il a semblé changer sa couleur de rouge en orange puis en argent, comme s'il "refroidissait." C'était maintenant une soucoupe volante classique, d'environ 35 à 40 pieds de diamètre, avec un dôme sur son extrados. L'autre objet dans le ciel a volé au loin.

Au cours de l'heure suivante, Michalak a observé l'objet depuis un point caché derrière une grande formation rocheuse. Il a fait une esquisse de l'objet et s'est interrogé sur sa nature. Il ne pouvait voir aucune inscriptions sur le côté, et il ne croyait pas aux "petits hommes verts" à ce moment. Il a conclu que c'était un avion américain expérimental qui avait atterri pour des réparations. Sa théorie a semblé correcte quand il a entendu quelques voix aiguës venir de l'engin. Une porte s'est ouverte dans son côté, et des lumières pourpres brillantes ont éclairé les dehors du portique.

Il a décidé de demander ironiquement aux Américains s'ils avaient besoin d'aide pour réparer leur vaisseau, donc il s'est avancé vers lui avec précaution et appelé pour offrir son aide. Les voix se sont tues brusquement. S'approchant plus près, il a atteint le côté de l'engin et a poussé sa tête dans l'ouverture. Il a noté que ses parois avaient environ huit pouce d'épaisseur, et avaient un aspect alvéolé. A l'intérieur du vaisseau, il pouvait voir ce qu'il a décrit comme myriade de petites lumières clignotantes, comme celles sur le panneau d'un ordinateur. Se reculant, il a constaté quand il a touché le côté de l'engin avec son gant de travail caoutchouté, que le gant avait fondu à cause d'une chaleur intense.

Soudainement, la porte s'est fermée et l'engin a tourné dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. Devant lui il y avait une certaine sorte de "grille d'échappement." Un souffle de gaz chaud s'est échappé de la grille, le frappant à la poitrine et le faisant tomber sur le dos. Sa chemise a été enflammée, et il a lutté pour l'enlever. Le métier est rapidement monté et a volé hors de la vue.

Comme l'émission "mystères non résolus" l'a montré, un Michalak stupéfait à titubé pour rejoindre de nouveau la civilisation avec son histoire fantastique. L'histoire des recherches est elle-même un conte fantastique. Michalak a été cerné par des journalistes, des fanatiques des OVNIS, des cinglés et d'autres caractères voulant tous connaître la VRAIE histoire ou lui donner leurs propres conseils sur la façon dont on devait avoir affaire avec les extraterrestres.

Beaucoup de choses ont été publiées au sujet du cas Michalak, une partie étant imprécise et orientée. Une excellente série d'articles était parue dans le Canadian UFO Report vers la fin des années 60 et du début des années 70, mais elle n'a pas suscité beaucoup d'attention en dehors du Canada. Après que j'aie rouvert le cas vers la fin des années 70, j'ai écrit une série d'articles le concernant pour la FLYING SAUCER REVIEW, dont les rédacteurs ont été étonnés qu'un rapport circonstancié sur le cas n'avait avant jamais été publié à l'échelle internationale. Cependant, j'ai trouvé le cas de Michalak raconté sous diverses versions dans de nombreux livres et magazines, répétant souvent des affirmations de rayons de la mort et de maladies causées par des radiations.

J'avais rouvert le cas parce que l'équipe originale d'investigateurs s'était séparée, et les dossiers de ce cas étaient indisponibles. J'ai ré-interviewé Michalak et sa famille, et j'ai dépisté plusieurs centaines de pages des documents du gouvernement au sujet du cas. Dr. Berthold Schwarz avait été d'une aide inestimable en dépistant une grande partie de l'information, particulièrement les rapports médicaux.

Le cas avait été étudié par la RCMP, la Force Aérienne Royale Canadienne, l'U.S. Air Force et le projet Colorado d'Edward Condon (qui l'a énumérée en tant que le "cas 22:" inexpliqué). L'incident avait été discuté plusieurs fois à la Chambre des Communes canadienne parce que le public voulait savoir ce que le gouvernement avait fait à propos de ces dommages subis par un citoyen canadien. Une annonce officielle a été faite pour dire que les dossiers ne seraient jamais rendus publics en raison d'un danger pour "l'intérêt public."

Ceci, naturellement, a fourni la matière à la croyance que l'engin avait été un vaisseau spatial extraterrestre. Le gouvernement dissimulait évidemment l'affaire, et la chose entière avait l'odeur de la conspiration. Cela n'a pas aidé quand un fana des OVNIS a demandé à la clinique de Mayo les dossier médicaux de Michalak, et que la réponse fut que Michalak n'avait jamais été là. Naturellement, Michalak avait les factures qui attestaient de la réalité de son séjour dans cette clinique.

Une autre histoire souvent-répétée est que Michalak a eu une certaine sorte de maladie due à une irradiations ou a eu des brûlures dues à des irradiations. Ceci n'est pas soutenu par les rapports médicaux. Si le pattern des brûlures sur son abdomen était provoqué par une irradiation, il aurait eu beaucoup d'autres symptômes de ceci. Le pattern a été considéré par des dermatologues comme ayant été provoqué par des produits chimiques, plutôt comme un échappement réel tel que Michalak l'avait décrit. Une autre histoire en circulation (en particulier dans l'ensemble de quatre volumes sur les OVNIS de Yves Naud) est que Michalak souffrait d'impuretés dans son sang, qui lui auraient été apportées par les effets irradiants de l'OVNI. Là encore, ceci n'est pas soutenu par les preuves médicales. En fait, on répète souvent que Michalak a perdu beaucoup de poids et que son décompte de lymphocyte a été réduit, plus des symptômes d'empoisonnement par irradiation. La difficulté est que Michalak n'avait pas visité un docteur pendant de nombreux mois avant son expérience, et il n'y avait aucun enregistrement de son poids avant son expérience ni aucun décompte des globules sanguins disponible pour faire la comparaison. Michalak a pensé qu'il avait perdu du poids de la même manière que nous tous penserions que nous pourrions avoir perdu du poids - il l'a deviné et a regardé sa propre balance de salle de bains. Vu qu'il avait eu de graves nausées et des vomissements, ce ne serait pas vraiment étonnant. En fait, c'est encore plus d'indication à l'appui de son ingestion d'un mélange chimique gazeux.

Encore maintenant, nous sommes laissés avec un cas curieux. Des effets physiologiques et physiques, un récit inchangé sur 25 ans, mais il n'y a là aucune réponse précise à ce qui est arrivé à Michalak à Falcon Lake en 1967. Si c'était un canular (et les tests psychologiques suggèrent que Michalak n'a pas commis un canular), alors c'est certainement un des meilleurs dans les dossiers. Pourquoi se rendre soi-même malade physiquement et accepter 25 ans de moqueries en fabriquant une histoire de soucoupe? Pour la publicité? Non. Les Michalak sont timides et fuient la publicité. L'argent? Non. Les Michalak n'ont pas gagné un franc à partir de l'expérience, comme certains pourraient le prétendre. La notoriété? Non. En fait, les Michalak ont menacé de porter plainte contre quelques personnes qui mentionnaient le cas en public parce qu'ils veulent juste être laissés tranquilles.


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 3 février 2005