Cas -> Cas de Falcon Lake 1967 -> AccueilAcceuil
This page in English

Rencontres rapprochées:

LA RENCONTRE TROP RAPPROCHEE DE STEVEN MICHALAK A FALCON LAKE, 1967:

Le 19 Mai 1967 à 12:15 P.M., Stefan Michalak, qui faisait de la prospection géologique amateur près du lac Falcon, sur la frontière du Manitoba et de l'Ontario au Canada, fut stupéfait de voir deux objets en forme de cigare avec des "bosses" sur eux, rouges incandescent et en train de descendre. Un des objets s'est arrêté en plein air, stationnaire, et est ensuite silencieusement monté et a disparu dans les nuages. L'autre objet, d'environ trente-cinq pieds de diamètre et douze pieds de haut, a atterri à environ 160 pieds de Michalak. Une porte s'est ouverte dans le côté de l'engin et Michalak a entendu des voix sifflantes. Il a appelé en anglais et russe, et d'autres langues, mais n'a obtenu aucune réponse. Il a pu marcher jusqu'à l'engin et le toucher réellement, mais il a décollé au moment où il se tenait près de lui, mettant sa chemise en feu et brûlant sa poitrine. Il s'est rendu chez un médecin, qui a trouvé un pattern de marques de brûlure en grille sur son thorax. Il a souffert de nausées, de vomissements, de diarrhées, de perte de poids etc... Une contamination radioactive sur les lieux a fait l'objet de nombreux débats et la véracité de son récit encore plus.

Steven Michalak Steven Michalak
Photographie de Stephen Michalak montrant les marques de brûlure géométriques sur son corps qu'il dit provenir d'une éjection de gaz brûlant d'un OVNI. Ses brûlures ont été soignées mais continuaient à réapparaître sur plusieurs années après son étrange aventure dans la nature canadienne.

DANS CETTE SECTION:

LE RAPPORT D'ENQUETE DU GROUPE CONDON:

Cas 22 - Déclaration d'atterrissage d'OVNI
Centre Nord, Printemps 1967
Enquêteur: Craig

Abstract:

Un prospecteur du week-end a affirmé qu'une "soucoupe volante" a atterri près de lui dans les bois, et que quand il a approché l'objet et l'a touché avec sa main gantée, il est monté au loin, son souffle d'échappement laissant une brûlure en patterns sur son abdomen et le rendant malade.

Les événements pendant et suivant une recherche sur le terrain à l'emplacement d'atterrissage ont jeté de forts doutes sur l'authenticité du rapport.

Contexte:

Un mécanicien industriel de 50 ans (M. A) a prétendu avoir observé deux OVNIS alors qu'il prospectait dans la zone centrale du nord. La période rapportée de l'observation était environ midi et 12 minutes, CDT.

Selon M. A, son attention a été distraite par les cris rauques des oies voisines. Il a regardé vers le haut et a vu des objets en forme de disque descendant ensemble du Sud-Ouest sous un angle de 15°-20° au-dessus de l'horizon. L'un s'est arrêté à 10 - 12 pieds au-dessus de la terre; l'autre a continué vers le bas, et a atterri sur le dessus plat d'un affleurement rocheux à 160 pieds de M. A. Les objets avaient des dômes et avaient environ 40 pieds de diamètre. Ils avaient volé à trois ou quatre diamètres à part, gardant une distance constante. Le premier objet a plané dans le ciel (un des comptes rendus de M. A. indique qu'il a plané à environ 15 pieds au-dessus de lui) pendant environ trois minutes, et est alors monté dans la même direction que celle dont il était venu, changeant du rouge lumineux à l'orange au gris et de nouveau à l'orange lumineux tandis qu'il disparaissait dans la distance. Il s'est déplacé silencieusement, beaucoup plus rapidement que les vitesses d'avions.

Quand M. A a tourné son attention vers l'engin atterri, celui-ci aussi, changeait sa couleur de rouge incandescent à des iridescences d'acier chaud. L'engin n'avait aucune inscription. Une lumière pourpre intense a brillé par des ouvertures autour du dôme de l'engin. M. A. a noté des bouffées d'air chaud, d'odeur de soufre, et le bruit de sifflement de l'engin. Il a dessiné l'objet. Après environ 15 minutes, il a remarqué qu'une trappe sur le côté de l'engin s'était ouverte. Il ne pouvait rien voir à l'intérieur, parce que la lumière était trop intense.

- page 484 -

Il a attendu en vain que quelqu'un émerge par la trappe.

Environ 30 minutes plus tard, M. A a approché l'engin et a entendu des voix de type humain venir de l'intérieur. Pensant que l'engin était d'origine des Etats-Unis, il s'est adressée aux occupants présumés en anglais. Quand aucune réponse n'a été entendue, il a essayé le russe, l'allemand, l'italien, le français, et l'ukrainien. Les voix se sont tues. Les panneaux ont glissé au-dessus de la trappe, par laquelle M. A avait remarqua que les parois de l'engin étaient d'environ 20 pouces d'épaisseur, et alvéolées. Après que la trappe se soit fermée, M. A a touché l'engin avec sa main gantée, brûlant les bouts du doigt de son gant. L'engin s'est légèrement incliné et a commencé à tourner rapidement. Il se tenait près d'un secteur ayant un pattern de grille de ventilation ou d'échappement sur le côté de l'engin. Quand l'engin a commencé à se déplacer, un souffle de cette ouverture a brûlé le haut de son abdomen et a mis le feu à sa chemise et son tricot. Il a arraché les chemises et les a jetées à terre, éteignant le feu. Son chemise externe a été presque totalement brûlée, mais il a retrouvé les restes de son maillot de corps. Un trou a été également brûlé à l'avant du dessus du chapeau qu'il portait. Il a été laissé avec des brûlures sur son abdomen et rendu malade, apparemment en raison de l'inhalation des vapeurs de la machine. l'engin a disparu dans la direction de laquelle il est venu à un cap de 250 degrés (déterminé par la boussole de M. A) et à une vitesse estimée comme de loin dépassant des possibilités des avions connus. M. A dit qi'il a souffert de mal de tête, nausée, et de sueurs froides dans les minutes après l'expérience. Il est revenu à son emplacement de prospection (à 160 pieds de là) et a pris son manteau et son équipement de prospection. Il a mis les restes de son maillot de corps dans sa sacoche de prospection. Se sentant faible et vomissant fréquemment il a lutté pour aller vers l'autoroute chercher de l'aide médicale. Il se rendait compte d'une odeur horrible associée à son haleine.

Il a atteint l'autoroute et a demandé de l'aide à un agent de police de la police montée royale canadienne (RCMP) qui roulait près de là. L'agent a pensé que M. A était ivre, et a refusé de l'aider. M. A a également échoué à obtenir de l'aide auprès des sièges sociaux du parc et est rentré à son motel au lac X. Après plusieurs heures, il a pris un autobus vers Winnipeg. Tout en attendant l'autobus, il a téléphoné au Winnipeg Tribune pour demander de l'aide, demandant en même temps, dit-il, qu'ils ne donnent à son expérience aucune publicité.

- page 485 -

M. A a été rencontré par son fils, qui l'a emmené à l'hôpital X pour des soins médicaux. Les brûlures sur son abdomen ont été diagnostiquées comme superficielles, et M. A est retourné à son domicile. Il a continué à se plaindre de nausée, de mal de tête, de l'odeur irritante de ses poumons, de manque d'appétit, et de la perte rapide de poids.

Dans les deux jours après l'événement allégué, M. A a été examiné par un médecin généraliste, à qui il n'avait pas rendu visite depuis le printemps 1966. Le lendemain il a été emmené à l'hôpital Y pour examen pour vérifier s'il y avait une irradiatation au département de Médecine Nucléaire de l'hôpital. Un pathologiste spécialiste des irradiation n'a trouvé aucune évidence d'effets d'irradiation sur le secteur brûlé, ni dans son sang, ni sur l'habillement de M. A. Il a rapporté que la brûlure était thermique. Une semaine après son observation, M. A a été testé sur tout le crops avec le compteur Geiger à une installation d'une centrale nucléaire. Ce compteur détecte et mesure le rayonnement gamma des isotopes dans le corps. L'essai n'a montré aucun chiffre au-dessus de la norme.

Mr. A a dit qu'il a perdu un poids total de 22 livres dans les sept jours suivants, mais il avait repris ses forces et un peu de poids 11 jours après son observation.

Enquête

Le cas a impliqué un contact rapproché, et un des descriptions les plus détaillées d'un objet matériel de ce type dans les dossiers. L'emplacement auquel l'événement a prétendument eu lieu n'avait pas été revisité depuis l'événement, et offrait la perspective d'y découvrir des évidences physique réelle qu'un objet matériel peu ordinaire ait été réellement présent. Un investigateur de projet est parti pour la ville de A dès qu'on a reçu le mot que M. A pouvait physiquement rechercher l'emplacement d'atterrissage. L'investigateur voulait visiter et examiner l'emplacement allégué avant qu'il n'ait été troublé par d'autres.

Près de deux semaines après l'événement, quand M. A a été interviewé par l'investigateur de projet, il avait regagné des forces suffisantes pour mener une recherche, qui a été projetée pour le jour suivant. M. A montait une éruption sur son cou et sa poitrine, qu'il a associés à l'exposition alléguée à l'OVNI. Il a dit que l'éruption est apparue deux jours avant, 11 jours après l'observation, et qu'il avait rendu visite à son médecin le matin de l'entrevue pour le faire vérifier. M. A avait, ce même jour, coopéré avec les autorités pour une recherche depuis l'air et le sol qui n'avaient pas localisé l'emplacement d'atterrissage de l'OVNI.

- page 486 -

M. A. a à contre-coeur accepté de mener une autre recherche au sol, indiquant que sa nouvelle éruption l'a rendu incertain de sa santé physique.

Plus tard, M. A. a dirigé un groupe de recherche, y compris l'investigateur du projet, sur une rehaussée dans bush canadien, recherchant ostensiblement l'emplacement d'atterrissage qui était prétendument à trois miles au Nord d'une autoroute, qui borde le rivage du nord du lac X. La région fouillée était localisé à 49°43 +/- 1'N, 95°19 ' +/- 1'W, dans une réserve forestière. Une tout d'alerte au feu se trouvait entre la route et le secteur recherché. Le groupe a commencé la recherche à demi mile de cette tour, et ne s'est jamais éloignée à plus de deux miles d'elle tout en errant dans tous les sens sur un secteur dans lequel M. A disait que le site aurait dû être. La majeure partie du domaine a été couverte par de la végétation dense. Des étangs de castor, des marais, et des afflaurements rocheux nombreux couvraient le secteur, les affleurements s'élevant à pas moins de 40 pieds au-dessus du niveau des marais. C'était sur tel affleurement que l'atterrissage s'est prétendument produit.

Cette "recherche" a impressionné l'investigateur, aussi bien que d'autres membres du groupe, comme étant sans but. M. A. a exprimé le désir de terminer la recherche après quelques heures de marche. Le reste du groupe a jugé qu'un effort suffisant n'avait pas été encore fait, et l'a pressé de continuer. Tôt dans l'après-midi tôt, quand il a semblé évident qu'un "emplacement d'atterrissage" ne serait pas trouvé ce jour, le groupe est retourné aux installations du lac X, où l'investigateur a interviewé d'autres personnes qui étaient à proximité le jour de l'événement allégué.

Deux jeunes qui ont affirmé avoir vu un OVNI au-dessus du lac à la date en question en ont donné une description suggérant qu'ils aient pu avoir observé un cerf-volant carré ou un ballon, mais certainement pas un objet du type ont décrit par M. A.

Selon l'Officier de la Réserve Jim Bill, les tours de surveillance du feu étaient occupées cette date après 9 heures du matin. Un des ragners de l'Officier Bell a indiqué que la forêt était sèche actuellement. Les deux gardes ont estimé qu'un feu capable de brûler un homme aurait commencé à brûler la forêt. Ils ont commenté que les gardiens dans les tours remarquent généralement la fumée immédiatement, même pour un petit feu de camp, et ont estimé qu'un petit feu dans le lichen et la mousse, telle celui que M. A dit avoir piétiné quand il a jeté

- page 487 -

ses chemises brûlantes à terre, aurait été vu par le gardien. Ils ont également pensé que des objets comme décrit par M. A auraient été vu par le gardien de la tour, même s'ils n'avaient été présents que durant une fraction de temps affirme M. A. Les tours de surveillance font 8 ' x 8 '. Environ six autres tours sont visibles dans la distance de la tour près de l'emplacement allégué d'atterrissage. Bien qu'une soucoupe métallique de 35-40 pieds à seulement 1/2 - 2 mile au loin devrait avoir attiré l'attention du gardien, rien d'inhabituel n'a été notée depuis la tour.

L'information du bureau de la météo indiquée pour le jour de l'observation rapportée était la plupart du temps claire avec des nuages dispaersés, en accord avec la description de M. A.

La direction de vol donnée par M. A pour les OVNIS les aurait portés à environ un mile du terrain de golf à la plage X, à une altitude de 4.000 pieds. L'employé du terrain dit qu'il y avait des centaines de golfers sur le cours à cette date, dont aucun n'a rapporté voir un objet tel que M. A. l'a décrit.

L'investigateur a cherché d'autres informations corroborant l'affirmation qu'un objet volant peu habituel avait été dans le secteur à la date de l'observation. Un contrôle de plusieurs autres rapports d'observation d'OVNIS dans la région a indiqué qu'ils n'ont eu aucune relation avec l'observation de M. A., s'étant produites un jour différent (excepté l'observation du lac déjà mentionnée) dans un secteur différent.

Les observateurs de radar à trois autres endroits (à 60 miles au Nord-Ouest de l'observation alléguée, à 85 miles à l'Ouest et à 40 miles à l'st) rapportent ne rien avoir noté d'inhabituel à la date de l'observation alléguée.

Avec la permission de M. A., l'investigateur du projet a passé en revue le cas avec son médecin et avec l'autre médecin généraliste impliqué. Les éléments d'intérêt particulier qui ont été indiqués à l'investigateur par M. A lui-même étaient (a) une perte rapide de poids; (b) un taux de lymphocyte de 16% s'élevant plus tard à 21%; et (c) l'éruption sur la gorge de M. A. et le haut de son torse qui se s'est développée 11 jours après l'observation qu'il a rapportée.

La perte de poids prétendue de 22 livres en sept jours, y compris 14 livres les trois premiers jours, n'a pas pu être vérifiée. Le médecin de M. A. n'ayant pas vu le patient avant deux jours après l'exposition alléguée

- page 488 -

et ne l'avait pas vu pendant l'année précédente. Il n'y avait aucune manière de vérifier le poids affirmé avant l'événement. Un conseiller médical a considéré la prétendue perte de poids est logiquement excessive pour un patient inactif et jeûnant.

Les pourcentages de lymphocytes n'étaient pas en dehors des limites de la variation statistique prévue pour deux mesures de routines du même sang, et n'ont donc pas été considérés significatifs.

L'éruption, qui n'était pas sur le même secteur de corps que la brûlure originale, a ressemblé à une réaction normale aux morsures d'insecte. M. A dit que l'éruption est apparue le jour où il était allé rechercher l'emplacement avec des officiers de la RCMP. En raison du grand nombre de petites mouches noires volant dans le secteur, la coïncidence de la date, le rapport du caproal Davis qu'il a été sévèrement piqué tandis qu'il faisait la recherche, et l'accessibilité du secteur affecté de cou et du torse aux mouches quand le col de chemise n'est pas boutonné (le caporal pensait que M. A avait déboutonné son col pendant la recherche), il semble fortement probable que l'éruption était le résultat des morsures d'insectes et n'avait pas de rapport avec l'expérience OVNI alléguée.

La comparaison des enregistrements des différents récits de l'expérience OVNI de M. A., tels que donnés à un représentant de l'APRO deux jours après l'événement rapporté et à l'investigateur du projet seulement deux semaines plus tard, a montré des variations mineures, comme on peut s'y attendre dans deux comptes rendus quelconques d'une expérience vécue. L'inclusion dans le compte rendu d'un effet magnétique de l'OVNI s'est développée pendant la première interview. Le représentant de l'APRO a demandé à M. A si l'OVNI avait affecté sa boussole. M. A d'abord répondu: "je ne pourrais pas vous dire si l'aiguille de boussole était affectée. Je n'avais pas regardé avant. C'était assez anormal." Avec davantage de discussion, l'effet s'est développé vers une rotation nette de l'aiguille, puis un rapide tourbillonnant quand le deuxième objet à quitté le secteur. Cette dernière description a été répétée dans des comptes rendus suivants. Il est difficile de réconcilier un tel effet magnétique avec les faits que M. A. a non seulement rapporté une nette lecture de la boussole pour la direction du départ du deuxième OVNI mais également à une lecture nette de 140 degrés pour la direction de l'approche et du départ du premier, qui est parti pendant que le deuxième était encore présent.

- page 489 -

Le maillot de corps que M. A a présenté avait été déchiré en deux à l'avant, où il a été brûlé. Il a également porté une brûlure en pattern haute sur le dos, le pattern correspondant, selon M. A., au pattern des ouvertures d'échappement de l'OVNI desquelles les vapeurs brûlantes avaient giclé. M. A. avait été brûlé seulement sur l'abdomen, avec une légère brûlure du front. La raison de la présence d'une brûlure en pattern modelée sur le dos du maillot de corps n'était pas évidente.

M. A. a été considéré comme très digne de confiance par son employeur. Il avait convaincu les représentants de la RCMP et de la force aérienne royale canadienne, deux des multiples médecins impliqué, aussi bien que sa famille, de ce qu'il rapportait le récit d'un événement réel. Pendant l'interview de l'investigateur de projet, il a semblé honnête, sincère, et est concerné. Sa présentation de son histoire convainquait. Son épouse et son fils ont vérifié son affirmation d'une odeur peu commune venant de son corps après son expérience d'OVNI alléguée, indiquant que l'odeur a imprégné la salle de bains après que M. A. se soit baigné.

Analyse des développements ultérieurs:

  1. Les découvertes alléguées sur le site par M. A et un associéà peu près un mois plus tard.

    L'emplacement était prétendument encore visible, avec de la mousse soufflée vers l'extérieur d'une zone circulaire. Des échantillons de sol et de mousse du secteur, des parties de la chemise brûlée, et une bande de mesure de six-pied que M. A. avait laissée ont été apportés à la ville A. Tous trois étaient radioactifs. Une fois envoyés à la ville B pour l'analyse, ils se sont avérés tellement fortement radioactifs que la Division de Radioprotection du service de Santé avait considéré de limiter l'entrée dans le secteur de forêt duquel ils ont été prétendument prélevés. Un contrôle soigneux du site par un représentant de ce département a montré que le périmètre du "cercle d'atterrissage" et au-delà étaient exempt de contamination radioactive. Selon son rapport:

      Une fouille complètedu secteur d'atterrissage a été effectué, à l'aide d'un Tracerlab SU14, d'un Admiral Radiac 5016, et d'un appareil de surveillance CDV 700 de la Défense Civile. Un petit secteur

      - page 490 -

      s'est avéré être contaminé. Celui-ci était situé à travers le sommet de la roche. Il y avait une souillure de contamination d'environ 0,5 x 8,0 pouces d'un côté de la fente. Il y avait également un certain lichen et de la végétation du sol contaminés juste au delà de la souillure. Le secteur contaminé entier n'était pas plus grand que 100 pouces carrés. Tous les secteurs d'écoulement de l'eau ont été examinés pour déceler une contamination possible, mais rien n'a été trouvé.

    Aucun représentant d'une agence indépendante ou officielle n'était présent quand le secteur circulaire allégué comem étant l'emplacement d'atterrissage a été redécouvert. Malgré un accord de M. A. avec la RCMP qu'aucune évidence ne devrait être enlevée du secteur s'il devait en trouver, les échantillons de sol radioactifs, (fortuitement choisis parmi le petit secteur souillé), les restes du tissu, et la bande de mesure ont été présentées après avoir été enlevé du secteur. La raison pourquoi les restes de tissu et la bande étaient radioactifs n'a été jamais expliqué. Tandis que ces articles pourraient avoir été contaminés par le contact avec les échantillons de sol, les rapports reçus par le projet ont indiqué que les articles étaient dans des sachets en plastique séparés, et on ne devrait pas s'attendre à une contamination majeure. Le maillot de corps partiellement brûlé s'était antérieurement avéré ne pas porter de contamination radioactive. La bande aurait été laissée à environ 160 pieds du cercle d'atterrissage, dans un secteur avéré exempt de contamination radioactive.

    D'autres personnes ont examiné l'emplacement pour vérifier la radioactivité par la suite. Une de ces dernières était M. E. J. Epp de la ville A, qui a exploré le site à l'automne de 1967 et n'a trouvé aucun matériel radioactif. À la suggestion du projet, il a consulté les dossiers du service des mines et des ressources naturelles pour voir s'il y avait des revendications de découvertes de minéraux dans le secteur déposées par M. A. Cela a été demandé en raison de la possibilité que M. A ait pu délibérément faire s'égarer les recherches antérieures afin de protéger des découvertes de minéraux. De telles dépositions ont été enregistrées par lui, mais pas avant plus tard en automne.

    Le projet n'a jamais reçu un rapport final des analyses des échantillons de sol prélevés par le service de la santé. L'origine de ce matériel est donc une question en suspens.

    - page 491 -

    L'emplacement présenté ne correspondait à sa description antérieure par M. A. Une ouverture dans les arbres par lesquels M. A. dit que l'OVNI est venu et est parti aurait exigé que l'objet quitte le cercle d'atterrissage en voyageant dans la direction NNE, tandis que M. A avait dit qu'il est parti vers l'Ouest-Sud-Ouest. D'autres aspects ont également différé de la description originale.

    Claimed recurrences (in the early Fall and other occasions) of the physiological reactions to the UFO experience.

  2. Affirmations de réactions physiologiques récurrentes à l'expérience OVNI (au début de l'automne et en d'autres occasions).

    La relation de ces attaques rapportées avec une expérience OVNI alléguée de M. A. n'a pas été établie.

  3. Publication commerciale d'histoire de M. A. dans un livret.

    Ce compte rendu diffère en quelques aspects des rapports originaux de M. A. Dans le livret, par exemple, il est rapporté que M. A. colle sa tête dans la trappe ouverte de la "soucoupe" et observe un labyrinthe de lumières clignotant aléatoirement à l'intérieur de l'engin. Dans des comptes rendus antérieurs, M. A. a déclaré qu'il a évité d'aller près de la trappe et ne pouvait pas voir à l'intérieur d'elle en raison de l'éclat de la lumière qui en venait. Le compte rendu était chronologiquement confus, et a montré une inattention pour les faits.

  4. Une visite prétendue à l'emplacement par M. A et un autre associé un an après l'observation alléguée, lorsqu'ils a découvert les morceaux massifs de matériel radioactif dans une fissure de la roche dans le "cercle d'atterrissage." Ce matériel s'est censément composé de deux barres de métal en forme de W, de chacune environ 4,5 pouces de long, et de plusieurs plus petits morceaux de forme irrégulière. On a dit que ces articles ont été trouvés environ 2 pouces au-dessous d'une couche de lichen dans la fissure de roche. Ils ont plus tard ont été analysés comme éTant de l'argent presque pur. Les résultats des analyses de ces morceaux de métal ont été envoyés au projet Colorado par Dr. Peter M. Millman du Nation Research Council du Canada. L'analyse du rapport par M. R. J. Traill (chef, section de Minérologie [sic], NRC) a prouvé que les deux fragments étaient chacun composés d'une partie massive centale en métal qui n'était pas radioactive. L'un avait 93% et l'autre 96% d'argent. Tous deux contenanient du cuivre et du cadmium, et ont eu une composition semblable à cela trouvée dans l'argent des sterlings disponibles dans le commerce ou dans les feulles d'argent. Le métal était enduit d'une couche fortement adhérente du sable de quartz, semblable à celui utilisée comme sable de fonderie. Ce n'était également pas radioactif. La radioactivité était contenue dans

    - page 492 -

    une couche adhérent lâchement de minerais à grain fin contenant de l'uranium. Cette couche a pu être enlevée aisément par lavage et brossage. Les minerais étaient de l'uranophane et de la pechblende sans thorium, caractéristiquement trouvé dans des gisements en veine. La conclusion de M. Traill était:

      J'interpréterais les spécimens comme des morceaux de mince feuille d'argent qui ont été tordus, chiffonnés, en partie fondus, et laissés tomber, ou placé en contact autrement, avec du sable de quartz presque pur, tandis qu'encore chaud. Ils ont été plus tard couverts de matériel radioactif peu adhérent qui se compose de minerai écrasé de pechblende, largement changé en uranophane et contenantr de l'hématite associée. Ces minerais radioactifs naturels sont trouvés typiquement dans les dépôts uranifères du sceteur du [fleuve X] et dans les parties [camp X].

    En raison de la perfection des recherches plus tôt sur le site pour des matériaux radioactif, il est improbable que les particules découvertes un an après aient été manquées si elles avaient été présentes quand les recherches antérieures ont été faites.

Conclusions:

Si l'expérience rapportée par M. A. étaient physiquement vraie, elle montrerait l'existence de machines volantes étrangères [alien] dans notre environnement. Les tentatives d'établir la réalité de l'événement ont indiqué beaucoup de contradictions et d'incongruités dans le cas, dont certain nombre sont décrites dans ce rapport. Les développements suivants de la recherche sur le terrain n'ont pas changé la conclusion initiale que ce cas n'offre pas une information probante concernant des engins non-conventionnels.

- Page 493 -

SOURCE:


eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil

Cette page a été mise à jour le 5 février 2005