Science -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Des scientifiques prennent position:

Voici la synthèse d'un discours présenté lors du Dupont Chapter of The Scientific Research Society of America (RESA), à Wilmington, dans le Delaware, le 12 février 1969 par James E. McDonald.

James E. McDonald a reçu son Ph.D. en Physique à l'Université d'Etat de l'Iowa en 1951, puis a travaillé là en tant que professeur auxiliaire en météorologie. Il a ensuite travaillé en tant que physicien dans la recherche au Département de Météorologie de l'Université de Chicago de 1953 à 1954, puis en 1954, il a rejoint l'Université de l'Arizona, d'abord en tant que professeur associé de 1954-1956, puis en tant que professeur au Département de Météorologie de 1956 1971. McDonald était également un physicien senior à l'Institut Universitaire de Physique Atmosphérique, dont il a été le directeur d'associé (1954-56) et le directeur scientifique (1956-57). Il a également conseillé de nombreuses agences fédérales américaines, y compris la National Science Foundation, le Bureau de la Recherche Navale, la National Academy of Sciences, et l'Administration des Service de Science Environnementale.

Au milieu des années 60, McDonald s'est intensivement impliqué dans la recherche ufologique, interviewant des centaines de témoins d'OVNIS et parlant largement sur ce sujet aux sociétés professionnelles. Ses entretiens ont souligné le besoin d'étude scientifique sérieuse, ajoutant qu'il a conclu que les rapports les plus troublants n'ont pas de meilleure explication que celle des visites extraterrestres. Il a également joué un rôle important dans des auditions congressionnelles au sujet des OVNIS en 1968.

En privé, McDonald a analysé tous les dossiers de cas du projet Blue Book, ce qui l'a convaincu que l'Armée de l'Air avait effectué une recherche largement insuffisante, qui a semblé se soucier plus de politique interne plutôt que de vraie science. Il a également passé en revue les cas traités par le projet Colorado qui a abouti au rapport Condon, et a conclu que plusieurs de leurs explications n'étaient pas bonnes ou sans fondement. McDonald n'a publié aucun livre mais a publié de nombreuses monographies basées sur ses présentations en conférence, dont certains sont disponibles dans la section science de mon site.

UN SCIENTIFIQUE REFUTE LES CONCLUSIONS DU RAPPORT CONDON:

Synthèse d'un discours présenté lors du Dupont Chapter de la Scientific Research Society of America (RESA)
Wilmington
Delaware, 12 février 1969.

James E. McDonald

University de l'Arizona
Tucson, Arizona

"N'importe qui, lisant cette étude, je le pense, en obtiendra une nouvelle perspective sur les valeurs et des limitations humaines."

Walter Sullivan, dans "Introduction to the paperback edition of the Condon Report", Scientific Study of Unidentified Flying Objects, Bantam Books, 1969.

Les conclusions négatives et les recommandations du rapport Condon en ce qui concerne l'étude scientifique des OVNIS sont maintenant une question ouverte au public. Je conteste ces conclusions, je les réfute et les critique pour les raisons principales suivantes:

  • Les analyses du rapport portent seulement sur environ quatre-vingt-dix cas, une fraction minuscule des cas OVNIS scientifiquement significatifs et troublants qui sont enregistrés.
  • Il omet de considérer certains des cas les plus embarrassants enregistrés, des cas célèbres que des scientifiques tels que moi ont spécifiquement invité le projet de Condon à étudier. Il omet même la discussion de certains cas significatifs que le personnel du projet a réellement étudiés (par exemple Levelland et Redlands).
  • Plusieurs de ces cas que le rapport prends en considération sont d'une nature tellement insignifiante et triviale qu'ils auraient du avoir été ignorées parce qu'ils n'ont rien à voir avec la mission principale du projet, à savoir, de chercher des explications des cas véritablement embarrassants qui ont créé le problème de l'Armée de l'Air qui les a mené à l'établissement du programme Colorado sur les OVNI [i.e. rapport Condon].
  • Des argumentations spécieuses, et des argumentations d'une nature scientifiquement très faible, abondent dans les analyses de cas du rapport. Et, tout en accusant ceux qui ont pris le problème des OVNIS sérieusement dans le passé d'être biaisés, le rapport montre un degré de polarisation dans la direction opposée qui mérite une critique encore plus vive.
  • Pour quiconque, qui est intimement au courant des détails intéressants et pertinents des cas, certaines de cas considérées sont dans un état de présentation fâcheusement incomplète des preuves appropriée; dans quelques exemples, de tels défauts semblent devoir être assimilé à de la fausse information et a de la falsification. Cependant, je considère que de tels exemples montrent en fait que l'étude est biaisée par des préjugés, non pas qu'il y ait une volonté délibérée de tromper.
  • En dépit de tout ce qui précède, ceux qui ont préparé le rapport ont fini à aboutir à environ une douzaine (c.-à-d., environ 15 pour cent) de leurs cas dans leur catégorie "non expliquée." Certains sont des cas OVNIS extrêmement significatifs (par exemple, le B-47 au Texas ou Lakenheath); pourtant ces OVNIS non expliqués semblent avoir ignorés par Condon pour recommander que les OVNIS soient considérés comme s'ils n'avaient pas de signification scientifique.
  • Un remplissage non pertinent a épaissi le rapport jusqu'à un volume qui découragera beaucoup de scientifiques de se lancer dans une lecture soigneuse. Les rapports d'analyses détaillées d'OVNIS devraient avoir été la teneur primaire de ce rapport, pourtant des trivialités et des choses sans rapport, ou des matériels secondaire, sont présent dans des proportions réprehensiblement volumineuses.
  • Le rapport, il faut le noter, exhibe certains aspect avec éclat; mais ceux-ci sont obscurcis par la densité moyenne élevée de ses défauts.
  • Pour tout dire, je crois que le contenu du rapport Condon est en contradiction avec les recommandations fortement négatives que Condon a présentées dans sa propre analyse récapitulative. L'approbation forte par l'Académie Nationale des Sciences, à mon avis, s'avèrera être un embarras douloureux pour l'Académie, parce qu'il semble être l'épitomé des évaluations superficielles par des représentants d'un corps scientifique qui doit toujours justifier le prestige attaché à son nom.

Ma propre évaluation est qu'absolument aucun autre progrès général vers la clarification scientifique du problème des OVNIS ne surviendra tant que les insuffisances du Rapport Condon ne seront pas entièrement levées d'autant de manières que possible. J'ai l'intention de consacrer tout mes efforts personnels possibles à cet objectif; et le NICAP est en train de préparer un rapport de réfutation complet. Si une petite fraction de la communauté scientifique se rend actuellement compte de l'importance scientifique potentielle du problème des OVNIS, cette réfutation sera probablement lente à entrer en vigueur; mais le Rapport semble si peu représentatif d'un bon travail scientifique, tellement fortement vulnérable à la critique scientifique, que je crois que son influence négative (excepté en ce qui concerne des décisions de l'U.S. Air Force au sujet du Projet Blue Book) seront de tout à fait courte durée.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 10 août 2010