Stupidités -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Stupidités:

Le énième retour des soucoupes volantes nazies:

Critique d'une présentation par Jean-Pierre Troadec dans le magazine sensationnaliste "Top Secret".

"Top Secret" est un magazine publiant des articles de toutes sortes d'auteurs, à propos d'OVNIS, de paranormal, de théories de la conspiration, des mystères ésotériques et ainsi de suite, parés à la fois d'allusion à des "Vérités" avec un grand V dont nous aurions "tous besoin" et des "mise en garde" laissant lecteur le soin de se faire une opinion. Leur numéro 24 montre une illustration d'une immense soucoupe volante avec mitrailleuses et croix gammées, posée pour entretien au-dessus d'une piste de base aérienne. Un gros titre explique: "Les OVNIS du IIIe Reich - l'arme secrète des nazis est-elle à l'origine du phénomène OVNI?"


Ce n'est pas le cas, mais cela fait cinquante ans que cette théorie ressurgit régulièrement, chaque fois réfutée, chaque fois remise sur le tapis comme si de rien n'était. On la retrouve ici à la suite d'un article prétendant qu'il y a des habitants indigènes sur la Lune et un autre qui raconte que les OVNIS sont fabriqués par une mystérieuse super-intelligence terrestre qui veut sauver la planète d'un désastre écologique.
  

Je vous propose donc d'aller au-delà de l'illustration et du titre sensationnaliste de la couverture et de me suivre dans une visite guidée pas à pas des propos qui sont tenus dans l'article sur ces fameuses soucoupes volantes nazies, rédigé par le journaliste et ufologue Jean-Pierre Troadec.

Le titre devient ici "Les OVNIS nazis - les plans secrets du troisième Reich".

A gauche, il y a une photographie d'une casquette SS avec l'emblème à tête de mort, dont je ne vois vraiment pas l'utilité, en dessous, une peinture d'une fausse soucoupe volante nazi, dont je ne vois pas non plus l'utilité, et un "avertissement" qui précise que l'article n'est pas une apologie du régime nazi, qu'il s'agit là seulement d'une "perspective historique", qu'il s'agit de "dépasser les controverses" et "essayer de prendre le recul nécessaire" et qu'il n'y a là "aucun compromis avec le devoir de mémoire." En réalité, aucune recul nécessaire n'est effectué, et le "devoir de mémoire" consiste à propager des falsifications de l'histoire de l'aéronautique, à faire des erreurs dans le domaine de l'aéronautique, des interprétations fausses de documents, à attribuer à des ufologues des idées fausses et à commettre des erreurs de raisonnement absolument risibles.

Toujours en avertissement, il est affirmé que l'article va "faire la lumière" sur des projets secrets allemands, et que le résultat de ces projets secrets "ont pu constituer" les OVNIS vus à l'aube des années 50. Mais nous allons voir qu'il n'en est rien: au lieu de faire la lumière, l'article propage des mensonges éhontés. Est-ce de l'ignorance? Je préfère le penser.

L'article affirme en introduction que malgré ce qui a été écrit sur cette période tragique de l'histoire, un aspect méconnu de la guerre n'aurait quasiment jamais été présenté au public, celui que les nazis auraient construit des armes secrètes volantes.

C'est en réalité entièrement faux, car il existe pléthore de documentaires et livres de très grande qualité sur les avions allemands de la deuxième guerre mondiale, et plus particulièrement sur les engins volants les plus avancés, du Me 262 au V1 et V2 en passant par le Bachem Natter et les ailes volantes en bois des frères Horten, et il existe de l'autre côté pléthore de pseudo-documentaires vidéo et DVD, livres et articles insensés sur les soucoupe volantes nazies (voir la bibliographie en fin de cet article). Quand l'auteur assure qu'il y a là quelque chose de "méconnu", il se trompe, les thèses sur les soucoupes volantes nazies tout comme leur réfutations abondent. Le manque de succès tout relatif de ces thèses n'est pas du à une absence d'information ou à une ignorance du public, mais à la méfiance entièrement justifiée du public quant à la valeur de ces thèses.

Ailes delta:

Il est alors affirmé que ces engins secrets seraient "soit de forme circulaire soit en forme d'aile delta", ce qui est encore entièrement faux. Par exemple, il est parfaitement vrai que l'ingénieur Alexander Martin Lippisch (1894 - 1976) avait étudié l'aile delta, mais rien d'autre n'a été construit par les nazis en matière d'aile delta. Seul un planeur en bois a été construit par Lippisch, qui voulait évaluer par de brefs vols planés si l'aile delta est envisageable:

Le DM-1, de Lippisch (à gauche). Il s'agit d'un planeur en bois, il n'y a aucun moteur. L'objectif de la construction de ce planeur était de vérifier si un avion à delta est stable. Il ne s'agit nullement d'une "soucoupe volante nazi". Sa tentative de faire un avion a aile delta n'a pas du tout été soutenue par les nazis, au contraire, la guerre l'a empêché de continuer dans cette voie!

Ce sont les Américains et les Français qui vont poursuivre le concept d'aile Delta, les français tardivement avec les fameux Mirage III et IV de Dassault, et les Américains avec d'abord ce prototype:

Comme Lippisch n'avait pas pu continuer le développement du concept d'aile delta sous le régime nazi, il a été ravi de pouvoir le faire aux Etats-Unis à la NACA, l'ancêtre de la NASA. Les alliés l'ont envoyé avec sa maquette à Langley aux laboratoires de la NACA. Convair avait de son côté fait des essais d'ailes delta avec leur prototype P-92, et avec l'aide de Lippisch, le travail sur le P-92 a été poursuivi et a abouti au premier prototype d'avion à aile purement en delta, le Convair XF-92A (à gauche), dont le premier vol a eu lieu en 1949. Le XF-92 est actuellement exposé à l'US Air Force Museum à Wright-Patterson.

Le XF-92A ayant permis de constater que l'aile delta était suffisamment stable et présentait certaines qualités utilisables, Convair a ensuite développé les avions de chasse à réaction F-102 puis F-106 utilisant cette aile delta.

Les essais pour le F-102 (à gauche) ont débuté en 1953, et ce fut l'occasion de la découverte de la fameuse "loi des aires", solution d'un problème aérodynamique qui gênait le vol supersonique. Le F-102, premier avion à réaction productif à aile delta, a été amélioré, il lui succédera le F-106, les deux modèles seront effectivement utilisés par l'US Air Force. Contrairement à ce que raconte Jean-Pierre Troadec, les nazis n'ont fait voler aucun avion à aile delta!

L'auteur raconte alors, mais au conditionnel, que les Allemands "auraient" construit de "véritables soucoupes volantes à décollage vertical", les "Vril" et "Haunebu", prétendant que ces projets ont été "ignorés du grand public".

En réalité, cela fait plus de 50 ans qu'une littérature totalement douteuse inonde le grand public sur ce sujet, et nous allons voir ensemble au fur et à mesure, que c'est dans cette littérature abondante et nullement cachée que l'auteur puise la matière de son article.

L'article lui-même débute par des phrases assez creuses de considérations générales, "les spécialistes" se disputent sur "la pertinence des dossiers", les OVNIS soient existent soit n'existent pas, ou est "pour ou contre", mais il est difficile de "rejeter les témoignages et les documents" etc.

Il est ensuite de nouveau prétendu des choses inexactes. Pour la troisième fois, ce qui est bien inutile, il est prétendu que "tout le monde" aurait "ignoré" la question des prototypes nazis. C'est entièrement faux, et je propose en fin de cet article une bibliographie sur ce sujet qui prouve que le sujet n'a absolument pas été ignoré, mais qu'au contraire il a été examiné à la loupe depuis 50 ans et que les mythes sur les soucoupes volantes nazies ont été réfutés en de très nombreuses occasions par les chercheurs sérieux qui ont réellement étudié la question de très près. J'avais moi-même publié gratuitement une telle réfutation sur mon site Internet bien avant la parution de l'article de Jean-Pierre Troadec, mais il ne semble pas qu'il en ait pris connaissance, pas plus que des autres réfutations, dont il ne fait absolument aucune mention.

L'affirmation suivante est également fausse. L'auteur prétend que "les ufologues" rejetteraient l'existence des soucoupes volantes nazies comme étant une "opération de désinformation visant à écarter l'hypothèse extraterrestre." C'est faux, seuls quelques marginaux sont allés dans cette direction. En réalité, la plupart des ufologues rejettent les soucoupes volantes nazies pour une toute autre raison: elles n'ont tout simplement jamais existé.

Il y a ensuite un bel exemple de terrorisme intellectuel de la part de l'auteur, qui écrit: "se sentant directement attaqués, certains se hérissent au point d'atteindre l'aveuglement et l'intransigeance."

En somme, si vous pensez que les soucoupes volantes nazies n'ont jamais existé, vous êtes dans l'erreur, vous êtes aveugle et intransigeant. Cette mauvaise rhétorique est un signe qui ne trompe pas les gens sérieux. Ce n'est pas en accusant les ufologues d'être "aveugles et intransigeants" que l'auteur arrivera à convaincre qu'elles "auraient" existé, c'est en en apportant la preuve, ou au moins, quelques éléments de vraisemblance. Nous verrons qu'il n'y en a cependant aucun dans l'article.

L'auteur défend ensuite la pertinence de la question. Mais là encore, ce n'est vraiment pas le problème. Par exemple, dans cette critique, je ne prétends nullement qu'il est illégitime de se poser la question d'une origine nazi des OVNIS, je montre seulement que cette question a déjà été abordée il y a longtemps, que les réponses négatives abondent depuis longtemps, tandis que les éléments prétendus probants ou au moins intrigants ont été réfutés depuis longtemps.

Il a ensuite un rappel de ce que des observations d'engins volants non identifiés ont commencé dès 1947. En réalité, ces observations existent déjà durant la deuxième guerre mondiale avec les "foo fighters" ou "the Light" ou "the thing", sans parler de toutes les affaires qui, quoi qu'elles puissent être, ne peuvent pas avoir le moindre rapport avec des soucoupes volantes nazies puisqu'elles datent de bien avant le régime nazi.

Adamski, comme prétendu témoin de l'existence des soucoupes nazies:

L'auteur affirme alors que ces témoignages de 1947 parlent de soucoupes volantes dont les occupants sont grands et blonds et dont certains parleraient avec un fort accent allemand. En réalité, il n'en est rien. Il y a bien entendu quelques histoires tardives inventées par des farfelus longtemps après les années quarante et racontant de telles choses, mais de cas sérieux, point, et l'auteur n'en indique aucune, ce qui évite que le lecteur ne vérifie ce qu'il en est et s'aperçoive que ce ne sont là que des historiettes de journaux et des histoires de "contactés" depuis longtemps réfutées et aucunement des observations d'OVNIS fiables et enquêtées.

En réalité, les racontars de prétendus "contactés" ne sont pratiquement jamais des histoires de "géants blonds à l'accent allemand" mais des histoires de Martiens, Vénusiens ou autres prétendus extraterrestres d'apparence quasi humaine, ce qui est une absurdité patente. Les rencontre rapprochées du troisième type avec observation d'occupant d'OVNIS montrent dans une écrasante majorité des occupants d'OVNIS qui ne sont PAS des humains, encore moins des "géants blonds à l'accent allemand", sans compter que les Allemands ne sont évidemment pas tous, loin de là des "géants blonds."

Mais l'auteur semble croire réellement ce qu'Adamski a raconté. (Il y a en encart sur ce thème en bas de page, qui est peut-être un commentaire de l'éditeur: il est dit que les photos d'Adamski sont "probablement des faux" puis qu'elles sont tout de même à considérer au motif que "il y a quelque chose de totalement Germanique dans l'ergonomie [sic] de cet engin.")

L'auteur raconte que la célèbre aventure de George Adamski "contient des éléments nous rapprochant de l'Allemagne vaincue."

En guise d'élément, l'auteur indique tout d'abord qu'un moulage en plâtre d'une trace de pas, fait par Adamski en guise de preuve de sa rencontre avec un Vénusien, montre qu'il y avait deux croix gammées sur les semelles du prétendu Vénusien. En réalité ces moulages en plâtre ont été fait par son ami George Williamson le jour même de la rencontre, car on avait pensé à emmener du plâtre, vous pensez bien. Ce dessin a été fait par la suite pour illustrer ces prétendus moulages en plâtre:

Comme on le voit, il n'y a pas deux mais un svastika, de dessin tibétain et non nazi.

Il n'avait pas fallu longtemps à l'ufologue belge Franck Boitte pour noter que puisque avant de voyager avec les extraterrestres pour voir les forêts de la face cachée de la Lune, Adamski était un féru du bouddhisme tibétain dont le svastika était un symbole bien avant qu'Hitler ne le découvre, il n'y a rien de bien étrange à ce que le charlatan utilise ce symbole. (Voir l'article de Franck Boitte dans "Eclaircissements possibles sur la signification des symboles figurant sur les moules de Desert Center, 20 novembre 1952" dans "Lumière dans La Nuit" pp.13-19, n° 287-288, mai-juin 1988.)

Dans les années de la prohibition de l'alcool aux USA, Adamski avait en effet fondé un minuscule culte qui servait de paravent à son trafic d'alcool, l'Ordre Royal du Tibet, se faisant passer pour professeur et inventant des voyages au Tibet qu'il n'a jamais effectué.

L'autre élément censé rapprocher les Vénusiens d'Adamski et les nazis serait qu'une photographie de prétendue soucoupe volante prise par Adamski montre encore une croix gammée, cette fois sur la soucoupe.

Cette photographie n'existe tout simplement pas. Des deux choses qui existent, la première est l'affirmation fausse de certains farfelus selon laquelle un faux film de soucoupe volante tourné par Lonzo Dove et présenté comme prétendument authentique par Madeleine Rodeffer montrerait une croix gammée de la "soucoupe". Le film est un faux grossier qui ferait hurler de rire n'importe quelle personne sensée, et on n'y voir en réalité nulle croix gammée.

La deuxième est ce dessin:

L'histoire de ce dessin est la suivante: Adamski a raconté qu'à sa première rencontre, les Vénusiens lui avaient emprunté la plaque photographique qu'il avait prise de leur prétendu vaisseau. Il a raconté que le 13 décembre, en les rencontrant à nouveau, il avait demandé aux Vénusiens s'ils voulaient bien la lui rendre, et que ceux-ci la lui auraient alors lancé depuis la fenêtre de leur soucoupe, mais qu'au lieu de sa photo, les Vénusiens lui ont en fait lancé ce dessin, qu'Adamski a appelé "la photo substituée." Comme Jean-Pierre Troadec en a juste entendu parler et a mal compris, et n'a pris aucun soin de creuser cette histoire, il raconte alors que ce dessin est une photographie de soucoupe nazie avec croix gammée...

Jean-Pierre Troadec, qui n'est pas le premier à prétendre qu'il y a une similitude "probante" entre la soucoupe d'Adamski et des pseudo-plans de soucoupes nazies, montre simplement ici - au minimum - son manque de sens critique et de compétence: c'est après qu'Adamski ait montré ses fausses photos de soucoupe volante Vénusiennes que les promoteurs néo-nazi des thèses de soucoupe volantes nazies ont dessiné de faux "plans" de soucoupes volantes nazies dont certains sont à l'image des photos d'Adamski!


L'une des fausses photos de soucoupes par Adamski. Il s'agissait en réalité d'un dessus de lampe en porcelaine (*) décoré de balles de ping-pong. Bien que tous les ufologues sérieux sachent ce qu'il en est, Jean-Pierre Troadec fait tout simplement comme si la photographie était vraiment celle d'une soucoupe volante.

(*) Adamski avait prévu que l'on pourrait étudier ses photos de près, et avait dans son livre décrit la soucoupe en tenant compte du fait qu'il avait photographié un objet en porcelaine: "C'était un petit engin merveilleux, ressemblant davantage à une lourde cloche de verre qu'à une soucoupe volante. Cependant je ne pouvais pas voir au travers..."


Le pseudo "professeur" Adamski posant devant une peinture représentant le "Vénusien" qu'il a prétendu avoir rencontré. Loin de ressembler à quelque SS géant blond nazi, il est décrit par Adamski comme d'une beauté presque féminine, il a les cheveux longs, une tenue fort peu martiale, et l'idéologie qu'Adamski prétend racontée par le Vénusien n'a strictement rien de nazi.


La soucoupe dans le film de Madeleine Rodeffer, un faux grossier. Selon Jean-Pierre Troadec, il y a une photo qui montre une croix gammée sur une soucoupe volante photographiée par Adamski. Mais Jean-Pierre Troadec manque de montrer la moindre telle photo.


Après que les fausses photographies de soucoupes par Adamski aient été diffusées, d'autres menteurs ont réalisé de fausses photographies en s'inspirant de la forme de celle d'Adamski pour leur donner de la crédibilité. Celle-ci est le fameux faux réalisé par le jeune britannique Stephen Darbyshire. Au lieu de comprendre que les faux inspirent les faux, Jean-Pierre Troadec fait comme si toutes ces photographies se "prouvaient" les unes les autres.


Cette couverture est celle du livre de 1959 d'un autre prétendu "contacté", Howard Menger, inspiré par Adamski. La forme de la soucoupe est strictement la même que celle du dessus de lampe d'Adamski.

Menger épousera cette "Vénusienne" blonde, qui n'avait rien d'un nazi et aucun accent allemand.


Si la couverture du livre de Menger représente une soucoupe "à la Adamski", ce n'est pas juste un bon calcul de l'éditeur. Menger a également pris de fausses photographies de sa soucoupe, dont celle à gauche. La forme de la soucoupe est strictement la même que celle de l'abat-jour d'Adamski.


Faux plans de soucoupe volante nazie Haunebu, apparu des décennies après les fausses photographies ci-dessus. La silhouette rappelle bien entendu celle sur de fausses photographies par Adamski, avec des inexactitudes toutefois, et d'autres telles fausses photographies et dessins, mais au lieu de comprendre que cela n'a rien de probant, Jean-Pierre Troadec fait comme si cela établissait un lien entre les OVNIS et les prétendues soucoupes volantes nazies.


Dessin de la soucoupe volante qu'il dit avoir vue, par le gourou Raël, en page 44 de son livre "le livre qui dit la vérité". Encore la soucoupe d'Adamski... une preuve des soucoupes nazies? Jean-Pierre Troadec oublie cette "preuve". Curieux, non?


Le symbole dont Claude Vorilhon alias Raël dit qu'il était "gravé sur l'appareil et sur la combinaison" de l'extraterrestre qu'il a rencontré, page 123 de son livre "Le Livre qui dit la vérité." Encore un "fait troublant"? En tout cas, un "fait troublant" oublié par Jean-Pierre Troadec. Trop déshonorant?

Vous pouvez également regarder à nouveau l'illustration de la couverture de "Top Secret" en haut de cette page: c'est encore la soucoupe Adamski, changée pour lui donner une taille monumentale. Les balles de ping-pong qu'avait utilisé Adamski y deviennent des tourelles de mitrailleuse surdimensionnées...

On pourrait imaginer qu'à un certain moment l'auteur précise ce que tous les ufologues sérieux savent et disent, en France depuis 1954 avec Aimé Michel, à savoir que le fameux Adamski n'était qu'un menteur, qu'il n'y a jamais rien eu de vrai dans ses dires et dans ses photographies, mais non: l'auteur omet toutes les informations qui le prouvent, et laisse le lecteur penser le contraire et passe tout de suite à autre chose. Est-ce ce qu'il entendait par "perspective historique" et "dépasser les controverses"?

Le V-7

L'auteur écrit que dans les milieux ufologiques français, on a commencé à parler du V-7 dès 1956.

Il s'agit, écrit-il, du journaliste et ufologue Charles Garreau. L'auteur nous assure le plus sérieusement du monde que bien que Charles Garreau "ne cita pas ses sources directes", ce serait des informations "recoupées" puisqu'il a connu Charles Garreau et a apprécié son professionnalisme.

Charles Garreau racontait bien en 1956 que les nazis ont fait voler pour la première fois leur soucoupe volante V7 le 17 mai 1944. Il écrivait:

"Equipé de douze turbo-réacteurs BMW 028, munis de compresseurs autonomes à six étages, il développerait 5500 chevaux (5400 CV en vol) et 2600 kg de pression additionnelle (2900 kg en vol). La propulsion s'effectuerait par douze turbines à l'intérieur d'un anneau métallique tournant autour de la masse centrale. Ni flammes, ni fumées ne seraient visibles, les gaz de combustion étant récupérés par un système spécial mis au point en 1938 par un ingénieur britannique."

Le seul problème ici est que Charles Garreau ne faut que rapporter ce qu'il a lu dans des magazines sensationnalistes allemands qui bombardaient leurs lecteurs de pseudo "soucoupes nazies" tout au long des années 50.

Imaginez qu'en 2056, un ufologue-journaliste peu regardant trouve dans un grenier un numéro de 2006 de "Top Secret" magazine et vous raconte alors les histoires de Jean-Pierre Troadec... Les "preuves ignorées" des soucoupes nazies pour les crédules de l'année 2056 sont déjà disponibles!

Jean-Pierre Troadec ne comprend pas le contexte de 1956. Dans ces premières années de l'ufologie française, beaucoup d'ufologues étaient très réticent à l'idées de visites extraterrestres, idée constamment moquée comme censément "irrationnelle" sans qu'aucune démonstration de "l'irrationnel" de cette notion n'ait jamais été apportée d'ailleurs.

Aussi, quand ce pauvre Charles Garreau a lu dans des magazines allemands ces histoires de merveilles aéronautiques nazies, il s'est jeté dessus comme on se jetait alors sur le moindre "espoir" d'explication prétendument "rationnelle" des soucoupes, donc par une origine humaine. Les petits hommes verts, "on sait bien" que c'est irrationnel, tandis que les hommes vert-de-gris...

Nous sommes maintenant en 2006, 50 ans plus tard, et il serait temps pour Jean-Pierre Troadec de réviser le sujet comme tous les ufologues sensés l'ont fait depuis. Le fera-t-il? Y aura-t-il dans un prochain numéro de "Top Secret" publication du présent article?

Au lieu de faire des recherches sur le "cas Adamski", Jean Pierre Troadec assure alors que les Russes auraient alors récupéré les plans du V7 et réussi à en construire. C'est naturellement totalement inventé. Les Russes ont bien récupéré quelques plans, comme nous le verrons au moment utile, mais strictement aucun plan d'un "V7" qui n'a jamais existé autrement que comme canular de magazines.

Car en ce qui concerne le V7, une seule chose ressort clairement: il n'y a rien, pas une seule preuve, pas une seule évidence, ni plans, ni photos autre que des photomontages et peintures réalistes, aucune source sérieuse ni témoignage acceptable ne viennent appuyer l'idée de l'existence s'une "soucoupe volante V7."

Voyons d'où exactement sort le mythe V-7 et les autres mythes de soucoupes nazies en suivant Jean-Pierre Troadec dans son "lâcher de noms."

Le "Docteur Miethe":

L'auteur ajoute alors: "C'est l'époque ou Miethe est contacté par les Etats-Unis pour venir y travailler." Miethe aurait indiqué que les Russes se sont emparés des plans du V7 et le fabriqueraient maintenant.

En réalité c'est un certain Julius Andreas Epp qui a raconté des histoires de V-7. Il assure que pendant la guerre, il s'occupait du transport de torpilles pour les sous-marins, mais qu'un jour on lui a fait transporter une "arme de vengeance" désignée V7.

Quant au "docteur Miethe", il n'a probablement tout simplement jamais existé. La première mention de "Miethe" date de 1954, par un auteur anonyme Européen d'un livret sur les soucoupes nazies. Il a raconté que le "créateur du V-7, le Dr Heinrich Richard Miethe, était au Canada pour y reconstruire sa soucoupe chez Avro. Le fait qu'Avro travaillait sur une soucoupe "Avrocar" était connu par les journaux dès 1953. C'est ensuite Robert Lusar qui reproduit les racontars de l'auteur anonyme, puis Robert Jungk dans son livre "Brighter Than a Thousand Suns" en 1956, et ainsi de suite, le personnage inventé changeant même de prénom au cours des versions.

Avrocar

L'auteur évoque la tentative Canadienne Avrocar et son échec, mais loin d'en tirer la conclusion évidente de ce que cet échec signifie qu'en 1961 la soucoupe volante humaine ne vole toujours pas, il affirme sans autre forme de procès que cet échec aurait été voulu "à destination du grand public", pour un motif laissé à l'imagination du lecteur, trois points de suspension étant probablement censés nous faire imaginer que cet échec est une preuve de succès.

Un document secret Russe:

L'auteur évoque un "document secret Russe déclassifié en 2005" dont il dit qu'il montre une photographie d'une soucoupe volante Russe expérimentale "construite durant la guerre froide." Il assure que ceci "apporte du crédit aux déclarations de Miethe!" En réalité, il y a maintenant une véritable industrie du faux "document secret" Russe vendus aux enchères, car les réalisateurs de documentaires et auteurs sensationnalistes de "l'Ouest" raffolent de ce genre de "documents authentiques."

Déclarations sur déclarations:

Des noms sont cités comme étant des Allemands ayant participé à des projets de soucoupes volantes nazies pendant la guerre. Sur leurs déclarations, qui ne sont ni détaillées ni sourcées, l'auteur joue finement sur l'ignorance du lecteur en affirmant que les déclarations n'ont pas été prouvées, mais que la fausseté de ces déclarations n'aurait pas été prouvée non plus.

C'est formidable: je viens de comprendre que ma grand-mère était une espionne Vénusienne... En effet, personne n'a jamais prouvé le contraire.

Une "ufologie" pareille, cela fait pitié. Voyons tout de même ce qu'il en est en réalité pour chaque nom cité par l'auteur, et ceux qu'il oublie (j'entends déjà mes amis dire "pourquoi perds-tu ton temps avec des sornettes pareilles?").

Giuseppe Belluzzo:

Ce que Jean-Pierre Troadec oublie de raconter est que tout avait publiquement commencé avec Giuseppe Belluzzo (1876-1952), un ancien technicien dans le domaine des turbines à vapeur pour les locomotives, qui s'est lancé dans la politique comme membre du parti fasciste, et ancien ministre du gouvernement fasciste Italien de 1925 à 1928. C'est lui qui a été le premier à évoquer publiquement un lien entre les nazis et les soucoupes volantes, en mars 1950. Il y avait alors eu de nombreux rapports d'observations de soucoupes volantes dans la presse Italienne, et ce Belluzzo apparaît simplement brièvement comme déclarant que ces soucoupes volantes ont été d'abord des études aéronautiques en Italie en 1942, puis des études par les nazis, mais que c'est seulement en 1950 qu'elle peuvent enfin voler, qu'elles sont l'explication des observations de soucoupes volantes en 1950 en Europe, et ajoutant qu'elles n'ont personne à bord et radiocommandées depuis le sol. L'histoire, entièrement dépourvue de preuves ou de témoignages, est alors reprise dans d'autres journaux, "Corriere della Sera", "La Nazione", la "Gazzetta del Popolo", le "Corriere d'Informazione" les 29 et 30 mars 1950, parfois accompagnée d'un démenti du Général Ranza des Forces Aériennes Italiennes.

Giuseppe Bellonzo:

Certains auteurs tardifs écrivent Giuseppe Bellonzo au lieu de Giuseppe Belluzzo!

Rudolf Schriever:

Quelques jours après les premières affirmations de Belluzzo parues dans la presse, un allemand du nom de Rudolph Schriever a raconté dans un article du magazine "Der Spiegel" du 30 mars 1950 intitulé "Sie Fliegen Aber Doch" ("mais pourtant elles volent"), qu'il avait dessiné des plans de soucoupes volantes nazies à partir de 1942, qui n'avaient jamais été construites et que ces plans étaient peut-être tombés dans les mains des russes ou des américains. Il est le premier à publier un dessin, il n'y a absolument rien de sérieux pour l'accompagner, ni informations techniques ni documentation, et l'engin représenté est relativement fantasmatique, je vais montrer toutefois que ce n'est pas si simple.

Ce dessin du Spiegel a ensuite été republié à l'infini comme "plan authentique", le voici dans sa version originale du "Spiegel" de 1950:

Pourquoi n'est-ce pas si simple? Vais-je vous raconter que cette soucoupe nazie à volé?

Pas tout à fait. Si vous regardez attentivement le dessin, vous constatez que la propulsion se fait par la rotation d'un large rotor à pales. En somme, c'est là une sorte d'hélicoptère. Si vous regardez à gauche sous le rotor, vous verrez une petite turbine attachée à une des pales. Le principe de cet engin, réellement dessiné par Rudolph Schriever, était celui d'un hélicoptère dont le rotor était mis en mouvement par des turbines accrochées sur les pales.

Pour certains "sceptiques", cela pourrait paraître une idée stupide et irréalisable.

Mais en réalité, cette idée n'a rien de stupide ou d'irréalisable, au contraire, elle a été réalisée. Plus étonnant encore, elle a été réalisée par... les français!

Voici la "soucoupe volante nazi" française réalisée à partir de l'idée de Rudolf Schriever:

Cet engin est le Djinn, alias SO 1221 construit en France par Sud-Ouest Aviation, future SNIAS, à partir de 1953, un hélicoptère utilitaire ultraléger.

Le Djinn a été le premier hélicoptère fonctionnel utilisant les gaz et air d'éjection comprimés par une turbine à gaz et envoyé à l'intérieur des deux pales du rotor pour en être expulsé aux extrémités afin de mettre le rotor en rotation. Ce concept évitait un rotor de queue, remplacé par une sortie de gaz, dégivrait tout seul le rotor, utilisait les restes des gaz éjectés vers l'arrière pour la propulsion. Le système avait d'abord été testé sur les prototypes SO 1120 Ariel II (1948) et III (1951), mais c'est sur le Djinn qu'il sera effectivement utilisé, basé sur un turbopropulseur Turbomeca Palouste IV. Le système était fort maniable mais peu rapide, ne dépassant pas les 130 km/h.

L'un des Djinns évalués par l'US Air Force.

Mais est-ce une soucoupe volante? Que nenni!

Un autre engin utilisant le jet aux extrémités des pales de rotor a été le projet Tribeflügel allemand; j'y reviendrais plus loin.

Les documents secrets de Photovni:

L'auteur assure alors qu'il a trouvé sur le site Internet Photovni des documents précédemment secrets et "publiés récemment" par ce site, dont il dit qu'ils attestent que les Allemands ont "travaillé sur les disques volants." Cette fois, il n'y a plus de prudent conditionnel, c'est "attesté par des documents", c'est prétendument factuel, les Allemands ont construit des soucoupes volantes pendant la 2e guerre mondiale. Toutefois, après les présentations de ces documents secrets, l'auteur introduit l'idée que cela n'atteste de la réalité des soucoupes volantes nazies que "si ces pièces sont vraies."

Voici ce qu'il en est des documents cités:

La lettre de H.A. Ahuis du 7 août 1947:

L'auteur dit que Ahuis écrit à l'ambassade des USA en Allemagne et "soulève la question des disques volants", qu'il s'est "penché sur le sujet" et a "réalisé diverses expérimentations depuis 1936" et voudrait "poursuivre ses recherches" aux Etats-Unis.

De fait, un certain Heinz-Adalbert Ahuis, en Allemagne, écrit à l'ambassade US le 16 juillet 1947, raconte qu'il a lu les journaux au sujet de la récupération d'un disque volant à Roswell (l'incident avait été mentionné dans presque tous les journaux du monde), et qu'il ne croit pas que c'était un ballon comme l'a dit le général Ramey. Il explique que depuis 1936, in construisait des maquettes d'avions planeurs en bois de toutes sortes de forme pour tester des idées en aérodynamique, et qu'il aimerait bien venir aux Etats-Unis pour continuer à tester ses maquettes.

Le problème, contrairement à ce que Troadec pense, n'est pas du tout que ce document serait peut-être faux. Il est "vrai". Le problème est qu'il n'y a là-dedans rien du tout qui justifierait les prétendues soucoupes nazies.

George Klein, le document de la CIA de 1953:

L'auteur indique qu'un document de la CIA de 1953 concerne un Allemand qui prétend que les Russes ont les plans d'une soucoupe volante nazie ainsi que la soucoupe volante elle-même. L'auteur cite des extraits de ce document, et indique qu'il montre une photo de Georg Klein dans "Welt am Sontag" d'avril 1953.

L'auteur affirme: "Ce document met en lumière que" les nazis avaient "mis en service" trois "prototypes" de soucoupes volantes dont une de 42 mètres de diamètre "fin 1944."

Est-ce que ceci atteste que les Allemands ont "travaillé sur les disques volants?" Est-ce qu'il atteste ce que l'auteur prétend? Nullement. Voici ce qu'il en est en réalité:

Cet autre source citée par Jean-Pierre Troadec n'est rien de plus que l'un des nombreux personnages qui a voulu se rendre intéressant en expliquant les soucoupes volantes comme engins allemands de la deuxième guerre mondiale.

C'est un journal Sud-Africain qui raconte que selon un journal allemand qui n'est pas nommé, le "fameux ingénieur" George Klein a vu décoller la soucoupe nazie en 1945. Les mêmes salades qu'en 1950 sont simplement reprises par ce journal, et reprises encore sans relâche par les magazines sensationnalistes allemands dans les années suivantes.

Dans les revues de presse de la CIA, la vraie histoire de George Klein.


A droite: Exemple de magazine sensationnaliste allemand, le ZB Illustrierte de décembre 1952, affirmant "Das gab's", soit "ça a existé" et racontant des histoires de soucoupes volantes nazies:

Là encore, le problème, contrairement à ce que suggère l'auteur, n'est pas du tout que ce document serait peut-être faux. Il est "vrai". Il y en a même au moins deux qui mentionnent ce George Klein. Le problème est que cela n'atteste rien du tout quant à des prétendues soucoupes nazies.

Le rapport du FBI du 8 juin 1947:

Selon l'auteur, un rapport du FBI du 8 juin 1947 concerne un ancien de la Luftwaffe engagé sur le front russe qui a photographié une soucoupe volante en novembre 1944.

Le gars de la Luftwaffe, selon l'auteur, a ensuite "expérimenté un projet secret en Forêt Noire" qui consistait à photographier les essais en vol d'une soucoupe volante allemande à plusieurs réacteurs.

Jean-Pierre Troadec n'en est plus à une erreur près: en réalité ce mémo du FBI n'est pas de 1947 mais de 1967!

Est-ce que ceci atteste que les Allemands ont "travaillé sur les disques volants?" Nullement.

Comme pour les deux précédents, le problème, contrairement à ce que suggère l'auteur, n'est pas du tout que ce document serait peut-être faux. Il est "vrai". Mais il est juste l'un parmi des centaines de tels mémos notés par le FBI au sujet de gens racontant des histoires...

Le rapport secret du Lt. Col Harry H. Perry du 16 décembre 1947:

Là encore, l'auteur se moque du monde. Ce rapport concerne les frères Horten, et ne contient absolument rien qui accrédite la thèse des soucoupes nazies.

Comme pour les deux précédents, le problème, contrairement à ce que suggère l'auteur, n'est pas du tout que ce document serait peut-être faux. Il est "vrai".

Comme les ailes volantes Horten ne sont pas du tout des disques volants mais des ailes volantes, l'auteur, au lieu de reconnaître que ceci n'a rien à voir avec de prétendues soucoupes volantes nazies, parle de "faits contradictoires" et de "plusieurs éléments à la fois convergents et divergents." Tout ceci est pourtant fort simple: les frères Horten construisaient bien des ailes volantes, c'est un fait connu, rien de secret, mais cela n'a rien à voir avec de prétendues soucoupes volantes nazies. Ces ailes volantes n'ont jamais expliqué UN SEUL témoignage d'objet volant non identifié, ni pendant ni après la guerre, car les ailes volantes des frères Horten qui ont été utilisées l'étaient uniquement pour quelques compétitions de vol à voile d'avant-guerre, et des deux exemplaires équipés de turbines, un seul a fait quelques vols d'essais avant un accident fatal, vol d'essai qui n'a généré AUCUN rapport d'observation d'OVNI.

Les restes de ces deux engins sont visibles dans les musées, ni les Américains ni les Russes n'ont jamais poursuivi leur développement, parce que les Russes développaient leurs avions qui n'avaient aucunement la forme de soucoupe ou d'aile volante, et que les Américains développaient les ailes volantes Northrop qui n'avaient rien à envier aux planeurs en bois des frères Horten, fussent-ils équipés de turbines pour deux prototypes.

Croire que les ailes volantes de frères Horten expliquent le moindre rapport d'observation d'OVNI, ce n'est pas "faire la lumière", c'est au contraire méconnaître totalement que la lumière est faite depuis longtemps sur ce sujet et la remplacer par l'obscurantisme le plus navrant.

Ce qu'il y a vraiment dans les documents secrets:

Des dizaines de milliers de pages de documents confidentiels ou secrets de l'Armée de l'Air, de l'Armée de Terre US, du FBI, de la CIA ont été déclassifiés. On y constate que les militaires américains ont enquêté en 1949 sur les frères Horten, parce que tout comme le commun des mortels, ils préféraient se demander si les soucoupes volantes de 1947 ne seraient pas quelque engin Soviétique d'inspiration Allemande plutôt que des visiteurs extraterrestres, idées tout à fait présente mais peu honorable, réservée aux bandes dessinées de science-fiction. Les conclusions ont été claire: les réalisations des frères Horten n'avaient eu aucune importance et que tout ce qu'ils avaient réalisé étaient des planeurs en forme d'aile volante généralement en bois, tissu et tubes d'acier, avec comme meilleur résultat les deux prototypes équipés de turbines dont les Américains avaient saisi les restes. Beaucoup de ces documents sont disponibles sur www.blackvault.com ou sur les sites de la CIA à www.cia.gov, de la NSA à www.nsa.gov et d'autres agences américaines.

On trouve également dans ces archives qu'une foule d'escrocs et de fantaisistes contactaient dès 1947 les agences militaires et gouvernementales américaines pour leur raconter toutes sortes de théories sur les fameuses soucoupes volantes dont on parlait tant alors. Voici un exemple de ce genre de choses:

Dans ce document, un enquêteur explique qu'il est bien gêné de devoir faire un rapport sur des choses folles qu'on lui a raconté, mais qu'il y croit quand même. Deux gaillards qui se prétendent médium lui ont en effet servi des histoires sur les soucoupes volantes, vues partout dans le monde, qui seraient construites par les nazis, et qui continueraient en 1947 à voler dans les cieux, Hitler lui-même étant bien vivant etc. Il faut savoir qu'après la fin de la guerre, les agences américaines comme le FBI étaient littéralement inondées de ce genre de choses, avec des centaines gens racontant qu'ils ont reconnu Hitler dans la rue et ainsi de suite. Les malheureux agents du FBI devaient enquêter sur ces racontars, qui n'avaient naturellement jamais aucune base sérieuse. Mais de temps en temps, les gens racontaient ce genre de choses aux journalistes, et c'est ce qui constituera la base du mythe de la survivance du régime nazi et de leurs disques volants comme explication des soucoupes volantes...

Les "armes secrètes officielles" des nazis:

L'auteur évoque les fusées V1 et V2 et quelques autres projets qui sont restés sans succès. On connaît naturellement le succès des V1 et V2 en tant que réalisations techniques remarquables, on connaît la suite de l'histoire, aboutissant aux missions Apollo et aux missiles balistiques intercontinentaux Américains et Russes.

Tout ceci n'a évidemment rien à voir avec des soucoupes volantes, il s'agit cette fois bel et bien d'histoire, d'histoire vraie, par opposition à la mythologie sur les soucoupes volantes nazies comme explication des observations d'OVNIS.

La soucoupe volante de BMW:

L'auteur prétend que Lippisch et Schauberger "dominent l'ensemble de ces prototypes", ayant évoqué des projets de roquettes et missiles. Mais ces deux ingénieurs n'ont rien dominé du tout de cela.

Lippisch, nous l'avons vu n'avait rien d'un farfelu mais n'a rien à voir non plus avec les soucoupes volantes. Il a été le premier à se demander si une aile triangulaire, "delta", avait des qualités intéressantes, et il s'est avéré après la guerre que la réponse était positive.

Schauberger:

L'auteur prétend que Schauberger aurait commencé en 1922 à développer une soucoupe volante "parfaite telle qu'on l'imagine" fonctionnant sur "la répulsion électromagnétique" et "aboutissant en 1944." Juste après avoir indiqué cet "aboutissement", il indique que ces "travaux sont restés au stade expérimental" sans préciser ce qu'il entend par stade expérimental.

En réalité, Viktor Schauberger (1885 - 1958) était un technicien un peu lunatique qui ne construisait aucune soucoupe volante mais s'était spécialisé dans les turbines à eau, lesquelles n'étaient aucunement des moyens de propulsion de soucoupes volantes, mais par exemple des turbines pour les centrales hydro-électriques ou d'arrosage de gazon. Sa participation technique à l'aéronautique militaire allemande s'est limitée à travailler aux systèmes de refroidissement à eau des moteurs d'avions chez Messerschmitt. Loin de se réjouir de travailler pour le régime nazi, il a été repéré par la Gestapo comme opposant au nazisme et d'est retrouvé au camp de concentration de Matthausen avant la guerre, n'en sortant que pour travailler chez Messerschmitt. Il est devenu maintenant le sujets de fantasmes, prétendument inventeur d'une soucoupe volante magnétique dite "la Répulsine", certains sites Internet allant jusqu'à montrer une de ses turbines à eau comme étant une soucoupe volante!

A gauche:: Turbine à eau par Schauberger, prétendue être une soucoupe volante "Répulsine". Elle apparaît en couverture d'un livre de Renato Vesco avec un emblème nazi ajouté!

Quand à BMW, cette firme fabriquait des moteurs et non des avions et encore moins des soucoupes volantes.

Jean-Pierre Troadec affirme alors qu'il y a bien eu une vraie soucoupe volante nazie dont il a retrouvé "la trace".

Il affirme que la soucoupe volante nazie a été construite par BMW et nommée "Flügelrad I V-1", qu'elle était en "aluminium peinte en gris", que les premiers essais ont eu lieu sur l'aérodrome de Prag-Kbely entre août et septembre 1944, que c'était un disque surmonté d'une coupole abritant le poste de pilotage.

Il affirme que le "système de propulsion" était en dessous du disque de 6 mètres de diamètre et qu'il y avait un train d'atterrissage de quatre roues sous l'engin pesant trois tonnes.

Il écrit que lors des essais "le rotor a commencé à tourner et l'appareil s'est élevé à un mètre de haut", qu'il a volé sur une distance de 300 mètres avant de faire un atterrissage forcé, que bien que le vol fut "peu concluant" il s'agit bien d'une "soucoupe volante attestée construite par les nazis."

En guise d'attestation, ou de "trace", il indique le livre de Friedrich Georg, "Hitler's Miracle Weapon" qui "n'en déplaise aux contradicteurs" ne serait pas un ouvrage "soucoupiste." Quant à la preuve de l'existence de cette soucoupe, ce serait: "un schéma en couleur illustre d'ailleurs le texte."

On se demande vraiment en quoi un ouvrage serait "vrai" au motif qu'il ne serait pas "soucoupiste"...

En réalité, ce livre en deux volumes, 2003-2005 n'affirme absolument pas qu'il y ait eu des soucoupes volantes allemandes, et traite essentiellement des efforts Allemands pour réaliser la bombe atomique, leurs avions à réactions, les V1, V2 et également d'autres fusées et projets d'armes réalisées ou non. Une rumeur et un schéma en couleurs, ce n'est pas une soucoupe volante!

Troadec assure alors qu'il y a eu une deuxième version de la soucoupe BMW, "peint en jaune", biplace et de 8 mètres qui aurait été essayé à l'aérodrome de Neubiberg à l'automne 1944. Il évoque des "problèmes de stabilité" qui "sont toujours une gêne à un vol durable."

Le récit de Troadec est un plagiat pur et simple d'un article de Wikipedia à http://en.wikipedia.org/wiki/BMW_Flugelrad :

"... This machine was painted yellow and performed its first flight tests in late autumn 1944 at the Neubiberg Aerodrome near BMW's Munich facility. Severe stability problems plagued the machine and the rudder proved useless. Not to be deterred, BMW built another prototype designated BMW Flugelrad II V-1 in 1945 which kept the same body but discarded the failed rudder. ..."

Wikipedia, dite "encyclopédie libre", est une sorte de fourre-tout organisé ou n'importe qui peut créer ou modifier n'importe quel article à sa guise. Les fabulateurs adorent cela, parce que cela donne un semblant de crédibilité à leurs histoires aux yeux des lecteurs qui n'ont pas encore réalisé qu'ils pourraient eux-mêmes publier là n'importe quel article sur n'importe quoi, et qui ne remarquent pas la mention "Categories: Wikipedia articles needing factual verification."

Le festival continue avec l'affirmation qu'il y a encore eu quatre autres versions, le Flügelrad II V-1 de 13 mètres, le II V-2 et le II V-3 puis un modèle III de 24 mètres de diamètre.

Il assure que les versions V-2 et V-3 "semblent avoir été plus stables en l'air".

Il affirme qu'il "existe une photo montrant le II V-2 en vol" puis que l'on "trouve seulement des représentations artistiques en provenance de l'actuelle république Thèque."

Il n'y a rien de vrai dans tout cela, simplement copié de livres et sites Internet fantaisistes.

Quant à la "photo montrant le II V-2 en vol", il existe en réalité des centaines de fausses photos de soucoupes nazies en vol. Les faux sont d'ailleurs très faciles à faire puisqu'il existe pléthore de modèles réduits en plastique de ces soucoupes, à monter et à peindre...

Vril et Haunebu

L'auteur indique que dans les années 90, le livre de 1995 "Les sociétés secrètes et leurs pouvoirs au 20e siècle" de Jan Van Helsing aurait "à nouveau, fait l'effet d'une bombe dans le milieu ufologique."

Ceci au motif que "l'ouvrage publie des plans" de "prototypes" de soucoupes volantes Haunebu I "expérimenté en 1939", Haunebu II "qui aurait été construit en 1940", Haunebu III, Vril, etc.

Le désopilant est atteint avec "Andromeda-Gerät", prétendu par l'auteur avoir été un "avion gros porteur de forme cylindrique sans ailes de près de 150 mètres de long." L'auteur précise: il n'exista "sans doute jamais sous cette forme-là", mais "on en trouve des clichés authentiques"!

Sans y réfléchir à deux fois, il attribue des engins aux SS, au motif que leur sigle apparaît sur les plans et "une série de clichés montrant ces engins en vol."

Les clichés présentés comprennent un "Vril en vol" et un "Haunebu II en test."

Alors qu'on pourrait s'attendre à ce qu'une personne sensée reconnaisse que les dizaines de pseudo-photos tardives de ce genre sont essentiellement truquées et ne prouvent strictement rien, l'auteur réussit à écrire cette grande bêtise, véritable perle de non-sens et d'irrationalité:

"Il y a trop de documents différents pour penser que tous sont faux."

Sans commentaire!

Il reproduit sans en donner l'origine les pseudos-plans qu'avait publié le raciste révisionniste Van Helsing dans son "Livre Jaune N.5" (voir les référence en fin de cet article), et termine en se demandant s'il s'agit d'une "vaste opération de désinformation."

Plusieurs paragraphes suivent alors sur le thème d'une prétendue difficulté à distinguer le vrai du faux. La logique déficiente abonde ici. Les soucoupes nazies devraient être vraies, puisque les ailes volantes Horten ont existé, croit-il. Les photos tardives, qui proviennent en réalité de magazine néo-nazi, doivent être vraies aussi, au motif que "il faut admettre que dès les années 50, certains témoins de l'époque disaient avoir photographié ces appareils."

Festival de tromperies:

Jean-Pierre Troadec se lance ensuite dans des descriptions fantaisistes d'engins nazis inventés ou réels mais sans aucun rapport avec les soucoupes volantes. Ce qui est amusant est que tout ceci vient directement d'un site Internet français délirant, qui a regroupé exactement ces appareils sur une page que Jean-Pierre Troadec reproduit pratiquement en y introduisant encore plus d'erreurs, page qui elle-même est un plagiat traduit en français du site Internet payant "naziufo.com".

Cliquez!La page Internet qui a dû inpirer Jean-Pierre Troadec.

Voyons ce que Jean-Pierre Troadec en fait:

Focke Wulfe Vtol:

L'auteur prétend que le Focke Wulfe Vtol de 1939 serait "le dernier prototype de forme discoïdale". Mais il a simplement été inspiré par un dessin actuel d'un tel engin, qui n'a jamais existé même à l'état de projet, et n'est justement pas le "dernier" Focke Wulfe à décollage vertical (Vtol). A noter qu'aucun avion militaire allemand, fut-il un prototype, n'a jamais été peint en jaune.

Ce "Vtol" que Troadec croit réel est en fait une pure invention tardive d'un espagnol, Justo Miranda, reprise dans un magazine allemand, et son existence est seulement celle d'un modèle réduit en plastique à monter et à peindre, que vous pourrez acquérir ici:
www.geocities.com/unicraftmodels/germ/fockevtol/fockevtol.htm

En réalité, il y a bien eu un projet d'engin à décollage vertical chez Focke Wulfe, le Triebflügel, imaginé par Heinz von Halem, mais en fin 1944 et non pas en 1939. Il n'avait absolument pas une forme discoïdale.

Le Triebflügel. La photo est celle d'une maquette plastique actuelle, l'engin n'a jamais été construit par les Nazis.

Le Triebflügel devait être un chasseur à décollage vertical de type "tail-sitter" avec une grande hélice ou rotor à trois pales à un tiers de la longueur du fuselage à partir du nez. Sa rotation devait être assurée par trois statoréacteurs ou ramjet montés à l'extrémité de chaque pâle, assistés par trois fusées Walter pour le décollage. Le projet n'a existé que sur le papier, l'un parmi des centaines d'autres.

Le concept est, là aussi, ceclui que les français mettront en pratique avec le "Djinn".

Horten IX "et la série Gotha":

L'auteur prétend que "le Horten IX et la série Gotha en 1945" seraient des avions à aile delta.

Cela n'est pas vrai. Les Horten étaient des ailes volantes, aucune n'avait la forme delta. La "série Gotha" n'a jamais existé, simplement, les frères Horten n'avaient pas d'usine pour construire des avions, et il était entendu que si leur Horten à turbine devait s'avérer satisfaisant, ce serait le constructeur Gotha qui en assurerait la construction. Mais cela n'a pas été le cas.

Voir cette présentation des frères Horten et de leurs ailes volantes.

L'auteur prétend que le "Gotha aurait connu pas moins de quatre modèles P60 A, P60 B, P60 C, P60 D." C'est une pure invention. L'auteur a trouvé ces inepties sur un site Internet sensationnaliste qui va jusqu'à inventer "La série Gotha de l'architecte designer Doenitz" alors que Doenitz était un amiral de la Kriegsmarine qui avait représenté l'Allemagne après la mort d'Hitler dans les derniers jours de la guerre. J'ai interrogé Jean-Pierre Troadec à ce sujet entre autre et il n'a pas répondu.

Sack AS-6, prétendue "parfaite soucoupe volante":

C'est ensuite le Sack AS-6 qui est prétendu être une "parfaite soucoupe volante", ce qui est absolument ridicule.

Le Sack AS6 provient du premier concours de modèles réduits motorisés par moteur à combustion organisé en juin 1939 à Leipzig-Mockau. Arthur Sack, un original dont le rêve était un avion à aile ronde, y a montré son modèle réduit AS1, qui a mal fonctionné, devant être lancé à la main et se comportant très mal en vol. Malgré cela, Ernst Udet qui était Ministre de l'Air à ce moment aurait encouragé Sack à poursuivre dans cette voie. Il a donc construit quatre autres modèles réduits, et finalement le Sack AS-6.

Les plans du Sack AS6. Il faut réellement être tombé sur la tête pour appeler ce pauvre avion une "parfaite soucoupe volante"...


Un prototype de l'AS-6 a été construit à la Mitteldeutsche Motorwerke, et finalisé à la base de Brandis au début de 1944. Il a été construit en utilisant le cockpit, le siège, le train d'atterrissage et le moteur d'un vieux Messerschmitt 108 accidenté, et son aile ronde était en bois. Des tests de roulage au sol ont eu lieu en février 1944, qui ont révélé que sa dérive n'était pas assez solide: elle a tout simplement cassé. Après réparation et renforcement, il y a eu 4 test de roulage à la limite de la vitesse de décollage, et il a été alors constaté que les plans mobiles de l'aile était en plein dans une zone de tourbillons et que l'avion ne pouvait donc pas voler sans s'écraser. Le train d'atterrissage droit à cassé au 3e essai. Après réparations et modifications, au 4ème essai, l'appareil s'est élevé du sol, mais a tout de suite tourné de manière incontrôlable. Le pilote a expliqué à Sack qu'il valait mieux en rester là, Sack est retourné à son bureau d'étude mais n'a plus rien sorti depuis.

Focke Wulfe Ta 183:

Suit encore le "Focke Wulfe Ta 183", "petit avion court à réaction" qui est prétendu être "un des projets d'avion non conventionnels les plus avancés" dont "on trouve des plans de cet engin aujourd'hui, ressortis d'études telles que Secret Messerschmitt Projects.

Mais le Focke Wulfe 183, par Hans Multhopp et Kurt Tank, n'avait rien de plus révolutionnaire que le Messerschmitt 262 et surtout absolument rien d'une soucoupe.

Les Allemands n'ont pu en construire aucun avant la fin de la guerre. Alors que son concepteur Kurt Tank filait en Argentine à l'invitation du dictateur Peron, où il a amélioré le Ta 183 et en a fait le I.Ae 33 Pulqui II des forces aériennes Argentines, les Russes ont récupéré les plans allemands, et le 2 juillet 1947, leur constructeur MiG faisait voler un premier prototype utilisant un turbopropulseur Rolls-Royce "Nene" britannique plutôt que le peu fiable réacteur que les Allemands avaient prévu. Les Russes ont constaté que le concept allemand demandait beaucoup d'amélioration pour voler de manière satisfaisante, et ils ont alors développé un nouvel avion d'un dessins plus efficace et qui sera un grand succès lors de la guerre de Corée: le MiG 15.

Une petite maquette en bois allemande du Ta183 pour les essais en soufflerie. Quel rapport avec de prétendues soucoupes volantes nazies?

Le Ta183 n'a jamais été construit par les Allemands. L'I.Ae 33 Pulqui II construit par Kurt Tank en Argentine après la guerre est l'héritier direct du Ta183.

Le MiG 15 Soviétique, dont la ligne corrige tous les défauts aérodynamiques du Ta183.

Paperclip

L'auteur donne ensuite une version très personnelle de l'opération Paperclip. au lieu de simplement expliquer qu'il s'agissait pour les Américains de récupérer les meilleurs chercheurs allemands, que c'est ainsi que des gens du calibre de Wernher von Braun devinrent des éléments essentiels des programmes de fusées à venir, aboutissant aux programmes Apollo et à la visite de la Lune par l'homme, il s'égare dans des affirmations révisionnistes insensées sur l'aéronautique.

Pauvre Charles Zimmerman...

Ainsi, il prétend que "dès 1945" les Américains fabriquaient "cet engin militaire, le Chance Vought Skimmer, une aile volante classique", et trouve que "ce modèle ressemble étrangement au Sack AS6 des allemands" et que donc "l'opération Paperclip a joué son effet."

Mais en réalité, ce que Jean-Pierre Troadec appelle le "Chance Vought Skimmer"...

Comme dans le reste de l'article et en dépit des assurances "d'objectivité", il y a là un véritable révisionnisme aéronautique!

Le plus amusant est que Charles Zimmerman, qui se retournerait sans sa tombe qu'il pouvait entendre que Jean-Pierre Troadec prétend que son concept était une idée des nazis, était également le conseiller technique auprès du Chef de la Branche des Analyses de l'ATIC, dont Edward Ruppelt du projet Blue Book disait:

"Je n'ai jamais pu me rendre compte de sa position au sujet des OVNIS mais je pense qu'il y croyait un peu. Plusieurs fois où j'ai essayé de placer une explication d'un OVNI comme étant un ballon ou autre objet connu il discutait comme un fou contre cela. Souvent, il était venu en courant dans mon bureau pour me montrer "un tout nouveau rapport, vraiment brûlant."

Le Charles Zimmerman qui a construit le prototype unique du Vought V-162 connu sous le nom de "Zimmer Skimmer" ou "Flapjack" ou "flying pancake" ou encore "flying saucer", un avion dont le contour des ailes était en forme de disque qui a été souvent incorrectement proposé (*) comme "explication" pour les OVNIS, était en réalité tout à fait intéressé par les OVNIS et de toute évidence convaincu de leur existence et de leur nature non banale.

Le V173 de Charles Zimmerman.

Horten et Northrop:

Le summum de l'ignorance en matière d'aviation est atteint quand l'auteur prétend que les ailes volantes Northrop sont "inspirées des ailes delta Horten."

En réalité, Jack Northrop concevait depuis bien longtemps des ailes volantes, et quand après la guerre l'un des frères Horten l'a approché pour venir travailler chez lui, il n'a pas du tout été impressionné et cela ne s'est pas fait. Prétendre que Jack Northrop a conçu ses engins à l'aide des Allemands, voilà encore un propos vraiment scandaleux!

Il prétend ensuite que le projet Silverbug consiste en "des plans de soucoupes volantes que l'armée américaine a testé dans les années 50" et que "officiellement ce projet n'existait pas vraiment." Il prétend qu'un document déclassifié de 30 pages "indique encore que les travaux ébauchés dans ce mémo, seraient basés sur des travaux expérimentaux des nazis!"

Ceci est encore entièrement faux; non seulement le projet a été connu et discuté dans les journaux quelques mois après avoir commencé, au Canada et non aux Etats-Unis, mais encore l'engin n'a jamais volé, n'aurait pas pu voler, et ne doit toujours rien à une quelconque magie aéronautique allemande.

Voir l'histoire de l'Avrocar ici pour une explication complète.

Un mot encore...

Quand les rares "convaincus" ou les "sympathisants" des thèses de soucoupes volantes nazies entendent mon son de cloche sur ces balivernes, ils recourent assez souvent à une bonne dose de terrorisme intellectuel. Ils me reprochent de les assimiler à des nazis!

Je veux donc mettre les choses au point. Ces rares ufologues qui imaginent encore en dépit de tout que les nazis on construit ou pu construire des soucoupes volantes, ou que le moindre rapport d'observation d'OVNI serait celui d'un engin nazi ou d'une version russe ou américaine, pour la plupart, ne sont PAS des nazis, ni même des sympathisants du nazisme. La plupart sont certainement sincèrement des ennemis du totalitarisme et du racisme. Mais surtout, leurs opinions politiques me sont bien égales!

Mais ils sont tout de même responsables de ce qu'ils racontent. Ils évoquent une "objectivité" voir parlent de "vérité", de "recherche" et ainsi de suite. Quand ils racontent n'importe quoi, comme c'est le cas dans cet article, quand ils font comme si les racontars d'Adamski étaient vrais, comme si des ingénieurs aéronautiques tels que Charles Zimmerman ou Jack Northrop devaient leurs réalisations aux nazi, ils ne font pas de "recherche" mais propagent des âneries, des mensonges, des inventions. Ils ne se rendent pas compte qu'ils font, en toute sincérité probablement, le jeu de personnages dangereux, qui disent ouvertement profiter de l'intérêt et de la fascination pour le mythe des soucoupes nazies pour vendre livres et cassettes vidéos qui enrichissent des auteurs qui eux, sont réellement des sympathisants du nazisme, gagnent de l'argent pour leur "cause" avec ces livres, et disent ouvertement profiter de cette fascination pour glisser toutes sortes de propos révisionnistes plus grave encore que les mensonges et inventions concernant l'aéronautique.

Les auteurs qui participent à cela sont responsables. Au lieu d'écrire n'importe quoi, ils devraient faire les recherches tout à fait faciles, qui ne demandent guère de temps, guère d'argent, et apprendre les rudiments de l'histoire de l'aviation et des techniques aéronautiques. Ils devraient reprendre leur ufologie à zéro et considérer vraiment ce que sont les rapports d'observations d'OVNI, ils découvriraient alors que les histoires de soucoupes nazies ne sont que mensonges et qu'aucun rapport d'observation d'OVNI n'a jamais eu comme explication une "soucoupe nazie." Ils devraient réaliser qu'il y a autre chose à faire en ufologie que de gaver des lecteurs souvent jeunes et au sens critique non encore formé avec des histoires fantastiques qu'ils aiment à entendre, ils devraient réaliser qu'ils font par simple bêtise et ignorance le jeu de gens fort peu recommandables.

La conclusion:

Une conclusion dépourvue de contenu est offerte. L'auteur assure que les soucoupes volantes nazies sont "une histoire plus humaine qu'on imagine" mais ne sont - cette fois le conditionnel n'est plus de mise:

"...en aucun cas une fantasmagorie pure comme on l'a trop souvent dit."

Et bien si, les soucoupes volantes nazies sont une fantasmagorie pure, on ne le dira jamais assez. Ma critique montre comment des auteurs ignorants de l'histoire réelle de l'aviation et totalement crédules se laissent constamment berner par des histoires fausses trouvées à moindre effort sur l'Internet et des petits dessins et fausses images provenant de la propagande néo-nazi, pour présenter des séries de mensonges et bêtises déjà maintes fois réfutés mais représentés encore et encore sans aucun complexe, en jouant du terrorisme intellectuel et en dissimulant toutes les informations pourtant bien disponibles qui montrent pourquoi les soucoupes nazies sont une fantasmagorie.

La désinformation, c'est eux.

Bibliographie:

Sources prétendant que les soucoupes volantes nazies existent:

Dans son article, Jean-Pierre Troadec prétend que la thèse des soucoupes nazies est "ignorée." En réalité, il y a eu des centaines de livres et des dizaines de "documentaires" sur le sujet, un sujet tout à fait vendeur... Je ne peux pas tout citer, voici donc juste quelques-unes de ces productions:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 6 juillet 2006