Documents -> AccueilCliquez!

Supra-terrestres

Février 2006. J'ai lu et commenté un livre récent de Fabrice Bonvin. Fabrice Bonvin a rédigé une réponse à ma critique en recopiant la mienne sur son site Internet http://extraterrestres.org. La page qui suit est ma réponse à cela.

Il est évident que la discussion ici sera mieux comprise si le lecteur lit d'abord d'une part le livre de Fabrice Bonvin et d'autre part ma réaction et d'autres réactions présentées ici.


Dans le texte qui suit, les paragraphes sont présentés ainsi:


Fabrice Bonvin, répondant à mon article initial.

Moi-même, répondant aux propos de Fabrice Bonvin.



LES BLOCAGES DE PATRICK

En date du 6 janvier 2006, Patrick Gross publiait sur son site web Les OVNIs vus de près sa critique de mon ouvrage OVNIs - Les Agents du Changement. Né le 7 mars 1963, Patrick est informaticien. Père de 2 enfants, il habite en Alsace et travaille en Suisse dans le secteur pharmaceutique. Relativement nouveau sur la scène ufologique, il anime toutefois l'un des sites web les plus exhaustifs sur les OVNIs, en passe de devenir une référence. Il est également Président par intérim de la Fédération Française d'Ufologie.

Dès le titre, Fabrice Bonvin réitère une erreur que je lui reprochais: celle de ne pas discuter sur les arguments, mais de mettre en cause les personnes. Ici, l'astuce est de poser en principe qu'il a raison et que j'ai tort, non pas sur la base de ce que j'ai écris, mais parce que je serais "bloqué." Il est tout à fait désolant de lire des choses pareilles. Egalement, les informations à mon sujet données ici par Fabrice Bonvin sont partiellement erronées, puisqu'à ce moment je ne travaille nullement en Suisse dans le secteur pharmaceutique et que si j'ai été président par intérim de la Fédération Française d'Ufologie, je ne le suis pas actuellement. De manière générale, ces informations personnelles - telles que celles que donnera Fabrice Bonvin dans sa réponse - n'ont aucune pertinence dans la discussion tenue ici, et des informations concernant des employeurs sont même franchement hors de propos et ne devraient pas être données ainsi publiquement, eu égard au ridicule qui est attaché au sujet. "Relativement nouveau" doit s'entendre ainsi: cela fait six ans que je consacre de 3 à 5 heures par jour à la recherche ufologique sous tous ses aspects. Il y a bien entendu mon site web, mais également des recherches personnelles, des enquêtes sur le terrain, la participation à des groupes de travail, réunions, revues, renseignements aux témoins et collègues, mise au point de standard de qualité, discussions de cas ou générales, et ainsi de suite.

Les personnes ayant des questions à mon sujet peuvent me contacter à patrick.gross@inbox.com et j'y répondrais franchement et avec soin comme je l'ai toujours fait jusqu'ici.

Le décor posé, venons en aux faits. C'est par hasard que je découvre cette "critique" [...]

Les guillemets étaient inutiles; c'est une critique, non une "critique".

... qui s'apparente davantage à une entreprise de démolition qu'à une véritable critique, censée alterner le positif et le négatif.

Une critique n'est pas censée alterner le positif et le négatif, une critique est un avis argumenté. Je rédige en ce moment plusieurs critiques sur d'autres ouvrages; certaines sont très positives (la biographie de James McDonald par Ann Drufel par exemple), d'autres très négatives, d'autres sont entre les deux, ceci étant argumenté. Par exemple, j'ai également une critique entièrement négative du livre récent de Nick Redfern, ou un avis totalement négative sur les enquêtes de Nick Cook autour du thème des soucoupes volantes allemandes.

Sur les 424 pages que constitue mon ouvrage, il n'y a rien de positif aux yeux de Patrick. Même la page de couverture, il ne l'a, semble-t-il, pas appréciée!

La page de couverture n'est certainement rien qui nécessite une critique. Je ne peux pas savoir, par exemple, si elle est choisie par l'auteur ou l'éditeur, et quoi qu'il en soit, pour moi, un livre ne se juge pas par sa couverture, c'est pourquoi je n'ai ni complimenté ni critiqué cette couverture.

J'aurais évidemment apprécié qu'il m'informe de la mise en ligne de sa "critique" sur internet, ne serait-ce que par courtoisie, étant donné que je suis le principal concerné. Cela m'aurait ainsi donné l'opportunité d'un droit de réponse en un temps opportun.

Si vous visitez des sites publiant des critiques de livres, vous pourrez voir que l'acte critique est libre et n'exige pas d'information particulière à l'auteur. Comme je l'ai écrit à Fabrice Bonvin, je ne signale effectivement pas mes articles directement aux personnes concernées, mais je comprends ce qu'il demande et je lui signalerais cette réponse et autres critiques dans l'avenir, ce n'est pas un problème.

D'un autre côté, je trouve que ma critique est elle-même un droit de réponse au livre de Fabrice Bonvin, qui manque réellement de fair play envers les personnes qui ont une opinion proche de la mienne en ce qui concerne le phénomène des OVNIS; en ce sens, je n'ai pas non plus pu lire le livre avant publication. C'est parce que cela est généralement ainsi que les choses se passent, que les critiques n'informent pas forcément les auteurs.

A vrai dire, j'étais plutôt étonné qu'il acquière mon ouvrage.

Ceci montre bien une des erreurs d'appréciation de Fabrice Bonvin que l'on retrouve dans son livre et que j'avais critiquée. Il argue d'une "ignorance" de sa thèse, ou des thèses différentes, de la part des personnes qui partagent mon avis.

Précisément, rien n'est plus faux: les thèses contraires aux miennes, j'en prends réellement connaissance, et j'y réfléchis. Non seulement il n'y a rien d'étonnant à ce que j'ai acheté son ouvrage, mais encore, j'achète systématiquement tous les ouvrages défendant des thèses différentes ou contraires à la mienne, y compris ces ouvrages qui défendent l'idée que les OVNIS ne sont qu'erreurs, farces et confusions.

C'est ainsi que le chercheur véritable doit procéder. Fabrice Bonvin me dénie cette qualité de chercheur dans sa réponse ici, utilisant l'invective et me qualifiant de "croyant", "bloqué", "borné", mais c'est tout simplement faux. J'ai acheté son livre, je l'ai lu avec soin, je trouve ses analyses et trouvailles erronées, et j'indique pourquoi elles sont erronées, sans aucune insulte. Ce n'est pas étonnant, c'est normal.

Pourquoi? Il y a quelques années, alors qu'il faisait ses débuts en ufologie, il avait réagi de manière très virulente à l'une de mes interventions sur la liste de discussion "OVNI Sciences" dans laquelle j'exhortais mes confrères à dépasser le cadre de la composante physique du phénomène pour s'intéresser à sa dimension psychique pouvant très bien, écrivais-je, se soumettre à une méthodologie et une rigueur répondant aux exigences et critères de la recherche scientifique. Cette initiative n'a pas été au goût de Patrick car pour lui, dépasser le cadre réducteur de l'approche physique revenait à dépasser les bornes ou, du moins... ses propres bornes intellectuelles.

Comme je ne conserve pas les échanges sans intérêt particulier, je serais bien en peine de vérifier ce que Fabrice Bonvin raconte là. Rien n'indique que la présentation qu'en fait Fabrice Bonvin soit conforme à mon propos. J'ai le vague souvenir que ma réponse n'était nullement que des composantes psychiques ne puissent pas être étudiées dans le respect de la méthodologie scientifique, j'ai bien plus probablement contesté la réalité desdites composantes, ou répondu que rien ne l'empêche d'étudier ce qu'il veut comme il le veut mais que de reprocher leur méthodologie ou leurs centres d'intérêt aux autres ufologues, cela ne mène à rien. Je ne comprends pas bien en quoi rappeler vaguement un ancien échange nous éclaire sur sa thèse, et je me demande s'il n'a pas là simplement signifié là qu'il avait quelque rancune ancienne à mon égard. Les contributions à ce groupe de discussion par Fabrice Bonvin sont en nombre minime depuis que je participe très activement à ces discussions, et il n'y en a plus eu depuis plus d'un an. Egalement, il n'est pas exact d'affirmer que ma réponse était celle d'un débutant puisque je m'étais attelé à la recherche en ufologie au moins deux ans avant de participer à ce groupe (http://www.ovni-sciences.net) entre autres, et que la qualité ou absence de qualité du travail d'un ufologue ne se mesure pas au nombre d'années, mais au travail effectué et avant tout à son sérieux.

Je commençais donc à cerner le personnage: un individu dont l'ouverture d'esprit est aussi large qu'un hippocampe seuvré en congé maternité, nourri au petit lait de la Science (avant un grand "S", s'il vous plaît) et obnubilé par l'hypothèse extraterrestre (HET) qui est d'ailleurs devenue l'objet d'un véritable culte, son dogme, sa croyance, autant dire : intouchable.

C'est très déplaisant de lire des choses pareilles. Apparemment, pour Fabrice Bonvin les choses sont toutes simples:

Il me faut un certain courage pour lire la suite, croyez-moi...

Mais il fait mieux qu'acquérir mon ouvrage: il prend son courage à deux mains et, hop! dans un élan d'ouverture que je salue, le lit (attention, ne pas se réjouir trop vite !) et voilà qu'il pond une "critique" d'une quinzaine de pages!

Je comprends que ce serait bien plus simple pour Fabrice Bonvin si on le laissait écrire sans oser donner son avis, ou que la critique soit suffisamment courte pour être critiquable pour incomplétude. Il ne m'a fallu aucun courage particulier pour acheter son livre.

Le problème, c'est qu'il n'a rien compris à mon livre. Ou plutôt: il n'a rien VOULU comprendre.

Hop, le procès d'intention.

En consultant son site internet, je m'aperçois que j'ai affaire à quelqu'un d'apparemment intelligent qui dispose d'une bonne culture ufologique.

Et donc?

Je ne peux donc pas raisonnablement concevoir qu'il n'ait pas réussi à comprendre mes écrits, rédigés de manière à être compréhensibles par tous.

Cela ne peut pas se concevoir, en effet, parce que le problème n'est pas du tout que je n'aurais pas compris son livre.

Pour moi, Patrick fait un blocage. C'est la raison pour laquelle il n'a rien compris à mon ouvrage. Comme nous le constaterons ci-dessous, mes propos sont mal interprétés, mes raisonnements sont amputés et mes conclusions sont déformées. A tel point qu'on pourrait, si on faisait fi du blocage de Patrick, envisager une forme de malhonnêteté intellectuelle.

Sigh... Nous allons voir ce qu'il en est réellement.

Voici donc, ci-dessous, la "critique" (en rose) reprise en intégralité suivie de mes indispensables rectifications (en blanc). Les propos en rouge représentent des "cartons rouges" signalant des manoeuvres particulièrement perfides de l'auteur de cette "critique".

Patrick met l'accent sur l'absence d'approche scientifique dans mon compte-rendu d'observation. Et alors, où est le mal dans tout cela? L'objectif était seulement de montrer que je suis témoin d'apparitions d'OVNIs. Aussi, Patrick omet (sciemment?) de rapporter mon enquête sur cette observation, qui a mis en évidence le facteur de répétitivité géographique dans les apparitions (pages 172-176).

Fabrice Bonvin ne veut pas voir qu'une observation, dans le cadre d'une approche scientifique, doit faire l'objet d'une documentation rigoureuse, comprenant entre autres choses totalement basiques, angles visuels, durée d'observation, plan des lieux etc.

Le problème n'est pas "le mal dans tout cela", dans le fait d'écrire "j'ai vu un/des OVNIS". Mais ce n'est pas une approche scientifique, ce que je signalais, et qui demeure vrai.

Les pages 172-176 ne sont nullement une enquête, mais seulement un récit. Il est exact que j'ai omis d'expliquer pourquoi, je le ferais peut-être de manière détaillé ailleurs. Quoi qu'il en soit, dans cette observation, il est certainement possible de discuter si elle a ou non une explication triviale, mais la nature "supraterrestre non extraterrestre" de la chose ne repose sur rien. Fabrice Bonvin est dans un train, il demande à une dame qui est là de regarder cet OVNI, elle regarde, elle est étonnée, mais au bout de quelques minutes à regarder, elle s'est endormie. On osera penser que ces lumières ne l'ont pas tant intrigué que cela, mais Fabrice Bonvin voit là une confirmation de sa thèse, à savoir, c'est l'intelligence supraterrestre qui a endormi la dame par "effet psy". Quant à l'enquête, elle se résume à des arguments du type: un OVNI a été vu ce soir-là 1000 kilomètres plus loin à des heures d'intervalle, et Fabrice Bonvin trouve aussi quelqu'un qui a vu quelque chose dans cette région comme lui en 1989 mais en 1993. Ce n'est nullement ce que j'appellerais une enquête. Quant à son observation suivante, à Genève, il s'agit bien entendu encore une fois de simples ballons; Fabrice Bonvin cite comme évidence qu'on a filmé la même chose dans un cas mexicain, et tous ceux qui ont vu ces films et ont le minimum requis de compétence ufologique l'ont compris: ce sont des ballons. Fabrice Bonvin raconte que CNN les a filmé, ce n'est pas vrai, il s'agit de "CNI News", un site Internet sensationnaliste sur les OVNIS, qui rapporte juste une dépêche de l'agence Tass sur ces "OVNIS" là. Il cite toutes sortes d'affaires de ballons évidents en Amérique Latine, que tous les ufologues sensés ont su reconnaître des ballons, mais lui, affirme qu'il n'y a "aucune explication." Cela en dit long sur sa propre observation de Genève, dont sa propre description et sa propre réaction initiale indiquent qu'il s'agit de ballons, dépourvus de la moindre étrangeté (j'y reviendrais). Il trouve que se sont des OVNIS selon lui uniquement parce que "des OVNIS identiques avaient été observés au-dessus de Genève à plusieurs occasions", la belle affaire!

Vous trouverez ce qu'est une véritable enquête sur le site du GREPI helvétique à http://www.ovni.ch/enquetes/1-12-98.htm concernant des observations bien plus étranges en apparence également en Suisse. Voilà de la vraie ufologie! De quoi s'agissait-il? De ballons dans la région de Genève.

Je pense fermement que quand on voit un OVNI, ce n'est pas nécessairement quelque chose d'extraordinaire, et que seule un véritable enquête, minutieuse, précise, cultivant le sens du doute, à l'opposée des simples interprétations personnelles, permet de déterminer s'il y a "OVNI" ou il n'y a pas simplement une confusion. Ici, Fabrice Bonvin nous affirme avoir "vu les OVNIS", dont tout indique que ce sont des ballons. Qu'un témoin livre son récit est une chose, on ne demandera pas à un témoin d'être ufologue, mais personnellement, mon signale d'alarme sonne très très fort quand un ufologue affirme avoir vu des OVNIS mais ne livre aucune des informations de base concernant son observation. Par exemple, affirmer qu'une lumière nocturne fait "150 mètres", alors qu'il n'y a aucun point de repère, et omettre la seule indication objective, celle de la taille angulaire, c'est là tout simplement une ufologie étrange pour moi, et non une "enquête". Le lecteur comprendra mes doutes plus loin au travers d'autres exemples de ce que Fabrice Bonvin présente comme OVNIS et qui n'en sont pas.

Le chiffre de 150 millions d'observations d'OVNI "selon l'ONU" est fantasmagorique, j'y reviendrais.

Patrick se garde aussi bien d'expliquer ce qui m'a amené à me décrire comme un "observateur privilégié" du phénomène:

1. ce n'est pas cette observation en particulier qui m'amène à me décrire "observateur privilégié" mais toute une série d'observations. En effet, j'ai observé des OVNIs à plusieurs reprises ("Tout au long de mon parcours ufologique, les OVNIs m'ont rappelé à leurs bons souvenirs", page 16). En tant que psychologue, mon interrogation portait sur la question de savoir pourquoi certains individus entretiennent une dialectique avec le phénomène alors que tant d'autres n'en observent jamais.

2. caractère ostentatoire du phénomène au cours de mes observations (page 175), comme pour celles de nombreux témoins.

Les remarques que je faisais quant à cette observation initiale ne s'en appliquent pas moins à toute la série de ses observations. Les ufologues sérieux savent que les témoins qui vient des OVNIS à tire-larigot sont parfois des gens qui confondent beaucoup et/ou qui ont un grand désir de croire, aussi, affirmer avoir du des OVNIS, pour un ufologue, sans donner la moindre chance à ses lecteurs de comprendre qu'il n'y a pas de nature réellement extraordinaire desdits OVNIS, cela n'est pas conforme au comportement d'ufologue tel que je le conçois. Il ne s'agit pas de dire ici que Fabrice Bonvin a simplement inventé ses observations, mais il s'agit d'un constat: les réflexes d'un bon ufologues sont absents ici. Si par ailleurs Fabrice Bonvin avait montré un talent d'enquêteur, j'y accorderai peu d'importance, mais voilà: nous avons vu et nous verrons encore dans la suite de cette réponse que Fabrice Bonvin prend des vessies pour des lanternes à un point vraiment extraordinaire.

Concernant la thèse ici, il y a oubli de tout témoin indiquant que c'est un pur hasard qu'il a vu ce qu'il a vu. Ceci afin de faire passer l'idée des "OVNIS qui se montrent exprès aux témoins." Malheureusement, une ou plusieurs observations citées en exemple ne permettent pas de faire une telle généralisation. "De nombreux témoins" ne veut rien dire. Affirmer comme caractéristique du phénomène que les OVNIS se montrent ostensiblement à des témoins privilégiés et se dissimulent à la vue d'autre requiert un travail d'analyse approfondi, et non pas juste quelques "exemples" choisi.

C'était une de mes critiques principales, celle de bâtir une thèse à partir "d'exemples" choisis pour leur concordance avec la thèse en ignorant tout ce qui ne correspond pas.

A propos des 150 millions d'observations, Patrick parle de chiffre totalement exagéré. Je cite pourtant ma source dans mon ouvrage, page 22. Là voilà, une fois encore : Science Revue, numéro 1, Juillet 2000, page 24.

Le problème n'était pas tant qu'il y ait une source ou non. Le problème est que ce chiffre est totalement fantaisiste, "Science Revue" et "ONU" ou pas.

Je dois naturellement m'expliquer.

Le premier point concerne le nombre d'observations d'OVNIS recensées.

Le plus important catalogue réalisé est le catalogue UFOCAT, entrepris par David Saunders et Jacques Vallée il y a 36 ans, et qui comporte maintenant 170.000 rapports d'observations d'OVNIS. D'autres catalogues existent, mais ils recoupent largement celui-ci, qui est le plus volumineux.

170.000 observations d'OVNIS, ce n'est pas un million, et encore moins 150 millions.

Le deuxième point est que ces rapports d'observations d'OVNIS cataloguées ne sont pas équivalentes à des "OVNIS" en tant que faits réels et réellement extraordinaires.

J'ai acquis au fil des années une très bonne connaissance des rapports d'observations en France dans l'année 1954, une "année record", comme on le sait bien. Je ne me suis pas simplement contenté de faire une liste de ces observations; j'ai rassemblé la documentation la plus complète possible, de manière à pouvoir évaluer ces rapports.

Il se trouve que je puis alors comparer ce "subset" d'UFOCAT concernant la France de 1954 et mes propres trouvailles. Il en ressort tout d'abord qu'une portion non négligeable des cas français sont bien présent dans UFOCAT. Mais il ressort également que presque aucun de ces cas n'a été enquêté. Un très forte proportion d'entre eux s'avèrent être des canulars et des confusions. Pour faire court: le plus volumineux catalogue contient 170.000 rapports, mais cela ne veut absolument pas dire qu'il y a eu 170.000 OVNIS véritables. Il y a là dedans une forte proportion de cas sans enquêtes, et une proportion respectable de cas qui "ne passent pas" et ne devraient pas être comptés comme observations d'OVNIS bona fide.

C'est pourquoi, il incombe à Fabrice Bonvin de justifier son chiffre fantastique de "150 millions", et ce, non pas en citant quelque brochure ou article qui contient ce chiffre, mais en nous indiquant exactement où se trouve la documentation de ces 150 millions d'OVNIS.

En attendant la preuve exigée pour ce chiffre, j'engage les lecteurs du livre de Fabrice Bonvin à considérer ce chiffre comme fantaisiste, et à prendre note de ce qu'il y a là une affirmation sur le "nombre d'OVNIS" qui, lui servant à nier leur caractère extraterrestre, est un argument fallacieux de son raisonnement.

Et je profite de lui demander quel est son chiffre? 10'000 observations? 1 million? 14,7 millions? On prend les paris?

Voilà un bel exemple de "renversement de la charge de la preuve: ce n'est plus à Fabrice Bonvin de prouver qu'il y a 150 millions d'observations d'OVNIS, c'est à moi de prouver qu'il y en a bien moins que cela.

Ceci est fait dans le but d'éviter à ce qu'il ait à défendre son propre chiffre.

Je ne vais évidemment pas éluder la question.

Comme je l'indiquais, UFOCAT est le catalogue le plus volumineux, avec 170.000 entrées.

Sur ces 170.000 entrées, il n'y a qu'une certaine proportion de cas qui sont véritablement enquêtés, et il n'est pas possible d'en donner le nombre puisqu'ils ne sont justement pas assez documentés.

Je prends donc un autre catalogue, celui de l'USAF. Sans entrer dans les détails, il y a environ 10.000 entrées sur 20 ans, dont la moitié sont enquêtées, et un millier demeurent effectivement sans explication triviales - ceci a des degrés divers. Admettons une certaine incertitude, entre les "inexpliqués" qui pourraient l'être et les "expliqués" qui ont été expliqués par-dessus la jambe, et prenons comme ordre de grandeur entre 500 et 2000 observations solides sur 20 ans.

En faisant ce type de raisonnement sur plusieurs catalogues, j'en arrive a une fourchette de "vrais OVNIS" - à des degrés divers qui se situera entre 3000 et 20.000, en comptant large.

Bien loin des "10% de 150 millions" ou du million.

Mais je suis tout à l'écoute de Fabrice Bonvin, et s'il peut effectivement m'aligner 10% de 150 millions de "vrais OVNIS", je ferais amende honorable. En réalité je pense qu'il aurait bien du mal à en aligner 500.

Encore une fois: si Fabrice Bonvin tient tant à ce qu'il y ait "tellement" d'OVNIS, c'est dans le but d'alimenter un argument qui veut que cela soit "trop d'OVNIS pour que ce soient des extraterrestres." Ce n'est pas seulement le "chiffre" qui est en question, d'ailleurs, mais également l'appréciation de ce que signifie réellement "trop" d'OVNIS pour qu'ils soient extraterrestres. Ce "trop" provient d'un ancien raisonnement-tentative de Jacques Vallée, mais le raisonnement était basé sur un modèle ou les extraterrestres seraient équivalents aux astronautes de nos missions Apollo vers la Lune. Ce "trop" peut être contesté de bien des manières, évidemment.

Allez, comme je ne suis pas rancunier, c'est bien volontiers que j'invite Patrick chez moi pour discuter "ufologie" autour d'une fondue valaisanne accompagnée d'un bon vin !

J'aurais volontiers accepté l'invitation à la discussion, mais la quantité d'insultes entièrement gratuites dont me gratifie Fabrice Bonvin - voir la suite - m'en a ensuite coupé l'envie. Peut-être réfléchira-t-il au moins sur ce point, et s'abstiendra-t-il de lancer de telles invectives envers son prochain critique?

Il s'agit d'un ramassis de n'importe quoi. Voilà ce que j'ai écrit: "Le noyau dur d'observations irréductibles interagit avec l'humanité par le biais de trois composantes : physique (....), psychique (...) et symbolique (....)". Je n'ai donc JAMAIS écrit qu'il y a des OVNIs physiques, psychiques et symboliques. Bref, je ne parle pas de la nature des OVNIs mais de leurs modes d'interaction avec notre espèce. Patrick n'a donc pas compris et induit le lecteur de sa critique en erreur.

J'avais fort bien compris, aussi avais-je bel et bien écrit "pour Fabrice Bonvin il y a trois composantes dans tout ceci, celle des OVNIS... celle des OVNIS... celle des OVNIS..." et non pas "il y a trois sortes d'OVNIS, les... les... et les...".

La lecture de Fabrice Bonvin n'est donc pas très bonne, mais je veux bien comprendre que ma tournure de phrase aurait pu être meilleure également.

Le point essentiel était en fait:

"Il déplore que les études portent, selon lui, sur les aspects physiques des OVNIS, ce qu'il voit comme une victoire du matérialisme, dont il pense qu'il donne une compréhension limitée de la question."

Mais puisqu'il s'agit de "modes d'interactions avec l'humanité" qui seraient physiques et psychiques et symboliques, je dois faire remarquer que j'ai déjà abordé ce point partiellement, en notant, par exemple, que ce n'est pas parce qu'une personne voit quelque chose que la chose est "ostentatoire" ou a "choisi" une personne qui serait prédestinée à la voir. Le terme "interaction" est également sans grand poids puisqu'il existe des observations dans lesquelles le témoin n'interagit pas avec l'OVNI, ni l'OVNI n'interagit avec le témoin, et d'autre part, cette interaction n'est pas nécessairement quelque chose de physique ou psychique ou symbolique. Elle l'est parfois, mais l'expérience montre qu'ériger des règles ou des constantes à ce sujet revient le plus souvent à monter en épingle des "cas illustratifs" qui ne sont nullement représentatif de que quelque chose de constant ni même d'habituel.

Concernant la prétendue inefficacité ou inutilité d'une approche de la question par la méthodologie scientifique en considérant l'OVNI comme un phénomène physique, j'écrivais:

Ce que j'entends par là est que la notion d'une étude "non-physique" n'a rien d'inédit, mais que malheureusement, hormis des thèses spéculatives diverses, elle n'a aucunement éclairé sur la question. J'entends moi-même régulièrement des ufologues dire "il faut changer d'approche", "il faut une autre approche que l'approche scientifique pure et dure". Je les invite à me décrire cette fameuse autre approche, et une seule fois, j'ai eu ma réponse: "il faut convaincre les hommes politiques." Bien entendu, ce n'est pas là une méthode de recherche, et les "hommes politiques" une fois convaincus - mais de quoi? - nous n'aurons rien appris qui n'était déjà su.

C'est dans le même registre que je situe les allusions éparses de Fabrice Bonvin qui me voit comme un "scientiste". Je demande quelle est l'autre méthode, et je demande à en voir les fruits, et rien ne vient.

Il s'agit bel et bien de nous montrer qu'une approche non-matérialiste, ou non-scientifique, ou je ne sais quelle approche, qui reste à définir depuis des lustres, serait "meilleure". Rien de tel n'est montré ici.

Patrick parle de "suiveurs". Voilà ce qui est écrit dans mon ouvrage, page 60 :

"A mesure que leurs connaissances s'accroissent, certains ufologues prennent conscience des faiblesses de l'HET et se familiarisent avec les autres courants existants, moins accessibles que la caricaturale HET mais tout aussi intéressants, sinon proposant des alternatives au prêt-à-penser ufologique. Après plusieurs années acquises à la cause de l'HET, certains eurent le courage de l'abandonner, de remettre en question leurs théories implicites et de reprendre l'analyse du dossier à zéro. Parmi ceux-ci, citons des chercheurs comme Jacques Vallée, Jean Sider, Ivan Sanderson, Charles Bowen ou Gordon Creighton."

Fabrice Bonvin renouvelle cette opinion erronée. Il pense que seuls ces ufologues-là se familiariseraient avec des alternatives à la théorie des visiteurs extraterrestres, mais il n'en est rien.

En réalité, la plupart des ufologues connaissent tout ceci depuis belle lurette, ont éventuellement expliqué ce qui "n'allait pas" dans ces thèses alternatives. Fabrice Bonvin compte sur une ignorance et une fermeture d'esprit, mais il n'y a là rien de tel.

En d'autres termes, je cite justement Jacques Vallée et Jean Sider comme des chercheurs qui ont longtemps adhéré à l'HET chère à Patrick mais, qui, confrontés au verdict des faits, eurent le courage de ne plus faire preuve de suivisme en adoptant d'autres hypothèses. Certains, comme Jacques Vallée, l'ont d'ailleurs payé cher en étant exclu de certains symposiums ufologiques, par exemple. J'ai moi-même adhéré à l'HET durant plus de dix ans avant de me rendre à l'évidence que cette hypothèse ne pouvait rendre compte de nombreux éléments. C'est là que j'ai tout repris à zéro et défendu l'hypothèse gäia appliquée aux OVNIs. A ma connaissance, mon ouvrage est le premier du genre soutenant cette hypothèse. Est-ce du suivisme comparés aux milliers de bouquins publiés depuis plus de 60 ans défendant l'HET? Bref, avec Patrick, c'est le monde à l'envers !

Contrairement à ce qu'affirme Fabrice Bonvin, la notion des visiteurs extraterrestre ne m'est pas "chère". Elle est celle à laquelle j'arrive, et cette allusion a une émotivité est sans pertinence. Elle n'est que la vieille rengaine répétée sans relâche par Fabrice Bonvin et bien d'autres, celle qui consiste à discréditer son contradicteur en faisant un procès d'intention: "vous croyez, vous êtes un croyant. Ce n'est pas ainsi que l'on débat.

Fabrice Bonvin prétend être ici le premier à défendre l'hypothèse Gaia appliquée aux OVNIS. Erreur: elle est défendue avant lui.

Nous avions précédemment Jacques Vallée, affirmant en 1969 déjà que les gens ayant vécu une expérience OVNI n'ont pas rencontré d'extraterrestres, mais ont été confrontés à une "intelligence" mystérieuse, et qu'ils "abandonnent la réalité objective, le domaine des perceptions ordinaires," et, "leur être antérieur ayant été anéanti, ils entreprennent à leur tour de changer la réalité sociale environnante."

Nous avons Jean Sider, qui défend dans "OVNIS, la solution du mystère?", en 2001, l'hypothèse Gaia selon laquelle la planète Terre a une intelligence interne, qui "fabrique les OVNIS" et ce dans un but "écologiste." Ceci étant d'ailleurs déjà suggéré dans son livre de 1999, "OVNIS: les envahisseurs démasqués", et répété depuis sous diverses variantes dans "OVNI: dossier diabolique" et "OVNIS créateurs de l'humanité." Jean Sider suggère encore d'autre "buts", mais la thèse de Fabrice Bonvin est bien là.

Dès 1969, Jacques Vallée suggérait dans "Passport to Magonia", curieusement titré "chronique des apparitions extraterrestres" en français, que les OVNIS et les fées sont la même "chose", et proposait que c'est une intelligence non humaine hantant notre planète qui fait "apparaître" fées et OVNIS.

Nous avons Kenneth Ring, qui dit: "il faut considérer l'enlèvement comme l'irruption d'un sujet en plein état de conscience dans une sorte de rêve collectif que partagent des milliers de personnes, où se mêlent épreuves et messages. Cette expérience ne doit pas être prise pour ce qu'elle présente, elle est destinée à nous faire réfléchir peut-être à notre relation avec la vie, en nous faisant penser qu'il serait temps de donner naissance à un autre genre d'êtres humains sur la planète."

Et d'où vient cette force, cette chose qui nous change selon Kenneth Ring?

D'un "gardien à l'échelle de la terre", "concerné par la santé de la Terre et qui veille à ce que l'homme ne l'endommage pas".

Kenneth Ring considère la Terre comme une entité intelligente, Gaia, qui nous manipule par des messages que seraient les OVNIS et les extraterrestres.

Et dans quel but?

Et bien, pour nous rendre écologistes. Il pense que les abductés qui deviennent écologistes sont une "brigade l'élite désignée pour sauver la Terre." C'est exactement, trait pour trait, la thèse de Fabrice Bonvin. Cette thèse est bien connu des ufologues depuis longtemps, y compris en France ou elle a été présentée dans plusieurs ouvrages d'ufologie.

Pour moi, ce n'est par parce qu'une idée n'est pas neuve, ou est neuve, qu'elle est juste ou fausse, et ce n'est pas parce que la thèse de Fabrice Bonvin n'est rien d'autre que celle de Kenneth Ring, Jean Sider, Jacques Vallée et quelques autres, qu'elle est incorrecte, pas plus que ce serait parce qu'elle est ancienne que la thèse des visites extraterrestres serait correcte ou incorrecte.

Mais quand Fabrice Bonvin vous assure qu'il a écrit le premier ouvrage soutenant cette hypothèse, "à ma connaissance, mon ouvrage est le premier du genre soutenant cette hypothèse", il a tout simplement tort.

Sa prudente réserve "à ma connaissance" suscite chez moi un très gros doute. Il faudrait pour cela qu'il n'ait jamais lu Vallée, Sider et Kenneth Ring. Or il cite ces trois auteurs dans son propre livre...

Je pense au contraire que Fabrice Bonvin a bien lu tous ces livres, comme moi, et que ce qu'il n'a pas lu, ou rejette par le mépris et la moquerie, ce sont les arguments contraires opposés à cette thèse.

Cette démonstration de Patrick est caduque puisque je ne parle - à aucun moment - d'OVNIs "physiques", "psychiques" et "symboliques" comme il l'a malencontreusement compris. Dans mon ouvrage, je ne nie pas la caractéristique physique des OVNIs puisque j'écris : "le phénomène OVNI interagit de manière physique avec son environnement immédiat. Il laisse des traces ou produit des effets sur le milieu" (page 16). A nouveau, Patrick n'a pas VOULU comprendre. Par contre, l'idée que je développe est celle d'une propriété "biomécanique" des OVNIs : "il s'agit de manifestations biomécaniques, fondamentalement organiques mais capables de se matérialiser, de se dématérialiser et d'épouser des formes adaptées au Zeitgeist" (page 409). J'écris aussi : "Depuis Descartes, notre orthodoxie s'emploie à distinguer le physique du psychique. Le phénomène OVNI suggère une conception différente de la réalité ; il semble nous indiquer que cette distinction n'est que le produit d'un système de pensée rigide, incapable de conceptualiser toute la complexité du réel. Il semblerait, d'après les témoignages, que les OVNIs soient capables de passer d'un état de la matière à un autre" (page 162).

C'est Fabrice Bonvin qui n'a pas compris ce que j'expose.

Il dit que la distinction entre physique et psychique est une distinction fausse, et que les OVNIS "suggèrent une conception différente de la réalité".

Les OVNIS ne suggèrent pas plus une compréhension différente de la réalité que les avions qui passent dans le ciel.

Peut-être dois-je donner un exemple concret de son errement ici.

Voyez cet article "Invasion d'OVNIS à Genève" sur le site de Fabrice Bonvin à http://www.extraterrestres.org/sphere.html lequel a été annoncé sur le "Journal de l'Ufologie" (http://www.lejdu.com) en décembre 2005

On y retrouve les affirmations du livre, "Ces OVNIs, des "mouchards" extraterrestres? Pas si sûr. Les témoins en contact avec ce phénomène ressentent l'impression que ces sphères sont de nature organiques, voire vivantes." "Ces sphères ne sont pas des ballons et leurs propriétés ne se limitent pas à leurs dimensions physiques." "Des sphères aux propriétés stupéfiantes..."

Tout cela pour ce que n'importe quel ufologue sensé comprendra immédiatement qu'il s'agit de simples... ballons!

Comme dans mon exemple de l'avion, qui est un objet physique dont la nature physique n'est perçue par le témoin que par le fait qu'il reconnaît l'avion, nous avons là des objets physiques ne montrant en réalité absolument aucune des prétendues "propriétés stupéfiantes", et la notion d'un "effet psychique" n'est rien d'autre que les idées erronées qui viennent à l'esprit des témoins parce qu'ils n'ont pas sur reconnaître des ballons, objets psychique sans aucun "effet psychique" sur ceux qui les reconnaissent. Le bon ufologue saura les identifier, mais Fabrice Bonvin n'y arrive pas et en fait par un tour de magie qui n'a rien de l'approche scientifique des "sphères de nature organiques, voir vivantes."

Il a beau vouloir dévier le problème sur une question de nuance de formulation entre "OVNI physique" et "OVNI physique à effet psychique", le fond du problème demeure: Fabrice Bonvin prend des vessies pour des lanternes et attribue au lanternes tout ce qu'il veut pour sa thèse. Ce n'est pas de l'ufologie, c'est de la mauvaise ufologie enrobée de pure spéculation.

Par cet exemple, j'espère avoir rendu mon propos plus clair: de simples avions, ballons ou autres, peuvent très bien être rebaptisés "engins spatiaux extraterrestres" mais aussi "OVNIS non extraterrestres mais supraterrestre" par de mauvais ufologues qui spéculent sauvagement sur des prétendues "effets psychiques" et autres "défis à la physique" qui n'existent que dans leur imagination.

Annonce de la parution du livre, et exemple des
errements de Fabrice Bonvin qui fait de quelques malheureux ballons
une "invasion d'OVNIS à Genève."

Fabrice Bonvin écrit: "La cinquième observation remonte au 19 juin 2005, à 12 heures. En plein centre de Genève, le témoin, accompagné de deux amis, filme un phénomène identique durant 11 minutes sans interruption. "C'était des points blancs, comme des boules. Il y a un premier groupe de points assez important composé de 4 ou 5 gros points de taille semblable et dans le fond, sur un deuxième plan, on voit une myriade d'autres points blancs" décrit le témoin en ajoutant que "le mouvement du groupe de points est très régulier et lent. Mais à l'intérieur du groupe, on voit nettement les boules se déplacer."

A partir d'un témoignage aussi net et du film pris (extrait à gauche), ne pas arriver à comprendre qu'il ne s'agit que de ballons, voilà vraiment de la mauvaise ufologie, de l'incompétence. Je pense aux témoins, qui sont maintenant confortés avoir vécu "une invasion d'OVNIS à Genève" et d'avoir rencontré "des OVNIS biomécaniques de l'intelligence supraterrestre"...

Vous l'aurez remarqué : les "preuves physiques" obsèdent Patrick. C'est une obsession symptomatique de ces ufologues accros à l'HET. Il est temps de réaliser que le phénomène OVNI ne se résume pas à une course effrénée à la "preuve physique" du phénomène. Cela fait maintenant 60 ans qu'on court après et...résultat? Rien. Nada. Niet. Nichts. On est dans une impasse. Il est donc grand temps d'investiguer d'autres pistes. Pour cela, il faudrait commencer par reconnaître cet échec. Arriver à ce constat d'échec nécessite de se remettre en question et du courage...ce qui implique un coût intellectuel que certains ne sont pas prêts à payer!

Les preuves physiques ne "m'obsèdent" pas, c'est une caricature. Par exemple, je n'exige pas d'avoir un boulon de soucoupe sous la main pour trouver la thèse des visites extraterrestres plus sensée que celle de Fabrice Bonvin.

L'absence de preuve physique prétendue par Fabrice Bonvin est d'ailleurs contestable. Elle se limite à ce que les preuves matérielles - comme les fragments d'Ubatuba - sont mal connues, rejetées sur de mauvaises bases.

Je suis simplement un ufologue qui ne prend pas des vessies pour des lanternes et sait faire la différence entre de simples ballons bien physiques et des "entités biomécaniques" qui "influent le psychisme" de témoins naturellement intrigués et d'enquêteurs désolants.

La vieille chanson de "60 d'échec" est une simple farce, que je commentais dans ma critique. L'astuce, pour Fabrice Bonvin qui n'a aucun argument réellement solide pour défendre sa thèse, est de présenter celle des autres comme "échecs." En réalité, l'échec est de son côté si l'on voit comment il commet des erreurs terribles dans ses interprétations, le genre d'erreurs commises aux débuts de l'ufologie il y a 50 ans, quand on prenait presque systématiquement des ballons, des météores, pour des soucoupes volantes et autres entités biologiques inconnus. Les ufologues sérieux n'en sont plus là.

Rien, ni moi ni personne, n'empêche Fabrice Bonvin de renoncer à une approche scientifique rigoureuse et d'explorer d'autres pistes. Le point est que son approche lui fait prendre des ballons et des avions pour des OVNIS, et que le résultat de son approche n'est guère autre chose que la reprise d'une thèse entièrement spéculative formulée par Kenneth Ring.

Voilà que Patrick donne dans Betty Bossi , version scientifique-qui-se-respecte! Cela, Patrick, l'a compris : les OVNIs ont le pouvoir de se manifester physiquement.

Le point est: inutile de prendre un ton méprisant, j'ai raison.

- Quand il parle de philosophie, Patrick fait grossièrement allusion aux recherches de pointe menées en physique quantique (principe d'ubiquité, de non-localité, théories des cordes, etc...).

Je n'ai nul besoin d'entrer dans les détails, il était inutile de prendre un ton méprisant en parlant de "grossières allusions."

Ce que j'exposais est que la physique quantique sert ici d'alibi facile pour défendre n'importe quoi n'importe comment. Ceci n'ayant naturellement rien à voir avec la philosophie.

- Pour la moquerie sur le thème des tôles et boulons, je suggère aux lecteurs de se rapporter aux descriptions de "soucoupes volantes" et d'"extraterrestres" de la vague française de 1954 : il saisira ainsi tout le grotesque de ce thème et commencera à comprendre que le phénomène OVNI s'inspire du Zeitgeist, par des processus psychiques, pour régler son apparence (ou sa vitrine historique) selon les représentations en vigueur.

Fabrice Bonvin essaie de faire excuser ses moqueries en disant qu'on se moquait déjà des soucoupes volantes dans les années cinquante. Il trouve normal de qualifier la thèse des visiteurs extraterrestres de grotesque au motif que les extraterrestres des journaux des années 50 semblent grotesques.

C'est exactement la critique que je lui ai faite dès le départ. En prenant comme "vrai", "réel" n'importe quelle histoire "édifiante", on peut formuler n'importe quelle thèse. Quand on respecte un minimum de principes dans la recherche, quand on approfondit, on se rend compte que ladite thèse repose sur du vent.

Ce ne sont pas les OVNIS qui s'inspiraient du Zeitgeist de 1954, ce sont les farceurs et les journalistes!

Quand Fabrice Bonvin voudra bien prendre connaissance sérieusement du contenu ufologique des observations en France en 1954, plutôt que de lister quelques rapports au hasard sans seulement se poser de question sur leur nature véritable, il réalisera que l'idée que "le phénomène s'inspire du Zeitgeist" est un contresens: c'est le Zeitgeist qui est plaqué par les gens sur le phénomène. C'est un artefact culturel qui joue ici. Fabrice Bonvin s'y adonne à fond en croyant que les OVNIS ont réellement changé avec les époques, alors que ce ne sont que les interprétations des rapports d'OVNIS par le grand public, et l'inspiration des farceurs, qui évolue au fil du temps, et ce cela n'est pas une évolution intrinsèque du phénomène.

Par exemple, en France, en 1954, en pleine vague, des milliers de gens regardant le ciel et voyant passer des météores parlaient alors de "cigares volants". Fabrice Bonvin en déduira naturellement que dans les années 50, les OVNIS étaient en forme de cigares, et dira que dans les années 90, on voyait des triangles etc. D'une part, une large partie de cette notion est un artefact culturel sans rapports avec les OVNIS eux-mêmes et nullement causé par les OVNIS eux-même; mais également, ceci ne constitue absolument pas une vérification de sa thèse ou un argument valide contre la thèse des visiteurs extraterrestres.

- A aucun moment je parle de "mystérieuses influences à la base de religions", d'"invention de l'agriculture". Patrick a dû s'emmêler les pinceaux et confondre la lecture de mon ouvrage avec celle d'un livre de Zecharia Sitchin.

Non, je faisais allusion à tout ce que les diverses versions de la thèse "Gaia" ou "supra-intelligence" ou "système de contrôle" permettent à divers auteurs - Jean Sider en ce qui concerne l'agriculture - c'est à dire à expliquer absolument tout et n'importe quoi tel qu'ils le désirent à partir de leur postulat.

---> Patrick déforme mes propos.

Nullement! Ici encore, la même tautologie apparente nous est resservie: dès le titre, Fabrice Bonvin le martèle: si je ne suis pas convaincu par sa thèse, ce ne serait pas parce que j'ai des arguments qui s'y oppose, mais parce que je ferais un "blocage". Il utilise ce procédé constamment.

Ici, je ne "déformais" pas un propos; je donnais mon propos, et en voici la preuve.

Je vais citer le livre de Fabrice Bonvin - le chapitre "les OVNIS et les faiseurs d'opinion publique" expose bel et bien que si vous pensez que certains parmi la masse des rapports d'observations d'OVNIS s'expliqueraient bien par des visiteurs extraterrestres, c'est que vous êtes victimes de faiseurs d'opinion.

"De nos jour, la pensée unique sur l'origine des OVNIS perdure."

"Le tabou et l'imperméabilité à l'information"

"Une représentation sculptée par les faiseurs d'opinions"

"Des blocages. ... c'est ainsi qu'une majorité des ufologues souscrivent à l'HET, sans prendre la peine d'examiner les autres hypothèses..."

Et ce que je signalais ensuite, que nous ressert (déformant alors son propre propos?) Fabrice Bonvin:

Voici ce qui est écrit (page 27) : "avec leurs sphères d'influences respectives, spécialistes et organisations civiles sur les OVNIs, grandes productions hollywoodiennes et "contactés" charismatiques ont tous promu l'HET" (page 27). Il faudrait être borné ou aveugle pour nier cette évidence. Je veux bien qu'il passe ses journées et ses soirées tout seul devant son ordi à alimenter son site internet, cela ne devrait pas l'empêcher de s'intéresser au monde extérieur et, en particulier, au cinéma. Les films ou séries (pourtant récents): Independence Day, Mars Attacks, La Guerre des Mondes, X-Files, Taken (et je ne parle même pas des jeux vidéos) vous disent-ils quelque chose? Pour Patrick, ça n'existe pas!

Voilà bien la même tactique: Fabrice Bonvin, qui juge utile de se montrer méprisant ("borné", "aveugle") imagine votre serviteur qui "passe ses journées et ses soirées tout seul devant son ordi". C'est absolument lamentable, indigne, d'écrire des choses pareilles. Fabrice Bonvin devra un jour réaliser que l'ufologie ne consiste pas à fantasmer sur ses contradicteurs et à les ridiculiser de manière aussi enfantine, mais à lire leurs arguments.

Fabrice Bonvin prétend que je ne connais pas les films de science fiction qu'il cite. C'est naturellement parfaitement ridicule. Je les ai vus, enregistrés, ainsi bien entendu que les classiques et de nombreux films oubliés des années 50.

Son argument, ici, est encore une fois le même vieux truc: puisque tout le monde sait qu'il existe une thèse sur les OVNIS qui dit que certains d'entre eux sont d'origine extraterrestre, puisque tout le monde connaît cette thèse, alors, elle est fausse et c'est la sienne qui est vraie. Fabrice Bonvin utilise le vieux truc de "Galilée": puisque cet homme-là avait raison contre tous, alors j'ai raison aussi. Mais, outre que Fabrice Bonvin n'a rien d'un Galilée, ce n'est pas une manière juste de raisonner. Une thèse ne se valide pas en arguant qu'il y a beaucoup de supporters de la thèse opposée; elle doit être validée sur ses propres mérites. Toute personne qui a une idée contraire à celle d'une large majorité n'est pas automatiquement un Galilée qui aurait raison contre tous!

Patrick déforme mes propos et me fait dire des choses que je n'ai jamais écrites.

Fabrice Bonvin les a bel et bien écrites. Chacun pourra acheter son livre et vérifier aux pages indiquées. Je donne les citations encore une fois:

P. 25: "Keyhoe accusait l'USAF de dissimuler la vérité sur l'existence et l'origine extraterrestre des OVNIS. Ses contacts privilégiés accréditèrent sa thèse qui capta d'autant plus l'attention qu'elle faisait vibrer la fibre paranoiaque du peuple américain."

P. 27: "La représentation de l'OVNI extraterrestre, autant support de fantasmes que porteuse d'espoir ou de peur..."

P. 28: "... des blocages de l'opinion publique..."

P. 28: "... simpliste et réductrice..."

P. 29: "... imperméabilité à l'information..."

P. 29: "... les individus ont tendance à résister aux faits ..."

P. 29: "... charge émotive ..."

P. 29: "... le culte des étoiles ..."

P. 30: "... système de croyance ..."

P. 30: "... fanatiques de la tôle ondulée ..."

P. 52: "... l'HET au premier degré (dite "tôles et boulons") ..."

P. 52: "... à mi-chemin entre le touriste spatial et le scientifique obsessionnel-compulsif, les extraterrestres ..."

P. 52: "... confortablement installé dans leur ferraille intergalactique ..."

P. 52: "... confortablement installé dans leur ferraille intergalactique ..."

P. 53: "... une mystérieuse "loi de Clark", le petit lapin vert ..."

P. 53: "... ces ufologues ont sorti de leur chapeau magique à étoile jaune sur fond bleu cosmique ..."

P. 53: "... dernières tentatives pathétiques des défenseurs de l'HET ..."

P. 53: "... on voit mal comment un OVNI en tôle et boulons s'y prendrait pour se scinder en deux ..."

(Au passage: un bon semi-remorque de tôle et boulons bien terriens se sciende en deux sans aucune problème...)

P. 59: "... imperturbables, les tenants de l'HET continuent de proclamer avec aplomb ..."

P. 59: "... La démarche intellectuelle des partisans de l'HET est à l'ufologie ce qu'un trou noir est à la cosmologie ..."

P. 59: "Pour eux, il s'agit moins d'une hypothèse que d'une croyance ou un dogme."

P. 59: "L'emprise de certains ufologues américains, atteints de délires paranoiaques ..."

P. 59: "Ils croient dur comme fer à l'explication extraterrestres et n'ont aucune envie de la remettre en question."

P. 60: "... l'HET a sucisté une perte d'indépendance d'esprit et de capacité critique, un suivisme ainsi qu'un refus à considérer les solutions alternatives."

Et, dans son écrit ici, bien d'autres manifestation de mépris, tel "hippocampe seuvré [sic] en congé maternité."

Quoi que veuille prétendre Fabrice Bonvin, tout son livre montre un ton méprisant pour les personnes qui ont une autre opinion que la sienne en ce qui concerne la thèse des visites extraterrestres. Il utilise bel et bien les mots "paranoïaques", "bornés", "croyants" et fait tout pour présenter une version la plus ridicule possible des idées de ses contradicteurs et utilisant l'insulte à leur égard.

Là, on est dans le registre de la malhonnêteté. Voici ce qui figure dans mon ouvrage (page 25) :

"Convaincu d'une "conspiration du silence", Keyhoe accusait l'USAF de dissimuler la vérité sur l'existence et l'origine extraterrestre des OVNIs. Ses contacts privilégiés accréditèrent sa thèse qui capta d'autant plus l'attention qu'elle faisait vibrer la fibre paranoïaque du peuple américain. Son attitude va-t-en-guerre contre les instances gouvernementales lui valut de se retrouver dans le collimateur des services fédéraux, le FBI. Un mémorandum de 1958 rapportait que "Keyhoe est connu du Bureau depuis 1935 (...) dont nous savons d'expérience que la plupart de ses écrits sont irresponsables"".

Pour répondre à Patrick sur la question de l'USAF : le haut-commandement US a identifié l'origine gaïenne des OVNIS en mi-1948, comme je le révélerai dans mon prochain ouvrage OVNIs : Le Secret des Secrets.

Voilà un scoop mondial: l'USAF est d'accord avec Fabrice Bonvin, les OVNIS viennent d'une intelligence supraterrestre dans la terre. Fabrice le prouvera dans son prochain livre.

Voilà exactement le type de recherche sans valeur pour moi: la recherche par la proclamation.

"J'ai raison dans mon livre parce que mon prochain livre va le prouver".

Et bien dans ce cas, je puis aussi faire de la recherche par proclamation: le prochain livre de Fabrice Bonvin n'apportera aucune preuve que l'USAF partage sa thèse des "OVNIS supraterrestres de Gaia". Je le prouverai dans ma prochaine critique.

Sérieusement, en attendant, c'est moi qui est raison de soulever le problème:

Si vous pensez que des visiteurs extraterrestres viennent ici, vous êtes, selon Fabrice Bonvin, fantasques, émotionnels, paranoïaque [p.27], vous êtes un "irresponsable paranoïaque" [p.25] comme le major Keyhoe [3], puisque l'US Air force l'a ainsi qualifié. Curieusement l'auteur semble omettre de nous indiquer si l'US Air Force aurait jugé sensée, rationnelle et raisonnable la théorie que lui-même défend. "Faire flèche de tout bois" est l'expression qui me vient à l'esprit ici.

---> Je développe cette thèse sur 300 pages dans mon prochain ouvrage OVNIs : Le Secret des Secrets en montrant que ce n'est pas contradictoire. Cette manoeuvre est même complémentaire et extrêmement efficace. Grosso modo, il existait deux niveaux d'intervention :

1. Les commissions d'enquête officielles (Sign, Grudge, Blue Book), dont le but est de rejeter l'existence du phénomène OVNI et le réduire à des explications prosaïques. Ce niveau s'adresse à l'opinion publique, à la masse. Dès 1949, le leitmotiv consiste à nier l'existence du phénomène. Un seul mot d'ordre est possible : les OVNIs n'existent pas. La mission de la CIA, définie en 1952, consiste à entériner la politique existante et à lancer une opération de propagande, consistant à stigmatiser la problématique OVNI en l'entourant d'un halo de ridicule. Le but recherché est de susciter un conformisme social, synonyme de rejet du phénomène.

2. Le deuxième niveau consiste à intoxiquer la communauté de chercheurs au moyen d'opérations de désinformation : demi-vérités, mensonges grossiers, rumeurs délirantes. Toutes ces opérations de désinformations ont un dénominateur commun : entretenir et propager le mythe de l'origine extraterrestre des OVNIs (certains ouvrages de contactés ont été financés et promus par la CIA, affaire des documents du MJ-12, autopsie de l'extraterrestre de Roswell, etc...).

Et bien moi, dans ma prochaine critique, intitulée "le secret des secrets des secrets", je montrerais que tout cela est aussi peu assuré et basé sur de la mauvaise ufologie que ce qui précédait.

Je n'ai jamais critiqué le NICAP pour avoir oser "faire pression sur le congrès" ou écrit que le NICAP se bornait à faire de l'"ufopolitique". Mon objectif était seulement de situer l'influence du NICAP dans la propagation de la représentation de l'origine extraterrestre des OVNIs. J'aurais évidemment pu ajouter qu'ils font des enquêtes, mais cela me semblait superfétatoire de le préciser, étant donné le nom en toutes lettre que recouvre l'acronyme NICAP, que je donne d'ailleurs dans mon ouvrage: National Investigation Committee on Aerial Phenomena.

Ne présenter que ce qui "convient" pour une thèse est une mauvaise démarche. Il n'y a rien de superfétatoire à présenter les enquêtes en ufologie, au contraire, c'est là la base à partir de laquelle des thèses peuvent être bâties, tandis que le discours présentant le NICAP comme profiteur d'une "paranoïa" du peuple américain constituent une caricature pure et simple des américains, de ce qu'a été le NICAP et quelque chose que je vis comme une véritable insulte au travail formidable qu'ont effectué le major Keyhoe et ses gens, qui n'avaient strictement rien à voir avec le portrait ridiculisant dressé par Fabrice Bonvin.

De la même manière, l'affirmation que les "contactés" soient des créatures du gouvernement américain est une pure spéculation. Les histoires farfelues de ces "contactés" ont bien entendu été mise en avant contre la thèse des visites extraterrestres par des gens des milieux officiels comme Condon, Quintanilla, mais également par des ufologues ayant soutenu des thèses similaires à celle de Fabrice Bonvin, comme John Keel, ou Fabrice Bonvin lui-même qui poursuit dans cette ridiculisation sans la moindre aide de la CIA, évidemment.

Un exemple d'incompréhension totale de l'histoire des programmes officiels américains relatifs aux OVNI est asséné ici par Fabrice Bonvin: "Les commissions d'enquête officielles (Sign, Grudge, Blue Book), dont le but est de rejeter l'existence du phénomène OVNI et le réduire à des explications prosaïques."

C'est simplement faux. SIGN n'avait aucune telle mission. SIGN était une recherche sincère de l'US Air Force sur l'origine des OVNIS et en même temps SIGN n'a jamais eu la moindre mission d'informer le public de l'existence ou l'inexistence ou la nature des OVNIS. Grudge était plus orienté vers l'information du public, et a bel et bien conclut par un rapport public qui reconnaissait une proportion de cas non triviaux dans les observations qu'ils ont traitées. Ce n'est que le projet Blue Book, après le départ de Ruppelt, qui sur la nouvelle politique décidée par la CIA en 1953, a négligé la question et donné à tort des informations systématiquement négatives sur le phénomène. Les lecteurs qui ne sont pas familiarisé avec l'histoire ici liront l'ouvrage du capitaine Ruppelt, qui a dirigé Blue Book un temps, et l'ensemble de la documentation officielle de ces projets, et réalisera à quel point la vision manichéenne de Fabrice Bonvin est naïve.

Un exemple de manipulation des faits par Fabrice Bonvin est ce memo du FBI qu'il cite ici et qui présenterait Keyhoe comme irresponsable. Ce memo était confidentiel. Le FBI ne l'a jamais publié et n'aurait jamais publié cet avis personnel d'un de ses agents sur un livre de Keyhoe. C'était une note de lecture purement interne, et elle n'est connue que depuis quelques années parce que des ufologues ont demandé au FBI l'accès à leurs archives.

Qui donc utilise maintenant ce memo pour jeter le discrédit sur le Major? Ce n'est pas le FBI, dont l'opinion était restée confidentielle. C'est Fabrice Bonvin.

Je n'ai jamais écrit que le "cinéma de science-fiction est la cause de la théorie des visites extraterrestres". Voilà ce qui est écrit dans mon ouvrage :

"Des films, tels que L'homme de la Planète X (1951), L'invasion vient de Mars (1953), La Guerre des Mondes (1953) ou encore La Planète Interdite (1956) mirent en scène des extraterrestres aux intentions malveillantes, cristallisant les peurs et fantasmes inspirés par le communisme. Mise en scène par Hollywood, cette procession intergalactique instilla, elle aussi, la représentation d'OVNIs issus du cosmos dans l'opinion publique".

Il y a là une nuance que les connexions synaptiques de Patrick n'arrivent pas à saisir: les OVNIs - qu'ils soient extraterrestres, originaires du futur, d'une dimension cachée, de Gaïa ou qu'importe - jouissent d'une représentation "extraterrestre" auprès de l'opinion publique pour plusieurs raisons (expliquées dans mon ouvrage). L'une d'elles sont les productions hollywoodiennes.

Il y a donc une nuance entre "si vous pensez que les visiteurs extraterrestres viennent ici, vous êtes victimes du cinéma de science fiction" et "Mise en scène par Hollywood, cette procession intergalactique instilla, elle aussi, la représentation d'OVNIs issus du cosmos dans l'opinion publique"?

Il faudra m'expliquer cette nuance, en effet.

Quoi qu'il veuille vouloir dire ici pour dorer la pilule, Fabrice Bonvin défend bel et bien l'idée que ceux qui pensent que certains OVNIS sont extraterrestres pensent ainsi notamment - entre autres causes ridiculisantes citées, que j'abordais également - à cause de l'influence du cinéma de science fiction (et pour le reste parce que ces gens seraient bornés, feraient des blocages, sont simplistes, réducteurs, ont le culte des étoiles etc.)

Et bien, non, c'est faux. Ce n'est pas pour cela qu'il y a des gens qui pensent que certains rapports d'OVNIS n'ont pas de meilleure explication que celles de visites extraterrestres. C'est tout simplement parce que c'est une thèse rationnelle.

Et que cela inspire le cinéma n'a rien d'étonnant et n'est aucunement un argument qui valide le moins du monde la thèse de Fabrice Bonvin. Les gens ne sont pas ces idiotes "éponges culturelles" qu'il veut nous présenter. Les thèses non-extraterrestres sur les OVNIS ont également eu leur part au cinéma, depuis les années 50 "The Flying Saucer" jusqu'à nos jours (Matrix). Dire que défendre la thèse des visiteurs extraterrestres est sans autres fondements que le cinéma qui représente cette thèse est grossièrement caricatural et simpliste. La thèse des visiteurs extraterrestres remonte à bien longtemps avant le cinéma de science fiction, et ses premières apparitions sont causées d'une part par des observations nombreuses pointant vers cette explication plutôt que n'importe quelle autre, d'autre part par la réflexion rationnelle sur l'idée que nous ne sommes très probablement pas uniques dans une galaxie comportant plus de 100.000.000.000 étoiles, ce qui n'est pas de l'imagerie de cinéma mais la réalité.

Ce que j'avais expliqué dans ma critique:

C'est juste et c'est d'ailleurs ce que j'écris dans mon ouvrage en citant Schopenhauer qui affirmait que "la généralité d'une opinion n'est pas une preuve, et même pas un indice de la vraisemblance de son exactitude" (page 59). Je parlais de "majorité paralysante », ce qui signifie que lorsqu'une idée est partagée par une majorité, il est courant qu'elle paralyse la prise en compte et le développement d'autres opinions, ce qui a été démontré maintes fois par des expériences en psychologie sociale.

Je suis ravi de lire que Fabrice Bonvin trouve ma critique juste. Peut-être en tiendra-t-il compte dans son prochain ouvrage et trouvera-t-il d'autres mots que la ridiculisation des "fanatiques de la tôle ondulée" et autres arguments invalides?

Le problème est que, bien qu'il cite Schopenhauer, il répète tout de même inlassablement ce thème de la "pensée unique", et blâme les tenants de la thèse de l'origine extraterrestre du manque de percée des thèses alternatives comme la sienne. en réalité, si ces thèses ne "percent pas", appréciation d'ailleurs discutable, c'est parce qu'elles sont infertiles, auto-démonstratrices et auto-justificatrices.

Dans son livre, Fabrice Bonvin écrit constamment une chose et son contraire. C'est ce qui lui permet de donner une apparence de réponse à chaque critique. Si je soulève un certain point, il trouvera sans peine un autre passage de son livre qui dit autre chose que le point soulevé. Mais ce n'est pas le coeur de l'affaire. Le coeur de l'affaire est les conclusions qu'il formule. ainsi, il a beau se défendre de trouver les partisans de la thèse de l'origine extraterrestre "influencé par les médias" et ainsi de suite ici, Schopenauer ou pas, c'est bien la conclusion qu'il répète. C'était précisément ce que je signalais ensuite dans ma critique:

Ce n'est pas le constat que je porte.

C'est bien ce constat que Fabrice Bonvin entend présenter. Il ne cesse de penser que les adversaires de sa théorie n'y ont pas réfléchi, qu'il ne sont pas informés, qu'ils n'ont pas lu, qu'ils sont aveugles, bornés. Mais c'est faux. Il s'étonne que j'ai acheté son livre. Il a tort de s'étonner. Sa thèse, comme toutes les autres thèses alternatives, je ne les ai jamais ignoré, au contraire, je les ai explorées et discutées avec d'autres ufologues depuis cinq ans, et bien d'autres les ont explorées et discutées avant moi et comme moi, dans le passé et le présent.

Lui semble ne pas même réaliser que sa thèse, qu'il croit inédite, avait été énoncée telle quelle avant lui par Kenneth Ring...

Ces autres pistes n'ont pas été explorées de manière satisfaisante, à mon avis, en raison de la perception sclérosée de nombreux ufologues du phénomène OVNI.

Et voilà donc encore le même refrain inlassablement répété. Fabrice Bonvin nous expliquera sûrement que je déforme ses propos?

Quant aux "querelles intestines », elles n'alimentent pas la controverse mais plombent la recherche.

Il est à noter que "querelles intestines" est l'expression utilisée par Fabrice Bonvin, tandis que j'essaye d'expliquer que contrairement à ce qu'il affirme, les thèses dites "alternatives" comme la sienne n'ont nullement été ignorés pour cause de "croyance aux extraterrestres", mais qu'elles sont bel et bien étudiées et débattues, mais Fabrice Bonvin ne participe pas à ces débats qu'il méprise.

Il suffit de suivre l'actualité de l'ufologie française pour s'en rendre compte: menaces de procès (le dernier en date remonte à la semaine dernière et met en scène Jean-Pierre Petit et François Bourbeau), procès tout court (exemple : Robert Alessandri et Jean-Jacques Velasco),...

Mais quel rapport avec le fromage? En quoi cela a-t-il le moindre rapport avec son affirmation de ce que l'on ignorerait des thèses alternatives à cause de la croyance aux extraterrestres?

Fabrice Bonvin devrait aussi réaliser que les fines allusions personnelles et sexuelles auxquelles il se livre ici au long de sa réponse ne lui font pas honneur, et je me demande jusqu'où il serait allé s'il n'y avait pas, pour les personnes, la possibilité de demander arbitrage et réparation quand il y a diffamation.

L'ufologie est un domaine extrêmement riche en controverses, et les ufologues communiquent énormément entre pairs. Il survient parfois des dérapages, mais guère plus que dans d'autres domaines: un procès effectif, et une menace de procès, entre des personnes qui n'ont rien à voir avec cette discussion, et rien à voir avec les groupes de discussions que j'évoquais, c'est tout ce que Fabrice Bonvin trouvera sur presque une décennie de controverses parfois vives. C'est regrettable, mais c'est bien peu. C'est signe d'une bonne tenue générale des ufologues. Bien entendu, des personnes dérapent, d'autres peuvent se sentir offensées à divers degrés, à tort ou à raison. C'est leur strict droit que de demander un arbitrage et les réparations auxquelles ils pensent avoir droit, et c'est à chacun de veiller, s'il veut éviter des emballements regrettables, à de pas attaquer les personnes sur des bases inexactes, hors de propos, personnelles, sexuelles, parfois purement diffamatoires, et de s'en tenir, dans le discours, à la critique normale des idées. Fabrice Bonvin a dérapé ici plusieurs fois. Cela m'a surpris et peiné, j'avais pensé qu'il n'était pas de ce bois là. Il n'y a pas diffamation, je n'ai nulle intention de revenir là-dessus, mais je vois qu'il s'est bien mal placé ici pour se plaindre de la tenue des autres!

... débats stériles sur des listes de "discussion" qui ne servent qu'à servir l'ego de certains. Ca, ce n'est pas de la recherche née de la controverse mais des querelles intestines et enfantines.

Voilà la vision de Fabrice Bonvin de la discussion: débattre, discuter, confronter les points de vues, pour lui, c'est "stérile", et si vous le faites, ce serait pour "servir votre ego."

Si vous avez des arguments à présenter qui ne confirment pas sa thèse, ces arguments seront ignorés, non examinés, au motif que confronter les idées est selon lui faire acte de mégalomanie stérile.

Et bien non. La discussion, la confrontation des idées, particulièrement sur les listes de discussion, c'est de très haute valeur. C'est ce qui permet de bien comprendre les thèses confrontées et de se former une opinion en connaissance de cause, par opposition avec les péroraisons solitaires sur "l'HET" et les "tôles et boulons", présentations caricaturales et non informées.

Il est d'autres pays, ou d'autres temps, où les gens auraient bien voulu la liberté d'expression et de débat. Nous avons cela; le mépriser est une erreur.

Quand on passe son temps à se crêper le chignon et à s'invectiver, on ne fait rien de constructif et d'aucune valeur ajoutée à l'ufologie.

J'ai présenté des arguments qui montrent que le rejet de la thèse des visites extraterrestres par Fabrice Bonvin est infondé, et que sa thèse est sans assise solide. A aucun moment je n'ai pratiqué la moindre invective. Il semble que, n'ayant pas réellement de réponses à mes critiques, Fabrice Bonvin en soit resté à s'imaginer être en but à des invectives... Ce n'est pas le cas.

Il y a là bien sûr en filigrane un fantasme de Fabrice Bonvin, qui s'imagine bien entendu qu'une personne comme moi, du fait qu'elle participe à des discussions, ne "ferait rien de constructif" par ailleurs. Vrai, je n'ai pas écrit de livre, la raison étant que pour le moment je n'ai nulle intention de vendre de l'ufologie. Mais Fabrice Bonvin n'a visiblement aucune idée d'ensemble de mon travail en ufologie, qui ne se résume évidemment ni à débattre, ni à alimenter mon site web.

C'est d'ailleurs pour cette raison que ma réponse aux provocations de Patrick se veut relativement courte.

Appeler "provocations" des arguments contraires n'est pas une manière rationnelle ni civilisée de débattre.

Tout comme moi, Vallée n'exclut pas l'HET,

Fabrice Bonvin présente une "HET" ridicule, à grand coup d'expressions navrantes. Ce n'est pas qu'il exclut formellement l'HET, dit-il. Soit. Mais il n'en a jamais discuté les arguments avec ceux qui la défendent correctement. Il méprise et invective les tenants de la thèse extraterrestre, les présente sous un jour ridicule, et fait de même de la thèse qu'ils défendent. C'est là une de mes critiques, mais il a décidé de ne pas l'entendre.

Son livre n'est pas mesuré. Il dit que les débats des groupes de discussions sont "enfantins", mais voyons comme le langage qu'il me tient est adulte:

...il passe ses journées et ses soirées tout seul devant son ordi à alimenter son site internet ...

C'est simplement hors de propos, évidemment inexact, et méprisant.

... car il [Jacques Vallée] est un champion de l'exploration de nouvelles pistes, et, en cela, est ouvert d'esprit.

J'ai beau expliquer à Fabrice Bonvin que ces "nouvelles pistes" sont une simple revisite de Keel et d'autres avant, il ne l'entend pas. Ce n'est pas l'ouverture d'esprit qui est critiquée, c'est le propos de Fabrice Bonvin.

Ce n'est pas le cas de Patrick, pour lequel, en dehors de l'HET, point de salut !

Encore une fois, Fabrice Bonvin imagine que je rejette les autres thèses par "croyance", alors que je les rejette parce qu'elles n'ont pas de fondement rationnel, en expliquant ce point. Il n'est nullement question de "salut". Qui est enfantin, ici?

Je n'ignore ni les causes, ni la réalité derrière les récits.

Bien sûr que si. Les récits sans évidences de fées et farfadets sont pris comme "réels", et les "OVNIS" sont pris comme tous réels, par millions d'abductions-hypnose notamment. La critique que je venais de formuler a été totalement escamotée ici.

Ma démarche est d'analyser les mécanismes et invariants des apparitions du passée (fées, élémentaux, etc...) et les comparer avec ceux des apparitions "extraterrestres" contemporaines. J'en tire la conclusion que ces mécanismes et invariants sont identiques et l'indication d'une présence d'une intelligence étrangère en interaction avec le genre humain.

Ma critique montrait que ces invariants n'en sont pas. Je peux rappeler comme exemple cette affirmation de Fabrice Bonvin selon laquelle les "Men-in-Black" seraient "systématiquement télépathes". J'ai montré que cela était faux. Quant aux fées, elles sont encore moins télépathes. L'invariant que Fabrice Bonvin pense exister est totalement fictif.

Ce qu'il appelle "la présence d'une intelligence étrangère en interaction avec le genre humain", c'est essentiellement cette chose toute simple: l'imagination.

Il se peut qu'il s'agisse d' "extraterrestres" visitant la Terre depuis des siècles et se travestissant en élémentaires, en fées, etc...

Non. Ce n'est pas ma thèse. Fabrice Bonvin n'arrive pas à comprendre que les "fées" et autres "élémentaires" sont des êtres de légende, faute de la moindre raison de penser le contraire, et non pas des "faits avérés". Ce sont des créations de l'imagination, essentiellement, et il n'est pas rationnel d'en faire était pour défendre l'une ou l'autre thèse parce que ces récits sont presque toujours des fictions, parfois des récits de "quelque chose" qui se serait passé, mais dont il n'y a presque aucune occasion d'en évaluer la nature, si ce n'est que certains de ces récits avancés contre la thèse des visiteurs extraterrestres, quand on y regarde de plus près, ne sont absolument pas ce que les défenseurs de cette idée ont cru, en voici deux exemples:

... mais il est infiniment plus probable qu'il s'agisse d'une intelligence basée sur Terre (pour les raisons explicitées dans mon ouvrage)

Il n'y a aucune raison sensée donnée dans l'ouvrage. Toute ma critique est l'explication de cela.

La raison pour laquelle certains rapports d'OVNIS s'expliquent bien par des visites extraterrestres tient au principe de banalité, au fait que de telles visites ne nécessitent aucunement d'inventer des "pouvoirs" d'une "intelligence" qui créerait de la matière, au fait qu'aucune évidence ni directe ni théorique qu'une telle chose puisse exister ne soit disponible, qu'aucune telle évidence n'est même possible puisqu la thèse est une théorie du tout, autodémonstratrice et infalsifiable.

Quand Fabrice Bonvin dit qu'il est "infiniment plus probable" qu'il y ait dans la terre une "supra intelligence" qui fabrique des fées et des OVNIS pour nous transformer en écologistes que d'avoir des visites extraterrestres, il quitte totalement les sentiers de la raison.

Ceci a été exposé et discuté ailleurs plus en détail, notamment sur ces listes de discussion que Fabrice Bonvin méprise.

... instrumentalisant le Zeitgeist et les représentations des groupes d'individus pour interagir avec nous de manière subtile. Autrement dit, je vois mal des "extraterrestres" "se déguiser" (pour reprendre l'expression de Patrick) en gnomes. Je les vois encore moins nous visiter depuis plusieurs siècles, tout en répétant indéfiniment les mêmes actions, le même discours sans les modifier d'un iota. Est-ce que ces extraterrestres seraient sujets à des troubles obsessionnels-compulsifs ou est-ce que cette constance cacherait autre chose?

Ma thèse n'a jamais été que les extraterrestres se déguiseraient en farfadets, ni non plus qu'ils nous visiteraient depuis des siècles, ni qu'ils répéteraient indéfiniment les mêmes actions où tiendraient des discours. C'est là entièrement la version altérée que présentent systématiquement les adversaires de la thèse des visites extraterrestres. En réalité:

Si Fabrice Bonvin prenait le temps de me lire correctement, il aurait compris qu'il se trompe en affirmant que les fées existent, ou qu'il y a avec les histoires de fées des preuves que des extraterrestres (sans guillemets) nous visiteraient depuis des siècles. Ce que j'expliquais:

Comment Fabrice Bonvin tient-il compte de ces remarques?

Voici:

La mélasse dogmatique scientifico-extraterrestre de Patrick lui fait voir des dogmes partout, ...

Enfantin, disait-on?

... y compris où il y en a pas ! Pour Patrick, le passé, qui est pré-scientifique, ne permet pas de faire de postulat sur les visiteurs du passé.

La reformulation n'est pas tout à fait correcte. Les histoires de fées du passé, je n'ai pas exactement affirmé qu'il serait toujours impossible de les étudier scientifiquement. Au contraire, j'ai fait de telles études que je citais en référence, que Fabrice Bonvin choisit d'ignorer, préférant altérer mon propos en en supprimant l'un des deux axes.

Ce sont les paléontologues, historiens, etc... qui vont être contents.

Les paléontologues et les historiens ne valident nullement la thèse de Fabrice Bonvin. Les paléontologues travaillent scientifiquement sur les dinosaures du passé parce qu'ils en ont les fossiles; mais ils ne peuvent pas travailler sur les fossiles des fées, parce que, jusqu'à preuve du contraire, il n'y a aucun fossile de fées et de farfadets. Les historiens pourraient éventuellement expliquer à Fabrice Bonvin qu'il ne faut pas prendre les histoires de fées comme des "faits réels" au sens où il veut le croire. Mais Fabrice Bonvin n'écoute pas et préfère s'imaginer que les paléontologues et les historiens sont d'accord avec lui sur l'existence des fées.

A quand date-t-il ce passé pré-scientifique?

En ce qui concerne l'ufologie, la véritable approche scientifique se développe progressivement. Les premiers groupes qui avaient entrepris de travailler sur le sujet des OVNIS dans le respect de la méthodologie scientifique étaient par exemple le NICAP. Avec Fabrice Bonvin, ce passé pré-scientifique se manifeste avec éclat, quand il prend des traînées d'avions pour des OVNIS supraterrestres invisibles ou des ballons festifs pour des entités biomécaniques paranormales, entre autres erreurs.

Le moyen-âge des fées et farfadet, par contre, marque un recul profond tant des savoirs que des méthodes, une époque empreinte de religiosité à laquelle on a oublié que la terre est ronde, ce qui avait été calculé scientifiquement auparavant, une époque à laquelle le dogme religieux suffit a assurer un ordre social fragile au sein d'une population largement illettrée, sans éducation, donc crédule, le savoir passé dormant dans les librairies des moines copistes.

A l'ère des dinosaures? A celui de la Révolution Industrielle? A 1947, 1954 ou 1989?

Vaste question, dont la réponse ne validerait évidemment pas la thèse de Fabrice Bonvin selon laquelle fées et farfadets existent réellement. Il suffit de prendre connaissance d'une thèse pour vérifier si elle est basée sur une méthodologie scientifique ou non. Quand les anciens grecs ont mesuré la rotondité de la terre, il y avait là une approche scientifique. Quand les sorcières étaient jetées au feu sur accusation de commerce avec le diable, il n'y avait pas là de travail scientifique. Quand Fabrice Bonvin affirme que les fées existent en en arrivant à présenter comme argument à cela que les paléontologues étudient effectivement le passé, il n'y a pas de pensée scientifique.

A force de les lire et les relire dans la littérature ufologique majoritairement pro-HET, on les connaît par coeur les arguments "pour" les extraterrestres. Recopier ces arguments dans mon ouvrage n'aurait été d'aucune valeur ajoutée.

Si Fabrice Bonvin connaissait réellement par coeur ces arguments "pour" et ne les avait délibérément omis dans son livre, pour plutôt présenter moqueries et arguments "contre", ma critique aurait été infondée. Mais voilà, Fabrice Bonvin ne connaît peut-être pas réellement ces arguments, et a délibérément choisi de ne pas les présenter, et de présenter une "HET" caricaturale montrant bien qu'il ne connaît pas du tout "par coeur" ce que les défenseurs de la thèse des visitent extraterrestres ont à dire. Cela est critiquable. Je ne procède moi-même pas ainsi, c'est pourquoi j'ai pris en compte la thèse défendue par Fabrice Bonvin, au lieu de l'ignorer sous le prétexte qu'il aurait du également m'autoriser à affirmer que "les arguments contre les extraterrestres, on les connaît par coeur."

Je ne peux que le redire: les arguments "pour" les extraterrestres sont omis. Les arguments présentés "contre" sont bien connus et sont acceptés par l'auteur sans esprit critique.

Voyons la réponse de Fabrice Bonvin:

Argumentation rigolote.

Enfantin, disait-il?

Je détaille cette phrase de Hynek, car Patrick ne l'a manifestement pas comprise. Par ce propos, Hynek s'étonnait que les seuls effets constatables et tangibles sont des calages de voiture ou de la récolte de betterave. Bref, des effets parasites. Pas de contacts officiels, pas de preuves physiques, tangibles et indiscutables, pas de discours clairs et limpides. Rien d'important et que des facéties et des turlupineries : arrachage de lavande, calage de Renault, effroi de vieilles femmes.

Fabrice Bonvin a maintenant supprimé une bonne part de ce que disait Hynek, pour ne garder que ce qui lui semble encore défendable. Ma critique n'était donc pas inutile.

Mais il ne reste rien de défendable en tant qu'argument "contre" les visites extraterrestres. Je le répète, si un OVNI passe près de votre voiture et que le moteur cale, ce qui est réellement stupide, c'est d'en inférer que cet OVNI aurait traversé l'espace cosmique dans ce "but!"

Egalement, les "collectes d'échantillons" seraient supposés être une preuve que les OVNIS ne sont pas extraterrestres. Pour Fabrice Bonvin, visiter une autre planète, et ramasser des échantillons, ce n'est pas pensable. Il se trouve pourtant que c'est bien ce que nous faisons nous-mêmes, Imaginez donc d'éventuels Martiens ou Lunaires qui auraient contempler nos sondes et astronautes recueilllir des échantillons. Pour Fabrice Bonvin, ces Martiens et Lunaire devraient en déduire qu'ils ne sont pas visités, que recueillir des échantillons est une activité stupide et absurde lorsque l'on explore une nouvelle planète.

Fabrice Bonvin n'arrive pas à accepter que ma critique de la citation de Hynek soit admissible. Il enchaîne plutôt vers quelque chose d'autre, la question de l'absence de contact. Il se trouve que cette question a été battue et rebattue maintes fois, notamment sur ces groupes de discussions que Fabrice Bonvin méprise.

Je devrais maintenant lui exposer les arguments sur cette question, mais Fabrice Bonvin assure qu'il les connaît par coeur. Je préfère donc lui redire l'essentiel:

"Notons tout de suite que si Fabrice Bonvin trouve cette argumentation valable, il lui incombe alors de montrer que son explication à lui ne puisse souffrir de la même critique."

Fabrice Bonvin en effet botte en touche, et ne veut pas entendre: pour quelle raison cette "intelligence supraterrestre" ne prend-elle pas contact avec nous directement? Pour quelle raison cette intelligence "supra-terrestres" ferait-elle caler les moteurs de voitures, peur aux vieilles dames et ramasserait-elle des échantillons de betteraves? Pourquoi ne contacte-t-elle pas directement George Bush ou Greenpeace ou l'ONU?

Fabrice Bonvin esquive cela. En réalité, si les OVNIS sont des visiteurs extraterrestres, il n'y a rien qui interdise formellement d'interpréter un calage de moteur de voiture comme un effet secondaire de la technologie utilisée pour leur engin. Si les OVNIS sont des visiteurs extraterrestres, il n'y a rien qui permette de prétendre que ce serait absurde qu'ils collectent des échantillons. Il n'y a rien d'étonnant à ce que les vielles dames soient effrayées.

Mais si les OVNIS sont des "choses créés par une intelligence supra-terrestre", on peut réellement se demander, vu le "pouvoir" de cette intelligence, pourquoi elle ne prend pas contact officiellement, pour le moins, ou pourquoi elle prend des échantillons de betteraves, ou pourquoi elle ne règle pas les problèmes de pollution de la planète elle-même, si déjà elle a la capacité de faire apparaître de "vrais OVNIS physiques". Fabrice Bonvin ne voit pas que les objections qu'il dresse à l'idée des visiteurs extraterrestres ne sont pas aussi valides qu'il le pense, et qu'elles sont tout à fait présentables comme objections à sa propre thèse.

En effet, son propos ici se ramène à dire que les manifestations OVNIS ne sont pas convaincantes, que ces extraterrestres ne sont pas réalistes par rapport à ce que des extraterrestres devraient faire. Alors, si son "intelligence supraterrestre" qu'il imagine "fabriquer" ces apparitions le fait pour nous faire croire aux extraterrestres, pourquoi ne fabrique-t-elle pas des extraterrestres convaincants? Si le but de cette intelligence capable de fabriquer de telles manifestations - quel pouvoir! - par "millions" comme le pense Fabrice Bonvin, pourquoi ne fait-elle pas simplement disparaître la pollution directement, pourquoi n'adresse-t-elle pas un message direct à ceux qui sont responsable des pollutions, pourquoi ne fait-t-elle pas apparaître quelque gigantesque avertissement écologique à une séance de l'ONU ou un congrès d'industriels? Et à quoi servaient donc les fées et farfadets, à faire croire à quoi et dans quels buts, étant donné que la pollution n'était pas un problème d'actualité?

Dans son attente d'une intelligence planétaire qui est supposée oeuvrer pour l'évitement de catastrophes écologiques, Fabrice Bonvin rejoint les préoccupations de ces contactés des années 50. Nous sommes loin de l'ufologie, et je n'entends pas lancer un débat de société, mais est-ce réellement sans danger que d'attendre ainsi des "interventions salvatrices" qui n'existent que dans l'imagination? Est-ce tellement trivial de s'en remettre à un sauveur? En ce qui me concerne, je ne veux pas attendre que la planète se sauve elle-même pour faire ce que je peux pour elle, et nulle illusion de soucoupe volante ne m'a été nécessaire pour prendre conscience du problème d'écologie. Qui croira que les membres de Greenpeace ont acquis leur vocation par vision de leurres d'extraterrestres envoyés par Gaia?

L'argument qui demeure alors à commenter au sujet de la thèse des visites extraterrestres, le seul, est celui de l'absence de contact massif, ou d'invasion ouverte. J'ai bien présenté en plusieurs occasions plusieurs réponses possibles à cela, mais Fabrice Bonvin ne le sait pas. En faire la redite ici prendrait énormément de place, je ne le ferais pas dans le contexte de cette critique qui n'est pas en soi un exposé de la thèse des visites extraterrestres mais un exposé des erreurs qui ont conduit à une autre thèse.

Je peux ici simplement me contenter de demander à Fabrice Bonvin, pourquoi, s'il existe une intelligence "supraterrestre" dans la planète Terre, capable de "fabriquer" faux OVNIS et faux extraterrestres, et qui se soucierait de la pollution de la nature par l'homme, pourquoi cette intelligence ne prendrait-elle pas contact directement avec George W. Bush ou l'ONU ou le WWF?

La question de l'absence de contact est en effet un obstacle de même nature mais non fatal, pour les deux thèses, et nullement quelque chose qui rendrait une des deux thèses plus évidente que l'autre.

C'est complètement faux. Dans mon ouvrage, je fournis justement plusieurs exemples de témoignages montrant exactement le contraire. Pour illustrer l'impact du phénomène sur la psyché des témoins au chapitre 6, je me suis particulièrement concentré sur deux cas, celui de Tim Edwards et de Joe Firmage. Ces deux témoins ne croyaient, ni ne s'intéressaient aux OVNIs avant leurs observations. Tim Edwards, avec lequel j'ai eu de longs échanges, était un passionné de randonnées tandis que Joe Firmage consacrait toute son énergie à sa start-up de la Silicon Valley. Ce que je voulais montrer, c'était comment une observation pouvait complémenter remodeler la conception du monde d'individus confrontés, une première fois, à une observation. Ces deux témoins sont, du reste, convaincus d'avoir été "sélectionnés" par l'intelligence à la source de ces manifestations, à l'instar des abductees, des contactés et des témoins que j'ai pu rencontrés au cours de mes enquêtes. S'en suit une dialectique entre le témoin et cette intelligence qui aboutit naturellement à des observations répétées ou des "observateurs privilégiés" (selon sa terminologie). Il existe des cas notoires, comme celui de l'abductee Betty Hill, le pilote Kenneth Arnold, etc... Quant à la vague belge, je fais remarquer le caractère ostentatoire des observations: les OVNIs voulaient se faire voir, comme l'a d'ailleurs noté Bertrand Méheust. Et comme je l'ai souligné dans mon ouvrage, ostentation du phénomène et sélection du témoin vont de pair.

Fabrice Bonvin commence par dire que ma critique est "complètement fausse". En clair, il dit que j'ai tort de prétendre que selon lui, les témoins sont "choisis." De fait, il n'en donne que des exemples choisis, et donne bien plusieurs exemples inverses, je ne le nie pas.

Mais il n'en tient aucun compte. Il voulait montrer "comment une observation pouvait remodeler la conception du monde" de témoins. Ma critique est qu'il généralise à partir d'exemples, en omettant de prendre en compte les témoins dont la conception du monde n'a pas été "remodelée" du tout. Dans sa recherche, et c'est là une critique générale, il sélectionne dans "la masse" du phénomène les cas qui lui conviennent parce qu'ils semblent illustrer sa thèse. Ce n'est pas une bonne approche, parce qu'il y a une sélectivité biaisée suivie d'une généralisation injustifiée.

Une autre erreur ici est de penser que parce que le témoin se sent choisi, alors, il a été choisi. Fabrice Bonvin confond un sentiment, une conviction, avec une réalité. Faire ce saut est très imprudent. Nous avons vu que Fabrice Bonvin lui-même se sent "choisi" ... par de simples ballons!

Je ne doute pas, dois-je le dire, que certains témoins d'OVNIS soient saisi d'une sorte de vertige cosmique, ou acquièrent un respect nouveau, après avoir "vu". Mais il en est de même par exemple des astronautes revenant de l'espace, sans pourtant que le moindre OVNI en soit la cause. Le défaut dans la logique de Fabrice Bonvin est celui que j'exposais, celui d'interpréter librement des faits comme favorables à sa thèse, alors que la chaîne des évidences est absente, et de ne pas tenir compte de ce qu'il sait effectivement, je ne le nie pas: que ce n'est absolument pas un cas général que celui du témoin qui se sente "choisi" par l'OVNI.

Cette fois-ci, c'est correct : j'ai bien écrit que la majorité des observations d'OVNIS n'ont qu'un seul témoin. Par contre, dire que c'est une "erreur répandue, sans justification" relève de l'ignorance ou de la mauvaise foi. Les justifications se trouvent en page 166, avec les références dûment notées (il s'agit donc de mauvaise foi). Je cite deux études, celle du NIDS (avril 200, basée sur 299 observations aux Etats-Unis) qui montre qu'il n'y a qu'un seul témoin dans 58,2 % des cas et celle de Eric Zurcher (1979) qui révèle qu'il n'y a qu'un seul témoin dans 62 % des cas. Pas de chance pour Patrick, les cas choisis (par échantillonnage) par Zurcher pour son étude sont majoritairement issus du catalogue d'observation de la vague française de 1954 ! D'ailleurs, l'astronome Hynek, qui a consacré d'interminables journées le nez plongé dans les statistiques sur les OVNIs et à enquêter sur le terrain, l'avait remarqué : “ pourquoi y a-t-il si peu de témoins par apparition? Si nous étions en présence d'un engin en “ tôles et boulons ” lancé d'un Cap Canaveral cosmique, ne serait-il pas visible à davantage de témoins? ”.

Fabrice Bonvin n'a pas bien compris. Je parlais bien d'erreur répandue, citer les sources qui répandent l'erreur n'y change rien.

L'erreur dans le comptage de Zurcher et bien d'autres est que le comptage se réfère non pas aux OVNIS en tant qu'OVNIS bona fide, mais aux rapports d'observations d'OVNIS, incluant fraudes, canulars et confusions. Inutile de me parler de la vague de 1954 chez tel et tel auteur pour un tel comptage: aucun auteur n'a saisi la vague de façon complète et exhaustive. Bien que loin du compte, je suis bien le seul a avoir entrepris - évidemment avec le bénéfice du recul, ce n'est pas moi qui vais me comparer à un Galilée de l'ufologie - un recensement sérieux et exhaustif de ce dont cette vague est constituée, et je suis de loin très au-delà de tous les catalogues existant à ce sujet, comme le désastreux catalogue de Jacques Vallée par exemple, ou les "exemples" de Fabrice Bonvin dans un précédent article.

C'est ce que je qualifie donc de "sans justification". Une justification est attendue, qui consiste à supprimer de ces catalogues touts les rapports ayant des explications triviales, et faire ensuite le comptage. Fabrice Bonvin ne l'a pas fait, Eric Zurcher n'est pas complet, personne n'en est là. On y arrivera, parce que je le fais, autre raison pour moi de sourire au cliché de "l'ufologie qui ne progresse pas à cause des extraterrestres" que nous sert Fabrice Bonvin.

Je ne gonfle rien du tout et ne fais que me baser sur les chiffres disponibles. Ils ne plaisent pas à Patrick. Le sondage Roper est un sondage "scientifique", ça, par contre, ça devrait lui plaire.

Les bras m'en tombent. Fabrice Bonvin croit toujours que le sondage Roper est un "sondage scientifique" dégageant que 5 millions de gens ont été enlevés par les extraterrestres! Il y a là une réelle incapacité à se documenter à ce sujet, et une volonté de croire au premier degré des chiffres qui ne sont absolument pas ce que Fabrice Bonvin en fait.

Non, le sondage Roper ne prouve absolument pas de manière scientifique que 5 millions de gens ont été enlevé par les extraterrestres, quelle sornette!

Ce sondage ne visait qu'à évaluer une probabilité de fréquence d'indices d'enlèvements possibles.

L'erreur fondamentale dans l'interprétation de ce sondage comme "nombre d'enlèvements extraterrestres" est le fait simple que ce qui peut s'interpréter là comme "enlèvements extraterrestres" peut presque toujours s'interpréter aussi bien comme épisode d'hallucination hypnagogique, hallucination qui n'est nullement rare mais très fréquente et qui aboutit naturellement à répondre "Oui" à des questions de l'ordre "vous êtes vous déjà réveillé dans la nuit avec l'impression d'être paralysé avec le sentiment de présences dans la chambre?" ou "Avez-vous déjà rêvé des OVNIS?" Des questions comme "Avez-vous déjà eu des cicatrices dont vous ne saviez pas d'où elles venaient?" ne sont évidemment pas non plus des questions prouvant le moindre enlèvement extraterrestre.

Fabrice Bonvin affirme qu'il y a 959 atterrissages d'engins extraterrestres chaque année. Je lui en demandais la preuve, mais rien n'est dit. Encore une affirmation sans fondement, entièrement fausse, que Fabrice Bonvin prétend basée sur "les chiffres disponibles", chiffres en réalité indisponibles qui n'existent que dans son imagination.

Tous ces gonflages de chiffres sont bien faits là pour discréditer la théorie des visites extraterrestres. Mais il n'y là que tromperie.

Hynek, qui ne maintenait pas de site web ...

Enfantin, disions-nous! Hynek ne maintenait pas de site web parce que le web n'existait pas en son temps! En filigrane, plutôt sournoisement, Fabrice Bonvin tente pour la troisième fois de faire passer l'idée que je suis bien méchant, car je maintiens un site web, ce qui ne serait pas bien (il croit que mon site Internet est ma seule activité ufologue, probablement). Fabrice Bonvin maintient un site web depuis plus longtemps que moi, rappelant sans états d'âme qu'il est le premier site Internet ufologique en langue française de l'histoire du web. Son insinuation vague et hors de propos est donc assez gonflée! Au fait, le nom de ce site? Tenez-vous bien: "extraterrestres.org"

... mais qui a enquêté durant 20 ans pour le compte de l'USAF affirmait, en 1977 : "nous voyons beaucoup trop d'OVNIs. La Terre n'est qu'un grain de poussière dans l'univers. Pourquoi nous ferait-on l'honneur de venir nous visiter si souvent? S'il s'agissait de visiteurs venus de l'espace, nous nous estimerions heureux d'en recevoir un tous les cent ans, et non pas cent tous les ans". Ce n'était pas vraiment le style de Hynek de gonfler les chiffres (ni le mien, d'ailleurs), car sa mission pour le gouvernement américain consistait justement à réduire ce nombre !

Tout d'abord, Fabrice Bonvin refait l'histoire. Quand Hynek a tenu ce propos, en 1977, il n'était plus du tout au service du gouvernement américain et il n'avait aucune mission de réduire ce nombre!

Ensuite, jamais Hynek n'a soutenu nulle part que 5 millions de personnes ont été enlevées par les extraterrestres. En son temps - il est décédé en 1986 - le sondage Roper de 1991 n'avait pas encore eu lieu, et J. Allen Hynek n'a reconnu, avec raison, qu'un petit nombre de tels cas comme éventuellement solides! Jamais non plus il n'a soutenu qu'il y aurait 959 atterrissages d'OVNIS chaque année.

Enfin, il est exact que Hynek, ayant lu les "5 arguments" contre les extraterrestres dans un texte de Jacques Vallée, ait cité l'un d'eux, "il y a trop d'OVNIS." Malheureusement, cet argument a été discuté 1000 fois depuis 1977 et je l'ai fait moi-même. C'est un argument qui part du principe que les visiteurs extraterrestres seraient tous originaire d'une certaine planète et viendraient visiter la terre à la manière de nos missions Apollo sur la Lune. Encore un cliché, encore une caricature du propos de ceux qui défendent la thèse extraterrestre.

Hynek a dit un certain nombre de bêtises, ce qui peut arriver occasionnellement à tout le monde, et dans son cas, les quelques bêtises sont bien surpassées par l'intelligence générale de son propos. L'une d'elles était celle des "calages de voitures" qui seraient le "but" des visites extraterrestres. Une autre a été qu'il a considéré un temps que le voyage interstellaire était une impossibilité. Une troisième est l'idée "trop d'OVNIS."

Constamment, Fabrice Bonvin prend soin de citer les arguments "contre", sans sens critiques, et ignore toutes les objections qui ont été formulées à ces arguments "contre."

Ecrivais-je. La réponse de Fabrice Bonvin:

C'est "l'hôpital qui se fout de la charité". Le lecteur a maintenant tout loisir de juger sur pièces...

Aucune justification de ses chiffres. Juste une remarque désobligeante et guère adulte et l'appel aux lecteurs à juger sur des pièces qu'il n'a jamais présentées.

Un exemple: l'année 1954 au cours de laquelle la France a connu un nombre record de récits d'atterrissages extraterrestres (et non pas nécessairement d'atterrissages extraterrestres). Mon catalogue des récits OVNIS de 1954 en France comprend quelques 1050 dossiers. Aucun catalogue n'est aussi exhaustif pour cette période et ce pays. J'ai encore une ou deux centaines de cas à publier, et il se trouvera encore quelques cas dans les journaux non encore explorés, mais pas de quoi récolter grand nombre de cas valides d'atterrissage extraterrestres.

Le nombre de récits d'atterrissages extraterrestres? 253!

Le nombre d'atterrissages extraterrestres qui pourraient en être réellement, en retirant de ce nombre les confusions avérées et les canulars avérés, et en conservant tout le reste comme s'il était certain que les extraterrestres ont atterri? 140!

Et encore s'agit-t-il presque entièrement de cas sans enquêtes, de simples articles de journaux avec descriptions très succinctes, avec une petite vingtaine de cas seulement qui offre au moins un certain niveau de crédibilité et certaines vérifications!

Et il s'agit là d'une année record! Le catalogue mondial des atterrissages par Jacques Vallée, de 1868 à 1968, lequel devrait être expurgé de nombreux cas qui ne sont pas des atterrissages extraterrestres, comprends 835 atterrissages en tout, bien loin de 945 atterrissages par an!

Faux. Ces noms de planètes sont des exemples de noms donnés aux enquêteurs durant les années 60. Je ne les ai pas inventés pour me moquer de l'HET. Mais je suis d'accord avec Patrick pour dire que ces noms absurdes sonnent ridicule avec le recul que nous avons maintenant. Tout comme les "airships" de 1897 sont maintenant invraisemblables ou que les "Martiens" de la vague française de 1954 sont kitschs à souhaits ! Je prends les paris que les Gris des années 90 sembleront ridicules en 2020 ! Patrick ne veut pas comprendre que le phénomène s'inspire de nos représentations et du Zeitgeist pour nous apparaître conformément à nos attentes, d'où ces décalages qu'implique le temps qui passe.

Je n'écrivais nullement que Fabrice Bonvin a inventé ces noms. Ce que j'écrivais est que Fabrice Bonvin utilise des affaires ridicules, qui ne sont pas des visites extraterrestres du tout, pour ridiculiser la notion des visites extraterrestres.

Contrairement à ce qu'il affirme, ces extraterrestres là ne sont pas ridicules "avec le recul", ils étaient ridicules d'emblée, à l'exception de quelques ufologues crédules façon John Keel, et à l'exception des lecteurs crédules des journaux à sensation - qui ne sont nullement des ufologues se trompant - vous ne trouverez nulle validation de ses bêtises dans l'ufologie sérieuse de leur époque, par exemple celle du NICAP.

Fabrice Bonvin confond le bruit et le signal. Il n'y a aucun doute qu'il existe des "modes" changeantes concernant les extraterrestres, il n'y a aucun doute qu'il existe par exemple maintenant une "mode" du "petit gris". Mais Fabrice Bonvin n'entend pas ce que je dis: ce n'est pas parce que le cinéma montre maintenant des "petits gris" et montrait des "gros verts à tentacules" dans les années 50 que les extraterrestres étaient réellement de "gros verts à tentacules" dans les années 50 et seraient réellement aujourd'hui des "petits gris."

C'est par la seule vision imaginaire de Fabrice Bonvin que les données de bases de l'ufologie sont ainsi travesties, et ce, dans le but de ridiculisation de la théorie des visiteurs extraterrestres.

J'ai mené des enquêtes sur des avions se transformant en OVNI, notamment en Australie, comme je le rapporte pages 119-120.

Fabrice Bonvin n'a pas voulu entendre que l'affaire Gatay est un canular, il préfère botter encore en touche et nous emmener au Australie ou visiter un certain site web. Soit, voyons ce qu'il en est.

Aucune enquête n'est réellement rapportée. Tout ce qui est rapportée est que Fabrice Bonvin a mené l'enquête, mais le rapport d'enquête n'est visible nulle part. Comme je l'écrivais, Fabrice Bonvin nous parle de lumières d'avions qui se transforment en OVNI [p. 182], et un enquêteur sensé ne verrait pas pourquoi ce ne serait pas un avion tout bête, mènerait une enquête, mais Fabrice Bonvin dit que cela prouve que les OVNIS se déguisent en avion, ce qui est sensé montrer qu'ils ne sont pas extraterrestres mais pire que cela.

Le lecteur ne peut pas mesurer l'énormité du propos ici s'il n'a pas le livre. Voici donc le récit page 119 par le témoin de ce que Fabrice Bonvin qualifie OVNI supraterrestre en phase de métamorphose:

"On aurait dit un avion!" s'exclame John avant de conclure qu'il s'agissait d'autre chose. Mais de quoi? Tout a commencé par une envie subite de s'isoler, de s'imprégner de l'atmosphère de Hervey Bay, Queensland, Australie. "Quoi de plus sympathique qu'une petite promenade sur la plage, de profiter de cette douce brise avant une bonne nuit de sommeil?" se dit ce jeune homme, en vacances pour quelques semaines en Australie, que je questionnais dans le cadre de mon enquête sur les apparitions d'OVNIs australiennes survenues en 2001.

"J'observais un avion (de type Cessna) venant de la mer et s'approchant de la plage, pile dans ma direction. Je pouvais entendre le bruit du moteur. Puis, tout d'un coup, alors qu'il passait au-dessus de ma tête, il coupa le moteur et se mit à faire plusieurs tours complets au-dessus de la zone délimitée par la plage et la route qui la sépare des habitations et des infrastructures touristiques. Tandis que je m'interrogeais sur ces étranges manoeuvres les feux de navigation de l'avion se mirent à changer de configuration: maintenant le signalement de l' "avion" n'avait plus rien à voir avec ce que j'observais: une masse sombre pourvue de feux de navigation agencés de manière singulière, rasant les toits des habitations dans un silence absolu. Au bout de 2-3 minutes, la chose mit le cap vers le nord-est. Je la perdis de vue" me confia-t-il.

Voilà ce banal et évident avion dont Fabrice Bonvin fait un OVNI déguisé en avion.

L'enquête de Fabrice Bonvin là-dessus? Il n'y en a aucune; il s'interroge d'abord, "peut-on envisager que le phénomène OVNI mime son environnement", puis dit que d'autres OVNIS ont été vus en Australie, et enchaîne sur "l'un des aspects les plus passionnants de l'intelligence aux commandes des manifestations d'OVNIS: il s'agit de sa propriété de mimétisme."

Il s'agit surtout ici d'un ufologue prenant des vessies pour des lanternes.

Je cite également les analyses du scientifique Bruce Cornet qui a réussi à filmer ces transformations et à les analyser (pages 147-148). Voir son site internet.

Ciel. Bruce Cornet. Son site web est ici: http://www.monmouth.com/~bcornet

Voyez cette analyse qui est à hurler de rire ou à pleurer, je ne sais pas:

http://www.sunstar-solutions.com/AOP/DC-FT/dc9comp.htm

Voyez les images: Bruce Cornet compare les lumières d'un avion et celles d'un soi-disant OVNI "déguisé en avion", qui, n'importe quel ufologue avec un tout petit peu de plomb dans la cervelle le comprendra, n'est qu'un avion!

Vous ne rêvez pas: selon Bruce cornet, les images de droites sont un avion, un DC-9 - ce que je ne contesterais pas - et celles de gauche sont un OVNI du genre "Triangle Volant" mais déguisé en avion!

Et bien non. Ces images sont toutes celles d'avions. Qu'une ou l'autre lumière ne soit pas à la même place ou soit allumée dans un cas et éteinte dans un autre ne parlera qu'aux ufologues les plus farfelus qui n'ont aucune connaissance réelles sur la situation et l'usage des lumières sur les avions. Comme pour l'avion Australien de Fabrice Bonvin, il n'y a nulle "analyse", le scientifique Bruce Cornet prend des vessies pour des lanternes!

Quoi qu'il en soit, Fabrice Bonvin s'abstient bien de faire remarquer que pour Bruce Cornet, ces OVNIS qui se déguiseraient en avion n'en seraient pas moins extraterrestres, ce qui selon ses critères rangerait Bruce Cornet au rang des paranoïaques imbibés de science-fiction fanas d'ET:

Pour avoir enquêté auprès de nombreux témoins et longuement conversé avec des enquêteurs (Bruce Cornet, Katharina Wilson, Joe Escamilla, etc...), je pense avoir des éléments bétons.

On a vu! On a vu l'enquêteur Bruce Cornet et le "béton" de ses analyses! Il serait temps que Fabrice Bonvin réalise que tout ce qui vole dans le ciel n'est pas une "émanation biomécanique d'entité supra-intelligente", que quand les gens filment des ballons et des avions, ce sont des ballons et des avions, rien d'autre et quoi qu'en fasse de mauvais ufologues comme Bruce Cornet.

Que croit Fabrice Bonvin? Qu'en discutant avec des ufologues farfelus, ou des témoins comme Katharina Wilson, sa thèse est validée. Mais ce n'est pas le cas. C'est en écoutant les ufologues qui ne se contentent pas de prendre des avions pour des OVNIS déguisés en avion qu'il trouvera, s'il le veut bien, que son approche n'est pas bonne.

Je suis aussi actuellement en train d'enquêter sur des observations similaires dans le Jura français et détiens d'ailleurs d'intéressantes photographies de ces phénomènes pour ceux que cela intéresse (il suffit de me contacter à fabricebonvin@hotmail.com).

Mais en ce qui me concerne, j'ai de gros doutes sur la capacité de Fabrice Bonvin à distinguer un OVNI d'un OVI. Tout me montre qu'il n'y arrive absolument pas!

Qu'en est-il ici? J'ai demandé à Fabrice Bonvin, comme il invite à le faire, ces photographies de ces "phénomènes."

Il s'agit d'une série d'images numériques transférées sur ordinateur, voici l'une d'elles:

Fabrice Bonvin trouve étrange que l'on ne voit pas les avions qui causent ces traînées et pense alors qu'il s'agit de quelque "phénomène" d'OVNIS supraterrestres invisibles qui se mimétisent en avions en laissant des traînées, comme si ces images dont je suis le premier probablement à examiner leur nature étaient de nature à valider sa thèse. Il est permis de se demander pourquoi laisser des traînées si l'on sait se mimétiser ou être invisible, évidemment.

Quoi qu'il en soit, si Fabrice Bonvin menait ses enquêtes selon un minimum de méthode scientifique, il aurait pu constater ce que chacun peut constater par quelques expériences simples: quand l'albédo d'un avion est similaire à celui du ciel, et c'est le cas pour les avions de chasse sont le dessous est justement peint pour les rendre le moins visible possible, il arrive souvent que la traînée de condensation soit très visible tandis que l'avion ne peut guère être distingué à l'oeil, ou pas du tout. Il aurait aussi constaté que les algorithmes de compression utilisé en imagerie numériques gomment littéralement le peu qui reste visible de ces avions. Ainsi, vous pourrez réaliser vous-même ou trouver sur le net de telles images de traînées d'avions où les avions eux-mêmes sont "invisibles."

Photographie d'avion civil non camouflé vu de près devant ses traînées. Il est peu distinct. S'il est peint couleur ciel, s'il est loin, si la compression vidéo MPEG joue, il devient "invisible", comme sur cette image trouvée sur Internet parmi des dizaines qui montrent le même "phénomène" soi-disant paranormal:

Il n'y a donc pas là, contrairement à ce que Fabrice Bonvin avait espéré faire entendre, de photographies de phénomènes d'OVNIS supraterrestres invisibles ou mimétisés, mais une simple vidéo de traînées d'avions!

Voici un malhonnête raccourci.

Voici la version longue:

Un Marseillais lui écrit, il rêve la nuit d'extraterrestres reptiliens qui se changent en OVNI [p.182]. Le Marseillais n'a vu aucun OVNI et aucun reptilien, il raconte un rêve! Un enquêteur sensé y verrait un rêve, Fabrice Bonvin en déduit que ce n'est pas extraterrestre, puisque c'est absurde. Même John Keel n'était pas si audacieux!

J'ai écrit, tout au long de mon ouvrage, sur la capacité du phénomène à puiser dans nos représentations, à manipuler la psyché, tout particulièrement quand le témoin est dans un état altéré de conscience, comme le sommeil paradoxal. Je me suis personnellement entretenu avec nombre de témoins qui m'ont fait part de ces rêves qui sont bien davantage que de simples rêves.

Fabrice Bonvin fait précisément là cette erreur fondamentale que font beaucoup d'ufologues peu informés. Les hallucinations hypnagogiques sont effectivement, absolument, "bien davantage que de simples rêves", mais non rien de supraterrestre pour autant! Si Fabrice Bonvin avait participé à de récentes discussions à ce sujet, il le saurait, mais il méprise ces discussions et reste donc conforté dans les erreurs basiques.

S'il discutait sur ces listes avec les "fanatiques de la tôle ondulée" comme moi, il aurait eu mon témoignage de première main de ce qu'est l'hallucination hypnagogique et n'en serait plus à cette simple remarque parfaitement naïve que ce ne sont pas de "simples rêves" (son récit p.182 étant dépourvu de toute information sérieuse sur le cas, celui-là aurait pu cependant n'être qu'un simple rêve).

Je n'ai fait que présenter un tableau composite, comme l'ont fait beaucoup, dont Joël Mesnard dans son dernier ouvrage consacré aux MIBs. Encore une fois, Patrick Gross fait preuve de malhonnêteté ! Je n'ai jamais écrit que les MIBs partagent la même essence que les OVNIs en raison de leurs descriptions ou parce qu'ils sont pâles ou autre chose. Patrick fait preuve de malhonnêteté ou il n'a rien compris. Ce qui figure en toutes lettres dans mon ouvrage :

"dégageons les éléments communs aux MIBs, OVNIs et leurs occupants :

- Sur le plan de la communication : les messages, qu'ils soient discursifs ou non-verbaux, baignent dans un univers de non-sens et d'absurdité tout en reposant sur un tissu de mensonges. En outre, la télépathie s'impose comme la forme de communication de prédilection ;

- Interaction avec l'environnement : les animaux sont particulièrement sensibles aux apparitions de cette intelligence, comme en témoignent leurs réactions de panique. Par ailleurs, des effets électromagnétiques sont fréquemment rapportés en rapport avec ses manifestations. Finalement, des répercussions physiologiques ou psychologiques de nature similaire, telles que des nausées, des insomnies, des pertes d'appétit ont été signalées ;

- Sur le modus operandi du phénomène : l'intelligence s'exprime de manière ostentatoire, apparaissant dans le champ perceptif de témoins soigneusement sélectionnés, comme le suggèrent divers épisodes de manipulations mentales. Il n'est pas rare que les témoins se disent "déconnectés de la réalité" durant les rencontres, évoquant l'induction d'un état altéré de la conscience ("facteur Oz »). En dernier lieu, l'intelligence procède d'une physique à la limite de la pensée magique, en témoignent les apparitions et disparitions instantanées ;

Toutes ces similitudes convergent vers le portrait d'une seule et même intelligence au commande de ses manifestations. Le contrôle qu'elle exerce sur la psyché et la conscience humaine ainsi que sa maîtrise de la physique illustrent la marge de manœuvre dont elle jouit dans son interaction avec l'humanité. Au-delà de ces redoutables capacités, cette intelligence semble prisonnière d'une étrange obsession l'incitant à répéter, à travers les siècles, un style d'interaction comprenant des actions aux effets immuables sur les témoins et leurs environnement. Le mode opératoire et les effets de cette intelligence sur l'environnement, qui interagit avec les hommes à travers les manifestations d'OVNIs et de MIBs, constituent les invariants ".

Il n'y a aucune malhonnêteté. Ce que je critique est bel et bien ce que Fabrice Bonvin avance.

Avec les men-in-black, j'ai montré que pour Fabrice Bonvin, n'importe quelle histoire, fut-elle connue comme canular, ou non enquêtée, ou sans la moindre étrangeté, "sert" à alourdir le "portait" du phénomène OVNI en y rajoutant le bruit dont on devrait au contraire le débarrasser. La casuistique de "disparition instantanée" et de "men-in black systématiquement télépathes", la prétendue "absurdité", est totalement défectueuse. Des cas insignifiants sont érigés en "faits avérés" sans aucun complexe. Les "messages des extraterrestres" qui sont sensés prouver que les extraterrestres n'en sont pas puisque leurs messages seraient "absurdes" sont de vieilles histoire de contactés auxquelles seuls quelque naïfs ajoutent foi. Les Men-in-black de Keel "chercheur à l'esprit ouvert"? Lui-même raconte comment il jouait au men-in-black. Des similitudes? Non, aucunement. Il y a un travestissement des données du problème OVNI, une intégration sauvage de n'importe quelle anecdote dénoncée ou non enquêtée comme s'il s'agissait de "faits".

J'écrivais:

Tous pareils aux détails près, ces men-in-black? Aucunement!

Fabrice Bonvin répond:

Faux. Les descriptions se recoupent, comme l'ont noté tous les enquêteurs (Jenny Randles, John Keel, Joel Mesnard, etc...), quelque soient l'environnement culturel, l'époque, etc...

Faux. On trouvera par exemple dans le livre de Joel Mesnard des "Men-in-black" qui sont, tenez vous bien ... deux jeunes filles blondes jumelles, assise dans un train, avec comme témoin un dame se rendant à une conférence d'ufologie ou paranormal, et qui trouve le moyen de se persuader que les deux jumelles sont je ne sais quelles créatures paranomales. Nulle télépathie, nul paranormal, nulle enquête. Joël Mesnard n'est nullement en train de raconter que les men-in-black sont "tous pareils au détail près" et il n'y a rien d'évident à ce qu'il verrait là "une preuve" de quoi que ce soit. Une simple anecdote, un témoin dont rien ne nous renseigne sur la mythomanie. Voilà les "faits" allégués ... Ma critique donne bien d'autres exemples, et reprend intégralement tous ceux donnés par Fabrice Bonvin.

Voilà un résumé niais et tiré par les cheveux. Patrick, dans sa "critique", me fait dire exactement le contraire de ce que j'ai écrit. Je n'ai pas été le seul à le voir, comme je l'écris, page 79 : "l'orateur s'arrêta en plein discours : un individu pénétra dans la pièce. L'auditoire se retourna pour observer celui ne prenait pas la peine de s'excuser".

Il faut vraiment chercher très loin pour trouver du paranormal là dedans.

Donc, tout le monde a vu le MIB ! Voilà, encore une fois, force est de constater que 1. soit il ne sait pas lire. 2. soit il ne comprend pas. 3. soit il est malhonnête. 4. soit il ne veut pas comprendre. 5. soit un panachage de ces options.

Fabrice Bonvin ne comprend pas le sens réel de mon expression "il a été le seul à le voir."

Le sens réel est "dans toute cette salle, avec tous ces gens qui ont vu cet homme, il n'y a eu que Fabrice Bonvin pour le trouver "paranormal"." Parmi la docte assemblée des amateurs d'OVNIS réunis là, aucun ne songe à se saisir de ce men-in-black, aucun ne le "voit" comme un men-in-black, excepté un seul, Fabrice Bonvin. Normal, pour lui: c'est le facteur Oz, il est choisi par Gaia, etc.

Voyons la réponse à ceci:

Je n'ai malheureusement pas les moyens pour vérifier l'ensemble des comptes-rendus figurant dans mon ouvrage. Certains témoins sont décédés depuis, d'autres vivent en Chine ou aux Etats-Unis, etc... La plupart du temps, je n'étais même pas encore né quand ces apparitions se sont produites!

Il n'y avait pas besoin d'aller en Chine en 1960 pour se rendre compte de la nature de canular de la plupart de ces affaires. Elle était connue. Dans d'autres affaires, il n'y a eu aucune enquête du tout. Le reproche que je faisais à Fabrice Bonvin n'est évidemment pas de ne pas avoir discuté avec des témoins décédés à l'autre bout du monde, mais de ne pas être capable de faire la moindre différence entre une anecdote sans aucune enquête, et un fait avéré. Une anecdote sans enquête n'est pas un fait avéré, tout ufologue sensé le sait!

Quand je le pouvais, je l'ai fait. Je me suis longuement entretenu avec l'enquêteur chilien Jaime Ferrer au sujet d'une observation récente et révélée de manière inédite dans mon ouvrage pages 97-98.

Qu'en est-il? Enfin un cas enquêté? Que nenni, les pages 97-98 rapportent simplement que Jaime Ferrer a écouté un paysan du Chili lui raconter que ses volailles ont été attaqué par un "chupacabras abominable", puis avoir rencontré trois men-in-black à démarche mécanique et lèvres qui ne bougent pas et ainsi de suite.

Fabrice Bonvin conclut: "Pour Jaime Ferrer, le doute n'était pas permis."

Et bien, en ce qui me concerne, le doute est permis. Où est le rapport d'enquête? Nulle part. Il n'y a ni enquête de Fabrice Bonvin, ni enquête de Jaime Ferrer que l'on puisse vérifier ici.

Le site Internet de Jaime Ferrer se trouve ici: http://www.angelfire.com/fl/ufomiami/CalamaUFOCenter

Pour le Chupacabras, il est permis d'enquêter au lieu de croire, et de trouver des pistes:



En haut à gauche: sculpture réalisée selon une description du chupacabras par des témoins.

Les autres images: le diable de Tasmanie.

Sans doute ce Chupacabras supra-terrestre s'était-il "mimétisé" en diable de Tasmanie par intelligence supraterrestre?

De plus, je me suis basé sur les sources les plus crédibles à disposition, à savoir Jenny Randles qui est l'une des figure de proue de l'ufologie au Royaume-Uni et qui a personnellement enquêté pour écrire son excellent ouvrage The Truth Behind The MIB phenomenon ou le psychiatre Berthold Schwarz, etc...

Il n'en demeure pas moins que ces men-in-black, crédibles ou non, figure de proue ou non, ne sont pas "systématiquement télépathes." L'avis de Jenny Randles sur la question n'est d'ailleurs nullement celui d'une affirmation de la réalité de ces histoires.

Le psychiatre Berthold Schwarz n'est la source que d'un seul cas des de men-in-black donnés ici, celui d'Herbert Hopkins. Fabrice Bonvin tente d'indiquer que ces histoires proviennent de sources prestigieuses et fiables, mais ce n'est pas le cas général de ses exemples, je montre bien ce qu'il en est pour chaque cas.

Il n'en demeure pas moins non plus que vouloir une origine "supraterrestre" à ces men-in-black, plutôt qu'extraterrestre, ou de confusion, ou de fraude, n'a aucun fondement réel.

Vous avez noté? Les "promoteurs" des Men-in-Black. Je constate que l'univers conceptuel grossien n'est pas dépourvu d'arguments grossiers, à savoir que les MIBs ne peuvent exister car il ne cadrent pas avec l'HET, qui lui sert de religion.

Oui, j'appelle promoteur un chercheur qui collecte des anecdotes dont certaines sont des canulars avérés et d'autres n'ont fait l'objet d'aucune enquête sérieuse, et les présente comme factuelles, et y apporte sa touche personnelle de déformation, telle celle qui consiste à dire que ces men-in-black seraient "systématiquement télépathes."

Ce n'est par exemple pas le cas de Joël Mesnard dans son récent livre sur les men-in-black, lequel s'abstient de présenter ces histoires au contours très peu délimitées comme probant de telle ou telle thèse, (j'y reviendrais) mais c'est bien le cas de Fabrice Bonvin, dans son affirmation que les men-in-black seraient réels au motif qu'ils seraient "similaires" les uns aux autres, alors qu'il n'y a rien de commun entre deux jeunes filles blondes et deux officiers du NORAD, une Wolkswagen bleue et une cadillac noire et ainsi de suite.

Le reste est invective inutile et procès d'intention.

Comme je l'écrivais dans mon ouvrage :

"L'ufologie "traditionnelle" voit ce sujet d'un mauvais œil. A l'entendre, le dossier des MIBs peut tant exprimer un folklore en formation, un mythe contemporain qu'une succession de canulars. Les chercheurs traitent ce dossier comme un cas à part, un sujet marginal, une sorte d'erreur de la nature ufologique. C'est dire le malaise que provoque l'épiphénomène des MIBs. En minimisant le dossier des hommes en noir, les ufologues pratiquent une auto-censure visant à préserver leur crédibilité. La crainte d'une contamination "par l'absurde" du dossier est telle que nombre d'ufologues préfèrent l'ignorer". Le dédain de Patrick Gross pour les MIBs en est un exemple flagrant.

Mon rejet, partiel d'ailleurs, des men-in-black est fondé non pas sur un rejet émotionnel, accusation facile et gratuite, simple procès d'intention.

Fabrice Bonvin gonfle ses chiffres au sujet des OVNIS, mais se gardent bien de signaler que les affaires de men-in-black ne dépassent guère la centaines, qu'il n'y a là dedans aucune constante réelle, que la plupart sont de simples anecdotes sans enquêtes, que seules deux ou trois n'ont pas d'explications ordinaires apparentes, que le nombre de canular et de confusions y est indéniable, qu'aucune de ces affaires n'a de témoins multiples et ainsi de suite.

J'ai cité les cas avancés par Fabrice Bonvin et est donné les raisons profondes de les écarter, raisons qui ne sont pas du tout basées sur un rejet a priori, mais sur un examen réel de ces cas.

Fabrice Bonvin n'y répond pas, et m'accuse de religiosité. Ce n'est pas une démarche de chercheur que de répondre à des arguments par un procès d'intention.

Argumentation malhonnête. Encore une fois, Patrick cite des phrases en les retirant de leurs contextes pour me faire tourner en bourrique ! C'est, cela, la "méthode Gross" et c'est grossier, bête et méchant. En voici l'illustration avec ce passage dans son intégralité:

"L'affaire de Maury Island - sorte de mauvais scénario de film de série B - ne transpire pas la vraisemblance. Après moult enquêtes, il reste difficile de dissocier le vrai du faux: les principaux protagonistes sont subitement décédés ou ont disparu dans les semaines suivant l'incident. Devant tant d'incertitudes, certains concluent au canular alors que d'autres relèvent l'authenticité de certaines informations parcellaires, conférant une once de crédibilité à l'affaire.

Précisément! C'est bien ainsi qu'une affaire qui est un canular prend droit de citer comme "argument" pour la thèse Gaia - on ne sait pas pourquoi.

Nous avons là un cas que la plus élémentaire prudence devrait faire considérer comme nul et non avenu en tant qu'indication de ce que sont les OVNIS, mais Fabrice Bonvin, avec de tels cas, finit sur une conclusion qui est formulée comme si ce type d'affaires était avéré.

Quoi qu'il en soit, l'intérêt de ce récit réside dans sa portée historique : il met en présence les tous premiers acteurs de la scène ufologique et nous adresse - 3 jours avant la naissance officielle des soucoupes volantes - un message en forme d'avertissement : le phénomène OVNI, d'une immense complexité, ne se satisfait pas d'un examen superficiel ".

Ce qui est superficiel, c'est de prendre un vieille histoire pareille, qui est un canular, et d'en faire une brique de base d'une thèse sur les OVNIS. Les men-in-black de l'île Maury ne sont pas des manifestations d'une intelligence supraterrestre venus faire la leçon à ceux qui oseraient croire aux extraterrestres!

Voilà. Si j'ai résumé ce cas avec les avertissements d'usage, c'est uniquement pour sa portée historique. Point barre.

Malheureusement, l'accumulation de cas "avec réserve d'usage" dirige tout de même Fabrice Bonvin vers des affirmations du type: "les messages, qu'ils soient discursifs ou non-verbaux, baignent dans un univers de non-sens et d'absurdité tout en reposant sur un tissu de mensonges. En outre, la télépathie s'impose comme la forme de communication de prédilection" et ainsi de suite.

Certes, il y a des "réserves d'usage", mais il y a surtout l'accumulation d'histoires bien en deçà de "réserves d'usages", histoires douteuses, canulars, confusions, tout ceci déformé en thèse sur les "MIB systématiquement télépathes" comme si les "réserves d'usages" n'avaient pas la moindre importance.

MIB douteux N.1, donc.

Sacré Patrick ! Peut-être que ce témoin a menti, peut-être pas? Franchement, je ne sais pas. Patrick, non plus.

Fabrice Bonvin peut bien retourner l'histoire en tout sens, cela n'y change rien: ce n'est pas parce que quelqu'un quelque part raconte qu'il a rencontré une soucoupe ou un homme en noir que cela est vrai.

MIB douteux N.2, donc.

Ben, voilà, c'est ce qui fait la particularité de l'activité d'ufologue: se baser sur des témoignages humains, avec tout ce que cela comporte comme risque.

Non. La bonne ufologie consiste a mener des enquêtes sérieuses. Ici, il n'y a pas d'enquête du tout et une logique fallacieuse à l'oeuvre: celle de croire que puisqu'en Chine en 1963 on n'aurait pas su ce qu'est un soucoupe, un récit fait 20 ans plus tard y gagnerait en crédibilité. C'est une logique défectueuse, et ce n'est pas ainsi que devrait se pratiquer l'ufologie.

Je ne vais pas prendre la peine de répondre aux debunking suivants sur les cas cités dans mon ouvrage (à part pour le cas de Bidault, pour l'exemple), car il utilise le même genre de procédé que celui à l'oeuvre dans le cas chinois: phrases citées placées hors contexte, discussion subjective et stérile sur la sincérité du témoin ou sur ce qui constitue une preuve, délire épistémologique de bas étage, etc...

Si Fabrice Bonvin ne prend pas la peine de répondre sur les cas suivants, c'est tout simplement parce qu'il n'a rien à m'opposer en ce qui concerne ces cas, parce qu'il est imperméable aux critiques, auxquelles il répond par des collections d'invective hors de propos. C'est également parce que mes critiques sur ces cas-là sont tout à fait fondées et nullement "épistémologiques" ou "délirantes" ou de "bas étage."

L'ufologie n'est pas une discipline qui permet de systématiquement se baser sur du concret, du tangible. Et pourquoi? Parce que les témoignages constituent la matière première sur laquelle se basent les enquêtes et la recherche ufologique. Comme nul l'ignore, le témoignage humain s'accompagne inévitablement de caprices et de défaillances. Ce constat n'a pas l'air de convenir à Patrick et encore moins quand des éléments viennent contredire ses préjugés sur ce qui est possible ou non dans le large spectre des apparitions d'OVNIs. Je lui suggère alors d'arrêter l'ufologie et de se concentrer sur un domaine qui lui réussira mieux : les sciences exactes. Il pourra alors se consacrer aux mathématiques, à la physique, etc...

Fabrice Bonvin ne réalise pas ce qu'apporte la méthodologie scientifique en ufologie. Il croit que tout se vaut, et qu'une personne qui raconte quelque chose est de la même valeur qu'une autre personne qui raconte quelque chose, et que rien ne permet de discerner entre la fable, la confusion et ce qui ne se réduit pas ainsi.

Mais ce n'est pas le cas. Il y a une différence entre ces récits de men-in-black non enquêtés, frauduleux ou à témoin unique et d'autres affaires. Tout ne se vaut pas, tout n'est pas qu'historiettes, mais certaines choses ne sont effectivement que des histoires sans le moindre élément de crédibilité. Les histoires de men-in-black sont essentiellement de cet ordre.

Donc nous avons ces autres cas de men-in-black pour lesquels Fabrice Bonvin n'a pas de commentaires mais des accusations de malhonnêteté à mon égard:

Fabrice Bonvin n'a pas de commentaires, il préfère écrire que je suis en proie au délire.

Donc, MIB douteux N.3.

Fabrice Bonvin n'a pas de commentaires, il pense que je fais de l'épistémologie.

Donc, MIB douteux N.4.

Fabrice Bonvin n'a pas de commentaires. Il affirme ne pas pouvoir enquêter lui-même, ce qui n'était pas le problème; le problème ici est que la présentation de ce cas est "arrangée" pour qu'il apparaisse "probant."

Donc, MIB douteux N.4.

Ce résumé de l'incident impliquant Bernard Bidault relève, à nouveau, de la malhonnêteté, voire de l'escroquerie intellectuelle. En lisant ce résumé, on serait tenté de conclure que le témoin s'est fait des idées, s'est mis à fantasmer. Je suspecte Patrick d'avoir sciemment écarter les éléments ci-dessous qui figurent en toutes lettres dans mon ouvrage. En voici les extraits :

"Ne le voyant plus dans le rétroviseur central, Bernard Bidault s'attend à ce que le véhicule des MIBs le double. "Puis, comme personne ne me doublait, j'ai regardé dans mon rétroviseur de portière, pensant que ces “ abrutis ” avaient inventé un nouveau jeu. Personne dans le rétroviseur. Je regarde dans le rétroviseur central... personne ». Supposant que le véhicule avait bifurqué sur une rue à gauche, il s'arrête le long du trottoir pour vérifier. Il remarque alors que des voitures circulent à nouveau dans les deux sens "comme il est normal en région parisienne quelle que soit l'heure ». Et de conclure que "les MIBs s'étaient volatilisés avec leur voiture ».

Patrick fait sciemment l'impasse sur le facteur Oz qui affecte le témoin ainsi que la disparition de la voiture, à moins qu'il considère "normal" qu'une route de la région parisienne soit complètement déserte à 13h00 et que seul véhicule présent se volatilise. Le quotidien de Patrick est décidément bien étrange !

Fabrice Bonvin a comme seule preuve pour cette prétendue étrangeté le récit de Bernard Bidault. Nulle enquête, témoin unique. Quels arguments?

Une voiture ne saurait faire demi-tour. Une route ne saurait être déserte.

Et c'est ainsi qu'une voiture se "volatilise".

Conjecture de Fabrice Bonvin: il faut croire Bernard Bidault, d'une part, et d'autre part, il est plus rationnel de penser qu'une route de la région parisienne (laquelle?) ne peut pas être momentanément déserte à 13:00 (un simple accident automobile peut l'expliquer) et qu'une voiture ne saurait faire demi-tour ou prendre un petit chemin ou rentrer au garage etc., plus rationnel disais-je de voir là un de ces cas indubitable de l'intervention d'une "intelligence supraterrestre" qui "fabrique" ... des voitures et les fait "disparaître"!

Donc, MIB douteux N.5.

MIB un peu moins douteux, donc.

Fabrice Bonvin ne dit rien à ce sujet.

MIB douteux N.6.

MIB le moins douteux, N.2, donc.

Voyons l'argumentation de Fabrice Bonvin à ce sujet:

C'est quoi ce MIBCAT? Des croquettes pour chats?

Non, le lecteur s'en doutera, ce MIBCAT n'est pas des croquettes pour chats.

Un "catalogue" à l'usage exclusif de M. Gross?

Oui, pour le moment. Comme je publie en bilingue, il me faut encore un peu de temps avant d'en rendre l'usage disponible à tous, gratuitement naturellement.

Il ne s'agit cependant nullement d'un catalogue entre guillemets mais d'un catalogue sans guillemets, visant à donner de ces histoires de men-in-black les sources premières véritables, et à dégager ce qu'il en est réellement de leurs "similitudes" alléguées.

Un outil reconnu par la communauté ufologique?

Non, c'est un outil reconnu par moi. Mais ce n'est guère différent que de reprendre ces cas à partir des sources originales. C'est en effet un catalogue des affaires de Men-In-Black telles qu'elles apparaissent dans la littérature ufologique. L'avantage est que je n'ai pas besoin de rechercher à chaque fois dans un grand nombre de livres et de revues lorsqu'une question de men-in-black est à l'ordre du jour. Je prends mon catalogue, et il me permet d'en retrouver ce qu'indiquent les sources premières.

Il n'a aura guère de problèmes de "reconnaissance" par la communauté ufologique, donc. Le catalogue a une partie strictement neutre, se référant aux sources, qui sont citées, et une partie facilitant les comptages, dans laquelle je note par exemple le nombre de témoins allégués, la date, et des renseignements divers, comme par exemple s'il y a télépathie ou non. Il n'y a là aucun mystère.

Mystère. S'il s'agit d'un catalogue, on retrouve, là encore, cette facheuse manie qu'ont les fanatiques de l'HET à tout vouloir cataloguer, en catégorisant à tort et à travers.

Il n'y a aucune manie là dedans ni fanatisme. La littérature "MIB" est répartie en de très nombreux ouvrages et articles de magazine, et dresser une liste de ces sources est simplement une méthode efficace pour faciliter l'approche de ce que sont réellement ces affaires.

Cela fait 60 ans que des acharnés tiennent des catalogues ...

Il n'y a aucun acharnement, et aucun 60 ans là dedans.

... et cela fait 60 ans que ces catalogues ne nous apprennent rien, ...

Ces catalogues n'apprennent rien à Fabrice Bonvin, semble-t-il, mais il n'est pas exact qu'ils n'apprennent rien à ses collègues ufologues. A noter que des ufologues qui ont grâce à ses yeux, comme Jacques Vallée, ne font pas l'objet de ses protestations alors même qu'ils ont travaillé à dresser de tels catalogues (Jacques Vallée avec UFOCAT et son célèbre mais peu regardant catalogue des atterrissages).

Par exemple, mon catalogue des affaires de MIB m'a appris que contrairement à ce que Fabrice Bonvin écrivait, ces "MIB" ne sont absolument pas "systématiquement télépathes". Fabrice Bonvin a choisi d'ignorer ce fait et d'invectiver mon travail de documentation.

... sinon qu'il n'y a pas de véritables cohérences dans les observations.

Les observations ayant des causes multiples (ballons, avions, phares de voitures, inventions, fausses photographies, canulars, reflets, insectes, hallucinations hypnagogiques et mille autres causes), il n'y a rien d'étonnant à cela si l'on veut bien y réfléchir sur pièces.

Il est assez désopilant de noter que pour justifier de son affirmation d'une prétendue "cohérence" des histoires de men-in-black "identiques jusqu'au moindre détail" selon lui, Fabrice Bonvin nie la pertinence de la méthode qui consiste à les prendre tous en compte, pour finalement affirmer qu'il n'y a pas de cohérence, puis qu'il y a des invariants, qu'il aurait donc trouvé sans catalogues, donc par exemples choisis, ce qui est bien sa mauvaise méthode que je critiquais.

Il y a bien des invariants (tels qu'identifiés dans mon ouvrage), mais pas de cohérences. Et pourquoi? Parce que ces apparitions sont fonctions du psychisme du témoin, rendues possibles par les capacités psy de ces MIBs. Il en est de même du phénomène OVNI et c'est pour cette raison qu'il est rare de prendre connaissance de comptes-rendus d'OVNIs absolument identiques.

En ayant dressé un catalogue des histoires de "MIB" je puis aussi bien en dégager les invariants que les cohérences, et leurs absences. Fabrice Bonvin rejette la méthode de la prise en compte systématique, tout en affirmant des "invariants." Il y affirmé que les "MIB" sont systématiquement télépathes, ceci n'est pas vrai, et distinguer entre cohérence et invariant n'y change rien:

C'est vrai mais le MIB affirme : "ce que je viens de vous dire prouve que j'en sais bien plus sur cet incident que vous n'êtes prêt à le croire ».

J'examine ce cas pour indiquer au lecteur si oui ou non ces MIB là avaient usé de télépathie, et Fabrice Bonvin s'égare sur toute autre chose, d'ailleurs sans poids pour sa thèse. Le fait: les MIBs de Maury Island n'étaient pas télépathes, ils parlaient comme vous et moi. Le cas, par ailleurs, est un canular connu.

Fait: MIBs non télépathes N.1

Si, il le fait mais sans ouvrir la bouche. Il demande à Jing-Yang de confirmer son observation de la veille, ce que le témoin fait.

Fabrice Bonvin a raison sur ce cas là, ce MIB parle d'une voix mécanique sans bouger les lèvres. En tout état de cause, ce n'est pas là de la télépathie.

Fait: MIB non télépathe N.2

Montiel: pas de télépathie. C'est juste. Comme je le fais d'ailleurs remarquer dans l'ouvrage : "Les "contactés », les abductees ou les simples témoins rapportent une communication de type télépathique avec les "extraterrestres" ou, dans certains cas, leurs véhicules. Il existe bien des rencontres rapprochées dans lesquelles les entités s'expriment dans la langue du témoin, comme dans le récit de Carlos de los Montiel. Il n'empêche que la communication télépathique est une constante que l'on trouve aussi bien dans les récits de contact avec les manifestations OVNIs.

Malgré les digressions:

Fait: MIBs non télépathes N.3

Il semblerait que le message ou les impressions télépathiques s'adaptent aux capacités cognitives du sujet, en passant à travers les mémoires lexicale et sémantique, c'est-à-dire le vocabulaire et les concepts familiers au témoin, ce qui suggère un accès direct à sa psyché."

Il n'y a pas encore eu le moindre MIB télépathe dans ses exemples, mais Fabrice Bonvin est déjà parti loin dans sa thèse.

C'est vrai. Et ce MIB, c'est juste un type un brin bizarre pourvu d'une voix métallique et monotone, affublé d'un câble vert sortant de ses chaussettes pour pénétrer dans sa jambe.

Histoire racontée par John Keel, qui en fin d'ouvrage avoue que tout ceci n'est probablement que dans sa propre tête. Fabrice Bonvin croit que si c'est bizarre, alors c'est vrai, "credo quia absurdum." Il n'en demeure pas moins que ce MIB n'est pas télépathe.

Fait: MIB non télépathes N.4

Trop généreux, Patrick ! Au lieu d'admettre, je lui suggère de s'adresser directement à Bernard Bidault, dont l'adresse email est : bernard.bidault2@wanadoo.fr. Il pourra ainsi se faire une idée assez claire sur ce qu'est la télépathie, avec un témoignage de première main !

La question n'est nullement de savoir ce qu'est la télépathie. La question ici est l'affirmation de Fabrice Bonvin selon laquelle les MIB sont systématiquement télépathes. En ignorant qu'il n'y a de cette affaire qu'un seul témoin, ufologue, j'ai considéré, au-delà de toute la prudence qui convient, avec bon esprit d'ouverture que ce cas comptait pour réel et valable. Je me doute bien que Bernard Bidault ne me dirais pas le contraire, mais c'est là une remarque hors de propos.

Fait: MIB télépathe N.1

Fait: MIB non télépathes N.5

Faux. Voilà ce qui écrit dans mon ouvrage : "Il pose différentes questions sur le cas de Stephens, d'une voix monotone, sans faire de phrases complètes. Puis, le MIB interrompt son interrogatoire pour faire remarquer à Hopkins qu'il a deux pièces de monnaie dans sa poche : il lui demande d'en sortir une. Alors qu'il tient la pièce dans la paume de sa main, celle-ci commence à changer de couleur avant de disparaître progressivement ! Hopkins félicite alors l'homme pour son tour de passe-passe et demande à revoir sa pièce. "Ni vous, ni personne d'autre ne reverra cette pièce" lui rétorque le MIB."

C'est - probablement - par télépathie que le MIB pouvait savoir que Hopkins avait deux pièces de monnaie dans sa poche. Il fait disparaître l'une de ces pièces progressivement. Encore une faculté psy à l'oeuvre.

Deviner qu'il y a des pièces de monnaie dans une poche n'est nullement de la télépathie, mais de la clairvoyance au mieux, sachant que rien n'empêchait ce MIB de demander à Hopkins de sortir des pièces de monnaie de sa poche. Le propos ici concernait la prétendue télépathie systématique des men-in-black que Fabrice Bonvin croit "identiques aux détails près" et non pas d'autres facultés "psy".

Il est à noter que chacun pourra aussi bien que moi vérifier si il y a une faculté "psy" systématique chez les men-in-black. une clairvoyance qui

Malgré l'interprétation qui voudrait ici une télépathie, il n'en demeure pas moins:

Fait: MIB non télépathe N.6

Faux. Dans mon cas : télépathie évidente, comme je l'ai noté pages 79 et 80 en toutes lettres (“communication télépathique du MIB ”). Donc, encore une fois, Patrick Gross induit le lecteur de sa "critique" en erreur sur le contenu de mon ouvrage.

Fabrice Bonvin indique en réalité à la page 79: "Un sentiment incompréhensible de crainte et d'épouvante s'empara aussitôt de moi. Un message imprima ma conscience: "je vais te tuer!" J'étais transi. Au lieu de me porter le coup fatale que j'anticipais, l'homme continua sa course et passa derrière moi." A la page 80, il ne parle pas exactement de son expérience ici, mais indique que les MIB pratiquent la communication télépathique. Dans son récit, il est patent qu'il y a un sentiment de terreur, mais il n'est nullement patent que ce soit autre chose que ce sentiment qui joue là, et cette télépathie semble être uniquement ce bref "message dans la conscience" sans aucun échange.

Je veux bien revoir mon avis et, par ouverture d'esprit et au mépris de toute prudence, considérer ceci comme réel et de la télépathie:

Fait: MIB télépathe N.2

Il convient de noter par ailleurs que tous les enquêteurs sérieux valident la nature télépathique de la communication des MIBs.

C'est entièrement fictif. Il n'y a pratiquement aucun rapport de la moindre enquête sur le moindre cas, à une poignée d'exceptions près. Les enquêteurs sérieux sont très méfiants quant à la réalité de ces histoires, et même ceux qui écrivent sur ce sujet le rappellent constamment.

L'un des derniers a l'avoir fait est Joel Mesnard qui a écrit : "certains détails de la conversation pourraient être obtenus par télépathie (...). Les MIBs ont-ils un accès direct à notre cerveau? Peuvent-ils lire en nous comme dans un livre? ” (source : Le Monde de l'Inconnu, février-mars 2006, pages 22-23).

Fabrice Bonvin ignore naturellement le conditionnel et le point d'interrogation. Ceci est une caractéristique constante de son approche, l'une de ces choses qui me permet de dire que son mépris pour la thèse des visiteurs extraterrestre est bâti sur des arguments sans valeur.

Joël Mesnard a un propos tout différent de celui de Fabrice Bonvin dans la conclusion de son ouvrage sur les affaires de men-in-black:

"Paradoxalement, si l'on souhaite que la situation (l'explication des OVNIS) évolue dans le bon sens, ce n'est pas le phénomène des MIB qu'il faut faire connaître. Il ne servirait à rien d'exposer tant d'invraisemblances à qui n'a pas un minimum de notion sur les OVNIS. C'est donc le phénomène ovni dans ce qu'il a de mieux établi, qu'il faut d'abord vulgariser."

Ce que Fabrice Bonvin ne veut pas entendre, Joël Mesnard l'a compris et exposé: ce sont les faits bien établis qui sont à prendre en compte. Joël Mesnard n'a pas ignoré les MIB, pas plus que moi, mais il écrit en conclusion ce que j'écris: il faut "s'efforcer de faire sagement la distinction entre ce qui est probablement vrai, ce qui est peut-être vrai, et ce qui est faux." Fabrice Bonvin ne veut pas faire cet effort, écrivant qu'on ne pourrait pas le faire, ignorant la "réalité" des affaires MIB pour y choisir simplement de manière sélective des éléments supposés confirmer sa thèse coûteuse. Fabrice Bonvin a déjà tiré les conclusions des MIB sans avoir nullement fait l'effort de vérification. Les conditionnels et les point d'interrogation de Joël Mesnard et des autres chercheurs qu'il croit confirmer sa thèse, il a choisi de les ignorer.

Il ne s'agissait pas uniquement de son affirmation de télépathie systématique des MIBs; aussi avais-je écrit:

Je ne fais que reprendre les termes employés par de nombreux témoins qui décrivent le faciès des MIBs comme "oriental" ou de type "mongol" du pays qui s'appelle "la Mongolie". Il n'y a que Patrick, pris dans un délire paranoïaque, pour penser que je veuille me moquer de ces petits bouts de chou d'extraterrestres en utilisant le terme "mongol" dans le sens de l'handicap mental.

Fabrice Bonvin n'a pas compris. Je n'ai ni pensé ni écrit quoi que ce soit de ce racisme qu'il m'attribue ici. Ce que je faisais remarquer, c'est simplement que de même que les MIB ne sont pas systématiquement télépathes, ils n'ont nullement la caractéristique d'un faciès quasi-Mongol. Nos lecteurs n'auront qu'à étudier toutes ces affaires - ils penseront peut-être que mon catalogue serait une bonne aide pour cela - et vérifier ce point.

Mensonge. J'apporte de nouveaux éléments en me basant sur des sources qui étaient encore inconnues du milieu ufologique jusqu'alors. Ces sources sont cités dans mon ouvrage. Il s'agit de :

- Edwin Sidney Hartland, The Science of Fairy Tales, 1891.
- Thomas Crofton Croker, Fairy Legends and Traditions, 1825
- Thomas Keightley, The Fariy Mythology, 1870
- Wirt Sikdes, British Goblins, Welsh Folk-lore, Fairy Mythology, Legends and Traditions, 1880.
- etc...

Je n'appelle pas cela du recopiage mais de la recherche.

Je n'ai nullement écrit que les récits de fées de Fabrice Bonvin sont les mêmes que ceux de Jacques Vallée.

Ce que j'ai écris est:

"Un chapitre reprend trait pour trait une vieille idée de Jacques Vallée renonçant à l'approche scientifique (il l'écrit en introduction de son livre), un strict recopiage de "Passeport for Magonia", idées venant de John Keel, qui les tient de ..."

Il n'y a nul mensonge ici; l'idée que les fées, les OVNIS, les lutins, les farfadets, les men-in-black seraient un seul et même phénomène est bel et bien l'objet d'un chapitre du livre de Fabrice Bonvin, et est belle est bien l'objet d'un livre de 1969 de Jacques Vallée, livre très connu des ufologues et intitulé "Passport to Magonia."

Argumentation légère et mensongère. Une absence totale d'investigation? On croit rêver ! En fait, tout comme Vallée, je me suis basé partiellement sur l'ouvrage de W.Y. Evans-Wentz, intitulé The Fairy Faith in Celtic Countries, pour mettre en relief certains éléments sur le "petit peuple". W.Y. Evans-Wentz était ethnologue à l'université de Los Angeles. En 1907, il s'embarque pour l'Europe. Son objectif vise à recueillir les derniers témoignages vivants sur le petit peuple. Ainsi, durant deux ans, son enquête l'amènera à rencontrer des dizaines de témoins - souvent des personnes âgées - à travers l'Irlande, le Pays de Galles, l'Ecosse ou la Bretagne. Il s'agit donc d'un ouvrage de référence rédigé par un un ethnologue renommé, qui s'appuie sur deux années d'enquête. Si, d'aventure, Patrick sillonne les Amériques durant deux ans afin de recueillir des témoignages sur les OVNIs, aurais-je l'outrecuisance de parler d'"absence totale d'investigation de ces histoires"? Mais là se pose la question : comment fera-t-il pour tenir son site internet à jour?

Fabrice Bonvin ne comprend pas la différence entre parler à de vieilles personnes pour qu'elles racontent les anciennes histoires de fées et de farfadets de leur région, et établir par une enquête la réalité de l'existence de ces fées.

Il ne comprend pas ce que disent déjà les titres de ces livres: "le mythe des fées", "la foi en les fées", "les contes de fées", "la mythologie des fées", "Légendes et traditions" et ainsi de suite.

Wentz au contraire fait bel et bien la distinction, ainsi que la quasi totalité des auteurs que cite Fabrice Bonvin. Ces auteurs, pour la plupart, n'ont nullement affirmé que les veilles légendes remontant pour la plupart à plusieurs générations et transmises de bouche à oreilles sont de réelles observations de faits empiriques réels. La plupart de ces auteurs sont parfaitement conscient que leur enquête porte sur un mythe, sur le folklore, sur les légendes.

Il en est tout à fait ainsi de Edwin Sidney Hartland, avec "The Science of Fairy Tales" de 1891. Fabrice Bonvin et nous faire croire que Hartland considérait le folkore des elfes et fées comme témoignage d'êtres réels, mais, ayant lu le livre, je sais que ce n'est pas du tout le cas: pour lui, que les fées et farfadets existent ou non, ce n'est même pas la question! Son étude n'est absolument pas une tentative de prouver que les fées existent, il s'agit d'une étude purement folkloriste, des études sur le foklore comparés entre cultures et ainsi de suite, un contenu purement psycho-sociologique, comme on dit de nos jours.

Il en va de même avec Thomas Crofton Croker, dans Fairy Legends and Traditions de 1825, par exemple quand il rapporte ce propos d'un chercheur de son temps qui note:

"I made strict inquiries after fairies in the uncultivated wilds of Northumberland, but even there I could only meet with a man who said that he had seen one that had seen fairies. Truth is hard to come at in most cases; none, I believe, ever came nearer to it in this than I have."

Soit:

"J'ai fait des enquêtes strictes pour trouver les fées dans les terres sauvages du Northumberland, mais même là j'ai seulement pu rencontrer un homme qui a dit qu'il avait vu quelqu'un qui avait vu des fées. La vérité est difficile à faire venir dans presque tous les cas; aucun, je pense, n'a jamais pu faire mieux que moi cela."

L'homme qui a entendu l'homme qui écrit qu'il a entendu l'homme qui a entendu l'homme qui dit qu'il a vu des fées...

Faire croire que ces sources établissent l'existence des fées est assez farcique!

Parti pris. C'est exactement ce genre de préjugé qui est utilisé par ceux qui nient les phénomènes OVNIs. Ils pourraient également dire : "Les extraterrestres viennent nous visiter à bord d'OVNIs pour nous surveiller. Non. Les extraterrestres sont des êtres de légende qui n'existent pas, ils sont de simples croyances, remodelées à l'air de la conquête spatiale, et n'ont pas plus de rapport, etc...".

Fabrice Bonvin, niant évidemment le rôle que joue l'enquête ufologique dans l'établissement des faits, imagine que les OVNIS sont des récits légendaires des siècles passés, ne comportant aucune évidence, simples histoires que l'on trouve dans de vieux livres. C'est entièrement faux.

L'essence de la question OVNI, contrairement aux histoires de fées, ne repose nullement sur des collections de légendes passées ou des contes de bonnes femmes recueillis par des ethnologues du siècle derniers dans les chaumières des arrières pays.

Aucun "sceptique" au sujet des OVNIS ne rejette réellement les OVNIS sur une base aussi ridiculement et évidemment falsifiée. Tous savent que les rapports d'observations d'OVNIS intéressants - et quoi que l'on en pense - ne sont pas des contes de fées.

Fabrice Bonvin, comme nous l'avons vu avec les "avions invisibles" et autres ballons supraterrestres, n'a pas le savoir-faire pour distinguer une chose d'une autre, et c'est pour cela qu'il peut croire que les observations d'OVNIS sont de la même substance que les histoires de farfadets. Ce n'est cependant absolument pas le cas.

Et, ainsi que je l'ai déjà expliqué maintes foi, il se peut bien que certaines histoires intrigantes du passé aient un fond de réalité. Toutes ne sont pas simplement des allégories, bien que la plupart le soient. Combien de feu-follets, de lucioles, ont suscité des histoires de fées, de fantômes, d'anges, de gnomes, de démons? Et de même, des histoires d'OVNIS aujourd'hui?

Le problème que ne veut pas voir Fabrice Bonvin est que rien n'autorise à prendre les histoires de fées et de gnomes comme faits réels, comme de réelles fées et peuples de gnomes, car il n'y en a aucune évidence du tout, tandis qu'il y a pléthore d'évidences difficiles à nier concernant les OVNIS. Le problème est également qu'il pare ces fées et gnomes de toutes sortes d'attributs de manière entièrement gratuite; ces histoires sont plus riches et diverses que cette sorte de "fabrications" de gnomes par une intelligence ultraterrestre.

Fabrice Bonvin a ce réflexe constant: nous devrions tout croire, absolument tout, et si il y a là dedans une certaine chose que rien n'autorise à croire, alors, jetons le bébé avec l'eau du bain. Et bien non, nous ne devons pas tout croire. Nous devons examiner les évidences, retenir ce que les évidences confirment, et ne pas prendre n'importe quelle historiette légendaire comme identique en crédibilité aux meilleurs cas de l'ufologie.

Je n'ai jamais écrit que "l'intelligence à la source du phénomène OVNI (et probablement d'autres phénomènes appelés "paranormaux") est capable de se déguiser en Martien, en Dieu primitif, en Sainte Vierge, en flotte de vaisseaux aériens au gré des contextes culturel et historique...". Voyons, Patrick, nous ne sommes pas au carnaval !

C'est précisément la thèse développée dans son livre. Comme elle apparaît indéfendable sur le fond, Fabrice Bonvin ne veut pas voir les choses ainsi.

Il lui suffira alors de nous dire clairement ce que sont les fées, les extraterrestres, les "élémentaux", les gnomes, la Sainte Vierge dont il nous parle dans son livre, si après tout, il défend maintenant que tout ceci n'est plus fabrication de "Gaia", intelligence supraterrestre, thèse qu'il défend bel et bien dans son livre.

Par contre, j'ai identifié plusieurs mécanismes et impacts fondamentaux sur les témoins qui sont communs au "Petit Peuple" et aux "Extraterrestres".

La diversion est transparente. Ce n'est pas "par contre", que Fabrice Bonvin dit identifier des mécanismes communs. C'est bien pour en arriver à dire que les OVNIS et leurs extraterrestres n'en sont pas, mais qu'ils sont des émanations fabriquées par "Gaia" comme les fées, les gnomes, les crop circles, et n'importe quelles autres choses.

Le ton moqueur de Patrick dissimule mal son ignorance. Voilà ce qui est écrit dans mon ouvrage: "Nos ancêtres rapportaient l'existence d'êtres surnaturels dont le modus operandi, les activités et les objectifs sont la réplique de nos "extraterrestres" actuels. Même les effets liés à ces apparitions, comme la distorsion temporelle, le missing time ou l'induction du "facteur Oz" renvoient directement à l'intelligence supraterrestre.

En effet, le petit peuple, par l'intermédiaire de modus operandi similaires aux aliens (falsification, mimétisme, télépathie, emploi de souvenir-écran, invisibilité, disparition et apparition instantanées), vise des objectifs apparents identiques (amélioration de leur race) par des procédés semblables (enlèvements de jeunes personnes) tout en produisant des effets similaires sur les captifs (missing time, altération de la conscience).

Il n'y a aucun ton moqueur. Pas plus que de fées télépathes voyageant en soucoupe volante.

A l'instar des aliens, le petit peuple interagit avec les hommes à travers la sexualité

S'il y a bien des composantes sexuelles dans les vieilles légendes, les "aliens" ne correspondent pas à ce portrait-là. Mais Fabrice Bonvin mélange tout et croit tout, et imagine donc que les témoins d'OVNIS ont à titre normal des rapports sexuels avec les extraterrestres. Il ne sait pas faire la part des choses, confondant des cas tout à fait exceptionnels (Villas Boas) avec une "constante", confondant 5 millions de gens répondant "Oui" à un sondage avec une foule engagée dans une activité sexuelle extraterrestre et ainsi de suite.

... et montre de l'intérêt pour le bétail qu'il capture ou mutile, ce qui évoque l'énigme contemporaine des mutilations animales.

Les fermiers, les animaux prédateurs, les voleurs, ont un intérêt évident pour le bétail. Il y a peut-être un lien entre OVNIS et mutilations de bétail, et il y a quelques histoires de farfadets se saisissant d'animaux d'élevage, sans mutilation d'ailleurs.

Fabrice Bonvin ne veut pas voir qu'il saute imprudemment à des conclusions sans fondement à partir d'associations libres et extrêmement ténues, qui ne correspondent pas réellement à des "invariants" des "phénomènes" qu'il entend ainsi lier dans une théorie du tout.

Le problème est bien là: on peut toujours trouver par association des "traits" plus ou moins commun entre toutes sortes de choses; mais Fabrice Bonvin va bien plus loin, en méprisant et insultant ses contradicteurs et n'écoutant nullement l'exposé de ce qui ne fonctionne pas dans son approche.

Ce qui est dit des aliens s'applique parfaitement au petit peuple : "les aliens programment des amnésies sélectives, communiquent télépathiquement et créent des images complexes ou des scénarios dans le mental des êtres humains" signale le Dr. Jacobs.

Le Dr. Jacobs, comme Fabrice Bonvin, en est encore à penser que les séances d'hypnose sont une méthode valable pour recouvrer les "souvenirs."

Comme les gens qui se prêtent à l'hypnose n'ont le plus souvent aucun souvenir d'extraterrestres du tout, l'hypnotiseur va "recouvrer" ces "souvenirs", et ensuite, bien évidemment, se mettre à raconter que ce sont les extraterrestres qui avaient causé "une amnésie sélective." Tout ceci a été expliqué maintes fois de manière approfondie, Fabrice Bonvin ne veut simplement pas l'entendre.

«Ils peuvent de même provoquer l'excitation sexuelle et les émotions telles que la passion amoureuse, la peur ou les angoisses ; ils peuvent mener à l'orgasme par simple manipulation mentale ; ils rendent les gens amoureux ». Nous avons vu, en effet, comment les individus enlevés au Pays des fées ne se souviennent de rien, sont la proie d'illusions et de mises en scènes, en plus d'être victimes de manipulation visant à les exciter sexuellement."

Cette amnésie des fées alléguées n'est nullement une caractéristique générale dans les histoires de fées. Fabrice Bonvin bâtit des "invariants" illusoires en choisissant simplement les histoires qui conviennent à sa thèse. Il en va de même avec les témoins d'OVNIS ou occupants, qui, dans les cas sérieux qui sont à retenir, ne sont nullement ainsi "excités sexuellement" et autres choses alléguées ici; il y a là encore une sélectivité de Fabrice Bonvin au mépris d'une considération générale des seuls faits comprenant au moins quelques évidences.

J'indiquais, au niveau des farfadets:

Mensonge. Je donne, dans mon ouvrage, un exemple de cet usage de la télépathie. Voici l'extrait d'un témoin, Geoffrey Hodson, qui observa un gnome en 1922 : "Puis, Hodson observe le gnome se transformer en chenille, telle qu'elle est décrite dans Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Le gnome avait lu dans la mémoire de Hodson le souvenir de cette illustration, provenant d'un livre d'enfant qu'il avait lu dans sa jeunesse, et l'avait immédiatement matérialisée.

Il ne s'agit pas de donner "un exemple" ni même quelques-uns. Dans les histoires de fées, gnomes, farfadets, ces êtres prétendus parlent. Ils parlent le langage des hommes dans l'écrasante majorité de ces récits. Dans les récits donnés par Jacques Vallée, partisan de ce même parallèle entre fées et extraterrestres, il n'y a pas un seul exemple de fée ou gnome télépathes.

D'ailleurs, pour Edward Gardner, l'auteur de Fairies, The Conttingley Photographs, le choix de la forme ainsi que le mécanisme de transformation "est à chercher du côté de l'influence sur la pensée humaine, individuelle ou de masse ».

Ce n'est pas parce qu'un auteur est d'accord qu'une idée est juste. Il y a toujours quelque part quelqu'un qui est "d'accord". L'affaire des photos de fées de Cottingley est une simple affaire de fraude photographique.

Le point ici n'est pas de justifier les formes des fées ou des changement de formes des gnomes ou des soucoupe volantes; il est que les fées et gnomes au sens ou Fabrice Bonvin y croit ne sont que des histoires.

Evidemment. L'intelligence à la source des apparitions du "petit peuple" et des "extraterrestres" fonctionne en instrumentalisant le Zeitgeist, en se connectant à la "base de données universelle" pour régler son apparence. Le petit peuple d'autrefois, crédible et concevable pour les gens de l'époque sont la réplique des "extraterrestres" contemporains. Ni l'apparence des fées, nains, elfes et autres extraterrestres ne trahissent le véritable visage de cette intelligence : tout est mise en scène.

Tout ceci n'a absolument rien d'évident.

En disant comme cela "tout est mis en scène", je peux "évidemment" absolument tout expliquer.

Je peux par exemple expliquer "évidemment" que Fabrice Bonvin, comme Jean Sider et Jacques Vallée, sont des espions des extraterrestres, déguisés en ufologues, venus ici avec comme mission de nous convaincre qu'il n'y a aucun extraterrestre et nous envoyer sur de fausses pistes.

Seuls les invariants permettent d'authentifier cette intelligence. Et ces invariants sont justement le modus operandi identique (falsification, mimétisme, télépathie, emploi de souvenir-écran, invisibilité, disparition et apparition instantanées), les objectifs apparents identiques (amélioration de leur race) et les procédés semblables (enlèvements de jeunes personnes) ainsi que les effets similaires sur les captifs (missing time, altération de la conscience). Désolé de me répéter mais Patrick doit comprendre que ce n'est pas une affaire de "déguisement" mais d'adaptation formelle au Zeitgeist. Qu'il relise plusieurs fois ce paragraphe et peut-être qu'il comprendra.

Fabrice Bonvin base sa thèse sur des invariants dont j'ai montré ici, ailleurs, qu'ils sont illusoires. Par exemple, rien ne permet d'affirmer que les fées existent et enlèvent des jeunes gens pour améliorer leur race. Rien non plus ne vient prouver que ce serait le cas avec les extraterrestres. Enfin, c'est un invariant que l'on retrouve bien plus sérieusement par exemple chez les Huns, les Incas, et autres peuples du passé, et qui ne justifie donc pas que l'on établisse ainsi des thèses "supra" à ce sujet.

Il n'est pas utile de lire 10 fois l'exposé de Fabrice Bonvin à ce sujet, il est de toute façon identique à celui d'autres auteurs qui m'étaient depuis longtemps familier et aussi critiquables sur ce point (Keel, Vallée, Sider, ...).

Le problème est que ces invariants sont non fondés.

Assertion malhonnête. Je ne me suis pas basé sur des "contes de fictions" mais sur des ouvrages faisant autorité sur la question qui n'ont pas été "déformés par les modes littéraires" car rédigés à l'époque concernée. Il suffit de se rapporter aux sources citées dans mon ouvrage pour s'en convaincre.

Ces ouvrages ont précisément été rédigés au moment où la mode était au revival des vieilles histoires de fées. Il suffit de se reporter aux ouvrages indiqués par Fabrice Bonvin, ce que j'avais fait antérieurement, pour constater que ces toutes ces autorités ne défendent nullement que les fées et les farfadets existent.

Ces autorités ont recueillis ces récits dans le cadre soit de la stricte compilation de textes, de la collecte d'un folklore qui se perd, soit dans l'optique d'études sociologiques, portant sur des questions de comparaisons entre folklores différentes. Mais les autorités que citent Fabrice Bonvin ne sont pas des gens qui croient aux histoires de fées!

Aucune de ces sources n'a valeur de preuve quant à l'existence des fées, au contraire! Certaines des sources sont les récits eux-mêmes, dont la nature est fictive, ou imagée. Des allégories se mêlent à des feu follets pris pour des fées. Fabrice Bonvin ne peut pas comprendre ce que j'expliquais:

A ce propos, John Keel et Jacques Vallée sont les ufologues ayant mené de nombreuses enquêtes et contre-enquêtes sur le terrain.

Voilà encore qui est botter en touche. Fabrice Bonvin sera bien en peine de me montrer une enquête sur le terrain par Keel ou Vallée concernant les fées et les farfadets.

Le temps que Patrick passe à se masturber intellectuellement ...

Ce sont la des propos absolument indignes. C'est tout à fait lamentable.

... devant son 17 pouces

19 pouces, si déjà...

... Keel et Vallée l'investissaient à rencontrer des témoins.

Encore une fois, Fabrice Bonvin ne comprend pas que ni Keel ni Vallée ni quiconque n'a rencontré les témoins des histoires de fées et de farfadets des siècles passés. C'est bien là un exemple de la logique fallacieuse sur laquelle il a bâti sa thèse. Que Vallée ait rencontrés des témoins d'OVNIS dans ces dernières décennies n'est pas du toute la question. La question est que les histoires de fées des siècles passés ont été crues par des ufologues comme Keel, Vallée, et maintenant Bonvin comme "faits réels", tandis qu'il s'avère, à chaque fois que l'on y regarde de plus près, ce que j'ai fait, que ces histoires sont soit fictives, imagées, remises à la mode dans l'Angleterre victorienne, soit des phénomènes naturels mal interprétés ou utilisés pour l'imaginaire poétique - lucioles, feux follets...

Bien entendu, Fabrice Bonvin s'imagine que je ne consacre pas de temps à rencontrer des témoins. Rien n'est plus faux. Mais c'est là une accusation assez "standard"... ici ramenée à une insulte indigne.

A plusieurs reprises, ils ont trouvé des explications à des phénomènes originellement inexpliqués, il suffit, pour s'en assurer, de se plonger honnêtement dans leurs ouvrages.

Encore une diversion sans rapport avec mon propos. Je ne nie pas que Keel ou Vallée aient trouvé tantôt une explication triviale à telle ou telle observation d'OVNIS, mais cela est sans rapport avec mon propos.

J'avais indiqué dans ma critique que Keel avait lui-même rajouté dans la post-face de son "Mothman" que ces histoires ne doivent nullement être prises au sérieux, mais Fabrice Bonvin n'a pas entendu.

J'ai bien entendu lu tous leurs ouvrages, et je puis indiquer leurs erreurs quand elles sont en rapport avec notre sujet, et l'ai fait.

Et alors? Qu'est ce que ce compte-rendu est censé démontrer? Que des observations peuvent rester inexpliquées?

La réponse à la question que pose ici Fabrice Bonvin sur la leçon que l'on peut tirer de l'exemple que je donnais suivait directement dans mon article:

Démonstration pathético-comique. Patrick en est encore réduit à comparer l'aspect formel des apparitions.

Non, il ne s'agissait pas de comparer l'aspect formel des manifestations mais la nature des sources.

Il s'agissait de montrer que les fameuses "histoires de fées" sont corvéables à merci pour défendre n'importe quelle thèse, elles sont de natures très diverses, leurs explications sont également diverses, et que Fabrice Bonvin fait des fées et farfadets de Vallée un dogme sans y apporter le moindre regard critique ou le moindre approfondissement.

Je vais donc recommencer (pour la 3ème fois), à l'aide d'un tableau (c'est plus visuel, donc plus facile à comprendre)

Encore un insulte à mon intelligence... faute d'arguments sensés, Fabrice Bonvin utilise la moquerie et la ridiculisation de son contradicteur. C'est ce qui apparaît sans cesse dans son livre, comme je le signalais.

... et lui expliquer que ce sont les mécanismes, à plusieurs niveaux, qui sont identiques et non l'apparence, car l'apparence n'est que la "vitrine historique" du phénomène.

Fabrice Bonvin dit qu'il existe un "Petit Peuple" - les fées les gnomes les farfadets - et compare ce Petit Peuple aux occupants des OVNIS sous forme de tableau.

Je vais maintenant examiner ces invariants allégués encore une fois.

Le premier serait la falsification et le mensonge. Voilà qui nous fait également un invariant avec nos enfants qui sont parfois bien rusés pour éviter de faire leurs devoirs. Ici, l'invariant pourrait n'être qu'une simple coïncidence sans incidence; mais le problème est plus grave. Des histoires de fées existent belle et bien, dans lesquelles ces créatures mythologiques, comme d'autres, tiennent des propos mensongers, des ruses pour "attirer" la victime dans quelque piège. Ce n'est cependant pas le cas en ce qui concerne les rapports d'observations d'OVNIS. Bien entendu, il existe un petit nombre de cas, toujours les mêmes, dans lesquels un certain témoin rapporte que des extraterrestres lui ont dit venir de la planète Lanulos ou Kazik, ou vivre sur Vénus, mais un examen de ces cas montre d'une part qu'ils sont eux-même mensongers la plupart du temps, qu'ils sont rarement enquêtés et simplement propagés de livre en livre, de Keel à Vallée à Sider à Bonvin, qu'ils proviennent d'une certaine époque bien connue des ufologues, celle des "contactés" qui rivalisaient en... mensonges et inventions dans le but de tromper, justement, et enfin et surtout, ces cas ne sont absolument pas quelque chose de "systématique", ils ne sont pas une "propriété" du phénomène OVNI mais des cas limites, extrêmement minoritaires, et entièrement dépourvus de corroborations. Plues récemment de tels cas refont surface, avec des témoins rapportant toutes sortes de conversations "insensées" avec des extraterrestres, mais là encore, ces récits n'ont rien de fiables, ils sont extraits de la cervelle des témoins par des séances de régression hypnotiques à l'aide desquelles on peut tout aussi bien faire resurgir n'importe quel souvenir allégué à n'importe qui (les hypnotiseurs qui pensent les extraterrestres maléfiques font resurgir des souvenirs d'extraterrestres maléfiques, les hypnotiseurs qui pensent que les extraterrestres nous alerteraient sur des problèmes d'écologie font se "souvenir" de tels avertissements, les hypnotiseurs qui pensent que les âmes des gens se réincarnent font "resurgir" des souvenirs de vies antérieures.)

Cet invariant "falsification/mensonge" n'existe donc pas réellement.

Fabrice Bonvin nous cite comme invariant un "mimétisme formel". C'est à dire que pour lui, quand un quidam filme des ballons, ce ne sont pas des ballons, mais des entités biomécaniques supraterrestrement créées et qui se déguisent en ballons. De même, un avion n'est plus un avion, mais un OVNI déguisé en avion. Je veux être concret et montré une des choses que Fabrice Bonvin croit en image:

Ce "mimétisme formel" des OVNIS n'est ici qu'un interprétation délirante d'ufologue incapable de distinguer un avion ordinaire d'un engin extraterrestre en des circonstances ou pourtant rien n'est plus facile. Or il se trouve que la casuistique OVNI n'est évidemment pas constituée d'avions et de ballons apparents dont on dirait que ce sont des engins extraterrestres déguisés, mais bel et bien d'engin qui ne ressemblent justement pas du tout à des avions ou des ballons, et qui ne se déguisent guère.

Du côté des fées, il en va de même. Il existe bien une certaines proportion de traditions comportant de prétendus êtres qui se déguisent en gens normaux mais qui n'en seraient pas - le diable tentateur se déguisera en homme etc - mais l'essentiel des traditions met en scène de prétendus êtres qui ne se déguisent aucunement.

Cet invariant "mimétisme formel" n'a donc aucune base sensée.

L'invariant suivant serait celui de la "matérialisation/dématérialisation". Or, les cas solides de la littérature ufologique ne mettent aucunement en scène des OVNIS qui se matérialiseraient ou se dématérialiseraient. Une confusion des plus classiques est celle du récit qui indique que "l'OVNI disparaît", ce qui signifie réellement "est perdu de vue", mais devient une "dématérialisation" par erreur d'interprétation du lecteur, volontaire ou involontaire. Mes procédures d'enquêtes exigent d'ailleurs de ne pas utiliser l'expression "l'OVNI disparaît", du fait de cette ambiguïté.

Il y a un an ou deux, j'avais eu cette même discussion avec un intervenant ans le cadre d'un groupe de discussion. Ayant noté que "l'OVNI qui se dématérialise" dont certains font grand cas semble assez mythologique, un intervenant a protesté en affirmant qu'il y aurait de "nombreux cas indéniables" de dématérialisation d'OVNI. Demandant ces nombreux cas, je n'en ai obtenu qu'un, présenté sur mon site, dans lequel la "disparition" de l'OVNI n'est justement pas à interpréter comme une dématérialisation.

Je dois évidemment aussi noter que si un OVNI est un engin extraterrestre, il est bien possible qu'il utilise une méthode de locomotion qui le fasse comme "disparaître" par simple effet d'une vitesse extraordinaire; de la même manière, il n'est pas fondamentalement insensé de penser que peut-être, certains civilisations extraterrestres ont pu trouver une méthode de déplacement de l'ordre de ce que l'on suggère avec les "trous de ver". Nier la possibilité d'une origine extraterrestre des OVNIS pour des motif de dématérialisation n'est pas une très bonne argumentation.

Du côté des fées, le problème est encore différent. Je postule que les fées et les farfadets, les gobelins et les trolls, n'existent pas réellement, qu'ils sont de l'ordre de l'imaginaire. Il est évident qu'ils peuvent bien se "dématérialiser" s'ils sont imaginaires. Pour qu'il y ait de quoi affirmer un invariant de "matérialisation/dématérialisation" entre fées et OVNIS, il faudrait, en toute rigueur, d'abord démontrer l'existence des fées autant qu'il est demandé de démontrer l'existence des OVNIS. Faute d'une telle démonstration, l'invariant allégué n'est qu'une construction gratuite.

Dans un contexte identique, j'avais demandé que l'on m'indique une bonne enquête, dûment documentée, sur une observation de fées qui soit probante. Je de demandais pas une preuve matérielle de l'existence des fées, je ne demandais pas qu'on me livre une fée, mais j'attends bel et bien un cas solide d'une telle observation. Dois-je le dire? Je n'ai pas eu la moindre réponse. Pourquoi? Parce que j'ai tout simplement raison: ces anciennes histoires de rencontres avec des fées sont soit explicable autrement que par les fées, quand il y a réellement quelque chose d'observé et décrit, soit sont de nature imaginaire et rien ne peut en être fait, pas même postuler une intelligence supraterrestre, sur des bases aussi friables, inévaluables.

L'invariant suivant, celui de la télépathie, je l'avais pourtant bien expliqué sur la base de la casuistique présentée par Fabrice Bonvin, est un invariant fictif. Les men-in-black ne sont pas "systématiquement télépathes", les fées ne le sont pas du tout - elles parlent et chantent - et les témoins d'OVNIS ne se transforment pas systématiquement en prédicateurs d'avenir ou tordeurs de cuillères. La charge de prouver le contraire revient à Fabrice Bonvin, puisqu'il affirme qu'il y a là un invariant.

L'invariant suivant est noté "sélectivité des témoins ("dissociation", "double vue")" et j'ai du mal à saisir la signification de ceci.

"Sélectivité des témoins" peut vouloir dire que les témoins d'OVNIS comme les témoins de fées seraient une catégories spéciale de la population. On ne sait rien des témoins allégués des fées. Quant aux témoins d'OVNIS, cela fait belle lurette que l'idée que ce seraient des gens "atypiques" a été avancée, mais malheureusement, aucun travail sérieux ne l'a jamais démontré, et tout indique que ces témoins sont des gens comme n'importe qui d'autre. Il y a bien ceux que les sceptiques appellent des "repeaters", des gens qui affirment voir des OVNIS sans cesse, il y a bien les "contactés" passés et présents qui affirment avoir un contact priviligié avec les extraterrestres, mais là encore, affirmer la solidité de tout cela est aussi pusillanime que de taire les témoignages bien plus nombreux de personnes qui ne sont pas assez vaines pour se mettre à croire qu'un OVNI les a choisies, et qui notent bien que leur expérience OVNI est le fait d'un pur hasard.

Mais peut-être ai-je tort. Peut-être y a-t-il effectivement des personnes "choisies" ou "suivies" par l'OVNI. Soit. Cela a-t-il la moindre validité comme argument "contre" la thèse des visites extraterrestres? Bien sûr que non.

"Sélectivité des témoins" pourrait vouloir dire que ce sont les témoins qui sélectionnent quelque chose; mais cela serait sans rapport avec la question de l'invariant.

Quand à "dissociation" ou "double vue", je ne comprends pas bien le rapport que cela aurait avec "sélectivité." Est-ce que "dissociation" se réfère aux dissociations dans les expériences de "mort imminente", les NDE? Mais quel rapport avec les fées? Dans la littérature féerique, quand les fées enlèvent quelqu'un, le schéma général est que la personne est enlevée toute entière, et non pas de manière dissociée. En ufologie, si l'on veut bien enfin admettre qu'il existe bien un phénomène d'hallucination hypnanogiques, où sont les cas solides de telles dissociations? Les mêmes réserves s'appliquent à la notion de "double vue". si un témoin acquiert un don de double vue suite à une expérience OVNI ou contact extraterrestre, ce n'est évidemment de loin pas un "invariant", et cela ne constitue pas plus un argument "contre" la thèse des visiteurs extraterrestres.

L'emploi de "souvenir-écran (sur le thème animalier)" est également un bon vieux classique de l'école Vallée. En réalité, si l'on y regarde de près, ce n'est pas du tout un invariant mais une exception. La plupart de ces histoires de "souvenirs écrans" ne sont rien d'autre que des artefact créés dans la mémoire du témoin par quelques bonnes séances d'hypnoses!

"L'invisibilité" est certes un propriété alléguées de certains Petits Peuples, mais pas tous, naturellement. L'invisibilité des OVNIS n'est qu'une impasse logique. Les OVNIS sont vus, les gens qui les voient en font rapport. Les OVNIS invisibles ne sont pas vus, par définition. Il faut se lancer fermement dans l'imaginaire pour affirmer qu'il y a des OVNIS invisibles. Aucun invariant ici.

"Disparition et apparition instantanées" est une simple redite de "matérialisation/dématérialisation", ce qui montre que Fabrice Bonvin multiple les invariants allégués par redondance, ou qu'il ne se relit pas.

"Paralysie du cortex moteur volontaire", voilà quelque chose de plus consistant, ufologiquement. Il y a bien un certain nombre de cas, que l'on ne devrait pas écarter gratuitement, dans lesquels des personnes confrontées à des occupants extraterrestres d'OVNI ont été "paralysés" par lesdits occupants. Dans cette casuistique se trouve un nombre de canulars, de récits inventés qui ont été inspiré par la diffusion de telles affaires, mais il ne semble guère raisonnable d'écarter sans solide étude les cas non encore écartés. Bien entendu, là encore, il existe une casuistique de rencontres avec des extraterrestres occupants d'OVNIS qui n'ont pas paralysé le ou les témoins.

Mais, fondamentalement, n'est-il pas simplement prévisible, naturel, dans l'ordre des choses, que des extraterrestres posés sur notre planète prennent quelques mesures préventives si des promeneurs curieux les rencontrent?

"Neutralisation psychique de sujets collatéraux" appelle exactement les mêmes commentaires que "paralysie du cortex moteur volontaire".

Nous voyons donc que les invariants allégués sont le plus souvent inexistants, parfois ténus, jamais systématiques ou constants, et jamais de la moindre manière motif à réfuter une origine extraterrestre des OVNIS, ni à prouver le moins du monde que les fées existent.

A noter que les invariants "missing time" ou altération de l'état de la conscience appellent exactement les mêmes commentaires que l'invariant "paralysie des témoins".

Fabrice Bonvin voir ensuite un invariant entre les histoires de fée et les rapports d'observations d'OVNI qui serait de l'ordre d'objectifs apparent ou de justifications.

Le premier invariant allégué de ce type serait "l'expérimentation génétique (amélioration de la race)". Ceci repose entièrement sur des trouvailles d'ufologues spécialisés dans la recherche sur les "abductions" et repose entièrement sur des "souvenirs recouvrés par l'hypnose". Soit Fabrice Bonvin ne s'en est pas rendu compte, soit il n'écoute pas Jenny Randle qu'il considère comme chercheuse respectable quand cela l'arrange, ou moi même: les "souvenirs" recouvrés par hypnose ne valent pas tripette en matière de preuve.

Et bien évidemment, comme pour tous ces invariants, même si l'on admettait que les occupants d'OVNIS se livrent à des expérimentations génétiques dans le but d'améliorer leur race, ce serait là quelque chose de totalement absurde dans le cadre de sa propre thèse. Si les OVNIS nous sont "montrés" par "Gaia", quel sens donner à cela? Il n'y en a aucun. Même si l'on suit Fabrice Bonvin sur l'idée que "Gaia" veurt nous faire croire aux extraterrestres pour nous changer en militants écologistes, ce n'est certainement pas en donnant à ces "créations" de pseudo-extraterrestres des "buts" de manipulation génétique pour améliorer la race que cela prend le moindre sens. Il y aurait plus de sens à voir là effectivement un certain programme mené par des extraterrestres bona fide.

Une note sur "rejet des sujets plus en âge de procréer" dans lequel Fabrice Bonvin voit un invariant entre fées et OVNIS. Côté fées et gnomes, ceci peut s'expliquer autrement qu'en postulant des tours de malice de Gaia. Il est évident que la sexualité, la peur de tomber enceinte par fécondation "d'esprits" maléfiques ou tentateurs a tout d'une version imaginative fantastique ou fantasmatique liée à l'absence de contrôle des naissances et a des principes de fidélités des temps anciens. Si la dame est enceinte, autant blâmer les fées. S'il y a rêve érotique, ce sont les odieux succubes, goules et incubes qui tourmentent votre âme. Côté OVNI, ce fameux "rejet des sujets plus en âge de procréer" devrait être au singulier: cela n'est réalisé que dans un seul cas, celui de Carl Higdon, et ce motif de rejet n'est, comme d'habitude, pas un souvenir conscient mais un "souvenir" rappelé par l'hypnose.

Fabrice Bonvin voit ensuite un invariant qui serait l'intérêt pour le bétail. Le lien entre les mutilations des bétail et les OVNIS est mal assuré jusqu'ici, mais nous l'admettrons. Le problème se situe côté fées. Les fées ne mutilent pas le bétail, ce n'est pas du tout un trait caractéristique du "Petit Peuple". et bien entendu, serait-ce le cas qu'il n'y aurait guère à postuler que les fées sont réelles et fabriquées par Gaia pour rendre les moyen-âgeux écologiste ou quoi que ce soit. Aucune enquête, aucune donnée! Une vache trouvée morte ou dépecée au moyen-âge, et l'on accuserait les farfadets? La belle affaire!

Patrick m'a, une nouvelle fois, mal compris. J'ai écrit que les observations ne sont pas reproductibles et qu'elles "posent un défi à la méthodologie scientifique".

Je dois citer la page 37 du livre in texto dans ce cas:

"...pour que des observations soient vérifiables, elles doivent être reproductibles."

"Insaisissable, le phénomène OVNI est, en vertu de la rigueur méthodologique, non conforme à l'analyse scientifique."

Je peux bien prendre note que son nouveau propos est devenu plus mesuré suite à ma critique, mais ma critique était tout à fait justifiée eu égard à ce qui est effectivement écrit dans son livre.

Et Fabrice Bonvin ajoute maintenant:

J'ajoute que "les OVNI semblent poser une énigme que la science, avec ses moyens actuels, n'est pas capable de résoudre. Il existe pourtant une foison de preuves indirects se laissant étudier. Il s'agit, par exemple, de traces au sol, d'enregistrements radars, des photographies ou des enregistrements vidéos" (page 39). Pour illustrer cette problématique, j'écrivais en page 18 : "imaginez un praticien du XVIIIème siècle cherchant à identifier les différentes fonctions du cervelet de l'être humain. Comment pouvait-il y parvenir sans les instruments dont dispose la science actuelle? Les OVNIs suggèrent un défi d'ampleur similaire aux scientifiques contemporains "

Mon commentaire initial peut demeurer tel quel:

Fabrice Bonvin rétorque:

Patrick fait preuve de malhonnêteté, puisque je cite Vallée qui fait justement remarquer que "dire que le phénomène OVNI n'est pas scientifique est une absurdité absolue. Il n'existe pas de problème scientifique, c'est celui qui, dans son approche du problème est scientifique ou ne l'est pas".

Il s'agit bien de Vallée! Ce n'était pas ce propos de Jacques Vallée que je critiquais, naturellement, mais celui de Fabrice Bonvin, lequel a bien écrit:

"...pour que des observations soient vérifiables, elles doivent être reproductibles."

"Insaisissable, le phénomène OVNI est, en vertu de la rigueur méthodologique, non conforme à l'analyse scientifique."

Mon commentaire se suffisait:

Fabrice tient alors ce propos infantile, grave, et fondamentalement inexacte, puisque je ne suis ni autoproclamé ni président de la FFU:

Fabrice le "simpliste" et le "mal structuré" répond au Président par interim autoproclamé de la puissante FFU :

Je dois dire que cette remarque m'a attéré. Fabrice Bonvin a visiblement de sacrés fantasmes! "La puissante FFU", mais qu'est ce que c'est donc que cette stupidité? Des propos pareils sont complètement déplacés et c'est une honte de les prononcer ici, ce n'est pas une attitude de chercheur, c'est pure gaminerie.

C'est en mon nom propre que je critique le livre de Fabrice Bonvin, et cela n'engage que moi. Il n'y a aucune "puissance" derrière cela. Je ne suis même plus membre de la FFU. Et cela n'a strictement rien à voir avec ces affirmations de Fabrice Bonvin que je discutais ici:

"...pour que des observations soient vérifiables, elles doivent être reproductibles."

"Insaisissable, le phénomène OVNI est, en vertu de la rigueur méthodologique, non conforme à l'analyse scientifique."

Patrick, quand tu fais une observation, tu la fais avec quoi? Tes pieds? Tes aisselles? Tes yeux?

Mes pieds, naturellement. Quel rapport avec la confiture d'airelle et la FFU?

Moi, c'est avec mes yeux. Ce que je vois est dû en partie aux images qui se forment sur ma rétine, à ma disposition d'esprit ou mon état mental, état qui dépend de mon niveau culturel, de mes connaissances, de mes attentes, etc... Ce que je voie n'est donc pas uniquement déterminé par les caractéristiques physiques de mes yeux et de la scène observée. Je suis tout à fait d'accord pour dire que la dépendance de ce que nous voyons par rapport à notre disposition d'esprit n'est pas décisive au point de rendre impossible l'observation scientifique. Il existe bien un monde unique, visible et indépendant des observateurs. Deux observateurs qui observent une coupe au microscope, par exemple, voient bien le même objet. Il n'en découle pas pour autant qu'ils vivent la même expérience perceptive. Est-ce que Patrick peut comprendre cette nuance?

Ce qui est en question ici n'est pas de savoir si les gens regardent avec les yeux ou les pieds, et bien évidemment, les observations d'OVNIS ne sont absolument pas uniquement "visuelles" en droit, bien que tout aussi évidemment, le visuel y joue le même rôle de canal percepteur fondamental que dans l'observation des papillons ou la lecture d'appareils de mesure. Ce qui est en question est:

"...pour que des observations soient vérifiables, elles doivent être reproductibles."

"Insaisissable, le phénomène OVNI est, en vertu de la rigueur méthodologique, non conforme à l'analyse scientifique."

Ma réponse étant:

Fabrice glisse dans son propos que "Je suis tout-à-fait d'accord pour dire que la dépendance de ce que nous voyons par rapport à notre disposition d'esprit n'est pas décisive au point de rendre impossible l'observation scientifique."

C'est pourtant contraire à ce qu'il écrit dans son livre. Ma critique était parfaitement justifiée.

Faux ! Prenons le cas des abductees. Ils sont des millions dans le monde (non, je ne grossis pas mes chiffres !).

Il est bien évident que ce chiffre est totalement fantaisiste.

Quand une personne dit "j'ai été enlevée par les extraterrestres", cela ne compte pour "1 enlèvement par les extraterrestres". Cela compte comme 0.

Pour que cela compte pour 1, une enquête est exigée. si Fabrice croit que des millions d'enquêtes ont validé des millions d'enlèvement extraterrestre, il vit réellement dans un autre monde. Il confond le sondage Roper avec un catalogue d'enlèvements extraterrestres, ignore les causes triviales expliquant presque tous ces cas. Cela a été expliqué, mais Fabrice Bonvin n'entend pas.

Tous - absolument tous -, ont été choisis par l'intelligence à l'origine de ce phénomène et ceci, depuis leur prime enfance (dès l'âge de 5 ans selon les études de Budd Hopkins, David Jacobs, John Mack et d'autres).

Tous, presque tous, de ces millions de prétendus abductés, n'ont pas été enlevés par les extraterrestres.

Il s'agissait juste d'un nombre de réponse à un sondage, qui n'avait absolument rien qui puisse permettre d'en conclure qu'il y a des millions d'abductés. Mais Fabrice Bonvin a choisi de l'ignorer.

Bien entendu, il y a des millions, des milliards en fait, de gens qui répondent "oui" à des questions du type "avez-vous eu à l'occasion le sentiment d'être observé dans votre sommeil." Cela ne fait pas des millions d'enlèvement extraterrestres du tout!

Ni Bud Hopkins, ni David Jacobs, ni John Mack n'ont évidemment réellement enquêté sur ces "millions d'abductés"! Ces millions d'abuctés sont parfaitement fictifs.

Et bien entendu, il serait permis de demander de Fabrice Bonvin qu'il nous explique comment il "sait" que ces "millions d'abductés" ont été "choisis dès l'enfance."

Les chercheurs qui le pensent le pensent parce qu'ils croient que l'hypnose "révèle la vérité", mais ce n'est pas le cas. La séance d'hypnose va ramener au conscient n'importe quelle trace mémorielle diffuse de n'importe quel "événement" dans le sommeil, événement non réel, et va en faire au fil des séances, une belle "abduction dès l'âge de 5 ans" parce que l'hypnotisé, en état optimal d'acceptation des demandes de l'hypnotiseur, et ayant été le voir pare qu'il pense avoir été enlevé par des extraterrestres - dans la plupart des cas! - trouvera spontanément les "souvenirs" attendus par l'hypnotiseur, exactement de la même manière que les gens qui vont trouver les "spécialistes des vies antérieures" retrouvent des "souvenirs" de vies antérieures chez ces hypnotiseurs là!

Fabrice Bonvin fait ensuite un saut logique:

Il en va de même pour de nombreux témoins d'OVNIs qui ont des observations répétées, comme l'ont fait remarqué de nombreux chercheurs, dont le chercheur britannique John Spencer : "De récentes études indiquent que les témoins à observations multiples sont souvent très crédibles et que la majorité ne recherche pas l'attention (...). Les enquêteurs ont déterminé que le témoin entretient une dialectique avec le phénomène OVNI, puisque ce dernier semble suivre le témoin tout au long de sa vie (...) ». Ces observations multiples, combinées au fait que les témoins ont l'intime conviction d'avoir été choisi et les effets constatés sur leurs visions du monde, suggèrent qu'ils le sont effectivement. Le seul moyen d'en avoir le coeur net serait de poser la question à l'intelligence qui tire les ficelles !

Fabrice Bonvin botte en touche, parce que ce que j'avais écrit était:

"Il est tout à fait exact qu'il existe des témoins d'OVNIS qui ont dit avoir été "choisis" ou ont ressenti une telle impression, mais il n'y a jamais eu le moindre travail effectué pour déterminer que c'est là une caractéristique générale chez les témoins d'OVNIS."

John spencer n'a pas fait cette étude, il parle de "récentes études" par d'autres, et ces études sont faites selon la méthode de Fabrice Bonvin, prenant tout témoignage comme "valide" quel que soit l'absence ou la présence d'évidences.

Je poursuivais:

La réponse de Fabrice Bonvin?

Affirmation débile.

Pourquoi?

Etant donné les millions d'observations rapportées dans le monde de 1947 à aujourd'hui,

Fabrice Bonvin n'arrive pas à comprendre que des millions de gens qui disent avoir vu un OVNI, cela ne fait pas des millions d'OVNIS. Il ne veut pas écouter.

Il n'y a jamais eu de "millions d'OVNIS".

... je me vois mal adopter une approche au cas par cas. Mon livre n'aurait pas fait 474 pages mais 474'000'000'000 pages. Je ne serai pas, en ce moment, en train d'écrire cette réponse usante à ces provocations gratuites et serai plutôt entrain de rédiger cet ouvrage interminable au cas par cas.

Fausse excuse. Si Fabrice Bonvin veut proposer une analyse, il n'a pas du tout besoin d'examiner des "millions" de rapports d'observation d'OVNIS.

Des ouvrages présentant un grand nombre de cas, retenus parce qu'ils offrent une certaine solidité par opposition aux "historiettes" et observations sans enquêtes, ces ouvrages, comme "The UFO Evidence" I et II, sont certes volumineux, mais ne font nullement 474.000.000.000 pages, tout simplement parce que contrairement à ce que prétend Fabrice Bonvin, il n'y a ni millions d'OVNIS ni millions d'abductés.

Quoi qu'il en soit, il ne s'agissait pas d'exiger de lui qu'il mène des millions d'enquête. Il lui suffisait de prendre en compte les quelques centaines qui sont relativement les mieux enquêtées, les mieux assurées, ou par exemple, les 50 meilleures.

C'est sur cet échantillonnage solide qu'il pourra alors, facilement, chercher des caractéristiques régulières, des constantes, qu'il pourra faire des études.

Le critère, ce sont les évidences. Les cas qui nous apprennent quelque chose, ce ne sont pas ceux que l'on retient parce qu'ils vont dans le bons sens, ce soit être les cas les mieux assurés.

Comme je l'ai expliqué dans mon introduction, ma démarche est différente: "je vais intentionnellement faire émerger certains caractères du phénomène OVNI aux dépens d'autres,

C'est bien l'objet de ma critique. C'est là une approche biaisée volontairement.

... car mon objectif vise à mettre en évidence des schémas d'action, à discerner les analogies, à pointer le doigt sur l'essentiel" (page 18).

Les analogies qui en ressortent sont naturellement biaisées, inexactes, à la manière de celle des "MIB systématiquement télépathes". Il n'y avait pourtant guère plus d'une centaine de "cas de MIB" à traiter, dont... deux ou trois seulement peuvent à la rigueur signifier quelque chose, les autres étant... de simples histoires, ou des fraudes manifestes, ou des rencontres avec des ufologues vêtus de noir etc.

C'est mal résumé mais, pour une fois, le sens est correctement rapporté.

Tout ce que j'ai critiqué est basé sur le propos du livre, correctement rapporté, ce que j'ai redit en le montrant ici. Il ne m'est pas légalement possible de reproduire le livre en intégral ici, mais il est en vente.

Il existe indiscutablement plusieurs origines aux manifestations d'OVNIs.

Oui: Vénus, les avions - qui ne sont pas des engins extraterrestres déguisés mais bien des avions, les ballons - qui ne sont pas des "entités paranormales" mais des ballons, les mensonges des contactés, les impressions nocturnes renforcées par les séances d'hypnose, les lucioles, les phares de voitures, les inventions d'ufologues qui prennent un VW bleue pour une poursuite de men-in-black, et, dans mon opinion, un certain nombre de cas pour lesquels aucune telle explication ne convient bien, cas pour lesquels une explication simple, rationnelle, prévisible, logique est qu'il s'agit de visiteurs extraterrestres.

Le gros du morceau est constitué par les méprises. Viennent aussi les prototypes secrets, les phénomènes atmosphériques rares, les canulars, etc... Vu le nombre incalculable de planètes dans l'Univers, il doit en exister un bon paquet abritant des civilisations extraterrestres avancées. Certaines d'entre elles pourraient très bien nous rendre visite. Je n'ai aucun problème avec cette idée et je trouverais presque choquant d'affirmer le contraire. Donc, oui, certains OVNIs sont extraterrestres.

Toutes ces insultes écrites... pour en arriver à cela.

Je le rappelle: pour Fabrice Bonvin, les gens qui comme moi trouvent rationnelle l'explication extraterrestre pour les OVNIS biens enquêtés et défiant les explications triviales, ce sont des, je le cite:

Mais je pense montrer, dans mon ouvrage, que l'HET appliquée au noyau dur des observations (cas véritablement inexpliqués après analyse) ne tient pas la route et que d'autres hypothèses sont à envisager. Mon idée est de proposer l'hypothèse gaïa appliquée aux OVNIs, hypothèse qui ne souffre pas de toutes les incohérences et faiblesses de l'HET.

La théorie des visiteurs extraterrestres pour certains rapports d'observations d'OVNIS ne souffre d'aucune des incohérences prétendues; celles-ci proviennent ici de confusions et d'erreurs commises par Fabrice Bonvin, que j'ai expliquées, comme par exemple cette affirmation fausse qu'il y aurait 949 atterrissages d'OVNIS par an. D'autres faiblesses prétendues de la thèse des visiteurs extraterrestres tiennent à ce qu'il fasse une présentation caricaturale de cette thèse en la présentant sous la forme des affabulations les plus sauvages que cette thèse n'a pas à prendre en compte, comme les affabulations de contactés des années 50, ou une interprétation incroyablement fallacieuse d'un sondage concernant les abductés qui lui fait affirmer qu'il y aurait des millions d'enlèvements extraterrestres. Fabrice Bonvin n'a écouté aucune de ces critiques, y répondant par le mépris ou l'insulte.

Toutes les incohérences et faiblesses qu'il attribue à la théorie des visiteurs extraterrestres seraient de toute façon également des incohérences et des faiblesses pour sa propre thèse.

Fabrice Bonvin affirme traiter du noyau dur des observations d'OVNIS, mais c'est faux. Les histoires de fées, la petite centaine d'anecdotes "MIB" et toutes ces choses dites "paranormales" entièrement dépourvues d'évidences qui sont montées en épingle ici ne sont nullement le noyau dur du phénomène OVNI.

Mais les faiblesses de sa thèse sont plus graves encore. La principale tient à une approche des OVNIS totalement défectueuse, dans laquelle Fabrice Bonvin prend des avions pour des OVNIS qui se déguisent en avion, des ballons pour des entités mystérieuses et imagine des avions invisibles en voyant des traînées d'avions. Cette absence totale de compétence dans son approche des rapports d'observation d'OVNI se retrouve dans ses analyses; ainsi, il prend les histoires de fées pour de véritables relations de véritables faits, il attribue aux men-in-black, aux OVNIS, aux fées, des invariants qui n'en sont pas réellement, il croit sans raison que ces invariants allégués justifie sa thèse alors qu'ils justifieraient n'importe quelle thèse aussi bien, y compris celle des visiteurs extraterrestres. La plus grave faiblesse de sa thèse est de nécessiter une série de choses qui sont résolument en dehors de ce que nous savons possible, comme par exemple cette idée qu'une "intelligence" puisse exister sans support défini, quelque part dans les limbes de la terre, ou comme l'idée qu'une "intelligence" puisse littéralement faire apparaître des engins et des êtres d'une nature physique. Ce sont là des propositions coûteuses, extraordinaires et sans évidence pour les soutenir, qui se heurtent violemment avec ce que nous savons de la conservation de la masse et de l'énergie. La thèse des visiteurs extraterrestres ne nécessite nullement de telles inventions ad-hoc, elle ne nécessite nullement de tels bouleversement de tout ce que nous savons sur le monde. La notion de "Gaia" est entièrement spéculative, non soutenue par la moindre évidence, proche de la pensée magique et religieuse, tandis que la notion que nous ne serions pas seuls dans l'univers est naturellement rationnelle et n'a aucun trait de pensée magique.

Fabrice Bonvin méprise la participation aux groupes de discussions. C'est pourquoi il n'a jamais eu la chance d'entendre en détail ce en quoi consiste réellement l'ufologie, ce en quoi consiste réellement la thèse des visites extraterrestres, et quelles erreurs sont sans cesse redites à son propos. L'ensemble de la controverse ne peut pas être aisément résumée ici, je pense avoir toutefois donné au lecteur au moins quelques explications sur certaines erreurs terribles de méthodologie et d'interprétation dans un livre méprisant la thèse des visites extraterrestres.

C'est peut-être une "idée caricaturale" pour Patrick, c'en est pas moins une réalité, attestée par des recherches scientifiques. Cette prédisposition s'exprime principalement grâce à la dissociation. Il s'agit d'un mécanisme psychique qui fonctionne comme un moyen de défense psychologique assez fréquent dans la population tout-venant. Kenneth Ring, professeur de psychologie, a d'ailleurs noté qu' " en général, les individus rapportant des expériences OVNIs ont une tendance à la dissociation élevée ". La dissociation n'est pas un mécanisme de défense pathologique et peut concerner tous les segments, toutes les couches de la population. Voilà donc, pourquoi, comme l'écrit maladroitement Patrick, "les témoins d'OVNIS sont une part représentative de la population".

Il est entièrement abusif de raconter que des recherches scientifiques aient attesté qu'un témoin d'OVNI soir "prédisposé".

Fabrice Bonvin n'a pas compris mon propos, qui portait sur l'affirmation de "prédisposition" des témoins à voir des OVNIS: si le président des Etats-Unis ne voit pas d'OVNIS, ce serait parce qu'il n'est pas prédisposé, écrit-il. N'ayant pas de réponse sur ce point, Fabrice Bonvin embraye sur tout autre chose, une notion de "dissociation". Il s'abstient soigneusement de définir ce que serait cette "tendance à la dissociation", n'indiquant nullement ce que ce serait que cette dissociation ni comment le témoin se dissocierait, ni de quoi. Kenneth Ring, qui n'est nullement un ufologue, n'a aucunement démontré une prédisposition, et son travail n'est nullement accepté comme exact. Fabrice Bonvin renouvelle là ce qui est pour lui une habitude: si quelqu'un, quelque part, a écrit quelque chose qui lui convient, il considère alors que cette chose est "scientifique", valide. Mais ce faisant, il se garde totalement de signaler la marginalité de ce qui est dit, il s'abstient de signaler la masse des travaux qui signalent autre chose ou l'exact contraire. Egalement, il ne comprend pas qu'il y a une différence entre faire une étude psychologique concernant des personnes qui prétendent avoir été enlevées par des extraterrestres, et faire une telle étude sur des personnes qui sont effectivement enlevées par des extraterrestres. Il devrait être évident, par exemple, qu'une étude portant sur des personnes qui prétendent avoir été enlevées par des extraterrestres alors que rien ne vient indiquer la véracité de leurs affirmations ne peut aboutir qu'à une mise en évidence de traits particuliers chez ces personnes, d'une tendance à la dissociation à une tendance au fantasme. Fabrice Bonvin ne comprend a aucun moment qu'il ne considère pas les témoins d'OVNIS, mais les gens qui pensent avoir vu un OVNI, ce qui n'est pas du tout la même chose, ou les gens qui ont répondu à un sondage, ce qui n'est pas la même chose, ou les gens qui ont eu une expérience d'hallucination hypnagogique, ce qui n'est pas la même chose et ainsi de suite. Cela fait plus de 50 ans que les défenseurs de la thèse des visites extraterrestres indiquent que c'est une erreur que de mélanger le signal au bruit, mais Fabrice Bonvin commet cette erreur de façon constante.

Un mot sur la notion de "prédisposition." Il n'existe bien évidemment strictement aucune étude qui puisse solidement montrer une prédisposition à rencontrer les extraterrestres, ou son absence. La raison en est très simple: un témoin d'OVNI qui prend part à une telle étude a déjà vu les OVNIS, faute de quoi, il ne peut pas faire partie d'un "groupe de témoins d'OVNIs" à étudier.

Dès lors, il est intrinsèquement impossible de plaider que ce témoin était prédisposé, parce qu'il n'y a plus aucun moyen de différencier son état "avant" et "après" l'OVNI. Notre témoin pourra bien montrer toutes sortes de signes qui le feront classer comme "personnalité dérangée" ou "fantasque" ou ayant des "troubles de la personnalité", mais il sera pratiquement impossible de savoir ce que les tests de personnalité effectués auraient donné sur cette même personne avant son expérience OVNI.

Eh bien ! Je suggère que Ronald Story - un excellent historien de l'ufologie - se mette d'accord avec Pierre Lagrange, un autre excellent historien de l'ufologie ! Ou alors, que Bequette se mette d'accord avec lui-même!

Même sur un point aussi simple et sans incidence sur sa thèse, Fabrice Bonvin trouve moyen de faire un commentaire inutile. La seule réaction sensée ici aurait été de me remercier d'avoir passé cette information.

Je suis parfaitement au courant de l'histoire officielle de l'implication du gouvernement américain dans l'étude du phénomène OVNI, j'y consacre d'ailleurs mon prochain ouvrage. J'y révélerai l'histoire officieuse du phénomène qui commence dès 1946, même 1945 si l'on considère le memorandum rédigé à la suite de l'incident de la "Bataille de Los Angeles".

Fabrice Bonvin n'écoute absolument pas, se contentant d'affirmer sa connaissance prétendument "parfaite". Il est tout simplement faux que "dès 1946" le gouvernement américain aurait mis en place "plusieurs groupes d'étude" visant à trouver l'origine des OVNIS.

Le memorandum rédigé à la suite de l'incident de la "Bataille de Los Angeles", que Fabrice Bonvin avec sa prétendue parfaite connaissance situe en 1945 alors que l'incident est en 1942, n'est en rien une confirmation de ce qu'il raconte ici.

Si Fabrice Bonvin ne méprisait pas les groupes de discussion, il aurait eu le loisir de mettre à l'épreuve des pairs ce qu'il entend publier dans un prochain livre.

A ceci Fabrice Bonvin ne répond rien.

Fabrice Bonvin s'irrite du "principe de Clark". Il s'agit en réalité de Clarke, Arthur C., le célèbre écrivain de science fiction. Le principe est: "Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie." Fabrice Bonvin le présente comme une "invention désespérée" des ufologues défendant la thèse extraterrestre. En réalité, Arthur C. Clarke n'a jamais défendu cette thèse et son principe est né en dehors du débat ufologique. Ce principe est parfaitement rationnel, il est le constat que des erreurs d'interprétations surviennent nécessairement lors d'une rencontre entre civilisations ayant un développement technologique non contemporain. Arthur Clarke disait donc que si nous rencontrons des extraterrestres, leurs engins, leur comportement, leurs intentions ne nous seraient pas immédiatement compréhensibles, certaines performances de leur technologie nous apparaîtraient être comme la magie, "physiquement impossible". Cette réflexion de bon sens est validée par les constatations que l'on peut faire en étudiant comment les civilisations humaines ont été victimes de ce fossé perceptif, maintenant appelé "incommensurabilité" quand elles ont été confrontées aux premières arrivées d'explorateurs d'autres civilisations humaines.

Ce à quoi Fabrice Bonvin répond, complètement hors de propos, ignorant entièrement ce que j'expose pour commenter sur une fausse question de forme alors qu'il s'agissait là du fond:

C'est juste, Arthur C. Clarke n'a jamais défendu cette thèse. D'ailleurs, je n'ai jamais écrit qu'il l'a fait.

Et cède finalement sur le fond:

Par contre, les ufologues ont bel et bien récupéré cette réflexion (effectivement, pleine de bon sens)

Ici, Fabrice Bonvin ne peut nier que le principe de Clarke est de bon sens...

pour la transformer en "principe" servant à justifier à tort et à travers...tous les travers de l'HET.

... mais il ne peut pas comprendre que les ufologues défenseurs de la thèse des visites extraterrestres tiennent compte de cette réflexion dont il reconnaît le bon sens!

Sa logique ici est totalement défectueuse: "d'accord, c'est vrai, les OVNIS ne peuvent que paraître absurdes ou magiques s'ils sont extraterrestres, c'est aussi ce que je pense - mais si vous le pensez, vous avez tort."

Décidément ! Patrick n'a pas compris ce qu'il lisait ! Je n'ai jamais écrit que la paralysie du sommeil explique 50 % des abductions. J'ai écrit : "Cette explication en termes de paralysie du sommeil peut être envisagée... à condition d'éliminer la moitié des éléments qui constituent le dossier des enlèvements.

Je n'ai pas écrit "éliminer la moitié des cas qui constituent le dossier des enlèvements" mais "éliminer la moitié des éléments (événements) qui constituent...". La formulation n'est peut-être par très heureuse mais se laisse très bien comprendre par le contexte, encore faut-il avoir une lecture honnête....

C'est exact, j'ai ici mal lu. En relisant je m'aperçois que ce que Fabrice Bonvin expose bien pire que ce que j'avais mal compris.

Il ne dit pas que seulement la moitié des "enlèvements" peut s'expliquer par l'hallucination hypnagogique. Il dit en fait que AUCUN ne peut s'expliquer ainsi!

En effet, par une logique totalement défectueuse, il nous dit que cette explication ne vaut rien du tout puisqu'il faut nier 50% des caractéristiques de cas d'abductions. De tous les cas d'abduction. Par exemple, il écrit "d'abord, une partie des enlèvements se déroule en plein jour."

Il trouve que cela fait "une" de caractéristiques parmi 50% des caractéristiques des abductions qui élimine l'hallucination hypnagogique comme explication possible! Il fabrique des cas imaginaires en cumulant sur tous les cas des objections qui s'appliquent à tel ou tel cas, en faisant des caractéristiques générales là où il y a caractéristiques particulières! Il ne comprend pas que l'argument "état de veille" n'élimine cette explication que pour les cas en état de veille, et bien entendu il n'a jamais compté les cas et ne réalise pas que PRESQUE TOUS sont "vécus" dans l'état de sommeil. En écrivant que l'explication de l'hallucination hypnagogique se heurte à "la moitié" des caractéristiques "des enlèvements", au sens, tous les enlèvements, il réussit à raconter que l'explication par la paralysie du sommeil ne peut être envisagée... pour aucun cas!

C'est stupéfiant et navrant. Pour moi, c'est également personnellement stupéfiant: j'ai eu moi-même l'année dernière un bel épisode d'hallucination hypnagogique sous forme de rencontre avec des extraterrestres, épisode clair et net, dont l'explication est sûre parce que le bruit des extraterrestres dans l'hallucination (qui était visuelle et auditive). Elle a trouvée son explication dans un bruit ordinaire que j'ai pu constater en me réveillant. L'hallucination hypnagogique avec aliens, bien connue, et non pas un enlèvement par les extraterrestres!

Contrairement à ce que Fabrice Bonvin prétend, l'hallucination hypnagogique explique PRESQUE TOUTES, et non pas AUCUNE, des histoires d'enlèvements extraterrestres, dont les rapports bruts sont presque toujours, à de très rares exceptions, des expériences vécus dans le sommeil, laissant une impression vague au réveil, impression ensuite transformée en certitude par les bons soins de l'abductionniste-hypnotiseur!

D'abord, une partie des enlèvements se déroule durant la journée, quand le sujet est éveillé. Pour ne citer que John Mack : "Ces expériences surviennent très souvent à un moment de parfaite conscience, nullement dans un état hypnagogique (état qui précède immédiatement le sommeil) ou de rêve.

John Mack ne parle aucunement "des enlèvements" en général, et nullement des "5 millions d'enlèvements" prétendus par Fabrice Bonvin! Il parle de cas PRECIS qu'il a RETENUS justement comme cas pour lesquels cette explication ne vaut évidemment pas. John Mack n'est évidemment pas un imbécile et il sait très bien que de très nombreux récits d'enlèvement sont des récits d'expériences vécus dans le sommeil; il parle ici de ceux qui résistent aux explications, et qui ne sont évidemment pas au nombre de 5 millions!

Deuxièmement, les abductees rapportent des détails et des séquences d'événements similaires, quels que soient leur culture ou leur vécu, etc...".

Bien entendu! Fabrice Bonvin ne comprend visiblement rien au sujet. Bien évidemment, ces expériences sont similaires, très généralement, puisque les hallucinations hypnagogiques prennent leur matière dans le substrat culturel environnant; c'est ainsi que les hallucinations hypnagogiques des temps anciens aboutissaient à des récits de goules, de vampires, d'incubes, et qu'ils aboutissent aujourd'hui à des récits d'enlèvements extraterrestres - en partie - ayant des caractéristiques similaires!

Fabrice Bonvin nous berce des histoires de fées des temps anciens, nous fabrique des invariants, mais des choses aussi évidentes que celle-ci, il ne s'en rend nullement compte.

Autant croire que les cigognes les bébés par chez moi, puisqu'il y a plus de naissances au moment des passages des cigognes en Alsace, c'est prouvé.

Lamentable, il n'a, de nouveau, pas compris mes écrits. Bon, la phrase est peut-être un peu trop longue et compliquée à comprendre pour un ancien enseignant reconverti dans l'informatique?! Donc, voilà la fameuse phrase : "même si tous les sujets souffrant de paralysie du sommeil ne sont pas systématiquement atteints de narcolepsie ou de cataplexie, les abductees interrogés ne souffrent ni de narcolepsie, ni de cataplexie" (page 202).

Cela reste entièrement faux, et les insinuations hors de propos relatives à ma profession n'y changent rien. De nombreux "abductés interrogés", en fait, une grande majorité, ont en réalité vécu des expériences d'hallucinations hypnagogiques dans le sommeil, mais ne souffrent en rien de narcolepsie ni de catalepsie.

Et voici ce qu'écrit bel et bien Fabrice Bonvin page 202:

"De plus, la paralysie du sommeil tend à produire des symptômes de narcolepsie - un dysfonctionnement neurologique caractérisé par un désir de sommeil disproportionné."

Faux, entièrement faux! Les hallucinations hypnagogiques ne tendent en rien à produire des symptômes pathologiques, ni aucune perturbation du sommeil. Ces hallucinations sont banales, arrivent à n'importe qui n'importe quand, et sont pratiquement toujours sans aucune conséquence sur le sommeil en général, et ne s'accompagne nullement de la narcolepsie, une pathologie extrêmement grave mais qui n'est nullement une suite d'un ou plusieurs épisodes d'hallucinations hypnagogiques.

Il n'y a pas de contradiction. Je montre simplement que le débat fait rage sur l'utilisation de l'hypnose dans les cas d'enlèvements, en proposant un argumentaire balancé entre les pros et les antis. Je conclue que l'utilisation de l'hypnose dans les cas d'enlèvement est valable à condition de l'exercer dans un cadre méthodologique bien précis par des professionnels de la santé mentale.

Il y a bel et bien contradiction, car la conclusion de Fabrice Bonvin consiste à ignorer toutes les préventions qu'il cite et à nous seriner qu'il y aurait bel et bien 5 millions d'enlèvements extraterrestres. La contradiction que j'évoque est là: Fabrice Bonvin cite bel et bien des explications triviales, banales, qui expliquent PRESQUE TOUTES les affaires d'enlèvements extraterrestres allégués, mais il n'en fait nullement son profit.

Qui croira que les "5 millions d'abductés" qu'il considère comme "prouvé" par les "spécialistes" sont des gens qui sont passés à l'hypnose "dans un cadre méthodologique bien précis par des professionnels de la santé mentale"?

C'était là une monumentale erreur de sa part, mais il ne veut rien entendre.

J'écris également que "si les critiques pleuvent sur l'usage de l'hypnose dans les enquêtes sur les enlèvements, aucune étude n'a réussi à prouver l'impact de la suggestion de l'hypnotiseur sur un sujet jugé trop réceptif et imaginatif. C'est même le contraire qui se produit : quel que soit l'hypnotiseur, les abductees tendent à fournir des récits similaires, y compris dans la séquence et la structure des épisodes de l'enlèvement.

Fabrice Bonvin répète ici son argument sensé valider la réalité de souvenirs retrouvés par l'hypnose. Erreur, erreur monumentale; les gens vont simplement puiser dans leur représentation du possible et de la réalité, et il est donc évident que les trolls et les sorcières ne sont pas plus réels que les extraterrestres plus acceptables de nos jours dans ces souvenirs "retrouvés" par hypnose! Fabrice Bonvin nous serine "d'invariants" infondés, mais les invariants éloquents lui échappent totalement. Il nous serine que la science-fiction fait croire aux extraterrestres, mais il ne se rend pas compte qu'elle fait apparaître lesdits extraterrestres, qui ont remplacé les fées et démons de jadis, lors des épisodes d'hallucinations hypnagogiques!

Il ne se rend pas non plus compte de ce que la personne qui a vécu une telle expérience nocturne et se rend chez l'abductionniste-hypnotiseur se retrouve alors dans un état de conscience sans contrôle de sa part et entièrement soumise à ce que l'hypnotiseur veut lui faire recouvrer. Il ne se rend pas compte que chaque hypnotiseur fait recouvrer des choses similaires à ses hypnotisées, certes, mais que d'un hypnotiseur à l'autre, ce qui est recouvré est fortement divergent!

N'importe quel ufologue sensé et informé sait cela: les aliens de Bud Hopkins sont occupés à leurs effroyables activités génétiques, les aliens de Leo Sprinkle sont bénéfiques, ses abductés pensent avoir participé à une expérience exaltante, ceux de Cyndia Hunt en Afrique du Sud donnent des récits couleur locale (MUFON 1993).

Fabrice Bonvin affirme ici que "aucune étude n'a réussi à prouver l'impact de la suggestion de l'hypnotiseur sur un sujet jugé trop réceptif et imaginatif."

Il s'agit d'ignorance, ou de censure. De nombreuses études ont bel et bien réussi à prouver l'impact de l'hypnotiseur même sur un sujet qui n'a rien de particulièrement réceptif ou imaginatif."

Nous avons les travaux Jean-Roch Laurence, professeur de Psychologie à l'Université de Montréal, qui a créé l'Institut d'Hypnose Clinique et Expérimentale pour étudier cette question précisément en regard des récits d'abductions révélés par l'hypnose. Laurence note bien que certains cas ne peuvent être écartés, mais il a bel et bien montré de façon claire que "on croit que c'est un sérum de vérité, en réalité l'hypnose permet toutes sortes de confabulations; les récits obtenus sous hypnose mêlent des éléments véridiques et des projections". Et il conclut: "l'hypnose est la dernière des techniques à utiliser pour étudier les abductions." Nous avons le Dr. Nicholas Spanos, professeur de Psychologie à l'Université Cartlon à Ottawa, qui a mené toutes les expériences déterminantes sur la question de l'hypnose, et a trouvé qu'il est extrêmement facile d'implanter de faux souvenirs par cette technique, même sans s'en rendre compte, et ainsi de suite. Il y a les études citées par Jenny Randles, directrice du BUFORA, qui ont justifié la décision de ce groupe d'ufologie d'un moratoire de cinq ans sur l'hypnose, et son refus de prendre comme données réelles de la recherche ufologique tout "souvenir recouvré par l'hypnose."

Mais la question n'est même pas là: la question est que Fabrice Bonvin prétend qu'il y a 5 millions d'enlèvements extraterrestres. Il prétend cela pour dire que cela fait "trop d'OVNIS" et que ces enlèvements ne sont donc pas extraterrestres mais "supraterrestres." Le problème est qu'il est absolument farfelu d'imaginer que 5 millions d'abductés on fait l'objet de la moindre vérification - avec ou sans hypnose, quelle que soit la valeur de l'hypnose. Il n'y a tout simplement pas réellement 5 millions d'abductés; il y a simplement un sondage qui posait à un petit nombre de gens des questions de l'ordre "avez-vous ressenti à l'occasion une "présence" près de vous la nuit?", et qui considérait que si l'on répondait par l'affirmative à plusieurs telles questions, alors, il y a "quelque chose" d'intéressant. Il y a ensuite Fabrice Bonvin qui, comme d'autres, réinterprète ce résultat en imaginant que c'est là le nombre d'abductés par les extraterrestres, 5 millions. C'est parfaitement ridicule, mais Fabrice Bonvin a décidé ainsi et n'a nullement écouté ma critique.

"Une manière d'évaluer le pouvoir de suggestion des hypnotiseurs consiste à confronter les récits obtenus à l'aide de hypnose avec ceux qui sont récoltés consciemment, sans hypnose. Peut-on y déceler l'influence de l'hypnotiseur? Sont-ils différents des récits sous hypnose? Non. Les épisodes, la structure du récit sont identiques. La suggestion semble donc très faible".

Quelle erreur! Fabrice Bonvin n'arrive pas à comprendre que les récits obtenus sous hypnose donnent des descriptions qui sont directement inspirées par les récits en général, et qu'il n'y a donc rien d'étonnant à ce que les récits sous hypnose leur ressemblent, et que cette ressemblance n'est absolument pas une preuve que l'hypnose "révèle" des faits réels. Ici, il omet soigneusement de prendre en compte l'influence médiatique comme origine de ces similitudes!

Fabrice Bonvin censure soigneusement tout ce qui ne va pas dans son sens, incapable de remarquer que les récits, les "buts des aliens" sont teintés de ce que chaque abductionniste-hypnotiseur pense être exact.

Fabrice Bonvin répète ici son argument sensé valider la réalité de souvenirs retrouvés par l'hypnose. Erreur, erreur monumentale; les gens vont simplement puiser dans leur représentation du possible et de la réalité, et il est donc évident que les trolls et les sorcières ne sont pas plus réels que les extraterrestres plus acceptables de nos jours dans ces souvenirs "retrouvés" par hypnose! Fabrice Bonvin nous serine "d'invariants" infondés, mais les invariants éloquents lui échappent totalement. Il nous serine que la science-fiction fait croire aux extraterrestres, mais il ne se rend pas compte qu'elle fait apparaître lesdits extraterrestres, qui ont remplacé les fées et démons de jadis, lors des épisodes d'hallucinations hypnagogiques!

Il ne se rend pas non plus compte de ce que la personne qui a vécu une telle expérience nocturne et se rend chez labductionniste-hypnotiseur se retrouve alors dans un état de conscience sans contrôle de sa part et entièrement soumise à ce que l'hypnotiseur veut lui faire recouvrer. Il ne se rend pas compte que chaque hypnotiseur fait recouvrer des choses similaires à ses hypnotisées, certes, mais que d'un hypnotiseur à l'autre, ce qui est recouvré est fortement divergent!

N'importe quel ufologue sensé et informé sait cela: les aliens de Bud Hopkins sont occupés à leurs effroyables activités génétiques, les aliens de Leo Sprinkle sont bénéfiques, ses abductés pensent avoir participé à une expérience exaltante, ceux de Cyndia Hunt en Afrique du Sud donnent des récits couleur locale (MUFON 1993).

Aussi, je n'ai jamais écris que les "abductés révélés par l'hypnose, c'est "vrai" parce qu'il y a des "marques"". C'est délirant.

Au contraire, pagea 201-202, Fabrice Bonvin écrit que "les cicatrices" sur les témoins rendent erronée l'idée que des enlèvements puissent être des épisodes d'hallucinations hypnagogique. Il fait comme si tous les abductés avaient de telles marques, et comme si cela impliquait qu'aucun de ses "5 millions" d'abductés n'était expliqué simplement.

Bien entendu, il a peut-être simplement maladroitement écrit une pensée plus mesurée; c'est précisément ce que je lui reprochais. Mais il n'entend pas.

Mais le côté grave de la chose est qu'il n'en démord pas du tout: "mes chiffres ne sont pas gonflés", proteste-t-il.

Finalement, Patrick se braque sur l'idée d'un "comptage". Un comptage de quoi? de l'hypnose? des marques? de ses tentatives malhonnêtes d'induire le lecteur de cette critique foireuse en erreur?

C'est très simple: Fabrice Bonvin veut nous faire croire que 5 millions de gens ont été enlevés par les extraterrestres, et que 945 engins extraterrestres se posent sur terre chaque année, dans le but de ridiculiser la théorie que certains rapports d'OVNI s'expliquent bien mieux par des visites extraterrestres que par autre chose. C'est exactement en expliquant ceci que je poursuivais ma critique, il suffisait de lire:

Pour les cas à l'allure franchement extraterrestre, ceux que le tenant avancera peut-être réellement, Fabrice Bonvin à ce commentaire dédaigneux qu'ils sont "troublants" mais ne prouvent pas d'activités extraterrestres. Pourquoi? Tenez-vous bien, parce qu'avec 5 millions d'enlèvements extraterrestres, il n'est pas normal qu'on n'en ait pas attrapé un, naturellement.

Ce qu'illustre justement Fabrice Bonvin:

Ce qui me gêne, c'est l'absence de preuves matérielles du phénomène OVNI, dûment analysée en laboratoire, contenant, par exemple, un isotope inconnu sur Terre, etc... 60 ans de visites extraterrestres (et probablement beaucoup plus) et de vains efforts consacrés à l'étude quasi-exclusive de la composante physique du phénomène. Le bilan est catastrophique : toujours rien de probant. Cela se saurait sinon. Ca, c'est le constat en 2006 et on ne peut le nier. Il est peut-être temps de s'intéresser à d'autres pistes, celles des composantes psychiques et symboliques, comme je le suggère dans mon ouvrage.

Comme on le voit, il affirme une absence de preuves du côté de la thèse extraterrestre, mais n'est nullement gêné de ce que sa théorie n'en offre strictement aucune.

Notons que "isotope inconnu sur terre" est une formulation malheureuse qu'il faut remplacer par "proportions isotopiques non utilisées normalement sur terre dans nos objets", et que bien entendu, Fabrice Bonvin, qui clame "ça se saurait" se garde bien de vous parler des nombreuses analyses des fragments trouvés à Ubatuba, qui montrent bel et bien des "proportions isotopiques non utilisées habituellement sur terre dans nos objets."

Il se peut bien que ce type de preuve n'emporte pas la conviction de tous, il se trouve surtout que ce type de preuves est largement ignoré, mais, encore une fois, ce n'est pas rationnel de prétendre qu'une thèse est juste sous prétexte d'ignorance ou d'insuffisance des preuves en faveur d'une autre thèse.

C'est seulement un raisonnement dévoyé qui oeuvre ici, dont la formulation ultime se ramène au fameux: "puisque vous ne pouvez pas me livrer un extraterrestre pieds et poings liés", complété par l'erreur de raisonnement: "alors, il existe, dans la Terre, une "intelligence" qui fait apparaître de vrais OVNIS et de vrais extraterrestres "physiques" et ce, afin de sauver la planète, car les gens qui les voient se mettent à sauver la planète."

Si c'est ainsi que se justifie une thèse, je puis alors nier une grande part du corpus de nos connaissances et concocter bien des thèses meilleures que celles de Fabrice Bonvin.

Mensonge éhonté. Je n'aborde qu'avec parcimonie le sujet de la physique quantique dans mon ouvrage. Je dis effectivement que "réalité physique et monde psychique se confondent", me basant sur plusieurs principes quantiques : "superposition », "indétermination », "non-localité ». Par exemple, le principe de superposition affirme que les objets quantiques, des photons par exemple, ont le don d'ubiquité. Autrement dit, un photon peut se trouver simultanément à plusieurs endroits.

Autrement dit, il n'y a aucun mensonge éhonté de ma part, Fabrice Bonvin réitérant son invocation de la physique quantique comme poudre de perlimpinpin.

Evidement, la totalité de son livre n'est pas consacré à la physique quantique - ce n'était pas mon propos du tout - et évidemment il n'y a là que quelques phrases à ce sujet, mais c'est simplement parce que rien ne se trouve dans cette idée que l'on puisse réellement développer. Il n'en demeure pas moins que l'appel traditionnel à la physique quantique comme justification physique de sa thèse est là.

Sa compréhension de la physique quantique est effectivement celle d'une madame Soleil; notre photon ne se trouve nullement à "plusieurs endroits", c'est là une interprétation erronée. Notre photon n'est pas localisé en un point, il n'existe pas réellement d'objets localisés "en droit". Mais en aucun cas cela n'équivaut à un principe d'ubiquité, et bien entendu, cela ne justifie en rien sa thèse d'une "intelligence supraterrestre" qui serait capable de faire "apparaître" des objets considérés comme plus ou moins physique par l'auteur tels que fées, farfadets, soucoupes volantes et crop circles.

Tout ceci ne sert à rien face Patrick Gross qui vient de montrer, noir sur blanc, dans cette critique, sa malhonnêteté intellectuelle, son absence navrante d'ouverture d'esprit (un comble pour un ufologue !), son incapacité à comprendre une phrase de plus de 15 mots sans en dénaturer le sens, sa formidable capacité à isoler une phrase de son contexte pour tromper le lecteur ou à utiliser des raisonnements boiteux pour détruire une hypothèse qui bouscule ses convictions de visiteurs extraterrestres, transformées en dogme, en nouvelle religion.

Il n'y a naturellement rien de religieux dans l'idée des visites extraterrestres.

Fabrice Bonvin confond "ouverture esprit" et "acceptation crédule". Ce que l'ufologue se doit d'avoir, dans mon opinion, c'est de la rigueur. Fabrice Bonvin n'en a aucune, entre les ballons qui deviennent des entités métaphysiques, les avions invisibles, les 5 millions d'enlèvements, la soi-disant absence de vérification des dangers de l'hypnose, l'affirmation de l'inédit de sa thèse, la présentation erronée de "propriétés" d'OVNIS, men-in-black et fées, l'invocation de la physique quantique comme justificatif de sa thèse, son mépris des groupes de discussion, ses insultes du niveau de la cour de récréation, et sa surdité entière à tout ce que j'expose ci dessus, il n'est plus question ici d'ouverture d'esprit mais de raisonnement erronées et d'ignorance.

L'esprit de synthèse de Patrick est stupéfiant. Il vient, sous vos yeux, de tout mélanger d'un seul coup...et de se ridiculiser par la même occasion ! Je n'ai évidemment jamais écrit, par exemple, que l'intelligence extraterrestre explique les shamans ou l'évolution.

C'est cependant là une description de ce que l'appel à cette "intelligence supraterrestre" permet de "justifier". Ainsi, tel auteur nous invoquera une intelligence supraterrestre comme "diabolique" (Sider dans "OVNIS dossiers diaboliques"), malveillante (John Keel dans "The mothan and other prophecies", créatrice (OVNIS créateurs de l'humanité, de Jean Sider) neutre, ou bénéfique chez Kenneth Ring ou ensuite Fabrice Bonvin pour qui cette intelligence voudrait nous faire sauver la planète.

Ma synthèse ici, est celle d'un constat: l'invocation de "puissances mystérieuses" permet d'expliquer ou de justifier ce que l'on veut, sans restrictions. Bien entendu ces auteurs justifient ce qu'ils veulent justifier personnellement, mais c'est bien là tout le problème: il n'y a aucune limite au "pouvoir explicatif" quand on postule de telles "intelligences mystérieuses."

Dans son livre, Fabrice Bonvin voit bel et bien dans l'action de cette intelligence supraterrestre qu'il postule, la source des apparitions d'OVNIS, d'extraterrestres, de farfadets, fées, diablotins, airships, martiens, "élémentaux", crop circles, "esprits animaux du shamanisme" et ainsi de suite, quoi qu'il s'en défende ici, c'est bien l'essence de sa thèse.

Cette présentation est bien la thèse de Fabrice Bonvin, aussi ne peut-il que faire cette remarque vide, hors de propos, et méprisante:

En tout cas, cela ne me protège pas des critiques malhonnêtes et débiles.

En plus d'être méprisant, Patrick n'a toujours rien compris. Je ne vais pas re-expliquer l'essence et le modus operandi de cette intelligence ici, car je l'ai fait sur 424 pages dans mon ouvrage. J'ajoute toutefois qu'un nombre croissant de découvertes scientifiques apportent de l'eau à mon moulin : découverte d'un "point de Dieu" dans le lobe temporal droit (et que notre conscience et notre mémoire ne se trouvent pas dans notre cerveau mais que celui-ci fonctionne à la manière d'un "récepteur radio"), découverte d'une "conscience planétaire" par l'équipe du Dr. Roger Nelson à l'Université de Princeton, confirmation d'un "espace imaginal" peuplé d'entités par le Dr. Rick Strassman, Université du Nouveau-Mexique, etc...

Voilà des points que je me suis abstenu de commenter, ayant expliqué que le commentaire aurait un volume supérieur au texte commenté si je devais m'arrêter sur chaque point, encore que les 424 pages fassent une large place à la moquerie de la thèse des visites extraterrestres plus qu'à une présentation de sa thèse à proprement parler. Mais soit.

1. Selon Fabrice Bonvin, il a été découvert "scientifiquement" un "point de Dieu" dans notre cerveau.

Il s'agit d'une thèse avancée par UN pédiatre, Melvin Morse (www.melvinmorse.com). Il pense que juste après la mort, l'âme quitte le corps et retourne à Dieu, et a écrit un livre là dessus. Il note que les NDE sont du même genre chez les adultes et les enfants. En faisant des électro-encéphalogrammes, il pense découvrir où l'âme se situe exactement dans le cerveau. Un autre chercheur, Pennfield, n'est pas d'accord parce que selon ses électro-encéphalogrammes, elle n'est pas là où dit Morse, mais ailleurs. Il y a là comme "témoins" une femme du nom de Kimberly Clark qui a failli mourir et a changé beaucoup de choses dans sa vie par suite, se sentant "prise" entre les forces du bien et les forces du mal. Il y a là aussi une certaine Maria, qui a une expérience de NDE, et à laquelle aucun scientifique n'a jamais pu avoir affaire, car elle n'a, scientifiquement que la seule existence d'un récit dans un livre affirmant que Dieu existe et que l'âme est localisée dans le cerveau. Toutefois les histoires de Maria et Kimberly se sont avérées non crédibles, comportant des contradictions. En guise de "validité scientifique" à tout ceci, on ne trouvera que quelques enquêtes montrant à quel point tout ceci manque de solidité (p. ex, "Maria" aurait vécu une "vraie NDE" parce qu'elle a vu une chaussure sur un bord de fenêtre qu'elle ne pouvait pas voir étant dans le coma; malheureusement, elle passe d'une couleur rouge à bleue à jaune selon les récits, etc. P. ex., un enfant de trois ans (!) qui s'est noyé est ranimé, il dit qu'il a vu "un visage heureux" "a happy face", et pour Morse, il a donc vu Dieu - ou plutôt, un visage heureux bien humain d'un de ses sauveurs bien réels? Pourquoi pas un extraterrestre, puisqu'il s'agit d'interpréter n'importe quoi n'importe comment?)

2. Selon Fabrice Bonvin, le Dr. Roger Nelson à l'Université de Princeton à découvert "scientifiquement" une "conscience planétaire."

Vous trouverez ce qu'il en est sur sa page là bas: www.princeton.edu/~rdnelson

Nulle conscience planétaire là dedans, nul intelligence supra-terrestre! Ce que Nelson veut démontrer, concerne la conscience des gens et non de la planète! Pas de lien avec l'Université de Princeton, qui n'avalise nullement les "résultats". Le "meilleur" résultat était sensé être publié dans le "Journal of Parapsychology".

Quant à une "découverte", il en est bien loin. Il y a là des expériences en cours, des propositions de pistes à explorer, mais surtout abondance de points d'interrogations et de conditionnels, rien de réellement prouvé ou ne serait-ce qu'un tout petit peu démontré!

Il y a des "générateurs de nombres aléatoires", qui donnent des chiffres au hasard. Alors qu'il y a un tsunami, ou qu'une personnalité connue décède, les chiffres seraient censés ne plus être dus au hasard. Nelson dit que le tsunami provoque une "réaction" et que cela affecte l'appareil un tout petit peu - pas assez pour en refaire le monde ou croire à la thèse de Fabrice Bonvin. Mais ce que l'on se garde bien de prendre en compte, c'est l'absence de réaction lors de toutes sortes d'autres événements, d'un tremblement de terre du Pakistan à une guerre, ou de milliers d'autres événements. Et cette réserve de Nelson, sur ces résultats qui selon ses propres termes "demandent à être vérifiés par d'autres expériences et un examen plus profond des données avant que la moindre théorie à ce sujet puisse être sérieusement avancée." Cela fait bien plus de 50 ans que l'on nous chante cet air de "psy" là. Les amateurs parlent de "preuves indubitables" mais les parapsychologues, en fait, disent "ce n'est pas sûr, il faut voir, il faut vérifier, peut-être, mais il faur encore d'autres expériences." Evidemment, cela passe sans problème le peer reviewing des autres parapsychologues, ou de n'importe qui d'ailleurs, puisqu'il n'est nul question de preuves du tout!

3. Selon Fabrice Bonvin, Rick Strassman a donné la confirmation "scientifique" de la réalité d'un "espace imaginal peuplé d'entités."

Pensez-donc, rien de tel. Son site web est ici: http://www.rickstrassman.com Il est un psychiatre qui expérimente avec la drogue hallucinogène DMT. Tous ses confrères tentent de lui expliquer qu'il n'y a rien de "paranormal" à voire des "bêtes bizarres" de toutes sortes quand on prend des drogues hallucinogènes, mais lui pense que ce que l'on voit en prenant de la drogue, ce sont de vrais créatures venues d'autres dimensions et d'univers parallèles.

Voilà donc, en réalité, ce que Fabrice Bonvin appelle "découvertes scientifique", "confirmation d'un espace imaginal peuplé d'entités par le Dr. Rick Strassman"!

Fabrice Bonvin nous assure de "découvertes scientifiques récentes" qui "apportent de l'eau" à son moulin. Rien de tel ici!

Ce n'est pas ce que j'ai écrit.

C'est exactement ce qu'il écrit page 27.

Jusqu'à nouvel avis, toute notion a le droit d'exister, quelle soit juste ou fausse.

La question n'est nullement le "droit des idées à exister!"

Bien entendu que Fabrice Bonvin à ce droit d'écrire des idées qu'elles soient justes ou fausse; il n'est pas question ici de retirer sa liberté d'expression à Fabrice Bonvin, voyons; il est simplement là ma critique argumentée de ses idées.

Ce que j'ai écrit : "L'idée de l'origine extraterrestre des OVNIs s'est constituée à partir des informations reçues et transmises par la tradition, l'éducation et la communication sociale. Cette idée ne s'appuie pas sur des preuves mais sune construction sociale". L'hypothèse extraterrestre peut être juste (ou fausse), il n'empêche que cette hypothèse doit davantage sa force à des processus émotionnels qu'à une solidité s'appuyant sur des preuves.

Ecrit, donc, par Fabrice Bonvin: "cette idée ne s'appuie par sur des preuves."

Ma remarque: 1- son idée ne s'appuie sur nulle preuve. 2- l'idée des visiteurs extraterrestres s'appuie bel et bien sur des preuves, diverses. Elles peuvent être ignorées, ou insuffisantes selon ce que l'on attend en matière de preuve, il n'en demeure pas moins qu'il y a là "quelques évidences" tandis qu'il n'y en a aucune pour sa thèse.

Encore une fois:

J'écris que Fabrice Bonvin dit que l'idée des visites extraterrestres ne s'appuie pas sur des preuves. Fabrice Bonvin écrit que ce n'est pas ce qu'il a écrit, et que ce qu'il a écrit est que l'idée des visites extraterrestres ne s'appuie pas sur des preuves.

Bien entendu, à chaque point de son livre que j'aborde, Fabrice Bonvin affirme qu'il ne l'a pas écrit, mais il l'a écrit, et le répète.

Comme procédé pour ne pas entendre et répondre sur le point traité, il choisit presque systématiquement de renvoyer à quelque chose d'autre qu'il a, bien entendu, aussi écrit. Ce quelque chose d'autre, je l'avais aussi traité auparavant, ou je le traite dans la suite.

Ainsi dans cet exemple, j'avais déjà traité des "processus émotionnels" et autres "science fiction" et "paranoïa du peuple américain" auparavant. Ce que fait Fabrice Bonvin est d'esquiver chaque point abordé au motif qu'il y en a d'autres. Il est bien entendu impossible pour moi dans une telle pratique d'espérer que le moindre de mes points ait une réponse appropriée.

Je n'ai jamais prétendu adopter une approche scientifique et cela n'a jamais été l'objectif de cet ouvrage. Comme je l'annonce en début d'ouvrage en page 18 : "cet ouvrage n'a pas la prétention de répondre à la rigueur qu'exige une recherche scientifique.

C'est bien ce que je constate dans ma critique, et c'est bien un reproche fort que j'énonce sur la thèse avancée.

Ma critique est bel et bien: son ouvrage, c'est à dire sa thèse, et ce mépris pour la thèse des visites extraterrestres, ne résultent nullement d'une approche scientifique.

"Approche scientifique", ici, cela ne désigne évidement pas le port d'une blouse blanche et un laboratoire empli d'appareils dans lesquels faire mariner des bouts d'extraterrestres. Cela désigne le fait de se conformer à un certain nombre de principes dans sa recherche, principes que n'importe quelle personne de bons sens comprend très bien: ne pas caricaturer, ne pas omettre, ne pas faire un tri sélectif biaisant un échantillonnage, ne pas prendre des histoires pour des faits, ne pas prendre des expérience avec la drogues pour des preuves scientifiques de l'existence des farfadets, ne pas gonfler les chiffres, ne pas se reposer que des méthodes invalides comme l'hypnose, écouter ses pairs et surtout ses contradicteurs avant de former des conclusions, prendre tous les vais et non pas ceux qui semblent être favorables, présenter les thèses en présence de manière juste et neutre plutôt que de ne présenter que ce qui serait la suprématie de l'une d'elle, comprendre le principe de banalité, le principe de parcimonie, se reposer sur les acquis solides plutôt que de prendre des possibilités pour des acquis solides, réfléchir sur les idées plutôt que sur des faits d'ordre privé relatifs à son contradicteur, ne pas confondre ressemblance et identité, ne pas négliger les dissemblances au profit des ressemblances, ne pas généraliser indûment, ne pas croire qu'avoir une source à citer équivaut à ce que la source dise soit vrai, de pas citer une source disant une chose pour en faite une source qui dit une autre chose, se tenir au courant de tout par opposition à la recherche des seules confirmations de sa propre thèse, participer à des discussions avec toutes les parties, ne pas appeler "enquête" un simple discussion ou interview ou série d'images nanties d'une date et d'une heure et d'un récit, et ainsi de suite.

C'est le renoncement à cette méthodologie scientifique, à cette rigueur, qui explique le nombre incalculable d'erreurs et d'idées fausses qui font le sable mou sur laquelle sa thèse est bâtie. La méthodologie scientifique, la rigueur, ce ne sont pas des "ennemies", ce sont les alliés incomparables, la meilleure façon connue de ne pas accumuler ainsi erreurs sur erreurs.

Mon étude s'appuie plutôt sur un savoir narratif qui propose un modèle".

C'est bien l'un des reproches que j'adresse à l'auteur: celui de bâtir sur des "histoires".

Si ma thèse est "vague à souhait", c'est parce qu'il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et que tout cela nous dépasse.

De nombreux auteurs ont déjà exploré cette piste avancée par Fabrice Bonvin. Aucune précision n'en ressort. Ceci provient de ce qu'il s'agit d'une "théorie du tout" qui peut expliquer ce que l'on voudra bien. On pourrait par exemple postuler que cette "supra-intelligence" est malveillante et que la preuve en est qu'il y a des guerres, etc.

Le premier chemin que Fabrice Bonvin devrait parcourir est de prendre en compte les critiques, de revenir sur un grand nombre de ses affirmations et de les vérifier avec une rigueur toute scientifique.

Le point n'est pas de nier que sa thèse soit quelque chose de possible en droit, bien qu'il soit évident que sa plausibilité en droit en comparaison avec la plausibilité en droit de visites extraterrestres soit un point plutôt important.

Le point est toutefois plutôt qu'il y a ici une accumulation d'erreurs évidentes, une présentation caricaturale et méprisante de la thèse des visites extraterrestres et de ses défenseurs, et des affirmations entièrement fausses, innombrables, du type "confirmation d'un espace imaginal peuplé d'entités par le Dr. Rick Strassman, Université du Nouveau-Mexique" là où il n'y a que "bébêtes" vus sous drogue hallucinogène, et autres "5 millions d'abductés" là où il n'y a qu'un sondage, et ainsi de suite - je ne vais pas reprendre encore la liste complète de ces errements.

C'est très mal résumé et carrément grossier. Ma thèse, résumée en 3 phrases est celle-ci: le phénomène OVNI a un accès privilégié à des sujets prédisposés par des mécanismes psychologiques (mécanisme de dissociation) et entretient une dialectique avec eux. Cette dialectique se traduit par une communication qui peut prendre une forme symbolique, métaphorique ou télépathique. L'impact de cette communication ouvre les témoins à reconsidérer leur rapport à la planète.

Voilà qui est simplement une version moins résumée de ce que j'indiquais:

Pour Fabrice Bonvin, "l'intelligence supraterrestre" veut nous faire croire aux extraterrestres, dans le but de sauver la planète de la pollution et de la misère.

Quels que soient les mots savants qui sont déployés et la complexité de l'argumentation ou de la démonstration, où ici, dans son résumé remodelé, disparition complète des fées, farfadets, martiens et soucoupes, c'est bien cela, sa thèse: il y a une intelligence dans la terre, les OVNIS, les fées, c'est elle qui les produit. Les OVNIS sont pour lui des "agents" de la Terre, qui a une intelligence, et qui veut du changement.

L'espèce des Patrick Gross pullulait dans les années 50. A l'époque, ils croyaient en la toute-puissance de la Science, c'était leur religion. Ils n'avaient pas encore eu le temps d'être désillusionnés. Cela ne les empêchait pas, non plus, de croire que Vénus était habitée par des créatures intelligentes, comme le clamaient haut et fort des contactés comme Adamski.

Me voilà assimilé à un célèbre menteur des années 50 et un religieux... Les ufologues des années 50 auraient cru Adamski... Non, ce n'est pas de mon côté ni du leur qu'est la crédulité. C'est triste, de lire des choses pareilles.

Fabrice Bonvin salit sans vergogne la mémoire des pionniers de l'ufologie. Il n'y aura nulle excuse et nulle reconnaissance de sa part de ce que sa vision des "ufologues qui pullulaient dans les années 50" est honteuse. Je ne pourrais pas lui faire voir que les contactés de Kazik, Lanulos, les Vénusiens etc., ce sont des ufologues opposés à la notion de visites extraterrestres qui les diffusaient et semblaient y croire parfois (Keel avec Derenberger par exemple), tandis que "l'espèce des Patrick Gross qui pullulait" tenait un tout autre discours. Voici donc juste à titre de rétablissement modeste ce que l'ufologue français Aimé Michel écrivait en 1958, des années avant que Keel et consorts nous racontent leurs planètes Kazik et leurs beautés vénusiennes mystérieuses:

"Tous ces prétendus "contact-men" ont essayé de prouver leurs dire, et leurs preuves ne prouvent rien; leur prétention est donc mensongère."

"Ils se multiplièrent alors, vendirent des brochures, se firent héberger "sous le sceau du secret", donner de l'argent. Et cela finit comme on pouvait le prévoir: la prison pour escroquerie pour quelques-uns, la débandade et la fuite au Mexique pour quelques autres."

De Keyhoe à Hall à McDonald, nos illustres prédécesseurs n'ont jamais cru ces histoires de coucheries Vénusiennes et autres simagrées. Pourquoi?

Parce qu'ils n'étaient pas ces imbéciles que nous caricature Fabrice Bonvin. Parce qu'eux ne croyait pas tout ce que l'on raconte. Parce qu'eux s'en tenaient à l'approche rationnelle. Parce que, eux ont enquêté et constaté fraudes et absence de preuve.

Triste révisionnisme que celui de Fabrice Bonvin...

Vénus n'étant pas plus habitée que la Science est une religion, les Patrick Gross sont devenus tout grognons et, par là même, des Ayatollahs de l'ufologie, allergiques à tout ce qui vient heurter leurs préjugés. Bloqués dans leur rhétorique, ils en viennent à utiliser des arguments dont le niveau est aussi bas que la merde de baleine au fond de l'océan. Cette critique en est la preuve.

Sans commentaire!

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 7 février 2006