France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

4 octobre 1954, Villers-le-Tilleul, Ardennes:

Référence pour ce cas: 4-oct-54-Villers. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le rapport le plus fiable sur cette affaire est celui dressé par la Gendarmerie Nationale de Flize le 12 octobre 1954; toutefois ce rapport n'a été rendu public que dans les années 2000. Ce rapportait indiquait les éléments suivants:

Le 4 octobre 1954, une jeune fille (le nom est censuré) avait raconté aux gendarmes "s'être trouvée en présence d'un engin dit "SOUCOUPE-VOLANTE":

Entre 18:40 et 19:00, elle venait de renfermer les vaches dans un parc situé à la sortie Est de la de Villers-le-Tilleul et à environ 200 mètres de la dernière maison du village, quand elle a vu un engin qui a attiré son attention, se trouvant à 20 mètres sur sa gauche par rapport à sa direction de marche sur un terrain herbeux débouchant dans une petite clairière et accédant lui-même à un chemin de terre sur lequel elle circulait.

Etant à bicyclette, elle s'est arrêtée et a cru tout d'abord que la chose était une tente de camping.

Elle a dit que l'engin avait 2.50 à 3 mètres de hauteur, et 2 mètres de large, c'était un corps ovale coiffé d'un genre de chapeau de forme conique mais arrondi sur le sommet. Il reposait sur le sol sur une partie de forme rectangulaire.

Alors qu'elle tentait de s'approcher, une trappe s'est levée de bas en haut, cette trappe aurait eu une hauteur de 1 mètre, une largeur 0.60 mètres environ, et était à environ 60 à 80 centimètres du sol.

Un être humain a sauté de cette trappe, et l'a immédiatement refermée derrière lui. Puis il est resté un moment immobile.

Pendant le temps où elle a pu l'observer, la fillette a noté que c'était un homme de taille normale, paraissant avoir la tête entourée d'une forme carrée, avec des yeux très perçants. Ses bras étaient pendants, les mains semblaient être d'une seule pièce avec des doigts soudés les uns aux autres. L'homme portait un long vêtement à poils longs de couleur brun-roux.

A un moment donné, l'homme il se serait avancé vers la jeune fille qui a pris peur et s'est enfuie sur sa bicyclette sans se retourner.

La jeune fille avait été interrogée par l'instituteur et par d'autres personnes du village, et n'a jamais rien changé à ses premières affirmations. Elle est réputée très intelligente et reconnue saine d'esprit par son instituteur et le docteur. Elle n'était pas "émotive ni suggestionnée" et raisonnait comme une enfant de son âge, mais en paraissant très réfléchie. Selon ses parents, elle ne s'adonnait pas à "des lectures susceptibles de lui troubler la raison."

Les gendarmes notent qu'une femme de 24 ans, dont le nom est censuré, demeurant dans une des dernières maisons à la sortie-est du village n'avait rien vu mais avait entendu pendant un temps assez long un bruit ressemblant à celui que fait une écrémeuse et ce dans la direction où la jeune fille avait vu l'engin et dans les mêmes moments. Elle s'était même aventurée sur la route pour vérifier s'il s'agissait d'un véhicule. Elle déclarait ne pas s'être méprise avec une écrémeuse de ferme étant très éloignée de la plus proche de ces dernières au moment de l'audition.

Le père de la jeune fille âgé de 49 ans, et quelqu'une d'autre âgé de 46 ans, tous deux cultivateurs, s'étaient rendus sur les lieux le soir même à 21 heures. Ils n'avaient rien remarqué d'anormal, si ce n'est que l'herbe aurait été quelque peu froissée dans un sens giratoire.

Le personnel de la brigade de Gendarmerie s'était rendu sur les lieux le 6 octobre 1954 et n'a rien trouvé.

Le rapport se conclut ainsi:

"Pour sa part, le Commandant de Compagnie n'a pas recueilli d'autres précisions sur cette affaire. Il est certain que les renseignements ci-dessus exposés semblent avoir une certaine "consistance" mais il est difficile d'admettre pour entièrement vraies les déclarations de la petite [X]. La population de Villers/le/Tilleul conserve tout son sang-froid. Une partie important de cette population croit sincère et réelle la déclaration faite par la jeune []. et pense qu'il y a quelque chose. De l'avis le plus général, il s'agirait d'un engin volant perfectionné, envoyé par une nation étrangère."

La première apparition de ce cas dans la littérature ufologique est le fait de Jacques Vallée en 1966, quand dans un "Catalogue préliminaire de 500 observations" il note simplement qu'il y a eu une observation à "Villers le Thilleul" (sic) le 4 octobre 1954 à 18:40.

A partir de 1966, dans son catalogue "d'atterrissages", il note que le 4 octobre 1954, à Villers-le-Tilleul, "le jeune Bertiaux", âgé de 10 ans, a vu un objet "en forme de tente" (qui deviendra "gros comme une tente" dès la deuxième parution, ce qui est faux, la fillette n'avait jamais dit cela, elle avait donné des dimensions, et la "tente" était seulement sa première impression de ce que l'objet aurait pu être et non pas une indication de taille qui n'aurait rien voulu dire de toute façon - et une "personne inconnue" près de l'objet. Au lieu de préciser une source, il note à partir de 1969 que le cas est "Personnel", ce qui a parfois été interprété comme une connaissance de première main par Jacques Vallée, mais signifie seulement qu'il a une source dans ses dossiers personnels. La fillette est devenue un garçon parce que la langue anglaise dans laquelle son catalogue paraît la première fois a fait perdre l'information; l'erreur persistera dans toutes les versions françaises ultérieures. Vallée donne le nom "Bertiaux", mais on trouvera ensuite chez d'autres ufologues "Bertieux", "Berthaux", "Bertaux", "Bertheaux" "Berteaux" et même "Berthieuz", avec un âge de parfois 8 ans, et le plus souvent de 10 ans. Quant au prénom, ce serait Eliane.

En 1975, les deux auteurs et ufologues français Charles Garrreau et Raymond Lavier rapportent l'affaire avec un peu plus de détails laissant penser qu'ils avaient soit lu le rapport des Gendarmes, soit discuté avec ceux-ci. Le rapport semble en effet au moins partiellement conforme à celui des gendarmes.

Garreau et Lavier précisent que le témoin était "Eliane Berthaux", 10 ans, et que ce sont ses parents qui avaient alerté les gendarmes de la brigade de Flize qui avaient mené l'enquête. Ils citent la jeune fille comme disant:

"Un peu en avant de moi, à une dizaine de mètres sur ma gauche j'ai aperçu une chose que j'ai d'abord prise pour une tente de camping. Pendant que je me rapprochais, j'ai vu une trappe se soulever sur le haut de cette chose qui n'était pas une tente mais un engin de 3 mètres de haut, et qui ressemblait à un gros oeuf. Il reposait sur la terre par un pied de forme rectangulaire. La trappe mesurait à peu près un mètre de haut, et 0.60 mètres de large. Un petit bonhomme est apparu. Il a sauté à terre. Sa tête était entourée d'une forme carrée. Ses yeux étaient très perçants. Il avait les bras pendants, mais qui semblaient faits d'une seule pièce, avec les doigts soudés. Il portait des vêtements à longs poils, de couleur brun-roux. Il s'est avancé dans ma direction. J'ai pris peur. Je me suis sauvée à toute vitesse, sans regarder en arrière."

Ils assurent que deux autres témoignages confirment partiellement le récit d'Eliane Berthaux: d'abord Mr. Antoine Barrois, 70 ans, du même village, qui a vu s'élever un engin lumineux rouge très vif, et qui ne s'en est pas inquiété. Egalement, selon eux, un autre habitant du même village, a entendu un bruit, "un sorte de bourdonnement."

Garreau et Lavier s'embarquent ensuite dans leur théorie - inspirée de l'ufologue australien Bruce Cathie - d'un "quadrillage" de la France par les OVNIS; ils sont persuadés que les observations se font aux coins d'un réseau de carrés de 43 kilomètres de large. Ils estiment aussi que d'autre cas "d'êtres poilus" dans ces mêmes jours sont une "confirmation" de la réalité de celui-ci.

Puisque Garreau et Lavier, faisait dire à la fillette que l'homme était "un petit bonhomme", il deviendra évidemment dans bien des sources ultérieures "un petit être". Rappelons que dans le rapport des Gendarmes, il s'agissait juste d'un "être humain".

Puisque Garreau et Lavier avaient parlé d'une trappe "sur le haut" de l'objet, Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon la placeront dans leur version de 1979 "sur le sommet" de l'engin. Dans le rapport des Gendarmes, la trappe n'était située ni sur le haut ni sur le somme de l'objet, elle s'était simplement "levée de bas en haut".

En 1981, un ufologue de la région, Jean-Michel Ligeron, publie sur le cas. Il avait retrouvé le témoin, devenue "Madame C.". Il donnait quelques détails: le lieu où elle a parqué les animaux était le lieu-dit "Le Moulin", le chemin était un petit chemin de pierres, l'objet en forme de "tente" paraissant posé sur le sol était de couleur rouge-orangée. Le pilote humain est maintenant un petit être, et elle le voit "quelques fractions de secondes après" avoir vu l'objet (il n'est plus mentionné qu'il a sauté par la trappe), et ses yeux sont maintenant "rouge-lumineux" au lieu d'être "très perçants". La trappe est décrite comme une porte coulissante vers le haut de l'objet posé sur le sol.

La trace dans l'herbe disparaît dans cette version: quand le père d'Eliane, accompagné d'un ami qui se trouvait là, se sont rendus immédiatement sur les lieux de l'observation et ont inspecté de long en large l'emplacement présumé où s'était posé l'objet, ils "ne relevèrent aucune trace sur le sol, l'herbe n'était même pas foulée."

Le père serait encore revenu sur les lieux le lendemain matin, mais n'a rien trouvé.

Jean-Michel Ligeron indiquait avoir appris par ailleurs qu'un habitant du village de Villers-le-Tilleul avait eu le temps d'observer un objet lumineux rouge-orangé, juste dans la direction ou Eliane se trouvait au moment où elle s'était enfuie. Ce témoin aurait été "Mr. Antoine Barrois, décédé depuis."

En 1995, dans son "Catalogue Régional d'Observations d'Humanoïdes - 3ème édition", Raoul Robé donne des sources ufologiques et résume le cas, et pour la première fois, une explication prosaïque est proposée: "plusieurs éléments font encore penser à une méprise avec un hélicoptère?"

L'année suivante, Raoul Robé complétait: J.M. Ligeron parlait d'une forme de "tente", très différente de celle d'un oeuf, et incohérente avec les dimensions de 4,5 m de haut, 1,50 m de large; il rappelle qu'il n'est pas question d'objet volant pour le témoin car l'objet a été vu seulement au sol; l'observation se fait au coucher du soleil et la couleur incite à parler d'un reflet du soleil. Le témoin allant vers le sud-est puis revenant vers nord-ouest, l'ovni serait à l'Ouest-sud-ouest et "serait peut-être un soleil couchant?" Il signale que selon Eric Maillot ce pourrait avoir été une "Méprise complexe?"

En 1997, Jean Sider donne la version "Figuet" mais invente que l'engin qui chez Figuet reposait sur un "pied rectangulaire" était posé sur un support "triangulaire".

L'année suivante, Raoul Robé proteste au sujet de la version de Jean Sider, rappelant que "nous avons avancé une hypothèse de méprise complexe (soleil couchant et hélicoptère)" ... en signalant par ailleurs que le village d'Omont (voir cas ci-dessus) est le village de plus proche (même source de confusion ?). Mais J. Sider n'en est resté qu'à l'édition 1986 de notre catalogue (éditée dans LDLN), et pour cause ... il refuse de nous lire; "connaissant d'avance notre prose" (courrier reçu au secrétariat en 1996)."

En 2002, dans Les Mystères de l'Estl la revue anuelle du CNEGU, Eric Maillot mentionne le cas du 4 octobre 1954 à Villers-le-Tilleul à "plus de 18h (crépuscule?)" comme une rencontre rapprochée du troisième type décrite par Jean-Michel Ligeron comme un objet en forme de tente, de couleur rouge orange, fixe au sol, vu furtivement, avec une porte coulissante et une petite entité poilue aux yeux rouges et lumineux.

Eric Maillot assure que le cas résulte d'une influence médiatique sur une enfant qui portait des lunettes, que la description est succincte et que cela aurait pu être une chèvre ou autre chose, et qu'il "n'y a eu là aucun objet volant."

Bien entendu dans ces années-là, on continue à reproduire la maigre version de Jacques Vallée et/ou Garreau et Lavier sur le Web, erreurs comprises.

En 2018, c'est l'ufologue "sceptique" Dominique Caudron qui reprend les choses en main. Il rappelle ce qui a été publié par Vallée, Garreau et Lavier, et J. M. Ligeron, et également le rapport de la Gendarmerie devenu disponible. Il estime que si les données disponibles avant cela pouvaient faire penser que "l'engin" était le soleil couchant [le soleil avec une trappe?!?], le rapport de Gendarmerie ne le permettant plus.

Il note que les caractéristique de l'engin d'apparence ovale, de 2.50 à 3 mètres de hauteur et 2 mètres de large, surmonté d'un cône arrondi, avec une trappe qui s'ouvre vers le haut, don bruit d'écrémeuse de ferme, et le froissement de l'herbe dans un sens giratoire, sont des détails qui ensemble désignent inéluctablement le coupable: un hélicoptère.

Concernant la couleur, il note que selon Jean-Michel Ligeron se serait une couleur rouge-orange, mais que le rapport de gendarmerie n'en dit rien et qu'entre 18:40 et 19:00 à cette date, c'est l'heure "entre chien et loup", où on voit mal les couleurs. Ainsi si M. Barrois a vu s'élever un engin lumineux d'un rouge très vif, c'est probablement qu'il parlait de la couleur de son feu de signalisation.

Dominique Caudron examinait divers modèles d'hélicoptères, et trouve que c'est le Sikorky S-51 qui correspondrait le mieux, avec son rotor au sommet d'un cône. Puisque "la France n'en utilisait pas en 1954", il envisage qu'un tel appareil de La Royal Canadian Air Force a pu se trouver en France sur la base de l'OTAN de Marville-Montmédy.

Pour ce qui est de l'occupant, sa "tête entourée d‘une forme carrée avec des yeux très perçants" signalerait simplement un casque, avec des écouteurs, et des lunettes spéciales. Les "bras pendants" signifieraient simplement qu'il est resté ainsi quelques instants pendant que la fillette le regardait. Les "mains semblant d'une seule pièce avec doigts soudés les uns aux autres" correspondraient simplement à des moufles. Le plus bizarre reste le "long vêtement à poils longs de couleur brun-roux", curieux vêtement pour piloter un hélicoptère début octobre, mais il estime que c'est plutôt insuffisant pour en faire un Martien, d'autant qu'il a été décrit comme un "Homme d'une taille normale".

Il concluait:

"La seule chose conforme à la mythologie du "martien poilu" est donc le vêtement à poils longs. Mais comme il n'y a ni taille de 1.20 m, ni soucoupe volante, il n'y a jamais eu de "martien poilu" à Villers-le-Tilleul."

Rapports:

[Ref. gen1:] GENDARMERIE NATIONALE:

Gendarmerie Nationale.
2e Légion
N° 348/4

Mézières, le 12 Octobre 1954.

RAPPORT

du Chef-d'Escadron [], Commandant []

sur la présence d'une "soucoupe volante", à VILLERS/le/TILLEUL, (Ardennes). -.

-Référence: Note N° 15/4. Légion, du 11.1.1954. -.

- Le 4 Octobre 1954, la jeune [] dit s'être trouvée en présence d'un engin dit "SOUCOUPE-VOLANTE", dans les circonstances suivant4es:

Le 4 Octobre 1954, entre 18 h. 40 et 19 h. cette enfant qui venait de renfermer les vaches dans un parc situé à la sortie Est de la localité et à environ 200 mètres de la dernière maison du Village a aperçu un engin qui a attiré son attention. Cet engin, selon l'enfant, se trouvait à 20 mètres sur sa gauche par rapport à sa direction de marche sur un terrain herbeux débouchant dans une petite clairière et accédant lui-même à un chemin de terre sur lequel circulait l'enfant.

[], qui circulait à bicyclette s'est arrêtée et a cru tout d'abord se trouver en présence d'une tente servant au "Camping". Comme elle tentait de s'approcher, une trappe s'est levée de bas en haut par laquelle est sauté un être humain qui a immédiatement refermé la trappe derrière lui puis est resté un moment immobile. -

- Ce laps de temps aurait été suffisant pour que l'enfant selon ses dires, puisse donner la description suivante de l'individu: Homme d'une taille normale, paraissant avoir la tête entourée d'une forme carrée avec des yeux très perçants. Bras pendant, mains semblant être d'une seule pièce avec doigts soudés les uns aux autres. Vêtu d'un long vêtement à poils longs de couleur brun-roux. A un moment donné, l'homme se serait avancé vers la jeune [] qui prise de peur s'est enfuie sur sa bicyclette sans plus se retourner.

- Des dires de l'enfant, l'engin pouvait mesurer

..//......

- 2 -

2 m. 50 à 3 m. de hauteur, et 2 m. de large, il présentait un corps ovale, coiffé d'un genre de chapeau de forme conique mais arrondi sur le sommet et reposait sur le sol sur une partie de forme rectangulaire. La trappe aurait les dimensions comme suit: hauteur 1 mètre, largeur 0 m. 60 environ, distance du sol: 60 à 80 centimètres environ. -

La jeune [], interrogée par monsieur [], instituteur et par d'autres personnes du village n'a jamais rien changé à ses premières affirmations. Elle est réputée très intelligente et reconnue saine d'esprit par son instituteur et le docteur []. Cette enfant ne paraît nullement émotive ni suggestionnée. Elle raisonne comme une enfant de son âge, mais paraît très réfléchie. Selon ses parents, elle ne s'adonne pas à des lectures susceptibles de lui troubler la raison. -

- Madame [], âgée de 24 ans, demeurant dans une des dernières maisons sortie-est du pays n'a rien vu mais elle a entendu pendant un temps assez long un bruit ressemblant à celui que fait une écrémeuse et ce dans la direction où la jeune [] avait vu l'engin et dans les mêmes moments. Elle s'est même aventurée sur la route à seule fin de savoir s'il s'agissait d'un véhicule. Elle déclare ne pas s'être méprise avec une écrémeuse de ferme étant très éloignée de la plus proche de ces dernières au moment de l'audition.

- Pour terminer, il est à noter que MM. [], âgé de 49 ans, père de la fille en question et [], âgé de 46 ans, tous deux cultivateurs se sont rendus sur les lieux le soir même à 21 heures. Ils n'ont rien remarqué d'anormal si ce n'est que l'herbe aurait été quelque peu froissée dans un sens giratoire.

- Le Personnel de la brigade [] s'est rendu sur les lieux le 6 Octobre 1954 et n'a pu effectuer de constatations. -

- Pour sa part, le Commandant de Compagnie n'a pas recueilli d'autres précisions sur cette affaire. Il est certain que les renseignements ci-dessus exposés semblent avoir une certaine "consistance" mais il est difficile d'admettre pour entièrement vraies les déclarations de la petite []. La population de Villers/le/Tilleul conserve tout son sang-froid. Une partie important de cette population croit sincère et réelle la déclaration faite par la jeune []. et pense qu'il y a quelque chose. De l'avis le plus général, il s'agirait d'un engin volant perfectionné, envoyé par une nation étrangère

../......

- 3 -

plutôt que d'un monstre arrivant d'une autre planète.

Destinataires:

- M. le COLONEL, Cdt. la 2° Légion de Gendarmerie (3 ex.).-
- Monsieur le PREFET des ARDENNES. -
- Monsieur le Commissaire aux Renseignements Généraux. -
- M. le Commandant de la Sécurité Militaire de la 2ème Région Militaire.- Lille.-
- M. le Commandant de la Sécurité Militaire "Air" 2ème Région-Aérienne. Paris.

N° 942/3. Bis.- Transmis à Monsieur le GENERAL COMMANDANT REGIONAL de la Gendarmerie Nationale de la 2ème Région Militaire
à LILLE

- à titre de compte-rendu -

Lille, le 14 Octobre 1954

Le Colonel [] commandant la 2ème Légion de Gendarmerie

Signé: [Signature]

N° 8.469/3.- Transmis à Monsieur le GENERAL de Corps d'Armée commandant la 2ème Région Militaire (Etat-Major - 2ème Bureau)
à LILLE

- à titre de compte-rendu -

Lille, le 15 Octobre 1954

Le Général de brigade [], commandant Régional de la Gendarmerie Nationale de la 2ème Région Militaire.

Signé: [Signature]

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

234 -004.72761 49.63500 04 10 1954 18 40 1 VILLERS LE THILLEUL F 0111 E

[Ref. jve6:] JACQUES VALLEE:

55, 4 oct. Un enfant de dix ans nommé Bertiaux a vu un objet "en forme de tente" qui avait atterri près de Villers-le-Tilleul (Ardennes). Une personne inconnue se tenait près de lui.

[Ref. jve1:] JACQUES VALLEE:

193) 4 Octobre 1954, Villers-le-Tilleul (France):

Le jeune Bertiaux, âgé de 10 ans, vit un objet gros comme "une tente" et un homme inconnu auprès (Personnel)

[Ref. jve3:] JACQUES VALLEE:

193
4 oct. 1954
1840

Villers-le-TilleuI (France). Bertiaux, dix ans, a vu un objet "comme une tente" et un homme inconnu a proximité de celui-ci. (Personnel)

[Ref. prn1:] PETER ROGERSON:

369 4 octobre 1954 1840 hrs

VILLERS-LES-TILLEUL [sic] (FRANCE) Bertieux [sic] âgé de 10 ans a vu un objet comme une tente et un homme inconnu à proximité de celui-ci. (M193)

[Ref. jve4:] JACQUES VALLEE:

4 octobre 1954, Villers-le-Tilleul (France):

Le jeune Bertiaux, âgé de dix ans, vit un objet gros comme "une tente" et un homme inconnu auprès (Personnel).

[Ref. gal1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les deux auteurs et ufologues français rapportent ainsi l'observation de Villers-le-Tilleul dans les Ardennes, le 4 octobre 1954 à un peu plus de 18 heures.

Eliane Berthaux, une fille de 10 ans venait de mener les vaches de la ferme de ses parents dans un parc à la sortie sud-est de la commune à environ 200 mètres des dernières maisons. Elle est montée sur un vélo pour rentrer, et au bout de quelques dizaines de mètres elle a fait une étrange rencontre qu'elle a raconté ainsi aux gendarmes que ses parents avaient alertés:

"Un peu en avant de moi, à une dizaine de mètres sur ma gauche j'ai aperçu une chose que j'ai d'abord prise pour une tente de camping. Pendant que je me rapprochais, j'ai vu une trappe se soulever sur le haut de cette chose qui n'était pas une tente mais un engin de 3 mètres de haut, et qui ressemblait à un gros oeuf. Il reposait sur la terre par un pied de forme rectangulaire. La trappe mesurait à peu près un mètre de haut, et 0.60 mètres de large. Un petit bonhomme est apparu. Il a sauté à terre. Sa tête était entourée d'une forme carrée. Ses yeux étaient très perçants. Il avait les bras pendants, mais qui semblaient faits d'une seule pièce, avec les doigts soudés. Il portait des vêtements à longs poils, de couleur brun-roux. Il s'est avancé dans ma direction. J'ai pris peur. Je me suis sauvée à toute vitesse, sans regarder en arrière."

Les auteurs estiment que deux autres témoignages confirment partiellement le récit d'Eliane Berthaux:

M. Antoine Barrois, 70 ans, du même village, a vu s'élever un engin lumineux rouge très vif. Il ne s'en est pas inquiété.

Egalement, un autre habitant du même village, a entendu un bruit, "un sorte de bourdonnement."

Les auteurs indiquent comme source leurs fichiers personnels et un rapport d'enquête de la gendarmerie, indiquant que c'est la brigade de Flize dans les Ardennes qui a mené l'enquête.

[Ref. jve2:] JACQUES VALLEE:

L'auteur indique que le 4 octobre 1954, un enfant de 10 ans nommé Bertiaux a vu un objet "en forme de tente", qui a atterri près de Villers-le-Tilleul dans les Ardennes. Un individu se trouvait non loin de l'objet.

[Ref. agd1:] ALAIN GAMARD:

035 04/10/1954 18.00 Villers-le-Tilleul 08 Bertiaux

[Ref. jve7:] JACQUES VALLEE - MAGAZINE "HISTORIA":

4 octobre 1954. Villers-le-Tilleul (Ardennes).

Le jeune Bertiaux, âgé de dix ans, vit un objet gros comme "une tente" et un homme inconnu auprès.

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent qu'à Villers-le-Tilleul dans les Ardennes, le 4 octobre 1954 à 18:00, Eliane Bertiaux, 10 ans, vient de conduire les vaches de la ferme de ses parents dans un parc, à la sortie sud-est de la localité. Pour regagner son domicile, elle monte sur son vélo, elle aperçoit, après avoir parcouru quelques dizaines de mètres, une chose qu'elle prend d'abord pour une tente de camping. En se rapprochant, elle observe l'engin au sol, il a la forme d'un gros oeuf qui repose sur un pied rectangulaire. Une trappe d'un mètre de haut et de 60 cm de large s'ouvre au sommet de l'objet. Un petit être apparaît et saute à terre. Il a la tête entourée d'une forme carrée, ses yeux sont perçants. Il a les bras pendants, mais qui semblent faits d'une seule pièce, avec les doigts soudés. Il porte des vêtements à longs poils, de couleur brun-roux. L'entité s'avance alors vers elle. "J'ai pris peur, je me suis sauvée à toute vitesse sans regarder en arrière", dira le témoin.

Un second témoin, Antoine Barrois, 70 ans, a quant à lui observé un engin lumineux, rouge très vif qui s'élevait. Enfin une troisième personne a entendu un bourdonnement inhabituel au moment des faits.

Les auteurs indiquent comme source le catalogue Vallée, cas 193, et C. Garreau et R. Lavier dans "Face aux E.T." pages 24-25.

[Ref. mft1:] MICHEL FIGUET:

N° de la liste de J. C. Fumoux N° du listing Francat Localisation Date Classe Crédibilité Sources Nombre de T
031 127 Villers-le-Tilleul 04/10 CE3 Ni [= "Non identifié"] C.V. [= "Catalogue Vallée"] 2-p 117 1 T + 2

[Ref. cck1:] GILBERT CORNU ET HENRI CHALOUPEK:

Les auteurs indiquent que le 4 octobre 1954, plusieurs jeunes enfants de Villers-le-Tilleul dans les Ardennes ont eu la vision d'un objet en forme de "gros oeuf" de 3 mètres de haut avec une "trappe" qui s'ouvre à son sommet.

Un petit être aux bras pendants et raides comme s'ils étaient faits d'une seule pièce, impression encore confirmée par les doigts qui semblent soudés entre eux, a soudain sauté à terre.

La fillette de 10 ans qui est le principal témoin a pris peur et s'est sauvée "sans regarder en arrière", ce qui fait que l'on ignore comment cela s'est terminé.

Les auteurs indiquent comme sources le Catalogue Vallée, cas 196; et Garreau et Lavier dans "Face aux E.T." pages 24-25.

[Ref. mft2:] MICHEL FIGUET:

CAS Nr CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
127 CE3 04 10 1954 18.00 Villers-le-Tilleul 08 160 B3 NI [="Non Identifié"] OVNI [= [fru1]]: p. 117

[Ref. jsx1:] JACQUES SCORNAUX:

Garreau et Lavier, qui nous rapportent ce cas (83, pp. 31-33), commentent imprudemment que cet atterrissage et celui de Villers-le-Tilleul du 4 octobre (21, p. 117; 83, pp. 24-25) "s'authentifient mutuellement" puisque les témoins n'ont pas pu avoir connaissance des récits l'un de l'autre et que tous deux décrivent un petit être portant un vêtement à longs poils. En outre, ces deux atterrissages sont séparés par une distance égale à trois fois le côté du quadrillage "découvert" par les auteurs, et un autre atterrissage (Vron, 1er octobre) est distant de Voillecomte de sept fois ce côté de 43, 2 km. Garreau et Lavier poussent dès lors l'imprudence jusqu'à ajouter qu'il "semblerait donc que cette distance terrestre corresponde à une unité de mesure extraterrestre". J'écris "imprudence", car, malgré ces confirmations géométriques impressionnantes (du moins pour qui n'a pas de notions de calcul des probabilités), le cas de Voillecomte a toutes les chances d'être faux (mais je me garderai d'en inférer quoi que ce soit sur la valeur des cas de Villers-le-Tilleul et de Vron...).

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

4 octobre. Villers-les-Tilleue [sic], France. (6:40 p.m.)

Un enfant de 10 ans nommé Bertieux a dit aux autorités qu'il avait vu un objet étrange sur le terrain, et une "figure" à côté. L'objet était, disait-il, "façonné comme une tente". 42.

[Ref. rre1:] RAOUL ROBE - CNEGU:

Cas n°8:

Le lundi 4 octobre 1954, un peu avant 18hl, une adolescente de 1O ans Eliane Bertaux vient de conduire les vaches de la ferme de ses parents dans un parc à la sortie sud-est de la commune de Villers-le-Tilleul (08). Elle rentre à vélo, quand, arrivée à 200 m des premières maisons, elle aperçoit un objet posé dans un champ. Elle s'approche et découvre un engin ressemblant à un gros oeuf (3 m de haut) reposant au sol sur un pied rectangulaire. Une trappe se soulève sur le haut et un petit homme apparaît. Il saute à terre. Sa tête est entourée d'une forme carrée, ses yeux sont très perçants. Les bras pendants sont terminés par des mains aux doigts soudés. Il porte des "vêtements à longs poils roux". Il s'avance vers la fille qui prend peur et s'enfuit.

Deux autres habitants du village confirment la présence insolite. L'un a vu s'élever un phénomène lumineux rouge vif et l'autre a entendu un bourdonnement.

Explication: plusieurs éléments font encore penser à une méprise avec un hélicoptère?

Sources: CH.Garreau "Face aux Extraterrestres" Mame (1975) pages 24-25 citant une enquête de gendarmerie de Flize de 1954; JM.Ligeron "OVNI en Ardennes" pages 27-29; C.Bowen "Enquête des humanoïdes" J'Ai Lu; J.Vallée "Chronique des apparitions extraterrestres" Denoël (1972) page 291 (avec une erreur: la fille est "le jeune Bertiaux"!), la presse locale ne fait pas mention de ce cas?

[Ref. rre2:] RAOUL ROBE - CNEGU:

Complément à la 3ème édition du Catalogue Nord-Est des Observations d'Humanoïdes

Grâce à la pertinence de nos lecteurs et à la découverte de nouvelles entrées, nous vous proposons ce complément au catalogue paru dans le N° 1 de "Les Mystères de l'Est".

[...Autre cas...]

Le cas n°8: Villers le Tilleul (08) le 4 octobre 1954, J.M. Ligeron parle d'une forme de "tente" (très différente de celle d'un oeuf et incohérente avec les dimensions: 4,5 m de haut, 1,50 m de large!); il n'est pas question d'objet volant pour E. Berteaux (le témoin): il est au sol!; l'observation se fait au coucher du soleil et la couleur incite à parler d'un reflet solaire. Témoin allant vers le sud-est puis revenant vers nord-ouest, l'ovni serait à Ouest/sud-ouest (serait-ce un soleil couchant?); Méprise complexe? (E. Maillot).

coïncidence: Omont (cas du 17 septembre) est le village le plus proche, s'agit-il du même objet source de la méprise?

[...Autre cas...]

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

Cet ufologue documente le cas ainsi:

Le 4 octobre 1954 vers 18:00, Eliane Berthieux, 8 ans, regagnait son domicile à vélo quand elle a soudain remarqué une masse qu'elle a d'abord prise pour une tente de camping, la scène se passant au beau milieu de pâturages traversés par un sentier.

Elle s'est rapproché et a remarqué que c'était en réalité un engin en forme d'oeuf reposant sur un support triangulaire.

Une trappe d'environ 1 mètre de haut et 60 cm de large s'est ouverte au sommet de l'appareil puis un petit être s'est montré et a sauté à terre.

Sa tête était entourée d'une forme carrée et ses yeux étaient perçants. Ses bras semblaient d'une seule pièce, les doigts paraissaient soudés. Il portait des vêtements à poils longs, brun roux.

Il s'est dirigé vers la fillette qui a été saisie de frayeur et s'est sauvée à toute vitesse sans regarder en arrière.

Un Mr. Barrois avait vu un engin lumineux vif, et une troisième personne, non nommée, avait entendu un bourdonnement.

Jean Sider indique que la source est Michel Figuet, p. 117.

[Ref. rre3:] RAOUL ROBE - CNEGU:

Le cas de Villers-le-Tilleul (08) du 4 octobre est rapporté tel quel d'après le livre de M. Figuet. Nous avons avancé une hypothèse de méprise complexe (soleil couchant et hélicoptère) dans les Mystères de l'Est N° 2 page 005, en signalant par ailleurs que le village d'Omont (voir cas ci-dessus) est le village de plus proche (même source de confusion ?). Mais J. Sider n'en est resté qu'à l'édition 1986 de notre catalogue (éditée dans LDLN), et pour cause ... il refuse de nous lire; "connaissant d'avance notre prose" (courrier reçu au secrétariat en 1996).

[Ref. goe1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique dans son catalogue qu'en 1954, le 4 octobre, en France à "Villers le Tilleul (Flize)", vers 18 heures, "Eliane Berteaux, fillette de dix ans, vient de conduire les vaches dans un pré. Elle rentre à vélo: 'Un peu en avant de moi, à une vingtaine de mètres sur ma gauche, j'ai aperçu quelque chose comme une tente de camping. Pendant que je me rapprochais j'ai vu une trappe se soulever sur le haut de cette chose qui n'était pas une tente, mais un engin de 3m de haut et qui ressemblait à un gros oeuf. Il reposait par terre par un pied de forme rectangulaire. La trappe mesurait à peu près 1 m de haut et 60 cm de large. Un petit bonhomme est apparu. Il a sauté à terre. Sa tête était entourée d'une forme carrée. Ses yeux étaient très perçants. Il avait les bras pendants mais qui semblaient faits d'une seule pièce, avec les doigts soudés. Il portait des vêtements à longs poils de couleur brun roux. Il s'est avancé dans ma direction. J'ai pris peur. Je me suis sauvée à toute vitesse sans regarder en arrière.'"

"M. Antoine Barrois, 70 ans, a vu s'élever un engin lumineux, rouge très vif mais il ne s'en est pas inquiété. Un autre témoin a entendu un bruit, une sorte de bourdonnement."

Elle indique la source comme "GARREAU et LAVIER: 'Face aux extra-terrestres' - DELARGE 1975, J'ai Lu, p. 26, 27".

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

3965: 1954/10/04 18:40 1 4:43:40 E 49:37:00 N 3333 WEU FRN ADN 9:8

VILLERS-le-TILLEUL,FR:ENFANT:3M OBJ COMME UNE TENTE ATTERRI:HOMME BIZARE A L'EXTERIEUR:/r217p185

RefN° 30 FIGEUT[sic]&RUCHON: OVNI: Le 1er Dossier Page No. 117 : FORET

[Ref. emt1:] ERIC MAILLOT:

Eric Maillot mentionne le cas du 4 octobre 1954 à Villers le Tilleul à "plus de 18h (crépuscule?)" comme une rencontre rapprochée du troisième type décrite par Jean-Michel Ligeron comme un objet en forme de tente, de couleur rouge orange, fixe au sol, vu furtivement, avec une porte coulissante et une petite entité poilue aux yeux rouges et lumineux.

Eric Maillot note que le cas résulte d'une influence médiatique sur une enfant qui portait des lunettes, que la description est succincte et que cela aurait pu être une chèvre ou autre chose, et qu'il n'y a eu là aucun objet volant.

[Ref. fbn2:] FABRICE BONVIN:

En un tableau, Fabrice Bonvin note des cas sélectionnés de la vague française de 1954 dont celui-ci:

Cas Nbre témoins Heures Type objets
Villers-le-Tilleul 3 3 1

[Ref. djn1:] DONALD JOHNSON:

Ce jour-là

4 octobre

[...]

1954 - Villers-le-Tilleul, France. Bertiaux, dix ans, a vu un objet à 18:40 "comme une tente" avec un homme inconnu à côté. (Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 217).

[...]

[Ref. ars1:] ALBERT ROSALES:

122.

Lieu. Villers-le-Tilleul France

Date: 4 octobre 1954

Heure: 1840

Eliane Berteaux, dix ans, avait juste mené les vaches à la pâture et revenait sur son vélomoteur quand elle a vu à quelques mètres vers sa gauche ce qui a semblé être une tente métallique. Tandis qu'elle s'approchait, elle a vu une trappe s'ouvrir sur le dessus de l'objet, qui était vraiment un objet ressemblant à un grand oeuf. Il reposait sur la terre sur une base rectangulaire. La trappe a mesuré environ 1 mètre de haut et 60 centimètres de large. Un petit humanoïde est alors apparu. Il a sauté à terre. Sur sa tête, il portait un grand casque carré. Il avait des yeux très perçants et ses bras pendaient à ses flancs. Il portait un équipement de couleur rouge roux. L'humanoïde s'est déplacé vers le témoin et celle-ci a filé au loin par crainte. Dans le même secteur, Antoine Barrois, 70 ans, a vu un objet lumineux rouge s'élever du sol.

Humcat 1954-73

Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia

Type: C

[Ref. fbn1:] FABRICE BONVIN:

Fabrice Bonvin note:

Cas n012: 04/10/1954, p. 117 (Villers-le-Tilleul)

[Ref. ads2:] JOURNAL "L'ARDENNAIS":

[... Autres cas...]

Le 3 octobre [1954] à 21 heures, un "objet lumineux rouge" décrit comme "ovale" ou "allongé" selon la position des témoins est observé à Tagnon (08). Le lendemain soir, une cycliste de 10 ans aperçoit à Villers-le-Tilleul, un "gros oeuf de 3m de haut" posé verticalement dans un champ. Un petit être dont la tête est entourée d'une forme carrée se trouve devant. Le témoin s'enfuit (retrouvé 25 ans plus tard, il confirmera son observation).

[... Autres cas...]

[Ref. cnu1:] CNEGU - "LES MYSTERES DE L'EST":

[... Autres cas...]

Le 3 octobre [1954] à 21 heures, un "objet lumineux rouge" décrit comme "ovale" ou "allongé" selon la position des témoins est observé à Tagnon (08). Le lendemain soir, une cycliste de 10 ans aperçoit à Villers-le-Tilleul, un "gros oeuf de 3m de haut" posé verticalement dans un champ. Un petit être dont la tête est entourée d'une forme carrée se trouve devant. Le témoin s'enfuit (retrouvé 25 ans plus tard, il confirmera son observation).

[... Autres cas...]

[Ref. jbu1:] JEROME BEAU:

Lundi 4 octobre 1954

[...]

A Villers-le-Tilleul (France), le jeune Bertiaux (10 ans) voit 1 objet gros comme une tente et 1 homme inconnu auprès.

[...]

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan note dans sa base de données que dans les Ardennes à Villers le Tilleul le 4 octobre 1954 à 18:00 heures, "Une jeune fille vient de conduire les vaches de la ferme de ses parents dans un parc, à la sortie sud-est de la localité. Pour regagner son domicile, elle monte sur son vélo, elle aperçoit, après avoir parcouru quelques dizaines de mètres, une chose qu'elle prend d'abord pour une tente de camping. En se rapprochant, elle observe l'engin au sol, il a la forme d'un gros oeuf qui repose sur un pied rectangulaire. Une trappe d'un mètre de haut et de 60 cm de large s'ouvre au sommet de l'objet. Un petit être apparaît et saute à terre. Il a la tête entourée d'une forme carrée, ses yeux sont perçants. Il a les bras pendants, mais qui semblent faits d'une seule pièce, avec les doigts soudés. Il porte des vêtements à longs poils, de couleur brun-roux. L'entité s'avance alors vers elle. 'J'ai pris peur, je me suis sauvée à toute vitesse sans regarder en arrière ', dira le témoin."

"Un second témoin a quant à lui observé un engin lumineux, rouge très vif qui s'élevait. Enfin une troisième personne a entendu un bourdonnement inhabituel au moment des faits."

Luc Chastan indique comme source: "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 4 octobre 1954 à 18:40 à Villers-le-Tilleul, France, "Bertiaux, dix ans, a vu un objet 'comme une tente' et un homme inconnu près de cela."

Le site web ajoute: "Villers-le-Tilleul, France . Bertiaux, dix ans, a vu un objet à 18:40 'comme une tente' avec un homme inconnu à côté."

Et: "Rencontre rapprochée avec un engin non identifié et ses occupants. Un objet en forme de tente, d'environ 10 pieds de large, a été observé par un témoin masculin de 10 ans dans une forêt. Un humanoïde a été vu. Eliane Berteaux, dix ans, avait juste mené les vaches à pâturer et rentrait avec son vélomoteur quand elle a vu à quelques mètres vers sa gauche ce qui a semblé être une tente métallique. Tandis qu'elle s'approchait elle a vu une trappe être levée jusqu'au dessus de l'objet, qui était en réalité un objet ressemblant à un grand oeuf. Il reposait sur la terre sur une base rectangulaire. La trappe mesurait environ 1 m de haut et 60 centimètres de largeur. Un petit humanoïde est alors apparu. Il a sauté à terre. Sur sa tête il portait un grand casque carré. Il avait des yeux très perçants et des bras qui pendaient à ses côtés. Il portait une tenue rouge roux de couleur. L'humanoïde s'est déplacé vers le témoin et celui-ci a couru au loin dans la crainte. Dans le même secteur, Antoine Barrois, 70 ans a vu un objet lumineux rouge s'élever de la terre."

Les sources sont indiquées comme: Webb, David, HUMCAT: Catalogue of Humanoid Reports; Poher, Claude, Etudes Statistiques Portant sur 1000 Temoignag, l'Auteur, non daté; Bowen, Charles, The Humanoids: FSR Special Edition No. 1, FSR, Londres, 1966; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (dans JVallee01); Vallee, Jacques, A Century of Landings (N = 923), (dans JVallee04), Chicago, 1969; Schoenherr, Luis, Computerized Catalog (N = 3173); Delaire, J. Bernard, UFO Register Volume 7 (1976), Data Research, Oxford, 1976; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002; Rosales, Albert, Humanoid Sighting Reports Database

[Ref. rte1:] RAYMOND TERRASSE:

L'auteur déclare qu'il fonde une "nouvelle branche de l'ufologie", la "marifologie, sur des bases mathématiques: 9, 13, 46, le chiffre de tête était le nombre de lettres du vocable notre dame, attribué à la Sainte Vierge par Bernard de Clairvaux; 13 est le symbole de la lettre M selon sa place dans l'alphabet [!]; et 46, le total numérique de MARIE" [!]. Il liste donc des cas OVNI dont le nom de témoin fait 13 lettres et cite parmi ceux-là: "Villers le Tilleul et Mme Eliane Bertaux" [sic].

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON:

Octobre 4 1954, 1840hrs.

VILLERS-LES-TILLEUL (ARDENNES : FRANCE)

Bertieuz [sic] âgé de 10 ans a vu un objet comme une tente et un inconnu près de lui. (Vallee cas 193, citant de informations "personnelles" :: Vallee dans FSR 10, 1, p.8)

[Ref. tai1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Lieu: Villers-le-Tilleul France

Date; 4 octobre 1954

Heure; 1840

Eliane Berteaux, dix ans, avait juste mené les vaches à la pâture et revenait sur son vélomoteur quand elle a vu à quelques mètres vers sa gauche ce qui a semblé être une tente métallique. Tandis qu'elle s'approchait, elle a vu une trappe s'ouvrir sur le dessus de l'objet, qui était vraiment un objet ressemblant à un grand oeuf. Il reposait sur la terre sur une base rectangulaire. La trappe a mesuré environ 1 mètre de haut et 60 centimètres de large. Un petit humanoïde est alors apparu. Il a sauté à terre. Sur sa tête, il portait un grand casque carré. Il avait des yeux très perçants et ses bras pendaient à ses flancs. Il portait un équipement de couleur rouge roux. L'humanoïde s'est déplacé vers le témoin et celle-ci a filé au loin par crainte. Dans le même secteur, Antoine Barrois, 70 ans, a vu un objet lumineux rouge s'élever du sol. .

Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia 193

[Ref. nip1:] "THE NICAP WEBSITE":

*4 oct. 1954 - Villers-le-Tilleul, France. Bertiaux de dix ans a vu un objet à 18h40 "comme une tente" avec un homme inconnu à proximité. (Source: Jacques Vallee, Passport to Magonia: A Century of Landings, p. 217, case # 193).

[Ref. jgz1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur indique qu'il y a eu une rencontre rapprochée du troisième type à Villers-le- Tilleul, dans les Ardennes, le 4 octobre 1954, à 18h00.

Il ne faisait pas très froid, et le temps était clair et sans nébulosité, avec bonne visibilité, mais la nuit tombait. Eliane Berteaux, 10 ans, conduit un troupeau de vaches dans la pâture qui se situait à environ 400 à 500 mètres de la maison de ses parents. Parvenue au lieu-dit "Le Moulin", elle a emprunté avec son troupeau un petit chemin de pierres, elle a parqué les animaux, puis, son travail achevé, est revenue par le même trajet.

A ce moment, regagnant son domicile à bicyclette, elle a soudain vu sur sa gauche un étrange objet en forme de "tente" de couleur rouge-orangée paraissant posé sur le sol. Quelques fractions de secondes après, elle a été étonnée d'apercevoir, se tenant à proximité, un petit être qui paraissait porter une sorte de combinaison recouverte de longs poils avec des yeux rouges lumineux.

Elle a juste eu le temps de discerner une sorte de porte coulissante vers le haut de l'objet posé sur le sol, mais prise d'une grande frayeur, elle s'est enfuie sans se retourner jusqu'à chez ses parents auxquels elle a rapporté ce qu'elle avait vu.

Son père accompagné d'un ami qui se trouvait là a décidé de se rendre immédiatement sur les lieux. Ils ont inspecté en long et en large l'emplacement présumé où s'était posé l'objet mais n'ont relevé aucune trace sur le sol, l'herbe n'était même pas foulée.

Afin de mieux se rendre compte, Mr. Berteaux est revenu sur les lieux le lendemain matin, mais n'a rien trouvé.

Un autre habitant de Villers-le-Tilleul, Antoine Barrois, avait eu le temps d'observer un objet lumineux rouge-orangé, juste dans la direction où Eliane Bertiaux se trouvait au moment où elle s'était enfuie.

Une troisième personne restée anonyme aurait entendu un bourdonnement.

D'après Eliane l'objet mesurait 4 à 4,50 mètres de haut sur 1 à 1,50 mètre de large. A aucun moment, elle n'a perçu de bruit.

Il y avait eu à l'époque des faits l'objet d'une enquête de la Gendarmerie Nationale de la brigade de Flize, et il y a eu une contre-enquête près de 25 ans plus tard par Jean-Michel Ligeron au cours de laquelle Mme C..., ex Mlle Eliane Berteaux, avait confirmé ses déclarations de l'époque. Elle avait ajouté qu'elle refusait toute littérature se rapportant au sujet des OVNI par crainte d'être effrayée.

Les sources sont indiquées comme C. Garreau et R. Lavier, "Face aux Extra-Terrestres", pages 24-25; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, "OVNI, le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France", page 117; Jean-Michel Ligeron, "OVNI en Ardennes", pages 27-29; Jean Sider, "Le dossier ]954 et l'imposture rationaliste", pages 185.

[Ref. gei1:] "GROUPE D'ETUDES ET D'INFORMATIONS SUR LES PHENOMENES AEROSPATIAUX NON IDENTIFIES":

VILLERS-LE-TILLEUL (08) 04.10.1954
Observé le: 04-10-1954
Région: Champagne-Ardenne
Département: Ardennes
Classe: C
Résumé: Observation par une enfant d'un engin au sol et d'un être: manque d'information.
Description:

Le 4 octobre 1954 entre 18h40 et 19h, une fillette de 10 ans (T1) circulant à bicyclette voit à 20 m d’elle un « engin » qu’elle prend d’abord pour une tente de camping. Aux dires de l'enfant, l’engin de forme ovale pouvait mesurer 2 m de large et 2,5-3 m de haut, avec une forme conique au-dessus, et repose au sol sur un socle rectangulaire. Quand elle s’approche de l'engin, une trappe (1 x 0,6 m) se lève. Un homme saute à terre et referme la trappe derrière lui puis reste immobile. De taille normale il a une « forme carrée » sur la tête, des yeux perçants, un long vêtement à poils longs brun-roux. Quand l’homme s’avance, l’enfant prise de peur s’enfuit sans se retourner.

Deux autres personnes signalent à la même heure et dans la direction où se trouvait la fillette, l’un « un engin lumineux d’un rouge très vif » dont il ne se préoccupe pas, l’autre un bruit d’écrémeuse qui la fait sortir de chez elle. Le père de l'enfant et un voisin se rendent sur les lieux de l'observation le même jour à 21h et notent que l’herbe est « quelque peu froissée dans un sens giratoire ».

La gendarmerie se rendra sur les lieux le 6 octobre mais ne pourra faire aucune constatation. Aucune autre précision ne sera recueillie lors de l'enquête.

En résumé pour ce cas il existe quatre faits distincts:

- un témoin unique qui voit un engin et "un être humain" près de son chemin. Elle ne voit pas l'engin décoller.

- simultanément un agriculteur voit dans le ciel un engin lumineux d'un rouge très vif.

- une troisième personne entend longuement un bruit ressemblant à celui que fait une écrémeuse.

- le père de l'enfant et un agriculteur trouveront à 21 h le même soir sur le lieu d'observation du T1, de l'herbe froissée dans un sens giratoire.

Aucun élément probant ne garantit que ces quatre faits soient liés. Si on considère qu'ils sont liés on peut trouver une hypothèse à considérer:

-plusieurs éléments semblent compatibles avec un hélicoptère, peut-être un Bell 47, vu par l’avant (forme ovale): le support du rotor, la trappe, le bruit, le froissement de l’herbe, le pilote. Le lieu (« sur un chemin herbeux débouchant dans une petite clairière ») pourrait se prêter à un atterrissage. Par contre le socle rectangulaire, la position de la trappe (si elle avait été sur le côté, le témoin aurait-il pu noter sa largeur ?) et la lumière rouge-vif de l’objet sont moins aisés à interpréter.

Ce cas s'avère d'une étrangeté moyenne puisqu'une hypothèse simple peut convenir à peu près. Sa consistance est faible cas s'appuyant essentiellement sur un témoin unique (enfant) et avec une observation courte.

Le GEIPAN classe ce cas en C par manque d'information et de recoupement.

Compte-rendu: Aucun.

Détails du témoignage
Témoin
Date de l'observation 04-10-1954
Numéro de pièce
Age Enfant (jusqu'à 12 ans)
Profession Etudiants
Sexe Féminin
Réaction Curiosité Active;Peur;Fuite, Protection
Crédibilité Crédibilité Normale
Conditions
Environnement Chemins départementaux,Routes
Conditions météo Non-précisé
Heure de l'observation Chiffrée: 18 heures - 20 heures
Cadre de référence Paysage (arbres, montagne, colline, mer,
Distance entre phénomène et témoin Très proche (- de 40 m)
Début de l'observation Début d'observation par témoin
Fin de l'observation Fin d'observation par témoin
Localisation
Angle du site Autres;Autres
Direction d'observation Non-précisé
Cap Non-précisé
Trajectoire Immobile;Immobile
Nature de l'observation Engin;Autres
Caractéristique de l'observation Unique
Forme globale Ovale, ballon de rugby;Conique, triangle
Couleur Non-précisé
Taille apparente Chiffrée
Vitesse apparente Nulle
Bruit Non-précisé
Effet sur l'environnement Non-précisé
Nombre: 1

Détails du témoignage
Témoin
Date de l'observation 04-10-1954
Numéro de pièce
Age Adulte (au-delà de 60 ans)
Profession Agriculteur (viticulteurs, etc)
Sexe Masculin
Réaction Curiosité Passive
Crédibilité Crédibilité Normale
Conditions
Environnement Campagne
Conditions météo Non-précisé
Heure de l'observation Chiffrée: 18 heures - 20 heures
Cadre de référence Ciel ou nuages
Distance entre phénomène et témoin Non-précisé
Début de l'observation Début d'observation par témoin
Fin de l'observation Fin d'observation par témoin
Localisation
Angle du site Non-précisé;Non-précisé
Direction d'observation Repères géographique (Nom de ville, village, chiffrée, etc.)
Cap Non-précisé
Trajectoire Non-précisé;Non-précisé
Nature de l'observation Engin
Caractéristique de l'observation Unique
Forme globale Non-précisé
Couleur Rouge
Taille apparente Non-précisé
Vitesse apparente Non-précisé
Bruit Non-précisé
Effet sur l'environnement Non-précisé
Nombre: 1

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 10 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541004 04.10.1954 Villers France 18.40 RR III
19541004 04.10.1954 Villers Tilleul France 18.40 RR III
19541004 04.10.1954 Villers Tilleul France 18.40 RR III
19541004 04.10.1954 Villers Tilleul France 18.40 RR III
19541004 04.10.1954 Villers Tilleul France 18.40 RR III
19541004 04.10.1954 Villers Tilleul France 18.40 RR III
19541004 04.10.1954 Villers Tilleul France 18.40
19541004 04.10.1954 Villers Tilleul France 18.40 RR III
19541004 04.10.1954 Mezieres France 18.40
19541004 04.10.1954 Mezieres France 18.40 RR III

[Ref. prn3:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

4 octobre 1954. 1815hrs.

VILLERS-LES-TILLEUL (ARDENNES : FRANCE)

Mlle Elianne Berthaux (10 ans) rentrait les vaches à la maison sur leur ferme à 200m à l'extérieur de la ville, sur sa bicycle, quand après avoir parcouru quelques mètres, elle a vu environ 10m à sa gauche et un peu en avant d'elle, quelque chose qu'elle a d'abord pensé être une tente. Se rapprochant elle a vu que c'était une machine en forme d'oeuf, de 3m de haut, reposant sur un train d'atterrissage à trois pieds. Il en est sorti un petit homme, dont la tête était enfermée dans une sorte de casque carré. Ses yeux étincelaient, et ses doigts semblaient sortit droit de ses bras. Il avait de longs cheveux rouges et portait une sorte de costume. La petite fille a fui. Antoine Barrois (70 ans) a vu a objet rouge s'élever du sol, mais ne s'n est pas soucié et un autre résident avait entendu un son de bourdonnement.

[Ref. dcn1:] DOMINIQUE CAUDRON:

Pas de martien à Villers-le-tilleul

Pour parler du cas Villers-le-tilleul, les ufologues, comme d'habitude, se recopient les uns les autres, en citant Figuet, ou Vallée. Mais Figuet cite lui même Garreau et Lavier, quand à Vallée, il utilise une source "personnelle", et parle du jeune Bertiaux au lieu de la jeune Eliane Bertaux, ce qui montre la valeur de sa source.

Jusqu'à l'enquête, hélas tardive, de Jean-Michel Ligeron, notre seule source était donc le livre de Garreau et Lavier, qui se base sur une enquète de gendarmerie, manifestement plus consultable, comme Jean-Michel Ligeron a pu le constater.

Ce n'est que bien plus tard que le GEIPAN a mis en ligne un rapport de gendarmerie, émanant cette fois de la direction départementale, et qui contenait les constatations faites à l'époque:

Le 4 Octobre I954,entre 18.h.40° et 19.h, cette en-fant qui revenait de renfermer des vaches dans un parc situé à la sortie Est de la localité et à environ 200 mètres de la dernière maison du Village a aperçu un engin qui a attiré son attention.Cet engin,selon l'enfant se trouvait à 20 mètres sur sa gauche par rapport à sa direction de marche sur un chemin herbeux débouchant dans une petite clairière et accédant lui- même à un chemin de terre sur lequel circulait l’enfant

Eliane BERTAUX,qui circulait à bicyclette s'est arrêtée et a cru tout d'abord se trouver en présence d'une tente servant au "Camping".Comme elle tentait de s’approcher,une trappe s''est levée de bas en haut par laquelle est sauté un être huuain qui a immédiatem ment refermé la trappe derrière lui puis est resté un moment immobile.-

-Ce laps de temps aurait été suffisant pour que l'enfant selon ses dires,puisse donner la description suivante de l'individu:Homme d'une taille normale, paraissant avoir la téte entourée d‘une forme carrée avec des yeux très perçants.Bras pendants,mains semblant d'une seule pièce avec doigts soudés les uns aux autres.Vêtu d'un long vêtement à poils longs de couleur brun-roux.A un moment donnné,l'homme se serait avancé vers la jeune BERTAUX qui prise de peur s'est enfuie sur sa bicyclette sans plus se retourner.

-Des dires de l'enfant,l'engin pouvait mesurer 2 m.50 à 3 m.de hauteur,et 2 m.de large.il présentait un corps ovale, coiffé d'un genre de chapeau de forme conique mais arrondi sur le sommet et reposait sur le sol sur une partie da forme rectangulaire:La trappe aurait les dimen-sions comme suit: hauteur I mètre; largeur 0 mètre,6O environ, distance du sol : 60 à 80 centimètres environ.-

Note [par Dominique caudron]: Ce passage du rapport est reconstitué en mode texte, en en respectant la typographie.

(Rapport du commandant de gendarmerie des Ardennes à la 2° légion, N° 348/4, 12 octobre 1954)

Ce rapport de plusieurs pages comportent deux autres détails importants. D'abord une dame de 24 ans, a entendu l'engin:

... mais elle a entendu pendant un temps assez long un bruit ressemblant à celui que fait une écrémeuse et ce dans la direction où la jeune BERTAUX avait vu l'engin et dans les mêmes moments.

Ensuite le père d'Eliane Bertaux, et un ami...

... tous deux cultivateurs se sont rendus sur les lieux le soir même à 21 heures.Ils n'ont rien remarqué d'anormal si ce n'est que l'herbe aurait été quelque peu froissée dans un sens giratoire.

Il serait aussi très intéressant de retrouver ce cas dans un journal local des Ardennes. Mais il semble que les ufologues soient plus enclins à se recopier les uns les autres, qu'à fouiller dans les archives.

En conséquence, ce rapport ayant été occulté pendant des dizaines d'années, nous n'avons d'abord eu, en 1975, que le texte moins précis de Garreau et Lavier:

Il est un peu plus de 18 heures. Eliane Bertaux, une fillette de dix ans, vient de conduire les vaches de la ferme de ses parents dans un parc, à la sortie sud-est de la localité, à 200 mètres environ des dernières maisons. Pour rentrer, elle monte sur son vélo. Quelques dizaines de mètres, et c’est l’étrange rencontre. Eliane l’a racontée aux gendarmes, que ses parents avaient alertés.

   "Un peu en avant de moi, à une vingtaine de mètres sur ma gauche j’ai aperçu une chose que j’ai d’abord prise pour une tente de camping. Pendant que je me rapprochais, j’ai vu une trappe se soulever sur le haut de cette chose qui n’était pas une tente, mais un engin de 3 mètres de haut, et qui ressemblait à un gros œuf. Il reposait sur la terre par un pied de forme rectangulaire. La trappe mesurait à peu près 1 mètre de haut, et 0,60 mètre de large. Un petit bonhomme est apparu. Il a sauté à terre. Sa tête était entourée d’une forme carrée. Ses yeux étaient très perçants. Il avait les bras pendants, mais qui semblaient faits d’une seule pièce, avec les doigts soudés. Il portait des vêtements à longs poils, de couleur brun-roux. Il s’est avancé dans ma direction. J’ai pris peur. Je me suis sauvée à toute vitesse, sans regarder en arrière."

   Deux autres habitants du village ont indirectement confirmé le témoignage d’Eliane : M. Antoine Barrois, soixante-dix ans, a vu s’élever un engin lumineux, rouge très vif. Mais il ne s’en est pas inquiété. Un autre témoin a entendu un bruit, une « sorte de bourdonnement ».

(Charles Garreau, Raymond Lavier, Face aux extraterrestres, Jean Pierre Delarge 1975, p 24)

Puis en 1981, le livre de Jean-Michel Ligeron, précise quelques détails, malheureusement faux, à cause de la date trop tardive de l'enquête.

Parvenue au lieu dit " Le Moulin ", celle-ci emprunte avec son troupeau un petit chemin de pierres, parque les animaux, puis, son travail achevé, s'en retourne par le même trajet. C'est alors, que regagnant à bicyclette son domicile, son attention fut brusquement attirée sur sa gauche, par la présence d'un étrange objet en forme de "tente" de couleur rouge-orangée paraissant posé sur le sol. Quelques fractions de secondes après, elle fut étonnée d'apercevoir, se tenant à proximité, un petit être qui paraissait porter une combinaison recouverte de longs poils avec des yeux rouge-lumineux. La jeune fille eut simplement le temps de discerner une sorte de porte coulissante vers le haut de l'objet posé sur le sol, mais prise d'une grande frayeur, elle s'enfuit sans se retourner jusqu'à chez ses parents auxquels elle rapporta ce dont elle venait d'être témoin.

Le père d'Eliane, accompagné d'un ami qui se trouvait là, décidèrent de se rendre immédiatement sur les lieux de l'observation. Inspectant de long en large l'emplacement présumé où s'était posé l'objet, ils ne relevèrent aucune trace sur le sol, l'herbe n'était même pas foulée.

Afin de mieux se rendre, M. Berteaux (48 ans à l'époque, aujourd'hui retraité de l'agriculture), se rendit sur les lieux le lendemain matin, mais il ne fit pas d'autre constatation.

J'appris par ailleurs qu'un habitant du village de Villers-le-Tilleul eut le temps d'observer un objet lumineux rouge-orangé, juste dans la direction ou Eliane se trouvait au moment où elle s'enfuit précipitamment. Il s'agit de M. Antoine Barrois, décédé depuis.

[dessin:] La fillette s'enfuit (J-M Ligeron)

(Jean-Michel Ligeron, O.V.N.I. en Ardennes, 1981, p 28)

Enfin, 39 ans après Garreau et Lavier, et 33 ans après Ligeron, Julien Gonzalez inclut ce cas dans son catalogue de RR3.

Villers-le-Tilleul, Ardennes, 04 octobre 1954, 18h 00.

Eliane Bertiaux, 10 ans, M. André Barrois et un troisième témoin anonyme.

Il ne fait pas très froid, le temps est clair, pas de nébulosité, bonne visibilité, mais la nuit tombe, Eliane Berteaux conduit un troupeau de vaches dans la pâture qui se situe à environ 400 à 500 mètres de la maison de ses parents. Parvenue au lieu-dit « Le Moulin », celle-ci emprunte avec son troupeau, un petit chemin de pierres, parque les animaux, puis, son travail achevé, s’en retourne par le même trajet. C’est alors, que regagnant son domicile à bicyclette, son attention fut brusquement attirée sur sa gauche, par la présence d’un étrange objet en forme de « tente » de couleur rouge-orangée paraissant posé sur le sol. Quelques fractions de secondes après, elle fut étonnée d’apercevoir, se tenant à proximité, un petit être qui paraissait porter une sorte de combinaison recouverte de longs poils avec des yeux rouges lumineux.

Note [par Dominique Caudron]: Tant le rapport de gendarmerie (que Gonzalez n'a pas lu), que le livre de Garreau et Lavier (que Gonzalez a lu) parlent d'yeux perçants, mais Gonzalez préfère la version moins fiable (après plus de 25 ans) de Ligeron, parce qu'elle est plus exotique.

La jeune fille eut simplement le temps de discerner une sorte de porte coulissante vers le haut de l’objet posé sur le sol.

Note [par Dominique Caudron]: Le rapport de gendarmerie et le livre de Garreau et Lavier parlent d'une trappe, mais Gonzalez préfère la porte coulissante de Ligeron.

mais prise d’une grande frayeur, elle s’enfuit sans se retourner jusqu’à chez ses parents auxquels elle rapporta ce dont elle venait d’être témoin. Le père d’Eliane, accompagné d’un ami qui se trouvait là, décida de se rendre immédiatement sur les lieux de l’observation. Inspectant de long en large l’emplacement présumé où s’était posé l’objet, ils ne relevèrent aucune trace sur le sol, l’herbe n’était même pas foulée. Afin de mieux se rendre compte, M. Berteaux, se rendit sur les lieux le lendemain matin, mais il ne fit pas d’autre constatation.

Note [par Dominique Caudron]: Là aussi, Gonzalez se base sur Ligeron, mais le rapport de gendarmerie mentionnait la constatation d'herbe froissée sans un sens giratoire.

Un autre habitant de Villers-le-Tîlleul, M. Antoine Barrois eut le temps d’observer un objet lumineux rouge-orangé, juste dans la direction où Eliane Bertiaux se trouvait au moment où elle s’enfuit précipitamment. Une troisième personne non nommée aurait entendu un bourdonnement.

Informations complémentaires:

  1. D’après le témoin, il semble que l’objet mesurait 4 à 4,50 mètres de haut sur l à 1,50 mètre de large. À aucun moment, le témoin n’a perçu de bruit.
  2. Cette observation a fait à l’époque des faits l’objet d’une enquête de la Gendarmerie Nationale de la brigade de Flize. En outre, une contre-enquête a été réalisée près de 25 ans plus tard par Jean-Michel Ligeron au cours de laquelle Mme C... (ex Mlle Eliane Berteaux) a confirmé ses déclarations de l’époque.

Note [par Dominique Caudron]: Malheuresusement Gonzalez n'a pas pu consulter l'enquête de la gendarmerie et du se contenter des renseignements glanés par Ligeron.

(Julien Gonzalez, RR3 - Le Dossier des Rencontres du Troisième Type en France, Le Temps Présent, 2014, pp 109-110)

Analyse

En se basant sur les informations des livres précédents, la jeune Eliane Bertaux pédalait vers le village un peu après 18 H, c'est à dire à peu près au coucher do soleil. Or à un endroit, l'horizon jusque là caché par un talus, devient visible, et le soleil avec. Si l'heure indiquée était la bonne, on pouvait soupçonner que l'objet arrondi, de rouge-orange, à l'ouest, et n'ayant laissé aucune trace, n'était tout simplement que le soleil couchant lui même. Cette hypothèse est compatible avec les données de Garreau et Ligeron, mais pas avec celles, beaucoup plus précises, du rapport de gendarmerie.

En effet, dans ce rapport, c'est un engin d'apparence ovale, de 2 m.50 à 3 m.de hauteur,et 2 m.de large, surmonté d'une cone arrondi. Il a une trappe qui s'ouvre vers le haut, il fait un bruit d'écrémeuse de ferme, et il froisse l'herbe dans un sens giratoire.

Pris tous ensemble, ces détails désignent inéluctablement le coupable: c'était tout simplement un hélicoptère! (il est bizarre que les gendarmes ne s'en soient pas aperçus)

A cette époque, diverses bases de l'OTAN avaient commencé d'être installées dans la région. La plupart n'étaient pas encore opérationnelles pour les avions, mais l'étaient déjà pour les hélicoptères (qui n'ont pas besoin de piste). Il n'y a plus qu'à trouver quel modèle correspond à la description, et partant, sur quelle base il était en service.

Pour nous aider, il serait utile de connaître la couleur de l'engin. Jean-Michel Ligeron parle d'une couleur rouge-orange, mais le rapport de gendarmerie n'en dit rien. D'autre part entre 18 H 40 et 19 H, à cette date, c'est l'heure "entre chien et loup", où on voit mal les couleurs. Ainsi si M. Barrois a vu s'élever un engin lumineux d'un rouge très vif, c'est probablement qu'il parlait de la couleur de son feu de signalisation. Nous ignorons donc, en fait, la couleur de l'engin.

Un hélicoptère Bell ne correspond pas à la description. Un hélicoptère français non plus. Un hélicoptère Sikorsky conviendrait mieux. Nous avons alors 3 candidats:

Le Sikorsky H-5, ou S 51: Mis en service en 1945, plus de 300 exemplaires ont été construits jusqu'en 1951.

Le Sikorsky H-19, ou S 55: Mis en service en 1950, plus de 1500 exemplaires ont été construits.

Le Sikorsky H-34, ou S 58: Mis en service en 1954, 1800 exemplaires ont été construits, dont 166 en France.

Le S 55 et le S 58, on une silhouette voisine, celle du S 58 pouvant bien d'ailleurs être celle de l'engin vu à Socorro. Mais cette silhouette correspond mal à la descri[p]tion d'Eliane Bertaux, la porte ne correspond pas, et le S 58 n'était encore en France en 1954.

[Photo:] Un Sikorsky S 51/H 5 de la Royal Canadian Air Force

C'est donc le S 51 qui correspondrait le mieux, avec son rotor au sommet d'un cone.

Le Sikorsky H-5, ou S 51 ou encore "Dragonfly" (libellule) fut surtout utilisé par l'US Navy et par beaucoup de forces navales (y compris l'aéronavale française), mais aussi par La Royal Canadian Air Force, et c'est peut-être par ce biais que cet appareil a pu se trouver en France, sur la base de l'OTAN de Marville-Montmédy. Cette base fut installée en 1953, et si les premiers escadrons de F-86 n'y furent qu'en avril 1955, rien n'empéchait des hélicoptères d'y élire domicile dès 1953. Nous n'avons pas la preuve de cette domiciliation, mais puisqu'Eliane Bertaux a vu un hélicoptère correspondant au S 51, et qu'il n'y a que les canadiens qui auraient pu les amener en France, il parait bien probable que c'est de la base de Marville, à 53 km de Villers-le-tilleul qu'est parti l'engin.

Reste l'occupant. "téte entourée d‘une forme carrée avec des yeux très perçants" signifie simplement qu'il avait un casque, avec des écouteurs, et des lunettes spéciales. "Bras pendants" signifie simplement qu'il est resté ainsi quelques instants pendant que la fillette le regardait. "mains semblant d'une seule pièce avec doigts soudés les uns aux autres" correspondrait simplement à des moufles. Le plus bizarre est encore: "un long vêtement à poils longs de couleur brun-roux". Curieux vêtement pour piloter un hélico début octobre, mais c'est plutot insuffisant pour en faire un martien. Comme c'est un "Homme d'une taille normale", il n'y a aucune raison d'y voir autre chose qu'un homme de notre planète, et probablement un canadien.

La seule chose conforme à la mythologie du "martien poilu" est donc le vêtement à poils longs. Mais comme il n'y a ni taille de 1.20 m, ni soucoupe volante, il n'y a jamais eu de "martien poilu" à Villers-le-Tilleul.

[Ref. dcn2:] DOMINIQUE CAUDRON:

Dominique Caudron liste les cas de la vague de 1954 comprenant une observation de "Martien poilu", dont:

"04/10/1954 18H15 Villers-le-Tilleul (08) Eliane Berteaux (10 ans)"

Il résume:

Pas de martien à Villers-le-Tilleul.

Les sources de base du cas de Villers-le-Tilleul, sont le catalogue préliminaire de 500 observations, de Vallée, imprécis et faux, et celui de Garreau et Lavier, basé sur une enquète de gendarmerie, hélas plus consultable. Une enquète plus récente de Jean-Michel Ligeron, recoupée avec les données de Garreau laisse entrevoir une hypothèse étonnante: L'objet pourrait bien n'avoir été que le soleil couchant.

Mais les éléments de l'enquète de gendarmerie se retrouvent dans un rapport du commandant de gendarmerie, archivé par le GEIPAN et permettent de comprendre: l'aspect, le bruit et les traces de l'objet correspondent à un hélicoptère Sikorsky S 51.

Un lien "Lire le dossier" renvoie vers le dossier spécifique pour ce cas par Dominique Caudron, voir [dcn2].

Explications:

Probable hélicoptère.

Il devrait aller de soi que le témoin était une enfant, dont les mots peuvent donc être relativement imprécis sur certains points.

Dominique Caudron semble vouloir dédouaner les tenants de la précédente version proposant que l'OVNI était le soleil couchant, mais cela ne tient pas la route: la trappe sur l'objet l'excluait déjà dans mon opinion, et cette trappe qui s'ouvre était mentionné par Garreau et Lavier, seule source un peu détaillée, dès 1975. [*]

[*] MàJ 8 novembre 2019 - Concernant le paragraphe ci-dessus, un lecteur attrie mon attention sur le fait que c'est sur conseil en 2016 que Dominique Caudron été incité a modifier sa propre hypothèse d'une méprise avec soleil couchant dans son texte initial (datant d'avant la publication du PV de Gendarmerie sur le site web du GEIPAN) sensé l'argumenter. Mon lecteur lui avait alors indiqué en décembre 2016 divers points à rectifier, comme la présence réelle de l'entité confirmée dans le PV, la méprise avec le soleil qui n'était pas possible vu l'horaire confirmé dans le PV, puis il lui a suggéré de creuser la piste qu'il estimait plus probable du SH5 Dragonfly, ce que Dominique Caudron a alors creusé.

Comme noté par Raoul Robé en 1995, puis Dominique Caudron en 2018, il y avait de quoi penser à un hélicoptère; il y a cependant également des détails qui ne "collent" pas tout à fait, et pas de "preuve formelle" qu'il s'agissait d'un hélicoptère. Parce qu'il y a encore moins de preuve formelle que l'engin et son occupant auraient été extraterrestres, je pense également que c'était probablement un hélicoptère.

La base aérienne de Marville-Montmédy ou "RCAF Station Marville" a été installée dans le cadre de l'OTAN pour la Royal Canadian Air Force, dans Meuse à 50 km environ é l'Est-Sud-Est de Villers-le-Tilleul, et a été occupée par la Royal Canadian Air Force de 1953 à 1967. C'est sans doute ce qui porte Dominique Caudron à penser à un hélicoptère Canadien.

Parmi les détails qui "collent" mal:

C'est presque une évidence, mais je dois le préciser: la porte du S-51 ne s'ouvre pas du bas vers le haut, mais glisse sur le côté. Une porte se "levant" vers le haut rendrait l'utilisation de l'engin pour ses missions de sauvetage tout à fait improbable:

Certains détails renforcent la possibilité de l'hélicoptère, notemment le bruit, et l'herbe aplatie "dans un sens giratoire". D'après les dimensions données par la fillette - qui dit avoir été à 20 mètres de l'engin - celui-ci était plus haut que large; le dessin de Jean Marie Ligeron en fait un "oeuf" vertical. Or, dans cette position, il s'explique que la fillette n'ait rapporté aucun insigne, aucune cocarde, aucune marque comme les "RESCUE", "US NAVY" et autres immatriculations qu'avaient les S-51 américains ou les cocardes de l'aéronavale française, et autres marques d'autres pays. Il s'explique aussi qu'elle n'ait pas évoqué la couleur car de face cet hélicoptère ne montre quasiment que du plexiglass:

Mais encore une fois, de face aussi, pas question d'une porte qui s'ouvre du bas vers le haut.

Sur le dessin de J. M. Ligeron, l'engin est bel et bien "vertical". La porte n'est pas du tout "au bon endroit" pour un S-51. Malheureusement je n'ai aucun élément qui permette de considérer le dessin comme fiable; je ne sais pas, par exemple, s'il a été "approuvé" par le témoin ou réalisé selon son idée par J. M. Ligeron, qui n'a pas probablement pensé à demander un dessin au témoin, et en tout cas, ne propose aucun dessin par le témoin...

L'Aéronavale française avait deux Sikorsky S-51, le premier acheté en 1951, le suivant en 1952, affectés à l'Escadrille 58S sur le porte-avion Arromanches. L'Armé de Terre Française avait acquis des Sikorsky WS-51 "Dragonfly", des S-51 construits sous licence Westland au Royaume-Uni, dès 1952 pour remplacer les Hiller 360 achetés à partir de 1950; en 1954, les militaires français avaient au moins 9 exemplaires du Sikorsky WS-51 "Dragonfly", utilisés par le Service de Santé des Armées, dirigé par le médecin-général Robert; ils avaient été sur les théâtres d'opérations du Vietnam, et en 1954 les appareils "survivants" avaient été ramenés en Métropole pour servir à la formation à l'école de Rochefort (Charente-Maritime) et sur le terrain de Bourget-du-Lac (Savoie); d'autre serviront en Algérie, mais après le 1er novembre 1954.

Les militaires Canadiens avaient acheté leur premier Sikorsky S-51 en 1947, il n'en restait que 5 en 1955, et je n'ai pas trouvé la moindre indication que ces appareils Canadien aient été en France ne serait-ce qu'une seule fois.

Les S-51 étaient évidemment également utilisés par l'US Air Force, par l'US Navy et les US Marines, par la Royal Navy britanniques et par la Royal Air Force britannique, par l'Italie, à partir de 1950.

Concernant le patronyme du témoin, aux orthographes si variables, les statistiques des naissances entre 1941 et 1965 ne permettent malheureusement pas de trancher fermement:

Berteaux:578 dont 25 dans les Ardennes.
Bertaux1088 essentiellement dans le Nord mais avec 21 dans les Ardennes.
Bertiaux150 dont 1 dans les Ardennes.
Bertieux1 dont 0 dans les Ardennes.
Berthaux194 dont 1 dans les Ardennes et 15 dans l'Aisne proche.
Bertheaux7 dont 2 dans les Ardennes.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Villers-le-Tilleul, Ardennes, Eliane Bertiaux, Berthaux, Berthiaux, Antoine Barrois, trappe, porte, rouge, pied, bras, doigts, oeuf, ovoïde, lumineux, rouge, brun, roux, poils, objet, tente, occupant, campeur, carré

Sources:

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross May 5, 2003 Première publication.
1.0 Patrick Gross 16 mars 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [goe1], [djn1], [jbu1], [lcn1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 22 juin 2010 Addition [jve5].
1.2 Patrick Gross 9 juillet 2010 Addition [fbn2].
1.3 Patrick Gross 14 août 2013 Addition [prn2].
1.4 Patrick Gross 8 octobre 2014 Additions [jve7], [tai1], [nip1].
1.5 Patrick Gross 12 octobre 2016 Addition [jsr1].
1.6 Patrick Gross 17 décembre 2016 Additions [lgs1], [jgz1], [ubk1].
1.7 Patrick Gross 30 janvier 2017 Additions [gn1], [jgz1], [gen1].
1.8 Patrick Gross 5 novembre 2019 Additions [jve6], [agd1], [prn1], [mft1], [mft2], [jsx1], [rre1], [rre2], [lhh1], [ads2], [cnu1], [prn3], [dcn1], [dcn2], Résumé. Explications changées, étaient "Non encore recherchée."
1.9 Patrick Gross 8 novembre 2019 Dans les Explications, addition de la note "[*] MàJ 8 novembre 2019"

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 novembre 2019.