France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

19 octobre, 1954, Eu, Seine-Maritime:

Référence pour ce cas: 19-oct-54-Eu. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

En 2003 sur un groupe de discussion ufologique du web, "Oncle Dom", c'est-à-dire le vétéran et "sceptique" ufologue Dominique Caudron, racontait que lors de la vague de 1954, il y a eu à Eu le cas "d'une minable lumière tremblotante observé par une jeune fille qui habitait au-dessus d'un cinéma."

Il dit que cela a été rapporté ainsi par le petit journal local, mais l'édition locale du "Courrier picard" en faisait un récit déjà un peu plus riche. Repris par un autre journal régional, c'était encore mieux, et c'est ensuite rapporté dans le "Parisien Libéré".

Il dit que "à la fin, "dans le catalogue de Jacques Vallée" - où en réalité ce cas n'existe pas - "ça donne deux escadrilles de soucoupes volantes qui échangeaint des signaux. Deux étapes de plus et c'est la guerre des mondes :-)".

Par la suite, j'ai trouvé, publiée par le GEIPAN, une note d'information de la Gendarmerie Nationale en 1954 racontant une histoire assez différente:

Le 19 octobre 1954, de 21:30 à 23:30, une dame et sa fille de plus de 18 ans étaient à leur fenêtre, d'un logement qui était une dépendance du château d'Eu, surélévé de 12 mètres par rapport au Boulevard Hélène.

Dans la direction de la côte d'Ault, appelée également Côte Saint Valéry, à environ 1500 mètres de leur point d'observation, elles ont observé des lueurs éclatantes paraissant venir d'un point au sol. La nuit était très noire, il y avait du vent et il venait de pleuvoir fortement. Les lumières devenaient de plus en plus fortes et éblouissantes, leur source restant fixe.

A un moment donné des points lumineux ont été lancés depuis le point soure dans diverses directions, ces "fusées" formaient des cercles rouges, tournoyant et revenant à leur base de départ. Ce "ballet lumineux" semble ne s'être déroulé exclusivement qu'au sol.

La gendarmerie indiquait que les femmes "ne sont pas sujettes aux hallucinations, elles sont calmes et sensées", la jeune fille a été élevée au Collège d'Eu jusqu'à l'âge de 18 ans, a eu son Brevet d'Etudes et parlait l'anglais et l'allemand.

D'autres personnes avaient vu depuis le Pont Route sur la Bresle des lueurs inhabituelles dans la direction de la côte de Saint Valéry, mais elles n'ont pas pu observer le "ballet".

La gendarmerie avait consulté un chef monteur électricien de l'E.D.F., qui pensait qu'à l'endroit indiqué, deux lignes à haute tension traversaient les champs, et que l'humidité résultant de la pluie abondante avait pu provoquer un arc électrique puissant et de plusieurs couleurs. Il n'expliquait pas le phénomène des lumières tournoyantes.

Rapports:

[Ref. gn1:] GENDARMERIE NATIONALE:

Scan

E.M. F.A.A.
BUREAU SCIENTIFIQUE
COURRIER ARRIVEE
8 NOV. 1954

RENSEIGNEMENT

Origine: 02
Source: Gendarmerie
Valeur: B/2

Par P. V. N° 482 du 10.10.1954, la Gendarmerie de [Masqué] (Oise) rapporte que le 6.10.1954 vers 20 h. M. [Masqué] demeurant [Masqué] a observé pendant environ 40 minutes de 20h.10 à 20 h. 50 un disque lumineux de couleur rouge orange d'un diamètre apparent de la moitié de la pleine lune, supportant une espèce de nacelle. Cette apparition dont l'intensité lumineuse était variable, et qui s'est alternativement éteinte et rallumée plusieurs fois, semblait se trouver au-dessus de Senlis et se déplaçait très lentement vers la droite par rapport au point d'observation.

La famille de M. [Masqué], composée de sa femme, ses 2 fils et sa belle-fille a également observé ce phénomène.

Par P: V: n° 553 du 19.10.1954, la Gendarmerie de [Masqué] (Oise), rapporte que le 18.10.1954 Mme [Masqué] et son ami [Masqué] circulant à bicyclette entre FONTENAY TORCY et SAINT SAMSON LA POTERIE ont aperçu un engin forme "cigare" se dirigeant à une vitesse prodigieuse d'ouest en est, puis tombant à la verticale. Cet appareil possédait à l'avant un phare blanc tandis qu'à l'arrière s'échappaient des flammes de couleur rouge-orange. Pendant quelques secondes, la région (encaissée) a été éclairée sur 2 à 3 km2. 300m. plus loin, la femme, qui avait dès l'apparition ressenti de violents maux de tête, a aperçu dans le phare de sa bicyclette un "homme" étrange debout et immobile sur le bas-côté de la chassée, elle se sentit les jambes paralysées. Aux dires de M. [Masqué], qui, la suivant, vit également "l'homme", elle n'en serait passé qu'à quelques centimètres.

Signalement de "l'homme": taille 1m. environ, visage noir, tête casquée, corpulence forte, veste de cuir avec plastron à reflets brillants. Les rayons lumineux de ses yeux donnaient la sensation d'émettre des décharges électriques paralysant les jambes de 2 cyclistes et leur provoquant de violent maux de tête.

Les deux témoins ont éprouvé une frayeur intense. Ces personnes sont réputées de caractère sérieux et elles ne s'adonnent pas à la boisson.

M. [Masqué] demeurant à [Masqué], déclare avoir vu à la même heure, en revenant de son travail, le "cigare" descendant à la verticale; il déclare également que la région s'en est trouvée éclairée comme en plein jour pendant l'espace de 2 secondes.

Par P. V. n°752 du 23.10.1954, la Gendarmerie [Masqué] (S.I.) rapporte que le 19.10, de 21 h.30 à 23 h. 30; Mme [Masqué] et sa fille [Masqué], ont assisté de leur fenêtre à un spectacle lumineux étrange. Le logement [Masqué] est une dépendance du château d'EU, il est en surélévation de 12 mètres par rapport au Boulevard Hélène.

Dans la direction de la côte d'Ault, appelée également Côte Saint Valéry, à environ 1 km. 500 de leur point d'observation, ces personnes ont vu des lueurs

../...

Scan

éclatantes paraissant venir d'un point terrestre. La nuit était très noire, il y avait du vent et il venait de pleuvoir fortement. Les lumières devenaient de plus en plus fortes et éblouissantes, l'émetteur restant fixe. A un moment donné des points lumineux firent lancés de l'engin émetteur dans diverses directions, ces "fusées" formaient des cercles rouges, tournoyant et revenant à leur base de départ. Ce "ballet lumineux" semble ne s'être déroulé exclusivement qu'au sol.

Les dames [Masqué] ne sont pas sujettes aux hallucinations, elles sont calmes et sensées, la jeune fille a été élevée au Collège d'EU jusqu'à l'âge de 18 ans, elle est en possession du B.E. [Brevet d'Etudes] et parle l'anglais et l'allemand.

Des personnes ont aperçu, du Pont route sur la Bresle, des lueurs inhabituelles dans la direction de la côte de Saint Valéry mais n'ont pu observer le "ballet".

Un chef monteur électricien de l'E.D.F. à qui les gendarmes ont demandé son avis, pense qu'à l'endroit indiqué deux lignes à haute tension traversant les champs, l'humidité résultant de la pluie abondante a pu provoquer un arc électrique puissant et de plusieurs couleurs. Il n'explique pas le phénomène des lumières tournoyantes.

Par P.V. n° 159/4 du 23.10.1954 la Section de Gendarmerie de [Masqué], rapporte que le 21.10.154 à 19 h. 30, le Maréchal des Logis Chef [Masqué] et le Gendarme [Masqué] de la Brigade de [Masqué] ont observé un phénomène lumineux alors qu'ils circulaient entre Andres et Guines, se dirigeant vers Guines.

Ils virent une traînée lumineuse très brillante traverser le ciel à basse altitude et à très grande vitesse suivant une trajectoire rigoureusement horizontale orientée N-S.

La chose avait la forme d'une cône, point en avant, de 200 à 300 m. de long et d'un diamètre de 2 à 10 m., la base du cône étant prolongée par une multitude d'étincelles - altitude 400 à 500 m. Aucun bruit émis - luminosité de l'éclair. Le phénomène a été visible pendant 15 secondes au maximum.

[Ref. dc1:] DOMINIQUE CAUDRON:

Groupes de discussion : "francom.ovni"
De: "Oncle Dom"
Date: Jeu 3 juil 2003 06:49

Lors de la vague de 1954, on a le cas à Eu d'une minable lumière
tremblotante observé par une jeune fille qui habitait au dessus d'un
cinéma. Rapporté par le petit journal local, c'est comme ca. Rapporté
par l'édition loacale du "Courrier picard", c'est déja un peu plus
riche. Repris par un autre journal régional, c'est encore mieux. Et puis
on arrive au "Parisien libéré".
A la fin, dans le catalogue de Jacques Vallée, ça donne deux escadrilles
de soucoupes volantes qui échangeaint des signaux.
Deux étapes de plus et c'est la guerre des mondes :-)
J'aurais aimé voir ça repris dans une bande dessinée ou sur une
couverture de "radar"

Quand on montre au tmoin la BD ou figure leur cas, c'est pas triste ;-)
--
Oncle Dom

Note:

Bien que Dominique Caudron [dc1] indique que ce cas est dans le catalogue de Jacques Vallée comme "deux escadrons de soucoupes volantes qui échangent des signaux", il n'y a aucun cas français de 1954 qui puisse correspondre à ceci dans le catalogue de Vallée à ma connaissance.

Explications:

Les chances sont élevées pour que ceci, comme suggéré par l'homme de l'E.D.F. était des arcs électriques à la croisée des lignes à haute tension.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Eu, Seine-Maritime, lumière, cinéma

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 16 janvier 2006 Première publication.
1.0 Patrick Gross 1 mars 2010 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée.
1.1 Patrick Gross 1 décembre 2016 Addition du Résumé.
1.2 Patrick Gross 21 janvier 2017 Additions [gn1], dans le Résumé additions des parragraphes suivant "Par la suite, j'ai trouvé, publiée par le GEIPAN..." Date changée de "1954" en "19 octobre 1954". Explications changées, étaient "Non encore recherchée."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 21 janvier 2017.