France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

17 octobre 1954, Andigné, Maine-et-Loire:

Référence pour ce cas: 17-oct-54-Andigné. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Un journal a rapporte que deux jours auparavant le dimanche 17 octobre 1954 à une heure non précisée, Albert Géraud, âgé de 15 ans, employé de ferme à Montguillon, circulait à bicyclette sur la route d'Andigné à Saint-Martin-du-Bois, en Maine-et-Loire, quand il a aperçu une lumière qui est passée du vert au jaune.

La lumière est descendue par saccades et a atteint la route. Pris de panique, le jeune homme a senti ses jambes paralysées.

Ayant atteint le sol, la lumière se révéla être une "soucoupe transparente dégageant une lueur rouge."

A l'intérieur se trouvait un petit être de 1.20 mètres de haut recouvert de poils de la tête aux pieds, avec de gros yeux comme ceux des hiboux, qui regardait le témoin.

L'objet s'est soudainement élevé en provoquant un souffle violent dans le dos du témoin, et est parti en direction de Lion d'Angers.

Le témoin a été très effrayé et est resté prostré pendant plusieurs jours.

C'est en 2014 que l'auteur Julien Gonzalez apporte des nouvelles informations sur le cas. Il n'avait pas eu lieu le 18 ou le 20 comme des ufologues l'avaient écrit, mais le 17, un dimanche, comme dit dans le journal Le Courrier de l'Ouest du 21 octobre 1954, qui est apparemment la source primaire.

Gonzalez a indiqué que le témoin habitait Vault-sur-Oudon, et était juste avant Maison-Neuve quand il a vu dans le ciel un disque qui a passé du vert vers le jaune tout en descendant par secousses vers le sol.

Dans la presse, il avait dit:

"Le disque était transparent, à l'intérieur il y avait un homme de petite taille (1,20 mètre selon la seconde source) assis immobile. Ses yeux étaient gros comme des yeux de pigeon et il était couvert de poils, mais je ne sais si ce n'était un manteau. Il me fixait et j'étais terrifié. Cela dura au moins cinq minutes. Puis la lumière s'est éteinte et le disque s'est envolé. J'ai ressenti un souffle dans mon dos."

Paniqué, il s'était sauvé chez les Malaboeuf, fermiers à Maison-Neuve, où il lui a fallu quelques moments avant qu'il ait pu raconter son aventure.

Il a demandé à son patron de partir plus tôt avant la nuit parce qu'il avait peur de revoir le petit homme velu dans sa "soucoupe".

Gonzalez ajoute qu'en 1989, des enquêteurs de Lumières Dans La Nuit avaient rencontré Albert Gérault chez lui. Il avait prétendu être le père du témoin que lui-même serait décédé depuis sept ans, et la conversation a été presque impossible car Mr. Gérault répétait qu'il n'est pas intéressé.

Rapports:

[Ref. bb1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs indiquent qu'entre Andigné et Saint-Martin-du-Bois, le 20 octobre 1954, un jeune employé de ferme a fait l'étrange rencontre d'une visiteur de 1.20 mètres couvert de poils de la tête aux pieds et avec des yeux de hibou.

Ils ajoutent que "même lorsqu'il s'agit d'un pari avec les copains, le 'mimétisme extra-terrestre' puise des ressources dans la faune à plumes de notre planète, à Andigné comme à Loctudy où l'être avait des yeux comme des oeufs de pigeons.

[Ref. fr1] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent que le 18 octobre 1954 à une heure non précisée, Albert Géraud, âgé de 15 ans, employé de ferme à Montguillon, circulait à bicyclette sur la route d'Andigné à Saint-Martin-du-Bois, en Maine-et-Loire, quand il a aperçu une lumière qui est passée du vert au jaune.

La lumière est descendue par saccades et a atteint la route. Pris de panique, le jeune homme a senti ses jambes paralysées.

Ayant atteint le sol, la lumière se révéla être une "soucoupe transparente dégageant une lueur rouge."

A l'intérieur se trouvait un petit être de 1 m 20 de haut recouvert de poils de la tête aux pieds, avec de gros yeux, qui regardait le témoin.

Soudainement l'objet s'est élevé, en provoquant un souffle violent dans le dos du témoin, et part en direction de Lion d'Angers.

Le témoin a été très effrayé et est resté prostré pendant plusieurs jours.

Les auteurs indiquent que la source est Ouest-France du 20 octobre 1954, page 1, et qu'à leur connaissance il n'y a eu aucune enquête.

[Ref. mf1:] FRANCAT, MICHEL FIGUET:

18.10.1954

Entre Andigné et Saint-Martin du Bois

Il s'agissait d'un pari. B.B p. 77.

("B.B." se réfère au livre de Barthel et Brucker, voir [bb1].)

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

L'auteur indique que le 18 octobre 1954 à une heure inconnue, à Andigné/Saint Martin du Bois, en Maine-et-Loire, Albert Gérault, 15 ans à l'époque, roulait à bicyclette sur la D216 et a soudain remarqué une lumière passant du vert au jaune, qui est descendue par saccade et a atteint la route.

Très effrayé, il s'est senti paralysé dans les jambes.

Un objet a atterri, il y avait à l'intérieur un petit être velu de la tête aux pieds avec des yeux comme ceux d'un hibou.

L'objet a décollé d'un coup en provoquant un souffle violent que l'adolescent a ressenti dans son dos, et il a disparu dans la direction du Lion d'Angers.

Le jeune homme est resté prostré plusieurs jours.

L'auteur indique que Barthel et Brucker avaient expliqué l'incident comme étant le résultat d'un "pari" donc un blague, mais il écarte cette explication en arguant qu'ils ont truqué leurs enquêtes et qu'il n'y a donc aucun crédit à donner à cette explication, et que de plus le même soir un écolier en Ille-et-Vilaine a vécu une expérience similaire.

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique qu'en 1954, le 18 octobre, en France, à Andigné/St Martin du Bois "Albert Géraud, 15 ans, circule à bicyclette sur le D216 et aperçoit une lumière qui passe du vert au jaune. Elle descend par saccades et atteint la route. Pris de panique le témoin sent ses jambes paralysées. La soucoupe est au sol, à l'intérieur se trouve un petit être recouvert de poils de la tête aux pieds qui regarde Albert: ses yeux sont gros. Brusquement l'objet s'élève, provoque un souffle violent en direction du témoin et disparaît en direction du Lion d'Angers. Témoin prostré pendant plusieurs jours."

La source est indiquée comme "FIGUET/ J.L. RUCHON: 'Ovni, premier dossier complet...' - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 182, 183".

[Ref. ar1:] ALBERT ROSALES:

181.

Lieu. St Martin-du-Bois France

Date: 18 octobre 1954

Heure: minuit

Albert Geraud, 15 ans, était sur sa bicyclette sur la route D216 quand il vit une lumière qui a changé du vert au jaune. Elle est descendue en un mouvement saccadé et s'est posée sur la route. Le témoin paniqué a senti que ses jambes étaient paralysées. A l'intérieur de l'objet il a pu voir un petit étant couvert de polis qui regardait le témoin avec de grands yeux. Soudainement l'objet est monté, émettant un fort jet de vent dans la direction du témoin et disparaissant dans la direction de Lyon. Après l'incident, le témoin s'est trouvé prostré au lit pendant plusieurs jours.

HC addition # 2435

Source: Figeut [sic] / Ruchon, Ovni Dossier

Type: A

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique que dans le Maine et Loire à Andigné le 18 octobre 1954 à une heure non connue, "Un jeune homme circule à bicyclette sur la route d'Andigné à Saint-Martin-du-Bois. Il aperçoit une lumière qui passe du vert au jaune. Cette lueur descend par saccades et atteint la route. Pris de panique, le témoin se sent les jambes paralysées. L'objet est au sol c'est une "soucoupe " transparente dégageant une lueur rouge. A l'intérieur se trouve un petit être de 1 m 20 de haut recouvert de poils de la tête aux pieds qui regarde le témoin, ses yeux sont gros. Brusquement, l'objet s'élève, provoque un souffle violent dans le dos du témoin et disparaît en direction du Lion d'Angers. Le témoin, effrayé, resta prostré pendant plusieurs jours."

La source est indiquée comme "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 18 octobre 1954 sur la D216, au sud de Saint Martin-Du-Bois, France, "Disque atterrit sur route. Nain velu avec des yeux de hibou à l'intérieur. Décolle, vole rapidement au SSE." "On a observé un objet. Des occupants de l'engin ont été vus. On a observé un disque sur une route pendant deux minutes. Un nain velu a été vu."

La source est indiquée comme Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. pr1:] PETER ROGERSON:

20 octobre 1954

ANDIGNE (MAINE-ET-LOIRE : FRANCE)

Le travailleur agricole Albert Gerault (15 ans) était à vélo entre Andigné et St Martin-du-Bois, quand il aperçut une lumière changeant du vert au jaune qui est descendue sur la route dans un mouvement saccadé. Le garçon a été pris de panique et ses jambes étaient paralysées. L'objet était transparent et quand il a été au sol il a émis une lumière rouge. Albert a pu voir un petit homme à l'intérieur, de 1.2m de haut, couvert de poils de la tête aux pieds, et avec de grands yeux comme les chouettes qui semblaient transpercer le garçon. L'objet a alors décollé au-dessus de lui et a disparu en direction de Le Lion d'Angers. Albert a senti un coup violent sur?son dos.

Alain Gamard citant Ouest France 21 octobre 1954.

[Ref. ta1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Lieu: St Martin-du-Bois France

Date: 18 octobre 1954

Heure: minuit

Albert Géraud âgé de 15 ans était sur sa bicyclette sur la route D216, quand il voit une lumière qui passe du vert au jaune. Elle descend dans un mouvement saccadé et atterrit sur la route. Le témoin paniqué se sent comme si ses jambes sont paralysées. A l'intérieur de l'objet, il pouvait voir un petit être couvert de poils qui regarde le témoin avec de grands yeux. Brusquement, l'objet s'élève, émettant un fort jet de vent dans la direction du témoin et disparaît en direction de Lyon. Après l'incident, le témoin est prostré au lit pendant plusieurs jour.

Source: Figeut [sic] / Ruchon, Ovni Dossier

[Ref. ni1:] "THE NICAP WEBSITE":

*18 oct. 1954 - Peu avant minuit Albert Géraud 15 ans était sur sa bicyclette sur la route D216 entre Andigné et Saint-Martin-du-Bois, Maine-et-Loire, France quand il a vu une lumière qui passait du vert au rouge. Elle est descendu en un mouvement saccadé et a atterri sur la route, révélant un objet en forme de soucoupe dégageant une lueur rouge sur le sol. Le témoin paniqué a senti que ses jambes étaient paralysées. A l'intérieur de l'objet, il pouvait voir un petit être couvert de poils, qui le regardait avec de grands yeux. Brusquement l'objet a décollé, émettant un fort jet de vent vers l'adolescent, et il a glissé loin dans la direction de Lyon. Après l'incident, le témoin a dû rester couché prostré au lit pendant plusieurs jours. (Source: Michel Figuet & Jean-Louis Ruchon, OVNI: Le Premier Dossier Complet des Rencontres Rapprochees en France, pp. 182-183, citant Ouest France, 20 octobre 1954; Albert S. Rosales, Humanoid Contact Database 1954, cas n° 2435, citant Figuet & Ruchon).

[Ref. jg1:] JULIEN GONZALEZ:

L'auteur indique qu'il y a eu une rencontre rapprochée du troisième type entre Andigné et Saint-Martin du-Bois, Maine-et-Loire, le 17 octobre 1954, à 19:30:

e témoin était Albert Gérault, 15 ans, employé de ferme à Montguillon.

Habite à La Chapelle-sur-Oudon, mais travaillant à Montguillon, il roulait à bicyclette sur la route de St-Martin-du-Bois à Andigné lorsqu'avant la Maison-Neuve, il a aperçu dans le ciel un disque qui passait du vert au jaune en descendant par saccades vers le sol.

Il en a eu les jambes coupées et a dit: "Le disque était transparent, à l'intérieur il y avait un homme de petite taille (1,20 mètre selon la seconde source) assis immobile. Ses yeux étaient gros comme des yeux de pigeon et il était couvert de poils, mais je ne sais si ce n'était un manteau. Il me fixait et j'étais terrifié. Cela dura au moins cinq minutes. Puis la lumière s'est éteinte et le disque s'est envolé. J'ai ressenti un souffle dans mon dos."

Affolé, le jeune Albert Gérault s'est enfui chez les Malaboeuf, fermiers à la Maison-Neuve, où il a fallu quelques instants avant qu'il puisse raconter son aventure.

Il a demandé à son patron de partir assez tôt pour rentrer avant la nuit car il avait peur de revoir le petit homme poilu dans sa "soucoupe".

Julien Gonzalez note que le cas a souvent été daté du 18 octobre par les ufologues (M. Figuet, J. Sider), mais Le Courrier de l'Ouest du 21 octobre 1954 précise bien que c'était "dimanche soir" donc le 17 octobre.

Il ajoute que dans "La Grande Peur Martienne", MM. Barthel et Brucker affirment que le cas est un canular, or en 1989 des enquêteurs de Lumières dans la Nuit ont rencontré Albert Gérault à son domicile. Il a prétendu être le père du témoin qui lui-même serait mort depuis sept ans. La conversation a été presque impossible, Mr. Gérault disant à plusieurs reprises: "ça ne m'intéresse pas", une attitude qui "nous" [?] sembla plus être celle d'un témoin qui souhaite oublier que celle d'un joyeux plaisantin.

Les sources sont indiquées comme Le Courrier de l'Ouest du 21 octobre 1954; Ouest France du 20 octobre 1954; Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon, OVNI: le premier dossier complet des rencontres rapprochées en France, pages 182-183; Jean Sider, Le dossier 1954 et l'imposture rationaliste, page 208.

Explications:

Voilà encore un cas de la vague française de 1954 que le duo de "rationalistes" auto-proclamés Barthel et Brucker semble bien avoir traité de curieuse façon, donnant presque à rire.

Notons que, significativement, ils se sont trompés de date, en donnant celle de la parution du journal rapportant la rencontre au lieu de celle de la rencontre - la sorte d'erreur qu'ils étaient prompt à dénoncer chez les autres.

Mais surtout, alors qu'ironiquement ils sont les seuls à mentionner que l'entité avait des yeux de hiboux, ce qui est la clé probable de l'affaire, au lieu d'en déduire qu'il y avait peut-être eu là une confusion dans laquelle un jeune garçon de ferme de 15 ans, peut-être impressionnable ou peu éduqué, avait la nuit pris un hibou pour une créature de l'espace, ils nous assurent sans nul autre détail que ce serait là un "pari entre copains".

Mais pari de quoi? Pari que le jeune homme ferait une confusion? De la prophétie, alors, assurément. Pari qu'un "copain" déguisé en hibou serait pris comme martien pas l'autre? Cela tient-il seulement un tant soit peu la route? Pas pour moi.

Sachant à quel point ces deux auteurs inventaient parfois purement et simplement des explications au fur et à mesure de leurs besoins, ce qui dans d'autres cas a pu être prouvé, contrairement à Michel Figuet devenu "sceptique" sauf à propos des "enquêtes" de Barthel et Brucker, je ne crois pas un instant que cette rencontre ait eu quoi que ce soit à voir avec un "pari entre copains", et pense bien plutôt que le témoignage est sincère, et que seule l'interprétation de l'entité pourrait être erronée, un hibou présentant un aspect parfois impressionnant, surtout la nuit et surtout si l'on vient de voir ou que l'on pense avoir vu une de ces soucoupes volantes dont on parlait tant à ce moment.

Un hibou croisé dans la nuit à une distance non précisée par un adolescent de 15 ans en train de pédaler peut bien lui paraître comme une créature pas très haute, couverte de "poils" - entendez, plumes - et avec de gros yeux comme ceux des hiboux.

Maintenant, je vois aussi que cette explication ne peut être la bonne que si le récit donné par Figuet à partir de la source journalistique a été fort déformé par cette source journalistique: il est en effet précisé que la créature aurait été à l'intérieur de la soucoupe. Peut-être cette soucoupe dite "transparente" n'était-elle que la lueur de quelques phares de voitures? Mais qui changent de couleur? Qui sait? Pas moi, aussi je ne peux pas vraiment conclure.

Carte

Région d'Angers, relief. La ligne bleue situe la portion de route entre Saint-Martin-du-Bois en haut et Andigné en bas, un trajet de 6 kilomètres où l'observation à eu lieu.

Map

Photo satellite en 2007 de la zone entre Saint-Martin-du-Bois et Andigné. La ligne bleue est à côté du segment de route.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Andigné, Maine-et-Loire, canular, pari, farce, Albert Gérard, occupant, humanoïde, poils, poilu, jaune, vert, lumière, soucoupe, peur, panique, paralysé, yeux, grands, rapide, atterrissage, route, bicyclette, hibou

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 11 juillet 2007 Première publication.
1.0 Patrick Gross 6 juin 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [js1], [go1], [lc1], [ud1].
1.1 Patrick Gross 14 août 2013 Addition [pr1].
1.2 Patrick Gross 9 octobre 2014 Addition [ta1].
1.3 Patrick Gross 15 novembre 2014 Addition [ni1].
1.4 Patrick Gross 29 octobre 2016 Addition [jg1]. Changement du jour, le 17, pas le 18. Addition du Résumé.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 octobre 2016.