France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

3 octobre 1954, Hallennes-lez-Haubourdin, Nord:

Référence pour ce cas: 3-oct-54-Hallennes-lez-Haubourdin. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

En 1997 l'auteur Jean Sider publie que selon le journal Nord-Eclair, de Lille, du 6 octobre 1954, en page 10, le 3 octobre 1954 à 20:00 entre Hallennes et Sequedin, dans le Nord, Ferdinand Millescamp, 27 ans, maçon, 22 rue Victor Loridon à Haubourdin, a vu à partir du pont de Sequedin à environ 500 mètres de lui, un objet lumineux posé sur les rails qui s'est ensuite élevé à la verticale; des habitants de Haubourdin auraient confirmé les déclarations de ce témoin.

Vers 2017, l'ufologue "sceptique" Dominique Caudron indique deux journaux de plus comme sources, l'un donnant l'heure de l'observation comme 21:00.

Caudron résume le cas: "Mr Ferdinand Millescamps, 21 ans, a vu à 500 m sur la voie ferrée, entre Sequedin et Hallennes, un objet lumineux de la taille d'un tramway à 4 ou 5 m. du sol, qui, après être demeuré un moment immobile, s'éleva, à la verticale. D'autres témoins auraient confirmé cette observation."

Il découvre que la chose observée était dans la direction de la Lune.

Rapports:

[Ref. nmn1:] JOURNAL "NORD-MATIN":

Scan.

Selon un astronome du Kenia

"Des visiteurs d'un autre monde
dressent une carte de la terre"

On continue à signaler de partout des apparitions d'engins mystérieux qui affectent tantôt la forme de soucoupes, de boules lumineuses, de disques incandescents. Mais tous ces témoignages n'apportent rien de neuf sur la question. Par contre, un savant vient de prendre la parole pour faire connaître le résultat d'une observation peronnelle.

M. G. Duncan Fletcher, vice-président de l'Association Astronomique du Kenya, a lui-même observé dernièrement, un objet survolant Nairobi. Il était dans son observatoire (qui est très bien équipé), en compagnie de quatre amis. Il était 19 h. 40 quand, très bas à l'Est, apparut une grande lueur qui n'avait rien à voir avec l'astronomie, ni avec les avions qui venaient de se poser sur l'aéroport. L'objet était à environ 700 mètres d'altitude et était immobile. Quand M. Fletcher et ses quatre amis l'aperçurent, il émettait une vive lueur orangée. Cette lueur s'intensifia jusqu'au jaune clair et l'objet s'éleva, redescendit et reprit de la hauteur pour disparaître finalement dans les nuages.

M. Fletcher fait connaître que des soucoupes ont été signalées par de sobservateurs très expérimentés de tous les points du globe et d'après lui "des visiteurs d0un autre monde observent la terre et en dressent probablement la carte géographique".

Citant à l'appui de sa thèse l'opinion du Dr. P. Foyle, professeur d'astrophysique à Cambridge et celle de Sir James Jean, le Dr. Fletcher déclare que des raisons innombrables militent en faveur de l'existence de nombreuses planètes capables d'abriter la vie, mais les formes de vie sur les autres planètes pourraient être très différentes de tout ce que nous pouvons imaginer".

Il ajoute que c'est peut-être une simple coïncidence, mais il fait remarquer que ces êtres d'autres mondes s'intéressent aux activités terrestres depuis la première explosion atomique, il y a environ sept ans.

"Il semble ne faire aucun doute, poursuit M. Fletcher, que ces êtres sont extrêmement en avance sur nous. Je pense qu'ils nous abordent comme nouis ferions si nous étions à leur place".

Une boule de feu à Sequedin

En attendant, d'autres engins mystérieux ont été signalés au-dessus de notre région.

Dimanche soir, à 21 h., M. Ferdinand Millecamps, 21 ans, maçon, demeurant à Haubourdin, 22 rue Victor Loridan, se trouvant sur le pont de Sequedin, vit, à environ 500 mètres, entre Sequedin et Hallennes, et sur la voie ferrée, une boule de feu, de la taille d'un tramway. Elle se trouvait à 4 ou 5 mètres du sol et, après être demeurée un moment immobile, elle partit à la verticale. Effrayé par cette apparition fantastique, M. Millecamps quitta précipitamment les lieux, et plus tard, encore très ému, raconta son aventure en arrivant à Haubourdin.

Deux "Martiens"
à St-Amand-les-Eaux

Samedi, M. Marcel Sénéchal, 20 ans, demeurant à St-Amand, au lieu di "La Pannerie", avait comme à son habitude, passé la soirée à Hauteville-Nivelle chez sa fiancée. Il s'en revenait à bicyclette vers St-Amand en longeant le canal de la Scarpe, vers 1 h. du matin.

Arrivé à la hauteur de la pâture Vandeville à Nivelle, il entendit soudain une conversation tenue en un langage inconnu et semblant parvenir de sa droite. Il tourna la tête de ce côté et à son grand émoi aperçut alors une masse lumineuse en forme de meule ainsi que deux formes humaines de 1 m. 20 de hauteur environ, revêtues d'un vêtement brillant. Un rayon lumineux sortait de l'engin.

Les personnages mystérieux n'avaient sans doute pu voir l'approche du jeune cycliste qui roulait dans l'obscurité, une panne ayant immobilisé son éclairage.

Le jeune homme effrayé, s'éloigna à toutes pédales et regagna son domicile ému à l'extrême et rapporta ces faits à sa famille et à des voisins.

Informé par la rumeur publique, le commissaire de St-Amand, M. Gravet et deux inspecteurs chargés de la Police de l'Air attachés à l'aérodrome de Lesquin se sont rendus sur les lieux et ont procédé à des recherches; mais ils ne purent relever aucune trace.

Un étrange phénomène
dans la Somme

Des habitants de Boves dans la Somme ont été dimanche soir, les témoins d'un étrange phénomène.

Il était 20 h. 50, M. et Mme Dheilly qui étaient allés chez des amis, rentraient chez eux. Alors que M. Dheilly cherchait dans l'obscurité à ouvrir sa porte, Mme Dheilly remarqua soudain un demi-disque orange, à faible hauteur dans le ciel, en direction de l'extrémité de la rue. Elle alerta son mari et tous deux purent voir le disque se déplacer lentement vers une crête boisée.

Deux de leurs voisins, M. et Mme Quin, à leur tour avertis, purent eux aussi voir le mystérieux demi-disque qui, toujours lentement, s'éloigna et disparut derrière les arbres du marais proche.

Confirmation, en quelque sorte indirecte, de cette "apparition" a été donnée par des habitants de Demuin, M. et Mme Deslarides, ouvriers agricoles, qui affirment eux, avoir vu vers 21 h. 15, une sorte "d'abat-jour volant" phosphorescent qui se déplaçait sans bruit et paraissait vouloir atterrir.

Une boule lumineuse dans un
jardin à Saint-Souplet

Un habitant de St-Souplet, dans le Cambrésis, a reçu une curieuse visite dans la nuit de dimanche à lundi.

Réveillé par un claquement sec, le témoin dit: "J'ai cru tout d'abord à un incendie de l'immeuble en face, mais il s'agissait en fait d'une boule lumineuse, qui montait vers le ciel. Une vitre de porte fut soufflée et le verre réduit en centaines de petits morceau était dispersé dans la pièce attenante. A l'endroit d'où venait de repartir l'engin, les légumes du jardin étaient tous couchés dans le même sens, quelques-uns étant déracinés, juste à l'endroit où s'était posée la boule. A part la vitre brisée que l'on peut expliquer par le déplacement d'air de l'appareil, aucun autre dégât n'a été fait à la propriété".

[Ref. ner1:] JOURNAL "NORD-ECLAIR":

Scan.

Sequedin et Haubourdin ont eu
leurs "soucoupes dominicales"...

Cette fois-ci, nous le tenons! Le canton de Haubourdin peut inscrire dans ses annales l'apparition de sa première soucoupe... et soucoupe dominicale encore.

Il ne s'agit pas d'une hallucination, car elle a été vue, de plus ou moins loin, par des dizaines de paires d'yeux.

Venons-en aux faits.

Dimanche soir, plusieurs communes de la région, qui n'ont pas tellement l'occasion de faire parler d'elles, se signalaient à l'attention de la presse par l'apparition de soucoupes.

A Lille, un groupe important de promeneurs pouvait assister, au pont de Canteleu, aux exhibitions d'un engin volant prenant successivement la forme d'une sphère, grossissant à vue d'oeil, pour se scinder en deux cigares, et retourner à sa forme primitive.

Le plus étonné des habitants du canton d'Haubourdin fut, sans contredit, M. Ferdinand Millecamps, 21 ans, maçon, demeurant 22, rue Victor Loridon. Passant dimanche, vers 20 h, sur le pont de Sequedin il aperçut, à quelques cinq cent mètres de lui, un gros objet lumineux posé sur les rails, entre Hallennes et Sequedin. L'engin s'éleva à la verticale, et M. Millecamps vint raconter l'événement à Haubourdin. Des habitants de Sequedin confirmèrent les déclarations de M. Millecamps.

A peu près à la même heure, un groupe d'habitants du "P'tit Belgique" pouvait, dans ce populeux quartier assister aux évolutions d'un mystérieux engin lumineux qui se déplaçait dans le ciel.

Les faits se sont là. Plus d'un habitant s'est promis, le soir venu, d'explorer le ciel pour être témoin d'exploit identique. La chronique future des "Soucoupes volantes" nous apportera peut-être à bref délai, d'autres révélations.

...ET MARCQ-EN-BAROEUL

La bonne ville de Marcq commençait à faire piètre figure auprès des communes qui eurent l'honneur de recevoir la visite des Martiens. Depuis que les soucoupes sillonnent le ciel de France, elles semblaient totalement ignorait l'existence de Marc-en-Baroeul!

Que les Marcquois se consolent, l'honneur est sauf, car la ville a enfin vu sa soucoupe volante. Elle est apparue dans le ciel dimanche, vers 20 h., semblant venir de la direction de la Citadelle de Lille.

M. Lucien Lemaire, chef de service à la mairie de Marcq, se trouvait à ce moment, rue des Lilas, en compagnie d'autres personnes. Il vit très nettement l'engin de forme ronde, qui émettait des lueurs oranges. A un certain moment un deuxième disque se détacha du premier, s'éclaira et reprit ensuite sa place.

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

L'ufologue et auteur Jean Sider a appris par un article du journal Nord-Eclair, de Lille, du 6 octobre 1954 en page 10, que le 3 octobre 1954 à 20:00 entre Hallennes et Sequedin, dans le Nord, Ferdinand Millescamp, 27 ans, maçon, 22 rue Victor Loridon à Haubourdin a vu à partir du pont de Sequedin à environ 500 mètres de lui, un objet lumineux posé sur les rails qui s'est ensuite élevé à la verticale. Des habitants de Haubourdin ont confirmé les déclarations du témoin.

[Ref. jdt1:] JEAN-PIERRE D'HONDT:

D'Hondt indique que le 3 octobre 1954, à Sequedin, département du Nord, selon le journal "Nord éclair" dans leur édition de Lille du 6 octobre 1954, page 10, Ferdinand Millescamp, 27 ans, maçon, 22 rue Victor Loridon à Haubourdin a vu à partir du pont de Sequedin, à environ 500 mètres de lui, un objet lumineux posé sur les rails, qui s'est ensuite élevé ensuite à la verticale. Des habitants de Haubourdin ont confirmé ses déclarations.

[Ref. dcn3:] DOMINIQUE CAUDRON:

Dominique Caudron a dressé un inventaire d'observations dans le Nord au 3 octobre 1954, comprenant 51 rapports, dont celui-ci:

La fabuleuse journée du 3 octobre 1954

[...]

Chronologie des observations du 3 octobre.

Nous ne donnons ici qu'un résumé de ce qui est paru dans la presse de l'époque, pour la région du nord, sans tenir compte de qu'ont pu raconter ensuite les ufologues. Nous avons numéroté toutes ces observations, dont les premières n'ont rien à voir avec le coucher de la lune, afin de pouvoir les étudier globalement dans un tableau. Certaines font déjà l'objet d'un dossier spécial.

[... autres cas...]

12) 20 h (N.E.) ou 21 h. (N.M.), SEQUEDIN (59)

- Mr Ferdinand Millescamps, 21 ans, a vu à 500 m sur la voie ferrée, entre Sequedin et Hallennes, un objet lumineux de la taille d'un tramway à 4 ou 5 m. du sol, qui, après être demeuré un moment immobile, s'éleva, à la verticale. D'autres témoins auraient confirmé cette observation.

(Nord Matin 6/10 page 10, Nord Eclair 6/10 page 10. La Voix du Nord-ed. Lille++ page 6)

[... autres cas...]

Tout ceci n'est qu'une compilation des renseignements donnés par l'ensemble des journaux de l'époque, éditions locales comprises, er dont les ufologues n'ont jamais utilisé qu'une partie.

Nous verrons que l'analyse de ces renseignements permet d'éliminer l'hypothèse d'une soucoupe volante, au profit de celles de multiples observations de la lune, dont l'image était rougie et déformée par des nuages, qui lui donnaient aussi un mouvement apparent illusoire.

[Ref. dcn4:] DOMINIQUE CAUDRON:

Analyse des observations du 3 octobre 1954

[... autres cas...]

12) 20 h (N.E.) ou 21 h. (N.M.), SEQUEDIN (59)

Même direction que la lune

[... autres cas...]

En conclusion, il a placé cette observation parmi les 15 du 3 octobre 1954 dans la région nord pour lesquelles l'explication par la Lune se classe comme possible.

Explications:

Si je comprend bien...

Le bon pont doit donc être celui que j'ai placé dans le cercle rouge, puisqu'il y a bien des rails à exactement 500 mètres de ce pont au point où ces rails passent l'autre pont. Autrement dit si l'objet était posé sur des rails à 500 mètres du témoin se trouvant sur un "pont de Sequedin", la ligne jaune vers le Sud-Ouest est bien une direction d'observation possible, et c'est bien la direction vers la Lune en train de se coucher.

Ce n'est pas le seul point où les rails sont à 500 mètres du pont que j'ai choisi. Mais c'est le point où la visibilité vers l'horizon est la meilleure. La direction d'observation serait alors approximativement 217°, vers le Sud-Ouest.

A 20 heures, la lune se trouve à l'azimuth 213° et l'élévation 7°. A 21 heures, elle se trouve à l'azimuth 225° et l'élévation 1° 4. Si c'était bien la Lune, il est assez probable, ou logique, que le témoin ait dit "entre 20 heures et 21 heures".

Le problème qui reste, pour objecter la lune, serait ce départ à la verticale, la Lune se couche, et ne "part" pas à la verticale. Il faut donc ajouter un effet de nuage venant progressivement masque la lune du bas vers le haut, par exemple.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Hallennes-lez-Haubourdin, Nord, Ferdinand Millecamp, nuit, maçon, pont, atterrissage, objet, lumineux, décollage, vertical, Sequedin, Haubourdin

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 26 septembre 2007 Première publication.
1.0 Patrick Gross 9 janvier 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée.
1.1 Patrick Gross 27 mai 2019 Additions [dcn3], [dcn4], Résumé. Explications changées, étaient "Non encore recherchée."
1.2 Patrick Gross 29 avril 2020 Additions [nmn1].
1.3 Patrick Gross 19 juin 2020 Addition [ner1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 19 juin 2020.