France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

14 octobre 1954, La Tour d'Aigues, Vaucluse:

Référence pour ce cas: 14-oct-54-Tour-d'Aigues. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional Le Provençal, en page 9, le 17 octobre 1954, rapportait une observation du 14 octobre 1954, près de la Tour d'Aigues, dans le Vaucluse.

Mr. Gervais Reynier, demeurant à la Roustidioure, près de La Tour d'Aigues, leur avait déclaré: "Je partais à la ferme jeudi soir avec mon fils quand tout à coup le petit se mit à crier: papa, papa, le soleil nous tombe dessus! Relevant la tête, j'aperçus dans le ciel un disque de 6 à 7 mètres muni d'une sorte de queue de plusieurs mètres. M'étant rendu en toute hâte à l'endroit où il m'avait semblé avoir vu se poser l'étrange engin, je ne trouvais rien."

Encore tout ému de ce qu'il venait de voir, Mr. Reynier avait ajouté: "J'avoue que j'ai eu un peu peur; quant à mon fils, il en a été malade."

Le journal précisait que ce témoignage a été confirmé par plusieurs personnes qui ont aperçu l'objet en des points différents.

En 1979, les ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jacques Brucker notaient pour ce cas au 14 octobre 1954 "La Tour d'Aigues - 84 - crépuscule: enquête. Sphère de feu plus traînée."

Ils donnaient la description parue dans le journal, et indiquaient que lors de leur conversation avec le témoin, un sympathique cultivateur de La Tour d'Aigues, il leur a précisé que cette sphère de feu était plus grosse que la pleine lune, qu'il lui avait semblé qu'elle s'était posée dans sa vigne puis s'était éteinte. Ils précisent que ceci s'est déroulé le même jour que le cas de Biot et qu'ils ont trouvé dans les catalogues ufologiques pas moins de 19 observations du passage d'un gros bolide dans les départements du Gard, Vaucluse, Bouches du Rhône, Drôme et Alpes Maritimes (j'en ai trouvé moi-même plus de 60).

Plus tard en 1979, les ufologues Michel Figuet et Jean-Louis Ruchon indiquaient que le 14 octobre 1954 à La Tour d'Aigues dans le Vaucluse, un disque de six à sept mètres de diamètre muni d'une sorte de queue avait été observé, selon Le Provençal du 17 octobre 1954.

Ils commentaient par ailleurs que toutes les observations de 18 heures ce jour se rapportaient évidemment à un objet à très haute altitude, vu simultanément de lieux très éloignés, qui était vraisemblablement un gros météore d'après les descriptions.

Cependant, Michel Figuet oublie ensuite l'explication, dans son livre avec Henri Julien "OVNI en Provence" de 1993. Ces auteurs "anonymisent" le nom du témoin, font "s'élever du sol" le "disque très brillant de 6 à 7 mètres de diamètre", "à quelque distance". La traînée du météore devient "une luminescence de plusieurs mètres."

La où le témoin disait qu'il lui semblait avoir vu se poser le disque, ils disent qu'il s'est précipité vers l'emplacement où le disque avait été posé.

En septembre 1993, les ufologues Gérard Paulhiac et Joël Mesnard, dans le magazine d'ufologie Lumières Dans La Nuit N° 369, montrent qu'ils croient qu'il s'agit d'un "crash de rien", expression qu'ils utilisent pour les cas dans lesquels on signale que quelque chose s'est écrasé au sol, alors qu'on n'y retrouve rien lorsque l'on va vérifier.

Ils reprennent la version déformée de Michel Figuet et Henri Julien, "anonymisent" le nom du témoin, et, prétendant que ce "disque très brillant de 6 à 7 mètres de diamètre" a été vu "s'élever du sol", "à quelque distance". Ils décrivent ce qui était la traînée du météore comme "une luminescence de plusieurs mètres" laissée derrière le disque.

En 1997, c'est Jean Sider qui reprend le cas dans son livre sur la vague française de 1954, citant correctement le texte paru dans Le Provençal, mais omettant toute explication ou tentative d'explication, bien qu'il soit clair qu'il avait lu le livre de Barthel et Brucker, qu'il critiquait abondamment (parfois tort, parfois à raison) par ailleurs.

Rapports:

[Ref. lpl1:] JOURNAL "LE PROVENCAL":

Scan

Le courrier des soucoupes (Suite)

Près de la Tour-d'Aigues
Vaucluse

"Papa, le soleil nous tombe dessus!"

Encore tout ému de ce qu'il venait de voir, M. Gervais Reynier, demeurant à la Roustidioure, près de La Tour d'Aigues (Vaucluse), nous a déclaré: "Je partais à la ferme jeudi soir avec mon fils quand tout à coup le petit se mit à crier: papa, papa, le soleil nous tombe dessus! Relevant la tête, j'aperçus dans le ciel un disque de 6 à 7 mètres muni d'une sorte de queue de plusieurs mètres. M'étant rendu en toute hâte à l'endroit où il m'avait semblé avoir vu se poser l'étrange engin, je ne trouvais rien."

Et M. Reynier: "J'avoue que j'ai eu un peu peur; quant à mon fils, il en a été malade."

Ce témoignage a été confirmé par plusieurs personnes qui ont aperçu l'objet en des points différents.

UNE BOULE DE FEU
DANS LE CIEL DE LA DROME

Valence (C.P.)

Jeudi soir un peu après 18 h., M. Jean Gabert, agent de la recette principale de Valence, revenait en voiture avec sa jeune femme, de Saint-Perey quand avant Granges-les-Valence, ils virent à une faible hauteur une boule de feu qui suivait la vallée du Rhône. Ils eurent tout deux l'impression que l'engin survolait Valence. C'était une boule de couleur verte avec une queue qui se terminait en jaune. M. et Mme. Gabert l'ont bien vue pendant quelques secondes. Puis brusquement l'objet inconnu disparut.

DANS LE GARD

Tresques (C.P.)

Jeudi, à 17 h. 30, M. Payan Yves, qui labourait son champ, quartier Saint-Martin, eut la surprise de voir passer sur lui à basse altitude un engin d'une luminosité intense, laissant une traînée éblouissante et ne faisant aucun bruit. L'objet se déplaçait à une vitesse vertigineuse d'Ouest en Est. Il alerta M. Teissier Raoul qui chassait et tous deux en suivirent l'évolution jusqu'à disparition complète en direction de l'est.

UN CIGARE
CARPENTRASSIEN
LACHAIT DES ETINCELLES

Carpentras (C.P.)

Jeudi soir, vers 18 heures, plusieurs personnes ont aperçu au quartier du Peyguière, un engin qui traversait le ciel à l'ouest de Carpentras. Il avait la forme d'un cigare, brillait, et paraissait lâcher des étincelles derrière lui.

UN ENGIN LUMINEUX
APERCU DANS LE CIEL
FUVELAIN

par un instituteur et ses élèves

Fuveau (C.P.)

Jeudi 14 octobre, à 18 h. 10, sur le terrain de basket de la "Trente-Gouttes", M. Martin, instituteur à Fuveau, initiait ses élèves et anciens élèves au basket quand, au milieu de la séance, il vit dans le ciel un engin lumineux de forme allongée, dont la couleur rappelait celle du vers luisant. L'apparition dura 3 à 4 secondes. D'après l'éloignement, l'observateur pense que l'engin se déplaçant à grande vitesse devait survoler Peynier en se dirigeant vers Rousset; il décrivait d'ailleurs une trajectoire qui disparut derrière le clocher du village. Cette sorte de fusée laissait derrière elle une courte traînée lumineuse étincelante.

Les élèves qui entouraient leur instituteur ont aperçu aussi un court instant ce "phénomène".

LE "SCAPHANDRIER"
INTERPLANETAIRE A PEUR
DES CHIENS

Perpignan (A.F.P.).

M. Damien Siguères 56 ans, retraité des douanes, a déclaré avoir aperçu sur la route, près de son domicile, dans la banlieue de Perpignan, une grande sphère rouge. De celle-ci sortit un homme grand, vêtu comme un scaphandrier. Ayant fait le tour de son appareil, le "scaphandrier" y retourna précipitamment tandis que les deux chiens de M. Siguères se précipitaient vers lui.

L'engin s'éleva alors sans bruit et disparut à une vitesse prodigieuse.

M. Siguères se trouvait alors à une trentaine de mètres de l'engin, dont aucune trace n'a été relevée sur le sol.

[Ref. bbr1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs notent ce cas au 14 octobre 1954:

"La Tour d'Aigues - 84 - crépuscule: enquête. Sphère de feu plus traînée."

Ailleurs dans le livre ils indiquent que monsieur Gervais Reynier a raconté:

"Je partais à la ferme avec mon fils quand tout à coup le petit se mit à crier: Papa, papa, le soleil nous tombe dessus! Relevant la tête, j'aperçus dans le ciel un disque de 6 à 7 mètres muni d'une sorte de queue de plusieurs mètres. M'étant rendu en tout hâte à l'endroit où il m'avait semblé avoir vu se poser l'étrange objet, je ne trouvais rien."

Ils indiquent que lors de leur conversation avec le témoin, un sympathique cultivateur de La Tour d'Aigues, il leur a précisé que cette sphère de feu était plus grosse que la pleine lune, qu'il lui avait semblé qu'elle s'est posée dans sa vigne puis s'était éteinte. Ils précisent que ceci s'est déroulé le même jour que le cas de Biot et qu'ils ont trouvé dans les catalogues ufologiques pas moins de 19 observations du passage d'un gros bolide dans les départements du Gard, Vaucluse, Bouches du Rhône, Drôme et Alpes Maritimes.

[Ref. fru1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent que le 14 octobre 1954 à La Tour d'Aigues dans le Vaucluse, un disque de six à sept mètres de diamètre muni d'une sorte de queue a été observé.

Les auteurs notent que toutes les observations de 18 heures ce jour se rapportent évidemment à un objet à très haute altitude, vu simultanément de lieux très éloignés, qui est vraisemblablement un gros météore d'après les descriptions.

La source est indiquée comme Le Provençal du 17 octobre 1954.

[Ref. vau1:] BULLETIN D'UFOLOGIE "VAUCLUSE UFOLOGIE":

JEUDI 14 OCTOBRE 1954 - en soirée

LA ROUSTIDIOURE (près de la Tour d'Aigues)

Référence 7

Monsieur Gervais R. raconte: "Je partais à la ferme avec mon fils quand tout-à-coup le petit se mit à crier: papa, papa le soleil nous tombe dessus! Relevant la tête j'aperçus dans le ciel un disque de 6 à 7 mètres muni d'une sorte de queue de plusieurs mètres elle aussi. M'étant rendu en toute hâte à l'endroit où il m'avait semblé voir se poser l'engin je ne trouvais rien".

Monsieur R. a été très effrayé, et son fils en a été malade. Plusieurs autres personnes auraient observé l'engin de différents endroits.

"Référence 7" renvoie à "Le Provençal".

[Ref. fju1:] MICHEL FIGUET ET HENRI JULIEN:

Les deux auteurs ufologues rapportent que le 14 octobre 1954, M. Gervais R. se rend à sa ferme de la "Roustidioure" près de la Tour d'Aigues.

Son fils l'appelle en disant "Papa, le soleil nous tombe dessus!"

M. Gervais R. voit alors un disque très brillant de 6 à 7 mètres de diamètre s'élever du sol, "à quelque distance" étant indiqué par les auteurs. Le disque laisse derrière lui une luminescence de plusieurs mètres.

M. Gervais R. s'est précipité vers l'emplacement où le disque avait été posé et n'y a rien trouvé d'anormal. Son fils a été malade de peur après l'observation.

Les auteurs indiquent que plusieurs personnes qui étaient à plusieurs points d'observation différents ont confirmé le témoignage de M. Gervais R.

[Ref. pmd1:] GERARD PAULHIAC ET JOEL MESNARD:

Les auteurs indiquent que le 14 octobre 1954, à La Roustidioure, La Tour d'Aigues, Vaucluse, Mr. Gervais Reynier partait à sa ferme jeudi soir avec son fils, quand soudain l'enfant a hurlé:

"Papa! Papa! Le soleil nous tombe dessus!"

Levant la tête, Mr. Reynier a aperçu dans le ciel un disque de six à sept mètres muni d'une sorte de queue de plusieurs mètres.

Il s'est rendu en toute hâte à l'endroit où la chose semblait s'être posée mais il n'a rien trouvé.

Le fils en est tombé malade. Plusieurs personnes en des points d'observation différents avaient confirmé le témoignage de M. Reynier.

Les auteurs indiquent que la source originale est "Le Provençal" de Marseille, du 17 octobre 1954, page 9.

Ils commentent qu'un disque de six à sept mètres "qui 'se pose' en catastrophe?" ou qui tombe sans que l'on puisse découvrir le moindre débris est une chose quand même bizarre.

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

Jean Sider a retrouvé cette affaire dans le journal "Le Provençal" du 17 octobre 1954, page 9, et la résume ainsi:

Le 14 octobre 1954 au soir, entre La Roustidioure et La Tour-d'Aigues, dans le Vaucluse, Gervais Reynier et son fils ont fait l'observation de l'atterrissage à la suite de laquelle le fils, bouleversé, est tombé malade.

Il cite le journal Le Provençal, Marseille, du 17 octobre 1954, qui écrit en page 9: "Mr. Reynier partait à sa ferme jeudi soir, avec son fils. Soudain l'enfant hurla: "Papa! Papa! Le soleil nous tombe dessus". Relevant la tête, Mr. Reynier aperçoit dans le ciel un disque de six à sept mètres muni d'une sorte de queue de plusieurs mètres. Il se rendit en toute hâte à l'endroit où il semblait s'être posé mais ne trouva rien. Le fils en est tombé malade. Plusieurs témoins placés en des points d'observation différents ont confirmé le témoignage de Mr. Reynier."

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4130: 1954/10/14 22:00 1 5:32:40 E 43:44:00 N 3331 WEU FRN VCL 6:6

La TOUR-d'AIGUES,FR:PLSRS OBS:7M SCP A/QUEUE LU?INEUSE DECOLLE:1 OBS MALADE:/r30p167

RefN°217 Jean SIDER: Le DOSSIER 1954 (2 vol.) Page No. 106 : MONTAGNES

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique dans sa base de données que dans le Vaucluse à La Tour d'Aigues le 14 octobre 1954 à une heure non connue, "Un père et son fils son sur le chemin lieu dit La Ristidioure [sic]. Soudain l'enfant crie que le soleil leur tombe dessus. Le père lève la tête et observe un disque de six à sept mètres de diamètre muni d'une sorte de queue. Le témoin cours vers l'endroit ou l'objet semble s'être posé mais rien n'est visible. Le fils tomba malade à la suite de l'aventure. Plusieurs autres témoins confirment l'observation."

La source est notée: "Lumières dans la Nuit".

[Ref. uma1] MAGAZINE D'UFOLOGIE "UFOMANIA":

[...] Le 14 octobre 1954, à La Tour d'Aigues (Vaucluse), Gervais Reynier partait à sa ferme avec son fils, quand soudain l'enfant hurla que le Soleil leur tombait dessus. Le père aperçut alors dans le ciel un disque de 6 à 7 mètres muni d'une queue de plusieurs mètres. Si un OVNI à l'effigie de l'astre a pu jouer, à Fatima, le rôle du Soleil, il fallait, compte tenu de la faible couverture nuageuse à ce moment précis dans le ciel, que le véritable Soleil soit caché à la vue des spectateurs pour que ceux-ci puissent prendre l'OVNI pour l'astre solaire. [...]

Explications:

Probablement le météore de 18:13 de ce jour-là.

Nous avons là tous les signes des erreurs parfois commises par des ufologues convaincus au sujet d'observations de météores:

L'heure donnée comme 17:30 ou 17:45 ne doit pas être prise comme parfaitement exacte; un fermier en 1954 ne se promenait pas forcément avec une montre, et "17:30" n'est donc pas cimpaible avec le météore de 18:13. A noter que l'heure de passage du météore était l'heure du passage du soleil sous l'horizon, la tombée de la nuit, moment parfaitement opportun pour le retour à la ferme des témoins.

La taille du disque de "6 à 7 mètres" ne signifie évidemment rien, seule une taille angulaire ou relative, comme celle obtenue par Barthel et Brucker ("plus grosse que la pleine Lune" donc sensiblement un peu supérieur à la taille de la Lune soit 0.5 degrés, a du sens. Un témoin visuel ne peut donner une taille exacte à un phénomène inconnu se trouvant à une distance indéterminée.

Le disque n'a pas été vu "s'élever du sol" selon la source primaire. On ne sait pas d'où cela sort. Mais même si un rapport avait dit cela, il est clair qu'un météore arrivant de l'horizon peut paraître "s'élever du sol".

On nous dit ainsi qu'il s'est "élevé du sol" "à quelque distance". Cela ne veut absolument rien dire, évidemment.

Il avait semblé au témoin que le disque s'était posé au sol puis éteint. Qu'un témoin ait cette impression pour un météore passant derrière l'horizon n'a rien d'aberrant. Ce qui est aberrant est de transformer ce que le témoin a dit être son impression pour un fait.

Les observations de météores, lorsqu'elles sont correctement rapportées dans la presse, font évidemment état de la traînée caractéristique des météores (parfois sous la forme "c'était un cigare"). La seule présence d'une traînée devrait entrainer que tout ufologue au moins l'idée de la possibilité qu'un météore puisse être l'explication.

Que le fils de Mr. Reynier "en ait été malade" ne doit pas être pris pour un "effet" causé par "l'OVNI" au-delà de l'émotion ou de la peur parfaitement naturels pour l'enfant.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Tour d'Aigues, Vaucluse, La Roustidioure, Gervais Reynier, multiple, disque, queue, traînée, brillant, lumineux, atterrissage, peur

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 21 octobre 2004 Première publication.
1.0 Patrick Gross 8 avril 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Addition [lcn1].
1.1 Patrick Gross 17 octobre 2016 Addition [lpl1].
1.2 Patrick Gross 5 novembre 2016 Addition [pmd1].
1.3 Patrick Gross 17 juillet 2019 Additions [lhh1], [uma1], Résumé. Explications changées, étaient "Probablement le météore de 18:15."
1.4 Patrick Gross 10 août 2019 Addition [vau1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 10 août 2019.