UFO Chile -> Documentation -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Magazines d'ufologie:

UFO Chile N°2 - octobre 1967

Voici le bulletin d'ufologie du Chili "UFO Chile" N° 2, page 1, paru au Chili en octobre 1967. Largement introuvable jusqu'ici en dehors de cercles ufologiques chiliens, le bulletin m'a été envoyé parmi bien d'autres trésors par un ufologue chilien vétéran âgé de 87 ans en 2018, et est présenté ici pour la première fois en reproduction des pages originales, avec mes transcriptions textuelles en espagnol, en français, et en anglais.

N° 1 1 2 3 4 5 6 7 8 > N° 3

UFO Chile N° 2, page 1, octobre 1967

Transcription traduite en français:

No 2 - Octobre 1967

LES CAS LES PLUS SPECTACULAIRES

DES SCIENTIFIQUES OBSERVENT OVNIS POUR DEUX JOURS SUR L'ANTARCTIQUE

(8 au 10 janvier 1956)

Au cours de la deuxième année géophysique internationale - 1956 à 1958 - quatre Chiliens - deux éminents scientifiques, un adjudant et un sergent infirmier de la Marine Nationale - ont été emmenés par hélicoptère à l'ile Robertson, et y sont restés pendant un mois, dans une casemate métallique démontable, avec un émetteur radio fonctionnant sur batterie et l'équipement nécessaire pour étudier la géologie, la faune et la flore de la région.

Robertson se trouve au sud du 65e parallèle et à l'est du 60e méridien, sur la mer de Wedell. L'île, d'origine volcanique, d'une superficie approximative de 500 kilomètres carrés, abonde en basaltes.

Au début du mois de janvier, au milieu d'une tempête, les expéditionnaires constatèrent que la certitude de la relève, fixée au 20 janvier, diminuait: l'équipement radio était tombé en panne, leur empêchant toute communication avec le reste du monde.

Le Dr Tagle - des pseudonymes sont utilisés à la demande des protagonistes de ces événements - se levait pendant les nuits conventionnelles pour surprendre un phénomène météorologique. Le Professeur Barros, qui ne partageait pas cette habitude, avait défendu à son collègue de se réveiller pour toutes les auroras boréales qui flottaient sur Robertson, mais le 8 janvier le Dr Tagle avait violé cette interdiction, interrompant son sommeil et celuide Barros. Voyant l'expression du docteur, Barros a entrepris de mettre en marche l'équipement indispensable pour faire face aux 21 degrés Celsius au-dessous de zéro dehors. Le soleil brillait vers le sud-est, et le ciel, maintenant sans nuages, recouvrait la glace immobile d'un bleu profond et limpide. Il est enregistré dans les rapports météorologiques de la Marine qu'une aussi bonne météo a rarement été vue dans la région.

Le Dr. Tagle a pointé le ciel vers le nord, presque directement au-dessus de sa tête. Et Barros de mauvaise humeur a pu voir deux appareils métalliques, de forme nette, se tenant immobiles - l'un situé presque au méridien, et l'autre séparé du premier par environ 30 degrés - qui reflètaient les rayons du soleil. Non sans une agitation secrète accentuée par l'excitation de Tagle, Barros a examiné les appareils avec sa longue vue. De la taille apparente de la Lune, leur aspect

Transcription originale en espagnol:

No 2 - Octubre de 1967

LOS CASOS MAS ESPECTACULARES

CIENTIFICOS OBSERVAN OVNIS DURANTE DOS DIAS SOBRE LA ANTARTIDA

(8 a 10 de Enero, 1956)

Durante el Segundo Año Geofísico Internacional - 1956 a 1958 - cuatro chilenos - dos destacados científicos, un ayudante y un sargento enfermero de la marina nacional - fueron llevados en helicópteros a la Isla Robertson, y dejados allí durante un mes, en una casamata metálica desarmable, con un aparato radiotransmisor a batería y el equipo necesario para estudiar la geología, fauna y flora de la region.

Robertson se encuentraa sur del paralelo 65 y al este del meridiano 60, en el mar de Wedell. La isla, de origen volcánico, con una superficie aproximada de 500 kilómetros cuadradas, abunda en basaltos.

A comienzos de enero, en medio de un tiempo tormentoso, los expedicionarios comprobaron un hecho que la certeza del rescate, fijada para el 20 de enero, restó importancia: el equipo de radio se descompuso, impidiéndoles toda comunicación con el resto del mundo.

El doctor Tagle se usan nombres supuestos a pedido de los protagonistas de estos hechos - solía levantarse durante las convencionales noches para sorprender algún fenómeno meteorológico. El profesor Barros, que no compartía esta costumbre, había prohibido a su colega que lo despertase aunque todas las auroras boreales del mundo flotasen sobre Robertson, pero el 8 de enero el doctor Tagle se arriesgó a quebrantar esta prohibición, e interrumpió el sueño de Barros. Al ver la expresión del doctor, Barros procedió a colocarse el equipo indispensable para afrontar los 21 grados centígrados bajo cero del exterior. El sol brillaba hacia el suroeste, y el cielo, ahora sin nubes, cubría con un profundo y límpido azul los hielos quietos. Consta en los informes meteorológicos de la Armada que pocas veces se ba visto período de bonanza semejante en la región.

El doctor Tagle señaló el cielo hacia el norte, casi directamente sobré' su cabeza. Y el malhumorado Barros pudo ver dos aparatos metálicos, de forma de puro, en posición vertical, perfectamente quietos - situado uno casi en el meridiano, y el otro separado del primero por unos 30 grados - que reflejaban los rayos del sol. No sin una secreta inquietud acentuada por la excitación de Tagle, Barros examinó los aparatos con su larga vista. Del tamaño aparente de la Luna llena su aspec-

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 14 avril 2018.