Stupidités -> AccueilCliquez!

Stupidités

Débat à propos de la Lune:

En 2002, le site "UFOWEB" organisait un débat sur le thème "Vestige extraterrestre sur la Lune".

Introduction:

Ceci constitue la première partie de ma préparation du prochain débat du site UFOWEB sur le thème "Vestige extraterrestre sur la Lune". Il y a une deuxième partie portant sur les allégations de traces d'artificialité sur la Lune.

Le site UFOWEB introduit le débat en ces termes:

"Vous vous souvenez certainement des photos des missions Apollo, l'empreinte de pas de Neil Armstrong, Buzz Aldrin devant le LEM etc. Tellement belles, tellement réussies que Philippe Lheureux s'est interrogé... et nous livre ses réflexions et ses doutes..."

Et c'est dévastateur! Malgré la contre-enquête auprès des scientifiques, certains points semblent résister et laissent à penser que le petit pas pour l'homme n'était qu'une grande arnaque de l'humanité.

Philippe Lheureux c'est ensuite attaqué à la théorie des cratères lunaires météoritiques qui selon lui est prise en défaut par l'observation.

Toutes les anomalies lunaires maltraitant la théorie météoritique sont passées en revue, cratères polygonaux, objets lunaires, traces de déplacements, coutures ou ponts, travaux, rayonnements blancs etc..

Et si certains cratères n'étaient que des vestiges de mines à ciel ouvert?

Voir le site de Philippe Lheureux qui parle de son livre."

Ufoweb propose les liens suivants pour la préparation de ce débat:

www.multimania.com/autocoup/lune5.html (Site de Philippe Lheureux)
r.aberlin.free.fr/lune/lune.htm
www.ovnis.atfreeweb.com/index.htm

L'empreinte du pied d'Armstrong sur la Lune:

Les assertions de Philippe Lheureux: Mes assertions:

J'aurais pu obtenir le même genre d'empreinte sur la terre en marchant dans une terre argileuse mais sûrement pas sur la lune ou alors SCOOP du siècle, il y a de l'eau sur la lune sous forme liquide!

Regardez bien, les rainures de la semelle sont parfaitement visibles et restent en forme une fois le pied retiré. Le sol autour de l'empreinte n'a pourtant pas vraiment l'air d'être fait de poussières aussi fines que de la farine.

Certaines rainures disloquées ne se sont même pas effondrées comme on aurait pu s'y attendre si elles avaient été constituées par de la poussière de roche sèche. Regardez bien la dernière rainure en haut de l'empreinte, elle s'est brisée et elle est retombée sur l'autre morceau sans s'effondrer.

Et que penser de la profondeur de l'empreinte car sur la lune, un astronaute ne pèse qu'un sixième de son poids terrestre.

Extrait de photo provenant du site de P. Lheureux

La poussière lunaire n'a absolument pas le même comportement que la poussière sur Terre: il n'y a pas de courant d'air sur la Lune, et il n'y a aucun phénomène qui puisse faire "s'effondrer" la trace. Cet effondrement de la trace ne se produit que dans les conditions terrestres: courant d'air créé par le pied, vent, vitesse du mouvement du pied plus rapide etc. Sur la Lune il est tout à fait clair que cette poussière va mouler les traces de la semelle d'Armstrong exactement tel que la photo le montre.

Il faut aussi comprendre que le sable terrestre est fait de petits grains qui sont des débris de roches concassés et usés par la mer. La poussière lunaire ne vient pas de la mer, les grains sont extrêmement plus petits.

Philippe Lheureux doit créer un sol de poussière extrêmement fine dans une chambre à vide et doucement y faire "rebondir" un pied, par exemple: il constatera qu'il obtiendra exactement ce type d'empreinte. L'erreur ici est de croire que le comportement d'un sol poussiéreux sur Terre et sur la Lune est le même. Ce n'est pas du tout le cas.

Philippe Lheureux estime également que la profondeur est trop importante. Cette profondeur n'est pourtant pas mesurée, et dépend donc de l'effet de l'ombre créée par le soleil, selon son inclinaison qui peut être très basse. Et rien ne nous indique ici non plus la profondeur et la texture de la couche de poussière: s'il y a par exemple 5 cm de poussière très fine, il n'y a pas à s'étonner que malgré la faible gravitation on puisse obtenir une empreinte profonde. Philippe L'heureux doit estimer le sixième du poids d'un astronaute adulte y compris le poids de son équipement.

En étudiant cette photo, je pense que par son apparence d'étrangeté telle que la souligne Philippe Lheureux, nous avons au contraire une indication que cette trace de pas est bien Lunaire et non Terrestre.

Notons aussi qu'il n'est pas exclu de trouver de l'eau liquide sur la Lune, puisqu'il y a de la glace en certain secteurs et que la température peut s'élever localement et exceptionnellement, par exemple lors d'un impact de météorite. Evidemment, cette eau ne va pas former une mare.

Le contre-jour idéal:

Les assertions de Philippe Lheureux: Mes assertions:

L'astronaute est éclairé en contre-jour et les moindres détails de sa combinaison sont parfaitement visibles?

Le problème c'est que dans le matériel photo des astronautes, il n'y avait pas de flash pour déboucher les ombres (effet de FILL IN)... d'ailleurs s'il y avait eu un coup de flash, il se serait reflété dans la visière du casque car on y voit l'astronaute qui a pris la photo.

Si vous aviez été sur la lune... auriez vous fait vos photos en contre-jour ou avec le soleil dans le dos? j'aurais pour ma part opté pour la deuxième solution afin de m'assurer un maximum de succès.

Extrait réduit de photo provenant du site de P. Lheureux

J'aimerais bien connaître le secret de cette prise de vue... Le paysage lunaire visible en arrière plan étant beaucoup plus sombre que le sol juste derrière l'astronaute. A part une réalisation en studio avec des projecteurs et des réflecteurs je ne vois pas d'autre explication plausible.

Autre chose étonnante, la combinaison spatiale montre de nombreux plis! Que fait de l'air emprisonné dans un ballon quand la pression extérieure diminue? Il se dilate et le ballon gonfle! La combinaison ayant été enfilée en atmosphère pressurisée, l'air contenu à l'intérieur devrait se dilater à cause du vide lunaire et compte tenu de la pression interne, on ne devrait pas voir de plis.

Non, l'astronaute n'est pas photographié à contre-jour: la source lumineuse qui créerait un contre-jour n'apparaît pas sur la photo. L'ombre de l'astronaute indique clairement que la source lumineuse n'est pas du tout dans l'axe de la photo mais fortement sur la droite, totalement hors champ. La lumière arrivant de biais éclaire fort normalement le côté droit (dans le sens de la photo) de la combinaison, et laisse le côté gauche dans l'ombre.

Il n'y a pas eu besoin de flash, le sol de la Lune reflétant assez de lumière ambiante pour éclairer suffisamment la "face avant" de l'astronaute. C'est ce que l'on appelle la "réflexion de surface" quand on a quelques notions en imagerie scientifique. Voici la démonstration:

Facile...
Un astronaute effectivement à contre-jour, on distingue les détails de sa tenue.
...à...
Encore un astronaute à contre-jour, on distingue les détails de sa tenue.
...expliquer.
La surface est masquée par un cache noir, et c'est seulement dans ces conditions que la tenue de notre astronaute est trop sombre pour qu'on y distingue des détails.

Si j'avais été sur la Lune, j'aurais pris cette photo dans les mêmes conditions: elle n'est pas à contre-jour, et les conditions Lunaires montrant dans mon objectif que la photo serait de qualité, j'aurais appuyé sur le déclencheur. Je ne me serais pas "inventé" de problèmes qui, certes, auraient court sur Terre si toutefois le contre-jour était une réalité, j'aurais simplement regardé dans mon objectif si ce que j'y vois peut faire une photo de qualité, et dans ce cas j'aurais appuyé sur le déclencheur.

L'explication du fait que le sol est plus sombre derrière l'astronaute que devant est enfantine: il n'y a pas d'air sur la Lune. La lumière ne circule pas de la même manière sur la Lune que sur la Terre. Le sol sombre "derrière" l'astronaute est en fait beaucoup plus éloigné que ce que s'imagine Philippe Lheureux: sur la Lune, les perceptions des distances sont extrêmement faussées pour des Terriens, les astronautes ont maintes fois souligné ce fait. Philippe Lheureux devrait par exemple faire de la plongée, et capturer un "gros poisson", revenu à la surface, il serait tout étonné d'avoir capturé un poisson bien plus petit que ce que la diffusion de la lumière dans l'eau lui a laissé espérer.

L'absence d'atmosphère explique entièrement et fort logiquement les caractéristiques non terrestres de la diffusion de la lumière. Encore une fois, Philippe Lheureux juge les photos lunaires à l'aune des conditions terrestres, ce qui n'a aucun sens.

Le soi-disant "mystère des plis" a également une explication enfantine. La combinaison spatiale n'est pas faite d'une couche, mais de plusieurs couches. La couche intérieure ne fait certes pas de plis, mais rien n'empêche qu'il y ait des plis sur la couche extérieure. Gonflez un ballon: il ne fera pas de plis. Mais entourez ce ballon d'une pièce de tissu d'une taille calculée pour un certain confort: le ballon aura beau ne pas faire de plis, le tissu qui l'enrobe en aura bel et bien.

Traces de pneu sur la Lune:

Les assertions de Philippe Lheureux: Mes assertions:

Et voici une belle photo de dos... décidément ils ne sont vraiment pas doués pour le cadrage à la NASA. Aucune chance d'être publié dans Chasseur d'images ou dans Réponse photo... sauf peut être à la rubrique raté!

Le but était sûrement de nous montrer des traces de pneus alors regardons les de plus près. On dirait que coté permis de conduire ce n'est pas beaucoup plus brillant sauf si le but était d'essayer d'endommager le véhicule lunaire en roulant sur des pierres. Les astronautes seuls sur la lune devaient jouer la carte de la sécurité et limiter leur rayon d'action à 9.5 km autour du LEM, il est étonnant qu'ils s'amusent à essayer de l'endommager sur des pierres.

Les traces de pneus comportent des stries mais après le dernier gros caillou elles deviennent lisses comme si le véhicule avait été tiré à la main. Le rayon de braquage est incroyablement court... presque à angle droit avec en prime les roues arrières qui passent sur le même chemin que les roues avant... Quel sacré véhicule que cette Jeep!

Extrait de photo provenant du site de P. Lheureux

Regardez aussi le paysage en arrière-plan, passé la Jeep il s'estompe drôlement! Avec une luminosité pareille et en diaphragmant a f:22 j'aurais sûrement fait mieux.

Ceux d'entre vous qui peuvent avoir la chance de revoir les films montrant le déplacement de ce véhicule sur la lune feraient bien de jeter un coup d'oeil attentif aux projections de sol lunaire derrière les roues. C'est amusant de voir la poussière lunaire se comporter comme du sable et retomber aussi vite que sur terre.

Comme le savent ceux qui ont parcouru mon site, je ne loue pas toujours les images que la NASA nous présente, mais je trouve cette photo réussie. Philippe Lheureux doit se rassurer: cette photo a tout de même été largement publiée dans des parutions de diffusion encore plus large que "Chasseurs d'Images ou "Réponse Photo".

Le but de la photo n'est pas de nous montrer des traces de pneus, mais l'instrument scientifique déposé au passage.

Toute l'affaire du "rayon de braquage court" et des "stries" qui ne sont plus visible s'explique. Encore une fois, je le répète, il n'y a pas d'air sur la Lune. La lumière ne circule pas de la même manière sur la Lune que sur la Terre. Les perceptions de distances sont faussées. Le virage court est donc un virage lent, il est normal que les roues arrières suivent les roues avant dans les traces, il est normal que les tries ne soient plus visibles car la trace est beaucoup plus loin que Philippe Lheureux ne se l'imagine.

C'est exactement pour cela également que "le paysage en arrière-plan s'estompe drôlement", comme les stries des traces de pneus.

L'intégralité des aspects "étonnants" de cette photo sont en fait clairement des indications que cette photo a été réalisée sur la Lune et non sur la Terre.

Comme le suggère Philippe Lheureux, j'ai visionné à nouveau un ensemble de films réalisés par la NASA afin de vérifier par moi-même la vitesse de retombée des cailloux et poussières soulevées par la Jeep, et je confirme son affirmation: tout retombe plus vite que sur la Terre. Malheureusement pour Philippe Lheureux, ceci est encore une preuve d'authenticité: Sur Terre, seul l'air freine la chute de la poussière. Pour ceux qui ne comprennent pas mais qui ont été scolarisés: rappelez-vous que votre professeur de physique vous montrait qu'une plume et une bille de plomb tombent aussi vite l'un que l'autre en l'absence d'air, dans un tube à vide. Je suggère à Philippe Lheureux de recopier 100 fois: "Il n'y a pas d'air sur la Lune."

Les astronautes ont bel et bien été sermonnés pour leur conduite "cavalière" de la Jeep. Un garde boue (cette désignation ne prouvant pas qu'il y a de la boue sur la Lune) a été perdu, ce qui a créé un grave problème d'envolées de poussières, et les astronautes ont du bricoler un garde boue de fortune pour y remédier.

Je suis persuadé que les compétences auto proclamées en matière de photographie et de permis de conduire Lunaire de Philippe Lheureux lui vaudraient certainement un aller simple gratuit vers la Lune offert par les astronautes.

Le Mister Bean de la mission Apollo 12:

Les assertions de Philippe Lheureux: Mes assertions:

Pffff... même pas le respect du matériel photo. La caméra n'est même pas protégée contre la poussière, le vide,le froid (-150°C à l'ombre) la chaleur ( +130°C au soleil ) et les radiations X et ultraviolettes. Bonjour l'état du film... et des lentilles de l'objectif! il faut pas oublier qu'en plein soleil la température peut monter à 130°C sur la lune et que celle ci recoit toutes les radiations solaires sans filtre atmosphérique... donc des rayons X et ultraviolets bien nocifs pour la pellicule. J'ai du mal à croire qu'ils ont truqués toutes les photos de toutes les missions parce qu'il est impossible de photographier correctement sur la lune. Quand on est capable d'y aller, on doit être en mesure de construire un appareil photo capable de résister aux conditions extrêmes. Quelle pellicule photo peut résister à des écarts de température allant de -150°C à +130°C sans autre protection que le boîtier de l'appareil?

Extrait de photo provenant du site de P. Lheureux

Le contre-jour est encore une fois idéal, bien débouché sans flash et encore plus surprenant, si l'on regarde le reflet dans la visière du casque, on aperçoit des ombres qui partent dans deux directions différentes. J'ai beau regarder dehors, je ne vois pas deux soleils.

Encore une fois, l'arrière-plan de la photo s'estompe et s'assombrit sans aucune raison valable. Pourquoi le coté de la combinaison est il éclairé par un soleil brillant qui n'éclaire pas le sol derrière l'astronaute ? Et que penser de l'ombre des jambes de l'astronaute visible dans la visière du casque ? Il est éclairé de face et se trouve en face de l'autre qui lui est éclairé de côté!

Dernier point, regardez l'instrument que l'astronaute tient dans sa main, la partie inférieure n'est pas raccordée à la partie supérieure.

Trop c'est trop!

Eh oui il fait tantôt très chaud et tantôt très froid sur la Lune. Et ceci abîmerait la pellicule. C'est pourquoi les astronautes alunissaient alunissage quand la température était clémente. Pour protéger la pellicule. Et, accessoirement sans doute, aussi pour ne pas frire ou geler eux-mêmes, voyez-vous. Il arrive que les gens de la NASA oublient d'être bêtes.

Il leur arrive de faire des bêtises. Lors de la première mission Apollo équipée d'une caméra couleur, qui devait transmettre en direct des images couleurs sur les TV Terrienne, en direct, l'astronaute l'a par mégarde pointé sur le soleil, avec le couvre objectif enlevé. Il n'y a pas eu de film couleur. Le maladroit s'est fait taper sur les doigts sévèrement.

La pellicule est bien entendue dans un boîtier. Ce boîtier protège la pellicule de la poussière. Comme Philippe Lheureux le dit lui-même sans vraiment savoir pourquoi, la poussière retombe très vite à la surface de la Lune.

Philippe Lheureux ne comprend pas qu'il y ait deux ombres, arguant du fait qu'il n'y a, et ceci je le confirme, qu'un soleil. Il y a pourtant la lumière de la Terre (en haut à gauche sur la photo). Puis-je me permettre de renvoyer Philippe Lheureux à cette référence: "On a marché sur la Lune", Hergé, éditions Castermann, page 26, case N. 6, où il est clairement indiqué que la Terre a une taille quatre fois plus imposante vue de la Lune que celle de la Lune vue de la Terre, ce qui explique qu'elle crée cette deuxième ombre non négligeable, en reflétant une quantité respectable de la lumière solaire vers la Lune.

Encore une fois, l'arrière-plan s'estompe et s'assombrit avec un raison valable: cette photo est prise sur la Lune, ou il n'y a pas d'air. Veuillez vous reporter aux paragraphes précédents au cas où ceci ne serait toujours pas clair.

Les parties de l'instrument que tient l'astronaute sont reliées. Ceci ne se distingue pas du fait soit de la résolution trop faible de la photographie, soit du fait d'une perte de qualité du à la compression au format JPG de l'image. Par ailleurs je ne comprends pas du tout ce que cette "non liaison" supposée indiquer ou prouver.

Autres anomalies potentielles:

Quelques anomalies mentionnées sur d'autres sites ont aussi une explication:

Un peu de sérieux:

Coup de grâce?

La totalité des soi-disant "découvertes" de Philippe Lheureux n'est pas le résultat d'un "talent" quelconque qu'il aurait, mais la recopie sans réflexion ou examen aucuns d'affirmations faites par d'autres avant lui.

Je trouve navrant que M. Lheureux ait insulté sans scrupules et sur des bases aussi ridicules les astronautes qui se sont rendu sur la Lune, et qui sont des hommes ayant fait preuve d'un courage immense.

PS: à vous de décider si vous voulez acheter le livre de M. Lheureux.

PPS: je n'ai, quant à moi, rien à vendre.

Il y a une deuxième partie portant sur les allégations de traces d'artificialité sur la Lune.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 17 octobre 2002