Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Ufologie:

Ce très bon article de 14 pages traite du documentaire filmé "U.F.O" de Green-Rouse productions, est paru en 1976 dans le Magazine SAGA. Il a été re-tapé en Anglais pour le web par Jerry Washington et Francis Ridge, en voici ma traduction française.

L'article du magazne SAGA sur le documentaire "UFO" de Green-Rouse:

Le documentaire "UFO" de Green-Rouse production est probablement l'un des documentaires long métrage parmi les plus importants jamais consacrés aux OVNIS. Il est mentionné en référence dans plusieurs dossiers sur des cas documentés dans mon site; je suis convaincu que ceux qui s'intéressent sérieusement à l'étude des OVNIS tireront grand bénéfice à voir ce documentaire. Cet article dit pourquoi.

"U.F.O." REVU
"Unidentified Flying Objects", 1956
Une production Greene-Rouse
Par Robert Barrow (1976)

"J'ai vu un objet volant non identifié." Clarence Green, producteur de "U.F.U" de United Artists en 1956 m'a récemment donné cette réponse quand j'ai demandé pourquoi il avait décidé de faire ce film. En 1956, Greene était un des deux fondateurs de la maison de Greene-Rouse, de Los Angeles. Aujourd'hui, il est président de Tower Productions, situé dans la même ville.

Depuis "U.F.O.," Greene a produit un certain nombre de dispositifs de films de cinéma: "The fastest Gun Alive," "New York Confidential," "The Oscar," "Caper of the Golden Bulls," et d'autres.

En raison de cette raison bien simple, Clarence Green avait produit un film cinématographique important traitant le sujet des OVNIS qui a été diffusé en 1956, d'une durée de 92 minutes, 8.166 pieds de longueur de pellicule, et tourné en noir et le blanc - excepté deux films réels d'OVNIS qui ont été offerts dans leurs couleurs originales.

Pendant une nuit d'août en 1952, Greene et un ami se tenaient au dehors de la maison de ce dernier. L'ami a attiré l'attention sur un objet dans le ciel qui ressemblait à une "sphère de lumière." Pendant cinq minutes, ils ont observé l'OVNI faire des manoeuvres de virages et d'arrêts jusqu'à ce qu'il ait finalement filé loin au-delà de l'horizon. Plus tard, Greene a appris que l'OVNI avait été également vu par des membres du corps des observateurs au sol.

Le producteur a aisément admis que cette observation lui a laissé "une impression indélébile." Le jour suivant, il a parlé de l'incident à son associé, Russell Rouse, et au personnel de Greene-Rouse. C'était une période difficile pour les témoins qui faisaient publiquement part de leur récit, et ainsi Clarence Green a su comment d'autres doivent s'être sentis face au mépris et au moqueries.

"Je devais apprendre," a-t-il expliqué, "que des centaines d'autres observations avaient été faites, avec des témoins peu disposés à à en parler par crainte du ridicule. J'ai été irrité par les ricanements. Je ne comprenait pas du tout pourquoi il semblait y avoir là une volonté tellement déterminée de supprimer toutes nouvelles d'OVNIS par ce qui semblait être une campagne organisée de scepticisme et de moqueries."

Greene a décidé que le public devrait connaître les faits sur les "soucoupes volantes." Il a commencé à explorer l'énigme des OVNIS. Il a découvert qu'Albert M. Chop, qui avait par le passé été le spécialiste de l'information à la presse du Pentagone et gérait ses communiqués de presse concernant OVNIS était dans les environs sur la côte Ouest.

"J'ai eu plusieurs réunions avec lui," raconte Greene. "Al Chop était d'abord peu disposé à parler. Mais quand il a réalisé j'étais complètement sérieux au sujet des affaires d'objets volants non identifiés, il m'a donné des informations sur le Projet Bluebook, nom de code pour la recherche sur les OVNIS." Al Chop et certains journalistes ont plus tard organisé une réunion entre Greene et le capitaine Edward Ruppelt, réserviste de l'U.S. Air Force, ancien directeur du Projet Bluebook.

"Ensemble," a poursuivi Greene, "nous avons effectué une étude prolongée et approfondie des rapports, des divers documents et des déclarations sous serment de rapports d'observation d'OVNI par des experts en matière de radar qui, avec certains films cinématographiques jusqu'ici tenus secrets, en couleurs, de soucoupes volantes, forme la base du film."

Il y a plusieurs mois, Greene m'a assuré qu'il n'y avait aucune opposition officielle à ses projets de faire le film, ni non plus de la part de ses collègues quand ils ont appris cet événement inédit. Il n'a eu aucun ennui dans la négociation pour l'utilisation des films d'OVNIS du Montana (Mariana) et de l'Utah (Newhouse), qui avaient été déclassifiés et rendus disponibles au public tout récemment.

Cependant, selon David Michael Jacobs dans son excellent livre, "La Controverse OVNI en Amérique" (1975, Indiana University Press), il y avait une inquiétude des officiels à propos du film de Greene movie. Jacobs déclare que le Capitaine George T. Gregory, qui prit la tête du Projet Bluebook en Avril 1956, était connu comme un "debunker" des OVNIS. Lui et l'Air Force étaient de toute évidence très inquiet à propos de "U.F.O."

Jacobs écrit: "Gregory gardait trace de toutes les critiques du film, des annonces, et des publicités, soulignant soigneusement chaque phrase qui pourrait causer de probables problèmes pour l'Air Force ou créer de l'intérêt pour les OVNIS. D'après l'examen de Richard Dyer McCann dans le "Christian Science Monitor," Gregory avait souligné la phrase "Il va certainement suscité une tempête de controverses publiques," et il ajouta en marge la note que "Ceci est quelque chose que ni le PIO (Office of Public Information) ni l'ATIC ne voudrait subir à nouveau!" L'ATIC demanda (au Dr. J. Allen) Hynek (consultant principal de l'Air Force en matière d'OVNIS) et a des officiers de l'Air Force d'examiner le film avant sa sortie, et demanda à des experts en photographie de comparer les copies des films de Mariana et de Newhouse avec les extraits montrés dans le film. Le scientifique en chef de l'ATIC Francis Arcier rencontra des officiels de l'agence pour discuter de la préparation par l'Air Force d'un dossier qui donnerait les explications officielles pour chaque observation d'OVNI présentée dans le film."

"Quand le film fut diffusé en Mai 1956, la "tempête de controverse" se limita à une petite brume de controverse. "U.F.O." eut du succès, mais il n'a pas causé d'hystérie soucoupiste, ni de critiques de l'Air Force, ni une augmentation des OVNIS rapportés.

"L'inquiétude de l'Air Force était probablement légitime à ce moment, parce que Greene était allé droit à la source en obtenant l'assistance technique de gens comme Chop, Ruppelt et Dewey J. Fournet Jr. (Fournet, en tant que Major de l'Air Force, avait été le porte parole du projet OVNI de l'Air Force.)"

Clarence Green demandait du réalisme dans son film. Plusieurs intervenants principaux ont joué leurs propres rôles. Plusieurs des "extras" dans "U.F.O." étaient des officiels ou les membres du département de police de Los Angeles qui a ont eu des expériences OVNIS et rédigé des rapports d'OVNI. Ils ont offert leur coopération "silhouetés" dans le film. Et tandis qu'il est vrai que "U.F.O." est un film composé d'acteurs inconnus, il y a une scène pendant la représentation des observations radar-visuelles légendaires au-dessus de Washington D.C. en 1952 où un nom bien connu est impliqué. La voix du pilote de "Red Dog One," qui est entouré par les OVNIS tandis qu'il est en vol, est celle de l'acteur vétéran Harry Morgan qui joue le Colonel Sherman Potter dans la série télévisée" M*A*S*H."

En dépit du souci extrême de l'authenticité de Greene (même le script est passé par quelques grands changements dans l'intérêt de l'exactitude - la production finale semble totalement différente de plusieurs des pages originales du manuscrit), "U.F.O." n'a pas fait des sommets d'audience dans les salles. Ceci semble être vraiment une anomalie, vu l'intérêt et l'enthousiasme pour les films inhabituels et de science-fiction à cette période. Pourquoi "U.F.O." n'a-t-il pas captivé tout le monde avec l'attrait de singularités véritables?

En tout cas, selon Albert Chop, dans une lettre qu'il m'a écrite en 1966 (il était alors officier adjoint des affaires publiques de la NASA à Houston), "Le documentaire U.F.O dépeint exactement mon rôle dans le projet Bluebook. Nous avons essayé, et je pense réussi, à maintenir le film honnête et précis.

Peut-être est-ce là la raison principale pour laquelle le producteur et tous les participants n'ont réalisé aucun gain monétaire par cet effort. "Selon les livres de comptes," a certifié Chop, "le producteur a perdu plus de cent mille [dollars]."

"Peut-être qu'un peu de style Hollywoodien aurait aidé."

J'ai demandé à Greene pourquoi le film a perdu de l'argent au box office. Était-il possible, lui ai-je demandé par courrier, que le pays n'ait pas été prêt pour un documentaire cinématographique long métrage en 1956?

"C'est possible," a-t-il répondu, "mais l'audience n'était pas prête."

Il n'avait "aucune idée sur la façon dont "U.F.O." pourrait avoir réalisé si il avait été tourné de nos jours au lieu de en 1956. De plus, Greene a révélé qu'il n'a jamais envisagé de tourner un "U.F.O. Partie II."

Peu importe, cependant, quel fut le sort du film dans les salles. Les chercheurs et les "fans" d'OVNI peuvent être reconnaissants à Clarence Green pour son souci de l'honnêteté dans le documentaire.

"J'ai fait "U.F.O." en raison d'une conviction simple, mais extrêmement pressante," a indiqué Greene quand le film est sorti en 1956, "celle que le public devrait savoir les faits réels à propos des soucoupes volantes."

Bon, que dire d'Al Chop et des OVNIS? C'est l'homme dont le background de connaissance et de travail sur les OVNIS pour le gouvernement au début des années 50 tôt a motivé les efforts de Clarence Green pour faire un film au sujet de son expérience officielles des OVNIS.

Avant l'affectation d'Al Chop au bureau de presse OVNI du Pentagone, Al Chop avait été le Chef de la section de la Presse, aux quartiers généraux de l'Air Material Command de l'U.S. Air Force, à Wright-Patterson AFB. A cette époque il écrivait des communiqués de presse, des articles non signés et des réponses à diverses enquêtes. Ces fonctions étaient courantes à ce poste. Parmi les papiers non signés qu'Al Chop a écrit il y en avait un sur les hélicoptères qui devenaient populaires par leur usage lors du conflit coréen. L'article a été mis sous presse par "Newsweek" et des journaux assortis à travers le pays.

L'opinion d'Al Chop à propos des OVNIS était alors: "toutes ces histoires de soucoupe sont de la pure foutaise." Il était un sceptique confirmé, aussi sceptique qu'on pouvait l'être.

Cependant, après sa promotion au poste de Chef de la section Presse à l'A.M.C., il a commencé à changer d'avis. Al Chop a parlé avec du personnel haut placé du gouvernement qui étaient certain que les OVNIS existent. Il a appris que le gouvernement était, en fait, extrêmement intéressé au sujet des OVNIS.

Quand il a été transféré à la section de la Presse du Pentagone, par demande du colonel Richard Searles, Chop - à sa grande surprise - a été assigné directement à la recherche sur les OVNIS. C'était là qu'il a rencontré le Major Dewey Fournet de la Current Intelligence Branch. Al Chop a travaillé étroitement avec Fournet (moniteur du Projet OVNIS) et le Capitaine Ruppelt, chef du Projet Bluebook. Tout au long des mois où il a servi avec le projet officiel, Chop a avec précaution commencé à accepter la réalité des OVNIS.

Quel calibre d'observations d'OVNI a-t-il fallu pour changer son scepticisme sur les "soucoupes volantes?" Un rapport, tôt en 1951, mentionné dans "U.F.O.," était assez sophistiqué pour faire une grande impression sur Al Chop. Il s'est récemment rappelé:

"Il y avait un rapport des scientifiques de General Mills qui suivaient un grand ballon météo avec un théodolite," a commencé Chop. "Ils ont vu un objet descendre sur leur ballon et faire plusieurs passages près de lui. Quand le ballon a été récupéré, il a eu une bosselure de dix pieds sur son côté. Le rapport contenait des chiffres sur l'altitude, la direction des vents, et des détails sur l'aspect et le départ de l'OVNI."

Vu la position que tenait Al Chop de position tenu, enviable du point de vue d'un chercheur d'OVNIS, il est facile de se rendre compte comment le chef de la Presse du Pentagone est devenu un convaincu.

"Vous devez vous rappeler," poursuivit-il, "que j'avais l'accès aux dossiers du Projet. Ceux-ci contenaient des centaines de rapports officiels de rencontre d'OVNIS rédigés par du personnel militaire de toutes les branches militaires. Ils tous ont été classifiés avec un degré élevé de secret.

"Presque tout ces derniers fournissaient une lecture sacrement effrayante, à partir des descriptions in extenso des pilotes concernés."

Au moment où Al Chop a vu les célèbres films de l'Utah et du Montana, deux ans après, sa vision de ces films "a simplement renforcé ma conviction personnelle et les théories au sujet des OVNIS; je penchais fortement vers la théorie extraterrestre déjà avant de regarder les films du Montana et de Newhouse."

Chop m'a décrit ce que c'était vraiment que d'avoir été sur la scène pendant les incidents incroyables représentés dans "U.F.O." Sans aucun doute, son moment plus agité avec le projet officiel est survenu pendant le mois classique de juillet 1952, quand jusqu'à 14 OVNIS (en même temps) sont apparus plusieurs fois au-dessus de Washington, D.C., le 20 Juillet, quand les choses ont volé la première fois au-dessus de la capitale de la nation, Al Chop dormait chez lui pendant la confusion. Mais la semaine suivante son bureau a été bombardé avec des questions de la Presse de tout le pays.

Puis, une semaine plus tard, Al Chop est vraiment devenu fermement impliqué dans l'histoire des OVNIS. C'était le 26 Juillet, autour de minuit, quand le téléphone a sonné à son domicile.

"L'appel téléphonique initial a été reçu de l'officier public de l'information de FAA à l'aéroport (National Airport à Washington)." L'officier a dit à Chop que les OVNIS au-dessus de la ville étaient détectés sur le radar.

"Je lui ai dit que je serais là aussi rapidement que cela me serai possible. Après m'être habillé, j'ai appelé le Major Fournet à son domicile et lui ai donné les informations que j'ai eue. J'ai demandé à mon épouse, Dolores, de venir avec moi." C'est un des quelques points sur lesquels le film et la réalité diffèrent. Dans "U.F.O." Al Chop (joué par Tom Towers) dit à son épouse "ne m'attend pas" et se rend tout seul à l'aéroport.

Filant à National Airport, les Chop ont regardé vers le ciel, espérant voir les objets que certains voyaient visuellement. Il n'y avait rien en vue.

"J'avais plutôt de l'appréhension, mais sans aucune raison particulière," se rappelle Chop. "Tous les rapports (des observations précédents) n'ont pas mentionné le moindre risque pour les observateurs. Je me suis demandé quel destin avait décrété que je prendrai part au projet OVNIS."

"Dans ma hâte j'ai probablement du griller quelques feux rouges ou stops. Cependant, il y avait extrêmement peu de trafic à ce moment-là du matin, et j'ai fait le voyage en 20 minutes ou moins."

Le film "U.F.O.," comme beaucoup de comptes rendus écrits des observations de Washington National, est soucieux des aspects importants. J'ai pensé qu'il serait intéressant de questionner Al Chop sur les facteurs moins connus et obscurs de cette arrivée à l'aéroport.

"Eh bien," a-t-il poursuivi, "une soirée normale à un centre de contrôle du trafic d'un aéroport peut au mieux être décrite comme extrêmement monotone, en tout cas en 1952 quand la plupart des avions étaient de lents avions à hélice et que les voyages par avion n'en était pas à leur apogée. Les avions militaires avaient leurs propres équipements d'aéroport et n'employaient pas les pistes de Washington National excepté en des occasions spéciales. Donc il y avait habituellement très peu de conversation parmi le personnel de tour excepté les conversation de routine et discrète habituelle entre les contrôleurs et les pilotes d'avion volant dans leur proximité."

Mais, comme il est montré dans le film cinématographique qui a mis en scène cette nuit d'été de 1952, "l'atmosphère était électriques." Chacun se rendait compte de ce que quelque chose de peu commun ait été en cours. Il y avait au moins une douzaine de représentants des médias de nouvelles sur place. Ils étaient confinés dans salle d'accueil en dehors de la salle de radar.

"Ils clamaient tous qu'ils voulaient l'accès au radar." Al Chop a immédiatement donné la permission pour que les journalistes observent les inconnus sur l'écran radar. "Donc, nous avions une brochette de journalistes, y compris des photographes, de gens du gouvernement et d'opérateurs de contrôle de l'aéroport. Le Major Fournet est arrivé peu après que j'aie laissé les journalistes entrer dans la salle."

Dans "U.F.O.," Al Chop est montré refusant de laisser l'accès au radar aux journalistes ce qui est imprécis, bien que l'on ait demandé aux gens des médias de se retirer pendant les tentatives d'interception, de même qu'à Mme Chop.

J'ai demandé à Chop comment chacun dans la salle des écrans s'est senti quand un des pilotes de la poursuite (Red Dog One) a été entouré par les OVNIS, visuellement et sur le radar. Y avait-il un sentiment d'impuissance ou d'incrédulité?

"Incrédulité, non! Impuissance, Oui!" a-t-il insisté. "Pendant que nous nous entreregardions tandis que nous suivions tentative d'interception, vous pouviez imaginer que chacun d'entre nous essayait de penser à quelque chose qui pourrait être utile."

"Je pourrais également ajouter qu'il n'y avait là aucun sceptique autour de cet écran. Nous tous savions que ces objets représentaient quelque chose à laquelle nous ne pouvions pas faire face. "

Tout ceci s'est produit pendant plusieurs heures, alors que la salle de radar était en contact constant avec le personnel de radar de Andrews AFB (où les OVNIS ont été simultanément dépistés sur le radar). "ces personnes étaient autant d'appréhension que nous."

Faisant un saut vers le présent, j'ai à demandé Al Chop si ses vues sur les OVNIS avaient changé depuis 1956, quand le film l'a dépeint comme acceptant la théorie extraterrestre pour des OVNIS.

"Je n'ai pas changé mes théories telles qu'elles sont exprimées dans le film à ce sujet, excepté que je considère aussi la possibilité que ces objets pourraient provenir d'une autre dimension de temps ou d'espace.

Il semble improbable que des objets physiques puissent voyager à travers les vastes distances entre les systèmes stellaires dans des intervalles de temps profitables, parlant d'un temps tel que celui par lequel nous mesurons notre longévité ici sur notre planète Terre." Al Chop a apparemment réfléchi à ces questions; il a discuté, par exemple, de diverses théories sur ce qui arrive aux étoiles mortes qui deviennent par la suite des "trous" dans l'espace avec des physiciens de première importance.

Clarence Green indiqué en 1956 que Al Chop était peu disposé à donner son assistance à "U.F.O." Al Chop confirme ceci.

"Quand j'ai été approché la première fois dans leur idée d'obtenir mon aide pour le documentaire en 1954, j'étais extrêmement circonspect à l'idée de m'y impliquer. Cependant, au cours des discussions suivantes avec Greene et Russell Rouse, j'ai été convaincu qu'ils voulaient vraiment faire un documentaire impartial et objectif qui jetterait une certaine lumière sur ce sujet pour le grand public."

"Un second, mais très important objectif, était d'essayer de stimuler plus d'intérêt à propos des OVNIS parmi le personnel scientifique dans notre pays."

Avez-vous aimé le produit fini? Des regrets au sujet du film?

"Je continue à avoir des sentiments mitigés au sujet de nos efforts. Je pense que nous avons apporté une contribution, mais que nous n'avons pas réalisé nos buts. Je suis obligé de me rappeler ceci chaque fois que je rencontre, ou que je lis, des gens qui énoncent catégoriquement qu'il n'y a rien dans le sujet des OVNIS."

"On se demande ce qu'il faudra pour intéresser pour de bon les gens de cette Terre Je grimace quand je pense au coût de l'étude Condon de l'université du Colorado."

"Il est tellement fichtrement évident pour n'importe qui impliqué dans le projet que la "conclusion n'est rien d'autre qu'une farce calculée. Mais pourquoi? Quelque part, il y a un motif raisonné que je ne comprendrai jamais."

Tirant encore des conclusions de ses propres expériences avec la recherche officielle sur les OVNIS, Al Chop a présenté ses observations sur plusieurs grands noms bien connus de la plupart des ufologues.

"Il était intéressant d'observer de près comment le Dr. Robert L. Baker a fait son virage à 180 degrés passant du scepticisme total à la conviction de la justesse de la théorie extraterrestre en raison de son étude des films du Montana et de Newhouse. De la même manière, il était intéressant d'observer le changement d'Allen Hynek. Je l'ai rencontré il y a de nombreuses années quand sa mission primaire dans le projet semblait être de jeter le discrédit sur tous ceux qui rapportaient des rencontres avec des OVNIS."

Chop a finalement quitté le bureau de presse au Pentagone "parce qu'il était évident que le voile du secret était de retour sur le projet et que je ne crois pas que ce soit la peine de travailler dans le vide." Il n'aimait pas non plus travailler à Washington D.C.

Ses seuls efforts récents au sujet des OVNIS ont étés ceux dans la série TV documentaire "OVNIS: passés, présent et futur," présenté par Allen Sandler. Al Chop n'avait pas vu l'émission mais diverses personnes lui ont dit que c'était un "bon travail."

"Clarence Green et Russell Rouse, aussi bien qu'Allen Sandler, ont tous été à la hauteur de mes espoirs et ont tenu leurs propres promesses dans ces documentaires. Je n'ai aucun regret d'avoir été partie prenantes dans leurs efforts. Je suis dé4u que nous n'ayons pas fait plus avec le matériel dont nous disposions pour travailler, mais je pense que nous avons fait un bon départ."

En réponse à une question au sujet des investigations d'OVNIS aujourd'hui, Al Chop croit que "le milieu des média a parcouru un long chemin dans leur traitement des rapports d'OVNIS. Malheureusement, la politique du gouvernement n'a pas changée sensiblement... il transpire toujours un désintérêt pour ce sujet. il est réduit comme étant sans importance particulière. Il est regrettable que nos officiels du gouvernement ne puissent pas être plus francs au sujet de leurs activités à cet égard."

Apparemment, Al Chop ne souscrit pas à l'histoire que le gouvernement a cessé d'enquêter sur les OVNIS quand le projet Bluebook a pris fin: "nos forces de militaires et nos agences de sécurité nationale ont la responsabilité continue d'étudier tout ce qui pourraient prouver une menace 'possible' pour notre pays.

"Il s'ensuit, alors, tout à fait naturellement, que les OVNIS doivent continuer à être étudiés sérieusement, ou sinon c'est que les agences concernées ne font pas le travail qui leur incombe."

Al Chop a indiqué une préférence qui pourrait étonner les ufologues vétérans. "J'accueillerais favorablement une occasion d'être impliqué dans n'importe quel traitement gouvernemental officiel des OVNIS."

"Ce devrait être un effort objectif et non classifié, avec une classification de sécurité limitée au un besoin véritable de ne pas révéler les performances de notre propre matériel. et," a-t-il pensé, "puisque ceci n'arrivera pas dans le restant de mes jours, je préfère rester de côté en tant qu'observateur."

"C'est là mon raisonnement," a indiqué Al Chop, "et il remonte au début avec les Projets Sign, Grudge et Bluebook, qui devrait vous indiquer quelque chose au sujet du besoin d'un effort continu d'étude des OVNIS."

Al Chop. Avec son expérience, il ne pouvait qu'être un atout pour une recherche privée sur les OVNIS. Il a quitté le NICAP il y a des années parce que les "auteurs de livres sur les OVNIS" avaient distordu son image et avaient essayé de rattacher son affiliation OVNIS-NICAP avec son emploi à la NASA. Il n'y avait aucun rapport, et Chop, fatigué des mensonges et irrité par les inexactitudes, à quitté la scène de l'ufologie.

En plus de son respect pour le film qui l'a tellement bien dépeint, Al Chop est un très bon ami de longue date avec le Major Donald E. Keyhoe (en retraite des Marines) et n'a que des louanges pour le travail de pionnier du Major Keyhoe en matière d'OVNIS.

Al Chop. Après toutes ces années, il confirme profondément ce que beaucoup de chercheurs ufologues tendent à oublier: "quelqu'un, quelque part, doit avoir la responsabilité au sein de nos plans de sécurité nationale de continuer la recherche sur les objets inconnus rapportés dans nos cieux."

Dewey J. Fournet Jr. est actuellement employé en tant que membre dirigeant d'une grande compagnie chimique internationale. Comme Al Chop, il reste très actif par ce travail, et il n'est ne recherche aucune publicité du tout. En fait, quand il en vient à parler OVNIS de nos jours, Fournet reste très "low key". Il m'a cependant offert un dialogue plutôt profond, traitant de sa participation dans le projet OVNI de l'Armée de l'Air dans le début des années 50. Lui, Al Chop et Ruppelt ont travaillé ensemble très étroitement sur la recherche officielle concernant les OVNIS. Et, comme beaucoup d'autres contribuants bien informés, Fournet a fourni une expérience technique pendant la réalisation de "U.F.O."

Le rôle de Fournet dans l'Armée de l'Air était le renseignement. Il a servi dans l'armée presque quatre ans dans la deuxième guerre mondiale, et pendant les trois dernières années de cette guerre il à travaillé dans le domaine du renseignement de l'Armée de l'Air de l'armée. L'Armée de l'Air est devenue un service séparé de l'armée peu après la guerre, et la commission de réserve de Fournet a été transférée de l'armée de terre à l'Armée de l'Air. En Avril 1951, Fournet s'est trouvé rappelé au service actif de l'Armée de l'Air et il a été envoyé à l'Air Command et à l'école des personnels jusqu'en Août. Il a été bientôt affecté au renseignement au Pentagone.

"Peu après," se rappelle-t-il, "j'ai reçu la responsabilité du programme OVNI aux quartiers généraux, avec le rôle de moniteur pour le projet Bluebook et le traitement des aspects renseignement du sujet OVNIS."

Le Major Fournet a quitté le service actif - et le projet OVNIS - en Janvier 1953, ayant réalisé cinq ans et demi de services militaires pendant ces deux périodes.

"J'étais en effet un sceptique quant aux OVNIS quand j'ai été affecté au programme," raconte Fournet. "A un certain point pendant les premiers mois de ma tâche - probablement pendant le début de 1952, je suis devenu convaincu que le sujet a mérité une attention sérieuse."

"Ce changement," indique-t-il, "s'est produit en raison de mon exposition aux fichiers des projets et de l'étude du volume sans cesse croissant des rapports d'observations. "Je ne suis pas devenu un 'croyant' au sens populaire du terme," prévient-il, "j'ai simplement changé mon attitude passant du dédain absolu à une conviction que cela nécessitait une étude sérieuse."

Fournet, dont les commentaires caractérisent un officier du renseignement qui a effectué son travail sérieusement, a expliqué que l'U.S. Air Force avait dû en apprendre autant que cela était possible au sujet du phénomène OVNI, "ne serait-ce que pour pouvoir faire la différence entre une attaque soviétique possible à travers la nuée des OVNIS rapportés en 1952."

De nos jours, admettant que la curiosité scientifique devait rester secondaire pendant la période de la participation active de l'U.S. Air Force en ce domaine, Fournet espère que la science tiendra un rôle important dans l'identification des OVNIS. Dans le film "U.F.O.," Fournet (qui n'y a pas joué son propre rôle, bien qu'il ait approuvé chaque ligne dite par son personnage dans le script) montre à Al Chop les films d'OVNIS du Montana et de l'Utah. En réalité, lui, comme Al Chop, a trouvé les films très curieux. A la suite des tests en laboratoire et les interviews des témoins qui ont fait suite au film de l'Utah, Fournet a été l'un des responsable parmi ceux qui ont décidé de la nature "inconnu" des OVNIS filmés par Delbert Newhouse.

Dewey Fournet a joué un rôle la plupart du temps silencieux en tant que membre du conseil supérieur du NICAP depuis 1957. Il a récemment participé à la conférence sur les OVNIS très suivie qui s'est tenue à Fort Smith, en Arkansas (où, en fait, les Lorenzen de l'APRO lui ont dit que je souhaitais l'interviewer).

Encore une fois, en y repensant, il a résumé ses vues sur les efforts du gouvernement pour expliquer les OVNIS. "Personnellement, je regrette le fait que le gouvernement ne s'associe plus à ce sujet, bien que je ne ressente personnellement aucun remords au sujet de l'enterrement du projet de l'U.S. Air Force en raison du chemin extrêmement négatif qu'il a généralement suivi après 1953. Le Capitaine Ruppelt m'a confié qu'il pouvait voir le négativisme se développer après le rapport du Panel scientifique de la C.I.A au début de 1953, et cela avait été la raison principale de sa demande à ce qu'on attribue ce travail à quelqu'un d'autre que lui."

Fournet est net, de façon probablement justifiée, quand il souligne que l'Armée de l'Air était principalement soucieuse de déterminer si les OVNIS étaient une menace à la sécurité nationale. Cependant, "quand le panel scientifique de la C.I.A a conclu en 1953 qu'aucune menace n'était prouvée, la philosophie de l'Armée de l'Air semble avoir subi une modification radicale avec des variations mineures jusqu'à ce que le projet ait été démantelé après le désastreux rapport Condon."

Si un organisme gouvernemental avec une mission moins limitée avait été mis en place pour étudier les OVNIS, selon Fournet, nous pourrions avoir obtenu certaines réponses concernant les OVNIS. "Puisque ceci n'a été jamais fait, j'estime qu'il était approprié que les organismes privés comblent ce vide." Mais il y a des problèmes.

"Par exemple," concède Fournet, "il y a peu d'organismes totalement sérieux. Un trop grand nombre ont pris naissance au sein de franges douteuses, pour favoriser une philosophie préconçue, et/ou des 'solutions pour réaliser des bénéfices pécuniaires.' Par la suite, les quelques organismes sains souffre d'une dispersion des ressources aussi bien que de travaux redondants, à la suite desquels personne n'a pu concentrer tout les talents disponibles en une approche coordonnée du problème."

Dewey Fournet - en tant que Major Fournet - a été dépeint dans plusieurs scènes de "U.F.O." Comme Al Chop, il était présent pendant les célèbres observations de National Airport à Washington en 1952.

"Ma participation dans les incidents à Washington a compris des jours et des nuits agités, bien que ces observations aient été simplement une petite partie d'une période d'agitation incroyable de huit ou neuf mois en 1952." L'avantage pendant les observations de National Airport était que Fournet ne devait plus dépendre de comptes rendus de témoin oculaire. Il était sur les lieux, observant les OVNIS sur radar.

"Mon attention quant à ce qui se passait, cependant, était loin d'être concentrée sur cela. Des appels téléphoniques à gérer, des demandes d'interception par les chasseurs à réaction à faire, des journalistes au dehors à satisfaire, etc..."

En ces moments, en réalité, est surgit un autre conflit avec ce que "U.F.O." dépeint. "En fait, je n'étais pas même présent quand un pilote de chasse a rapporté qu'il était entouré par des OVNIS," explique Fournet. "En passant en revue le script du film, j'avais contesté ce point avec Al Chop, et c'est seulement après une discussion et une réflexion considérables j'ai finalement conclu que ceci s'est produite quand j'étais au téléphone, parlant à Bob Ginna du magazine "LIFE."

Discutant de "U.F.O.," Fournet prend soin de dire que les événements dans le film sont dépeints tels qu'ils sont vus par les yeux d'un officier de l'information publique (Chop). "Bien que les faits représentés soient précis," a indiqué Fournet, "les opérations réelles dans le renseignement étaient matériellement différentes à bien des égards des impressions que le film peut laisser. Al s'est avéré justement être un destinataire privilégié d'informations considérables parce que j'avais convaincu mes supérieurs en 1952 que toute l'information non sensible au sujet des OVNIS devrait être mise à la disposition du public."

"Pour cette raison," précise Fournet, "j'ai essayé de tenir Al au courant de tous les développements dont j'ai pensé qu'ils provoqueraient des questions de la presse et du public."

"Ceci avait été la seulement période "publique" que je connaisse lors de toute la durée projet OVNIS."

L'interview écrite avec Dewey Fournet comportait une question finale. Est-ce que vous pensez que beaucoup d'information importantes au sujet des OVNIS a été ou est encore censurée par certains organismes gouvernementaux?

"Au meilleur de ma connaissance," a-t-il répondu en conclusion, "il n'y a jamais eu de censure, intrinsèquement, excepté la suppression des noms des témoins et de toutes données concernant des procédures de radar ou d'interception."

"D'un autre côté, j'affirme que le public a été fréquemment nourri avec des statistiques fallacieuses et des exemples de rapports qui étaient atypiques, prévus pour inciter seulement le lecteur à considérer toute l'affaire comme des âneries."

Des paroles franches de la part de Dewey J. Fournet Jr., une autre figure importante dans l'histoire des OVNIS, et qui ont aidé à ajouter de l'exactitude à "U.F.O."

Vers la fin de 1955, Clarence Green était bien avancé dans son parcours pour faire de son documentaire une réalité de celluloïde.

Al Chop avait donné le feu vert pour que le film se base sur ses expériences au sein de la recherche officielle sur les OVNIS. Dewey Fournet avait offert ses conseils techniques. Les arrangements étaient en cours pour que Edward Ruppelt joue son propre rôle, et serve également de conseiller. Delbert Newhouse et Nicholas Mariana étaient disponibles pour être interviewés pour le film au sujet des films d'OVNIS non expliqués qu'ils avaient pris.

En outre, Greene s'était assuré de l'aide de l'ingénieur électronicien et spécialiste en radars Wendell V. Swanson. Swanson avait mis en place notre première installation de radar à Okinawa, et plus tard analysé beaucoup de cas d'OVNI confirmés par radar et rapportés à Wright pendant les années que le film dépeint. En 1954, il était un ingénieur essentiel dans la division des missiles guidés d'une usine d'aviation de la côte Ouest. Comme Ruppelt, Swanson a joué son propre rôle dans "U.F.O."

Le personnel de production était également préparé. Les recherches approfondies par le scénariste Francis Martin avaient abouti à un script et le script était en cours de validation. Winston Jones, un homme de l'art à Hollywood, était sur le point de prendre une position plus stratégique en tant que réalisateur de "U.F.O."

Dans toute cette organisation, en train de documenter et de revérifier les choses, cependant, il y avait toujours une position principale à remplir. Quelqu'un devait jouer le rôle d'Al Chop. Ce quelqu'un devait être trouvé dans la City Room du Los Angeles Examiner, un journal maintenant disparu. Son nom était Tom Towers, qui était alors un membre senior de l'Association des Auteurs en Aéronautique. Towers à récemment raconté les événements lors de sa sélection pour ce rôle:

"Quand "U.F.O." a été entrepris, Al Chop m'a recommandé aux productions Greene-Rouse comme étant un homme de presse actif qui jouerait le rôle de membre du projet Bluebook. Chop travaillait alors dans le département de relations publiques de Douglas Aircraft Company et je le connaissais par mes fonctions d'auteur en aviation. Ainsi, après quelques réunions avec Greene-Rouse - et un contrôle avec mes rédacteurs à "l'Examiner," j'ai pu obtenir un congé de 21 jours pour participer au film."

"Le film était à petit budget - au-dessous de 200.000$ je pense - et j'ai fourni presque toute ma propre garde-robe. J'ai également fourni ma propre voiture pour les scènes demandant un véhicule, et le film a été réalisé dans un petit studio dissimulé sur la périphérie d'Hollywood." Towers souligne que la production a été effectuée sous un secret strict par crainte que d'autres compagnies pourraient essayer de réaliser rapidement un film concurrent en les copiant. Ou peut-être maintenir des journalistes partis du studio: "je me rappelle que ma loge dans le studio était les toilettes. Quelle dégringolade!"

Tom Powers est très affirmatif au sujet de son rôle dans "U.F.O." Il regrette qu'il n'ait pas pu donner le genre de performance qu'il avait à l'esprit. "C'était parce que j'étais sous la direction d'un réalisateur qui suivait le manuscrit et prenait ses ordres des producteurs qui étaient véritablement intéressés à présenter des faits. Ce n'est pas une critique, mais seulement mon propre sentiment. J'ai senti que le film était fichtrement trop factuel. Il a attiré deux sortes de gens: ceux qui y ont croyaient et ceux qui n'y croyaient pas. Le grand public ne pouvait pas s'en soucier - et vous avez besoin du grand public pour que le film soit un succès commercial."

Tom Towers. Il admet que comme acteur le mieux payé de "U.F.O.," il a seulement touché 1.500$.

En tentant d'atteindre son but de faire "U.F.O." un documentaire du meilleur niveau, Clarence Green a cherché les personnes et les événements qui permettait d'en assurer l'authenticité. Par exemple, quoique le film de Newhouse (Utah) et celui de Mariana (Montana) avaient été tournés en couleurs - et que "U.F.O." a été filmé en un glorieux noir et blanc - Greene a insisté pour montrer les films d'OVNIS dans leur couleur originale. Par conséquent, à tout moment, "U.F.O." contient des passages en couleur juste pour ces films.

Ont pourrait dire que Clarence Green a laissé très peu faire le hasard dans son choix des événements OVNIS persuasifs. Quelle meilleure forme de documentation pourrait exister, si ce n'est l'interview avec un pilote d'une compagnie aérienne commerciale qui, avec son équipage et les passagers à bord, a réellement rencontré un OVNI lors d'un vol? Greene a localisé un pilote des American Airlines qui était encore en service avec cette compagnie. Son nom était capitaine Willis T. Sperry ("Doc" Sperry, comme ses amis l'appelaient).

Sperry avait fait une importante observation d'OVNI le 29 Mai, 1950, à environ 21:30 en soirée. Il y avait une visibilité illimitée, et le vol American Airlines de Sperry était à 60 miles au Sud-Ouest de Washington D.C, en direction de Nashville, Tennessee. Son avion volait à 7.500 pieds. Sperry (qui a pris sa retraite de American Airlines en Avril 1971, après 32 ans de service) était sur le point d'entrer dans l'histoire des OVNIS. Un OVNI est arrivé en vue.

"Je m'étais retourné dans mon siège au moment où il est apparu, pour sortir une carte d'une serviette. Mon copilotes a appelé, "qu'est-ce que c'est, regarde dehors, il vient sur nous." Sperry a décrit ce qui s'est produit après.

"J'ai immédiatement fait un virage à droite à partir d'un cap d'approximativement 230 degrés vers un cap de 320 degrés."

"l'objet était une lumière bleue très brillante. Nous étions très soucieux de nous assurer de sa distance par rapport à nous."

Pendant que Sperry se stabilisait en vol, l'OVNI a semblé s'arrêter dans le ciel.

"Quand je repense à cet incident, je me rappelle que sur le moment, il ne m'est pas venu à l'esprit que je voyais un objet que l'on appelle OVNI. C'était une vision très embarrassante." Avant que l'OVNI ait semblé s'arrêter, l'hôtesse et huit passagers avaient vu la lumière, avec Sperry, le copilote et le mécanicien. L'objet est demeuré stationnaire pendant environ 30 secondes avant de se mettre à se déplacer à nouveau "En fait," a poursuivi Sperry," j'ai entamé un virage à gauche pour le garder en vue."

"Il y avait la pleine lune dans le ciel à l'est; l'objet est passé entre nous et la lune, et j'ai pu en voir nettement la silhouette. Il est apparu être en forme de cigare, sans aucune protubérances sur lui."

"Il a fait un cercle derrière nous et est apparu sur notre droite, où il s'est encore apparemment arrêté. A quelle distance était-il de nous? Je ferais la conjecture qu'il était à cinq miles de distance. Nous n'avons vraiment eu aucune manière de juger sa distance.

"Après environ 20 à 30 secondes," raconte Sperry, "il a commencé à déplacer vers l'Est, s'élevant à un angle de environ 30 degrés. Nous l'avons observé jusqu'à ce qu'il ait disparu."

Pendant cette interview, "Doc" Sperry m'a étonné en donnant davantage d'information sur son observation - des données qui ne sont pas connues même des chercheurs vétérans.

"Un DC6 de American Airlines allant vers l'Est, entre Nashville et Knoxville, à 19.000 pieds, à destination de Washington et piloté par le capitaine Henry Myers, a observé ce qui a semblé être une étoile filante brillante tombant vers l'Est du zénith."

"Quand elle est arrivée à l'horizon elle s'est arrêté. Ils l'ont observé pendant des secondes pendant qu'elle semblait se déplacer horizontalement, et ensuite elle a disparue."

"J'ai parlé à Myers après l'incident et nous avons corrélé l'heure de mon observation avec la sienne, et c'était exactement la même heure."

Myers a indiqué à Sperry que ce qui était le plus intéressant était le fait que les "étoiles filantes" ne s'arrêtent et ne changent pas de direction!

"Son avion était à 450 miles nautiques au Sud-Ouest de nous," a poursuivi Sperry.

"J'ai été peu disposé à rapporter ceci, car il m'a demandé alors de répondre à sa demande de ne pas laisser apparaître son observation dans la presse. Il est maintenant décédé. Le Capitaine Henry Myers était le pilote de The Sacred Cow, l'avion qui transportait le Président Roosevelt pendant la deuxième guerre mondiale," ajoute Sperry. (j'ai vérifié une deuxième fois avec Sperry pour m'assurer qu'il voulait que cette information soit publiée maintenant; il le voulait et j'en suis heureux.) Donc, Clarence Green a invité Sperry pour indiquer son histoire dans "U.F.O." L'entrevue a eu lieu à Los Angeles International Airport. Maintenant, vingt ans après, Willis Sperry est associé avec un autre homme, et il est toujours dans le business du transport aérien, quoique dans un emploi différent. Au lieu de juste piloter des avions, Sperry les vend maintenant, à son Orion Aircraft Sales Company (Van Nuys, Californie).

On a demandé Sperry s'il se rappelle avoir reçu n'importe quelle réaction publique ou n'importe quelle de American Airlines après que son interview dans "U.F.O." soit apparue à travers le pays. "La réaction publique à ce moment-là," indique-il, "et celle de American Airlines, était celle d'un véritable intérêt."

Sperry confirme qu'aucun effet physique particulier ne s'est manifesté parmi quiconque sur l'avion pendant ou après l'observation de l'OVNI.

"Je n'avais pas idée que cette observation produirait tellement d'intérêt," admet-il. "Presque tout le monde semblait véritablement intéressé par ce que j'ai vu. J'ai eu plusieurs entrevues avec le personnel du renseignement de l'Armée de l'Air de Washington."

"American Airlines a uniquement montré de l'intérêt pour ce que j'ai vu et n'a jamais publié aucun ordre de censure pour moi."

Dans le film de Greene-Rouse, on a demandé Sperry, "Avez-vous jamais vu quelque objet que ce soit similaire à celui-ci, capitaine?" Il répond "jamais, ni avant ni depuis." C'est la même chose aujourd'hui.

"Bien que j'observe probablement plus que le profane moyen pour voit tout phénomène peu communs, je n'ai depuis lors jamais vu quoi que ce soit."

Willis Sperry. Comme tant de pilotes, il pense que les OVNIS sont plus que des produits de l'imagination. Quel est votre avis sur les OVNIS en 1976? lui ai-je demandé en conclusion.

"Je penche très fortement pour l'opinion qu'il y a un certain phénomène extraterrestre qui n'a pas été expliqué," pose-t-il. Il pense que les trouvailles de Erich von Daniken ("Chariots of the Gods?") sont très convaincantes.

Mais Sperry base sa croyance sur d'autres événements - comme des observations par des personnes qui connaissent les choses qui volent - sur la Terre et au-delà.

"Les observations par les vols de Apollo vers la lune devraient convaincre la plupart des sceptiques que cette vieille Terre a été visitée dans le passé aussi bien que le présent."

Willis Sperry. De bien des façons, il agit involontairement comme porte-parole pour de nombreux pilotes dont les vues sur les OVNIS sont semblables aux siennes. Willis Sperry. Une autre raison pour laquelle "U.F.O." doive vraiment être classé comme un documentaire.

Toutes les personnes de qualité, sincères, toute la documentation, tout le travail et toute la planification ont porté leur fruits en Mai 1956, quand "U.F.O." a été distribué dans les cinémas dans le monde. Les critiques du film étaient généralement sympathiques, souvent extasiée. Le chroniqueur Louella Parsons a écrit: "Hollywood parle de l'incroyable intérêt exprimé par des fans et des gens de l'industrie cinématographique à propos du film de soucoupes volantes réalisé par Clarence Green et Russell Rouse avec la connaissance de notre gouvernement. Il montre réellement des images des soucoupes et s'attire les premières pages et l'attention éditoriale bien que ce que sont les soucoupes soit toujours un mystère."

De "Variety:" "une vraie réussite! Intéressant, informatif et important! Climat passionnant! Devrait faire un succès!"

Et le film a été un succès, mais pas autant qu'il l'aurait du. L'approche documentaire n'a tout simplement pas créé l'attrait que les producteurs avaient projeté. Pourquoi ce ne fut pas le cas, chacun peut conjecturer, et ce problème est non pertinent à ce point, quoi qu'il en soit.

Greene-Rouse s'est donné beaucoup de peine pour soutenir leur film cinématographique avec des faits. Chaque document qui composait le scénario a été confié à la garde d'une compagnie d'assurance de Los Angeles et rendue disponible pour examen public.

Parmi les documents de leur dossier il y avait un diagramme de la météo qui documentait les conditions atmosphériques au-dessus de Washington, D.C pendant les observations de Juillet 1952. Le diagramme a censément montré que la détection des OVNIS par les radars ne pouvait pas être attribuée à des inversions de la température. Egalement dans le dossier, il y avait une transcription de la conférence de presse du Général Samford au Pentagone tenue après les observations du 26 juillet.

Il y avait également un télégramme d'Al Chop exposé dans lequel il dit: "JE DIS LES VRAIS FAITS AU PUBLIC POUR LA PREMIÈRE FOIS DANS VOTRE FILM."

Le Capitaine Edward Ruppelt, de l'U.S. Air Force, en réserve, a également ajouté son télégramme dans le dossier, et il a énoncé: "JE CONFIRME PAR LA PRESENTE L'AUTHENTICITÉ DES FAITS ET DES INCIDENTS MIS EN SCENE DANS VOTRE FILM."

Le Major Dewey Fournet a soumis un rapport à Greene-Rouse, également conservé dans leur dossier: il y certifiait que la partie du manuscrit traitant de son rôle était "factuellement correcte et vraie au mieux de mes connaissances."

Delbert C. Newhouse et Nicholas Mariana ont chacun rédigé des rapports placés dans le dossier concernant leurs films d'OVNI. Le film de Newhouse contenait jusqu'à 12 inconnus; le film de Mariana, deux.

Certains des documents sur le dossier étaient tenaient autant de l'anomalie que les OVNIS. Une partie d'un rapport officiel pour la presse a été préparée par Albert Chop et le colonel Wendell Smith (à ce moment au bureau du renseignement, sous-chef du personnel du renseignement de l'U.S. Air Force) a déclaré que le film d'OVNIS de Newhouse dans l'Utah OVNI "ne pouvait pas être produit par des conditions simulées."

Au même moment, ce rapport pour la presse "était publié par le Colonel Adams, chef du renseignement courant, et également par le bureau des services d'information de l'Armée de l'Air." Puis, le mystère: "au dernier moment," poursuivait le rapport, "ce rapport pour la presse a été annulé par le Colonel Teaburg du renseignement de l'Armée de l'Air." Assurément, les militaires travaillent de façon étrange.

Cependant, le Colonel Adams a envoyé une lettre à Newhouse, lui indiquant que son film d'OVNI "reste toujours un des incidents les plus intéressants que nous avons étudiés."

Les rapports circonstanciés de la mort de Thomas Mantell tandis qu'il poursuivait un OVNI on également été montrés.

Le cas de Gorman en Octobre 1948, dramatisée dans "U.F.O.," était dans le dossier, contenant l'information sur la lumière blanche clignotante qui a fait un passage sur la tour de contrôle de la base aérienne de Fargo, dans le Dakota du Nord. Le Lieutenant Gorman, arrivant pour un atterrissage, a plongé vers la lumière et l'a chassée pendant 27 minutes tandis que plusieurs observateurs observaient le " duel. " Les rapports complets des témoins étaient dans le dossier.

Un autre rapport officiel, de Janvier 1951, était aux mains de la compagnie d'assurance. Un DC3 de la Mid-Continent Airlines avaient décollé de l'aéroport de Sioux City (Iowa). Pendant qu'il s'élevait pour prendre de altitude, une lumière non identifiée s'est rapprochée. L'objet a fait un passage frontal devant le DC3, qui a fait un écart pour éviter une collision. Plusieurs passagers - comprenant un colonel du renseignement militaire ont observé l'incident. Le chaos a pris fin quand l'OVNI a soudainement filé droit vers le haut dans le ciel et a disparu. Cet événement a été également dépeint dans le film.

Le rapport de capitaine Willis Sperry, sous la forme de déclaration sous serment, était le document final gardé dans le dossier. "Depuis mon expérience," a-t-il clairement précisé, "j'ai parlé à de nombreux pilotes de compagnies aériennes qui ont vu des objets similaires qui ne peuvent pas absolument être identifiés à aucun type connu de d'avion à cause de leur vitesse, de leur manoeuvrabilité et de leur forme."

Toute discussion à propos de "U.F.O." devrait également faire mention du thème musical. La magnifique partition, souvent belle et animée entendue dans tout le film a été écrite par Ernest Gold (direction de Emil Newman) et est intitulée "U.F.O.," selon les dossiers de la société des auteurs de musique, l'A.S.C.A.P. C'est l'une des partition, qui, a elle était publiée en album longue durée (comme on le fait pour de nombreux films de nos jours), pourrait être très réussie.

Où peut-on trouver "U.F.O." de nos jours? En fait, le film cinématographique peut être obtenu pour des projections spéciales (ou par des stations de TV une fois acheté en "package"). Écrivez à l'adresse suivant pour information, et ne craignez pas le prix de la location - des séances de groupe peuvent être assurées à environ 70,00$ par séance: UA Sixteen, , 729 Seventh Avenue, New York, N.Y. 10019. "Unidentified Flying Objects." / Clarence Green.

Peut-être que si les deux d'entre eux avaient fait connaissance aujourd'hui, au lieu de 1956, le film auraient le même effet d'une bombe sur les assistances que les films récents comme "Chariots des Dieux."

Étrange, vraiment. A l'époque en 1975, j'ai écrit à Clarence Green et ai posé une question qui m'était chère. Considérant à quel point l'intérêt du public pour les OVNIS est devenu plus intense et plus sophistiqué au cours des années, considéreriez-vous jamais de produire un autre film documentaire sur les OVNI? La réponse de Green s'est composée de juste un mot: "c'est possible."

On imagine quelles merveilles Clarence Green pourrait produire avec un documentaire mis à jour sur le mystère des OVNIS. La recherche ufologique lui doit une grande dette. Malheureusement, il ne doit pas à la recherche ufologique un autre grand film documentaire.

"U.F.O." Pourra-t-il un jour y avoir un autre documentaire comme celui-ci?

"C'est possible." Le son de ces mots me donnent de l'espoir. "C'est possible."

Quelques notes du webmaster:

Le film du Montana par Nick Mariana est documenté ici, celui de Delbert C. Newhouse en Utah est documenté ici.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 octobre 2002