Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Un officier en retraite de l'OTAN parle:

Un sergent-major à la retraite, Robert O. Dean, clame qu'il a vu "un document top secret" de briefing sur les OVNIS alors qu'il était employé au Général Staff du SHAPE (sièges sociaux stratégiques des puissances alliées d'Europe) au milieu des années 60. Aucune copie de l' "évaluation" en question n'a été jamais vue par le public, mais Dean voyage aux quatre coins du monde en insistant sur le fait qu'il sait que ce qu'il a vu est vrai. Plus que cela, il dit que les secrets à propose des OVNIS sont justes "la partie émergée de l'iceberg," cachant un pan entier de nouvelles connaissances qui soit transformeront soit détruiront probablement complètement notre monde.

Robert Dean:

Robert O. Dean s'est engagé dans le domaine de la recherche sur les OVNIS pendant les 40 dernières années. Il a commencé ses recherches en service actif dans l'armée Américaine où il a servi pendant 27 années. En plus, de 1963 à 1967 il a servi au quartier général des puissances alliées d'Europe (SHAPE), à l'OTAN, en tant qu'analyste du renseignement, et c'est tandis qu'il était au SHAPE qu'il a enlevé un dossier d'une chambre forte de sécurité appelée "Une évaluation de menace militaire possible pour les forces alliées en Europe". Selon Dean, Robert, le document conclut simplement que la Terre est sous la surveillance de plusieurs civilisations extraterrestres depuis longtemps. Les projets en cours Dean sont orientés sur le gain de l'immunité pour les militaires en retraite qui peuvent témoigner sur le phénomène OVNI, leur permettant de témoigner devant une audition au Congrès sans crainte de perdre leurs pensions et sans crainte de poursuites.

Les sources:

Source: Perceptions Magazine.
Date: mai - juin 2000.

Le texte fait partie d'un article dans le numéro de mai - juin 2000 de Perceptions Magazine, dans lequel Randy Koppang interviewe Robert O. Dean.

Informations additionnelles:

Robert O. Dean a donné de nombreuses interviews et conférences aux quatre coins du monde. Vous trouverez quelques extraits dans la section vidéo de mon site.

Mes commentaires:

L'interview pourrait être vraie ou pourrait être une fabrication, je n'ai aucune information tierce qui pourraient me permettre de le déterminer pour le moment, si ce n'est que Robert O. Dean a tenu le même discours depuis longtemps en d'innombrables occasions et tout lieux. Mais je puis dire aux sceptiques en matière d'OVNIS qu'ils manquent d'information quand ils affirment que s'il y avait une conspiration du silence autour des OVNIS, il y aurait forcément tout de même des fuites. A moins que cette entrevue soit une fraude, ce qui demande à être démontré, nous avons ici encore un exemple de plus de telles fuites.

Les liens placés dans le texte de l'interview sont de mon fait et permettent de consulter des pages de mon site en rapport avec les propos de Mr. Dean, ils ne font pas partie du texte original.

Il y a une erreur de date au sujet de l'accident et de la récupération d'un OVNI à Kingman. Selon mes informations, l'événement a eu lieu en 1953 non 1972.

Quoi qu'il en soit, les idées et opinions exprimées par Robert O. Dean sont du plus haut intérêt pour quiconque se pose des questions sur le rôle et les effets sur notre civilisation d'une éventuelle présence extra-terrestre.

L'interview:

Robert Dean, un ancien membre du personnel de l'OTAN parle des OVNIS et dit que l'espèce humaine est à un moment crucial de son histoire:

Randy Koppang: Ayant une "Cosmic Top Secret clearance" à l'OTAN, comment pensez-vous que nous pouvons réconcilier les impératifs des services secrets de cacher des choses avec le droit de savoir et les aspirations à des réponses du grand public?

Robert Dean: Vous avez encore une autre chose à considérer ici. Vous parlez de la communauté des services secrets. Ce n'est pas une communauté. Les agences d'espionnage s'alimentent l'une sur l'autre continuellement. Le grand truc, c'est le pouvoir et l'argent. Ils luttent toujours pour plus de puissance et plus d'argent. Il y a eu une divergence de vues au sein des services d'espionnage pendant au moins les 25 dernières années à ce sujet. Devrait-on dire la vérité au gens? Est-ce qu'on devrait dire la vérité aux américains la vérité, oui ou non? Ceci a été discuté dans les deux sens, âprement, au sein des services eux-mêmes. La C.I.A embête la NSA avec ça, la NSA turlupine le DIA, c'est la lutte pour l'influence, le pouvoir, l'argent.

En ce moment, la décision est toujours, à ma connaissance, "non, nous ne pouvons pas leur faire savoir." Il y a des indications que peut-être, à un certain niveau, une décision politique a été prise de laisser se révéler les choses lentement, doucement, d'une manière non menaçante laissent une partie de cette réalité cachée - ces fuites de documents, le fait qu'une grande gueule comme moi viole son serment n'en subit pas les conséquences. J'ai jeté le gant et je les ais défié de venir me poursuivre, de me supprimer ma pension, de m'envoyer à Fort Leavenworth, et ils n'ont pas fait. Je leur ai dit, "écoutez les gars, si vous le faites, je puis citer des témoins, je puis citer des documents dont je connais l'existence. Nous aurons alors un sacré bazar. Nous ferons un vrai scandale planétaire de tout ceci.

Et bien, je m'en suis tiré entier. Je ne sais pas si je suis vraiment efficace. Il semble qu'il soit admis de laisser filer gentiment quelques informations classifiées, qu'il soit permis de parler, ce qui me donne à penser que quelqu'un veut que cela soit fait.

Randy Koppang: Pour beaucoup de raisons, technologiques et perceptuelles, un "changement global d'état d'esprit" se produit. Un des raisons principales de ceci est une crise perçue de la constitutionnalité (les programmes secrets se qui échappent au contrôle du Congrès). Certains de ces programmes impliquent le refus de partager publiquement des informations sur une présence extra-terrestre éventuelle. Est-ce que l' "évaluation" était le projet définitif en matière de recherche sur les extra-terrestres?

Robert Dean: Je ne voudrais pas penser que l' "évaluation," une étude de trois ans, soit le travail le plus fin qui pourrait être fait sur ce sujet. J'espère que dans notre propre gouvernement, à certains niveaux, des programmes de recherche beaucoup plus complets aient été conduit. J'ai appris, après avoir quittée le SHAPE/OTAN en 1967, que les conclusions de l' "évaluation" avaient été connues essentiellement dès 1948 ou 1949 par notre gouvernement, au moins par l'Armée de l'Air, après l'accident à Roswell. Et Roswell était la partie visible de l'iceberg. Je connais au moins des douzaines d'autres récupérations d'OVNIS ou des corps et aussi des survivants ont été récupérés, en plus du cas de Roswell.

Notre gouvernement a su en 1949 essentiellement la même chose que ce que le SHAPE a édité en 1964, mais ils l'ont gardée au plus haut niveau de secret, ne l'ont pas partagée avec qui que ce soit, ne l'ont pas partagée avec nos alliés de l'OTAN. C'est pourquoi l'Air Marshall et Général Lymon Lemnitzer a dû conduire une "évaluation" de son côté, de 1961 à 1964. Ils ne pouvaient rien obtenir ni de Londres ni de Washington sur le sujet. Nous avons su certaines de ces choses très tôt!

J'espère qu'une évaluation complète de [la présence E.T.] a été faite et sera partagée avec les Américains par leur gouvernement. J'ai parlé aux gens de l'intérieur qui disent que des études stupéfiantes ont été entreprises non seulement dans les laboratoires, non seulement dans la recherche, non seulement en science dure, mais des choses étonnantes ont été découvertes psychologiquement sur l'état humain, le potentiel humain... Le phénomène OVNIS est simplement le bout minuscule, minuscule, d'un iceberg qui est si énorme que quand la vérité sortira, le monde entier changera.

Beaucoup de scientifiques travaillant pour le gouvernement et un certain nombre de planificateurs du gouvernement et de l'armée savent ces choses. C'est pourquoi bon nombre d'entre eux disent, "bon sang, non, nous ne laisserons jamais filtrer tout ça au dehors. Les gens ne seront jamais prêts à accepter tout ça."

Il y a à peu près 12 ans, et je l'ai entendu de bien des sources différentes, ils ont effectivement réalisé une réaction de fusion soutenue et contrôlée à Los Alamos, en utilisant des lasers. En soi, ce petit élément de connaissance scientifique peut mettre le monde par terre en terme d'économie globale. La fusion, c'est de l'énergie quasiment gratuite illimitée. Réfléchissez à ce qui arriverait aux compagnies pétrolières, à l'industrie automobile, aux aciéries, bref à l'économie mondiale!

Je mets maintenant les choses au point: je comprends pourquoi ce genre de connaissance doit être diffusé avec prudence, partagée avec soin, sinon tout le fichu château de cartes s'écroulerait autour de nous. Nous aurions une catastrophe économique mondiale, des famines, des émeutes, du sang dans les rues etc.

Donc je comprends que quelque chose d'aussi important ne puisse pas être rendu public demain. Ce sera fait progressivement, à travers des progrès technologiques, étalés sur les 30 ou 50 années à venir.

Randy Koppang: Que dites-vous des implications de la haute manoeuvrabilité des OVNIS, certain parlent d'"énergie gratuite", de systèmes embarqués qui contrôlent la gravitation, utilisant une forme de source d'énergie illimitée?

Robert Dean: Il s'agit de bien plus que cela. D'abord, il y a eu ce crash à Kingman, Arizona vers 1972, on on a retrouvé des corps et du hardware, lequel était en très bon état. Savez-vous quel fut le secret le plus important dans cette affaire? Il n'y avait pas de système de propulsion dans l'engin! Ils n'ont pas trouvé de moteur. Ce qui le faisait voler, la cause de son accident, la façon dont c'est piloté? A ma connaissance ils n'ont rien trouvé.

Randy Koppang: A la fin de la deuxième guerre mondiale, l'Amérique est entrée dans une phase ou nos références historiques passées ne pouvaient plus dicter la volonté nationale. Dans objectif national, le gouvernement tourne en roue libre au profit du capitalisme et des intérêts économiques, laissant la volonté nationale sans but. Les missions Apollo auraient pu combler ce vide, mais elles n'avaient pas grand sens. Les crises budgétaires nous collent au sol. Des commentaires?

Robert Dean: Je pense que c'est pour cela que nous sommes à un tournant crucial de notre histoire. Cela pourrait être une constance dans l'univers, pour des centaines de cultures ou une espèce intelligente arrive à ce niveau, comme nous.

Nous avons la bombe, des armes biologiques, des rayons de la mort, des armes psychotroniques. Nous ne pouvons pas continuer comme cela. Si nous ne faisons pas un ajustement maintenant, nous allons disparaître. Ce sera la fin de notre espèce. Cela ne fera qu'une petite note de bas de page dans le livre des civilisations de l'univers: "Les gens de la 3ème planète de ce petit système n'y sont pas arrivés. Ils se sont détruits." Je pense que c'est arrivé des milliers et des milliers de fois.

Je pense que nous en sommes au point ou soit nous arrivons à quitter notre planète et à prendre notre place dans l'espace, en compagnie des autres intelligences qui s'y trouvent, soit nous allons nous autodétruire. Et ces intelligences ne sont pas prêtes à nous laisser "sortir" avec notre bagage de surarmement. Ils vont nous mettre em quarantaine jusqu'à ce que nous nous soyons autodétruits, à moins que nous soyons capable de nous changer, de nous adapter et d'évoluer vers un nouveau paradigme, aussi difficile que cela puisse être. Et j'espère que nous arriverons à nous joindre à la vaste communauté de l'univers.

Pour moi, tout ceci est très clair, mais je ne sais pas comment je pourrais faire comprendre cette information à la masse des gens. Moi et quelques autres, nous nous efforçons du mieux que nous pouvons, avec nos limites, à le faire. Mais nous somme à un moment vraiment délicat de notre histoire en tant qu'espèce.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 19 mars 2001