Officiel -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Officiels:

"Comment enquêter sur une soucoupe volante"

Par la CIA, 2016

The article below was published by the US Cental Intelligence Agency (CIA) on their webiste, on January 21, 2016. It tells how the famous Socorro case found no official prosaic explanation, and gives useful tips to would-be ufologists.

Link to the original article on the CIA website: https://www.cia.gov/news-information/featured-story-archive/2016-featured-story-archive/how-to-investigate-a-flying-saucer.html

Comment enquêter sur une soucoupe volante

En direction du sud, sur une route isolée et déserte, le policier Lonnie Zamora était à la recherche d'une voiture en eccès de vitesse près de la ville de Socorro, au Nouveau-Mexique, quand il a été surpris par un grondement! Quelques secondes plus tard, il a vu une grande flamme s'élever du sol et percer le ciel au-dessus d'un lointain désert au sud-ouest de la route. Craignant qu'une cabane à dynamite à proximité puisse avoir explosé, Zamora a abandonné la voiture en eccès de vitesse, a tourné à droite et a conduit sur une route de gravier cahoteuse qui longe la cabane.

La voiture de patrouille de Zamora a cahoté le long de la route rocheuse jusqu'à tomber sur une colline escarpée. De la colline s'éelvait un feu sans fumée qui brillait dans un entonnoir de flammes bleues et orangées. La colline masquait l'origine des flammes, alors Zamora a tenté de la monter. Ses pneus glissèrent et dérapèrent sur le gravier, mais après trois tentatives, Zamora arriva finalement au sommet.

Un objet brillant, de la taille d'une berline, scintillait sous le soleil de la fin de l'après-midi à environ 150 à 200 mètres de l'endroit où Zamora était perché au sommet de la colline. A première vue, il a pensé qu'il s'agissait d'une voiture qui se serait retournée dans un arroyo (lit de rivière à sec), mais lorsqu'il s'est rapproché, il a semblé être de couleur aluminium, sans chrome et de forme ovale comme un ballon de rugby.

Zamora a conduit vers l'objet, le long de la crête de la colline, sur environ 50 pieds, puis a arrêté la voiture. Il a appelé le bureau du shérif pour dire qu'il serait occupé à inspecter une épave "dans l'arroyo", puis il est descendu à pied de la colline en direction de l'objet.

Wroum! Zamora fut à nouveau surpris par un grondement très fort, pas exactement comme une explosion mais pas aussi constant que celui d'un moteur à réaction. Cela a commencé à une fréquence basse, avec une tonalité qui montait lentement. La flamme semblait provenir du dessous de l'objet, bleu pâle en haut et orange en bas. Zamora a paniqué, craignant que l'objet ne soit sur le point d'exploser.

Il a couru se mettre à l'abri mais s'est retourné pour regarder l'objet qui partait. Il a remarqué un symbole rouge sur le côté, en forme de flèche d'environ 2 pouces de haut et 2 pouces de large. L'objet était lisse, comme un aluminium blanc brillant, sans fenêtres ni portes visibles. Il semblait y avoir deux pieds en métal, inclinés vers l'extérieur, qui le soutenaient.

Zamora a sprinté vers sa voiture, s'est cogné la jambe contre l'aile et est tombé au sol. Il s'est levé, a couru encore environ 25 pieds, et quand il a regardé en arrière, il a vu l'objet commencer à s'élever.

Il a atteint le niveau de la voiture, puis plus haut, environ 20 à 25 pieds dans les airs.

Zamora courut encore 50 pieds de sa voiture, juste au bord de la colline et se baissa. Agenouillé aussi près du sol que possible, il se couvrit le visage avec ses bras pour se protéger. Soudain, le rugissement s'est arrêté. Dans le silence inquietant, Zamora leva la tête et regarda.

L'objet s'était éloigné de lui, vers le sud-ouest, semblant aller en ligne droite à environ 10-15 pieds du sol. Il a dépassé la cabane à dynamite de huit pieds de hauteur d'environ trois pieds, puis a poursuivi sa course en direction du sud-ouest, jusqu'à disparaître...

Hector Quintanilla, le dernier officier en chef du célèbre programme d'enquête sur les OVNIS de l'US Air Force, le Projet BLUE BOOK, a été chargé de l'affaire Zamora. Son équipe était convaincue que Zamora disait la vérité et, malgré une enquête extrêmement approfondie, elle n'était pas en mesure de localiser l'objet ni ses origines. Dans un article pour Studies in Intelligence intitulé "L'enquête sur les OVNIS", Quintanilla affirme que l'observation de Zamora est "le cas le mieux documenté à ce jour". Il reste non résolu.

Le projet BLUE BOOK était basé à la base aérienne de Wright-Patterson de l'Air Force, près de Dayton, dans l'Ohio. Entre 1947 et 1969, l'armée de l'air a enregistré 12 618 observations de phénomènes étranges, dont 701 demeurent "non identifiées" comme dans l'affaire Zamora. Bien que la CIA ne soit pas directement affiliée au projet BLUE BOOK, l'Agence a joué un rôle important dans les enquêtes sur les OVNIS à la fin des années 40 et au début des années 50, ce qui a conduit à la création de plusieurs études, comités et programmes. Gerald K. Haines, ancien historien en chef de la CIA, a rédigé un article approfondi sur le rôle de l'Agence dans l'étude du phénomène OVNI pour Studies in Intelligence. Dans son article, "Le rôle de la CIA dans l'étude des ovnis, 1947-90", Haines déclare que "si les préoccupations de l'Agence à l'égard des OVNIS étaient considérables jusqu'au début des années 1950, la CIA n'a depuis accordé qu'une attention limitée et périphérique à ce phénomène".

Avec plus de 20 années d'enquêtes, de la fin des années 1940 à la fin du Projet BLUE BOOK en 1969, la CIA et l'US Air Force ont appris une ou deux choses sur la manière d'enquêter sur une observation d'OVNI. Alors que la plupart des responsables gouvernementaux et des scientifiques rejettent maintenant les rapports sur les soucoupes volantes en tant que reliques pittoresques des années 1950 et 1960, il reste encore beaucoup à apprendre de l'histoire et de la méthodologie du "reseuignement sur les soucoupes volantes".

10 conseils pour enquêter sur une soucoupe volante:

1. Constituer un groupe chargé d'enquêter et d'évaluer les observations

Avant décembre 1947, il n'y avait aucune organisation spécifique chargée de la recherche et de l'évaluation des observations d'OVNI. Il n'y avait pas de normes sur la façon d'évaluer les rapports à venir, pas plus qu'il n'y avait de données mesurables ou de résultats d'expériences contrôlées pour la comparaison avec les observations rapportées.

Pour mettre fin à la confusion, le général Nathan Twining, chef du commandement du service technique de l'armée de l'air, créa le projet SIGN (initialement appelé Project SAUCER) en 1948 pour collecter, rassembler, évaluer et distribuer au gouvernement toutes les informations relatives à ces observations, sur la principe selon lequel les OVNIS pourraient être réels (bien que pas nécessairement extraterrestres) et préoccupants pour la sécurité nationale. Le projet SIGN a finalement été remplacé par le projet GRUDGE, qui a finalement été transformé en projet BLUE BOOK en 1952.

2. Déterminez les objectifs de votre enquête

La CIA était très préoccupée par les OVNIS jusqu'au début des années 1950 en raison de la menace potentielle pour la sécurité nationale de ces objets volants non identifiés. La plupart des responsables ne pensaient pas que les observations étaient d'origine extraterrestre; ils craignaient plutôt que les OVNIS ne soient de nouvelles armes soviétiques.

L'équipe du Projet BLUE BOOK, selon Quintanilla, a défini trois objectifs principaux pour leurs enquêtes:

  • Déterminer si les phénomènes OVNI représentent une menace pour la sécurité des Etats-Unis;
  • Déterminer si les phénomènes OVNI présentent des avancées technologiques qui pourraient être canalisées vers la recherche et le développement aux Etats-Unis; et
  • Expliquer ou identifier les stimuli qui ont amené l'observateur à signaler un OVNI.

Bien que BLUE BOOK, à l'instar des précédents projets d'investigation sur le sujet, n'excluait pas la possibilité de phénomènes extraterrestres, ses recherches et ses investigations portaient principalement sur les implications pour la sécurité nationale, en particulier les possibles avancées technologiques soviétiques.

3. Consulter des experts

Au cours des années 1950 et 1960, divers projets, panels et autres études ont été dirigés ou parrainés par le gouvernement américain pour étudier le phénomène des OVNIS. Cela comprend le Groupe de conseil scientifique sur les objets volants non identifiés parrainé par la CIA en 1953, également connu sous le nom de "Panneau Robertson". Il a été nommé d'après le physicien de renom HP Robertson du California Institute of Technology, qui a aidé à constituer le groupe d'experts scientifiques non militaires chargés d'étudier le problème des OVNIS.

Le projet BLUE BOOK a également fréquemment consulté des experts extérieurs, notamment: astrophysiciens, responsables de l'aviation fédérale, pilotes, US Weather Bureau, stations météorologiques locales, universitaires, Centre national de recherche atmosphérique, NASA, Kodak (pour l'analyse de photos) et divers laboratoires. (pour les spécimens physiques). Même le célèbre astronome Carl Sagan a pris part à un panel pour examiner les conclusions du projet BLUE BOOK au milieu des années 1960. Le rapport de ce comité concluait qu '"aucun cas d'ovni représentant des avancées technologiques ou scientifiques en dehors d'un cadre terrestre" n'a été trouvé, mais le comité a recommandé que les OVNIS soient étudiés de manière intensive pour régler le problème une fois pour toutes.

4. Créer un système de rapport pour organiser les cas entrants

Le Centre de renseignement technique aérien (ATIC) de l'armée de l'air américaine a mis au point des questionnaires à utiliser pour enregistrer les observations possibles d'OVNIS, qui ont été utilisés tout au long du projet BLUE BOOK. Les formulaires ont été utilisés pour fournir aux enquêteurs suffisamment d'informations pour déterminer ce que le phénomène pourait le plus probablement avoir été. La durée de l'observation, la date, l'heure, l'emplacement ou la position dans le ciel, les conditions météorologiques ainsi que le mode d'apparition ou de disparition sont des indices essentiels pour que les enquêteurs évaluent les observations d'OVNI rapportées.

Le projet BLUE BOOK a classé les observations en fonction de ce à quoi l'équipe pensait qu'elles étaient imputables: Astronomiques (y compris les étoiles brillantes, les planètes, les comètes, les bolides, les météores et les aurores boréales); Aéronef (aéronef à hélice, aéronef à réaction, mission de ravitaillement en carburant, aéronef photographique, aéronef publicitaire, hélicoptère); Des ballons; Les satellites; Autres (y compris missiles, réflexions, mirages, projecteurs, oiseaux, cerfs-volants, fausses indications radar, canulars, feux d'artifice et fusées éclairantes); Données insuffisantes; et enfin, non identifié.

Selon Quintanilla, "une observation est considérée comme non identifiée lorsqu'un rapport contient apparemment toutes les données nécessaires pour suggérer une hypothèse valable, mais sa description ne peut être corrélée à aucun objet ou phénomène connu".

5. Eliminer les faux positifs

Eliminer chacune des causes connues et probables d'observations d'OVNI, en laissant une petite partie des cas "inexpliqués" sur lesquels se concentrer. En écartant les explications les plus courantes, les enquêteurs peuvent se concentrer sur les cas véritablement mystérieux.

Parmi les explications courantes des observations d'OVNIS découvertes par les premières enquêtes, citons: des aéronefs mal identifiés (les vols U-2, A-12 et SR-71 représentaient plus de la moitié de tous les signalements d'OVNI datant de la fin des années 50 et de la plupart des années 60 [Chiffre totalement fantaisiste avancé par l'histoirien de la CIA]); événements célestes; hystérie de masse et hallucination; "hystérie de guerre;" "folie de l'été;" canulars; cascades publicitaires; et la mauvaise interprétation d'objets connus.

Même l'histoire peut nous éclairer. En 1953, le groupe Robertson nota dans une citation intéressante que certaines observations avaient été attribuées à un phénomène plus ancien - "Foo Fighters" - qui précédait le concept moderne des OVNIS: "Il s'agissait de phénomènes inexpliqués observés par les pilotes d'aéronefs pendant la Seconde Guerre mondiale en Europe et en Extrême-Orient, des "boules de lumière" volaient à proximité ou avec l'aéronef et manoeuvraient rapidement. On les croyait d'origine électrostatique (semblable au feux de Saint-Elme) ou électromagnétique - mais leur cause ou nature exacte nâ jamais pu être déterminée. Si le terme "soucoupes volantes" avait été populaire en 1943-1945, ces objets auraient été étiquetés de la sorte."

6. Développer une méthodologie pour identifier les avions et autres phénomènes aériens communs souvent confondus avec des OVNIS

En raison de la probabilité importante qu'un aéronef ordinaire (ou militaire secret) puisse être confondu avec un OVNI, il est important de connaître les caractéristiques des différents types d'aéronef et le phénomène aérien à évaluer par rapport à chaque observation. Pour aider les enquêteurs à se documenter, le projet BLUE BOOK a développé une méthodologie permettant de déterminer si l'observation d'OVNI pourrait probablement être attribuée à un aéronef connu ou à un phénomène aérien. Ils ont écrit des descriptions détaillées décrivant chaque type d'aéronef ou phénomène astronomique, y compris la manière dont il pourrait être confondu avec un OVNI, pour aider les enquêteurs à évaluer les rapports entrants.

7. Examiner la documentation des témoins

Toute photographie, vidéo ou enregistrement audio peut être extrêmement utile pour évaluer une observation d'OVNI rapportée.

Un des cas célèbres examinés par le groupe Robertson était l'obsewrvation de "Tremonton, Utah" de 1952, où un couple et deux enfants voyageant à travers le pays sur la State Highway 30 à l'extérieur de Tremonton ont vu ce qui semblait être 10-12 objets brillants se déplaçant vers l'ouest le ciel dans une formation approximative. Le mari a pu capturer certains objets sur film.

L'affaire a été jugée importante en raison de "l'excellente preuve documentaire sous la forme de films cinématographiques Kodachrome (environ 1600 images)". Le comité a examiné le film, l'historique du cas et l'interprétation d'ATIC, et a entendu un exposé des représentants du laboratoire d'interprétation de photos USN sur l'analyse du film. Le laboratoire a estimé que les objets n'étaient pas des oiseaux, des ballons, des avions ou des reflets et devait donc être "auto-lumineux". Le panel a contesté l'évaluation selon laquelle les objets étaient auto-lumineux, estimant que si une expérience contrôlée était réalisée, une explication terrestre de l'observation serait confirmée.

8. Mener des expériences contrôlées

Comme suggéré par le groupe Robertson chargé d'enquêter sur l'observation de Tremonton, dans l'Utah (mentionné dans le rapport n° 7), des expériences contrôlées pourraient être nécessaires pour tenter de reproduire le phénomène inconnu. Dans l'affaire Tremonton, le Groupe d'experts a suggéré une expérience dans le cadre de laquelle des scientifiques photographieraient des "ballons à coussins" à différentes distances dans des conditions météorologiques similaires sur le site. Ils pensaient qu'une telle expérience pourrait aider à dissiper la théorie "auto-lumineuse" des objets dans le film. Malheureusement, dans ce cas, le coût de la réalisation d'une telle expérience a rendu l'idée irréalisable.

9. Rassembler et tester des preuves physiques et médico-légales

Dans l'affaire Zamora (tirée de l'introduction), Quintanilla affirme qu'au cours de l'enquête et immédiatement après, "tout ce qu'il était humainement possible de vérifier a été vérifié". Cela impliquait de faire venir des compteurs Geiger de la base aérienne de Kirtland pour tester des radiations dans la zone d'atterrissage et d'envoyer des échantillons de sol au laboratoire de matériaux de l'armée de l'air. "L'analyse du sol n'a révélé aucune matière étrangère. Les radiations étaient normales pour les pistes et les zones environnantes. L'analyse en laboratoire de la broussaille brûlée n'a révélé aucun produit chimique pouvant constituer un résidu propulsif", a déclaré Quintanilla. "Les résultats étaient tous ensemble négatifs." Aucune explication connue n'a pu être trouvée pour cet événement mystérieux.

10. Découragez les fausses déclarations

Le panel Robertson a conclu que l'armée de l'air avait "mis en place un excellent canal pour recevoir des informations sur presque tout ce que quelqu'un pourrait voir dans le ciel et ne comprendrait pas." C'est un exemple classique de la nécessité de séparer le "signal du bruit". Si vous avez trop de rapports faux ou indésirables, il devient de plus en plus difficile de trouver les quelques bons rapports qui méritent une enquête ou une attention.

Au début des années 50, la CIA craignait qu'en raison de la situation tendue de la guerre froide et de l'augmentation des capacités soviétiques, les Soviétiques puissent utiliser les rapports OVNIS pour attiser la panique et l'hystérie de masse. Pire encore, les Soviétiques pourraient utiliser les observations d'OVNIS pour surcharger le système d'alerte aérienne américain, de sorte qu'il ne puisse pas distinguer de véritables cibles de supposés OVNIS.

Afin de réduire le nombre de rapports faussement positifs, le groupe Robertson a suggéré d'éduquer les militaires, les chercheurs et même le public sur la manière d'identifier les objets ou les phénomènes couramment confondus avec les OVNIS. Par exemple, ils ont recommandé de former le personnel engagé, de commandement et de recherche sur la manière de reconnaître correctement les objets exceptionnellement illuminés (comme les ballons ou les réflexions d'aéronefs), ainsi que les phénomènes naturels (tels que les météores, les boules de feu, les mirages ou les nuages "noctilucents"). En sachant reconnaître correctement les objets couramment confondus avec des OVNIS, les enquêteurs pourraient rapidement éliminer les fausses informations et se concentrer sur l'identification des observations non expliquées.

Voulez-vous toujours y croire? Alors jetez un coup d'oeil dans nos "X-Files". [*]

[[*] Ceci est avec un lien vers https://www.cia.gov/news-information/blog/2016/take-a-peek-into-our-x-files.html
une page du site Web de la CIA avec certains de leurs documents sur les OVNIS.]

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 7 novembre 2018.