Air miss -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Rencontres entre avions et OVNIS:

Des "sceptiques" ont bien des commentaires ironiques à émettre au sujet des OVNIS. L'un des plus récurrents est: "s'il y avait vraiment des OVNIS, comment vous expliquez que les pilotes ne les rencontrent pas dans le ciel?". Mais, il se trouve qu'ils les rencontrent. Parfois les pilotes se demandent si la rencontre ne risque pas d'être un peu trop... rapprochée.

Un OVNI perturbe un atterrissage, Bariloche, Argentine, 1995:

Le matin du 02 août 1995, mon poste de télévision est par pur hasard réglé sur l'affichage des pages télétexte de la télévision Suisse Romande, et j'y lis la nouvelle suivante:

Un équipage des Aerolineas Argentinas et des fonctionnaires de l’aviation au sol ont observé un objet lumineux qui s’est approché de l’avion alors qu’il se préparait à atterrir à l’aéroport de Bariloche, à environ 870 miles de Buenos Aires. Le capitaine Jorge Polanco a dit aux journalistes que toutes les lumières de l’aéroport et des alentours s’étaient éteintes au moment où l’objet est disparu et qu’il allait atterrir. Le personnel de la tour de contrôle a rapporté que tous leurs instruments ont commencé à se comporter de façon étrange au même moment. Des observateurs au sol disent que l’OVNI semblait avoir des lumières sur son ventre.

A cette époque je n'avais aucun opinion sur les OVNIS et peu d'intérêt pour le sujet, je me suis donc demandé si je rêvais. Mais je n'ai pas été tout à fait le seul à apprendre la nouvelle et à commencer à me poser des questions. N'ayant pas de connexion Internet à cette époque, j'avais aussitôt parcouru la centaines de chaînes de TV que je recevais par câble en me disant que cette nouvelle extraordinaire allait être le titre principal de tous les journaux. Il n'y avait rien, et il n'y eut rien dans les heures et jours qui suivirent.

L'Armée de l'Air de l'Argentine, pressurisée indirectement par les medias à propos de l'incident, se contenta de paresseusement expliquer que "aucune recherche sur ce cas n'aurait lieu, puisqu'il n'y a aucune agence officielle chargée d'enquêter sur les OVNIs..."

La plus immature et la plus risible de toutes les explications proposée sur le cas fut celle qui jetai le blâme sur la Lune comme étant ce que le capitaine Polanco et d'autres pilotes Bariloche avaient vu à Bariloche. Ce n'est pas la première ni dernière fois qu'une tentative de justifier un cas de cette manière est faite: si c'est inexplicable par un ballon météo, il y a une palette infinie d'objets qui peuvent être employés comme explication.

Par conséquent, nous avons entendu que "Jupiter" erre au-dessous de la couverture de nuages dans les cieux au-dessus de Mar del Plata à quelques occasions. Confronté à un cas tel que Bariloche (témoins qualifiés, coupure de courant, effets multiples) il était indubitable que les sceptiques devraient essayer d'"expliquer" ce qui s'était produit. Quand ils ne pouvaient pas recourir à leurs "favoris", la Lune et Jupiter, ils pouvaient encore invoquer un alcoolisme supposé des pilotes et une hallucination collective parmi la population.

Le 6 octobre 1995, on a entendu la nouvelle que quatre membres de la gendarmerie de l'air de l'Argentine étaient décédés dans un accident d'aviation. Une des victimes était le commandant Juan Domingo Gaitán, qui au côté du pilote Jorge Polanco d'Aerolíneas Argentinas, avait été témoin du cas de Bariloche le 31 juillet 31. Aucun détail n'a été rendu disponible quant aux causes de cet accident tragique, bien que beaucoup de passionnés d'ufologie de la scène Sud-Américaine croient que des actions pour "faire taire" les témoins de l'OVNI de Bariloche ait été mis en marche.

L'incident dans la presse:

Un ovni sème une dangereuse pagaille sur un aéroport du Sud Argentin

Le pilote d'un avion de ligne a dû faire une manœuvre désespérée pour ne pas entrer en collision avec une "soucoupe volante". Au même moment, une coupure de courant se produisait dans la ville de San Carlos de Bariloche.

Une "soucoupe volante" de couleur blanche, se déplaçant "à grande vitesse en défiant les lois de la physique", a perturbé pendant une quinzaine de minutes, dans la nuit de lundi à mardi, le trafic de l'aéroport de San Carlos de Bariloche, à 1800 km au sud-ouest de Buenos Aires, a-t-on appris mardi selon une dizaine de témoins oculaires.

Tout a débuté lundi à 1h30, heure suisse, alors que le vol 674 d'Areolinas Argentinas, en provenance de Buenos Aires avec 102 passagers et 3 membres d'équipage, terminait ses manoeuvres d'approche pour se poser sur la piste de Bariloche, une station de sport d'hiver à la mode dans les premiers contreforts de la cordillère des Andes.

"Le pilote de l'avion a dû faire une manœuvre désespérée pour ne pas entrer en collision avec un objet volant non identifié (OVNI)", affirment plusieurs membres des forces aériennes militaires argentins. Des témoignages qui sont confirmés par le Major Jorge Oviedo qui, lui aussi, "a vu un OVNI", et selon lequel "au même moment, une coupure de courant s'est produite dans toute la ville et les appareils de mesure de l'aéroport sont devenus fous". Plusieurs habitants déclarent, eux aussi, avoir aperçu l'OVNI, juste avant la coupure de courant.

"Quand nous nous trouvions à 15 minutes de vol de Bariloche, la tour de contrôle nous a autorisé normalement à entamer nos manœuvres d'approche aux instruments et je suis descendu de 12 000 à 3000 pieds", explique le pilote, Jorge Polanco.

"Au moment où j'entamais la dernière descente, j'ai soudain vu en face de l'avion une lumière blanche qui venait directement sur nous à toute vitesse, avant de s'arrêter d'un coup à une centaine de mètres. Quand j'ai repris les manœuvres, l'objet a fait un tour bizarre pour accompagner notre virage de descente et rester en parallèle à une centaine de mètres", explique-t-il.

"Mon avion fonctionnait normalement mais, au bout d'un moment, la soucoupe, de la taille d'un avion de ligne, a changé de couleur, deux lumières vertes apparaissant aux extrémités avec une orange dans le centre qui s'allumait par intermittence", poursuit le pilote.

"Au moment où j’amorçais ma dernière approche, les lumières de la piste et de l'aéroport se sont éteintes d'un coup. J'ai dû remonter à 3000 pieds, en faisant une "manœuvre de fuite", toujours accompagné par l'OVNI qui, lui, est remonté à une vitesse surnaturelle. Je n'en croyais pas mes yeux et j'étais très préoccupé, comme mes deux équipiers", ajoute encore Polanco, selon lequel cet OVNI "ne se déplaçait pas selon les lois physiques et naturelles connues".

"Quand la lumière est revenue au sol et que j'ai recommencé ma descente, l'OVNI a alors disparu à grande vitesse en direction du Cerro Otto" (une montagne de la région), conclu le pilote qui, une fois au sol, reconnaît avoir dû rester "5 minutes dans la cabine le cœur au bord des lèvres".

Une enquête a été ouverte pour essayer de déterminer la provenance du mystérieux objet.

Autres incidents significatifs dans la même région:

11 août 1964: A Ushuaia (Terre de Feu) un avion Beechcraft 5G2 avait tout juste demandé la permission de la tour de contrôle de l'aéroport local pour atterrir à 17:00, quand un OVNI rougeoyant a soudainement suivi le petit avion pendant un certain nombre de minutes. Le capitaine Raul Salgado (un pilote expérimenté) a décidé de diriger son avion vers l'intrus, mais l'OVNI a alors filé à une vitesse prodigieuse.

Août 1965: A la base aéronavale de Punta Indio, en raison de la grande quantité d'observations d'OVNI qui avaient eu lieu, la marine Argentine a décidé de dépister les OVNIS avec ses radar et à l'aide des avions de chasse. L'opération était sous les ordres du capitaine Omar Pagani et d'autres officiers navals. Pendant un événement, un écho étrange a été détecté sur écran radar. Un jet de la marine fut dirigé vers l'intrus, mais l'OVNI est parvenu à échapper au poursuivant à plusieurs reprises. Le pilote a rapporté que l'objet avait une configuration "ellipsoïde", d'environ 12 mètres de diamètre et s'était approché à 200 mètres de son intercepteur à un certain moment.

23 septembre 1984: A proximité de Reconquista (province de Santa Fé), le pilote Carlos Sorini pilotait un Piper LV Mee transportant sept passagers. A 21:00, le pilote et un passager ont observé les évolutions d'un OVNI qui a interféré avec l'instrumentation du petit avion. Les radiocompas ont oscillé entre 0,05 degrés et 270 degrés. L'OVNI a été également détecté par le vol 760 d'Aerolíneas Argentinas et par le vol 61 d'Austral Airlines. Les témoins ont déclaré le festival a duré 45 minutes.

18 août 1985: A proximité de Ceres (Santa Fé), deux OVNIs ont été aperçus par un certain nombre de journalistes à bord d'un Boeing 737. L'un d'eux, Roberto Ruiz, de Buenos Aires parvint à prendre une trentaine de photographies de l'objet. L'OVNI a changé de couleur et a exécuté une palette de manoeuvres. L'événement a eu lieu à 21:00 heures.

20 août 1985: Autour de la ville de Charata, Resistencia (province de Chaco), de 07:00 à 16:00 heures, un OVNI a été annoncé dans un certain nombre de communautés tout au long de la journée. Hugo Weschbilling (aiguilleur du ciel à Resistencia) fut témoin de l'objet. A 07:55 le capitaine d'un Boeing 747 d'Aerolíneas Argentinas a signalé l'objet à 90 degrés de son avion, et effectuant une série de manoeuvres montantes et descendantes. L'objet bizarre a été également rapporté depuis un autre avion.

26 juillet 1995 Un événement tout aussi impressionnant a été annoncé à San José, Costa Rica: un OVNI colossal a été détecté sur les écrans de radar de l'aéroport de Tobías Bolaños. Le pilote Everardo Carmona dirigeait une mission de formation quand il a aperçu l'OVNI, qu'il a plus tard a décrit comme "énorme, ovoïde et brillant." Les contrôleurs Gerardo Giménez et Javier Mayorga depuis la tour de contrôle ont confirmé que leurs instruments ont souffert de perturbations magnétiques pendant quelques secondes.

Dimanche, 23 avril 2000 Un OVNI multicolore très grand est apparu tôt le matin de Pâques au-dessus de la ville de San Carlos de Bariloche. L'engin, qui est apparu à 2 heures du matin, a été vu par la journaliste de télévision Noemi Molina, qui a essayé de le filmer sur son camcorder. Mais après cinq secondes d'enregistrement, sa batterie a soudainement perdu toute sa puissance.

Références:

Clarin Argentine, 2 août 1995 "Un phénomène étrange a compliqué le vol d'un avion à Bariloche".
France Soir France, 3 août 1995 "Ovni contre avion: On a frôlé le crash!", Bariloche, Argentine.
Le Courrier de l'Ouest France, 3 août 1995 "Argentine: Les soucoupes volantes prennent l'air", Bariloche, Argentine.

Voir aussi:

Reportages sur les chaînes TV:

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 janvier 2003