ALSACAT -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

ALSACAT:

Comme son nom le suggère, ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas d'Andolsheim, le 6 avril 1857:

Numéro de cas:

ALSACAT-1857-04-06-ANDOLSHEIM-1

Résumé:

Un livre de 1953 écrit par l'Irlandais Desmond Leslie raconte avec peu de détails et sans citer de source que le "6 avril 1856 à Colmar", en France, un certain docteur Dussort a vu une "torpille" volante noire.

Quand la chose est passée au zénith du "docteur Dussort", elle aurait "émit un sifflement mélodieux."

L'histoire a été reprise par des ufologues par la suite, telle quelle ou avec des omissions de la forme et de la couleur ou l'ajout de ce que l'objet aurait "plané à reculons".

La véritable histoire peut être trouvée dans la presse de l'époque, et est la suivante:

Le 6 avril 1857, entre 16 heures et 17 heures, le docteur Charles-François Dussourt, de l'hôpital militaire de Colmar, se trouvait sur la rive gauche de l'Ill, près d'Andolsheim en banlieue de Colmar, quand son attention a été soudain attirée par un son de sifflement assez semblable au bruit d'un projectile traversant rapidement l'air.

Au même moment, il a vu à une hauteur donnée comme 100 mètres environ, passer au-dessus de lui à grande vitesse d'ouest en l'est sur une trajectoire fortement inclinée, un corps très noir, allongé en pointe dans sa partie antérieure et terminé par une masse sphérique, le tout mesurant, autant qu'il avait été possible d'en juger, 30 à 40 centimètres de long, et paraissant dans la partie moyenne avoir à peu près la grosseur d'un bras.

Le court intervalle de temps qui s'est écoulée entre l'apparition du bolide et le bruit de sa chute a permis à l'observateur d'apprécier avec assez d'exactitude la distance à laquelle il avait rencontré le sol.

On voit donc qu'il s'agit d'une histoire de chute de météorite et non de vaisseau volant en forme de torpille au bruit mélodieux. Je n'ai trouvé aucune indication que la météorite en question ait pu être récupérée.

Données:

Données temporelles:

Date: 6 avril 1857
Heure: Entre 16:00 et 17:00
Durée: ?
Date du premier rapport connu: 17 avril 1857
Délai de rapport: Heure, jours?

Données géographiques:

Département: Haut-Rhin
Commune: Andolsheim
Lieu: Dehors près de l'Ill, OVNI dans le ciel, chutant.
Latitude: 48.061
Longitude: 7.409
Rayon d'incertitude: 2 km

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 1
Nombre de témoins connus: 1
Nombre de témoins nommés: 1
Ages des témoins: Adulte.
Types de témoins: Médecin militaire.

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: A contacté la presse?
Type de lieu: Extérieur, près de petit fleuve, OVNI dans le ciel, chutant.
Conditions d'éclairage: Jour
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: Incertain
Départ OVNI observé: N/A, chute.
Entité(s): Non
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: ?
Interprétations des témoins: Chute de météorite.

Classifications:

Hynek: DD
ALSACAT: Probable chute de météorite.

Sources:

[Ref. da1:] JOURNAL "LE COURRIER DE LA DROME ET DE L'ARDECHE":


L'Alsacien de Strasbourg raconte qu'un aérolithe a été vu tombant, lundi 6 avril, entre quatre et cinq heures de l'après midi, dans la banlieue d'Andolsheim, arrondissement de Colmar.

Le département du Haut-Rhin possède déjà, on le sait, un aérolithe célèbre, celui qui tomba, le 7 novembre 1492, à Ensisheim, entre onze heures et midi, presque sous les yeux de l'empereur Maximilien 1er.

Ce prince le fit transporter dans le choeur de l'église de cette ville. Il y fut amené processionnellement en grande cérémonie, et y resta jusqu'au moment où il fut placé dans le Muséum national de Colmar, pour retourner plus tard à Ensisheim.

Il pesait, au moment de sa chute, 260 livres. Son poids est aujourd'hui de beaucoup diminué, de nombreux fragments en ayant été détachés. Le Muséum d'histoire naturelle de Paris en possède un qui pèse 20 livres.

[Ref. pr1:] JOURNAL "LA PRESSE":


Le journal l'Alsacien a annoncé la chute d'un aérolithe dans la banlieue d'Andolsheim, arrondissement de Colmar. Le hasard a voulu qu'un observateur compétent, M. le docteur Dussourt, médecin en chef de l'hôpital militaire de Colmar, se trouvât sur les lieux, pût constater le phénomène et déterminer d'une manière assez approchée la région de la campagne où le bolide est tombé.

M. le docteur Dussourt se trouvait sur la rive gauche de l'Ill, quand son attention fut tout à coup attirée par un sifflement d'une nature particulière, assez semblable au bruit d'un projectile, ou d'une bande d'oiseaux traversant rapidement l'air. Au même moment il vit, à une hauteur de 100 mètres environ, passer au-dessus de lui à une grande vitesse, se dirigeant de l'ouest à l'est en décrivant une ligne fortement inclinée sur l'horizon, un corps très noir, allongé en pointe dans sa partie antérieure et terminé par une masse sphérique; le tout mesurant, autant qu'il est possible d'en juger, 30 à 40 centimètres de long, et paraissant dans la partie moyenne avoir è peu près la grosseur d'un bras.

Le département du Haut-Rhin possède déjà un aérolithe célèbre, celui qui tomba, le 7 novembre 1492, à Ensisheim, entre onze heures et midi, presque sous les yeux de l'empereur Maximilien. Ce prince le fit transporter dans l'église de cette ville. Il y fut amené processionnellement et en grande cérémonie, et y resta jusqu'au moment où il fut placé dans le Musée national de Colmar, pour retourner plus tard à Ensisheim. Il pesait au moment de sa chute 260 livres. Son poids est aujourd'hui de beaucoup diminué, de nombreux fragments en ayant été détachés. Le Muséum d'histoire naturelle de Paris possède un aérolithe qui pèse 20 livres.

[Ref. aa1:] "ALMANACH ASTRONOMIQUE 1878":


Le 6 avril de cette année, un aérolithe a été vu tombant, entre quatre et cinq heures de l'après-midi, dans la banlieue d'Andolsheim, arrondissement de Colmar.

Le hasard a voulu qu'un observateur compétent,



M. le docteur Dussourt se trouvait sur la rive gauche de l'Ill, quand son attention fut tout à coup attirée par un sifflement d'une nature particulière, assez semblable au bruit d'un projectile, ou d'une bande d'oiseaux traversant rapidement l'air. Au même moment il aperçut, à une hauteur de 100 mètres environ, passer au-dessus de lui avec une grande vitesse, se dirigeant de l'ouest à l'est, en décrivant une ligne fortement inclinée sur l'horizon, un corps très noir, allongé en pointe dans sa partie antérieure et terminé par une masse sphérique; le tout mesurant, autant qu'il est possible d'en juger, 30 à 40 centimètres de long, et paraissant dans la partie moyenne avoir è peu près la grosseur d'un bras.

Le court intervalle de temps qui s'écoula entre l'apparition du bolide et le bruit de sa chute permit à l'observateur d'apprécier avec assez d'exactitude la distance à laquelle il avait rencontré le sol.

Le département du Haut-Rhin possède déjà un [... autres aérolithes ...]

[Ref. re1:] "REPERTOIRE DES CONNAISSANCES USUELLES":


voici quelques détails sur les dernières explosions de bolides et sur les chutes récentes d'aérolithes:

Le 6 avril 1857, un aérolithe tomba entre quatre et cinq



heures du soir, dans les environs d'Andolsheim, arrondissement de Colmar. Le docteur Dussourt, qui se trouvait sur la rive gauche de l'Ill, entendit un sifflement d'une nature particulière, assez semblable au bruit d'un projectile ou d'oiseaux traversant rapidement l'air. Au même moment il vit, à une hauteur de 100 mètres environ, passer au-dessus de lui, avec une grande vitesse, se dirigeant de l'ouest à l'est, en décrivant une ligne fortement inclinée sur l'horizon, un corps très-noir, allongé en pointe dans sa partie antérieure et terminé par une masse sphérique, le toute mesurant à peu près 30 ou 40 centimètres de long et paraissant avoir dans la partie moyenne la grosseur d'un bras. Le département du Haut-Rhin possède déjà un aérolithe célèbre, celui qui tomba le 7 novembre 1492 à Ensisheim, entre one heure et midi, presque sous les yeux de l'empereur Maximilien 1er. Ce prince le fit transporter dans le choeur de l'église de cette ville. Il y fut mené processionnellement et en grande cérémonie, et y resta jusqu'au moment où il fut placé dans le musée national de Colmar, d'où il est retourné plus tard à Ensisheim.

[Ref. rg1:] R. P. GREG:

Annéer Jour du mois Localité Taille ou poids Direction Durée; vitesse; heure; Remarques
? 8 avr. Colmar, Haute Rhine ... ... ... météore aérolithique? ou 6 avril?

Note: La ligne suivante de la liste est datée 1857, l'année pour le cas précédent comprtant une année est donnée comme 1856.

[Ref. la1:] DESMOND LESLIE ET GEORGE ADAMSKI:

1856 6 avril. Colmar, France. Le Dr Dussort observe une "torpille" volante noire. en passant au zénith elle émet un sifflement mélodieux.

Dans ses remerciements, Desmond Leslie écrit entre autres:

Aucun remerciement ne serait complet sans une pensée des plus reconnaissantes à l'égard de l'ombre de feu Charles Fort, dont les recherches m'ont littéralement épargné des années de travail.

[Ref. ur1:] MAGAZINE "URANUS":


Finalement, le 6 avril, 1856, un Dr. Dussort, de Colman [sic], France, a vu, durant l'après-midi, "un objet noir sphérique à une extrémité et pointu à l'autre. Il était à environ 100 mètres au-dessus de lui, et éTait accompagné d'un son de sifflement."

[Ref. kr1:] "KRONOS, INGENIEUR CHIMISTE":

Cet auteur recopie mot pour mot la version de Leslie et Adamski ([la1]).

[Ref. ps1:] CHRISTIANE PIENS ET JACQUES SCORNAUX:

6 avril 1856, Colmar (France). Le Dr. Dussort observe un objet en forme de "torpille qui plane à reculons", qui émet un sifflement mélodieux 12.

12 Inforespace 1792, n° 4, p. 40.

[Ref. pv1:] PIERRE VIEROUDY:

Le 6 avril 1856, c'est une "torpille" à la forme aérodynamique qui passe sur Colmar "avec un sifflement mélodieux".

[Ref. uw2:] SITE WEB "UFOWEB":

COMMUNES DEPT LATITUDES LONGITUDES ANNEES
Colmar 68 48.083 7.367 1856 1990

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

1856

Avril

06 A Colmar (France), le Dr. Dussort observe une torpille qui plane à reculons en émettant un sifflement mélodieux.

Inforespace n° 4, 1972, p. 40 in Piens, C. & Scornaux, J.: A la recherche des ovnis, 1976, p. 182

[Ref. cv2:] CHRISTIAN VALENTIN:

L'ancien journaliste Christian Valentin a publié en 2012 un très intéressant livre retraçant l'histoire des observations d'OVNIS et autres soucoupes volantes en Alsace, des origines jusqu'en 1980.

Dans ce livre, il cite:

"1856. 6 avril. Colmar, France. Le Dr Dussort vit une "torpille" volante, noire, rond à l'une de ses extrémités, et pointue à l'autre. L'objet émit un sifflement mélodieux en passant dans le ciel."

Il indique que la source est le livre "les soucoupes volantes ont atterri", "Flying Saucers Have Landed", The British Book Centre, New York, et Londres, Werner Laurie, de Desmond Leslie et George Adamsky [sic, "Adamski"], paru en 1954, et qu'il s'agit de sa traduction personnelle.

Il commente qu'elle se trouve parmi des observations anciennes fort intéressantes mais tous sans aucune référence ou indication de source, et que l'histoire ressort dans des livres et publications spécialisées, avec des erreurs de traduction, de légères variantes dans les termes ou les positionnements des guillemets.

Il s'étonne de la trouver dans un livre étranger, dont la première partie est consacrée au "contacté" Adamski, trouve donc difficile d'y accorder du crédit mais a recherché la source. Il a fouillé les périodiques disponibles de l'époque sans succès, et a consulté le fichier du recensement de 1858 pour trouver un docteur Dussort, sans succès non plus.

Mais un ami a qui il a parlé de sa difficulté à trouver la source a pu lui indiquer que lors de recherches sans rapport avec les OVNIS, il était tombé sur un brouillon de lettre manuscrite datée du 9 avril 1859, adressée par le cabinet du préfet au maire d'Andolsheim, sous la référence M54 dans les archives départementale du Haut-Rhin. La lettre disait que l'on assure qu'une météorite était tombée il y a deux jours dans la banlieue d'Andolsheim, et qu'il convenait de prêter assistance à "MM Dussourd et Hugot" pour la retrouver pour exposition au musée de Colmar.

L'auteur note aussi que s'il n'a pas trouvé "Dussort", il a trouvé un médecin militaire de 2ème classe du nom de "Dussourt" à l'hôpital militaire de Colmar dans "L'annuaire des adresses du Haut-Rhin et du Bas-Rhin", dont il donne la référence.

Avec la proximité des lieux, de l'année à trois ans près et du nom, il se demande si l'affaire n'est pas la même, et indique qu'il poursuit ses recherches.

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

6 avril 1856:
Colmar, Alsace, France

Un objet non identifié a été vu, mais avec apparence et comportement qui très probablement aurait une explication conventionnelle. Un objet a été observé (Dussort).

Classification Hynek: NL

Classification Vallée: FB1

Les sources sont indiquées comme: "Leslie, Desmond, Flying Saucers Have Landed, British Book Center, 1953; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073)."

[Ref. tm1:] FRANCESCO TOSCANO ET ENRICO MESSINA:

Ces deux auteurs recopient mot pour mot la version de Leslie et Adamski ([la1]).

[Ref. ub3:] "UFODATENBANK":

ID-cas:18560406
Numéro de cas global:18560406-0002-UDB
Date d'observation (Jour)6
Date d'observation (Mois)4
Date d'observation(Année)1856
Heure d'observation
Code Postal
Lieu d'observationColmar
Canton
Etat fédéral
PaysFrance
Témoins
Classification HynekNL
Classification Vallee
Classification Ruthledge
Classification Henke
Evaluation
Identification
Enquêtes
Etat de l'enquête
DomaineUFO-Datenbank
Cas entré par
Dernière modification par:
Enquêteur assigné au cas
SourceDUFOA-Deutschland - SiDat - 1996-2002
Etat des informations25.04.2015 22:16
Accès à cette fiche2
Lien vers Openmaphttp://nominatim.openstreetmap.org/search?q=Colmar,France
Lien vers l'observationhttp://www.ufo-db.com/WfrmSetupSichtung.aspx?uid_Sichtung=dfa528e0-2b3f-4e7d-a093-99605eb3e8db
Résumé pour invitésThe facts and possibly other documents will be published progressively. Thank you for your patience.
Image d'aperçu
ID-cas:18560406
Numéro de cas global:18560406-0001-UDB
Date d'observation (Jour)6
Date d'observation (Mois)4
Date d'observation(Année)1856
Heure d'observation
Code Postal
Lieu d'observationColmar
Canton
Etat fédéral
PaysFrance
Témoins
Classification Hynek
Classification Vallee
Classification Ruthledge
Classification Henke
Evaluation
Identification
Enquêtes
Etat de l'enquête
DomaineUFO-Datenbank
Cas entré par
Dernière modification par:
Enquêteur assigné au cas
SourceDUFOA-Deutschland - SiDat - 1996-2002
Etat des informations25.04.2015 22:16
Accès à cette fiche2
Lien vers Openmaphttp://nominatim.openstreetmap.org/search?q=Colmar,France
Lien vers l'observationhttp://www.ufo-db.com/WfrmSetupSichtung.aspx?uid_Sichtung=9a6d7bcd-0a44-45bb-9ced-7a40b0e4d9bb
Résumé pour invitésThe facts and possibly other documents will be published progressively. Thank you for your patience.
Image d'aperçu

Discussion:

La première chose que je veux exposer est le parcours du récit dans la littérature ufologique.

L'origine est claire: Charles-François Dussourt, médecin-major à l'hôpital militaire de Colmar, a fait l'observation. C'était le 6 avril 1857, entre 4 heures et 5 heures de l'après-midi, vers Andolsheim près de Colmar, le long de l'Ill. Cela a été rapporté par la presse locale via le journal "L'Alsacien", et repris dans la presse parisienne [Ref. pr1:], et au moins un autre journal de l'époque au 18 avril 1857, un journal régional [Ref. da1:], un Almanach, etc., ce qui suggère que nombre de journaux de toutes régions avaient mentionné l'événement.

Ceci exclut donc une "invention" par Desmond Leslie.

On peut certes se demander comment cela se retrouve en 1953 dans un livre étranger sur les soucoupes volantes, le livre de Desmond Leslie, mais c'est certainement très simple: longtemps auparavant, un homme collectait les événements étranges, principalement dans la presse, la presse du monde entier. Il collectait notemment les récits qui selon lui évoquaient des engins volants venus d'une autre planète. C'est homme est le Britannique Charles Fort, très connu mais pourtant trop souvent oublié dans l'histoire de l'ufologie, lorsque l'on s'imagine que l'idée de visiteurs extraterrestres comme explication de chose mystérieuses dans le ciel daterait seulement des années 1950 et proviendrait des Etats-Unis. Desmond Leslie reprend des récits anciens que l'on trouve chez Charles Fort, et loue le travail de ce dernier [la1], parce que c'est sans doute chez lui qu'il a puisé ces cas anciens.

J'ai bien des sources locales contemporaines pour le récit, et son parcours est assez logique. Après Desmond Leslie, le récit est recopié, avec peu de soin parfois, sans aucun effort de recherche, et sans qu'aucune source première n'apparaisse, tout simplement parce que les copistes n'ont pas compris que c'était Charles Fort qui avait collecté l'histoire, parce que Desmond Leslie ne l'avait pas explicitement crédité, parce que la source première n'a jamais été indiquée par Charles Fort ou a été omise par Desmond Leslie, ce qui est plus probable: cet auteur ne donne aucune source pour les dizaines d'observations anciennes qu'il liste dans son livre.

Le britannique Desmond Arthur Peter Leslie, né en 1921, en Irlande, décédé en 2001 à Antibes, France, était un pilote, réalisateur de film, auteur et musicien pionnier de la musique électronique.

Il se peut ensuite que certain copistes aient préféré taire que Desmond Leslie serait leur source à son tour: l'auteur a co-écrit une partie de son livre avec le "contacté" américain George Adamski, grand menteur patenté, ce qui donne un parfum douteux à l'histoire.

Ainsi Piens et Scornaux donnent "Inforespace", le bulletin du groupe d'ufologie belge SOBEPS comme source, Jérôme Beau donne Piens et Scornaux citant "Inforespace", seuls Christian Valentin et "UFOdna" (catalogue basé sur l'ancien UFOCAT) donnent Desmond Leslie.

Dans le processus, tout le monde a recopié l'erreur de date, apparue au plus tard dans la version de Leslie, et peut-être commise avant lui par Charles Fort. L'année est 1857 et non pas 1856. Christian Valentin, le seul avant moi qui ait tenté d'aller au-delà de la recopie de recopie, a trouvé cette lettre au préfet datée 9 avril 1959 et indiquant "deux jours auparavant" pour la chute de l'aérolithe. Mais c'est nécessairement faux: l'événement est bien cité dans la presse de 1857, deux ans avant, je l'ai prouvé.

Une autre question qui s'est posée, à Christian Valentin au moins, est l'identité du témoin. Il a trouvé la bonne personne, le docteur Dussourt de l'hôpital militaire de Colmar. Je peux confirmer cette trouvaille avec le prénom et encore plus de sources que l'annuaire postal du Haut-Rhin et du Bas-Rhin de 1860:

J'ai trouvé que Charles-François Dussourt a été candidat à la médecine, écrivant "Questions sur diverses branches des sciences médicales" en 1841. J'ai trouvé que Charles-François Dussourt a été nommé médecin principal de 2ème classe à l'hôpital miliaire de Valenciennes, dans le Bulletin Général de Thérapeutique, volume 72, page 48, de 1867. Il est aussi mentionné dans les Archives Médicales, 2e série, page 217, de 1856, et les Annales d'Hygiène Publique, Industrielle et Sociale de 1857. J'ai trouvé que Charles-François Dussourt était médecin-major de première classe à l'hôpital militaire de Colmar, avec 18 ans de service, 6 campagnes à son active, dans le Bulletin des Lois de l'Empire Français, Volume 6, page 895, 1856. Enfin, il cité dans L'Union Médicale de 1867 en page 48, et dans Lyon Médical, volume 7, page 191, de 1871, on apprend qu'il est promu au grade d'officier de la légion d'honneur.

Dussort, Dussourd, Dussourt, il y avait de quoi s'y perdre, mais les choses sont claires, le journal La Presse dit bien "M. le docteur Dussourt, médecin en chef de l'hôpital militaire de Colmar".

Maintenant, qu'en est-il de l'observation?

On pense évidemment "aérolithe", météorite, ou au moins, météore passant dans le ciel.

Un météore traversant le ciel, de nuit, c'est lumineux. Renflé à l'avant avec une traînée lumineuse vers l'arrière. Mais ici, nous avons "un corps très noir" (La Presse). Et c'est en plein après-midi. La forme est contraire à celle d'un météore également, comme si la traînée précédait la masse: "allongé en pointe dans sa partie antérieure et terminé par une masse sphérique". Ce qui est décrit est donc une météorite en train de tomber - ou autre chose si on le veut à toute force.

Christian Valentin a trouvé qu'il avait été question de la récupération de l'aérolithe pour exposition au musée de Colmar. Alors j'ai cherché parmi les météorites connues, documentées, de cette époque, la trace de cet objet. Je ne l'ai pas trouvé. Aucun catalogue de météorite n'indique que l'aérolithe avait été récupéré. La lettre trouvée par Christian Valentin ne le dit pas non plus, elle exprime le souhait que si la météorite était récupérée, elle devrait être exposée à Colmar, ce qui implique qu'elle n'avait pas été trouvée ou pas encore été trouvée.

Au plus proche de notre affaire, ce que j'ai trouvé est:

ASTRONOMIE. — Composition d'une pierre météorique tombée en avril 1857:

Extrait d'une lettre de M. Wohler à M. Dumas.

"J'ai fait dernièrement l'analyse d'une pierre météorique tombée à Kaba, en Hongrie, le 15 avril 1857. Cette pierre est noire et sa couleur est due à du charbon amorphe. Elle contient, en outre des éléments ordinaires des météorites, une matière organique, c'est-à-dire un hydrogène carboné à peu près semblable à la paraffine, à l'ozokérite ou schéerérite. La quantité de cette matière bitumineuse est, il est vrai, très-petite, mais je l'ai constatée d'une manière parfaitement sûre: elle est soluble dans l'alcool et se carbonise par la calcination. Depuis j'ai trouvé la même matière dans le [sic] météorite tombé en 1838 au Cap, en Afrique [celle de Cold Bokkeveld Mountains]. La pierre est colorée en noir et contient 1,5 pour 1oo de carbone. Il est probable que cette matière bitumineuse est un produit de nature organique, et que la présence du charbon dans ces pierres est due à l'action du feu sur la matière bitûmeuse au moment où s'est produite l'incandescence du météorite dans son passage au travers de l'atmosphère terrestre."

La source est:

C'est de loin la plus proche en date et en lieu. Mais évidemment Andolsheim est bien loin de Kaba en Hongrie, pour une météorite déjà "noire", en fin de chute, avec sa trajectoire fortement inclinée et le son entendu quand elle frappe le sol. Elle est forcément tombée près du docteur Dussourt. Alors, où est-t-elle passée? Ou bien est-elle toujours là-bas?

Evaluation:

Probable chute de météorite.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 11 mars 2014 Création, [da1], [pr1], [re1], [aa1], [rg1], [la1], [kr1], [jv1], [ps1], [uw2], [jb1], [cv2], [ud1], [tm1].
1.0 Patrick Gross 11 mars 2014 Première publication.
1.1 Patrick Gross 6 octobre 2016 Addition [pv1].
1.2 Patrick Gross 31 octobre 2016 Addition [ur1].
1.3 Patrick Gross 25 janvier 2018 Addition [ur1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 25 janvier 2018.