France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

8 octobre 1954, Saint-Claud, Charente:

Référence pour ce cas: 8-oct-54-Saint-Claud. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional La Charente Libre d'Angoulême, rapportait en page 2 le 11 octobre 1954 qu'un "engin lumineux avait été vu à Saint-Claud, par Mr. Puygelier, 24 ans, chauffeur chez M. Prévotel, à Saint-Claud.

Rentrant de son travail au volant de son camion, Mr. Puygelier avait vu dans la nuit du 8 au 9 octobre 1954, vers 23 heures, au lieu dit Bel-Air, à 500 mètres du bourg, un engin lumineux de forme allongée, ressemblant à un oeuf gigantesque. Il a vu "l'engin" descendre, puis se balancer quelques instants à faible hauteur, pour finalement se poser derrière une haie, à quelques mètres de la route.

Très effrayé, il a poursuivit son chemin jusqu'à Saint-Claud. Puis, remis de ses émotions, il est reenu avec un témoin. L'engin avait disparu, mais au même endroit, ils avaient distingué sur le talus une silhouette humaine immobile, d'une taille qu'ils n'ont pas pu préciser, "vu l'obscurité!"

Le lendemain matin, de nombreux habitants de Saint-Claud se sont rendus sur les lieux, et ont pu voir une traînée longue d'environ 3 mètres où l'herbe était complètement brûlée. Alentour, le gazon était fortement piétiné.

En 1979, les ufologues "sceptiques" Gérard Barthel et Jacques Brucker assuraient avoir effectué une "petite recherche auprès des témoins", et avoir appris qu'un "ballon, gonflé à l'hydrogène, s'enflamme et tombe derrière une haie... le premier témoin observe un cigare volant! Il part chercher une seconde personne; dans l'intervalle les pompiers sont sur place pour éteindre le début d'incendie ... A leur retour ils observent une silhouette inquiétante!"

Rapports:

[Ref. cle1:] JOURNAL "LA CHARENTE LIBRE":

Scan

De mieux en mieux

A Tourriers, une trentaine de témoins ont vu pendant près de vingt minutes un "cigare volant"

Les douze coups de minuit venaient de sonner. Dans la salle du café-restaurant du "Relais des as du volant", situé en bordure de la Nationale 19, à la sortie de Tourriers, des consommateurs attardés bavardaient vendredi soir avec le barman. Six jeunes gens d'Angoulême, parmi lesquels se trouvaient le fils de M. Alexandre, jouaient au billard. La conversation portait, bien entendu, sur les soucoupes volantes. Une demi-heure avant, un routier, chauffeur de la maison Guillot, de Poitiers, n'avait-il pas dit avoir vu en passant près des carrières des Chauvauds, cinq points lumineux sur le sol.

M. Pruneau, le patron du Relais, avait écouté son récit en souriant, puis, haussant les épaules: "Moi, ces histoires de soucoupes volantes, avait-il dit, je n'y crois guère! Tant que je n'en aurais pas vu une..." Et il était monté se coucher.

C'est alors qu'un routier devait faire irruption dans la salle: "Venez, les gars, venez voir ce qu'il y a au-dessus de la route!" Il expliqua qu'en descendant la pente qui conduit à Tourriers, quand on vient de Poitiers, il avait aperçu dans la lueur de ses phares une grosse masse qui s'était élevée du bord gauche de la route puis s'était arrêtée à une certaine hauteur où elle se trouvait encore.

Si une salle de café fut jamais rapidement évacuée, ce fut bien celle du Relais cette nuit là. Bientôt tous les habitants de la maison d'ailleurs, étaient sur la route, certains pieds nus ou en tenue légère. Il y avait là, en dehors des routiers et des consommateurs du bar, M. et Mme Pruneau, réveillés par leur commis, Henri Brigandet et Tony Blanc, chauffeurs des usines Dassault de Paris, les chauffeurs de la maison Duboué de Bordeaux, ceux de la maison Lachin, d'Oléron Sainte-Marie, ceux des Docks des Alcools de Paris et bien d'autres encore arrivés sur ces entrefaites et qui s'étaient arrêtés, intrigués par tous ces gens, le nez en l'air.

C'est ainsi qu'environ 30 personnes virent distinctement - la nuit étant relativement claire - une sorte de gros ballon de rugby (ce sont les propres termes employés par M. Pruneau) immobile à environ une quarantaine de mètres du sol. L'engin sur lequel on de distinguait aucune lumière portait à sa pointe comme deux petites ailettes. Il pouvait mesurer environ 4 m. 50 de long et 1 m. 50 à 2m de diamètre.

Il demeura ainsi sans le moindre mouvement, sans émettre le moindre bruit pendant près de vingt minutes.

A un certain moment, les spectateurs médusés de cet étrange spectacle eurent l'impression que l'engin redescendait vers la route. Ils se précipitèrent tous en courant, mais à ce moment précis le "cigare" remonta, mais cette fois beaucoup plus haut qu'avant.

Bientôt d'ailleurs, il devait, toujours silencieux, se mettre en mouvement, puis prendre de la vitesse et disparaître à l'allure d'un avion commercial, dans la direction d'Angoulême.

Inutile de dire quel est, depuis samedi, le principal objet de toutes les conversations à Tourriers et que M. Pruneau - sans toujours croire, bien sûr, aux "soucoupes volantes" et aux histoires de Martiens - se demande tout de même avec perplexité quel pouvait bien être l'engin mystérieux qu'il n'y pas été le seul à voir.

UN ENGIN LUMINEUX A SAINT-CLAUD

M. Puygelier, 24 ans, chauffeur chez M. Prévotel, à Saint-Claud, rentrant de son travail au volant de son camion, a aperçu, dans la nuit du 8 au 9 octobre, vers 23 heures, au lieu dit Bel-Air, à 500 mètres du bourg, un engin lumineux de forme allongée, ressemblant à un oeuf gigantesque. M. Puygelier vit l'engin descendre, puis se balancer quelques instants à faible hauteur, pour finalement se poser derrière une haie, à quelques mètres de la route.

Saisi d'une grande frayeur, il poursuivit son chemin jusqu'à St-Claud. Puis, remis de ses émotions, il revint accompagné d'un témoin. L'engin avait disparu, mais au même endroit ils distinguèrent une silhouette humaine immobile, sur le talus et d'une taille qu'ils ne sauraient préciser, vu l'obscurité!

Le lendemain matin, de nombreux St-Claudais se rendirent sur les lieux où ils purent voir une traînée longue d'environ trois mètres et où l'herbe était complètement brûlée. Alentour, le gazon était fortement piétiné.

On se perd en conjecture et toutes les hypothèses sont émises...

[Ref. tbr1:] TED BLOECHER:

(Jean-Luc Rivera est la source de ces éléments soumis par Ted Bloecher: Traductions par Lex Mebane. Résumés par Mildred Biesele.)

La Charente Libre (édition d'Angoulême) du 11 octobre 1954: A environ onze heures la nuit du 8-9 octobre 1954, M. Puygelier a vu au-dessus de lui près de la ville de Bel-Air un objet ovale lumineux, ressemblant à un oeuf colossal, qui est descendu près de la terre, a oscillé quelques secondes, puis ont atterri derrière une haie près de la route. Effrayé, il a continué à rouler vers St Claud, mais est ensuite revenu avec un autre témoin. Là où l'engin avait été vu, ils pouvaient distinguer dans l'obscurité une silhouette humaine se tenant immobile sur le bord de la route. A cet endroit le lendemain matin une bande de la végétation de 3 mètre de long a été trouvée brûlée, entouré par un secteur où l'herbe a été piétinée.

[Ref. jra1:] JEAN-LUC RIVERA:

La Charente Libre (édition d’Angoulême) du 11 octobre 1954: vers onze heures du soir du 8 au 9 octobre 1954, M. Puygelier a vu au-dessus de la ville de Bel-Air un objet lumineux et allongé ressemblant à un oeuf gigantesque, qui est descendu près du sol, a oscillé quelques secondes, puis a atterri derrière une haie près de la route. Il a conduit à St. Claud effrayé, puis est revenu avec un autre témoin. Là où l'engin avait été vu, ils pouvaient distinguer dans l'obscurité une silhouette humaine immobile sur le bord de la route. Le lendemain matin, à cet endroit, une bande de végétation brûlée de 3 mètres de long a été découverte, entourée d’une zone piétinée.

[Ref. bbr2:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Dans le fichier du groupement "Lumières Dans La Nuit" (4), en date du 11 octobre nous notons: "Saint Claud sur le Son, Charente, un chauffeur, Monsieur Puygelier, 24 ans, a aperçu dans la nuit un cigare volant qui venait de se poser derrière une haie. Effrayé Monsieur Puygelier est allé chercher un témoin. Les deux hommes, revenus sur les lieux ne trouvèrent plus le cigare, par contre ils distinguèrent une silhouette humaine. Ils prirent la fuite".

La crédibilité de cette observation semble bonne puisque effectuée par deux personnes. Une petite recherche auprès des témoins, pour obtenir quelques détails supplémentaires, nous permet de comprendre toute l'histoire: un ballon, gonflé à l'hydrogène, s'enflamme et tombe derrière une haie... le premier témoin observe un cigare volant! Il part chercher une seconde personne; dans l'intervalle les pompiers sont sur place pour éteindre le début d'incendie ... A leur retour ils observent une silhouette inquiétante!

4. Etabli par Madame Gueudelot, archiviste de ce groupement.

[Ref. mft1:] MICHEL FIGUET:

N° CAS CLASSIFICATION DATE HEURE LIEU CODE POSTAL CREDIBILITE SOURCE
151 CE3 08 10 1954 23.00 Saint-Claud 16450 B5 R9 "La Charente libre" (FG) 11/10/1954

[Ref. lgs1:] LOREN GROSS:

9 octobre. Bel-Air, France. (11:00 heures de l'après midi.)

Selon un journal français:

"Vers onze heures du soir, du 8 au 9 octobre 1954, M. Puygelier aperçut au-dessus de la ville de Bel-Air un objet allongé, lumineux, ressemblant à un oeuf gigantesque, descendu près du sol, oscillant quelques secondes, puis il atterrit derrière une haie, près de la route. Il se rendit à Saint-Cloud, effrayé, mais ensuite revint avec un autre témoin. Là où l'on avait aperçu l'engin, ils ont pu apercevoir dans l'obscurité une silhouette humaine immobile sur le bord de la route. A cet endroit le lendemain matin, on trouva une bande de végétation brûlée de trois mètres de long, entourée d'une zone où l'herbe était piétinée." 97.

  • 97. La Charente Libre. 9 octobre 54.

[Ref. jsr1:] JEAN SIDER:

L'auteur indique que le 8 octobre 1954 à 23:00 à Saint-Claud, en Charente, Mr. Puyguelier, 24 ans, chauffeur chez Mr. Prévotel à St. Claud, rentrait de son travail au volant d'un camion quand il a soudain vu un engin lumineux de forme allongée comme un oeuf gigantesque descendre, se balancer quelques instants à faible altitude et se poser derrière une haie à quelques mètres de la route.

Il a été très effrayé et à poursuivi sa route jusqu'à St. Claud, s'est remis de son émotion et est revenu avec un ami, pour constater que l'engin avait disparu mais qu'il y avait une silhouette humaine immobile sur le talus.

Ils n'ont pu en dire la taille du fait de la relative obscurité.

Des habitants de St. Claud se sont rendus sur les lieux le lendemain et ont trouvée une trainée d'herbe brûlée d'environ trois mètres de long, le gazon autour étant fortement piétiné.

Il note que la silhouette observé n'a peut-être aucun rapport avec l'atterrissage.

Jean Sider indique que sa source est le journal La Charente Libre d'Angoulême du 11 octobre 1954 en page 2.

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH - "*U* COMPUTER DATABASE":

4022: 1954/10/08 23:00 1 0:28:00 E 45:54:00 N 3333 WEU FRN CHN 8:6

St.CLAUDE,FR:1/VOITURE:IMMENSE LUMn OVOIDE ^/HAIE:^^:OMBRE APPARENCE HIMAINE RESTE:/LDLNN°319

RefN°217 Jean SIDER: Le DOSSIER 1954 (2 vol.) Page No. 189 : ROUTE+RAILS

[Ref. ars1:] ALBERT ROSALES:

137.

Lieu. St Claud Charente France

Date: 8 octobre 1954

Heure: 2300

M Puygelier, 24 ans, chauffeur, conduisait vers Saint Claud quand, à 1/3 de mile de la ville, il a vu un OVNI lumineux en forme d'oeuf descendre, oscillant pendant quelques secondes, et finalement atterrissant derrière une haie à quelques mètres de la route. Il a continué à rouler vers Saint Claud, mais est revenue avec un autre témoin. L'OVNI n'était plus présent, mais sur l'emplacement ils ont vu une silhouette humaine se tenir immobile sur le gravier du bord de la route. Le matin suivant, une bande d'herbe brûlée de 10 pieds de long a été trouvée sur les lieux, et autour d'elle l'herbe avait été très applatie.

Humcat 1954-26

Source: Humcat quoting newspaper source

Type: D

[Ref. tps1:] TED PHILLIPS:

08/10/54 2300 France, St. Cloud: Mr. Puygelier, 24 ans, conduisait quand il a vu atterrie un objet en forme d'oeuf derrière une haie à quelques yards de la route. Lui et un témoin différent ont vu un être debout dans le champ. Une bande d'herbe brûlée de 10 pieds de long a été trouvée au secteur d'atterrissage, et autour de la bande brûlée l'herbe était applatie.

[Ref. lcn1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique qu'en Charente à St Claud, le 8 octobre 1954, à 23:00 heures, le témoin "roule au volant d'un camion quand il observe un objet lumineux ressemblant à un oeuf gigantesque. L'objet descend en se balançant quelques instants à faible hauteur et se pose derrière une haie à quelques mètres de la route. Affolé le témoin continue sa route. Quelque temps plus tard remis de ses émotions il revient avec un ami, mais l'objet avait disparu. Il leur sembla voir une silhouette humaine immobile sur le talus, mais il faisait déjà sombre et une erreur d'interprétation est fort probable. Par contre le lendemain plusieurs habitants se rendirent sur les lieux et observèrent une trace longue de trois mètres environ où l'herbe était brûlée. Autour le gazon semblait fortement piétiné."

Luc Chastan indique que la source est Lumières dans la Nuit.

[Ref. uda1:] SITE WEB "UFODNA":

Un dossier de cas sur ce site web indique que le 8 octobre 1954 à 23:00 à St Claud Charente, France, M. Puygelier, 24 ans, un chauffeur, conduisait à St Claud quand à 1/3 de mile de la ville, il a vu un OVNI lumineux en forme d'oeuf descendre, osciller quelques secondes, et finalement atterrir derrière une haie à quelques mètres de la route. Il a continué à rouler vers St Claud, mais est revenu avec un autre témoin. L'OVNI n'était plus présent, mais à l'emplacement ils ont vu une silhouette humaine se tenir immobile sur le gravier de bord de la route. Le matin suivant, une bande d'herbe brûlée de 10 pieds de long a été trouvée à l'endroit, et autour d'elle l'herbe a été beaucoup aplatie.

La source est un lien à une page web inexistante.

[Ref. uda2:] SITE WEB "UFODNA":

Un dossier de cas sur ce site web indique que le 8 octobre 1954 à 23:00, à St Claud, France, une silhouette humaine s'est tenue immobile où un OVNI ovoïde lumineux a atterri. Une bande d'herbe brûlée et écrasée a été trouvée à l'endroit, aplatie. On a observé un objet. Des traces au sol ont été trouvées. On a observé un objet lumineux ovoïde, d'environ 20 pieds de large, avec deux témoins masculins, d'âge typique 24 ans, sur une route pendant plus d'une minute (Puygelier). Un être silhouetté a été vu.

Les sources sont indiquées comme Webb, David, HUMCAT: Catalogue of Humanoid Reports; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Coupures de Journaux; Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. prn1:] PETER ROGERSON:

8 octobre 1954, 2300hrs.

BEL-AIR (CHARENTE : FRANCE)

Le chauffeur Mr Puygelier (24 ans) a vu au-dessus de lui, près de Bel-Air, un objet allongé lumineux, ressemblant à un oeuf gigantesque, qui descendit au ras du sol, oscilla quelques secondes, puis atterrit derrière une haie près de la route. Il a conduit à St Claude dans l'effroi, mais est ensuite revenu avec un collègue. Où l'objet avait été on distinguait, dans l'obscurité, une silhouette humaine immobile debout sur le bord de la route. A cet endroit le lendemain matin une bande de végétation brûlée de 3m de long a été trouvée, entourée par une zone d'herbe piétinée.

Jean Luc Rivera dans MUFON UFO Journal 130, p.16 + Alain Gamard tous deux citant La Charente Libre 11 octobre 1954.

[Ref. tai1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Lieu: St Claud Charente France

Date: octobre 8 1954

Heure: 2300

M Puygelier, 24 ans, chauffeur, conduisait en allant à St Claud quand, à un tiers de mille de la ville, il a vu un OVNI lumineux en forme d'oeuf descendre, osciller pendant quelques secondes, et enfin atterrir derrière une haie à quelques mètres de la route. Il a conduit à St Claud, mais il est revenu avec un autre témoin. L'OVNI n'était plus présent, mais sur le site ils ont vu une silhouette humaine immobile sur le gravier en bordure de route. Le lendemain matin, une bande de gazon brûlé de 10 m de long a été trouvé à l'endroit, et autour d'elle l'herbe était beaucoup foulée.

Source: Humcat quoting newspaper source

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 3 fois au lieu d'une:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541220 20.12.1954 St. Claude France
19541008 08.10.1954 St Claud France 23.00 CE III
19541008 08.10.1954 St. Claud France 23.00 CE III

[Ref. prn2:] PETER ROGERSON - "INTCAT":

8 octobre 1954. 2300hrs.

BEL-AIR (CHARENTE : FRANCE)

Le chauffeur Mr Puygelier (24 ans) a vu au-dessus de sa tête, près de Bel-Air, un objet lumineux allongé, ressemblant a un gigantesque oeuf, qui est descendu près du sol, oscillant quelques secondes, pus a atterri derrière une haie près de la route. Il a continué à rouler vers St Claude apeuré, mais est ensuite revenu avec un collègue. l0 OÙ l'objet avait été, ils ont pu dstingier dans l(obscurité, une silhouette humaine se tenant immobile sur le bord de la route. A cet endroit le lendemain matin une bande de végétation brûlée a été trouvée; de 3m de long, entourée par une zone d'herbe piétinée.

Jean Luc Rivera dans MUFON UFO Journal 130 p16 + Alain Gamard tous deux citant La Charente Libre 11 octobre 1954.

Explications:

Comme souvent, l'explication par Barthel et Brucker est à la fois quelque chose qui doit être pris en compte, mais qui suscite des réserves. Ces ufologues ont souvent ainsi donné des explications sans rentrer vraiment dans les détails, ici par exemple, on ne sait pas du tout à quel témoins ils ont parlé (Mr. Puygelier, ou des habitants du village, ou le spompiers?), ni quand. Mais cela ne permet pas d'écarter l'explication non plus.

Le mystère, pour moi, avec leur explication, est de comprendre comment et pourquoi un "ballon à hydrogène" prendrait feu. Les seuls ballons à hydrogène utilisés à cette époque étaient les ballons sonde météorologiques. Mais ces ballons n'atterissent pas ainsi. Arrivés à une altitude trop grande, leur enveloppe explose et ils retombent en lambeaux dispersés. Ils ne prennent pas feu.

En admettant même qu'un ballon météo, mal gonflé ou ayant une petite fuite, soit redescendu intact - cela est possible - il n'y a tout d'abord aucune raison pour qu'il prenne feu. Il n'y a aucune raison pour qu'on ne trouve pas alors la rasiosonde qui lui serait attachée. Il n'y a aucune raison à premièRe vue pour que ni les habitants venus sur les lieux, ni le journal, ne soient pas au courant d'une intervention de pompiers, aucune raison pour que l'on ne trouve pas des fragments même brûlés. Les pompiers eraient-ils venus éteindre un feu, auraient-ils tout ramassé, puis seraient partis, avant que les habitants n'arrivent? Cela est plausible.

L'incident ne semble pas vraiment "extraterrestre"; ainsi, la silhouette mal vue n'a rien de bien troublante.

Par ailleurs, si Saint-Claud et juste un petit village, il y a bien là, en 2019 en tout cas, un "centre d'incendie et de secours"... Mieux encore, le lieu-dit "Bel-Air" où "l'engin" se serait posé est à 700 mètres de ce centre. Le terrain est plat, peu boisé (en 2019), et des pompiers auraient simplement pu voir le feu sans même qu'il soient nécessaire que quelqu'un les alerte...

Il est donc possible que l'explication de Barthel et Brucker soit la bonne, que comme dans le cas de Bélesta, se serait par leur rédaction trop pauvre, mal documentée, peu explicite, qu'elle puisse sembler douteuse.

Enfin, on notera que pas un chat parmi les nombreux ufologues "sceptiques" ou "convaincus" qui ont évoqué l'incident n'a pris connaissance de leur explication, sans doute parceêlle n'a pas été publié dans leur fameux livre "La Grande Peur Martienne" mais dans un magazine ufologique... belge.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Saint-Claud, Charente, Puygelier, chauffeur, voiture, route, objet, lumineux, atterrissage, oscillations, trace, herbe, applatie, oeuf, ovale

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 18 octobre 2007 Première publication.
1.0 Patrick Gross 26 janvier 2009 Première version formalisée. Additions [tbr1], [lcn1], [uda1], [uda2].
1.1 Patrick Gross 10 février 2010 Addition [tps1].
1.2 Patrick Gross 14 août 2013 Addition [prn1].
1.3 Patrick Gross 7 octobre 2014 Addition [tai1].
1.4 Patrick Gross 25 octobre 2016 Addition [ubk1].
1.5 Patrick Gross 20 décembre 2016 Addition [lgs1].
1.6 Patrick Gross 15 août 2019 Additions [jra1], [bbr2], [mft1], [lhh1], [prn2], Résumé. Explications changéEs, étaient "Non encore recherchée."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 15 août 2019.