France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

16 octobre 1954, Bélesta, Ariège:

Référence pour ce cas: 16-oct-54-Belesta. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Rapports:

[Ref. hw1:] HAROLD T. WILKINS:

L'auteur rapporte qu'en octobre 1954, à Belesta dans les Pyrénées françaises, un marchant a dit qu'il a vu une boule brillante filant dans le ciel, laissant de la fumée grise derrière.

[Ref. am1:] AIME MICHEL:

Aimé Michel rapporte une observation qui a eu comme témoin toute une région composée des départements de l'Allier et de l'Aude. Il rapporte l'observation à partir du compte rendu du docteur Millet, qui était président de l'aéro-club de Lavelanet, dans l'Ariège.

L'observation a débuté le 16 octobre 1954 vers 21:30 quand quelques habitants de Belesta furent les premiers à apercevoir une curieuse luminosité qui semblait provenir d'un objet très brillant caché par le dessus des rochers qui forment la crête de la montagne qui borde l'horizon au sud-ouest.

Assez vite, de nombreuses personnes alertées dans les rues et les places de Belesta qui avait plus d'un millier d'habitants regardaient le phénomène.

L'objet est alors monté dans le ciel et s'est laissé voir sous la forme d'une ellipse bien dessinée et rayonnante d'un éclat intense. L'objet n'est pas resté longtemps vers le haut et est redescendu derrière la crête où il ne pouvait plus être vu, puis est de nouveau remonté, et a continué ce manège de montées et de descentes plusieurs fois.

Aimé Michel reprend le récit écrit du docteur Millet pour la suite de l'observation:

"Il en fut ainsi pendant huit à dix minutes, jusqu'à 21:40. A ce moment, ce n'est pas un disque qui réapparut, mais deux, séparés par un espace très franc. Ils ne présentaient ni le même éclat ni la même coloration, l'un blanc brillant, l'autre vert pâle. Cette phase dura une minute ou deux environ. Et tout à coup on put voir non plus deux mais trois objets. Ils changeaient fréquemment et subitement de coloration. Avec le troisième objet était apparue une nouvelle couleur, un rouge foncé extrêmement lumineux semblable au rouge d'un vitrail éclairé par le soleil."

"A 21:45, le phénomène disparut définitivement."

Aimé Michel signale que la Gendarmerie a été prévenue dès le début de l'observation et que les gendarmes comptaient donc parmi les très nombreux témoins.

Le docteur Millet, le chef de la brigade de gendarmerie et un troisième témoin avaient pris une voiture et ont roulé au-delà de la forêt par la route départementale 16 jusqu'au plateau de Sault à 900 mètres d'altitude. A 22:05 ils sont arrivés sur la route qui domine la grande plaine de la Béague au Sud-Ouest de Belesta, et de là, les trois personnes ont observé la dernière phase du phénomène, soit un vaste objet vert pâle qui filait à grande vitesse dans la direction de l'Ouest vers Belvis, dans l'Aude. Il a rapidement diminué en taille apparente et en éclat et a cessé d'être perceptible à une hauteur angulaire de 25 à 30 degrés au-dessus de l'horizon.

Quand ces trois témoins sont revenus à Belesta, ils ont appris que d'autres témoins avaient téléphoné de divers endroits pour signaler la présence des objets vus au début au-dessus des rochers au début de l'observation, donnant des récits concordants pour l'heure et la localisation.

[Ref. jv5:] JACQUES VALLEE:

364 -001.93221 51.90300 16 10 1954 21 30 1 (BELESTA-ARIEGE) F 0033 G

[Ref. gl1:] CHARLES GARREAU ET RAYMOND LAVIER:

Les auteurs indiquent qu'à Belesta, en Ariège, le 16 octobre 1954, peu après 21:30, une centaine d'habitants ont vu apparaître au-dessus du "Rocher-de-Millet", une boule lumineuse extrêmement brillante qui s'est élevée au-dessus de la montagne, est restée un instant immobile, est descendue pour disparaître derrière les rochers, et a recommencé son manège.

Les auteurs disent que le phénomène apparaissait cependant en des points différents et qu'il "était très aisé de prévoir sa réapparition", car une lueur se dessinait nettement à travers les arbres du dessus de la falaise. "Cette lueur faisait place à nouveau au disque lumineux; dont l'éclat demeurait toujours éblouissant."

Cela a continué pendant huit à dix minutes environ, jusqu'à 21:40, puis un deuxième disque est apparu aux côtés du premier, mais nettement à l’écart. Tous deux présentaient rarement le même éclat ou la même coloration; l'un était blanc brillant, l'autre prenait une couleur vert pâle, intensément lumineuse.

Cette phase dura à peine deux minutes, puis un troisième disque a surgi et avec les deux autres, s'est mis à dessiner dans le ciel une ronde étourdissante. Les trois disques changeaient fréquemment et subitement de coloration. Une nouvelle couleur était apparue, un rouge orangé, relativement foncé, mais très lumineux, dont la tonalité, ont dit les témoins, était comparable à certains rouges que l'on voit dans une rosace ou vitrail de cathédrale lorsqu'ils sont traversés par un rayon de lumière.

A 21:45, le phénomène a cessé brusquement. Dès le début, la brigade de gendarmerie avait été alertée et les gendarmes étaient parmi les principaux témoins. Quand tout paraissait terminé, le docteur Millet, président de l'Aéro-Club, voulant en savoir plus, invita le chef de brigade et un autre témoin à l'accompagner en voiture jusqu'au plateau du pays de Sault, à 900 mètres d'altitude, au-delà de la forêt.

Un quart d'heure plus tard, à 22:05, le véhicule arrivait sur la route dominant la grande prairie de la route de Bunague (Aude) et les automobilistes ont vu apparaître au zénith au-dessus du hameau de la Bunague une très vive lueur vert pâle qui est descendue à très grande vitesse en direction de Belvis. Elle s'est évanouie subitement avant d'atteindre Belvis à environ 250 à 300 au-dessus de l'horizon.

Redescendus à Belesta, le docteur Millet et ses compagnons ont apprit que la lueur avait été vue à la même heure et paraissait se diriger vers ce même rocher de Millet, si brillamment illuminé vingt minutes auparavant.

[Ref. bb1:] GERARD BARTHEL ET JACQUES BRUCKER:

Les deux auteurs citent le récit suivant, sans donner de date ni de référence pour leur source:

"Vers 20 h 30 des habitants de Belesta, dans l'Ariège, aperçurent un objet qui monta dans le ciel et apparut sous la forme d'une ellipse aux bords bien dessinés rayonnant d'un éclat intense. Il n'y resta pas longtemps redescendit, redevint invisible, remonta redescendit, plusieurs fois de suite. Ces manoeuvres étranges durèrent 8 à 10 minutes. Maintenant ce n'est pas un disque qui réapparaît, mais deux. Séparés par un espace assez grand. L'un blanc, l'autre vert. Cette phase dure 1 minute environ. Tout à coup, on put voir non deux, mais trois objets. Ils changeaient fréquemment de coloration. La troisième (?) était rouge foncé extrêmement lumineux, semblable au rouge d'un vitrail éclairé par le soleil. Après un quart d'heure les nombreux témoins dont les gendarmes et le docteur Millet, constatèrent la disparition totale du phénomène."

Ils disent que la "recette" pour cette observation est d'un habitant de Belesta qui a bien connu l'inventeur: il faut prendre une vieille roue de bicyclette, y fixer soigneusement quatre fusées d'artifice sur les rayons, cherchez un point dominant le village, allumer les fusées avec précautions et jeter l'ensemble du haut du promontoire.

Ils récapitulent plus loin dans leur livre en disant "canular après enquête."

[Ref. fr1:] MICHEL FIGUET ET JEAN-LOUIS RUCHON:

Les deux auteurs indiquent que le 16 octobre 1954, vers 21:30, des habitants de Belesta dans l'Ariège on été les premiers à apercevoir, au-dessus des rochers qui bornent l'horizon vers le sud-ouest, une curieuse luminosité qui semble provenir d'un objet très brillant caché par le bord de la montagne. Il y a bientôt eu de nombreux témoins dans les rues.

Presque aussitôt, l'objet est monté dans le ciel et est apparu sous la forme d'une ellipse rayonnant d'une lueur intense. Il n'y est pas resté longtemps, est redescendu, est redevenu invisible puis est remonté, redescendu, apparaissant et disparaissant plusieurs fois de suite. Il a été très aisé de suivre ses mouvements. Il en a été ainsi pendant huit à dix minutes, jusqu'à 21:40.

A ce moment, ce n'était pas un disque qui est réapparu, mais deux, séparés par un espace très franc. Ils ne présentaient ni le même éclat ni la même coloration, l'un blanc brillant, l'autre vert pâle. Cette phase a duré environ une minute.

Et tout à coup, on ne vit plus deux, mais trois objets. Il ont changé fréquemment et subitement de coloration. Avec ce troisième objet est apparue une nouvelle couleur: un rouge foncé extrêmement lumineux semblable au rouge d'un vitrail éclairé par le soleil. A 21:45, le phénomène a subitement et définitivement disparu, mais les témoins principaux qui ont pu suivre la fin des événements, un docteur, le chef de la brigade de gendarmerie et une troisième personne sont monté en voiture au-delà de la forêt par la route départementale D16 jusqu'au plateau de Sault, à 900 mètres d'altitude.

A 22:05, le véhicule est arrivé sur la route dominant la grande prairie de la Bénague, au sud-ouest de Belesta. De là, les témoins ont pu observer la dernière phase du phénomène: un vaste objet vert pâle a filé à grande vitesse en direction de Belvis, dans l'Aude, vers l'ouest. Il a rapidement diminué de grosseur et d'éclat et a cessé d'être perceptible à un site de 25° à 30°.

Les auteurs indiquent que leur source est Aimé Michel dans "A propos des S.V." pages 225-226.

[Ref. mf1:] MICHEL FIGUET:

Dans un extrait de son catalogue Francat, Michel Figuet a noté que le cas de CE0 à Belesta était une mystification selon Barthel et Brucker pages 158 et 205.

[Ref. js1:] JEAN SIDER:

Jean Sider indique que le 16 octobre à Bélesta en Ariège, entre 21:30 et 21:40, et non 20:30 comme affirmé par Barthel et Brucker en page 157, plusieurs habitants dont des gendarmes et le Dr Millet ont observé une forme elliptique qui brillait d'un éclat intense et au contour bien précis dans le ciel. Cela a disparu après plusieurs manoeuvres de descentes et de remontées qui ont duré 10 minutes. Ensuite on a aperçu deux disques puis trois, et les phénomènes se sont évanouïs au bout d'un quart d'heure.

Jean Sider affirme ensuite qu'il convient d'être incrédule de ce que Barthel et Brucker avaient parlé d'une roue de bicyclette munie de quatre feux d'artifice lancés au-dessus du village à partir d'un point dominant.

Jean Sider affirme que Barthel et Brucker ont très certainement inventé quand ils disent qu'un habitant de Bélesta "encore anonyme, bien entendu" aurait connu l'inventeur du subterfuge et le leur aurait dit.

Jean Sider indique qu'il y consulté la presse locale, c'est à dire le journal "La Dépêche du Midi" du 19 octobre 1954 en page 10 et y a trouvé des "faits gênants" expurgé par Bartel et Brucker:

A 22:05, le Dr. Millet, le chef de la gendarmerie locale et une autre personne sont arrivés en voiture au-delà de la forêt sur le plateau de Sault à 900 mètres d'altitude, et de ce point élevé par rapport à Bélesta ils ont pu observer la dernière phase du phénomène, soit un vaste objet vert pâle filant vers le sud.

Jean Sider ironise et commente qu'une "jante rouillée" de bicyclette n'aurait pas pu tenir l'air de 21:30 à 22:05, ce serait "remettre en cause toute nos lois établies en matière d'aérodynamique", et que cela n'aurait pas pu non plus abuser un médecin "aviateur amateur qui plus est" et un chef de brigade de gendarmerie. Il termine en disant que Barthel et Brucker prennent les témoins pour "des comiques troupiers ou des dipsomanes".

[Ref. go1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

L'ufologue belge indique qu'en 1954, le 16 octobre, en France à Belesta, de 21:30 à 21:45, puis à 22:05, il y a eu observation. "Témoins: Le docteur Millet, le commandant de gendarmerie de Belesta, les habitants. Observation d'une chose elliptique lumineuse qui se scinde d'abord en deux, puis en trois parties. Cela disparaît définitivement vers 21 h 45. A 22 h 05, d'un autre endroit, les témoins voient un vaste objet vert pâle, filant à grande vitesse vers l'ouest."

La source est indiquée comme "FIGUET/ J.L. RUCHON: "Ovni, premier dossier complet..." - éd. Alain Lefeuvre 1979, p. 173, 174"

[Ref. lc1:] LUC CHASTAN:

Luc Chastan indique qu'en Ariège à Bélesta le 16 octobre 1954 "vers 21:30 heures, des habitants de Belesta aperçoivent les premiers, au-dessus des rochers qui bornent l'horizon vers le sud-ouest, une curieuse luminosité qui semble provenir d'un objet très brillant caché par le bord de la montagne. Il y a bientôt de nombreux témoins dans les rues."

"Presque aussitôt, l'objet monte dans le ciel et apparaît sous la forme d'une ellipse rayonnant une lueur intense. Il n'y reste pas longtemps, redescend, redevient invisible puis remonte, redescend, apparaissant et disparaissant plusieurs fois de suite. Il est très aisé de suivre ses mouvements. Il en est ainsi pendant huit à dix minutes, jusqu'à 21 h 40."

"A ce moment, ce n'est pas un disque qui réapparaît, mais deux, séparés par un espace très franc. Ils ne présentent ni le même éclat ni la même coloration, l'un blanc brillant, l'autre vert pâle. Cette phase dure une minute environ."

"Et tout à coup, on peut voir non plus deux, mais trois objets. Il changent fréquemment et subitement de coloration. Avec ce troisième objet est apparue une nouvelle couleur : un rouge foncé extrêmement lumineux semblable au rouge d'un vitrail éclairé par le soleil. A 21 h 45, le phénomène disparaît subitement et définitivement, mais les témoins principaux qui peuvent suivre la fin des événements, un docteur, le chef de la brigade et une troisième personne montent en voiture au-delà de la forêt par la D16 jusqu'au plateau de Sault, à 900 mètres d'altitude. A 22 h 05, le véhicule arrive sur la route dominant la grande prairie de la Bénague, au sud-ouest de Belesta. De là, les témoins peuvent observer la dernière phase du phénomène : un vaste objet vert pâle file à grande vitesse en direction de Belvis, dans l'Aude, vers l'ouest. Il diminue rapidement de grosseur et d'éclat et cesse d'être perceptible à un site de 25° à 30°."

Luc Chastan indique que la source est "Ovni, Premier dossier complet... par Figuet M./ Ruchon J.L. ** éd. Alain Lefeuvre 1979".

[Ref. ud1:] SITE WEB "UFODNA":

Le site web indique que le 16 octobre 1954, à 21:30 à Belesta, France, "On a observé des objets qui a ont eu un aspect et une performance au-delà des possibilités des aéronefs terrestres connus. Un témoin masculin a observé trois objets à une montagne pendant plus de 35 minutes (Millet)."

Les sources sont listées comme Michel, Aime, Flying Saucers and the Straight-Line Mystery, S. G. Phillips, New York, 1958; Vallee, Jacques, Computerized Catalog (N = 3073); Vallee, Jacques, Challenge to Science: The UFO Enigma, Henry Regnery, Chicago, 1966; Vallee, Jacques, Preliminary Catalog (N = 500), (in JVallee01); Hatch, Larry, *U* computer database, l'Auteur, Redwood City, 2002.

[Ref. be1:] BLOG "OVNI ET VIE EXTRATERRESTRE":

Ce blog recopie la source [lc1], non créditée.

[Ref. oc1:] SITE WEB "LES OVNIS COMMENT NE PAS Y CROIRE?":

Ce site web recopie la source [lc1], non créditée.

[Ref. me1:] BLOG "LES MYSTERES DE L'ETRANGE":

Ce blog recopie la source [lc1], non créditée.

[Ref. dm1:] JOURNAL "LA DEPECHE DU MIDI":

Ovni à Bélesta en 1954: c'était une blague!

En 1954, des copains font valser des lumières au dessus de la colline de Millet et défraient la chronique pendant 50 ans.

Sur internet tapez "ovni-Bélesta". Vous allez voir ce qui remonte. Vous ne serez pas déçu! Le 16 octobre 1954, un samedi, dans le ciel nocturne de Bélesta on assista au surgissement "de boules lumineuses évoluant durant une demi-heure en une ronde magique". C'était le titre de La Dépêche du Midi" qui, quelques jours plus tard, consacrait un long article au phénomène, rédigé par le docteur Millet, alors président de l'aéro-club de Lavelanet. On était en pleine période d'apparitions d'OVNI dans le ciel de France, des dizaines de témoignages avaient été dûment recensés, par les autorités.

A Bélesta des dizaines de personnes ont pu témoigner du ballet des boules lumineuses au-dessus du "Rocher" de Millet, où se trouve une croix. Les gendarmes le vérifièrent aussi, appelés par une population que le phénomène intriguait. Depuis ce "cas" est un des classiques de l'Ufologie, que l'on trouve référencé partout, des auteurs à succès s'y appuient pour développer leurs thèses autour des mondes inconnus qui viennent nous visiter. Et pourtant il va falloir rayer cette splendide apparition: car ce n'était qu'un canular!

"PRESCRIPTION"

"J'ai pensé qu'après 55 ans, il y avait prescription, que le temps était venu de dire haut et clair la vérité". René Lagarde est au nombre des témoins. Ce septuagénaire, ancien de la police nationale n'est pas un rêveur. "Cette affaire, c'est un amusement de jeunes. Avec tous mes copains de Bélesta, nous étions une demi-douzaine, on s'ennuyait ferme ce samedi soir-là. Dans les journaux, à la radio, on ne parlait que d'Ovni. Alors on s'est dit: ils en veulent, on va leur en offrir!".

Cinquante-cinq ans après, ils sont là les principaux protagonistes de ce canular, tous entrés dans leur soixante-dixième année, encore amusés au souvenir de ces étranges apparitions lumineuses.: Jean et André Sibra, René Lagarde, Gérard Pibouleau, Gérard Coléra. C'est comme si c'était hier. Devant eux, le massif de Millet, très raide, qu'à l'époque ils grimpèrent quatre à quatre avec un étrange appareil entre les mains. Une fourche de vélo, un guidon, une roue et attaché un peu partout, des lampes électriques puissantes. C'est le père de l'un d'entre eux qui avait fabriqué ce curieux engin. Lui aussi était dans la confidence. Sur les lampes, des caches de couleurs faits avec des papiers d'enveloppe de bonbons. Rouge, jaune, vert...

Ils en rient encore

"Avec ce vélo spécial, on montait et on descendait autour de la croix, il n'y avait pas d'arbres à cette époque, dans la nuit les gens voyaient mal et ils avaient l'impression que ces lumières montaient et descendaient dans le ciel." poursuit René. Ses copains hilares, reprennent la chanson. "De là-haut - se souvient André - on a vu monter une voiture, c'étaient les gendarmes: on a décampé!" Manque de chance pour les jeunes qui voulaient seulement s'amuser, le ciel en a rajouté une couche, comme pour rendre plus crédible leur canular. "Alors que l'on partait, il est passé dans le ciel une énorme étoile filante!", raconte René. C'était la lueur qui semblait atteindre Belvis dans le témoignage!

En bas, dans les rues de Belesta où se déroulait un concours de belote, tout le monde était dehors, avec les gendarmes. Une grande partie de la population a donc pu témoigner de ce qu'elle a vu. Gérard Pibouleau se souvient: "Quand nous sommes redescendus, on a essayé de dire que c'était nous. J'ai même reçu une bouffe de la part de quelqu'un qui me traitait de menteur. L'affaire a pris de l'ampleur. On n'a pas osé en reparler. Et depuis on vit avec ce secret!"

DANS LES LIVRES

L'affaire depuis était devenue un classique de l'Ufologie. C'est parce que René Lagarde l'a trouvée relatée dans un livre, consacré à l'Ariège, et parce qu'il a aussi consulté internet, qu'il a décidé de parler. Il a appelé ses copains. L'un d'entre eux était décédé. Un autre malade, n'a pu venir au rendez-vous de ce sympathique "cinquantenaire". Sous un soleil de printemps, ils se tenaient là, avec leur sourire espiègle, contemplant le massif de Millet, et les yeux encore perdus dans leur belle blague de jeunesse!

L'observation "officielle" dans "La Dépêche" de 1954

Selon les rapports de gendarmerie, les témoignages recueillis, voici le récit tel qu'il est repris dans toutes les revues ou sites [Faux!] concernant les OVNI:

"Vers 21 h 30 les habitants de Belesta aperçoivent les premiers, au-dessus des rochers qui bornent l'horizon vers le sud-ouest, une curieuse luminosité qui semble provenir d'un objet très brillant caché par le bord de la montagne. Il y a bientôt de nombreux témoins dans les rues. Presque aussitôt l'objet monte dans le ciel et apparaît sous forme d'une ellipse rayonnant une lueur intense. Il n'y reste pas longtemps, redescend, redevient visible, puis remonte, redescend, apparaissant et disparaissant plusieurs fois de suite. Il est très aisé de suivre ses mouvements. Il en est ainsi pendant huit à dix minutes, jusqu'à 21 h 40. À ce moment, ce n'est pas un disque qui réapparaît, mais deux, séparés par un espace très franc. Ils ne présentent ni le même éclat, ni la même coloration, l'un blanc brillant, l'autre vert pâle. Cette phase dure une minute environ.

UN OBJET FILE VERS BELVIS

Tout à coup on peut voir non plus deux, mais trois objets. Ils changèrent fréquemment et subitement de coloration. Avec ce troisième objet est apparue une nouvelle couleur: un rouge foncé extrêmement lumineux semblable au rouge d'un vitrail éclairé par le soleil. A 21 h 45, le phénomène disparaît subitement et définitivement. Mais les témoins principaux qui peuvent suivre la fin des événements, un docteur, le chef de la brigade, et une troisième personne montent en voiture au-delà de la forêt par la D 16, jusqu'au plateau de Sault. À 22 h 05 au sud ouest de Belesta ils peuvent observer la dernière phase du phénomène: un vaste objet vert pâle file à très grande vitesse en direction de Belvis, vers l'ouest. (...)"

Le cas de Bélesta: souvent cité dans les livres et remis en cause

L'observation de Bélesta est citée dans de nombreuses sources (voir ci-dessous) mais il faut bien avouer que certains auteurs avaient des doutes sur la réalité du phénomène. Comme Gérard Barthel et Jacques Brucker qui ne sont pas loin de débusquer la supercherie lorsqu'ils écrivent que "la recette pour cette observation est d'un habitant de Bélesta qui a bien connu l'inventeur: il faut prendre une vieille roue de bicyclette". Et de détailler le mode d'emploi, un peu différent de ce qu'il fut en réalité mais assez proche toutefois. Michel Figuet dans son extrait du catalogue Francat note lui aussi qu'il s'agit d'une mystification.

[Note: le journaliste a de toute évidence lu mon dossier!]

Une blague souvent reprise

Il faut dire qu'à Belesta certains, qui n'étaient pas les auteurs du canular, avaient ensuite pris la blague à leur compte... C'est donc qu'ils se doutaient. À moins qu'ils aient voulu tirer une petite gloire en s'appropriant une part du mystère.

En revanche, le "cas Belesta" est largement évoqué dans les sources suivantes:

- "Flying saucers uncensored" de Harold T.Wilkins (1 954) page 57 ;

- "Mystérieux objets célestes" d'Aimé Michel Séghers Éditeur (1 958) pages 246-249,

Notons que sur le net l'affaire est aussi évoquée: Ovni dans la région Midi-Pyrénées. les-ovini.com [sic, www.les-ovnis.com] et de très nombreux [?] blog font état des faits.

[Ref. tf1:] CHAINE TV "TF1":

[Chapeau sur le site web de la chaîne:]

Canular: Les ovnis, c'étaient eux. Ils avouent 54 ans après

En 1954, des adolescents, à partir d'une roue de vélo et de lampes, ont réussi à faire croire qu'un ovni était passé dans le ciel d'Ariège. Un événement qui est toujours référencé dans certains sites internet. Plus de 50 ans plus tard, les auteurs du canular ont décidé de révéler la vérité.. Par TF1

[Transcription of the TF1 TV news report:]

Jean-Pierre Pernod (présentateur du journal, depuis Paris): "Après l'Histoire avec un grand "H" la petite histoire avec un tout petit "h" d'un canular qui a tenu plus d'un demi-siècle. [Demi-vérité]"

"En 1954 un groupe d'adolescents avaient raconté avoir vu des OVNIS [Faux, ils n'ont pas raconté en avoir vu mais en ont simulé un] dans le ciel de l'Ariège, ils avaient raconté toute une, toute une histoire, il y avait eu des articles dans les journaux, les spécialistes des OVNIS y ont cru [demi-vérité], et bien 55 ans après, les ado... lescents qui avaient raconté l'histoire ont avoué que c'était un canular. A Bélesta en Ariège, Perinne Mislanghes et Paul-Etienne Zahn".

Sur site, Perinne Mislanghes: "La voilà, la fameuse soucoupe volante de Bélesta: une simple roue de vélo et des lampes de poche fixées sur les rayons."

"Le 16 octobre 1954, en manque d'animation, ces jeunes compères ont eu l'idée de ce stratagème."

Farceur: "Et on la faisait voir comme ça et on se la passait de l'un à l'autre et on la cachait et on faisait comme ça et puis voilà..."

Perinne Mislanghes: "Sur les hauteurs du massif de Millet, et surplombant le village, les lampes de poche recouvertes de papier de bonbons colorés se sont transformées en boules lumineuses. Le vélo [la roue de vélo] est devenu OVNI. Dans la vallée, tout le monde était réuni pour un concours de belote, la rumeur s'est propagée."

Farceur: "Quand on est arrivé ici, il y avait même des jeunes filles qui étaient en pyjama, hein, donc on a vu un attroupement, sur site, on a compris tout de suite que les gendarmes avaient été prévenus..."

Perinne Mislanghes: "Et pour renforcer la crédibilité de l'histoire, une étoile filante a traversé le ciel au même moment. Dans les années 50 [en automne 1954] il est vrai, les journaux faisaient souvent état de soucoupes volantes".

Farceur: "A l'époque il y avait tellement d'OVNIS qui se voyaient dans toute la France alors on arrive, bon on va en faire un quoi, c'est tout."

Perinne Mislanghes: "Le canular a tellement bien marché que l'OVNI a alors fait la une du journal local, et dans les rues du village, on en parle encore."

Vieille dame dans la rue: "oh, c'est les jeunes qui faisaient les imbéciles cce jour là... et ben ma [?]... des OVNIS."

Un homme de la rue: "Les grands-parents nous l'ont raconté, tout ça..."

Perinne Mislanghes: "55 ans plus tard, c'est parce que l'OVNI est toujours cité dans certains livres, que nos [maintenant] papis farceurs ont décidé d'avouer le mystère [sic] de la soucoupe volante de Bélesta."

La roue de Vélo sur son bras.

La roue de vélo équipée de lampe de poches.

Les farceurs.

Le rocher du Millet (cerclé) surplombant le village de Bélesta.

[Ref. jb1:] JEROME BEAU:

Samedi 16 octobre 1954

Vers 21:30
A Bélesta (Midi Pyrénées), observation d'un ballet de lumières.

Un lien renvoie vers [jb2].

[Ref. jb2:] JEROME BEAU:

Les lumières de Belesta

Le samedi 16 octobre 1954, à Bélesta (Midi Pyrénées), vers 21:30 les habitants de la ville aperçoivent au-dessus des rochers qui bornent l'horizon au sud-ouest, une curieuse luminosité qui semble provenir d'un objet très brillant caché par le bord de la montagne. Il y a bientôt de nombreux témoins dans les rues. Presque aussitôt l'objet monte dans le ciel et apparaît sous forme d'une ellipse rayonnant une lueur intense. Il n'y reste pas longtemps, redescend, redevient visible, puis remonte, redescend, apparaissant et disparaissant plusieurs fois de suite. Il est très aisé de suivre ses mouvements. Il en est ainsi pendant 8 à 10 mn, jusqu'à 21:40. À ce moment, ce n'est pas 1 disque qui réapparaît, mais 2, séparés par un espace très franc. Ils ne présentent ni le même éclat, ni la même coloration, l'un blanc brillant, l'autre vert pâle. Cette phase dure 1 mn environ.

Tout à coup on peut voir non plus 2, mais 3 objets. Ils changent fréquemment et subitement de coloration. Avec ce 3ème objet est apparue une nouvelle couleur : un rouge foncé extrêmement lumineux semblable au rouge d'un vitrail éclairé par le soleil. À 21:45, le phénomène disparaît subitement et définitivement. Mais les témoins principaux qui peuvent suivre la fin des événements (le docteur Millet 1, le chef de la brigade, et une 3ème personne) montent en voiture au-delà de la forêt par la D 16, jusqu'au plateau de Sault. À 22:05 au sud-ouest de Belesta ils peuvent observer la dernière phase du phénomène : un vaste objet vert pâle file à très grande vitesse en direction de Belvis, vers l'ouest.

Le récit de Millet, est relaté dans la presse (1).

Révélations

En 2009, le canular est avoué (2).

(1) Alors président de l'aéro-club de Lavelanet.
(2) Millet: "Des boules lumineuses évoluant durant une demi-heure en une ronde magique", La Dépêche du Midi, 19 octobre 1954
(3) "Ovni à Bélesta en 1954 : c'était une blague !", La Dépêche du Midi, 22 mai 2009

[Ref. lc2:] LUC CHASTAN:

Vers 2010, Luc Chastan a rajouté devant le texte de sa fiche de cas [lc1] le commentaire:

"Ce cas est écarté car : Mascarade d'un tiers".

[Ref. ma1:] "MAGONIA.COM*:

Le site web hispanique "Magonia.com" a fait une copie au format PDF de mon dossier sur ce cas tel qu'il était le 30 juin 2010 et l'a publié sur le web à http://magonia.com/files/ovni-belesta-1954.pdf

[Ref. ub1:] "UFO-DATENBANK":

Cette base de données a enregistré ce cas 5 fois:

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19540000 00.00.1954 Balesta France
19541016 16.10.1954 Belesta France 21.30 CE I
19541016 16.10.1954 Belesta France 21.30
19541016 16.10.1954 Belesta France 21.30 CE II
19541016 16.10.1954 Benague France NL

Explications:

Farce, admise en 2009, et météore plus tard.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Belesta, Ariège, Millet, Aude, multiple, rouge, vert, blanc, lumineux, ellipse, brillant, disque, manoeuvre, gendarmes, gendarmerie, durée

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross June 20, 2004 Première publication.
1.0 Patrick Gross 22 mai 2009 Conversion de HTML vers XHTML Strict. Première version formalisée. Additions [gl1], [js1], [lc1], [ud1], [dm1].
1.1 Patrick Gross 24 mai 2009 Addition [tf1].
1.2 Patrick Gross 28 décembre 2009 Additions [jb1], [jb2].
1.3 Patrick Gross 10 avril 2010 Addition [lc2].
1.4 Patrick Gross 30 juin 2010 Addition [jv5].
1.5 Patrick Gross 2 février 2017 Addition [ub1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 2 février 2017.