France 1954 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

27 octobre 1954, Rouvignies, Nord:

Référence pour ce cas: 27-oct-54-Rouvignies. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Un homme non anonyme ayant visité mon site web m'a fait parvenir spontanément par courriel le 18 septembre 2014 son témoignage de son observation d'un engin avec occupants, qu'il date du mercredi 27 octobre 1954.

Il indiquait qu'il habitait alors avec sa famille à Rouvignies, entre Valenciennes et Denain, Il indiquait l'adresse précise, dans une cité minière. Il indiquait que devant la maison, il y avait une plaine cultivée, en pente douce, qui s'étendait sur environ 3 km jusqu'à Wavrechain-sous-Denain. Il y avait dans cette plaine seulement une petite fermette située en contre-bas à environ 800 m de son domicile. Il joignait deux extraits de carte IGN, visibles plus bas, montrant ces lieux.

La famille, dit-il, attendait le retour du père, habituellement vers 23 heures. Le père était du poste de l'après-midi, de 14 heures à 22 heures, à Thiers. Les deux plus jeunes enfants, un garçon de 4 ans et une fille de 1 an, étaient endormis. Un frère de 12 ans et une soeur de 8 ans faisaient leurs devoirs scolaires, jouaient, occupaient de diverses façons la soirée avec leur mère; le foyer n'avait pas encore la télévision. Il indiquait les prénoms de tous ces membres de la famille.

Ils étaient alors dans la pièce principale du logement, dont les volets sont fermés. A côté, se trouvait une petite cuisine dont les volets étaient ouverts.

Leur attention a été soudain attirée par des éclairs multicolores se reflétant sur les murs de la cuisine. Lui et deux autres membres de la famille se sont alors précipités dans la cuisine, d'où ils ont vu à l'extérieur de la maison une féerie de lumières:

Devant eux, à une distance de peut-être 100 ou 200 mètres, deux gros phares éclairaient le sol. La couleur était d'un blanc intense, cru. Au-dessus de ces phares, il y avait trois ouvertures rectangulaires, à l'intérieur il y avait un éclairage d'une couleur vert-clair de très grande intensité.

Au-dessus et au-dessous de ces ouvertures, il y avait un cordon de lampes clignotantes multicolores extrêmement brillantes et scintillantes.

Ils n'ont pas distingué de contours de cet engin, la nuit étant très sombre, sans lune. et les lumières étaient trop fortes.

Devant le phare qui était à droite (à leur droite), il y avait un individu accroupi, et devant lui un autre individu à demi courbé. Ils n'en ont distingué que les silhouettes à cause de la forte luminosité des phares.

Il joignait à son témoignage ce dessin de l'engin et des personnages:

Derrière l’ouverture de droite de l’engin, un individu était assis, ils le voyaient de profil, il était orienté comme regardant vers la gauche, et semblait manipuler quelque chose. Derrière lui, ils apercevaient de nombreux boutons, multicolores, et des cadrans.

Soudainement, cet individu s'est levé, s'est approché de l’ouverture. Les deux individus à l'extérieur se sont relevés, se sont déplacés rapidement vers la gauche et ils n'ont plus été vus.

Aussitôt, l'engin s'est déplacé vers la droite, ses deux phares éclairant le sol durant le déplacement, et très rapidement, ils ont éclairé le petit bosquet situé à environ 500 mètres, en passant à proximité. (L'auteur du témoignage joignait un schéma des positions et du départ de l'engin, visibles plus bas dans ce dossier).

Puis il n'y avait plus rien à voir. Il n'y avait eu aucune bruit pendant les événements.

Aussitôt, la mère et le frère aîné avaient évoqué la rumeur de l'atterrissage d'une soucoupe volante à Quarouble qui avait circulée les semaines précédentes, et ils avaient conclu qu'ils venaient d'être témoins d'une manifestation du même genre.

Le lendemain jeudi 28 octobre 1954 était un jour sans école, et le frère aîné s'est donc rendu au champ où s'était trouvé l’engin. La terre était détrempée à cause des pluies des jours précédents. Il a vu des traces de chariot agricole ou de tracteur, dont les bords arrondis faisaient penser qu'elles étaient certainement anciennes. Il a vu des feuilles, quelques betteraves sucrières, mais rien d'autre de particulier.

Rapports:

[Ref. pg1] COURIEL D'UN TEMOIN A MON INTENTION:

Sujet: observation du 27-10-1954 à Rouvignies (Nord)
Date: 18 septembre 2014, 18:02
De:[Prénom] [Nom] <[adresse email]@wanadoo.fr>

Bonjour Monsieur,

Je viens de trouver votre site ufo sur Internet. Félicitation pour ce merveilleux travail.

Voici le rapport de mon observation personnelle qui eut lieu le 27 octobre 1954 à Rouvignies dans le Nord.

[Prénom] [Nom]

Le rapport mentionné dans le courriel était en pièce jointe sous forme de fichier PDF, dont voici le contenu intégral à l'exception de l'adresse et du nom et prénom de l'auteur et les prénoms des autres membres de la famille:

27 octobre 1954 – Rouvignies (Nord)

27 octobre 1954 - Un mercredi, entre 21 et 22 h. Nous habitons à Rouvignies, entre Valenciennes et Denain, au [Adresse], dans une cité minière. Devant la maison, une plaine cultivée, en pente douce, qui s'étend sur environ 3 km jusqu'à Wavrechain-sous-Denain. Seule, une petite fermette est située à contrebas à environ 800 m.

Nous attendons le retour du père (habituellement vers 23h), qui est du poste de l'après-midi à Thiers (14h-22h). Les deux plus jeunes enfants, [Prénom du frère de 4 an] et [Prénom de la soeur de 1 an] (4 et 1 an), dorment, [Prénom du frère de 12 ans] (12 ans) et [Prénom de la soeur de 8 ans] (8 ans) font leur devoirs scolaires, jouent, occupent de diverses façons la soirée avec leur mère [Prénom de la mère] (la télévision ne faisait pas encore partie du cadre familial). Nous sommes dans la pièce principale du logement dont les volets sont fermés. A côté, se trouve une petite cuisine dont les volets sont ouverts.

Soudain notre attention est attirée par des éclairs multicolores se reflétant sur les murs de la cuisine. Tous trois nous nous précipitons dans la cuisine pour voir, à l'extérieur de la maison, une féerie de lumières. Devant nous, à une distance de 100 / 200 m???, deux gros phares éclairent le sol. La couleur est d'un blanc intense, cru. Au-dessus de ces phares, trois ouvertures rectangulaires, à l'intérieur un éclairage d'une couleur vert-clair de très grande intensité.

En dessus et au dessous de ces ouvertures, un cordon de lampes clignotantes multicolores extrêmement brillantes et scintillantes. Devant le phare droit (à notre droite), un individu est accroupi, devant lui un autre individu est à demi courbé. On ne distingue que les silhouettes à cause de la forte luminosité des phares.

Derrière l’ouverture de droite de l’engin, un individu est assis, on le voit de profil, le regard orienté vers la gauche. Il semble manipuler quelque chose. Derrière lui, on aperçoit de nombreux boutons, multicolores, et des cadrans.

Soudain, l'individu se lève, s'approche de l’ouverture. Les deux individus à l'extérieur se relèvent, se déplacent rapidement vers la gauche et on ne les voit plus. On ne distingue pas la forme de l'engin, la nuit est très sombre, il n'y a pas de lune et les lumières sont trop fortes.

Aussitôt l'engin se déplace vers la droite, les deux phares éclairent le sol durant le déplacement, et très rapidement, ils éclairent le petit bosquet situé à environ 500m, en passant à proximité. Puis plus rien. Durant cette manifestation, on n'entend aucun bruit. Aussitôt [Prénom de la mère] et [Prénom du frère de 12 ans] ont évoqué la rumeur de l'atterrissage d'une soucoupe volante à Quarouble (Nord) qui avait circulée les semaines précédentes et ont conclu qu'ils venaient d'être témoins d'une manifestation du même genre.

28 octobre 1954 - Le lendemain matin, un jeudi, jour de repos scolaire alors, [Prénom du frère de 12 ans] va voir le champ où se trouvait l’engin. La terre est détrempée à cause des pluies des jours précédents, il voit des traces de chariot agricole ou de tracteur, aux bords arrondis donc certainement anciennes, des feuilles, quelques betteraves sucrières et rien d'autre de particulier.

[Prénom] [Nom]

Explications:

Non encore recherchée.

Il est évident que pour le moment je ne suis pas en mesure de garantir que le couriel que j'ai reçu n'est pas une simple invention; toutefois, il n'est pas anonyme. Il pourrait constituer une RR3 inédite jusqu'ici, jusqu'en 2016, de la vague de 1954 en France.

Pour le moment, j'ai vérifié que:

  1. Le 27 octobre 1954 est bien un mercredi, comme indiqué par le témoignage.
  2. Il n'y avait effectivement pas de lune visible au moment et au lieu de l'observation, comme le dit le témoin. La lune était couchée depuis 18:18.

Je suis conscient que ceci ne prouve rien, mais le contraire eut dit quelque chose.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Rouvignies, Nord, nuit, atterrissage, occupants, multiple, silhouettes, accroupi, hublots, phares, multicolore, blanc, vert clair, éclairs, lumière, lumineux, brillant, scintillant, clignotant, silencieux, boutons, cadrans, champs

Sources:

[---] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 19 octobre 2016 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 19 octobre 2016.