France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

16 octobre 1954, Rivery, Somme:

Référence pour ce cas: 16-oct-54-Rivery. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional Le Courrier Picard du 19 octobre 1954 rapportait parmi les nombreuses observations du 16 octobre 1954 (essentiellement, un gros météore interprété comme une "soucoupe volante"), que Mr. Pruvost, de Rivery, leur avait fait savoir qu'il avait vu "samedi" donc le 16 octobre 1954 au soir, l'engin décrit par Mme Fournier, garagiste, place du Marché-aux-Chevaux.

Le journal régional Le Journal du Pas-de-Calais et de la Somme aussi du 19 octobre 1954, rapportait que le 16 octobre 1954 à 21:30, Mme Fournier, qui se trouvait devant le garage qu'exploite son mari place du Marché aux Chevaux, avait vu à basse altitude, "un engin" qui filait à une vitesse prodigieuse, n'émettant aucun bruit, mais possédant "un échappement dégageant des étincelles", "comme lorsqu'une soupape de voiture ferme mal".

L'engin appelé "curieux appareil" consistait en "un disque renflé en son centre ressemblant à deux assiettes, comme le néon."

Rapports:

[Ref. cpd1:] JOURNAL "LE COURRIER PICARD":

Scan

Un nouvel engin mystérieux
a traversé hier notre ciel

A chaque jour sa "soucoupe"... Une nouvelle fois nous sont parvenus hier des témoignages troublants sur le mystère persistant du bric-à-brac volant. En attendant qu'enfin soit élucidée l'énigme, force nous est bien de nous contenter d'une relation des phénomènes observés, en prenant soin de trier du fatras des commentaires les seules déclarations dont la sincérité et l'objectivité ne sont pas douteuses.

Le dernier témoignage qui vient de nous être communiqué émane d'un Amiénois qui tient à conserver l'anonymat mais que nous connaissions suffisamment pour lui faire totalement confiance. Lui non plus - comme tant d'autres encore - "n'y croyait guère".

Certainement pas un engin connu...

"Il pouvait être 16 h. 25 - 16 h. 30, nous dit-il. Je me trouvais à proximité du Pré-Porus et du Pont de Camon.

"Une personne, qui se trouvait sur le point et regardait justement un avion passer très haut dans le ciel, poussa soudain une exclamation. Je levais les yeux dans la direction qu'elle indiquait, soit à la droite de la rivière, vers la ville.

"Je vis alors un engin brillant en forme d'ellipse. Il était certainement très haut et m'apparaissait de la taille d'un gros cendrier. Il allait vite, plus vite qu'un avion. Sa ligne de vol était horizontale et il ne laissait derrière lui aucune trace, aucune fumée, aucune condensation.

"Je n'ai entendu aucun bruit, mais à cette distance je ne peux dire à coup sûr qu'il n'en faisait pas."

Et notre interlocuteur ajoute, répondant avec une prudence qui cadre bien avec sa sincérité:

"Je ne peux définir cette chose. Mais elle ne permettait aucune comparaison avec un avion. Elle était d'ailleurs, je crois, plus grosse qu'un avion et ne ressemblait en tout cas à aucun appareil connu."

Evoluant dans une direction Est-Ouest, l'engin donna l'impression d'osciller, de s'incliner sur son axe horizontal, offrant aux regards une surface variable.

Le témoin qui nous a relaté le fait eut le temps d'appeler son épouse avant que l'objet brillant comme de l'argent disparaisse dans les nuages. Le tout avait duré quelques dizaines de secondes, moins d'une minute certainement.

Cinq personnes, en définitive, affirment avoir, à peu près du même endroit, constaté "l'apparition" décrite ci-dessus.

Confirmation d'autres passages

Nous avons relaté hier les déclarations d'un garçon de café, M. Roger Anquetil, sur le passage d'une "boule rouge" dans le ciel amiénois, samedi à 21 h. 15.

Cette observation nous a été confirmée hier par M. Claude Thuillier, demeurant 36, rue Dame-Jeanne. M. Thuillier, qui se trouvait samedi soir sur le Pont de la Solitude, a nettement vu une petite boule, mais d'un blanc brillant, suivie d'une longue traînée d'étincelles.

Mr. Thuiller ajoute que cette boule, qui se déplaçait horizontalement très haut et très vite, fut visible pendant cinq secondes environ.

D'autre part, M. Pruvost, de Rivery, nous a fit savoir qu'il avait, samedi soir également, aperçu l'engin décrit par Mme Fournier, garagiste, place du Marché-aux-Chevaux.

Un engin sphérique au-dessus de Ham

Un brave peintre qui roulait à bicyclette, a vu dimanche, vers 21 h. 40, près de la ferme Picard, à la sortie de Saint-Sulpice, un engin sphérique suivi d'un cône lumineux. Mais l'apparition fut brève. Le temps de mettre pied à terre et elle avait disparu.

D'autre part, une quinzaine de Hamois, rassemblés près du pont de Chauny, ont observé dans le ciel, en direction de Péronne, une lueur orange qui ne ressemblait pas à une étoile.

L'un des témoins muni de jumelles assure avoir remarqué jaillissant de l'ellipse lumineuse, comme des étincelles vertes, orangées blanches. Les habitants de la rue de l'Arquebuse ont fait la même observation. Mais si chacun déclarait avoir examiné quelque chose d'extraordinaire, personne n'affirme mordicus avoir distingué des soucoupes volantes ou des voyageurs interplanétaires.

[Ref. jpc1:] JOURNAL "LE JOURNAL DU PAS-DE-CALAIS ET DE LA SOMME":

Scan

Boule rouge, assiettes blanches,
disque rose... filant à vive allure
ont sillonné le ciel picard

Samedi vers 21 h. 30, un garçon de café allant prendre son service au Pré-Porus, M. Roger Anquetil, a aperçu, alors qu'il suivait la rue de Verdun, une boule dégageant une intense lumière rouge et suivie d'une longue traînée lumineuse.

L'apparition qui ne dura que quelques secondes se déplaçait d'Est en Ouest. Cependant étant donné l'altitude de l'engin et le manque de visibilité causée par le brouillard, M. Anquetil n'a pu fournir de description détaillée.

A la même heure, Mme Fournier qui se trouvait devant le garage qu'exploite son mari place du Marché aux Chevaux, affirme avoir vu, à basse altitude, un engin qui filait à une vitesse prodigieuse. Est-ce le même qui aurait effectué un virage et piqué sur Amiens.

Ce nouveau témoin déclara que l'engin n'émettait aucun bruit mais qu'il possédait un échappement dégageant des étincelles "comme lorsqu'une soupape de voiture ferme mal".

Le curieux appareil consistait en un disque renflé en son centre ressemblant à deux assiettes, comme le néon.

Et avant que des voisins alertés par le témoin, aient pu sortir de chez eux, l'engin avait disparu à une vitesse prodigieuse, la direction approximative de Poix.

C'est précisément en cette région que, vers 19 h. 15, M. Dewint, cultivateur à Courcelle-sous-Moyencourt eut son attention attirée par un disque lumineux, qui semblait se poser dans la plaine, à une grande distance. Il alerta M. Delattre, cultivateur à Fosse-Bleuet qui à son tour put voir cette "lueur rosée".

Les deux hommes, en voiture, tentèrent de rejoindre l'engin mais le réseau de routes ne leur permit pas de le suivre constamment des yeux et ils durent finalement abandonner sans résultat.

Explications:

Le météore de 21:30 ce jour-là dans cette région.

Carte

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Rivery, Somme, Pruvost, soir, engin, Mme Fournier, garagiste, place du Marché-aux-Chevaux

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 3 avril 2020 Première publication.
1.1 Patrick Gross 27 juin 2020 Addition [jpc1]. Dans le Réumé, addition des informations provenant de [jpc1]. Explications changées, étaient "Informations insuffisantes, probablement le météore de 21:30".

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 27 juin 2020.