Journaux avant 1940 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

RENCONTRE RAPPROCHEE DU TROISIEME TYPE EN 1896:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Stockton Evening Mail, de Stockton, Californie, USA, le 27 novembre 1896.

Dossier sur ce cas ici.

TROIS ETRANGES VISITEURS
Qui sont peut-être venus de la planète Mars
Vus sur une route de campagne par le Colonel H.G. Shaw et un compagnon
Ils sont montés dans le dirigeable

Depuis plus d'une semaine les journaux tout le long de la côte avaient rapporté la présence d'un dirigeable allégué ou d'une machine volante, que beaucoup de gens honorables prétendent avoir vus à plusieurs occasions dans les cieux la nuit. S'il y a ou n'y a pas réellement une telle machine navigant dans les air, le Mail ne peut pas le déterminer d'une manière satisfaisante, mais certains des journaux ont traité le sujet sérieusement et d'autres ont été disposés à faire la lumière sur les déclarations. Une paire d'avocats de San Francisco s'est fait beaucoup de publicité gratuite en prétendant avoir des clients qui ont inventé et testé avec succès des vaisseaux aériens et les journaux ont rempli plusieurs colonnes à parler du mystère aérien.

Le Mail sonne le rapport ci-dessus simplement en introduction à une histoire des plus remarquables qui est rapportée par le colonel H.G. Shaw de cette ville, qui autrefois faisait partie du personnel éditorial du Mail. Le Colonel Shaw est actuellement occupé à organiser un stand pour l'exposition de l'association commerciale de Stockton qui sera montré à la Foire du Citron qui se tiendra à Fresno durant le moins prochain. Le monsieur était très hésitant au sujet de raconter les événements, comme il a dit qu'il ne sait pas du tout s'il sera cru par n'importe qui, et il était peu disposé à apparaître publiquement comme un romancier ou un homme à qui il manquerait une case. Il raconte son histoire comme suit:

TROIS ETRES ETRANGES

"S'il n'y avait pas le fait que je n'étais pas seul quand j'ai été témoin de l'étrange spectacle, je ne l'aurais jamais mentionné du tout. Mercredi après-midi je suis sorti à Lodi et Lockeford en la compagnie de Camille Spooner, un jeune homme est récemment arrivé du Nevada. Je suis allé aux endroits mentionnés à la recherche de matériel pour former un stand d'exposition pour représenter ce comté à la Foire du Citron de Fresno. Nous avions quitté Lodi pour faire le trajet du retour, je dirais peu avant 6 heures, et nous progressions tranquillement quand le cheval s'est arrêté soudainement et a poussé un reniflement de terreur."

"En levant les yeux, nous avons vu trois êtres étranges. Ils ressemblaient aux hommes sur de nombreux points, mais cependant ils n'étaient pas comme quelque chose que j'avais jamais vu. Ils étaient presque ou tout à fait de sept pieds de haut et très minces. Nous étions tous deux légèrement étonnés, comme vous pouvez aisément l'imaginer, et notre première impulsion était de continuer notre route. Le cheval, cependant, a refusé de bouger, et quand nous avons vu que nous étions considérés plus avec un air de la curiosité que toute autre chose, nous avons décidé de descendre et de voir ce qu'il en était. J'ai marché jusqu'à l'endroit où ces personnes d'aspect étranges étaient et je leur ai adressé la parole. J'ai demandé d'où ils étaient. Ils ont semblé ne pas me comprendre, mais se sont mis à, disons, "gazouiller" pour s'exprimer, plutôt que parler. Leurs remarques, si vous pouvez les appeler comme ça, étaient adressées entre eux, et ressemblaient à un chant monotone, qui tendait à être guttural. J'ai vu qu'il était inutile de tenter une conversation, donc je me suis contenté de les observer et les examiner. Ils ont semblé se prendre d'un grand intérêt pour nous-mêmes, le cheval et la voiture, et ont tout scruté très soigneusement."

ILS PESAIENT MOINS D'UNE ONCE CHACUN

"Tandis qu'ils étaient affairés à cela, cela m'a permis de les inspecter moi-même. Comme je l'ai déjà énoncé, ils étaient de sept pieds de hauteur et très minces. J'ai noté, de plus, que leurs mains étaient tout à fait petites et sensibles, et que leurs doigts étaient sans ongles. Leurs pieds, cependant, étaient presque deux fois plus longs que ceux d'un homme ordinaire, bien qu'ils aient été minces, et les orteils étaient également longs et minces. J'ai noté, aussi, qu'ils pouvaient utiliser leurs pieds et orteils le plus ou moins de même qu'un singe; en fait, ils ont semblé avoir une bien meilleure utilisation de leurs pieds que de leurs mains. J'ai actuellement découvert que c'était probablement une caractéristique naturelle. Alors que l'un d'eux venait près de moi, je l'ai touché, et j'ai placé ma main sous son coude et poussé doucement vers le haut, et voilà que je l'ai soulevé du sols dans grand effort. Je dirais que la densité de la créature était de moins d'une once. C'était alors que je l'ai observé tenter de s'agripper au sol avec ses orteils pour empêcher que je le soulève. Vous pouvez aisément comprendre que leur poids léger a rendu une telle caractéristique nécessaire, sans quoi ils auraient pu être aisément renversé par les vents."

"Ils étaient dépourvus de la moindre sorte d'habillement, mais étaient recouverts d'une protection naturelle difficile à décrire; ce n'était pas des cheveux, ni mon plus comme des plumes, mais il c'était aussi doux que la soie au contact, et leur peau était comme le velours. Leurs visages et têtes étaient sans cheveux, les oreilles étaient très petites, et le nez avait l'aspect de l'ivoire poli, alors que les yeux étaient grands et brillants. La bouche, cependant, était petite, et il m'a semblé qu'ils étaient sans dents. Cela et d'autres choses m'ont mené à croire qu'ils ne mangeaient ni ne buvaient, et que leur vie était soutenue par une certaine sorte de gaz. Chacun d'eux avait attaché sous le bras gauche un sac auquel était joint un bec, et de temps en temps l'un ou l'autre plaçait ce bec sur sa bouche, et alors j'entendais un bruit du gaz s'échappant. C'était plus ou moins le même bruit que celui produit par une personne faisant gonfler un ballon de football."

D'UNE BEAUTE INDESCRIPTIBLE

"De la description je donne, je ne voudrais pas que vous ayez l'idée que ces créatures étaient affreuses. Dans leur aspect elles étaient nettement le contraire. Elles étaient d'une beauté étrange et indescriptible. Je puis pas m'exprimer autrement. Ils étaient gracieux à un degré, et plus divinement beaux que n'importe quoi que j'ai jamais vu."

"La partie la plus étrange de l'histoire est encore à venir. C'est les lumières qu'ils ont portées. Chacun tenait à la main quelque chose à peu près de la taille d'un oeuf de poule. En les tenant vers le haut et en ouvrant en partie la main, ces substances ont émis la plus remarquable, intense et pénétrante lumière que l'on puisse imaginer. Malgré son intensité elle n'a eu aucun effet désagréable sur nos yeux, et nous avons réalisé que nous pouvions la regarder directement. Elle m'a semblé être une certaine sorte de minerai lumineux, bien qu'ils en aient eu un contrôle complet."

"Finalement ils ont été lassés de nous examiner, nous et notre cheval et attelage, et alors l'un d'eux, à un signal de celui qui a semblé être le chef, a essayé de me soulever, probablement avec l'intention de m'emporter. Bien que je n'ai pas opposé la moindre résistance, il n'a pas pu me déplacer, et finalement, tous les trois l'ont tenté sans le moindre succès. Ils ont semblé n'avoir aucune puissance musculaire à part pour pouvoir déplacer leurs propres membres."

ETRANGE DIRIGEABLE

"Bien, après avoir essayé en vain de déplacer l'un ou l'autre de nous, ils ont tourné dans la direction du canal de Woodbridge, près duquel nous étions, et pendant qu'ils faisaient clignoter leurs lumières vers le pont, nous avons eu un spectacle stupéfiant. Là, reposant dans le ciel, à environ vingt pieds au-dessus de l'eau, se trouvait un immense dirigeable. C'était de 150 pieds de longueur au moins, cependant de probablement pas plus de vingt pieds de diamètre à sa partie la plus large. Il était pointu aux deux extrémités, et à part un grand gouvernail de direction il n'y avait là aucune machinerie visible. Tous trois ont marché rapidement vers le vaisseau, non pas comme vous ou moi marcheraient, mais avec un mouvement de balancement, leurs pieds touchant seulement la terre à des intervalles d'environ quinze pieds. Nous les avons suivis aussi rapidement que possible, et avons atteint le pont alors qu'ils étaient sur le point de s'embarquer. Avec une petite poussée, ils se sont élevés vers la machine, ont ouvert une porte dans son flanc, et ont disparu à l'intérieur. Je ne sais pas comment cette affaire était construite, mais juste avant qu'elle ne démarre, je l'ai frappé avec une pierre et elle n'a rendu aucun bruit. Elle est passée à travers l'air très rapidement et a augmenté et s'est contractée avec un mouvement musculaire, et a été vite hors de vue."

"J'ai une théorie, qui, naturellement, est seulement une théorie, que ceux que nous venions d'observer étaient des habitants de Mars, qui ont été envoyés vers la terre afin de se saisir d'un de ses habitants. Je me sens sûr en affirmant que les histoires qui ont été racontées certains avocats de San Francisco sont des inventions maladroites, et ne devraient être crues par personne."

TIRETS ICI ET LÀ

Certains farceurs ont envoyé vers le ciel nombre de ballons à air chaud la nuit passée, pour faire croire à des décollages du prétendu dirigeable. Plusieurs personnes ont vu les ballons et ont apprécié la plaisanterie.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 septembre 201