Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague française de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien régional Nord Littoral, Calais, France, page 2, le 10 octobre 1954.

Scan

De très nombreux Calaisiens
ont vu évoluer hier matin
UN ENGIN BRILLANT
tandis qu'un automobiliste nous raconte
la curieuse aventure qui lui arriva
entre Saint-Inglevert et Calais

CETTE fois "elles" sont là. Et même un peu là puisque la première de leur apparition dans le ciel de Calais a été saluée par des dizaines et des dizaines de témoins, ainsi qu'on va le lire plus loin. Il s'agit bien entendu des "soucoupes volantes" qui, depuis leurs fréquentes randonnées dans le ciel de France, semblaient négliger la Cité des Six Bourgeois [= Calais] qui n'est, regrettons-le plaisamment cette fois, jamais en avance.

Mais maintenant cette lacune est comblée, enfin, trève de bavardages, venons-en aux "choses sérieuses".

VISION COLLECTIVE

Vers 9 heures 15, hier matin, un vif émoi a régné dans différentes quartiers de la ville. Exemple: Place d'Alsace, à l'extrémité du Boulevard Pasteur, un petit groupe discutait ferme en montrant le ciel; du boucher au coiffeur en passant par l'épicière tout le monde devait tomber d'accord sur un point: un engin très brillant et adoptant de curieuses formes évoluait dans l'azur bleu, semblant de trouver au-dessus de Saint-Inglevert.

Un automobiliste de notre connaissance qui passait dans le secteur se joignit au groupe et dut se rendre à l'évidence. On distinguait très nettement un engin des plus bizarre qui volait dans le ciel.

Notre concitoyen au volant de son véhicule "fonça" vers le Fort-Nieulay. a proximité du Pont-Jourdan, un autre groupe regardaient le phénomène. e dernier disparut ensuite entre Wimereux et le cap Gris-Nez.

Puis, peu après, des coups de téléphone nous parvenaient au journal. Des témoins venaient nous rendre visite. Un groupe d'ouvriers travaillant rue Thiers avaient aperçu et suivi les évolutions de l'engin. Il y eut aussi un chauffeur d'autobus, un gardien de la paix, un autre automobiliste, etc..., etc..., bref des dizaines de Calaisiens qui nous confirmèrent le fait.

Quelles formes prenaient l'engin?

Il s'agissait d'une sorte de disque très brillant qui se déplaçait à une vitesse moyenne. Sa taille était imposante ce qui semblait écarter l'hypothèse d'un ballon sonde. Il n'avait rien du tout d'un avion normal.

Ce disque, lorsqu'il se déplaçait dans un certain sens ne laissait plus voir qu'un point noir. Puis il brillait à nouveau et de temps en temps, vu horizontalement affectait la forme de ces fameux cigares volants dont on parle tant.

Seule explication "terrestre": il pouvait s'agir d'une "aile volante" de la R.A.F. ou toutes constructions de conception originales. Mais pour beaucoup de Calaisien il s'agissait d'une soucoupe.

D'autres estiment qu'il s'agissait d'un appareil de la Météorologique, de grandes dimensions et munis d'une sorte de parachute.

Bref, le fait est là...

UNE CURIEUSE RENCONTRE

D'autre part, dans la nuit de Vendredi à Samedi, un automobiliste calaisien nous a fait l'extraordinaire récit d'une aventure qui lui arriva sur la Route Nationale N° 1, celle qui va de Boulogne à Calais: un mystérieux engin s'est dirigé vers lui, a survolé la route puis a pris une autre direction.

Notre concitoyen qui nous a fourni d'intéressantes précisions a déclaré:

- Etant bien connu en ville je ne veux pas que mon nom soit écrit dans le journal. On pourrait dire que j'ai eu des "visions", que je désire la publicité ou que j'ai monté un canular de toutes pièces dans un but de mystification.

"Non, je précise tout simplement, et avec sincérité que ce que je vais vous raconter n'est pas une invention de ma part, ni même une hallucination!"

Et de poursuivre:

- Je roulais sur la Route Nationale N° 1, Vendredi soir. J'avais descendu la côte de l'Anglaise et j'allais en dévaler une seconde, celle qui début à environ 300 mètres du débouché de la route de Bonningues. La nuit était noire et une fine pluie humectait la chaussée. Ma quatre chevaux roulait à environ une soixantaine de kilomètres à l'heure. Il était 21 heures 10 ou 15. Soudain au loin, vers ma gauche j'aperçus une lueur venant des champs et pouvant être celle que produit la dynamo d'un vélo. En moi-même, je fis une constatation ironique: tiens, un imbécile qui fait du cyclo-cross à travers les champs. Je ne perdis pas de vue la lueur qui soudain piqua vers la route, dans ma direction. Et au fur et à mesure qu'elle approchait, la lueur changeait et un engin de très grandes proportions m'apparut. Il était d'une couleur bleuté, comme celle qui se dégage des carreaux peints en bleu et derrière lesquels il y a de la lumière.

"C'est alors que j'ai été pris d'une peur indicible. Sans réfléchit et voyant cet engin venir sur moi, j'ai freiné net, j'ai éteint tous mes phares et je me suis dit en prenant en main la poigne de la portière: s'il continue je me sauve à travers champs!

"Je distinguais à ce moment très bien l'engin: il s'agissait d'une sorte de disque bleuté, avec au-dessus la forme très nette d'une coupole. Sa longueur était supérieure à la largeur de la route de Boulogne. Elle se déplaçait sans aucun bruit, et c'est cela qui augmente la frayeur. Il n'y avait personne sur la route. Aucune trace de phares d'autos dans le lointain. L'engin semblait venir d'Escalles. Il survola la route, vira et, transformant sa trajectoire en un V dont la pointe se situerait sur la Route il fila vers Calais. Je l'ai vu disparaître et à ce moment, la teinte bleutée laissa place à ce phare blanc initial!"

Et tout cela dit avec une sincérité qui fait réfléchir le plus sceptique.

D'autres automobilistes français ont fait une rencontre identique.

Le mystère reste entier.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 avril 2020.