Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague française de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien L'Espoir, Nice, France, le 16 octobre 1954.

Scan

Les "soucoupes" aperçues en Italie sont dangereuses

Elles brûlent l'endroit où elles de posent

ROME. -- De nombreux engins mystérieux ont été aperçus hier dans le ciel d'Italie.

L'un de ces engins a atterri près de Rovigo, dans la zone dite Po di Gnocca, où plusieurs personnes l'ont observé.

L'appareil de forme circulaire après avoir lentement plané, s'est posé au sol sans bruit.

Après quelques minutes d'immobilité, il a repris à la verticale son vol silencieux, mais à l'endroit d'où il a décollé, il y a maintenant un assez profond cratère de six mètres de diamètre. Six peupliers qui se dressaient aux alentours ont en outre été carbonisés.

Les autorités se rendront sur les lieux pour vérifier l'authenticité du récit des témoins.

Dans la région de Modane, un commerçant a vu un "cigare volant" incandescent survoler la compagne à deux cent mètres d'altitude environ. Après un bref arrêt, l'engin se serait dirigé vers le nord-ouest. Cette observation a été confirmée par d'autres témoins.

Enfin, une "soucoupe volante" aux reflets d'argent aurait survolé la zone de Luine à 5.000 mètres. Les témoins de cette observation ont affirmé que la "soucoupe" n'émettait aucun bruit et ne laissait échapper aucune fumée. Elle a disparu en direction de la Suisse.

LE "SCAPHANDRIER" INTERPLANETAIRE A PEUR DES CHIENS

PERPIGNAN. -- M. Damien Siguères, 58 ans, retraité des douanes a déclaré avoir aperçu sur la route, près de son domicile dans la banlieue de Perpignan, une grande sphère rouge. De celle-ci sortit un homme grand, vêtu comme un scaphandrier.

Ayant fait le tour de son appareil, le "scaphandrier" y retourna précipitamment tandis que les deux chiens de M. Siguères se précipitaient vers lui.

L'engin s'éleva alors sans bruit et disparut à une vitesse prodigieuse.

M. Siguères se trouvait alors à une trentaine de mètres de l'engin, dont aucune trace n'a été relevée sur le sol.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 24 septembre 201