Journaux 2000-2009 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

LES SOUCOUPES PRETENT A RIRE, 1950:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Provençal, France, page 8, le 26 mars 1950.

DE MEYRARGUES, DE VENELLES ET DE MARSEILLE

ON A VU DES SOUCOUPES VOLANTES

On sait que Marseille-Radio a soulevé la question des "soucoupes volantes" au cours de son émission Provence-Magazine. Le speaker [Jimmy Guieu] n'a point parlé dans le désert: de nombreuses lettres sont déjà parvenues aux services d'information de ce poste.

D'ores et déjà, nous n'avons plus rien à envier aux noctambules des USA.

A Meyrargues, un habitant de cette localité a nettement vu s'immobiliser dans le ciel crépusculaire - et ce, pendant une bonne minute - une masse incandescente, d'un volume apparent très supérieur à celui des météores habituels.

A la même heure, Venelles observait également le phénomène.

Un Marseillais, M. L. Orbello, accompagné de deux amis, et sortant d'un cinéma, a supris la marche lente d'un bolide fluorescent qu'il a pu voir disparaître à l'horizon, en direction d'Aubagne!

Ces divers témoignages - pour faillibles qu'ils soient - corroborent étrangement les observations plus précises des pilotes américains.

La soucoupe volante est-elle un "monstre du Loch Ness" céleste, trahit-elle les essais belliqueux d'une puissance terrestre, ou faut-il voir en elle signe précurseur d'une invasion planétaire?

Ne rappelons ici que pour mémoire, l'écrasement au sol du capitaine Thomas Mantell dans le Kentucky, quelques secondes après qu'il approchait un engin d'environ 100 mètres de diamètre.

Un peu plus tard, Clarence B. Chiles et son co-pilote John Witter [Whitted] rapportaient avoir été doublés par un monstrueux cigare lumineux qui devait disparaître quasi instantanément!

Mais le record de l'information sensationnelle reste encore au journaliste Perry Hars qui affirme avoir assisté à la capture d'un véritable Martien dans le Missouri!

Dans ce journal même, enfin, depuis quelques semaines, nous avons publié les plus récentes rencontres de "soucoupes volantes".

Meyrargues, Venelles et Marseille s'inscriront-elles dans l'avenir, parmi les cités élues dont le regard décela le passage des fabuleux engins?

Chi lo sa... ? [Qui le sait?]

* * *

"Provençal-Dimanche" a cru bon cependant de consulter - mi-sérieux, mi-rieur - quelques personnalités scientifiques d'abord, artistiques ensuite, et dont nous tairons les noms pour ne pas engager leur responsabilité.

Un astronome dont les travaux ne laissent aucune place à la fantaisie, nous a simplement déclaré:

"Tant qu'un de ces bolides n'aura pas été retrouvé intact ou non au sol, l'existence des soucoupes volantes restera aussi contestable que leur origine.

"Les montages cinématographiques ont suffisamment excité l'imagination des Terriens qui les suivent sur l'écran pour qu'ils prêtent à lamoindre étoile filante, toutes les caractéristiques d'une nef interplanétaire.

"Constatons seulement - la mort de Mantell mise à part, et qu'on ne saurait imputer formellement à l'engin qu'il poursuivait

[partie manquante]

et le ciel nous envoie-t-il ces ... tomates de porcelaine!"

"Au restaurant, la soucoupe annonce toujours l'addition. Nous avons fait tant de folies que l'heure de payer n'est peut-être pas éloignée!"

Un céramiste d'Aix-en-Provence s'est contenté de soupirer:

"Si seulement je savais où et à qui adresser mon catalogue!"

Rêveur devant tant d'avis différents, je crayonnais sur la nappe une sorte de galette en révolution quand ma petite amie, portant la main à ses cheveux et pensant à sa modiste, s'est prise à rêver tout haut:

"En taupé mon Dieu avec un halo de plumes, ce serait très seyant pour l'hiver..."

* * *

A la table voisine, mon confrère T..., poète à ses heures, improvisait déjà:

    Quelle querelle de ménage
    Nous vaut cette vaisselle d'or?
    Un olympique désaccord
    Aurait-il du notre l'image?

    Que penser d'un pareil éclat?
    Mars, amoureuse de la Terre,
    Voudrait-elle par là lui faire
    - Mais à sa manière! - ...du plat?

    Au café, je le dis sans honte:
    Tant de soucoupes ne me font
    Que rêver, craintif, au garçon
    Qui m'en réclamera le compte!

Laurent VILLARS.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 septembre 201