Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague française de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Le Journal du Pas-de-Calais et de la Somme, France, pages 1 et 8, le 14 octobre 1954.

Scan

Le cercle lumineux aperçu
à Metz dans le faisceau
d'un phare militaire serait
un phénomène naturel

Metz, 13. -- Dans la durée de la foire-exposition de Metz, un phare militaire, installé au stand de l'Armée, balayait, chaque soir, le ciel messin de son faisceau lumineux.

Dimanche soir, les servants de l'appareil virent, à une hauteur estimée à plus de 10.000 mètres, un cercle lumineux qui demeura immobile au-dessus de leur tête pendant plusieurs heures. Le service de radar, également monté au stand de l'armée, essaya vainement de saisir le cercle insolite dans son appareil.

Un journal local ayant rapporté les faits, le général gouverneur, commandant de la région militaire, a ordonné une enquête qui, jusqu'à présent n'a pas abouti. Le général Navereau attend le rapport du commandant Cottel, responsable du stand de l'armée.

D'après les premiers renseignements recueillis dès hier, il semble impossible que le phare installé à la foire de Metz ait pu surprendre un objet quelconque si haut placé. En effet, ce phare n'a guère qu'une portée de 3.000 mètres, distance à laquelle, par temps très clair il permettrait peut-être de distinguer quelque chose.

Le cercle lumineux saisi dans le faisceau du projecteur pourrait être expliqué par la présence à une grande hauteur, d'un cumulus tourbillonnant éclairé par la lune, pleine à ce moment, et cachée derrière un rideau de nuages.

On reste sceptique, en attendant, sur la présence d'un engin rond qui aurait eu, a-t-on estimé, 50 mètres de diamètre et qui serait demeuré parfaitement immobile pendant plusieurs heures.

Cependant les services militaires poursuivent leurs investigations et tireront les conclusions de cette affaire dès qu'ils seront en possession du rapport du commandant Cottel.

SUITE EN PAGE 8

Scan

Les soucoupes

(Suite de la première page)

Un jeune garçon rencontre un "Martien" parlant... Français!

Chateaubriand, 13. -- Un garçonnet de 13 ans, le petit Gilbert Lelay, affirme avoir vu, hier soir, vers 22 h. 30, un engin mystérieux dans une prairie, à quelque 600 mètres du domicile de ses parents, au village de Sainte-Marie-en-Erbray, près de Chateaubriand.

L'enfant déclare être resté 10 minutes à observer, à une dizaine de mètres, cet engin qui avait la forme d'un cigare phosphorescent. Un passager, un homme, vêtu d'un complet et d'un chapeau gris, chaussé de bottes, lui aurait dit en français: "Regard- mis une main sur l'épaule, tan- de, [sic, mélange de lignes] mais ne touche pas". Il lui dis que, de l'autre, il tenait une boule lançant des feux violets. Il monta dans l'appareil par une portière qu'il fit claquer. Sur ce qui pourrait être un tableau de bord, se trouvaient plusieurs boutons multicolores.

Toujours selon l'enfant, l'engin s'éleva lentement à la verticale, lançant des feux dans toutes les directions, fit deux tours dans les airs et disparut subitement.

Toulouse. -- Deux habitants de la banlieue toulousaine, MM. Pierre Vidal et son neveu Angel Hurle, ont pu voir, au petit jour, à une centaine de mètres à peine de leur maison, une fusée géante qui, partie d'un champ, disparut rapidement dans le ciel en engendrant une clarté d'une rare intensité.

Les deux hommes se rendirent ensuite à l'endroit où ils se situaient le point de départ du mystérieux engin. Là ils constatèrent que l'herbe avait été tassée sur une surface circulaire ayant trois mètres de diamètre. Au centre de cette zone, ils découvrirent dans le sol quatre empreintes paraissant avoir été faites par les pieds d'un lourd appareil.

L'herbe était recouverts de gouttelettes provenant de la condensation de vapeur grasse et qui dégageait une odeur de pétrole.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 29 juin 2020.