Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

la vague française de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Voix du Nord, Nord - Pas-de-Calais, France, page 3, 5 octobre 1954.

Scan

Week-end chargé pour les soucoupes
volantes qui perdent toute discrétion

Cent témoignages en leur faveur dans la région
d'Annoeuillin, où elles évoluent 25 minutes durant

L'une se pose dans un jardin

Décidément les "soucoupes" envahissent nos cieux. Plus de cent personnes de Bauvin, Annoeuillin, Provin et environs, à 20 kilomètres de Lille, ont vu un ou plusieurs objets lumineux se déplaçant lentement, dimanche, entre 20 h. 45 et 21 h. 10. L'une d'elles a vu l'objet se poser lentement dans un jardin et s'est approchée à quelques mètres de l'engin. Mais examinons les faits.

Une "soucoupe" descendue
du ciel

M. Gaston Lecoeuvre, un mineur domicilié rue Georges-Mortelecq à Annoeuillin, fume une cigarette sur le seuil de sa porte. Une tache lumineuse apparaît sur l'écran sombre du ciel et tombe lentement: une étoile filante, pense notre homme. Mais voici que la chute de l'étoile se poursuit. Celle-ci se mue en un objet qui tourne, semble-t-il et, sans bruit, se pose dans un jardin à quelques mètres de là.

M. Lecoeuvre se précipite: un dôme de trois mètres de hauteur environ et qui brille comme une pièce de nickel. L'engin ne repose pas sur le sol - on n'a pas découvert de traces. Sur la partie supérieure se trouve une petite coupole, mais on ne distingue pas d'ouverture.

Le mineur s'est arrêté, comme pétrifié, à quelques mètres de la "chose", son petit chien aboie avec rage. Et voici qu'une peur panique s'empare de l'homme qui s'enfuit en criant jusqu'au café Parsy, à cent mètres de là, où une dizaine de personnes consomment ou jouent au billard.

"Venez, une soucoupe!..." crie le mineur. Les joueurs se précipitent dans la rue.

M. Gaston Lecoeuvre est considéré par ses connaissances comme un homme sérieux.

La sarabande des "soucoupes"

Une quinzaine d'hommes, de femmes, et d'enfants sont dehors. L'objet s'en est allé, au bout de 15 ou 20 secondes, estime M. Lecoeuvre, car il déclare avoir perçu un sifflement pendant sa fuite éperdue.

Mais voici que les Annoeuillinois distinguent en direction de Provin, non pas un, mais trois objets brillants. L'un d'eux était presque immobile, deux autres tournaient lentement autour du premier: c'est la version que nous donnent spontanément plusieurs personnes.

Nous interrogeons M. Bourbotte, un jeune employé de bureau qui, malgré la fièvre générale, conserve son calme. Quand il rejoint ses voisins qui, depuis un quart d'heure, observent le "phénomène", il distingue non plus trois, mais deux objets. M. Bourbotte consulte sa montre-bracelet: il est exactement 21 heures. Les "soucoupes" semblant présenter un angle de 45 degrés environ par rapport à l'horizontale, décrivaient lentement des cercles, précise-t-il. Elles tournaient en sens inverse et, par moment, elles ne se présentaient que sous la forme d'un point rouge. Puis elles se rapprochaient et l'on distinguait mieux leur forme renflée et leur couleur rouge-orange.

Cette sarabande silencieuse s'est poursuivie jusqu'à 21 h. 10, heure à laquelle les spectateurs, qui se passaient des jumelles de main en main, virent disparaître les objets derrière un rideau d'arbres, en direction de Provin.

D'autres témoignages

A l'autre extrémité de la rue Georges-Mortelecq, M. Louis Deleflie entend un bruit semblable à celui que ferait "un moteur d'avion" et aperçoit un objet lumineux s'élever au-dessus d'une meule, à trois cent mètres de là. Il va chercher sa femme. L'objet est toujours là, mais on n'entend plus de bruit. Leur cousine les rejoindra bientôt, puis un voisin, M. Claude Loyez, retraité des mines, 45 à 50 personnes enfin contemplent l'objet silencieux, "rouge comme le feu mais n'éclairant pas" qui oscille parfois et s'éloigne lentement, puis disparaît derrière des arbres, toujours en direction de Provin.

Dans cette localité, la mère du secrétaire de la mairie a observé le passage d'un "engin" lumineux et entendu un bruit de "moteur": d'autres habitants ont fait aux gendarmes des déclarations identiques. A Bauvin, un ouvrier, M. Vankenkiste, aurait vu, comme le premier groupe d'Annoeuillinois, trois "soucoupes".

Tels sont les témoignages recueillis auprès d'hommes et de femmes d'âges différents, de toutes conditions.

Au total une centaine de personnes ont, pendant 25 minutes, contemplé l'étrange sarabande. Simples "images"... Va-t-on commencer par en douter? Sinon, quelle explication claire et apaisante des "phénomènes" pourrait-on donner?

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 16 avril 2020.