Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien La Croix du Nord, Lille, Pas-de-Calais, France, pages 1 et 8, 16 septembre 1954.

Scan

Soucoupes, cigares et Cie...

La police s'intéresse
très sérieusement
aux déclarations d'un
cultivateur corrézien

De plus en plus fort... Le métallo de Quarouble avait donné de sa rencontre avec les étranges passagers d'un mystérieux engin une description trop conforme aux normes de la « science-fiction » pour ne pas susciter le scepticisme. Néanmoins la police de l'air enquête très consciencieusement au grand dam d'un journal parisien qui proclame que les fonctionnaires de l'état ont autre chose à faire qu'à perdre leur temps à des calembredaines. Mais voici qu'un cultivateur corrézien fait maintenant état d'une rencontre d'autant plus curieuse qu'elle est moins fantastique. Il ne s'agit plus cette fois de soucoupe volante ni d'être bizarre semblant appartenir à un autre monde.

La rencontre faite par M. Mazaud, un solide paysan quinquagénaire de Bugeat, est tout autre. Il se montre des plus formels. Il y a dans es déclarations un indiscutable accent de sincérité. Il n'a pas, tant s'en faut, la réputation d'être un farceur ou un illuminé, et les enquêteurs n'ont pas relevé la moindre faille où la moindre contradiction dans ses déclarations que l'agence France-Presse rapporte en ces termes:

L'homme qu'il rencontra sur un plateau désert le 10 septembre, vers 20 h. 30, n'avait rien d'anormal dans son accoutrement ni dans son aspect, si ce n'est la forme assez

Suite en dernière page,
en quatrième colonne, sous le titre
"SOUCOUPES"

Scan

"SOUCOUPES"

particulière du casque qu'il portait sur la tête. Quand il se trouva face à face avec le paysan corrézien, il fit plusieurs inclinaison de tête pour le saluer, lui tendit la main, puis lui donna l'accolade. Il ne répondit pas autrement au bonsoir de M. Mazaud et n'articula pas une syllabe, à tel point que l'agriculteur le prit pour quelques simple d'esprit et aurait certainement bien vite oublié cette rencontre. Mais quelques secondes après la disparition de l'inconnu, M. Mazaud, qui poursuivait sa route, entendit un léger bruissement. Il se retourna et c'est à ce moment qu'il a aperçu un engin qui s'élevait du sol en oblique de la même façon que décolle un avion. La machine avait vaguement la forme d'un cigare (celle d'un avion à réaction en vue de profile à quelque chose près.) Elle volait vers l'Ouest très rapidement en prenant de la hauteur. Le bruit était très léger. On apercevait pas la moindre fumé ni la moindre lueur.

M. Mazaud se garda bien de parler de ces phénomènes dans le voisinage, craignant que l'on se moquât pas de lui. Seule, l'indiscrétion de sa femme permit aux gendarmes d'être avisés. Ils l'entendirent chez lui et se rendirent sur les lieux mais deux jours s'étaient écoulés et il avait beaucoup plu. On ne releva pas la moindre trace sur le sol.

Le commissaire des renseignements généraux de Tulle a entendu lui aussi, très longuement, M. Mazaud et s'est rendu avec le fermier sur les lieux de la rencontre. Il a été frappé comme tout le monde du sérieux de celui qui lui fut le témoin involontaire de cet étrange phénomène.

Les soucoupes volantes
manifestations de la foudre

L'éminent astronome allemand Hans Haffner ne verrai sans doute dans cette affaire que l'atterrissage, plus ou moins régulier, d'un aviateur étranger. Il se montre en effet très sceptique, dans l'hebdomadaire « Die Zeit », à l'égard des histoires de soucoupes, de cigares ou de martiens qu'on nous signale chaque jour.

"Les soucoupes volantes, écrit-il, en dehors des hallucinations et reflets aériens, sont des boules de feu produites par la foudre à haute altitude. Il affirme que sa théorie cadre avec toutes les observations de soucoupes volantes signalées jusqu'à présent.

"Qu'on en finisse avec la psychose des soucoupes volantes, écrit-il. Les soucoupes volantes sont en fait un phénomènesnaturel qui se produit dans la couche d'air entourant la terre ».

M. Haffner, professeur d'astronomie à l'Université de Hambourg et chef de section à l'observatoire de Brandebourg-Bergedorf, déclare que toutes les soucoupes volantes qui ont été vus jusqu'à maintenant, peuvent être classées en quatre groupes.

1. Hallucination, plus fréquentes qu'on ne croit généralement.

2. Illusion d'optique trompant même l'objectif de l'appareil photographique. Les prétendues photographies de soucoupes volantes sont des reflets souvent constatés quand on prend des photos à contre-jour.

3. Ballons météorologiques.

4. Objets volants inconnus.

Tous les objets de la quatrième catégorie peuvent être expliqués parce que l'on sait des boules de feu produites par la foudre. Ce phénomène se produit rarement et l'on n'en possède que deux ou trois photographies. La taille, la forme, la vitesse, la couleur, la luminosité, la durée, la composition électrique est et le mode de dissolution de ses boules de feu sont « remarquablement similaires » aux descriptions des soucoupes volantes, écrit le professeur Haffner.

Les boules de feu émettent souvent des rayons lumineux très brillants, ce qui correspond encore au récit des gens qui disent avoir vu des soucoupes. De même, les boules de feu peuvent changer de forme et de direction en moins d'une seconde, tout comme les soucoupes.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 7 mai 2020.