Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilAcceuil
This page in English

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

Soucoupes volantes en France en 1954:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Centre-Matin, France, le 22 octobre 1954.

Une soucoupe volante format 4 C.V. se pose à Oran

LES SOUCOUPES VOLANTES SE SONT MANIFESTEES PRINCIPALEMENT LA NUIT DERNIERE, AU-DESSUS DE LA NORMANDIE. A EN CROIRE PLUSIEURS PERSONNES, DONT Mlle MICHELLE VITKOSUSKY, CLERC DE NOTAIRE, PLUSIEURS ENGINS NON IDENTIFIES ONT EVOLUE DURANT DEUX HEURES. D'UN ENGIN VIOLEMMENT ECLAIRE, ET POSE DANS UN CHAMP, A GAUCHE DE LA ROUTE DE SAINT-VALERY-EN-CAUX, S'ECHAPPAIENT DES DISQUES LUMINEUX QUI PRENAIENT RAPIDEMENT DE LA HAUTEUR, POUR REGAGNER ENSUITE LEUR POINT DE DEPART.

Un cigare volant exécuta le même manège. Deux autres engins aperçus non loin de la falaise de Mers-les-Bains, semblaient correspondre par signaux avec le premier groupe. Il faut ajouter que les gendarmes qui ont effectué une enquête sur place, n'ont relevé aucune trace de ce mystérieux caroussel.

Un phénomène un peu semblable aurait été observé au-dessus de Vic-Bigorre, par un groupe d'une dizaine d'étudiants qui s'entraînaient sur un terrain de sport. Ils auraient vu quatre disques en formation qui semblaient tourner sur eux-mêmes à grande vitesse.

Plusieurs témoignages ont été recueillis en Alsace. L'un des témoins, Lucien Fiesch [Fisch] a aperçu près de Issenheim, un engin sphérique d'environ 6 mètres de diamètre qui stationnait à un mètre du sol. Pris de peur, M. Fiesch [Fisch] s'éloigna et regagna son lieu de travail.

A Guebwiller, M. Pierre Ackerman a déclaré avoir aperçu dans le ciel un disque brillant qui se déplaçait silencieusement à environ 400 mètres d'altitude. Deux collégiens ont confirmé cette déclaration.

Une habitante de Soultzmatt, a déclaré avoir observé un engin de forme allongée qui se déplaçait à très grande vitesse.

Un autre témoignage vient de la Nièvre. L'autobus Lormes-Nevers se dirigeait vers cette dernière ville, lorsque, près de Saxi-Bourdon, le conducteur stoppa et s'écria: "une soucoupe", tous les passagers descendirent et distinguèrent, à les en croire, un disque brillant comme de l'aluminium, à 70 ou 80 mètres d'altitude.

Le dernier témoignage est celui d'un facteur de la gare de Saint-Pierre-la-Cour, qui vit dans le ciel un disque, répandant des rayons lumineux oranges.

Mercredi matin, vers 3 heures, M. Gaston Blanquère, demeurant à Oran, revenait avec des passagers à bord de son auto. Peu après le village de Jean-Mermoz, l'attention des automobilistes fut attirée par une vive lueur venant du sud et qui grossissait rapidement.

Un disque lumineux traversa la route au-dessus d'eux, descendit quelques centaines de mètres plus loin et parut prendre contact avec le sol.

L'engin avait la grosseur d'une petite automobile. Il se composait d'une coupole supérieure d'où sortait une lueur jaune. La partie inférieure du disque laissait échapper une gerbe lumineuse bleuâtre. Des sortes de phares très puissants balayaient la plaine.

Dix minutes plus tard, la luminosité s'atténua et l'engin, prenant de la hauteur, s'éloigna rapidement et sans bruit.

Le commissaire de police du Sig, au cours de son enquête, vit confirmer ces déclarations par un fellah d'un douar voisin.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 septembre 201