Journaux 1950-1959 -> Documents -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

Les OVNIS dans la presse quotidienne:

La vague française de 1954 dans la presse:

L'article ci-dessous est paru dans le quotidien Bresle et Vimeu Libre, de Gamaches, Somme, France, page 5, le 17 octobre 1954.

Scan

SAINT-BLIMONT

LA SOUCOUPE DE SAINT-BLIMONT

Saint-Blimont a faille passer au premier plan de l'actualité mondiale.

A failli seulement...

Car, en fin de compte, il a fallu se rendre à l'évidene qu'il ne s'agissait que d'une erreur.

On avait pris un ballon-sonde des services météorologiques britanniques, descendu au sol, pour une soucoupe volante en panne.

Empressons-nous de dire que la bonne foi des témoins n'est pas à mettre en cause, mais avec les bruits si convaincants qui circulent depuis 15 jours, les esprits les plus sérieux se trouent eux-m'emes prédisposés à voir ce qu'ils voudraient voir.

Mais venons-en au fait. Quelques cultivateurs et ouvriers de Saint-Blimont voyaient, la semaine dernière, se poser dans un champ un appareil bizarre qui émettait des luerus. Ils prévinrent M. Raymond Bouchet, chef de râperie.

Ceui-ci, arrivant sur les lieux, idenfifiait l'engin qui portait mention de son origine, "Service Royal Météorologique de Grance-Bretagne". Il le fit porter dans son bureau et put l'étudier. Il s'agissait d'un ballon de 4 à 5 mètres de diamètres [sic], d'un parachute monté sur une armature en tube d'aluminium, le tout retenant un appareil de météo.

Le ballon s'était accidentellement crevé, l'engin était descendu et le soleil se mirant sur les tubes d'aluminium provoquait les scientillement aperçus par les témoins, leur faisant penser aux fameuses lueurs des soucoupes volantes.

M. Bouchet s'empressa d'expédier les pièces détachées de l'appareil à l'office Météorologique Headstone Drive, à Harrow.

Ainsi se trouve ramenée à ses justes proportion une histoire qui aurait pu, comme tant d'autres, garmir la chronique spécialement ouverte dans la gande presse, sous le titre "Soucoupes Volantes!"

Let à min Cousin Polyte

Va un mouas d'éch' coup d'Ochincourt, t'in souvns-tu? J'él garantis qu'jai là rfouit comme i faut queue chés meudits seucoupes! Ch'étouout bel et bien eune volée d'étourgneux!

Comme à chor-raperie d'Saint-Blimont, l'eute jour, Bouchet i creuyouot dur comme fer éqch'én' étouot eune, Bernique! Ch'étouout eune espèce d'invintion qu'chés Inglais il envoél't' in l'air pour savoér qué temps qui va foaire.

Oui, mais justémont ch'jour éd Saint-Blimont, i m'a arricé un drôle éd tour qui eut qu'éj té racontche. J'érvenouas d'Arrest et pis j'arrivouos tout in heut d'éch monte à crin. Va-ti point qu'éj voès dins ch'temps, mais heut, heut à mort, eune espèce éd cigare aveuc eune soucoupe in dsous qui déchindouot à toute vitesse. Etouaot rouge, qanne, bleu et pis éringté tout à l'intour. Va qu'échl attrinchillage i's pose quasimint à mes pieuds. Quoé qu' j'apercheus? Un piot bonhomme, point pus grand qu'eune pieule carotte. I s'avanche édsus mi et pis i s'met à baragouineu tant qui peut.

- Rabatchamouractha, qui m' disouot.

J'n'in comprindonc point pu qu'ti. Et pis, tu sais, intré nous, j'en' dis point qu'j'avouos peur, mais j'n'étouaos point fier. Pour finir éj li dis comme o in djisc d'érien:

J'ai ieu rudemint peur, tout à l'heure, quant' oz veu tcheu à terre...

Mi tout, Robert, qui m'a répondu.

I a rmonté dins s'soucoupe et pis in eune vision il a tè si heut qu'é n'voéyouot pus rien du tout.

Alors, Polyte, quoè qui feut n'in pinseu d'chés Marsiens pis d'leurs soucoupes? Mi j'én' sais pus...

Tin Cousin pour la vie:
Robert MONONQUE...

P.-S. - Est égal, él sommes-nous connus!...

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 8 mars 2020.