ALSACAT -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

ALSACAT:

ALSACAT est mon catalogue exhaustif à terme des affaires d'OVNIS en Alsace, qu'elles soient "expliquées" ou "inexpliquées".

Le catalogue ALSACAT donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier. Un index général et des sous-catalogues thématiques donnent accès à ces dossiers Alsaciens.

Cas précédent Cas suivant >

Cas dans le Bas-Rhin, le 26 février 2005:

Numéro de cas:

ALSACAT-2005-02-26-BASRHIN-1

Résumé:

Dans le bulletin ufologique SPICA News, de l'association alsacienne d'ufologie et d'astronomie SPICA, N° 7 de janvier 2006, on apprend qu'il y a eu un témoignage d'une boule verte le 26 février 2005, avec un témoin qui a eu l'impression qu'elle s'écrasait à Quatzenheim.

Données:

Données temporelles:

Date: 26 février 2005
Heure: ?
Durée: ?
Date du premier rapport connu: Janvier 2005
Délai de rapport: 1 an.

Données géographiques:

Département: Bas-Rhin
Commune: ?
Lieu: ?
Latitude:
Longitude:
Rayon d'incertitude:

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 1
Nombre de témoins connus: 1
Nombre de témoins nommés: 0
Ages des témoins: ?
Types de témoins: ?

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Groupe d'ufologie SPICA.
Type de lieu: ?
Conditions d'éclairage: ?
OVNI observé: Oui
Arrivée OVNI observée: ?
Départ OVNI observé: ?
Entité(s): Non
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: ?
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Hynek: ?
ALSACAT: Possible météore, informations insuffisantes.

Sources:

[Ref. spa1:] ASSOCIATION D'UFOLOGIE "SPICA":

Scan.

SOMMES-NOUS DANS L'ANNEE DES METEORES*?

Fin février, nous recevons l'information d'un témoin qu'une boule, très lumineuse et de couleur jaunâtre se serait écrasée près de Colmar. L'article des Dernières Nouvelles d'Alsace du 20 février nous confirme ces faits et celui que plusieurs témoins ont téléphoné aux gendarmeries, mais aussi à la rédaction du journal. Plusieurs brigades de Gendarmerie ont été mises en alerte afin de localiser le lieu d'un possible crash, mais en vain. Un deuxième article des DNA du 22 février nous informe que ce phénomène n'a pas seulement été visible du Haut-Rhin, mais aussi du Bas-Rhin.

A la demande des Collègues des Vosges, qui ont ouvert une enquête en col1aboration avec l'Observatoire d'Epinal, nous demandons à M. Willy Bodenmuller des DNA, mais aussi au journal L'Alsace de faire paraître un appel à témoins dans leurs pages, ceci pour localiser le point de chute éventuel de cette météorite. Les premières investigations localisent ce lieu au-delà des Vosges, mais avant la Haute-Marne. Le 25 février, date de parution de l'appel à témoins, le téléphone du siège de SPICA n'a eu que très peu de répit. Plus de 60 témoignages téléphoniques, et plus de 40 E-Mails nous sont parvenus.

Bien que tous les témoins décrivent un phénomène pouvant s'identifier à une météorite, ii faut constater que plusieurs couleurs sont décrites, mais on constate également qu'il y a eu des phénomènes similaires à d'autres dates et heures. En effet, avec un maximum de témoignages concernant la date du vendredi 18 février, des témoins nous décrivent également une rentrée atmosphérique (car nous n'avons pas la certitude qu'il s'agit de météorites et nous nous devons de pouvoir faire la différence entre un objet naturel, la météorite, et un objet d'origine artificielle, comme des débris de fusées par exemple) le vendredi 11 février, mais aussi le samedi 26 février. Fin mars, d'autres appels arrivent. Cette fois une rentrée en date du vendredi 25 mars, puis à nouveau par l'intermédiaire de Dernières Nouvelles d'Alsace une nouvel1e rentrée le mardi le 5 avril.

Bien que toutes les descriptions semblent correspondre à une chute de météorite, nous avons quand même procédé à des enquêtes sur le terrain pour, en premier lieu, donner des informations plus concrètes à nos amis des Vosges, mais aussi pour confirmer les trajectoires afin de garder la mémoire de ces observations, qui comme nous le savons, dans quelques années, seront devenues d'éventuelles observations d'O.V.N.l. Mais rentrons un peu plus dans le détail des diverses observations.

Le 11 février vers 22h30, c'est une boule orange, suivie par une grande traînée qui a traversé, d'après la description, le ciel bas-rhinois. Pour le témoin, elle serait passée au-dessus de Nordheim et se serait désintégrée juste avant de tomber à l'horizon.

Le 18 février apporte le plus grand nombre de témoignages. Il était 22h22 quand plusieurs centaines de personnes ont observé une boule lumineuse se déplaçant de l'est vers l'ouest. Si pour ces données tous les témoins sont unanimes, elles diffèrent pour d'autres points. Pour de nombreux témoins, cette

11

Scan.

rentrée éclairait l'environnement "..... Le phénomène éclairait très largement les environs, d'un bleu faisant penser à la tombée de la nuit....", un autre témoin nous cite "... Mon mari et moi fûmes envahis par un lumière intense, blanche. Nous avons pensé d'abord à l'éclairage d'un avion en phase d'atterrissage." A la vue de tous les témoignages, nous constatons que toutes les personnes n'ont pas eu cette impression d'un environnement éclairé par la boule lumineuse, pourtant on ne peut localiser les lieux d'observation par un éventuel passage au-dessus des témoins.

En effet, ces descriptions sont faites par de nombreux témoins de Duttlenheim (Sud Ouest de Strasbourg) à Cernay (Ouest de Mulhouse). Pourtant entre ces lieux, personne n'a constaté cette illumination. Seul point commun entre ces témoins, ils étaient tous en voiture. Autre point insolite, seulement quelques témoins ont vu deux boules, trois d'entre eux ont décrit l'éclatement, séparation de la boule en deux parties, une grande et une petite, faisant environ, en grosseur apparente, la moitié de la première partie. Là aussi, rien ne permet de donner une trajectoire, les témoins sont à Strasbourg Robertsau, Kogenheim et Colmar. Un témoin, n'ayant qu'un champ de vision vers l'Ouest a vu les deux boules, sans avoir observé la séparation (voir reproduction informatique). Les couleurs diffèrent également, de la boule blanche avec une traînée bleue, la boule bleue avec une trainée blanche, à la boule vert émeraude sans traînée, en passant par la boule turquoise ou même de différentes couleurs (voir dessin d'un témoin). Certaines avaient un halo et d'autres non. Un seul témoin a constaté un bruit, comme celui d'un souffle, après le passage de la météorite. Etait-il sur la trajectoire?

Au moment où je couche ces informations sur le papier, je n'ai eu aucune nouvelle de nos collègues des Vosges, sauf les informations du journal L'Alsace où l'on apprend que la météorite aurait pu tomber dans un triangle entre Vittel, Neufchateau et Bourdons-sur-Rognon. Leurs recherches sont restées infructueuses pour le moment. Nous reviendrons certainement sur cette rentrée lors de notre prochaine revue.

Le 26 février, nous avons également le témoignage d'une autre rentrée atmosphérique, encore une boule verte ayant environ la même trajectoire que les précédentes. Le témoin a eu l'impression qu'elle s'écrasait à Quatzenheim.

Puis ce fut le 25 mars, plusieurs personnes ont à nouveau vu une boule lumineuse blanche traverser la région alsacienne. Là aussi la trajectoire était d'Est en l'Ouest.

C'est en date du 5 avril que plusieurs personnes ont fait l'observation la plus récente. Ce sont des jeunes gens de Rosenwiller qui ont observé un phénomène

12

Scan.

atmosphérique similaire à ceux déjà décrits, peu après 23h00. Toujours la même courbe descendante, cette fois de nouveau de couleur verte. Bien que cette observation était pour ces témoins de très courte durée, ils l'ont vu entre deux maisons. I1 y a un point assez intéressant et pour le moins étrange. Après leur observation, ils pensaient la revoir en montant au point le plus haut du village, ce qui leur a pris deux voire trois minutes. Naturellement vu la vitesse de rentrée d'un bolide, il était déjà loin à ce moment là.

Mais quelques instants après leur arrivée au dernier croisement du village, ils ont entendu une explosion et ont ressenti une vibration venant du sol. Naturellement, nos témoins ont fait un lien avec ce qu'ils venaient d'observer. Mais, bien que nous recherchons encore l'origine de ce bruit et de cette vibration, elle peut être difficilement imputable au phénomène observé. En effet avec approximativement une vitesse de 72000 à 180000 Km/h - si il s'agit bien d'une météorite, cette dernière était déjà très loin. Si l'explosion et la vibration étaient dues à l'impact, elle aurait été ressentie plus amplement si elle s'était écrasée à proximité immédiate du lieu d'observation. Actuellement nous attendons encore certaines réponses à ce sujet.

Pendant que j'écris ces quelques lignes, j'apprends d'un témoin qu'une nouvelle observation, de ce qui semble être une météorite, a été faite à partir de Rothau le 21 avril. C'était une boule bleutée, sans trainée, qui venait de St-Dié (88) pour se diriger vers Natzwiller (67). Le témoin n'a entendu aucun bruit.

Et dire que pendant ces mois de février à avri1, il n'y a pas d'essaim d'étoiles filantes très actifs! Rien qui ne vaut la peine de sortir son nez dans la fraicheur des nuits. Dommage, car nous avons raté de très beaux spectacles! Sur ce point tous les témoins sont d'accord, c'était grandiose, sublime, impressionnant, majestueux et j'en oublie des termes donnés par les témoins de ces petits morceaux venant de l'espace et rentrant dans notre atmosphère, un petit résidu de la formation de planète de 4,5 milliard d'années (sic L'Alsace).

* Pour info: certains corps solides extraterrestres arrivent au voisinage de la Terre mais, soit constitués de gaz solidifies à la très basse température interstellaire, soit masse infime, ils se vaporisent dans la haute atmosphère, ne se signalant que par une trainée lumineuse fugace, vers 120 km d'altitude; ce sont les météorites, le phénomène lumineux s'appelant météore.
La vitesse maximale d'une météorite dans l'espace est de 42 Km/s. La vitesse moyenne de la Terre est de 30 Km/s. Si la Terre était privée d'atmosphère et ne possédait pas de force d'attraction, la vitesse d'arrivée au sol serait la somme vectorielle des deux vitesses, soit environ 12 Km/s si la météorite "rattrapait" notre planète, et 72 Km/s si elles se téléscopaient. Mais l'atmosphère va freiner la météorite en fonction de son coefficient de pénétration aérodynamique. De plus, l'attraction terrestre va également modifier à tout moment la vitesse.
Source: le fascicule d'Alain Carion sur les météorites

13

Discussion:

La position du témoin est inconnue, le rapport est très maigre.

Evaluation:

Possible météore, informations insuffisantes.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 15 juin 2021 Création, [spa1].
1.0 Patrick Gross 15 juin 2021 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 15 juin 2021.