France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

6 octobre 1954, Bruay-la-Buissière, Nord:

Référence pour ce cas: 6-oct-54-Bruay-la-Buissière. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Un article rigolard dans l'édition locale de Bruay du journal régional La Voix du Nord le 7 octobre 1954, permet de comprendre que la veille le 6 octobre 1954, vers 10 heures du matin, plusieurs personnes avaient vu passer un objet dans le ciel. Un homme interrogé, Mr. Decouvelare, avait raconté:

"C'est exact, nous avons vu un objet bizarre, ce matin, dans le ciel. Il pouvait être 10 heures. Il avait une forme ronde, de couleur argentée. Nous l'avons suivi des yeux pendant une minute, puis il s'enfonça dans les nuages. Non, il n'émettait aucun bruit."

"Il n'allait pas vite. Il semblait porté par les vents, de la direction de Béthune vers Divion."

"Quant à dire que c'était une soucoupe volante, ça c'est une autre question".

Rapports:

[Ref. vdn1:] JOURNAL "LA VOIX DU NORD":

Scan.

QUI N'A PAS VU
"SA" SOUCOUPE VOLANTE?

Mercredi, au début de la matinée, un ami nous disait (ironiquement) son dépit de n'avoir pas encore vu de soucoupe volante.

Pour le tranquilliser, nous lui répondîmes sur le même ton, à la cantonade:

"Ne vous inquiétez pas, on en verra bientôt sous le ciel de Bruay. D'ailleurs, on en fabrique discrètement à Beuvry."

Car, enfin, il était anormal que des gens vissent ces étranges engins à tous les azimuths, et qu'à Bruay personne n'en fut témoin.

Nous aussi, nous voulions entendre un récit passionnant de la bouche d'un Bruaysien. Peu nous importait que la soucoupe eut la forme d'un cigare. L'essentiel était de trouver un témoin sérieux.

Et nous l'avons trouvée. La belle affaire!

Il était 14 heures approximativement quand une personne travaillant dans un établissement de la rue Victor-Hugo nous mit sur la trace.

Une heure et demie plus tard, nous étions sur les lieux indiqués par notre correspondant. Il n'y avait pas plus d'un kilomètre. C'est dire tout notre empressement et motre... scepticisme.

"Adressez-vous, nous avait-on conseillé, au café Macke, place Marmottan, vous serez renseigné."

Là, M. Macke nous a appris, avec un fin sourire, qu'effectivement sa jeune bonne, Mlle Yvette Dutailly, avez vu le matin, un curieux objet dans le ciel. Les voisins également.

Notre reportage était plein de promesses. En l'absence de Mlle Dutailly, nous nous sommes portés spontanément vers M. Decouvelaere, commerçant. Il était justement prêt à partir. Une veine que nous soyons arrivés à temps.

- "Alors?.. Vous en avez vu une?"

- "Une quoi?"

- "Une soucoupe, pardi!"

- "Allez, racontez-nous! Comment était-elle ? Normalement elle devait être ronde. Mais cela n'a aucune importance... De quelle couleur?... Vers quelle direction filait-t-elle?... N'avez-vous pas vu des Martiens?

Il nous tardait de savoir tout cela.

M. Decouvelaere et son épouse, qui assistait à l'entretien, ont (malheureusement) les pieds par terre.

"C'est exact, nous avons vu un objet bizarre, ce matin, dans le ciel. Il pouvait être 10 heures. Il avait une forme ronde, de couleur argentée. Nous l'avons suivi des yeux pendant une minute, puis il s'enfonça dans les nuages. Non, il n'émettait aucun bruit."

"Il n'allait pas vite. Il semblait porté par les vents, de la direction de Béthune vers Divion."

"Quant à dire que c'était une soucoupe volante, ça c'est une autre question".

Nous étions déçu. Notre reportage se dégonflait comme une baudruche. Tant pis. La prochaine fois...

La prochaine fois, et nous en informons tous nos correspondants bénévoles, ne vous déplacez qu'aux conditions suivantes:

Il faudra que la soucoupe soit étincelante. Qu'elle se pose près de vous. Qu'un des occupants vous tiennent des propos intelligible, en Martien, bien entendu!

Ah, mais !..

Explications:

Carte.

A partir du 5 octobre 1954, la presse rapportait l'argement l'affaire du retraité de Beuvry-les-Béthune qui fabriquait des lanternes thaïlandaises - des minis montgolfières en papier - en très gran nombre et les lâchait dans la région. Il faisait cela depuis des décennies, par amusement et non pas pour faire croire à des "soucoupes volantes".

C'est pour cela que le journal ([vdn1]) fait allusion à des "soucoupes" que l'on "fabrique discrètement à Beuvry."

Le ton de leur article montre bien que les "soucoupes" n'étaient pas prise au sérieux ici; on peut toutefois penser qu'il y avait bien eu l'observation qu'ils ont traité par-dessus la jambe.

Il se trouve que Bruay-la-Buissière est à 10 kilomètres à vol d'oiseau Beuvry-les-Béthune vers l'Est-Sud-Ouest de Beuvry-les-Béthune; il est donc tout à fait possible que les témoins interrogés, qui n'affirmaient pas que ce qu'ils avaient vu était une soucoupe volante, aien bel et bien vu une lanterne thaïlandaise lâchée à Beuvry-les-Béthune .

Mr. Decouelare ne disait-il pas: "Il semblait porté par les vents, de la direction de Béthune vers Divion."

La carte montre assez bien que tout concorde:

Carte.

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Bruay-la-Buissière, Nord, café Macke, place Marmottan, Yvette Dutailly, matin, objet Decouvelaere, commerçant, rond, argenté, durée, silencieux, lent, vent, Béthune, Beuvry, Divion, lanterne thaïlandaise

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 21 octobre 2021 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 21 octobre 2021.