France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

Fin octobre 1954, Anzin, Nord:

Référence pour ce cas: Fin-oct-54-Anzin. Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal régional Nord-Matin, dans son édition de Valenciennes du 23 octobre 1954, avait rapporté que "jeudi", donc le 21 octobre 1954, vers 22 heures, plusieurs personnes circulant avenue Anatole-France et arrivant à proximité de la place Roger Salengro, avaient eu leur attention attirée par des points lumineux bougeant dans le ciel au-dessus de l'Ecole Ménagère, et semblant, à première vue, être situés assez loin en direction de Cambrai.

L'alerte fut aussitôt donnée: un Nord-Africain tout tremblant est allé chercher l'agent de service de nuit, puis les sapeurs-pompiers de service dans un cinéma, si bien que quelques minutes plus tard, une cinquantaine de personnes observaient cette apparition, tous croyant à une arrivée en groupe de soucoupes volantes. Certains déclaraient qu'elles voyaient les soucoupes tourner à grande vitesse, d'autres disaient qu'elles s'approchaient de plus en plus; un sapeur-pompier protestait contre les automobilistes qui circulaient tous phares allumés, etc...

Au bout d'environ dix minutes, on s'est aperçu que c'était une lumière que se reflétait sur les isolateurs en verre placés en haut d'un pylone d'une ligne à haute tension.

Après l'émoition, tout le modne a ri et est rentré "en se disant que l'invasion de la place Roger-Salengro par les Martiens n'était pas encore pour cette nuit!"

Le journal local Le Courrier de Valenciennes racontait le 30 octobre 1954 qu'à Anzin, à 22 heures, un client sortant du Salon des Sports a observé des disques lumineux en formation serrée survolant l'école ménagère. Il a alerté d'autres consommateurs, qui ont contemplé les soucoupes qui paraissaient immobilisées. Un Nord Africain efrrayé a averti les agents du poste de police, et bientôt il y avait une cinquantaine de personnes rassemblés, échangeant leurs commentaire. Le sapeur pompier du cinéma Salon a arreté les voitures et fait éteindre les phares.

Au bout de 10 minutes, les yeux s'habituant à l'obscurité, l'un des spectateurs a disntingué le pylone de la ligne à haute tension dont les isolateurs en verre étaient à 31 mètres du sol, et bientôt les soucoupes ont été expliquées: il s'agissait simplement d'une lampe située au sol dont l'éclairage arrivait jusqu'aux isolateurs qui reflétaient faiblement cette lueur.

Rapports:

[Ref. nmn1:] JOURNAL "NORD-MATIN":

Scan.

Les soucoupes volantes
n'étaient que des isolateurs
de ligne à haute tension

Jeudi, vers 22 h., plusieurs personnes circulant avenue Anatole-France et arrivant à proximité de la place Roger Salengro, eurent leur attention attirée par des points lumineux évoluant dans le ciel au-dessus de l'Ecole Ménagère et semblant, à première vue, être situés assez loin en direction de Cambrai.

L'alerte fut aussitôt sonnée: un Nord-Africain tout tremblant s'en alla chercher l'agent de service de nuit, puis les sapeurs-pompiers de service dans un cinéma, si bien que quelques minutes plus tard, une cinquantaine de personnes observaient cette apparition et toutes croyaient à une arrivée en groupe de soucoupes volantes! De suite, les réflexions allèrent leur train, certaines personnes déclaraient qu'elles voyaient les soucoupes tourner à grande vitesse, d'autres disaient qu'elles s'approchaient de plus en plus; un sapeur-pompier s'élevait avec indignation contre les automobilistes qui circulaient tous phares allumés, etc...

C'est environ dix minutes plus tard que l'on s'aperçut qu'il s'agissait tout simplement d'un reflet lumineux agissant sur les isolateurs en verre placés en haut d'un pylone d'une ligne à haute tension.

Les rires succédèrent à l'émotion, et tout le monde se retira en se disant que l'invasion de la place Roger-Salengro par les Martiens n'était pas encore pour cette nuit!

[Ref. lcx1:] JOURNAL "LA CROIX":

Scan.

Soucoupes, cigares, etc.

Le "Martien" galonné
parlait "russe"?

Un ouvrier de Saint-Rémy (Vosges), M. Ujvari, 40 ans, vient de raconter aux gendarmes de Raon-l'Etape que, mercredi dernier, vers 3 heures du matin, il avait été interpellé sur la route par un inconnu de forte corpulence et de taille moyenne, vêtu d'un blouson gris, orné sur les épaules d'insignes brillants.

L'homme parlait une langue inconnue. M. Ujvari, de nationalité tchèque, essaya de parler russe. Son interlocuteur le comprit parfaitement. "Où suis-je, demanda-t-il, en Italie, en Espagne?" Il s'informa ensuite de la distance le séparant de la frontière allemande, et de l'heure. L'ouvrier lui ayant indiqué qu'il était environ 3 h. 30, l'homme sortit de son blouson une montre qui marquait 4 heures du matin.

Puis, l'inconnu donna à l'ouvrier l'ordre d'avancer. Bientôt Ujvari aperçut au milieu de la route un engin ayant la forme de deux assiettes renverséEs l'une contre l'autre, d'où émergeait une sorte de périscope.

Arrivé à une trentaine de mètres de l'appareil, qui avait environ 1 m. 50 de haut et 2 m. 50 de large, l'inconnu lui dit de s'éloigner. Mais, en se retournant de temps à autre, M. Ujvari put voir l'engin s'élever lentement à la verticale avec un bruit de machines à coudre. Parvenu à une altitude de 500 mètres, il prit l'horizontale et disparut en direction du sud.

M. Ujvari a précisé que l'inconnu était coiffé d'un casque semblable à celui d'un motocycliste. Il tenait un revolver à la main.

Son dernier mot à l'adresse de M. Ujvari fut "adieu" en russe.

Il avait de la bouteille!

Vendredi soir, à Binic, un passant a alerté les habitants de la rue Wilson pour les informer qu'il venait de voir un petit homme tout couverts de poils. Plusieurs habitants partir à la rencontre du "Martien" qui semblait les attendre. Arrivée à quelques mètres, la délégation se rendit compte qu'il s'agissait d'une bouteille à gaz!

On se demande si le passant n'en avait pas vidé une de trop!

La guerre des mondes n'a pas eu lieu à Anzin

La guerre des mondes n'a pas eu lieu à Anzin. Une fausse alerte avait inquiété de nombreuses personnes qui crurent... vendredi soir, à une invasion de "Martiens".

Il était 22 heures environ quand quelques promeneurs qui circulaient avenue Anatole-France virent des points lumineux dans le ciel.

Une personne, saisie de frayeur donna l'alarme au commissariat de police, tandis que des sapeurs-pompiers, de service dans un cinéma, accourairnt aux cris poussés dans la rue par les témoins des étranges apparitions.

Les soucoupes allaient de plus en plus vite et menaient une ronde infernale, au grand émoi des passants qui s'attendaient à leur atterrissage. Un sapeur-pompier empêcha même des automobilistes de rouler avec leurs phares allumés, afin de ne pas servir de point de repère aux "Martiens".

Dix minutes plus tard, on s'aperçut qu'il s'agissait de reflets lumineux sur des isolateurs en verre placés en haut d'un pylône d'une ligne électrique à haute tension.

Le cigare était éclairé

Revenant d'une tournée de surveillance, M. Albert Tilly, garde-champêtre à Ecury-sur-Coole (Marne), aperçut un engin volant à très grande vitesse. Il était de forme allongée et éclairé à l'intérieur. L'engin se déplaçait sans aucun bruit et à une allure quatre fois supérieure à celle d'un avion à réaction, laissant derrière lui une traînée rouge de 50 mètres environ.

[Ref. fso1:] JOURNAL "FRANCE-SOIR":

Scan.

Invasion de Martiens...
imaginaires à Anzin

VALENCIENNES, 23 octobre (A.F.P). -- La "Guerre des mondes" n'a pas eu lieu à Anzin, où de nombreuses personnes crurent, l'autre soir, à une invasion de Martiens.

Il était 22 heures environ quand quelques promeneurs qui circulaient avenue Anatole France virent des "points lumineux" dans le ciel. Une personne, saisie de frayeur, donna l'alarme au commissariat de police, tandis que des sapeurs-pompiers, de service dans un cinéma, accouraient aux cris poussés dans la rue par les témoins.

Les soucoupes allaient de plus en plus vite et menaient une ronde infernale au grand émoi des passants qui s'attendaient à leur atterrissage. Un sapeur-pompier empêcha même des automobilistes de rouler avec leurs phares allumés.

Dix minutes plus tard, on s'aperçut qu'il s'agissait de reflets lumineux sur des isolateurs en verre placés en haut du pylône d'une ligne électrique à haute tension.

Le "Martien poilu" de Loctudy (Finistère) était une chèvre savante!

BREST, 23 octobre (dépêche "France-soir"). -- le mystère du Martien poilu de Loctudy (Finistère) est enfin percé. Et l'ouvrier boulange qui, en pleine nuit, fut suivi dans la cour de la boulangerie jusqu'au fournil par un être au visage couvert de poils et aux yeux énormes, est revenu de ses émotions, ainsi d'ailleurs que les habitants de la commune. Le Martien n'était qu'une chèvre savante appartenant à un cirque de passage et qui s'était aventurée dans la cour du boulanger.

[Ref. ipc1:] JOURNAL "L'INDEPENDANT DU PAS-DE-CALAIS":

Scan.

Le détail attendu (???)
sur les Soucoupes volantes

Le "Martien" galonné
parlait "russe"

Un ouvrier de Saint-Rémy (Vosges), M. L. Ujvari, 40 ans, vient de raconter aux gendarmes de Raon-l'Etape qu'il avait été interpellé sur la route par un inconnu de forte corpulence et de taille moyenne, vêtu d'un blouson gris, ornà sur les épaules d'insignes brillants.

L'homme parlait une langue inconnue. M. Ujvari, de nationalité tchèque, essaya de parler russe. Son interlocteur le comprit parfaitement. "Où suis-je, demamnda-t-il, en Italie ou en Espagne?" Il s'informa ensuite de la distance le séparant de la frontière allemande, et de l'heure. L'ouvrier lui ayant indiqué qu'il était environ 3 h. 30, l'homme sortit de son blouson une montre, qui marquait 4 heures du matin.

L'appareil mesurait 1 m. 50 de haut et 2 m. 50 de large. Il avait la forme de deux assiettes renversées l'une contre l'autre, d'où àmergeait une sorte de périscope.

M. Ujvari a précisé que l'inconnu était coiffé d'un casque semblable à celui d'un motocycliste. Il tenait un revolver à la main.

Son dernier mot à l'adresse de M. Ujvari fut "adieu" en russe.

LA GUERRE DES MONDES

Une fausse alerte avait inquiété de nombreuses personnes qui crurent... à une invasion de "Martiens".

Il était 22 heures environ quand quelques promeneurs qui circulaient avenue Anatole-France virent des points lumineux dans le ciel.

Une personne, saisie de frayeur, donna l'alarme au commissariat de police, tandis que des sapeurs-pompiers de service dans un cinéma, acouraient aux cris poussés dans la rue par les témoins des étranges apparitions.

Les soucoupes allaient de plus en plus vite et menaient une ronde infernale, au grand émoi des patients qui s'attendaient à leur atterrissage. Un sapeur-pompier empêcha des automobilistes de rouler avec leur phares allumés, afin de ne pas servir de point de repère aux "Martiens".

Dix minutes plus tard, on s'aperçut qu'il s'agissait de reflets lumineux sur des isolateurs en verre placés en haut d'un pylone d'une ligne électrique à haute tension.

[Ref. cdv1:] JOURNAL "LE COURIER DE VALENCIENNES":

Scan.

Alerte à Anzin

Des soucoupes au dessus
de la place

Il était 22 heures lorsqu'un client sortant du Salon des Sports observa des disques lumineux en formation serrée survolant l'école ménagère. Il alerta d'autres consommateurs qui contemplèrent les soucoupes qui paraissaient immobilisées. Un Nord Africain tremblant de peur courut avertir les agents du poste de police, bientôt une cinquantaine de personnes étaient rassemblés. Devant le... danger le sapeur pompier du ciné Salon fit stopper les voitures et éteindre les phares et chacun émettait son avis: l'un dit "elles sont au moins au dessus de Cambrai", un autre répondit aussitôt "Impossible, je les vois tourner".

Au bout de 10 minutes, les yeux s'habituant à l'obscurité, l'un des spectateurs aperçut le pylone de la ligne à haute tension dont les isolateurs en verre sont situés à 31 mètres du sol. Bientôt le mystère des soucoupes fut élucidé.

Il s'agissait simplement d'une lampe située au sol dont l'éclairage arrivait jusqu'aux isolateurs qui reflétaient faiblement cette lueur.

On en a bien ri... après.

Explications:

Cas négatif, reflets de lamps sur isolateurs électriques.

Carte

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Anzin, Nord, cas négatif, méprise. isolateurs, reflets, lampe, multiple, police, pompier, soucoupe, immobile

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 30 mars 2020 Première publication.
1.1 Patrick Gross 30 avril 2020 Addition [nmn1]. Dans le Résumé, addition des informations provenant de [nmn1].
1.2 Patrick Gross 4 juin 2020 Addition [ipc1].
1.2 Patrick Gross 14 janvier 2021 Addition [lcx1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 14 janvier 2021.