Les témoins -> Roswell 1947 -> AccueilCliquez!
This page in EnglishClick!

Roswell 1947 - Documents concernant les témoins

Joe Briley

(Joe BRILEY, Joe C. BRILEY, Joseph BRILEY, Joseph C. BRILEY, Joe Charles BRILEY, Joseph Charles BRILEY).

S'il vous plait, avant de poser des questions ou d'envoyer critiques ou commentaires, veuillez lire ceci.

Biographie:

Voici des informations biographiques sur Joseph C. Briley que j'ai trouvées en dehors de sources ufologiques:

Joe Charles Briley

Nécrologie

Joe Charles Briley, âgé de 91 ans, est mort paisiblement dans sa maison à Kerrville, le 8 décembre 2008, assisté de son épouse dévouée de 69 ans, Nona Jean (Pugh). Il est né à Mineral Wells, Texas, le 8 mars 1916, dans un hôtel appartenant à et dirigé par ses défunt parents, Charles et Myrtle Edwards Dowell. Ses premières expériences avec le travail agricole et le "rude" travail des champs pétroliers l'ont incité à rêver d'une carrière plus élevée: il voulait piloter des avions. Ses talents sur le terrain de football l'ont amené à l'école secondaire, où, en tant que Senior à la Ranger High School au Texas, il a eu l'occasion de jouer au premier match de football du Sun Bowl à El Paso et a ensuite obtenu des bourses de football au Texarkana Junior Collège puis à l'Université d'Arkansas, où il devait rencontrer l'amour de sa vie, Nona Jean. En 1939, un recruteur pour l'Air Corps de l'armée américaine nouvellement formée lui a donné la chance de réaliser le rêve de sa vie. Juste après l'obtention du diplôme de l'université, Joe a sauté sur l'occasion d'entrer dans l'école de formation de vol, et lui et sa nouvelle mariée ont entrepris une aventure de 22 ans qui l'a envoyé vers des missions partout aux Etats-Unis et dans le monde entier. Il a tellement réussi comme nouveau pilote, qu'il a été immédiatement affecté comme instructeur volant à Kelly Field à San Antonio, un poste qui est devenu encore plus critique avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. En septembre 1943, il a reçu le commandement de l'un des premiers escadrons de B-29 formés et a été affecté à des actions de combat avec le 20ème Commandant de bombardement opérant à partir de bases en Chine, en Birmanie et en Inde. En revenant de cette mission, il a été nommé Directeur de la formation pour l'école de génie de pilote ade B-29 à Hondo, Texas, jusqu'à la fin de la guerre. Il a ensuite été affecté à la 509e Bomb Wing à Roswell, au Nouveau-Mexique, participant aux essais de bombes à Bikini. Il a servi en Angleterre de 1950 à 1953 avec la 3ème Force aérienne et la 7ème division du SAC, ce qui a permis à lui et à sa famille d'assister aux célébrations du couronnement de la jeune reine Elizabeth et de visiter de nombreux pays européens. De là, il est devenu le chef de l'Organisation de Test de Bombardement de l'Air Proving Ground Command, à Eglin Air Force Base, Floride, qui était responsable de la réalisation de tests d'aptitude sur divers systèmes stratégiques et tactiques d'armes de bombardement et de tous les avions de transport et de ravitaillement achetés par l'armée de l'air. Ce travail a culminé chaque année dans une "Démonstration de puissance de feu", à laquelle participaient des dignitaires de tout le pays. En 1958, il a été nommé directeur des opérations de la 314e division aérienne à Osan, en Corée, chargé de surveiller les responsabilités de l'USAF à l'armée de l'air de la République de Corée et maintenir les relations entre les forces terrestres américaines et des Nations Unies. En 1959, il a pris le commandement de Johnson Air Base, au Japon, et en 1960, il fut nommé commandant de la base aérienne de Kadena à Okinawa. Au cours de sa longue carrière militaire, il a reçu de nombreuses médailles et honneurs, dont la médaille de l'air et la Commendation Medal. Il s'est retiré du service actif en 1961 et est retourné au Texas, en explorant de nouveaux efforts dans l'industrie du bois, l'immobilier et les ventes de logements manufacturés, jusqu'à finalement s'arrêter pour plusieurs années de "snowbirding", en profitant des hivers ensoleillés et frais du Mexique, de l'Oregon, et de l'Utah, et des étés canadiens. Lui et Jean se sont finalement installés à Kerrville en 1988. En plus de ses parents, Joe a été précédé dans la mort par ses frères et leurs épouses, Harold et Ruby Briley et Les Irene Swafford, et une soeur, Gertrude Swafford Jones, tous d'Odessa. Avec son épouse, Jean, il est pleuré par deux fils et leurs femmes, Don et Wanda Briley de Lufkin, et Bill et Kathy Briley de Waller, et deux filles, Barbara Trapp de Crosby et Elizabeth Warner de Kerrville. Il laisse aussi des petits-enfants et les conjoints Davin et Carman Myers et Eric et Dasha Myers de Crosby; David Myers de Belton; Clint et Michelle Briley de Lufkin; Shea et Carlton Fisher de Jacksonville; Chris Kirk et Mikaela Mercer de Kerrville; Katera et Richard Rutledge et Brian Briley de Californie; Alisha et Michael Hyatt et Kris Briley de Waller, ainsi que 14 arrière-petits-enfants, une nièce spéciale, Nola Whirlow et de nombreuses autres nièces et neveux. Les services commémoratifs auront lieu le vendredi 12 décembre 2008 à 10 heures dans les chapelles funéraires de Grimes officielles par le révérend Frankie Enloe et avec les honneurs militaires fournis par Lackland Air Force Honor Guard. L'inhumation sera à Ft. Sam Houston National Cemetery à San Antonio à une date ultérieure. La famille vous invite à envoyer des condoléances à www.grimesfuneralchapels.com en sélectionnant le lien "Envoyer condoléances". Les arrangements funéraires sont confiés à Grimes Funeral Chapels of Kerrville.

Source:

Affidavits:

Il n'y a pas eu d'affidavit par Joe Briley.

Interviews et déclaration publiques:

Il n'y a apparemment pas de déclaration publique par le Lt. Col. Joe Briley au sujet de l'incident de Roswell.

Notes et commentaires d'enquêteurs:

Kevin Randle et Donald Schmitt:

Selon les auteurs, en juillet 1947, Joe Briley était lieutenant-colonel et assigné comme officier des opérations à la base de Roswell. Lorsqu'on lui a posé des questions sur les ballons à bombes japonaises [càd. les ballons "Fugo", il a déclaré: "Je n'en ai jamais entendu parler. Il n'y avait pas de rumeurs à ce sujet. On n'en a pas parlé à la base, et si on l'avait fait j'en aurais entendu parler."

Les auteurs disent que le lieutenant-colonel Joe C. Briley a confirmé que le congé du colonel Blanchard n'était qu'une "couverture", alors qu'il était en train de se trouver sur le site de l'accident.

Les auteurs indiquent que cela provient d'entretiens menés par téléphone en octobre 1989, avril 1990 et décembre 1990.

Source:

Kevin Randle:

Tout d'abord, nous avons le témoignage du lieutenant-colonel Joseph Briley. (Selon l'histoire de l'unité, Briley est devenu l'officier des opérations à la mi-juillet. Avant cela, il avait été un commandant d'escadron). Briley affirme que Blanchard était allé au site de l'accident. Les informations disponibles indiquent que cette visite a eu lieu le 8 juillet et que le congé de Blanchard a commencé le 8 juillet. Le congé était en fait une couverture pour les activités de Blanchard tournant autour de l'accident.

Source:

[...] Le colonel Joe Briley, qui, en juillet 1947, était l'officier des opérations de Blanchard, a déclaré que Blanchard n'aurait pas pu se soucier moins d'un ballon, la réponse le plus souvent suggérée comme le coupable de la dispersion des débris. Bien que ce ne soit certainement pas la plus positive des déclarations, cela remet en question l'excuse répétée de la Force Aérienne d'un ballon météorologique.

[...]

Source:

Karl Pflock

Ce chercheur a dit que Randle et Schmitt ont rapporté que le lieutenant-colonel Joe Briley leur a dit qu'il était "sûr" que Blanchard est allé au site de l'accident, bien que Briley ait nié "qu'il [mais qui, "il"? Briley? Blanchard?] avait une connaissance de première main du crash", ayant à ce moment eu le commandement du 509e Bomb Squadron plutôt que de servir au quartier général du groupe comme il l'a fait plus tard dans l'année.

Source:

The NICAP website:

Le Lt. Col. Joe Briley a confirmé que le "congé" du Col. Blanchard était juste une "couverture", tandis qu'en réalité il était au site de l'impact.

Source:

Rappotr de l'US Air Force d 1995 - James McAndrews:

Le texte qui suit, du 1er lieutenant James McAndrew, USAF, vient d'un résumé des trouvailles de l'Air Force sur le projet Mogul, le projet top secret proposé par certains chercheurs comme la réponse au mystère de Roswell. Il est apparu dans la publication de l'Air Force de 1995 intitulée "The Roswell Report: Fact Versus Fiction in the New Mexico Desert".

Le document complet est ici au format PDF sur www.dod.mil.

L'HISTOIRE DE DISSIMULATION RELLE

Le 10 juillet 1947, un article de journal est apparu dans l'Alamogordo Daily News pour montrer à la presse des appareils, des ballons de néoprène et des réflecteurs à angles qui avaient été mal identifiés comme "disque volant" deux jours plus tôt à Roswell AAF (Atch 11). Les photographies et l'article qui l'accompagnait ont cité le Maj Wilbur D. Pritchard, un officier du Programme des Laboratoire Watson (non affecté à MOGUL) en poste à Alamogordo AAF. Cet article semblait avoir été une tentative de détourner l'attention du projet Top Secret MOGUL en affichant publiquement une partie de l'équipement et en offrant des informations trompeuses. S'il y avait une "histoire de dissimulation" impliquée dans cet incident, c'est cet article, pas les actions ou les déclarations de Ramey.

L'article de l'Alamogordo Daily News a déclaré que les ballons et les cibles radar avaient été utilisés pendant les quinze derniers mois pour la formation du personnel de radar à longue distance et la collecte de données météorologiques. L'article énumère quatre officiers - Le Maj W. D. Pritchard, Le Lieut S. W. Seigel, Le Cap. L. H. Dyvad et le Maj C.W. Mangum - comme impliqués dans le projet de ballon, ce qui était faux. Moore et Trakowski ne peuvent se rappeler aucun des officiers de la photographie, à l'exception de Dyvad, que Moore a identifié comme un pilote qui a coordonné les activités radar. (43) En outre, certains des détails abordés (observation de ballons au Colorado, suivi par des B-17, récupération d'équipements, lancement de ballons à 54 heures du matin et altitude de ballon de 30 000 à 40 000 pieds) sont directement liés au projet de ballonnet de la NYU [=Mogul], indiquant que les quatre officiers avaient une connaissance détaillée de MOGUL. (44) La technique peu orthodoxe de Moore d'utiliser plusieurs ballons et plusieurs cibles radar a été montrée dans l'une des photographies. D'autres techniques propres à Moore, [...]

[...]

CONCLUSION

Beaucoup des allégations entourant les événements de juillet 1947 n'ont être pu ni prouvées ni réfutées. Des tentatives n'ont pas été faites pour enquêter sur chaque allégation, mais plutôt pour commencer par ce qui était connu et travailler vers l'inconnu. Pour compliquer la situation, les événements décrits ici ont eu lieu il y a près de 50 ans et étaient très classifés. Ce projet Top Secret semble avoir largement utilisé le concept de compartimentage. Les entretiens avec les individus et l'examen des documents des organisations ont révélé que l'objectif ultime du travail, ou même le nom du projet, dans de nombreux cas n'étaient pas connu. Il était donc peu probable que le personnel de Roswell AAF, même s'il possédait les autorisations appropriées, aurait été au courant du projet MOGUL. En fait, lorsque le groupe NYU / AMC est retourné à Alamogordo en septembre, leur premier voyage depuis que l'incident s'était produit, une des premières activités des scientifiques du projet Peoples et Crary, accompagnées par le major Pritchard et le capitaine Dyvad, était d'informer le commandant d'Alamogordo AAF et le 509e officier des opérations du groupe Bomb, le lieutenant Joseph Briley, sur MOGUL. (48)

48. Combined Hist, 50th Bomb Group et Roswell AAF, du 1er au 30 septembre 1947, p. 79; Journal non transcrit d'Albert P. Crary, p. 64.

Source:

Ceci montre que l'idée que Joe Briley avait été informé du projet Mogul en septembre 1947 par les gens du projet Mogul figure dans le rapport de l'Air Force en 1994.

Cependant, la même source inclut la transcription d'une interview du 8 juin 1994 du Professeur Charles B. Moore, qui faisait partie de l'équipe du projet Mogul. L'interviewer de l'US Air Force rappelle qu'un document indique qu'il y a eu une visite à Rowell Army Air Base des gens de "Mogul", et demande à Moore - deux fois - s'il sait quel était l'objet de cette visite:

Q: J'ai vu que vous aviez une copie de l'histoire du 509th Bomb Group. Dans l'historique du Au 509th Bomb Group à partir de septembre, j'ai vu qu'il y a une réunion où le Dr Peoples a rencontré le LTC Joe Briley, commandant du 830th Bomb Squadron, du 509the Air Group de Roswell. Savez-vous pourquoi le Dr Peoples avait rencontré le commandant d'un escadron de B-29?

R: Seulement s'il voulait entrer pour mettre un récepteur sur la base là-bas. C'est ce que je présume. Nous avions une grande opération. Nous sommes retournés à Alamagordo en septembre. Nous avions nos premiers ballons General Mills de 20 pieds de diamètre. Nous avions fait un ensemble très réussi de lancements de ballons à Alamagordo en septembre de 47. Ma seule supposition est [que c'était pour] essayer d'avoir une station de réception dans la direction des vents.

[...]

Q: A propos du colonel Blanchard et du général Ramey? Pensez-vous qu'ils ont peut-être eu une connaissance de votre objectif ultime?

R: Je ne le pense pas. Je veux dire quelque chose au sujet du colonel J.D. Ryan. Il a été chef d'état-major de la Force Aérienne plus tard, mais le Dr Peoples, Murray Hackman et le Premier lieutenant Thompson de Air Material Command, étaient sur le terrain pour inspecter les installations de l'Air Material Command et conférer avec le LTC Briley.

Ma note: Les "sceptiques" ont soupçonné (d'abord Karl Pflock, repris par d'autres), suggéré ou même affirmé que la visite de gens de Mogul de White Sands à la base de la Force aérienne de Roswell était d'informer les responsables de la base du projet Mogul pour empêcher que leurs ballons ne causent encore un fois un incident (Voir par exemple Guttierez et Fernandez, ci-dessous.) - Pour de nombreux sceptiques, "l'incident de Roswell" étant causé par des débris de ballons du projet Mogul.

Cet interview de l'Air Force montre qu'il est peu probable qu'il soit certain que le but de cette visite ait été d'informer la base de la Force aérienne de Roswell à propos de Mogul.

Il semble que dans cette visite, les gens de Mogul aient rencontré le lieutenant-colonel Briley. Aucune source à propos du lieutenant-colonel Briley n'indique qu'il aurait entendu parler du projet Mogul ou aurait été informé que le "crash" avait été causé par des ballons. On peut s'attendre à ce que, si les gens de Mogul l'avaient informé sur des crash de ballons Mogul en septembre 1947, il aurait pu le dire plus tard aux enquêteurs "pro-Roswell".

Je remarque également que, tout comme pour beaucoup de militaires qu'ils auraient pu interroger, les enquêteurs de 1994 de l'US Air Force auraient pu interviewer le lieutenant-colonel Briley, mais ne l'ont pas fait.

Gregory Guttierez:

Gregory Guttierez indique que le 11 juillet 1990, Fred Whiting, du Fund for UFO Research avait fait une interview de Walter Haut enregistrée en vidéo, où était dit:

Whiting: Le colonel [Blanchard] a-t-il parlé de cet incident après la déclaration du général Ramey? Par exemple en réunion d'état-major?

Haut: Pendant la réunion d'état-major qui a suivi, environ une semaine après (je crois bien qu'elles avaient lieu chaque lundi), il a fait un commentaire à propos de l'ordre du jour. Il me semble qu'après cela, il a dit quelque chose du genre : "Nous avons vraiment fait une bourde avec cette histoire la semaine dernière. En fait", a-t-il dit, "l'équipe qui envoyait ces ballons se trouvait sur notre propre terrain. Ils venaient de White Sands et ils mesuraient les vents dans la haute atmosphère, d'est en ouest."

Bien entendu, cette révélation n'aurait pas pu avoir lieu la semaine suivant l'incident, car à ce moment Blanchard était en congé. Mais dans le "calendrier des visiteurs et des cadres" du 3 au 15 septembre 1947 (in "Histoire commune du 509e groupe de bombardement et de la base de Roswell, du 1er au 30 septembre 1947"), on trouve cette mention à la date du 10 septembre : "M. Peoples, M. Hackman et le lieutenant Thompson, du commandement du matériel de l'air, sont arrivés à la base pour inspecter les installations de ce commandement et pour s'entretenir avec le lieutenant-colonel Briley."

James Peoples était le responsable scientifique du projet Mogul. De toute évidence, sa visite à Roswell était destinée à s'assurer que les activités du projet Mogul/université de New York, qui venaient tout juste de reprendre à Alamogordo, ne susciteraient pas d'autre malentendu. Le lieutenant-colonel Joseph Briley, commandant d'escadron de bombardement en juillet 1947, était en septembre 1947 l'officier opérationnel du 509e. Kevin Randle et Donald Schmitt l'ont présenté comme un des témoins dont les déclarations viennent à l'appui de l'hypothèse crash de soucoupe volante.

Source:

Note: ceci provient du livre de Karl Pflock, en page 233.

Gilles Fernandez:

... dans un des rares documents d'époque disponibles, le calendrier des visiteurs et des cadres (annexe 4) de la base de Roswell du 3 au 15 septembre 1947, on trouve mention en date du 10 septembre 1947:

"M. Peoples, M. Hackman et le lieutenant Thompson, du Commandement du Matériel de l'Air, sont arrivés à la base pour inspecter les installations de ce Commandement et pour s'entretenir avec le colonel Briley."

Note: Gilles Fernandez explique que puisque M. Peoples était l'un des responsables scientifique du projet Mogul, la visite pouvait avoir été faite pour informer la base de Rowell du projet Mogul pour éviter de nouvelles telles méprises dans le futur.

... Lorsque les personnels NYU et AMC revinrent à Alamogordo pour la première fois après l'incident, l'une de leur premières activités n'a pas consisté à "lancer" des ballons, mais à briefer le commandement de Roswell et le lieutenant-colonel Joseph Briley de la base de Roswell à propos de Mogul. Cette mission fut principalement accomplie par Peoples, membre du projet Mogul (le 10 septembre, il est à Roswell, rappelez vous), accompagné par le major Pritchard, le capitaine Dyvad, M. Hackman (qui va également à roswell le 10 septembre en compagnie de Peoples) et le lieutenant Thompson.

Source:

Thomas J. Carey and Donald Schmitt:

Ces auteurs disent que le lieutenant-colonel Joseph Briley, qui a été nommé officier d'opérations et était en poste à Roswell en 1947, a estimé que "le congé de Blanchard était une couverture. Il était en fait en train d'installer une base d'opération sur le site de l'accident au nord de la ville." "Nous avons également été informés par des aviateurs et des sous-officiers qui étaient là que Blanchard a clandestinement déplacé son bureau au sous-sol d'une des casernes des hommes enrôlés sur la base pour s'éloigner de la presse. Il s'est peut-être également installé à la maison de garde de la base (appelée "the brick") pour un temps."

Les auteurs disent dans la note de bas de page correspondante que cela provient d'interviews personnelles de Joseph Briley en 1992, 2002 et 2006.

Source:

Kevin Randle:

Ce chercheur dit que le lieutenant-colonel Joe Briley, commandant d'escadron jusqu'à la mi-juillet 1947 quand il devient responsable des opérations, a confirmé que le congé de William Blanchard de la base de Roswell était une couverture et que Blanchard était allé au site de l'accident. Briley a déclaré: "Je suis sûr de ça".

La note de bas de page correspondante dit que Kevin Randle a interviewé Joe Briley par téléphone le 20 octobre 1989.

Kevin Randle indique que Briley a déclaré: "L'histoire a été changée et passée sous silence immédiatement... Franchement, cela a été passé sous silence si vite... et tellement complètement que rien n'a jamais été dit à ce sujet".

La note de bas de page qui s'y rapporte indique que cela découle d'interviews téléphoniques avec Kevin Randle le 20 octobre 1989 et le 9 avril 1990, ainsi que de Carey et Schmitt dans "Witness to Roswell" pp 88-89 et Pflock dans "Inconvenient Facts" page 249.

Randle dit que les membres du personnel du colonel Blanchard ont tous signalé, à l'exception du lieutenant-colonel Robert Barrowclough, que ce qui a été trouvé dans l'incident était de nature extraterrestre.

Source:

PRO:

# Joe Briley, officier d'opérations pour le 509th, a déclaré à Randle qu'en juillet 1947, il était commandant d'escadron à cette époque, et il savait que Blanchard était sorti sur le site de l'accident. Briley a déclaré que la plupart des histoires ont été "changées et réduites au silence dès que les gens de Washington sont arrivés". Briley a déclaré que Blanchard, qui avait été un ami proche, "n'était pas assez stupide pour appeler un ballon météorologique autrement".

Source:

Sur son blog, Kevin Randle mentionne qu'en juillet 1947, il y avait deux officiers des opérations de la base à Roswell, le lieutenant-colonel James Hopkins et le lieutenant-colonel Joe Briley.

Source:

Tim Printy:

Tim Printy soutient que l'idée que la base aérienne de Roswell savait tout ce que le NYU faisait à Alamogordo [c'est-à-dire le projet Mogul] et n'aurait donc pas pris les débris de Mogul pour un "disque volant", est un mythe.

Il dit qu'il a vu ce mythe à de nombreuses reprises et que Kevin Randle est habituellement la source de cette information, sur la base de 2 points, le point pertinent pour ce dossier étant que "l'équipe de NYU est allée à RAAF et a parlé à la base de leurs opérations".

Printy dit que cela est trompeur, en fonction de ce que Randle interprète sur les commentaires de Moore. Ce dernier a déclaré qu'ils ont essayé d'aller à la base mais n'ont pas pu le faire en raison de la sécurité de la base. Par conséquent, aucun d'entre eux n'a réussi à parler à l'un des officiers. Printy dit qu'il est difficile de préciser quand cela s'est produit, et que Moore a déclaré à l'USAF qu'ils ont dû installer leur récepteur dans un hôtel à Roswell parce qu'ils n'avaient pu entrer sur la base.

Printy dit que certains membres de l'équipe de Mogul se ont finalement pu rencontrer le lieutenant-colonel Briley, le 10 septembre 1947, tel que documenté dans l'historique du 509th. Donc, c'était deux mois après les événements au début de juillet 1947 et il n'y a aucune preuve suggérant que l'équipe a rencontré des officiers ou du personnel de RAAF en une visite formelle avant cette date.

Source:

Mon commentaire:

Encore une fois, je vois une situation est assez complexe. Je note:

Joe Briley était probablement lieutenant, pas lieutenant-colonel, au moment de l'incident, et probablement lieutenant-colonel lorsqu'il a pris sa retraite de l'armée de l'air.

Il avait 31 ans +-1 au moment de l'incident.

Les sceptiques ont essayé de dire que les gens de Mogul ont informé les responsables de la base RAAF en septembre 1947 de leur projet et, par conséquent, Briley aurait été impliqué, car il est cité dans un document officiel comme ayant été vu par les gens de Mogul, il aurait su que l'incident de Roswell était un débris d'un lancement d'un train de ballons Mogul.

Cela semble être soutenu par l'enquête de l'Air Force de 1994, car il y est déclaré que le projet Mogul était Top Secret et qu'il "était donc peu probable que le personnel de Roswell AAF, même s'il possédait les autorisations appropriées, aurait été au courant du Projet MOGUL", et qu'en septembre 147, "l'une des premières activités des scientifiques du projet, Peoples et Crary, qui étaient accompagnées par le major Pritchard et le capitaine Dyvad, a été d'informer le commandant d'Alamogordo AAF et l'officier des opérations du 509th Bomb Group, le lieutenant Joseph Briley, sur MOGUL."

Toutefois:

Le membre de l'équipe Mogul C.B. Moore, a été interrogé deux fois de suite sur le but de cette visite, et n'a pas déclaré que c'était d'informer RAAF au sujet de Mogul, mais de demander s'il leur serait possible d'installer un récepteur à RAAF car la base était en alignement du site de lancement d'Alamogordo de par la direction habituelle des vents.

Je doute qu'il y ait eu un besoin en septembre 1947 que l'équipe Mogul se rende à Roswell pour divulguer son projet Top Secret en raison de l'incident au début de juillet 1947: cet incident avait été "résolu" en quelques heures à peine par l'armée de l'air de l'armée, seule, sans besoin de la moindre "explication" par des gens du projet Mogul. En septembre, l'incident était totalement "débunké" et oublié, personne dans la presse ou le public n'a douté de l'explication de l'Armée de l'Armée que le "disque volant" n'était que lea débris d'un ballon météorologique et de sa cible radar. Tout "nouveau" incident de ce genre aurait reçu cette explication "ballon" encore plus rapidement sans avoir besoin de la moindre information sur Mogul. Donc, une telle violation inutile du "top secret" du projet Mogul n'aurait eu absolument aucun sens pour moi.

Il serait également étrange que Joe Briley eût été informé de Mogul en septembre 1947 et ne le dise jamais à personne quand on lui a posé des questions sur l'incident; il semble qu'il ait été interrogé par un ou probablement plus d'un chercheur "pro-Roswell" au moins 3 fois (octobre 1989, avril 1990 et décembre 1990) et ce qu'il aurait dit n'était pas du tout qu'il avait été mis au courant pour Mogul. Bien sûr, on pourrait affirmer que les chercheurs "pro-Roswell" n'auraient publié que les parties des déclarations de Briley qui correspondent à leur thèse.

Ce qu'il aurait dit était:

Le commandant de la base, Blanchard, n'était pas vraiment en congé lorsque le "site du crash" a été trouvé, cela n'était qu'une "couverture" alors que Blanchard était sur le site du crash. Blanchard, dit-il, "n'aurait pas pu moins se soucier d'un ballon."

Apparemment, il a déclaré: "L'histoire a été changée et a été tue immédiatement... Franchement, cela a été mis au silence si vite... et tellement complètement que rien n'a jamais été dit à ce sujet".

Toutefois:

Briley est cité par des bribes ici et là au fil des ans, à ce jour il n'y a pas eu de transcription complète ni d'enregistrement audio ou vidéo de ce qu'il a dit, aucun affidavit n'a été signé. Il est évident qu'il ne dit pas vraiment ce que les débris étaient, et il ne savait probablement pas ce qu'ils étaient.

Si je prend en compte ce qu'il aurait dit, cela ne démontre pas grand-chose: Blanchard aurait pu utiliser un "congé" comme excuse pour aller au site de l'accident, mais cela ne signifie pas qu'il y avait des débris d'un vaisseau spatial extraterrestre sur le site. Exactement la même "couverture" aurait pu être utilisée si les débris sur le site de l'accident étaient ceux d'un train de ballon Mogul. Bien sûr, il légèrement étrange d'avoir besoin d'une "couverture" sur ce qui aurait été des débris de ballons ordinaires - les trains de ballons de Mogul étaient faits de ballons ordinaires - mais comme ils avaient été appelés "disque volant" plus tôt, Blanchard pourrait ne pas avoir été sûr de ce qu'il y avait à trouver sur le site.

Finalement, je ressens à nouveau que tout est très désordonné et incomplet; l'effort d'enquête auquel je m'attendrais n'est pas rempli. En 1994, l'armée de l'air a utilisé ce que les chercheurs "pro-Mogul" avait dit plus tôt, et n'a même pas eu l'idée d'interroger ses propres personnels, sauf lorsqu'ils appuyaient déjà l'explication Mogul, et les chercheurs "pro-Roswell" n'ont donné que de courtes phrases par Briley, sans réelle chronologie, sans transcription complète, sans demander s'il connaissait le projet Mogul etc.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 28 avril 2017 Première publication.

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 28 avril 2017.